RemonterDescendre



 

Partagez | .
 

 Edge, cette ville si moche... {FINI}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Chibie


Messages : 87
Date d'inscription : 15/05/2013

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 21 ans
• More:

MessageSujet: Re: Edge, cette ville si moche... {FINI}   Mar 8 Avr - 21:51:04



Edge, cette ville si moche...


Chibie


De l’or, voyez-vous cela. C’est fou comme cette réponse me parut évidente sortie de sa bouche. Ah ! Le gout prononcé pour la richesse ! Ce vice avare et malsain. Et après ça, elle osait prétendre ne pas faire partie de la race humaine ? Pas à moi. J’eus un bref soupire exaspéré devant cette exigence quelque peu banale finalement. N’avait-elle rien de mieux à proposer ? Alors certes je n’étais ni un génie, ni un dieu. Mais me demander de l’or… A quoi pourrait bien lui servir tout son or ? La richesse ne fait pas tout. A l’évidence, elle le savait aussi, et me demanda secondairement si je ne connaissais pas, par hasard, un autre de ses compères un peu fou. Tss, et puis quoi encore ? Elle me prenait pour qui ? Est-ce que j’avais une tronche à avoir pleins de connaissances humaines dans mon répertoire ? Les humains, je les préférais morts, personnellement. D’ailleurs, j’en vins à me demander si je ne devrais pas me débarrasser d’elle, après qu’elle m’est été utile en mission. Elle en savait déjà bien trop sur moi. Et comme elle avait l’air avide d’argent elle aussi, elle n’aurait aucune gêne à me vendre contre de l’argent plus tard. Sa survie pourrait me causer des ennuis. Hm, il fallait que j’étudie de près cette possibilité. Pour l’instant, je devais me concentrer sur le gros du problème. Elle n’avait toujours pas clairement répondue à ma question, et commençait à m’agacer à me prendre ainsi de haut. Quelle crève dans un trou tient ! Si je lui étais si inutile que ça, et bien il fallait qu’elle sache à quel point elle l’était tout autant à mes yeux, ce misérable insecte ! Vermine. Pour qui se prenait-elle ? A ce montrer aussi arrogante avec moi, et maintenant à me donner des ordres.

La colère me gagnait à nouveau, tandis qu’elle s’éclipsait dans sa chambre, pour faire je ne sais quoi. Elle en mit du temps d’ailleurs. On voit bien qu’elle ne me connaissait pas. Impulsive, colérique, égoïste, mais surtout impatiente. Ainsi elle avait encore en plus le culot de me faire attendre ! Elle réapparut tout de même, sous une autre forme, au bout de longues minutes. Pff ces humains… Pitoyables. Leur vice allait décidément très loin. Elle continuait son petit jeu de commandeuse agrée, en se permettant même de m’imposer quoi faire lors du prochain assaut. Elle était loin de se douter qu’elle avait en face d’elle, une jeune dragonne, qui avait tout simplement horreur de l’autorité. Elle s’y croyait vraiment trop. Cela fut de trop pour moi. En un grondement grave, je sortis de ma cachette en m’avançant vers elle rapidement, d’un air menaçant.

« Je crois que l’on s’est pas très bien comprises toutes les deux. Alors je vais tâcher d’être plus clair. Si tu n’as rien de plus concret à me donner comme réponse, alors ça sera sans toi ! Je me débrouillerais très bien toute seule ! Alors tu vas arrêter tout de suite de prendre tes grands airs, et trouver mieux que la bonne sauvegarde de ta misérable ville comme réponse ! J’ai déjà fait la promesse à un autre de limiter les pertes qui plus est. »

Bon, c’était parti, j’étais lancée. Le feu dansait déjà dans mes yeux. La colère faisait bouillonner mon sang, piquait mes nerfs à vif. Il fallait toujours très peu pour m’énerver. Qu’un humain veuille prendre les commandes et jouer l’alpha avec moi n’allait certainement pas passer. J’étais du genre belliqueuse. Mon père fut un grand chef autrefois, j’étais de rang noble moi, parmi les élites. Je me plaisais à être dominante, c’était dans ma nature, et je ne laissais personne me dominer. Alors ce n’était certainement pas cette petite humaine qui allait m’apprendre comment faire les choses.

« Et puis, je ne sais pas où tu comptes aller comme ça, ni même qui t’a autorisé à prendre les devants ainsi. Tu n’as aucun droit sur moi. Je n’ai pas d’ordres à recevoir de ta petite personne ! Tu n’as pas les commandes, et tu n’as pas à te les attribuer de la sorte. D’ailleurs laisse-moi être clair et te prévenir sur un point. Saches que l’on ne partira pas d’ici avant que je n’ai obtenu de toi une réponse claire ! Et non quelque chose de flou, caché derrière de l’arrogance et de l’indifférence. A ce prix-là, je préfère me démerder seule ! Surtout si c’est pour te laisser faire tout le gros du travail ! Et moi joué simplement de déco ! Ça ne va pas se passer comme ça ! Crois-moi… Mais ne te sens pas obligé d’accepter ! Je partirais sans demander mon reste et alors tu n’entendras plus parler de moi ! »

J’étais juste en face d’elle, le regard rué sur elle, je ne la quittais pas un instant de mes gros yeux, bien ouverts et menaçants. J’étais parfaitement prête à lui rentrer dedans si cela s’avérait nécessaire. Je n’avais pas peur de me battre. Oui tien… Je n’avais plus peur tout à coup. Peut-être que toute l'heure, j’avais simplement peur d’avoir à faire confiance à un humain. Et qu’hélas, ce n’est pas comme ça qu’elle gagnerait ma confiance. Pas avec cette attitude. Alors comme en cet instant, je n’avais plus à lui accorder de ma confiance, je me sentais repartir en force. Toutefois, elle n’avait pas vraiment l’air de comprendre la raison de ma frustration et de ma colère. Évidemment, il y avait des gestes pour des humains qui signifiaient clairement autre chose, pour nous autres dragons. Nous n’avions pas les mêmes meurs. Pour ma part, j’avais interprété son comportement comme une manifestation de domination.

« Ne me prends plus jamais de haut comme tu viens de le faire ! Je ne suis pas ta petite bête ! »

J’avais encore la patience de l’avertir. Est-ce que j’étais en train de la menacer ? Oui, peut-être un peu. En ces moments-là, plus de pitié. La colère m’envahissait complètement, endormant mes sentiments faibles. Le danger dans tout cela, était bel et bien que ces sentiments ne puissent un jour jamais revenir… Et ce, bel et bien à cause du poison qui voulait en moi, et menaçait de faire de moi, un monstre sanguinaire. Comme à Junon. La folie finirait par m’emporter, et je ne me réveillerais plus de ce cauchemar. Si cela devait arriver un jour, j’espérais franchement qu’il y est à mes côtés, quelqu’un d’assez fort, pour mettre fin à mes jours.

Mais nous n’en n’étions pas encore là avec Or. Heureusement. En tout cas, mon comportement plus que lunatique devait certainement la surprendre. C’était finalement l’occasion pour elle, de voir pleinement la bête que j’étais. Car j’étais une bête après tout, un dragon féroce, avant de n’être qu’un humain vulgaire. La nuit faisait ma force. J’étais Chibie, la furie nocturne. Voilà comment tous ceux qui m’avaient autrefois connu, me surnommaient. Voilà comment tous ceux qui ne me connaissaient pas encore, devaient me voir.




Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Edge, cette ville si moche... {FINI}   Mer 9 Avr - 8:43:16




Reanbell Valdès

Edge, cette ville si moche...



    La question était … Comment pouvait-on ''prendre'' quelqu’un ''de haut'' ? Oui, c'était la seule chose qui préoccupait la petite blonde, qui avait tellement de mal avec certaines expressions de la vie courante ou les ''façons de parler''. Celle-là faisait partie des choses qu'elle ne comprenait pas, alors elle tentait de visualiser quelqu'un en train de tirer une autre personne en contre bas. Ça n'avait pas de sens ! Cette dragonne était plus grande qu'elle, même sous sa forme humaine et elle ne l'avait en aucun cas touché. Ah, quelle poisse, elle venait de tomber sur ce que les gens appelles ''une image'' ou pire encore ''le second degré''. Reanbell détestait ça, le second degré, autant que l’ironie ! Parce qu'elle n'y comprenait rien, elle prenait toujours tout au pied de la lettre. Au pied de la lettre, tiens, voilà autre chose qu'elle serait parfaitement incapable de comprendre !

    Elle resta donc parfaitement stoïque, impassible même, vide, pire qu'un robot, comme l'aurait qualifié Reno … Finalement, malgré tout le mépris qu'elle éprouvait à leur égard, cette dragonne devait être plus humaine que Reanbell. Il paraît que les émotions et les débordements affectifs étaient typiques de l'être humain, et cette sauvageonne semblait en être bourrée. Elle était très impulsive et cela dit, Reanbell pouvait l'être aussi en certaine circonstance, disons qu'elle ne laissait simplement pas ses émotions prendre le pas sur elle, la seule chose qu'elle était capable de ressentir et de montrer de façon concrète était de l'impatience, qui pouvait effectivement se traduire par une certaine forme de colère.

    « Ne me prends plus jamais de haut comme tu viens de le faire ! Je ne suis pas ta petite bête ! »
    – Ne dis pas n'importe quoi, tu es plus grande que moi et je ne t'ai même pas touché, comment aurais-je pu te prendre d'en haut ? Rétorqua-t-elle tout naturellement, en haussant les épaules.

    C'était parfaitement sincère et sérieux. Pas d'ironie, pas de sarcasme, juste un ton qui reflétait l'évidence de ses mots, ainsi qu'une certaine incompréhension devant l'expression un peu trop imagé pour elle. Pour sûr, elle ne comprit pas tout de suite pourquoi la dragonne s'était énervée d'un coup, car ça serait bien la première fois qu'elle verrait quelqu'un sortir de ses gonds pour pouvoir payer ses dettes. De toute façon, techniquement, elle lui devait déjà un service, étant donné qu'elle l'avait hébergé, nourrit, soigné, et même donné des vêtements. La contrepartie devait être des informations sur les dragons, mais Reanbell avait fini par deviner la majorité des choses toutes seule, donc on ne pouvait pas dire que ça comptait vraiment. Hélas, c'était bien vrai, elle n'avait rien à demander à cette dragonne en échange pour le moment. Reanbell aimait bien tenir les gens par un ''un jour tu me rendras service sans poser de question'' lorsqu'ils ne pouvaient pas payer ou qu'elle même n'avait pas spécialement besoin d'argent. Mais là, il n'était pas question de ça avec la sauvageonne, qui voulait justement se débarrasser de ça au plus vite.

    La jolie blonde devenu rousse fixa longuement la dragonne de ses yeux à présent noisettes-ambrés, et ce, sans la moindre once d'expression ou d'émotion. Elle n'était pas le moins du monde impressionnée, elle songea même un instant à lui tirer une balle tranquillisante, histoire d'éviter la casse. Car bien sûr, elle ne craignait pas pour ''sa vie'', ah ça, la bonne blague ! Par contre elle n'avait pas trop envie de voir son appartement ou même la vie se faire réduire en cendre. Elle sembla soudainement lasse. Elle leva les yeux au ciel en faisant quelques pas de côté pour rejoindre un fauteuil.

    – Je n'ai aucune réponse à te donner. Fait avec, ou fait sans, ça m'est égale. Dit-elle d'un ton parfaitement neutre, ne reflétant même pas son agacement.

    Elle s'assied tranquillement, toujours aussi indifférente. Reno avait raison, elle avait tout d'un robot, décidément. Elle continua d'observer la dragonne furieuse, qui semblait presque prête à mordre dit donc. Bon, Reanbell n'avait pas pour habitude de sous estimer ses adversaires, alors elle restait sur ses gardes, un seul faux pas, et elle lui faisait faire un somme ! Mais elle préférerait ne pas en arriver là, tout de même, car endormie, elle servirait encore moins qu'éveillée. Enfin, si elle le prenait comme ça, elle allait finir par couper le peu d'envie que la blonde avait de l'aider. Mais quelque part, cette rage ne lui paraissait en aucun cas répulsif, bien au contraire. Elle lui évoquait encore plus sa propre image d'elle, il y a quelques années de ça, avant qu'elle ne s'oblige à se vider de tout ça. Finalement, elle avait l'impression de voir ses propres tripes se déballer furieusement en face d'elle. D'un sens, c'était frustrant, oui, ça l'avait toujours grandement frustré et agacé que les gens montrent leurs émotions sans retenue, qu'ils déballent leur vie et leurs misères pour être pris en pitié. Ça l'agaçait que tout le monde ne fasse pas comme elle ! C'était déjà assez dure de tout contenir en soit, alors si c'était pour supporter les humeurs des autres en contre-parti, ce n'était pas très équitable. Mais là, c'était différent avec Chibie. Sa colère n'était pas un caprice, ou peut-être que si, allez savoir. Mais c'était un caprice auquel Reanbell pouvait bien d'identifier, bien qu'elle ne retire par vraiment des mêmes raisons que ce qui pourrait potentiellement la mettre dans cet état.

    Elle comprit finalement que la petite demoiselle se sentait menacée par sa prise d'initiative, elle était offusquée. Reanbell savait bien ce que c'était que d'être sous-estimée, ou pire encore, se croire sous-estimée alors que nous sommes exactement estimé à notre juste valeur. Reanbell ne doutait pas un instant de la puissance de la dragonne, ni de son intelligence, mais cela ne la rendait pas moins dépourvue dans ce monde ''civilisé'' comme ils appellent ça. Elle ne chercha pas à la contre-dire, et fit alors preuve de ce que l'on aurait presque pu prendre pour de l'ironie ou du sarcasme, mais de la part de la petite immortelle, c'était tout simplement de la curiosité. C'était difficile de savoir ce qu'elle pensait de toute façon, car elle semblait toujours aussi sérieuse. Elle croisa les bras, la jugea du regard avec intérêt.

    – Soit. Je suis curieuse de connaître ton plan, chef. Je t'écoute. Enfin, comme je n'ai pas de réponse à te donner, je suppose que tu vas partir toute seule ?

    Elle hésita un instant … Lui rappelait-elle que, techniquement, elle lui était déjà redevable pour l'avoir soigner et tout le reste ? Non, avec ça, elle allait péter les plombs, la petite bleue, se sentirait piégée, alors que ce n'était pas du tout le but de Reanbell. Pour une fois qu'elle se montrait honnête, serviable et généreuse, voilà comment on la remerciait ? Et bien, elle s'en souviendrait. Au fond, Reanbell n'était pas avare ni même avide. Disons surtout qu'elle ne comprenait pas ce concept. Elle avait juste remarqué très vite que c'était ce qui rythmait la société d'aujourd'hui, alors elle s'en était servie pour se fondre dans la masse. Puis elle avait remarqué que cela permettait d'avoir de jolies choses, et Reanbell aimait bien les jolies choses, sans y tenir plus que ça. Et enfin, elle s'était rendue compte que l'argent était la façon la plus simple de créer des conflits et de se faire mépriser ; se cacher derrière une image de quelqu'un d'avare et d'avide vous rend imbuvable pour n'importe qui, et c'était exactement ce que Reanbell recherchait. Elle voulait être méprisée, car lorsqu'on vous méprise, c'est plus facile de mépriser en retour et cela la protégeait de se faire avoir par une attache quelconque.  



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Chibie


Messages : 87
Date d'inscription : 15/05/2013

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 21 ans
• More:

MessageSujet: Re: Edge, cette ville si moche... {FINI}   Ven 11 Avr - 13:52:43



Edge, cette ville si moche...


Chibie


De quoi ? Mais qu’est-ce qu'elle racontait ? C’était quoi cette histoire de taille, et de prendre en haut. Voilà que l’on s’embrouillait toutes les deux dans nos propres mots. Qu’est-ce que j’avais dit ? Peut-être quelque chose qui n’existait pas dans la langue humaine, ou qui du moins n’avait pas de sens. C’était fort possible, vu sa réaction. D’abord parce qu’elle n’avait pas l’air le moins du monde de me prendre au sérieux, et ensuite par ce que je ne comprenais strictement rien à ce qu’elle essayait de me dire. Je fronçai les sourcilles, toujours énervée, mais aussi dépassé par mon incompréhension. Remarque, cela m’occupa au moins à réfléchir. Pendant tout ce temps, un long silence planait sur nous, tandis que nous nous scrutions du regard avec acharnement. Aucune de nous ne lâchait. Jusqu’à ce qu’Or reprenne finalement la parole, pour me donner enfin, la réponse tant attendue. Mais quelle réponse ! Rien. Elle ne voulait rien en retour. Était-ce par manque d’imagination ? Je ne voyais que cela ! Néanmoins, je devais visiblement me faire à cette idée…

Bon ! Et bien après tout, pourquoi pas ! C’était son problème de toute manière, non ? C’est elle qui se faisait avoir dans l’histoire. Un service sans retour. C’était son choix, et je la prenais aux mots. Elle loupait sa chance de me voir lui offrir mes services par la suite. Toutefois, je voulais être sûr qu’elle le comprenne. Je voulais que les termes de notre contrat soient très clairs. C’était sa décision, et non la mienne. Je m’efforçais donc une dernière fois de lui expliquer la situation.

« J’irais là-bas, avec ou sans toi. Si tu veux te joindre à moi, mais que tu n’as rien à espérer en retour, c’est toi que cela regarde. Mais ne pense même pas changer d’avis une fois que toute cette histoire sera terminée. Si tu ne veux rien maintenant, tu n’auras rien plus tard non plus. »

Je ne sais pas vraiment si elle m’écoutait, puisqu’elle partait à présent, l’air de rien, s’asseoir dans une espèce de cube moelleux, pendant que je la sondais de mon air agressif. Elle m’ignorait presque. Il y avait véritablement des ondes de conflits dans cette pièce. Nous avions beau tenir des discours parfois incompréhensibles, et colérique pour ma part, nos yeux quant à eux, nos regards, disaient déjà tout. Elle me surveillait du coin de l’œil, méfiante, prête à répondre elle aussi, à la moindre menace. Je dois avouer que de mon côté, je n’attendais que ça, une excuse pour ouvrir le conflit. C’était comme ça que l’on imposait sa domination chez moi, la victoire d’un combat. Mais Or semblait un peu plus calme que moi, et préférait visiblement résoudre le problème par la discussion. Hm, elle avait peur de moi, peur de perdre, à tous les coups !

Elle s’avoua même finalement officiellement vaincue, en me qualifiant de «chef». Et si ce ton-là pouvait représenter comme une certaine ironie chez les hommes, de mon point de vue en tout cas, c’était vraiment perçue comme une soumission. Pas d’ironie avec ces choses-là, pas chez moi. Je savourais donc pleinement ma supériorité, cela avait au moins eu le mérite de me calmer. J’étais assez fier de moi finalement. J’étais encore si jeune, une trop jeune dragonne pour prétendre être chef au sein des miens en tout cas. Toutefois, il semblerait que j’arrivais tout de même à m’imposer, même dans ce nouveau monde hostile. Rajoutez à cela que j’étais vraiment toute seule contre l’ennemi qui plus est. Oui, j’étais assez contente de moi ! J’espère que mon père l’aurait été également.

Levant alors le museau d’un air supérieur, je la fixais de mon regard quelque peu hautain disons-le. Mais une fois encore, cela ne semblait pas l’atteindre le moins du monde. Elle restait toujours autant indifférente. Pff, je m’en fichais royalement là à vrai dire. C’était moi la chef ! C’est tout ce qui comptait. Je poussai alors un bref et rapide soupire de mes petits naseaux humains, c’était nettement moins impressionnant que sous ma vrai forme, et je fus même un peu déçue de cette performance ratée. Pas de fumé qui sortait de ces naseaux-là visiblement… Bon, ce n’est pas grave, je pourrais le refaire ultérieurement, à l’occasion.

Maintenant calmée, et tout à fait réconfortée dans mon statut et mon égo, je repris une attitude des plus tranquilles. Je m’approchai même de cet étrange cube sur laquelle elle était assise. Je me postai ainsi devant elle, droite et fière. Il me fallait maintenant prendre les choses en main. Elle semblait visiblement être sûre de vouloir m’accompagner et m’aider. Je ne comprenais toujours pas pourquoi, mais soit.

« L’entrepôt se situe au Nord de la ville. C’est un vieux bâtiment désaffecté, à l’abri des regards. J’ai été séparée de mon camarade en arrivant là-bas, mais je pense qu’il est probablement dans le hangar qui bordait le mien. Il y a trois gardiens qui veillent en permanence sur les prisonniers. Mais il y en a certainement d’autres de cachés. Ils sont tous armés. Des armes étranges, qui découpent la chair, crachent le métal et la douleur. C’est ce qui m’a blessé. »

Voilà ce qu’il y avait à dire en termes d’information concernant le terrain. Je n’avais hélas pas plus de détails. Je savais juste qu’ils étaient beaucoup plus que trois, dans cet entrepôt. Car j’en avais été directement témoin, lorsqu’ils m’avaient escortés jusqu’à l’extérieur, avant que je ne m’enfuis.

Maintenant que les détails du terrain étaient échangés, il fallait passer au plan d’attaque. Ou du moins, au plan d’action. Car il fallait envisager un assaut avec le moins de perte possible. C’est ce que voudrait Leï’Daen, je pense. Et je ne sais pas pourquoi, je n’avais pas envie de le décevoir. J’avais envie de réussir, et qu’il me voit. Je voulais lui montrer que j’étais capable de grandes choses moi aussi. Je voulais qu’il croit en moi, qu’il me fasse confiance et soit fier de mes exploits.

« Tu prétends pouvoir tromper la vigilance des hommes avec cet accoutrement ? Soit, tu n’auras qu’à entrer la première et faire diversion. Occuper les hommes, pendant que je me glisserais par le toit, pour entrer dans le hangar ou se trouve le dragon. De là, je m’occuperais de le libérer. »

Je ne sais pas ce qu’elle comptait faire à la base, ni comment aurait-elle pu se débrouiller seule afin de libérer Leï’Daen, mais ce qui était sûr, c’est qu’il n’était pas question que je reste faire déco, à l’attendre bêtement et gentiment, pendant qu’elle faisait tout le travail. Ça non, pas question. De plus, c’était à moi et moi seul d’aller libérer Leï’Daen, certainement pas à elle. Que ça lui plaise ou non, elle allait devoir travailler de pair avec moi.




Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Edge, cette ville si moche... {FINI}   Ven 11 Avr - 17:52:49




Reanbell Valdès

Edge, cette ville si moche...



    Contrairement aux apparences et à ce qu'elle laissait croire à tous, il lui arrivait souvent de faire des choses sans rien attendre en retour. Elle avait notamment beaucoup aidé pendant la crise de géostigma il y a quelques années, ainsi qu'à la reconstruction de la ville. En fait, elle se chargeait surtout d'aider les enfants orphelins qui étaient à la rue, faisant de son mieux pour leur dégoter de quoi avoir un toit au dessus de la tête et quelques repas chauds, sans compter les nombreux vêtements et autres fournitures dont elle faisait don constamment. Elle achetait tellement qu'elle devait vider ses placards toutes les semaines pour aller donner ça aux organisations, vérifiant bien sûr toujours à ce que ses dons soient correctement redistribué. Elle avait déjà démantelé plusieurs réseaux d'escrocs qui se servaient de fausses insignes d'organismes humanitaires pour faire leurs petites ventes tombés du camions. Elle n'était généralement pas tendre avec ceux-là. Ça ne lui faisait donc ni chaud ni froid de rendre service gratuitement à la dragonne, cette fois. Elle n'avait jamais espéré quoi que ce soit en retour, avant qu'elle sache ce qu'elle était, elle ne voyait pas ce qu'une fille pommé et recherché par la résistance pourrait lui apporter de bon, et maintenant qu'elle savait qu'elle était un dragon, et bien … Elle ne voyait pas non plus quoi lui demander. Reanbell n'avait besoin de rien finalement. Elle faisait toujours payé à la tête du client, et croyez le ou non, à ses yeux, Chibies avait une bonne tête, une très bonne tête même. Elles avaient beaucoup de choses en commun, et seule la blonde devait s'en rendre pleinement compte, ce qui l'arrangeait bien. Elle n'aimait pas recevoir de la compassion ou ce genre de choses …

    La dragonne sembla se calmer, finalement. Son tempérament si étrange semblait aller de paire avec celui de Reanbell, qui était tout aussi atypique. L'impassibilité et l’indifférence de la blonde avait l'art d'agacer d'habitude, mais cela semblait très bien contente la demoiselle aux cheveux bleus. Reanbell ne fit pas le moins du monde attention aux dernières mises en gardes de sa camarade, et elle lui aurait presque baillé au nez, si elle avait était un peu plus attentive. Elle écouta cependant mieux les explications de la situation, visualisant très vite l'endroit décrit par la dragonne. Elle y avait déjà mis les pieds, oui, elle voyait bien comment était fait ce coin là, et aussi les gens qui le fréquentait habituellement. Elle n'y allait jamais avec la même tête, alors personne ne la connaissait, ce qui l'arrangeait bien. Elle ne risquait pas d'avoir de mauvais retour après ça, quoi qu'elle fasse, la jolie rousse aux yeux noisettes-ambrés qu'elle était protégerait bien ses arrières.

    Elle prit note des instructions de la dragonne sans les approuver. Elle voyait le scénario d'ici, un seul faut pas, et ils allaient devoir courir. Reanbell savait à quel poins il était parfois bien plus pratique et rentable de ne pas se cacher, pour faire des coups fourrés. Les gens sont étrangement plus en clin à vous laisser accomplir vos méfaits aux grands jours, plutôt que par derrière. Bien sûr, tout était relatif et demandait d'être adapté à la situation.

    – Soit, j'occupe les résistants, tu fais sortir ton copain en douce, les résistants s'en rendent compte, sonne l'alerte et vous poursuivent en tirant partout. Tu t'énerves, tu en crocs quelques uns et tu crames tout dans la foulé.

    C'était un bien pessimiste présage, mais qui a dit que Reanbell était quelqu'un d'optimiste, hm ? Qui oserait le prétendre ? Elle était un peu (beaucoup) tête de mule, et aussi de mauvaise foi lorsque les choses ne se déroulait pas à sa manière. Elle avait exposé cette théorie avec beaucoup de naturel, sans mépris, toujours aussi indifférente. Décidément, s'en était navrant. Comment diable une plaie pareil pouvait-elle bien exister ? Elle choisit alors de revenir à son plan initial.

    – Ou alors, on passe par la grande porte, on dit bonjour à tout le monde et on sort ton copain par cette même porte, en restant polis.

    Oui. C'était débile dit comme ça ! Mais il ne fallait pas sous estimé le pouvoir d'un déguisement et de bons faux papier avec le sigle de l'ORM, ni le pouvoir du nom de Reeve Tuesti. Elle ne le connaissait pas vraiment, juste comme ça, et alors ? L'important n'était pas la réalité, mais ce que les autres croyaient.

    – En prétendant qu'on va le transférer dans une autre prison et avec les bons mots et les bons papiers, ça passera tout seul, et on ne risquera pas de se faire tirer dessus. Bien sûr, il nous faudra des figurants pour feindre une escorte. J'ai des contactes qui seraient près à faire cela sans poser de questions.

    Ces contactes n'étaient autres qu'un réseaux de SDF avec qui elle avait souvent affaire. Ils étaient partout dans la ville, il n'y avait pas plus fiable que les gens de la rues pour vous informer sur tout ce qu'il se passe. Elle était toutefois consciente que Chibie n’accepterait pas ce côté du plan, alors elle songea à un compromis. Le tout était de se débarrasser des gardes qui risquaient d'être gênant, et elle ne pouvait pas vraiment se permettre de tous les assommer, car l'endroit était bien surveillé, avec des allés et venue très fréquent. Il ne faudrait que quelques minutes pour découvrir une anomalie dans les rondes, le tout était d'allongé au maximum ce délais.

    – Je sais que tu ne voudras pas avoir affaire à des étrangers, alors fait ce que tu as dis, je me charge des gardes.

    Elle savait également que se serait une perte de temps de la déguiser, elle ne saurait pas supporter une perruque et encore moins des lentilles. Elle lui donna cependant une veste à capuche, assorti au reste de sa tenue.

    – Tu vas te balader avec ça. J'aurais besoin d'un peu de temps pour préparer mon coup, par contre. Je vais devoir partir en repérage des locaux. Je penses que tu passerais dans les conduits d'aération, mais ils faut trouver ceux qui ne mènerons au dragon. Laisse-moi vingt minute d'avance, est-ce que tu saurais attendre dehors pendant ce temps ? 



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Chibie


Messages : 87
Date d'inscription : 15/05/2013

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 21 ans
• More:

MessageSujet: Re: Edge, cette ville si moche... {FINI}   Lun 14 Avr - 15:57:47



Edge, cette ville si moche...


Chibie


Or m’écouta attentivement, et bon sang que j’aimais ça. Elle analysait mon plan avec précision, faisant preuve d’une grande concentration. Une fois que j’eux finis, elle récapitula, de manière très brève et plutôt grossière. Mais c’était à peu près ça oui. Il me semblait qu’elle avait bien compris ! Voilà une bonne chose. C’est ça, c’est tout à fait ce qui allait se passer, et comment je comptais procéder. Bien sûr, pas un seul instant je ne pouvais imaginer l’aspect ironique et pessimiste de ce récapitulatif hâtif. Pour moi, c’était bien la manifestation de son accord qu’elle m’attribuait là. Moi je voyais les choses claires et simplement. Je n’avais pas la sournoiserie des hommes, à me cacher derrière de  l’ironie ou de la moquerie. Je ne cherchai donc pas plus loin. J’abordais même un petit visage fier, moi aussi maintenant très déterminée à en finir !

Mais voilà qu’elle commençait de nouveau à me parler d’un autre plan. Décidément, elle insistait celle-là ! Je croyais pourtant que mon plan lui convenait. D’autant plus que le sien était d’un ennui… Je ne comprenais vraiment pas pourquoi elle retournait sa veste tout d’un coup. Est-ce qu’elle avait peur ? Elle en avait tout l’air en tout cas. C’était quoi cette idée de faire ami-ami avec l’ennemi ? Pour mieux le tromper, oui pourquoi pas, ça me rappelait vaguement quelqu’un… Mais après tout, c’est elle qui allait  se débrouiller avec les gardes, elle pourrait leur dire bien ce qu’elle voudrait. Je ne vois pas trop ce qu’elle cherchait à faire. Je me contentais de la regarder avec un air pensif, et un peu perdu aussi je dois dire. Je penchais de nouveau légèrement la tête sur le côté, vous savez, comme les chiens là… Oui bon, vous avez compris, excusez-moi de sous-estimer vos capacités intellectuelles. Et puis non, je ne m’excuse pas tiens. Vous ne le méritez pas. Bref, une fois que Or eut finit tout son petit charabia, je n’étais pas plus avancé sur la méthode qu’elle comptait utiliser auprès des barbares, mais à vrai dire, je m’en fichais complètement, ça, c’était son problème à elle.

« Je n’ai pas tout compris, mais si ça te chante d’agir ainsi auprès des barbares, c’est toi que cela regardes. Tu les libres d’agir comme bon te semble et de leur dire ce que tu veux, et même leur dire que tu es des leurs, du moment que tu fais ta part du travail. Tu peux ressortir par la même porte si ça te rassure… Moi cette partie du travail ne me regarde pas. Je t’ai déjà dit que je passerais par le toit. »

Un autre détail me turlupinait dans toute cette histoire. C’est cette affaire de contacts, dont elle m’avait parlé, et qu’elle pensait utiliser comme figurants. C’était quoi exactement, des contacts ? A vrai dire, je n’osais même pas lui demander, j’avais peur de paraitre trop bête. Mais heureusement, je ne tardai pas à comprendre qu’il s’agissait d’autres de ses semblables. Elle voulait donc appeler des complices en renfort ? Oui, pour moi le mot complice était bien plus clair à utiliser dans ce cas de figure. Non mais dans tous les cas je n’en voulais pas moi, de ses complices ! Je ne savais même pas qui ils étaient ! Je ne fais pas confiance aux hommes, ils pourraient très bien exiger quelque chose de moi en retour eux aussi ! Non, certainement pas. C’était impensable, même pas imaginable. Je ne voulais pas d’eux dans mes pattes ! Parasites !

« Pas question de faire appel à d’autres de tes semblables je t’ai dit ! Que ce soit cet homme qui me recherche, ou d’autres encore, je ne veux avoir affaire à eux ! »

Mais à peine ai-je eus le temps de finir ma phrase qu’elle me conforta dans mon idée en m’assurant qu’elle avait bien compris le message. Elle c’était donc rangée dans mon sens, et semblait m’écouter docilement. C’était parti pour mon plan donc ! Hm, elle commençait à me plaire cette petite chose. Sauf son animal domestiqué là… Lui, il me faisait toujours aussi peur. En plus il ne ressemblait vraiment à rien ! Décidément, il n’avait que des points communs avec l’autre alien là… Saloperie.

Maintenant qu’Or et moi nous étions mises d’accord sur le plan, il était enfin temps de se préparer à l’action. Elle m’apporta bientôt un morceau de tissus assez épais et duveteux. Hey, c’était une matière très agréable dis donc. Je la tournais dans tous les sens pour en comprendre le fonctionnement, avant de trouver deux morceaux un peu plus long et isolés du reste. J’imagine que c’était pour y entrer mes bras d’humaine. Je glissais donc mes petits bras fins à l’intérieur, avant de me retrouver avec une ouverture béante dans le dos. C’était mal foutue cette affaire… Pendant que je me battais avec son étrange morceau de tissu, elle m’expliquait brièvement le timing dont elle aurait besoin avant d’agir. Je m’efforçais de l’écouter et de rester concentrer, et de lui répondre de mon mieux tant qu’à faire.

« Pourquoi dois-je attendre 20 minutes dehors alors que tu te balades à l’intérieur du bâtiment ? Est-ce pour repérer le bon conduit qui me mènera jusqu’à mon camarade ? Est-ce que je ne peux pas faire ce repérage par moi-même ? Leï’ est très facile à repérer »

Ah tien, c’était la première fois que j’utilisais enfin son nom à celui-là. Bon en ce qui concerne notre affaire, là je dois avouer que c’était bien mon côté téméraire qui me poussait à vouloir tout faire toute seule. Mais il était clair que j’aurais besoin du savoir humain pour cette quête. Elle serait assurément plus efficace que moi en infiltration au sein de ses semblables. Mais tout de même, ça ne coutait rien de demander.

Parallèlement, je continuais de me battre avec le vêtement qu’Or venait de me prêter. Décidément, elle faisait beaucoup pour moi. Tout ça gratuitement ? J’avais un peu de mal à y croire. Mais qu’elle ne s’attende pas à une quelconque manifestation de gratitude de ma part. Je le lui avais déjà proposé, elle avait refusé. Tant pis pour elle. Et puis, que je sache, les animaux sauvages ne vous remercient jamais lorsque vous les délivrez d’un piège humain. Ils se contentent de s’enfuir sans demander leur reste. Voilà tout. Je ne vois pas pourquoi cela serait différent, en ces mêmes circonstances, nous concernant. J’eus maintenant fini de refermer le zip dans mon dos, non sans difficultés. C’était assez périlleux, et j’avais dû pour cela effectuer une drôle de gymnastique pour y parvenir. Je me sentais enfin prête, à l’exception qu’il y avait à mon col, une espèce de poche vide qui pendouillait devant moi. Je ne compris pas vraiment ce que c’était, jusqu’à ce que je l’enfile sur mon visage. Hm, c’était assez astucieux ! Comme cela, personne ne pourrait me reconnaitre ! Je fis quelques pas avant de m’emmêler les pieds dans quelques choses au sol, qui me fit chuter en avant. Je n’avais rien vue ! Et le souffle commençait à me manquer. Par instinct de panique, je tirai sévèrement sur le tissu qui me brouillait la vue, avant de regarder d’un air interrogateur, la petite humaine pour lui quémander des explications.

« Ce truc est ingénieux, il doit être très efficace en infiltration, mais franchement, il n’est pas du tout pratique. On ne voit presque rien ! Il faudrait revoir quelques détails… »  





Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Edge, cette ville si moche... {FINI}   Lun 14 Avr - 17:08:57




Reanbell Valdès

Edge, cette ville si moche...



    La dragonne semblait plutôt coopérative et la blonde voyait déjà comment elle pourrait gérer la situation sans avoir à remplacer la garde par des complices. Ce genre de plan demandait beaucoup plus d'organisation qu'un truc improvisé sur le tas en cinq minutes, alors elle allait devoir faire avec des moyens moindres. C'est sûre qu'elle aurait plus de crédibilité si elle avait été accompagnée de quelques complices déguisé en soldat de la WRO, mais il n'était pas non plus rare de voir les scientifiques chargés d'inspections se déplacer seuls. Elle prenait quelques gadgets supplémentaire, et ce n'était pas tous les jours qu'elle avait l'occasion de les utiliser, malgré son travail. Du matériel de professionnel de l’espionnage, attention, c'était du dernier cri ! Il fallait bien qu'elle ait de quoi faire du tape-à-l'oeil, si elle voulait être crédible dans son rôle.

    Elle ne prêtait donc plus vraiment attention à Chibie pendant qu'elle réunissait ses quelques affaires, ou du moins, elle ne faisait pas attention à ses gestes. Elle l'écoutait d'un air distrait, pas moins attentive pour autant. Elle consultait une carte numérique sur une tablette tactile, c'était les plans des locaux qu'il allait visiter. Il ne lui manquait plus qu'à savoir où était Lei, et le tour serait joué. Elle commençait déjà à repérer la répartissions des conduis d'aération dans tous le bâtiment, et sans relever les yeux un seul instant, elle répondit aux questions de sa complice de sa voix monocorde.

    – Tu ne verras rien depuis les conduits, c'est comme des petits tunnels fermés avec des grilles ouvrant sur une pièce de temps en temps. Il te faudra des heures pour retrouver ton camarade si tu commences à le chercher dans tous les dédales. Quand on se lance dans des trucs pareil, il faut savoir où on va.

    Elle commença à chercher un moyen de lui transmettre les informations. Avec n'importe qui d'autre, elle lui aurait donné une oreillette pour pouvoir la guider en directe, mais elle se doutait que si elle donner un truc comme ça à la dragonne, ça n'allait pas faire long feu. Elle se dit alors qu'elle pourrait lui noter les indications sur papier, mais savait-elle seulement lire leur alphabet ? Elle en doutait. Il ne lui restait plus qu’à faire ça sous forme de schéma très simple, avec des flèches. Oui, c'était sans doute la meilleure chose à faire.

    Elle releva alors les yeux vers elle, envisageant de lui exposer ces détails, lorsqu'elle la vit se mettre la capuche sur le visage. Elle plissa légèrement les yeux, le reste de son visage restant totalement stoïque, elle semblait pourtant très intrigué. Dans ses yeux devenus noisettes, on pouvait lire en grosse lettre ''Pourquoi ?''. Qu'est-ce qu'elle était bien en train de faire ? Reanbell esquissa un pas de côté pour la laisser s'étaler de tout son par terre, alors qu'elle se débattait contre le vêtement. Elle se dégagea enfin le visage, et sans un mot, Reanbell la redressa pour lui retirer le vêtement et l'aida à l'enfiler correctement, rabattant la capuche sur sa tête, comme on l'aurait fait à un enfant maladroit.

    – C'est mieux comme ça, chef ?

    Elle avait remarqué que la dragonne aimait bien ce sobriquet, alors que Reanbell, elle, n'attachait pas la moindre espèce d'importance à une quelconque hiérarchie. Elle ne respectait pas plus les dis ''chefs'' que les pauvres sans abris. C'était même généralement le contraire. Pour une solitaire élevée à huis clos comme elle, il y avait des faits de société et de socialisation comme ça qui n'avait aucun sens à ses yeux. Elle n'avait tout simplement jamais vu la différence entre une personne haut gradée et une non gradée. Qu'avait donc de plus la personne haut gradé ? Le charisme ? Même pas, parfois. L'argent ? Ça dépend. La puissance ? Allez savoir !

    Ça ne lui faisait donc ni chaud ni froid d'appeler quelqu'un ''chef'' ou ''patron''. Pour elle, les titres, c'était comme les noms, ça ne valait rien. Ça ne vous définissait pas, ça ne prouvait en rien votre valeur, cela de définissait pas qui vous êtes. Mais comme quoi, les mots pouvaient tout de même avoir leurs vertus, la preuve étant que ce si petit mot avait une grande impacte sur la dragonne. Si ça pouvait lui faire plaisir, hein, ça ne lui coûtait rien.

    – Je vais donc faire un repaire dans les locaux, trouver où est enfermé ton copain, puis je viendrais te rejoindre pour t'indiquer par quel trou rentrer. Si je te dessine un schéma fléché pour te dire quels tunnels prendre une fois à l'intérieur, ça ira ?

    Sa voix parfaitement neutre avait l'avantage de ne pas paraître supérieur au moins, cette question semblait donc plus être là pour arranger la blonde – comme si c'était la solution la plus simple pour elle – que pour remettre en doute les capacités de la dragonne.

    – Je te préviens, c'est assez étroit dans ces trucs là, tu vas devoir ramper, mais ça devrait être assez large pour qu'un homme passe dedans tout de même. Enfin, ton copain, il est bien sous une forme humaine aussi ? Il est pas trop gros ?

    C'est sûr que si le fameux Lei était obèse, ça allait compromettre leurs projets …  


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Chibie


Messages : 87
Date d'inscription : 15/05/2013

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 21 ans
• More:

MessageSujet: Re: Edge, cette ville si moche... {FINI}   Ven 25 Avr - 22:04:24



Edge, cette ville si moche...


Chibie


La petite Or ne tarda pas à remarquer mes quelques difficultés à me déplacer avec mon nouvel équipement. Elle s’approcha d’un pas tranquille jusqu’à moi, arrangeant finalement l’accoutrement comme il se doit. C’est vrai que c’était mieux ainsi. Ma vision était déjà beaucoup plus dégagée. Je compris donc que le morceau de tissus, qui ressemblait étrangement à une poche, s’enfilait par derrière, pour couvrir mon crâne, ainsi que ma crinière bleutée. D’un petit geste de la main, je testais cette nouveauté, cherchant mon reflet quelque pars. Or me demanda si cela me convenait ainsi. Je répondis d’un simple hochement de la tête.

L’humaine revenu ensuite rapidement au sujet. M’expliquant que les conduits du bâtiment, fonctionnaient comme une sorte de galeries. Un vrai labyrinthe alors ? Cela semblait compliqué de s’y déplacer. Elle se proposa donc de partir en repérage, afin de me fournir un tracé, sous forme de brouillon. C’était plutôt une bonne idée, je dois l’avouer. Il est vrai que dans un endroit aussi confinés, il était peu probable que je conserve un sens aigu de l’orientation. Les galeries devaient toutes se ressembler, et qui sait, peut-être même y avait-il des pièges, par endroit. Peut-être bien qu’elle ne pourrait pas tout répertorier dans son schéma, mais peu importe les risques, je n’avais pas le choix. Je devais sortir Leï’Daen de cet endroit. Je l’écoutais donc attentivement me donner le reste des indications. Elle avait l’air de s’y connaitre en tout cas. Je me demande bien qu’elle genre d’humaine devait-elle être pour s’y connaitre aussi bien dans l’art de l’infiltration. Etre humain avait ses avantages c’est sûr, au moins pour ça. Jamais, en tant que dragonne, je n’aurais pu me hisser dans un conduit aussi petit. Remarque, en dragon, j’aurais également eut le choix de raser le terrain si l’envie me prenait. Oui, après tout, être dragon était toujours bien mieux que d’être humaine. Toutefois, elle me fit remarquer un détail auquel je n’avais pas pensé. Si mon petit corps d’humaine était tout ce qu’il y a de plus maigrichon, le corps de Leï’Daen lui, était certes un peu plus imposant que le mien. Etait-il gros ? Hm non je ne pense pas, je ne dirais pas cela. J’espérais juste qu’il soit assez mince pour entrer dans le conduit.

« Je pense que ça devrait aller. Il est… normal. Je crois… »

Oui, pour moi il était difficile de juger la corpulence d’un être humain. Je ne pouvais pas vraiment savoir à quels genres de critères étaient catégorisés les gros, ou les maigres. Ici, chez les hommes, il semblerait qu’en effet ce ne soit pas uniquement l’âge qui détermine la taille. Chez nous, la taille est synonyme d’âge. Plus un dragon est énorme, plus il est ancien. C’est bien pour cela que la différence de corpulence entre Leï’Daen et moi était si distinctive. C’était un peu frustrant parfois, d’être la plus petite. Mais là encore, les choses semblaient bien faites. C’était aussi une question de hiérarchie chez nous. Les plus petits devaient respecter les plus grands. Et ce bien évidement parce que les plus grand avaient bien plus d’expériences et de savoir que les jeunes. L’équilibre au sein de notre race était vraiment quelque chose de bien fait. Les Cétras avaient vraiment pensés à tout en nous créant, aussi magnifiques que nous sommes. Bref, débat un peu inutile, je vous l’accorde. Mais la pensée de mes ancêtres me fait du bien, alors au diables vos remarques.

« Je suis prêtes. Nous pouvons y aller. »

Annonçais-je finalement. L’heure du départ était enfin sonnée. J’avais eu le privilège de le donner. J’appréciais qu’elle m’ait laissé suffisamment de temps pour me décider. Elle m’avait déjà bien assez précipité quelques instants plus hauts. Mais tout allait bien maintenant. Maintenant que la hiérarchie était installée entre nous.

« L’entrepôt est-il loin de chez toi ? Je n’ai pas vraiment fait attention à ce détail. »

Il faut dire que j’étais un peu perdu lorsqu’elle m’avait trouvée. De plus, depuis ma poubelle, cette cachette tellement pratique, je n’avais pas vraiment réalisé la distance parcourut depuis ma fuite. J’avais d’autres préoccupations à ce moment-là. Comme, fuir ces sauvages qui me couraient après, avec leurs armes qui crachent la poudre.  

Tout en conversant, je me dirigeais à présent vers la sortie de sa maison. Je prenais soin d’éviter de mes pattes, cette chose poilue décidément très flippante. J’espérais bien ne plus jamais la revoir. Quelle petite chose horrible, avec ses yeux globuleux là, et son air démoniaque… J’avais presque hâte de sortir. Pourtant, le monde dehors était bien plus dangereux que cette petite chose. J’étais beaucoup plus en sécurité ici, que dehors. Et il n’était jamais trop tard pour que je m’en rende compte. Je commençais un peu à avoir peur, silencieusement. Et si on m’attendait, dehors ? … Encore une fois, je n’avais pas le choix. Il fallait bien que je sorte, tôt ou tard. Leï’Daen avait besoin de moi. C’était à moi, pour une fois, de prendre les choses en main. J’allais donc surpasser ma peur. Je pouvais le faire. J’allais y arriver…



Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Edge, cette ville si moche... {FINI}   Sam 26 Avr - 10:47:55




Reanbell Valdès

Edge, cette ville si moche...



    Pouvait-on se fier aux jugement de la dragonne en ce qui concerne les proportions d'un humanoïdes ? Telle était la question ! Si elle le jugeait ''normal'' en prenant des humains en référence, alors ça devrait aller, en effet … Par contre, si elle garder un dragon en référence, alors il y avait de quoi s'inquiéter. Enfin, elle avait dû avoir la présence d'esprit de le comparer aux quelques humains qu'elle avait croisé depuis, il fallait tout de même gardé à l'esprit que le but était de le faire sortir de son trou par un tout petit tunnel, ce n'était pas trop le moment de jouer la carte de l'approximation.

    La dragonne semblait prête à partir et à coopérer en tout cas. Ce n'était pas si compliqué de travailler avec elle finalement, Reanbell avait déjà eut affaire à ce genre d'énergumène, il fallait prendre la main, mais finalement, on pouvait leur faire faire à peu près tout ce qu'on veut, du moment qu'on leur faisait croire que l'idée venait d'eux. Elle aussi était prête à partir et à en finir, mais une question lui traversa de nouveau l'esprit. Pourquoi ? Pourquoi se donnait-elle tant de mal pour quelque chose qui ne lui rapporterait rien d'autre qu'un hypothétique ''bon karma'' ? Elle qui ne voulait pas s'avouer charitable, c'était plutôt mal parti. Serait-ce pas héroïsme ? Faire sortir les dangereux dragons avant qu'ils ne réduisent la ville en cendre ? Ben, n'allez pas lui parler d'héroïsme, elle n'était pas de ce genre là, pour elle, ça revenait à de la charité ou de la pitié, ce n'était pas l'image qu'elle voulait qu'on ait d'elle. Mais bon, elle n'avait pas non plus d'intérêt à voir la ville se faire réduire en cendre, il y avait son appartement ici, et puis tous ses magasins préférés … Oui, alors disons que c'est cela, elle le faisait pour ses magasins !!

    – ça va, c'est à vingt minute de marche.

    Avant de partir, la blonde cherche le petit chaton qui avait l'art de miauler et de se cacher à chaque fois qu'elle quitter son appartement. Elle entendait quelque ''miiii'' en écho autour d'elle, et elle songea alors à lui mettre une clochette autour du cou, afin de mieux pouvoir le retrouver la prochaine fois. Elle fini par l'attraper alors qu'il courait de sa démarche pataude pour aller se cacher sous le canapé et elle le porta à bout de bras pour lui adresser un regard sévère.

    – Toi, pas de bêtise. Si tu es sache, je te rapporterais un os à moelle.

    Quoi, vous avez jamais vu de chaton qui aimait les os à moelle ? Et bien maintenant, oui. Quand je vous disais que ce chat était aussi étrange que sa maîtresse, ce n'était pas un mensonge, vous voyez bien … Le chaton ne répondit que pas un nouveau petit ''miiiii'' aigu et se dandina pour frotter sa tête contre la main de la demoiselle en ronronnant.

    – Pas la peine de faire ton mignon, saloperie.

    Elle lui donna tout de même quelques caresses. Elle avait beau rester stoïque, elle n'en était pas moins sensible au charme irrésistible de la petite bestiole. Un charme qui semblait échapper à Chibie, cela dit. Mais en tant que dragonne, elle devait s'en faire des casse-croûte, d'habitude ? Quoi que, une si petit chose ne faudra pas plus la peine d'être mangé qu'un moustique.

    Reanbell relâcha la bête féroce et alla s'assurer qu'il avait assez d'eau et de nourriture, puis que les pièces interdite était bien fermée, plus particulière son dressing. Lâcher Condchat là-dedans signerait l'arrête de mort de tout le contenue … et inévitablement, l'arrête de mort du chaton lui-même.

    Elle consenti enfin à suivre Chibie à l'extérieur, fermant son appartement à clef avant d'entreprendre la descente des nombreux étages de l'immeuble. Elle tentait de récapituler dans sa tête tout ce qu'elles auraient à accomplir, en espérant que tout se passe bien. Étrangement, bien que sachant que ça ne lui rapporterais pas un gil, elle avait plaisir à partir en mission. C'était sans doute ça, la gratification d'une bonne action … Mais bon, il fallait avouer qu'elle était bien contente aussi d'aller mettre le bazar chez ce coin de la résistance qu'elle trouvait particulièrement insupportable. C'était remplis de gros rustres dans cette base-ci, elle préférait de loin celle qui se trouvait à l'ouest de la ville, ou même au centre … Mais la base nord, bon sang, quel ramassis de bon à rien ! La blonde devenue rousse s'en fut donc ainsi, en compagnie d'une dragonne devenue humaine. Il n'y avait plus qu'à croiser les doigts et la jouer fine … Reanbell restait plutôt sûr d'elle. Ça se passerait bien. Quoi que …


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Edge, cette ville si moche... {FINI}   Aujourd'hui à 3:26:23

Revenir en haut Aller en bas
 

Edge, cette ville si moche... {FINI}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Cette ville est trop petite pour nous deux [Riful]
» Alaric | Cette ville a une sacrée histoire.
» [En arrivant au port] Cette ville n'a rien à offrir... [Adrian]
» On ne peut plus faire de sacrifice en paix dans cette ville !
» LYON : ville où je suis né........................

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Judgement Day :: Midgar :: Edge-