RemonterDescendre



 

Partagez | .
 

 L'éveil de la mère damnée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lucrecia Crescent


Messages : 105
Date d'inscription : 03/02/2013
Age : 23
Localisation : In a police Box

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 60ans
• More:

MessageSujet: L'éveil de la mère damnée    Ven 9 Aoû - 15:10:07




Lucrecia Crescent
© Never-Utopia

    La belle endormie semblait si paisible, dans son sarcophage de cristal. Si pure, toute de blanc vêtue, si innocente de son  doux visage impassible, figée dans le temps par un sommeil d'une sempiternel rédemption. Car cet ange de pureté, si belle et si douce d'apparence, n'était en dedans qu'un risible amas de cendres désolées, de plaies sanglantes qui ne cicatriseront jamais, de fautes et de péchés à la cruelle fatalité. Toute l'histoire de sa vie, chargée de tâches plus noires que l'encre que furent ses fautes, indélébiles comme l'est sa culpabilité. Perdue dans les méandres de l’inconscient, connectée au lifestream sans jamais pouvoir le rejoindre, telle était sa punition pour tout le mal qu'elle a causé. Au delà des terribles choses qu'elle avait fait subir aux deux êtres qu'elle aimait le plus, elle était l'origine de chacun des maux de la planète, pas si étonnant alors, qu'elle ne puisse mourir normalement pour rejoindre les flots pures de la rivière de la vie, sa simple existence devait répugner la déesse elle-même.

    Non, le sommeil de la belle était loin d'être paisible. Chaque instant n'était qu'une torture plus intense encore que la seconde précédente, et pourtant, elle ne souhaiterait que tout cela ne cesse pour rien au monde, jamais elle ne se plaindrait, jamais elle ne demanderait à être pardonnée, seule sa culpabilité pourra à présent être exprimée. Et puis, dans son malheur bien mérité, elle ne se sentait pas seule. Une tendre présence veillait toujours sur elle, et si chacune de ses visites ravivait en elle la douleur de ses fautes, elle était également objet d'un flot d'émotions pas si désagréables. Voir son visage, le savoir en vie malgré tout la rassurait. Et elle sentait également la présence de son fils, quelque part, mais il était bien là. Perdu et apeuré, elle souffrait de ne pouvoir lui venir en aide, ne sachant comment faire, où le trouver … Et toutes ses prières allaient pour lui. Pour que la déesse ait pitié de lui, pour qu'une âme pure lui vienne en aide et le guide à nouveau vers la lumière. Sephiroth … Son fils bien aimé. Que ne donnerait-elle pas pour le retrouver, pour enfin le prendre dans ses bras ? Pour la première fois … Juste une fois … Bien que, si cela arrivait un jour, elle doutait de pouvoir s'en décrocher suite à cela.

    Mais quelle déesse pouvait encore recevoir ses prières ? Elle le savait très bien, il n'y avait plus la moindre divinité pour veiller sur le lifestream, et alors que le flot de la mort et de la vie s’entremêlaient dans le chaos le plus complet et que les âmes des défunts allaient et venaient sans but, elle, elle restait là, impassible, simplement spectatrice de toutes les conséquences de ses fautes. Elle avait fait siennes des souffrances de la planète, ressentant aussi bien sa détresse que celle de l'enfant qu'elle aimait tant, celui-là même qui avait provoqué tout cela. Non, ce n'était pas lui … C'était elle, elle-seule était fautive de ce qu'il se passait. Jenova aussi était responsable. Non, son fils était innocent ...

    Hantée par ses songes, le souvenir de ses fautes et de la souffrance de son fils, son esprit s'embrouillait dans la macération de tant de douleur. Elle ne savait plus discerner ses cauchemars de ses souvenirs, se disant même parfois que tout cela n'était qu'un mauvais rêve, que cette scientifique ambitieuse et naïve n'a jamais existé, qu'elle allait se réveiller dans son lit, peut-être même au sein d'une famille qu'elle aurait fondé avec Vincent et qu'il la prendrait dans ses bras pour la rassurer. Oui, bien sûr qu'il lui arrivait de souhaiter cela. Si seulement elle n'avait pas fait tant d'erreurs.

    « L'ai-je fait ? Ai-je réellement vécu tout cela, est-ce simplement possible ? Je n'ai jamais voulu le repousser, et j'ai toujours voulu le bien de mon enfant … Alors pourquoi, pourquoi en sommes-nous arrivés là ? Je suis désolée, tellement désolée … Non, tout ça ne peut-être réel, je les aime tellement … Mais je l'ai fait, si, je l'ai bien fait … tout est de ma faute ! Je ne voulais pas … Ce n'est pas ce que je voulais. Sephiroth … Mon fils, mon enfant bien aimé … J'aimerais tant te protéger, te prendre dans mes bras rien qu'une fois … Sephiroth … Sephiroth ! »

    Depuis le néant de sa prison, elle le cherchait toujours. Elle l’appelait, parfois il lui semblait même presque pouvoir le frôler, l'apercevoir … Elle sentait sa présence, sans jamais l'avoir vu, elle savait exactement à quoi il ressemblait, et elle aurait même put le reconnaître les yeux fermés. Il était son sang, et ils étaient toujours restaient liés malgré tout, du moins, c'est ainsi qu'elle l'avait ressentit toutes ces années. Et pourtant, elle le savait perdu et esseulé … Ne l'entendait-il donc pas ? Ne savait-il donc pas que quelqu'un veillait sur lui depuis tout ce temps ? Elle ressentait chacun de ses tourments, lui qui était si seul, si effrayé, si perdu … Tout cela s'était transformé en haine, une rage sourde qui le rongeait de l'intérieur tel des flammes ardentes … Tout cela par sa faute.

    Par les mensonges de l'homme qui le lui avait dérobé à la naissances, il s'était même tourné vers cette vile créature qu'est Jenova, une fois encore, on lui avait volé son fils. Quant à elle, on l'avait effacé de la planète et du temps, comme si elle n'avait jamais existé. On lui déroba ses travaux, son propre enfant, on effaça son nom de la plus part des archives de la Shinra afin que plus personne ne sache que Lucrecia Crescent est bel au bien venu un beau jour de 22 juillet ... Elle n'existait donc pas. Elle n'était même plus l'écho d'un souvenir, ou si faible qu'une seule personne se souvenait encore d'elle … Vincent. Son tendre démon aux ailes pourpres, si bienveillant … Que ne l'avait-elle jamais mérité !

    Il lui semblait s'être déroulée une éternité depuis la dernière fois où elle ressentit réellement quelque chose, si ce n'est une douleur émotionnelle intense. Car dans son sarcophage de mako cristallisée, rien ne filtrait. Ni son, ni la moindre petite brise, ni chaud, ni froid. Rien. Rien du tout. Son corps était toujours là pourtant, mais il n'était que l'écho de ce qu'elle fut autrefois, il y a longtemps. Son véritable 'elle' avait déjà disparut, sans pour autant avoir quitté ce monde, c'était tout comme. Elle ne savait pas elle même où elle était exactement, ni ce qu'elle était en vérité.

    Elle ressentait encore les présences qui s'agitaient dans la caverne qu'était son tombeau. Elles étaient rares, il n'y en avait qu'une qui s'aventurait jusqu'ici en réalité … Mais cette fois, ce fut différent. Elle sentit aussitôt cette étrange présence, à la fois familière et parfaitement méconnaissable. Ce n'était pas Vincent. Dans l'écho lointain d'un murmure, sa voix résonna d'elle tel un souffle de vent dans la caverne.

    -Sephiroth ….

    Elle n'avait pas bougé, ses lèvres ne s'étaient pas animées un seul instant, et pourtant ce nom avait bien retentit, faiblement, tout juste audible, mais c'était bien réel. Sephiroth, c'était les poussière de de son être qu'elle sentait là, tout près d'elle. Était-il là ? Vraiment ? L'avait-il retrouvé ? Était-il donc bien en vie ? Cette présence l'agita, perturbant son sommeil impénétrable. Ses paupières furent secouées d'un léger soubresaut, avant qu'une larme ne perle au coin de son œil pour dévaler sa joue et se tarire à la commissure de ses lèvres. Il se passa un instant où elle luta, où ses terribles souvenirs revinrent la hanter. Un jour qui aurait dût être le plus beau de sa vie, la venue au monde de son fils bien aimé, et qui tourna en cauchemar. Hojo qui lui subtilisait son enfant, s'éclipsant aussitôt sans lui laisser le temps de l'apercevoir. Sephiroth … Elle voulait voir son fils, l'étreindre, le protéger, ne plus jamais le lâcher.

    Poussée par le terrible désire d'enfin le voir, le voile de ses paupières se souleva lentement. Devant elle, au pied du cristal, figurait une silhouette nébuleuse familière. Des cheveux d'argent mi-longs sur fond noir ainsi deux perles de jades transparaissaient à travers la paroi qui lui brouillait la vue. Fébrilement, sa main délicate se leva et sa paume se plaqua contre la cloison cristalline. Ses doigts y glissèrent doucement, et pour la première fois elle renouait avec son sens du touché. Ce simple contacte suffit à l'éveiller totalement, mettant un terme à la punition qu'était son coma. Elle renoua enfin avec la vie, son cœur s'emballa, son sang pulsait à nouveau chaudement dans ses veines, juste avant qu'un vive éclat de lumière n'éblouisse la caverne entière. Un profond souffle de vitalité la traversa alors que son corps se soulevait pour s'extirper en douceur de sa prison. Elle sentit bientôt la roche froide sous ses pieds nues si fragiles, à ce contacte plus ferme et intense, elle eut presque l'impression que sa peau s'écorchait vive, chacun de ses nerfs s’éveillant soudainement à cet instant. Ses muscles se contractèrent alors eux aussi pour la première fois depuis trente ans, et ce fut une véritable surprise que de redécouvrir ces vieilles sensations oubliées. Si simples, si naturelles autrefois … Mais aujourd'hui, pour elle, c'était presque inédit. Si nouveau qu'elle n'aurait sut interpréter la sensation que cela lui procura... Était-ce plutôt des chatouillis, ou alors comme des milliers de coups de jus lancinant ?

    Elle n'eut pas le temps de regarder où elle avait atterrit, ces nouvelles sensations trop vives la perturbèrent à tel point qu'elle en perdit presque aussitôt l'équilibre et tomba à genou. La chute raviva ses derniers nerfs endormis, tel un ultime choc électrique vivifiant lui arrachant un soupire éprouvé. Elle tremblait, complètement abasourdit, forcée de constater que tout cela était bien réel. Et pourtant, ça paraissait tellement vrai, tellement concret et riche en véritables sensations physiques qu'elle ne pouvait croire que c'était réel. Oui, s'en était trop flagrant pour être vrai. Et pourtant ça l'était …

    Sachant à peine comment coordonner ses mouvements, elle leva gauchement la main pour effleurer son front, tremblante comme une feuille, elle n'avait pourtant pas l'impression d'avoir froid. Elle sentit le doux filament de ses longs cheveux châtains glisser sur le bout de ses doigts et chatouiller son nez, avant d'observer attentivement ses phalanges qu'elle remua méthodiquement pour se convaincre qu'elles lui appartenaient bien.

    -Je … Souffla-t-elle d'une voix fragile, à peine audible, ses douces lèvres en proie elles aussi aux convulsions.

    Elle referma son point pour sentir ses ongles mordre la fine peau de sa paume, fronçant légèrement les sourcils à ce contacte. Non contrariée, elle s'efforçait toujours de comprendre et d'apprendre à nouveau ce qu'était de vivre. Vivre … Oui, elle vivait. Elle n'était plus prisonnière d'un état second et intermédiaire, non, cette fois elle avait définitivement basculée d'un côté de la balance. Celui de la vie. Son cœur qui battait au creux de sa poitrine tambourinait et raisonnait jusqu'à ses tympans. Elle sentait distinctement son sang chaud serpenter dans chacune de ses veines et l'air qui filtrait par ses narines pour glisser jusqu'à ses poumons. Elle sentait tout cela. Comme jamais … C'était si intense ! Pourquoi n'avait-elle jamais sentit cela avant ? Lors de sa ''première vie''.

    Reposant les deux mains à terre contre la pierre froide et rugueuse, elle releva finalement les yeux en se souvenant de la présence qui l'avait éveillé. Par chance cette présence aussi était bel et bien réel. Son regard se posa d'abord sur des bottes noires, et son cœur s'accéléra en se heurtant plus violemment contre sa cage de côtes. Le regard de la belle vêtue de blanc grimpa alors le long des jambes rattachées à ces pieds, puis elle distingua des hanches et des mains, des bras longeant un buste particulièrement fin, le tout recouvert de cuir noir. Elle perçu bientôt des épaules étroites, puis un cou délicat et un visage fin cadré de cheveux d'argent raides, des lèvres douces presque féminines et enfin, de grands yeux de jade.

    -Sephiroth … ! S'essouffla-t-elle, à bout de force.

    Elle baissa un instant la tête le temps de rassembler ses forces, sentant une douleur lancinante compresser son crâne, puis reposa les yeux sur ce jeune homme qui n'était que l'écho de son fils bien aimé. Elle le savait, il y avait quelque chose en lui … une partie même de Sephiroth. Mais ce n'était pas son fils, pas tout à fait, pas complètement.

    -T- tu … Tu n'es pas … Sephiroth … Et pourtant tu …

    Sa voix s'éteint progressivement dans ses balbutiements à peine audibles. Elle avait passé tant de temps à s'exprimer par l'esprit que se servir de sa bouche et de sa langue était devenu un calcule encore plutôt difficile, chaque mouvement, chaque claquement contre son palais étant une distraction supplémentaire pour la déconcentrer dans la recherche méticuleuse de ses mots. A cela, de vifs maux de crâne et de ventre la saisirent à nouveau, comme autrefois. Et les flammes qui dévoraient son fils hantèrent à nouveau son esprit, lui montrant de terribles visions de carnage alors que ses douces prunelles brunes viraient à l'émeraude, un vert de jade aussi vif que les yeux de fauve de son fils. Cela ne dura qu'un instant, avant que revienne à nouveau ses jolies iris châtaigne, reflétant autant de douceur que de détresse, autant de remord que de tristesse. Elle porta ce regard chargé d'émotion sur l'être à longue chevelure argenté qui lui faisait face, au pied duquel elle s'était prostrée. Elle le fixa alors avec intensité et un rien de tendresse, même s'il n'était pas exactement Sephiroth, elle savait qu'il était une partie de son fils bien aimé ...





I'm so sorry:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t82-lucrecia-s-diary http://ff-judgement-day.forumactif.org/t32-rapports-des-relations-de-lucrecia-crescent
Invité
Invité


MessageSujet: Re: L'éveil de la mère damnée    Sam 1 Fév - 22:35:13







Kadaj


L'éveil de la mère damnée.


Quelle plaie pour le plus jeune des incarnés de se retrouver avec cette tâche ingrate, alors que les autres étaient promu à diriger l’armée, ou alors à accomplir d’autres missions bien plus intéressantes, que celle qui lui avait été confié quelques jours plus tôt. Nous étions à l’instant en compagnie de Kadaj, le jeune téméraire, le rebelle, refusant toute autorité mis à part celle de sa mère. Enfin, il y avait tout de même une exception. Une personne devant laquelle il devait se soumettre, par ordre de la Reine. Cette personne, qui avait le droit si précieux de se montrer autoritaire à son égard, ce n’était nul autre que son créateur en personne, Sephiroth. Alors qu’il devrait lui être reconnaissant, Kadaj au contraire, méprise ce visage qui est celui de la perfection aux yeux de Jenova. Le jeune incarné est tout simplement ivre de jalousie. Il faut lui accorder aussi un fait, celui de ne pas avoir reçu les morceaux les plus simples de la légende. Kadaj est fait entièrement de noir. Il a hérité des aspects les plus néfastes de Sephiroth. C’est le pire des trois incarnés. Alors, cet aspect de sa personnalité, ne l’aide pas vraiment à être objectif c’est vrai. Toutefois, pour la gloire et l’amour de sa mère, Jenova, il se résout à accepter les directives de l’argenté, malgré lui.

Ce dernier est venu le trouver il y a quelques jours de cela, l’accablant de ses nouvelles décisions. Il se prenait vraiment pour un prince celui-là. Son impassibilité avait le don d’agacer notre petit dernier. Il prenait sans cesse les autres de haut, de son air hautain et remplit de méprit. Kadaj se sentait humilié par son maitre, chaque fois que ce dernier s’adressait à lui. Dernièrement, il lui avait donc demandé de partir en mission de ravitaillement, afin de renforcer l’armée avant la prochaine attaque. Quoi de pire que de faire le nécessaire, pour trouver de quoi chouchouter une bande de créatures hideuses et sans cervelles. Oui, c’était vraiment une tâche ingrate. Mais Kadaj ne devait pas se limiter qu’à ça. Il devait également trouver de quoi refaire le stock d’arme, et notamment celui des matérias, qui commençait à fortement diminuer. Le jeune incarné voyageait donc de manière très méthodique, explorant toutes les chaines de montagnes, là où les chances d’obtenir des matérias étaient les plus grandes. C’est ce qui l’avait poussé à venir ici, dans cette montagne si particulière, ou se cachait, un trésor des plus uniques, dont il ne soupçonnerait jamais l’existence. Le hasard était donc assez ironique, quoi que la raison, tout à fait logique quant à elle.

Le jeune homme entrait d’abord de manière tout à fait furtive, sur ses gardes, il prêtait attention au moindre bruit, tous ses sens étaient alors en alerte. On ne savait jamais ce que pouvait enfermer d’aussi grandes grottes. Il fallait toujours rester très prudent. Car on a beau être un incarné de Sephiroth, cela ne veut pas dire pour autant que le risque zéro existe. Alors, lentement mais surement, l’incarné se fond dans la pénombre, ou luisent ses yeux de jade, d’une lumière pétillante mais discrète. Si l’obscurité se fait d’abord très vive, au fur et à mesure que le jeune homme s’enfonce, la lumière semble étrangement revenir. Une lumière claire, éblouissante, bleutée comme l’océan. Mais c’est une lumière étrange, qui change parfois de couleur, elle rayonne comme le diamant, prenant différentes nuances, qui intrigue de plus en plus notre incarné. Curieux, il va jusqu’au bout de son expédition. Il arrive finalement dans une énorme chambre, très vieille, à en juger par les nombreuses et gigantesques stalactites. En son centre, trône une imposante et magnifique structure de cristaux. Mais le plus incroyable encore, c’est d’y apercevoir une femme, endormis à l’intérieur. Kadaj cligne plusieurs fois des yeux, fronçant les sourcilles de son air ébahit. Il n’en croit pas ses yeux. Sur quoi venait-il de tomber ? Il se stoppa net à la vue de cette découverte. Non pas qu’il la pensait dangereuse, mais bel et bien parce qu’il était pris de surprise, et quelque peu méfiant devant l’inconnu. Par sécurité, il s’empare de son sabre, fermement empoigné dans sa main gauche. Après de longues secondes à juger l’environnement et la situation, il se décide enfin à agir. Il ne fait pas demi-tour, au contraire ! Il cherche à s’approcher, poussé par la curiosité. Mais il n’en reste pas moins méfiant.

Cette femme a quelque chose d’étrange cela dit. Il sent comme quelque chose de familier en sa présence. Cet appel, cette attirance, c’est celui de Jenova. Cette femme porte en elle des cellules de Jenova, Kadaj le sent, ce qui rend l’objet de sa trouvaille encore plus intrigant. Mais alors qu’il continue à s’approcher, quelque chose d’incroyable se produit alors. D’un coup, quelques petites vibrations s’échappent du cristal, en même temps qu’une légère lumière blanche. Kadaj se fige instantanément, avant d’entendre un drôle de murmure. Devenait-il fou ? Il lui semblait avoir entendu prononcer le prénom de Sephiroth. Il ne savait pas vraiment quoi faire en cet instant, il hésita même à faire demi-tour, peut-être était-ce plus sûr, plus, raisonnable. Oui, finalement il se tourna, prêt à rebrousser chemin. Mais un second appel retentit, plus intense et saisissant cette fois-ci. C’était une sensation très étrange, tout à fait nouvelle pour notre jeune incarné. Puis, comme poussé par une force invisible, il fit de nouveau face au Cristal, qui l’attirait d’une attraction incompréhensible. Ses pas le guidèrent sans qu’il ne s’en rende vraiment compte. Il était maintenant proche, très proche. L’eau qui entourait le cristal lui gela les jambes, mais il continua quand même d’avancer. La femme prisonnière du cristal était vraiment très belle. Il pouvait l’admirer dans toute sa splendeur à cette distance. Elle avait un visage angélique, si fin et délicat, tellement radieux, mais ravagé par quelque chose d’impur. Cette femme, qui était-elle ? Qui était-elle pour appeler le nom de Sephiroth avec… Autant d’amour ?

Instinctivement, Kadaj leva une main timide vers le cristal. Il avait envie de toucher, de sentir, de voir. C’était plus fort que lui. Quelque chose d’étrange était enfermé dans ce tombeau éclatant, une force que l’argenté allait soudainement libérer. En effet, un seul contacte, une toute petite caresse, légère, presque effleuré, et ce fut soudainement toute la chambre qui se mit à trembler. Kadaj fut brutalement réveillé de tout cet enchantement, et recula aussitôt. Il sortit de l’eau, lorsque derrière lui, une chose impensable se réalisa. Une lumière blanche à nouveau, illumina le cristal dans son entièreté. Une lumière plus vive cette fois-ci, qui en éblouit la vue de notre incarné. Les tremblements de la grotte se faisaient de pair plus intense, jusqu’à provoquer quelques éboulements même. Kadaj se protégea le visage de ses bras, aussi pour se cacher de la lumière aveuglante. Puis, après quelques instants, plus rien. Le calme était de nouveau retombé. La lumière c’était atténuée, et les tremblements avaient totalement disparut. Kadaj ouvrit donc lentement les yeux, baissant doucement ses bras. Ce qu’il trouva, en recouvrant ainsi la vue, le laissa littéralement dénué.

Devant lui, la femme du cristal était soudainement sortie de son tombeau. Elle était tombée là, à genoux, vivante, comme le plus incroyable des miracles. Elle semblait sortit d’un long et profond sommeil, car elle ne tenait pas debout, et semblait encore déconnectée de la réalité. Elle ne prit d’ailleurs pas le temps de reprendre ses esprits. Au lieu de ça, elle sauta aussitôt sur son invité, l’agressant de ce nom que lui-même haïssait au plus haut. Elle répétait sans cesse son nom, et cela devenait très agaçant. Comme elle était très faible, Kadaj n’avait aucune raison de s’en méfier. Il reprit confiance et assurance, avant d’empoigner de nouveau son sabre, pour le pointer sur la belle jeune femme. Les lames du Katana vinrent glisser sur le cou délicat de la victime, sans transpercer la chair toutefois. C’était un simple avertissement, du moins, pour le moment.

« Sephiroth n’est pas là… Quel dommage. Pour toi je veux dire. Car ta mort n’en sera que plus douloureuse entre mes mains. »

D’un geste ferme, le jeune incarné saisit le col de la pauvre jeune femme, avant de la forcer à se lever. C’était un peu brutal comme réveil, c’est le moins que l’on puisse dire. Il tira le corps fatigué de la belle Lucrecia sur plusieurs mètres, sans aucune pitié ni aucun ménagement, avant de la jeter au sol, plus loin. Il redoutait que la jeune femme puisse tirer une certaine force du cristal qui l’avait hébergé. Maintenant qu’elle en était éloignée, Kadaj pouvait l’interroger en toute tranquillité.

« Qui es-tu ? Et que faisais-tu là-dedans ? »

Avec un peu de chance, l’énergie du cristal pourrait être exploitée, et Kadaj reviendrait en vainqueur au cratère Nord, fier de balader sa trouvaille extraordinaire. Ainsi, Sephiroth n’aurait pas tous les louanges comme ça. Jenova pourrait voir d’elle-même combien son plus jeune fils, pouvait être aussi capable que l’ainé, à faire de grandes choses. Oui, Kadaj était facilement poussé d’ambition. Une ambition maladive, haineuse, mais plutôt efficace en tout cas…


......






Revenir en haut Aller en bas
Lucrecia Crescent


Messages : 105
Date d'inscription : 03/02/2013
Age : 23
Localisation : In a police Box

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 60ans
• More:

MessageSujet: Re: L'éveil de la mère damnée    Dim 2 Fév - 20:24:38




Lucrecia Crescent
© Never-Utopia

    Le contacte glaciale de la lame sous sa gorge éveilla un peu plus ses sens. Le fil de la lame n'était pas tournée contre sa peau délicate et fragile, mais pourtant, le froid du métal lisse en était tranchant, pour elle qui devait tout redécouvrir. Non, ce n'était pas Sephiroth, ce n'était pas l'enfant à qui elle avait donné la vie. Mais dans ce cas, pourquoi lui ressemblait-il tellement ? Pas tant par son physique que sa présence, d'ailleurs. Il y avait aussi cette Aura chargée de colère et de désarroi, comme elle l'avait tant de fois senti par le passé, lors de son sommeil damné. Tout était confus dans sa tête, elle avait beaucoup de mal à se reconnecter avec la réalité. Son passé, son présent, ses rêves et ses cauchemars, tout se mélangeait dans son esprit, si bien qu'elle ne parvenait même plus à déterminer quels souvenirs appartenaient à sa vie passée ou imaginée. Et ce qu'elle vivait à présent, était-ce un souvenir, un rêve ou bien le présent ? Le froid mordant de la lame la rappela à l'ordre, et la voix du jeune homme résonna enfin. Cette voix, ce n'était pas celle de son fils, et elle ne l'avait jamais entendu, en théorie. Alors pourquoi lui paraissait-elle si familière ? Elle en fut tellement perturbée, se concentrant sur son timbre qu'elle n'en saisit pas les mots. Ce fut donc qu'avec plus de surprise qu'elle se demanda ce qu'il pouvait bien se passer, lorsque le jeune argenté la saisit d'une poigne de fer pour la lever et la traîner de force sur quelques mètres. Elle tenta bien de marcher au début pour suivre le mouvement, mais ça allait bien trop vide, si bien que ses pieds nues finirent par traîner sur la roche froide et rugueuse du sol de la caverne jusqu'à retomber lourdement à terre en un souffle aigu d'épuisement.

    Haletante, elle tenta à nouveau de remettre ses esprits en place et d'au moins s'asseoir. Elle était misérable, elle devait y mettre toutes les forces de ses petits bras fins pour se redresser, parvenant finalement à s'adosser contre la paroi rocheuse, ses jambes repliées sur le côté. Elle releva enfin les yeux vers le jeune homme empli de haine et de violence qui l'interrogeait d'un ton très autoritaire, et sa voix fine n'enlevait rien au danger qu'il pouvait inspirer. Elle semblait pourtant totalement perdue, bien incapable de répondre à ces deux questions pourtant si simples. Que faisait-elle là dedans, exactement ? Et bien, comme elle ne pouvait pas mourir, comme son corps refusait de dépérir à cause des cellules de Jenova, elle put user que de ce châtiment pour se couper du monde, tout en restant consciente des malheurs qu'elle avait engendré, elle ne pouvait ni bouger, ni parler, ni faire quoi que ce soit. Elle était coupée de tout, un sort au moins équivalent à la mort, si ce n'est pire … mais bien mérité. Ou bien, peut-être s'était-elle perdue ? Était-elle seulement rentrée seule là-dedans, ou l'y avait-on aidé ? Elle ne savait plus.

    Et puis, qui était-elle, d'ailleurs ? Très bonne question. Elle était un monstre, oui, c'était bien cela, un monstre. Elle avait fait tant de mal à ceux qu'elle aimait, elle avait engendré tant de malheur. Lucrecia Crescent, telle était le nom qu'elle portait à sa naissance, telle était le nom qui la suivit durant son enfance, son adolescence et alors qu'elle était une jeune adulte. Mais était-elle toujours bien Lucrecia ? Lucrecia était douce et gentille. Elle était attentionnée et aimante, alors que c'était-il passé ? Comment avait-elle put faire souffrir toutes les personnes auxquelles elle tenait le plus ? Son fils, et l'homme qu'elle aimait … En réalité, elle n'était plus rien aujourd'hui. Elle n'était plus personne. Le monde avait continué de tourner sans elle, tout le monde l'avait oublié ou presque. C'est comme si elle n'existait plus. Ses erreurs, elles, par contre, n'avaient jamais été si puissantes, n'avaient jamais autant nuis aux habitants de ce monde en perdition.

    Le temps qu'elle réfléchisse à tout cela, le jeune homme eut le temps de s’impatienter et la somma de répondre avec un peu plus fermeté, planquant de nouveau sa lame glacée contre le cou délicat de la belle en blanc. Elle releva alors les yeux vers le jeune argenté dont elle pouvait sentir la haine alourdir considérablement l'atmosphère. Elle le visage un instant de ses jolis yeux doux, s'efforçant de répondre avant qu'il n'envisage de lui trancher la gorge sans sommation.

    – J … Je … Elle cherchait ses mots. Lucrecia … Souffla-t-elle enfin. Mon nom est … Lucrecia …

    C'était difficile de revenir à la vie, mais plus encore de redécouvrir les interactions. Dans son sommeil, elle entendaient et comprenait parfois des choses, mais ce n'était pas vraiment des sons. C'était plus comme des sortes d'ondes et des mélanges de sentiments purs dont elle seule pouvait comprendre la signification. Ce n'était pas une mince affaire de se refaire à tous ces sons, à tous ces mots si pointilleux, que ce soit pour les prononcer ou pour les comprendre. Elle fixait toujours le jeune homme qui lui faisait face, d'un regard profond et intense, emplis de culpabilité et d'une certaine tendresse. Ce regard implorait le pardon, même si elle ne le connaissait pas, elle se sentait coupable vis à vis de tous les malheur du monde et de ses habitants, et elle n'avait pas tellement tors, elle était directement et indirectement responsable de la plupart des affres de Gaïa. Elle baissa finalement la tête pour reprendre son souffle, plaquant ses mains sur le mur de derrière pour se hisser lentement sur ses jambes encore faiblarde.

    – Sephiroth … murmura-t-elle, incapable de parler plus fort. Mon fils, je dois … je dois le retrouver …

    Elle ne pensait qu'à ça, elle ne pensait toujours qu'à ça. Toujours de façon très complexe, car elle s'attendait à le retrouver dans son berceau pour le prendre dans ses bras et lui chanter une berceuse rassurante. Cela se passait souvent dans ses rêves, elle pouvait l'étreindre, le prendre dans ses bras, ce si petit être, le fruit de ses entrailles. Mais elle le voyait aussi, grand et fort … et torturé. Elle le voyait parmi les flammes, rongé par la haine et les ténèbres, par les mensonges et la trahison. Si seulement il n'était encore qu'un enfant … mais c'était trop tard. Pouvait-elle encore seulement espérer pouvoir l'aider ? Elle ignorait où il se trouvait, mais il était en vie, elle le savait, sinon elle ne serait pas là.




I'm so sorry:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t82-lucrecia-s-diary http://ff-judgement-day.forumactif.org/t32-rapports-des-relations-de-lucrecia-crescent
Invité
Invité


MessageSujet: Re: L'éveil de la mère damnée    Ven 7 Fév - 14:29:43







Kadaj


L'éveil de la mère damnée.


Lucrecia, voilà un nom qui était des plus harmonieux, à la hauteur de la beauté dont elle était dotée. Mais Kadaj n’avait que faire de cet aspect. Pourtant, toute personne se serait à coup sûr attendri devant un si joli visage. Mais voilà, Kadaj n’était pas n’importe qui. Il n’avait pas de cœur. Il pencha la tête un peu sur le côté, afin de mieux la scruter de son air froid et sadique. Le jeune incarné avait des yeux particulièrement effrayants, il n’y avait pas d’âme au fond de son regard, juste un noir profond, et un vide immense. Impossible d’anticiper ses gestes, ni d’avoir la moindre idée sur ses prochaines intentions. Mais on pouvait néanmoins facilement deviner que tout cela n’annonçait rien de bon. Il gardait la lame de son sabre sur la peau délicate de la jeune femme, à hauteur de son cou, qu’il pouvait trancher d’un geste rapide. La pauvre Lucrecia semblait chamboulée, bousculée, il faut dire qu’en plus de son réveil difficile, Kadaj ne lui facilitait pas les choses. Elle tenta pourtant de se relever, sous le regard méprisant de son agresseur, qui écoutait la suite de son discours avec grand intérêt. Voilà qu’elle se remettait à parler de Sephiroth, le désignant même comme son fils. Cette révélation, eut le don d’agacer notre incarné. Tout cela n’avait pas de sens. Elle délirait complètement. Énervé, sans trop savoir pourquoi, Kadaj baissa son sabre, pour venir gifler violemment la pauvre femme.

« Ne dis pas n’importe quoi ! Tu n’es la mère de personne ! Et surtout pas de Sephiroth ! Jenova est notre mère à tous ! Ne redis jamais ça ! »

Et comme pour s’assurer qu’elle avait bien compris le message, il la gifla une seconde fois. La pauvre Lucrecia retomba sur le sol, écroulé devant la violence du choc, et la fragilité de son corps encore endormit. Elle avait un si beau visage, c’était un crime de la salir ainsi. À peine réveillée, et déjà pochée. Mais Kadaj n’en avait pas encore fini avec elle. Cette femme l’énervait, elle disait n’importe quoi. Pour qui se prenait-elle. Que prétendait-elle. Tout ça était révoltant. Une fois la pauvre femme écroulé au sol, il profita de sa vulnérabilité pour la saisir par la nuque. Il entreprit alors de la sortir de la grotte, pour surement la jeter du haut du précipice. Il la trainait le long de la roche telle un vieux sac, qui n’avait aucun moyen de défense.

« Je n’aime pas les menteurs ! »

Dit-il d’une voix froide, rempli de haine. Les petits cris de la belle ne suffisaient pas à faire naitre en lui la moindre once de pitié. Ils arrivèrent enfin dehors, la lumière du jour les éblouit chacune. Kadaj traîna la jeune femme devant le précipice, avant de la jeter au sol, devant ses pieds. Quelques mètres plus loin, c’était le vide.

« Je vais poser la question une dernière fois. Qui es-tu ? Et je me fiche de ton nom ! »

Bien que Lucrecia ait le don de l’énerver, il était toutefois intrigué par cette femme si mystérieuse, qui répétait sans cesse le nom de son créateur. C’était assez dangereux, elle avait beau être une illuminée, pensait-il, elle pouvait être dangereuse, rien que par ses propos. Kadaj le savait, mieux que quiconque. Le doute était quelque chose de très puissant, pouvant changer les hommes. Il savait tout particulièrement à qui pouvait s’adresser ce genre de propos. La principale concernée en fait, Sephiroth, ni plus ni moins. Kadaj lui, vouait une confiance aveugle en Jenova. Mais avec Sephiroth, c’était différent. Peut-être parce que ce dernier avait une conscience qui lui était propre. Kadaj n’avait pas confiance en ce dernier. Il jalousait sa place qui pourtant était au plus haute. Il était trop instable. Alors, il fallait à tout prix éviter, que le genre de personnes comme Lucrecia, ne vienne semer le doute et provoquer une pagaille destructrice dans les rangs de Jenova. Elle devait donc être éliminée.


......






Revenir en haut Aller en bas
Lucrecia Crescent


Messages : 105
Date d'inscription : 03/02/2013
Age : 23
Localisation : In a police Box

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 60ans
• More:

MessageSujet: Re: L'éveil de la mère damnée    Sam 8 Fév - 15:05:23




Lucrecia Crescent

I'm so sorry


    La première gifle eut le don de l’étourdir à tel point qu'elle ne discerna presque rien des paroles du jeune argenté. Seul le nom de son fils et l'évocation de ce monstre qu'est Jenova atteignit ses oreilles et résonna dans tout son être. Elle eut d'ailleurs le réflexe de relever le regard vers son agresseur, qui l’enchaîna d'un nouveau coup. Cette fois, elle en fut presque assommée et ses jambes si fragiles cédèrent sous son poids en un soupir exténué. La joue en feu, la douleur faisait écho dans son crâne, résonnant en un heurt de tambour douloureux et furibond. Un voile sombre moucheté de paillettes glauques brouilla sa vision, et un bourdonnement grave l'assourdit alors qu'elle était à genou et tentait de ne pas défaillir. Lucrecia avait toujours été une jeune femme assez délicate, et de puis sa grossesse, elle était même devenue fragile. Venant de la campagne et ayant grandit auprès d'un père violent, elle était pourtant quelqu'un de bien plus robuste que d'apparence autrefois. Mais aujourd'hui, elle était plus faible que jamais, elle n'était qu'une petite poupée de porcelaine ébréchée, si fragile … Et oubliée de tous dans les ténèbres d'un débarra poussiéreux.

    Elle porta sa main vers son front pour tenter de se remettre de ses émotions, oubliant déjà ce qu'il lui été arrivé. Pourquoi était-elle à terre, déjà ? Pourquoi avait elle si mal au crâne ? Et que faisait-elle là ? Sephiroth … Son fils, elle devait le retrouver ! Mais comment ? Peu importe comment, elle devait le retrouver. Elle ne demanderait plus à Hojo, non, elle le prendrait avec elle et fuirait la Shinra avec son enfant. Son enfant ? Ce n'était plus un enfant. Si ? L'était-il ? Elle ne savait plus. A nouveau, rêve, passé, présent et réalité se mélangeaient dans sa tête. Et elle n'eut pas le temps de recouvrer la raison, qu'on lui agrippait fermement la nuque. La prise était d'ailleurs si puissante et acérée qu'elle crut longtemps que c'était là les serres d'un rapace qui l'avait capturer. Le 'rapace' l'emporta donc, et elle tenta bien de suivre le mouvement, mais elle était trop faible, et pression qui s'exerçait sur sa nuque lui infligeait une telle douleur que toutes ses forces lui en était privé. Ses pieds traînèrent donc sur la roche, et là encore, la douleur qui s'en suscita lui parut atroce, comme si on l'écorchait vive. Elle n'avait même pas assez de force pour crier, si bien qu'elle ne poussa que quelques expiations aigu de douleur, quelques gémissements, tout au plus.

    La lumière du jour vint bientôt agresser ses pupilles. Voilà trente cinq ans qu'elle n'avait pas vu le ciel. Elle fut totalement éblouit, la lumière transperça et irradia son voilà noir pour brûler ses yeux, comme si elle eut été un être des ténèbres baigné dans une lueur divine qui la transcenderait de toute part. Elle fut de nouveau jeter à terre, réduite à l'état de simple objet. Et pas n'importe qu'elle objet, car elle n'était qu'une poupée cassée, en miette, inutiles et brisée. Elle n'était plus qu'un déchet. Elle put alors discerner quelques sons très vagues, la mélodie du vent don la caresse était d'ailleurs assez apaisante sur sa peau à vif ; le chahut de la cascade, un peu assourdissant ; quelques pépiement d'oiseaux rares et enfin, la voix perçante du jeune argenté qui la malmenait.

    Il lui ordonna une nouvelle fois de révéler son identité, ne se contentant pas de son nom. Lucrecia réfléchit une nouvelle fois à la question, comment pouvait-elle se définir ? Elle était scientifique autrefois, une piètre scientifique dont les études n'engendrait que les railleries de ses confrères. Un seul lui avait apporté du crédit, et ce dernier n'était autre que Grimoire Valentine, le père de celui qu'elle aima tant, et qu'elle rejeta malgré tout. Qui était-elle alors ? Une meurtrière. Grimoire et Vincent était mort à cause d'elle, et même si elle était parvenu à sauver le fils, ce ne fut pas un si joli cadeau que ça. Et puis, elle était une mère bien indigne, pour avoir laisser un être aussi abjecte qu'Hojo le lui prendre. Pourquoi n'avait-elle pas été plus forte ?

    Qui était-elle ? Elle l'ignorait aujourd'hui. Non, elle ne savait plus. Tout ce qui hantait son esprit lui paraissait tellement horrible et improbable qu'elle refusait parfois de croire que c'était bel et bien ses souvenirs. C'était bel et bien elle. C'était elle, le monstre. Elle réfléchit donc à tout cela, accablée par le silence, son souffle s'accéléra doucement à mesure qu'elle comprenait qu'elle genre de femme elle fut.

    – Je … Je suis … Elle semblait à bout de souffle. Je suis désolée, je suis tellement désolée !!

    Voilà, tout ce qu'elle était aujourd'hui. Rien d'autre que ça. Désolée. Elle était désolée. L'incarnation de la culpabilité et du regret. Le fruit d'une accumulation d'erreurs plus désastreuses les unes que les autres. Sans doute, aussi, la plus grand criminelle que cette planète n'ait jamais porté. Et la souffrance qui l'accablait ne serait jamais à la hauteur de ses péchés.

    Elle était restée à terre, prostrée sous le poids de ses maux. Cela offrait un spectacle bien misérable à son tortionnaire. Tout pouvait indiquer qu'elle pleurer, le ton douloureux et essoufflé de sa voix, les quelques convulsions qui parcourait son corps, son front contre le sol et son visage cacher dans ses bras. Mais aucune larme ne coulait. Non, pas une seule. Pourquoi ? Pourquoi ne pleurait-elle pas ? Parce qu'elle avait déjà eut le temps de verser toutes ses larmes pendant ses trente cinq dernières années, et la dernière fut pour Vincent.

    Mais cette réponse, seule elle pouvait la comprendre. C'était loin de suffire au jeune argenté qui décida de la malmener encore un peu, afin de lui faire cracher quelque chose de satisfaisant. Que voulait-il entendre d'elle ? Qu'elle le monstre qui été à l'origine de tous les malheurs de Sephiroth et de ce monde ? Devait-elle le dire ? Mais elle n'en avait jamais la force, et ce n'est pas le coup de pied dont usa le jeune belligérant pour la retourner qui put l'aider. Par ce coup qui lui coupa le souffle, elle se retrouva sur le dos. Le jeune incarné se posta alors au dessus d'elle, un genou à terre près de son flanc droit, il encadrait le corps de la jolie jeune femme en plantant son pied de l'autre côté, glissant sa lame contre la gorge de la belle pour la sommer de donner une véritable réponse. La pauvre Lucrecia ne savait déjà pas quoi dire, ni comment le dire … Alors que faire ?

    Elle balbutia quelques paroles confuses incompréhensible, mais décidément, non, elle ne parvenait pas à déterminée qui elle était en tant que personne. Toute sa vie, elle n'avait été que 'celle' de quelqu'un. Fille de son père, assistante de tel ou tel scientifique. Mère de Sephiroth … Aujourd'hui, elle n'avait plus que ça en tête. Elle était la mère monstrueuse du Cauchemar.

    – Sephiroth, mon fils, je dois l'aider … Je suis désolée, tellement désolée …

    Non, ce n'était pas ça qu'elle voulait dire, pourquoi ne parvenait-elle pas à parler normalement ? Et elle répétait sans cesse ''je suis désolée'', le souffle cour, paniquée. Bien sûr, elle reçu de nouveaux coups qu'elle ne tentait pas d'arrêter, et sa peau si délicate ne tarda pas à céder, laissant couler un peu de sang au coin de ses lèvres. Elle tenta de reprendre son souffle, et fit de son mieux pour parler, pour prononcer d'autres mots.

    – J'ai … j'ai donné naissance à Sephiroth … le … le pojet Jenova …


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika


I'm so sorry:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t82-lucrecia-s-diary http://ff-judgement-day.forumactif.org/t32-rapports-des-relations-de-lucrecia-crescent
Invité
Invité


MessageSujet: Re: L'éveil de la mère damnée    Sam 8 Fév - 23:55:45







Kadaj


L'éveil de la mère damnée.


Cette maudite Lucrecia semblait vouloir éviter la conversation à maintes reprises. Il était clair qu’elle ignorait totalement à qui elle avait à faire, pour se montrer aussi secrète avec le jeune incarné. C’était jouer avec le feu, littéralement. Elle risquait sa vie à chacune de ses résistances. Bien qu’il ne s’agisse visiblement pas spécialement de résistance, mais plutôt d’un blocage, vis-à-vis d’elle-même. Mais Kadaj était bien trop cruel et inhumain, pour daigner comprendre cela. Il voulait des réponses, claires et précises, c’est tout ce qui l’importait. Or, la belle Lucrecia commençait sérieusement à le mettre à bout de nerfs, le petit argenté n’avait hélas pas beaucoup de patience, et ses coups se multipliaient au fur et à mesure que Lucrecia s’éloignait du sujet.

«Je me fiche de tes remords ! Parle ! Répond moi ! »

Insistait-il avec une voix de plus en plus agacée. Quelques coups encore, et la belle finit enfin par avouer. Et quelle abomination venait-elle de dire là. Celle-ci prétendait avoir donné la vie à Sephiroth. Tout cela n’avait pas de sens. Encore plus pour un incarné, dont la notion de naissance était très floue. Non seulement il ne comprenait pas, mais plus encore, il ne voulait pas comprendre, ni même essayer de comprendre. Il n’aimait pas du tout ce qu’il venait d’entendre. Et bien que cela ne lui parle guère, il savait néanmoins identifier la source d’une menace certaine à travers ces quelques mots prononcés. Si encore disait-elle vrai. Mais dans le doute, Kadaj préférait éviter tout risque inutile. Il resta un instant ébahi par ce qu’il venait d’entendre, soudainement immobilisé devant la jeune femme, a terre en train de souffrir de ses blessures. Il n’arrivait pas à réaliser, il ne voulait pas l’accepter.

« Tout cela est totalement insensé… »

Finit-il par dire d’un ton menaçant. Il se baissa alors pour reprendre possession de sa victime, la saisissant cette fois-ci par sa longue chevelure soyeuse. Il la releva jusqu’à hauteur de son visage, plongeant ensuite son regard menaçant dans celui de sa victime, si fragile quant à elle. Il resta la fixer un long moment, l’air parfaitement sévère, n’annonçant hélas rien de bon pour la pauvre Lucrecia.

« Je suis fatigués de tes délires paranoïaques. Tu n’es rien d’autre qu’une pauvre folle ! Hélas pour toi, tes propos sont bien trop dangereux pour que je ‘accorde la vie sauve. »

Il fallait à tout prix se débarrasser de ce genre d’énergumène, afin de garder l’ordre et l’équilibre au sein des forces de Jenova. Or, cette femme, aussi folle soit-elle, représentait une menace potentielle, qui pouvait pourquoi ne pas faire de l’ombre à Jenova, par de simples petits mots, qui pouvaient avoir des conséquences désastreuses quand on y connaissait la portée. Kadaj ne pouvait prendre de tels risques. Quand bien même il devait se débarrasser d’elle, qu’était-ce donc une simple vie humaine à ses yeux ? Absolument rien. Il méprisait les êtres humains. Cette femme serait une victime parmi tant d’autres, une de plus sur sa liste noire. Cela n’avait rien de dramatique à ses yeux, ce n’était rien de plus qu’une routine.

Il s’approcha un peu plus du précipice avec elle, la faisant bientôt pencher au-dessus du vide, comme pour lui annoncer ce qui l’attendait désormais. Il la tenait toujours fermement, savourant cet instant d’un sourire sadique, alors qu’il la sentait paniquer. Puis, d’un ton glacial, il lui annonça alors la fin de son voyage.

« Ton voyage s’arrête ici ! Avant même qu’il n’est commencé… »

Sans même lui laisser le temps de répondre, il poussa la jeune femme d’un geste sec, et brusque. La pauvre Lucrecia perdit l’équilibre, et commença alors à chuter vers l’avant, s’approchant irrémédiablement du vide. Et comme cela ne semblait pas suffisant aux yeux du sadique argenté, il lui infligea un dernier coup. Il leva sa jambe pour venir lui porter un coup dans le creux de son dos, la faisant définitivement chuter du précipice. Il se délecta avec joie de ce spectacle, s’approchant pour la regarder finir sa vie aussi misérablement. C’était une mort cruelle, mais venant de Kadaj, plus rien n’était surprenant à ce niveau.



......






Revenir en haut Aller en bas
Lucrecia Crescent


Messages : 105
Date d'inscription : 03/02/2013
Age : 23
Localisation : In a police Box

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 60ans
• More:

MessageSujet: Re: L'éveil de la mère damnée    Mar 18 Fév - 11:43:48




Lucrecia Crescent

I'm so sorry


    Les aveux de la belle qui nageait en pleine confession ne semblaient décidément pas être au goût du jeune argenté, qui s'emporta très vite devant ses propos. Tout c'était passé si vite, à tel point qu'elle ne se figurait toujours pas être sortir de son sarcophage de cristal. Ce devait être un autre rêve … C'est toujours ce qu'elle faisait dans ses songes, elle cherchait son fils. Quel fils cherchait-elle ? Le nouveau né dérobé à la hâte, l'enfant esseulé dans la cours d'école, ou bien celui qui pleurait seul dans le noir à cause de terrible cauchemar ? Cherchait-elle le petit garçon que l'on tentait encore de transformer en arme brute, ou l'adolescent en quête d'identité ? Voulait-elle prendre dans ses bras ce jeune adulte voulant bien faire, ou le monstre qu'il était devenu ? Un enfant. Quelque soit son âge, quelque soit ses méfaits, Sephiroth était un enfant perdu. Son enfant. Et ses pleurs, les pleurs de ce nouveau né qu'elle ne put jamais étreindre, elle les entendaient encore et encore, qui résonnait dans sa tête sans cesse. Encore et encore. Cela ne cessera-t-il donc jamais ? Que ne donnerait-elle pas pour le prendre dans ses bras …. Que ne donnerait-elle pas … ?

    Mais qui était ce jeune argenté, alors ? Était-ce son fils ? Il en avait la toison d'argent, ainsi que ses prunelles de jade. Mais ses traits était bien différent. Il avait le visage d'une jeune personne disparut depuis bien longtemps, elle le sentait, il n'était pas ce que lui même pensait être. Et pourtant, il avait une part de Sephiroth en lui, c'était ça qui l'avait réveillé. Il le connaissait forcément. Il la saisissait par les cheveux pour la relever de force, mais la douleur, bien qu’insupportable pour ses sens en éveille, était le cadet de ses soucis. Non, la belle Lucrecia n'était plus que totalement accaparée par la présent de ce jeune homme violent, terrassé par la rage et la jalousie. Un enfant perdu lui aussi. Mais c'était un enfant qu'elle ne pouvait pas aider. Pouvait-elle seulement aider qui que ce soit ?

    A force d'y penser, elle trouva enfin ce qu'elle cherchait. Où elle l'avait déjà 'vu'. Dans le lifestream. Oui, elle avait ressentit sa présence dans le lifestream, sa détresse, sa haine et sa part de Sephiroth l'avait attirée. Elle n'avait cependant jamais su qui il était exactement, et d'où lui venait cette Aura familière. Elle voulu lui parler, oui, elle voulait le rassurer, elle voulait l'aider, mais elle était incapable de parler. Aucun son ne voulait s'extirper de ses lèvres, coupées par les multiples maux que lui infligeait ce bourreau qu'elle voulait secourir.

    Il la traîna sur quelques mètres encore, elle ne réalisa le danger que lorsqu'il lui présenta le précipice, représentant son funeste dessein. Elle ignorait toujours totalement d'où elle pouvait bien se trouver, et étrangement, elle n'avait pas peur. Non, elle n'avait pas peur de tomber dans le vide et de s'écraser sur la rocaille acéré qui se trouvait des centaines et des centaines de mètres plus bas. Elle était juste intriguée. Sincèrement intriguées.

    * Puis-je seulement mourir ainsi ? Mon corps acceptera-t-il de s'éteindre en bas de ce précipice ? *

    Telle fut sa seule pensée. Et si cela fonctionnait ? Alors que son corps avait refusé de la laisser mourir pendant tout ce temps. Et si elle mourait ici et maintenant ? Sans jamais avoir vu son fils, qu'elle savait hors du lifestream. Oui, Sephiroth avait quitté le lifestream, elle l'avait tellement cherché, et du jour au lendemain, sa présence avait tellement disparut. Elle ne pouvait pas mourir maintenant. Si elle voulait être avec son fils, si elle voulait l'aider, le sauver, le prendre dans ses bras … C'est dehors qu'elle devrait être ! En vie. A le chercher.

    Mais alors que cette pensée lui traversait l'esprit, et que, pour la première fois depuis plus de trente cinq ans, elle souhait vraiment vivre, le jeune bourreau lui annonça son sort, la poussant violemment vers le vide. Non, elle ne pouvait pas mourir maintenant. Bon sang, elle était vraiment sorti ? Pourquoi, comment ? Pour Sephiroth … Pour le voir enfin. Pour avoir enfin la chance de le prendre dans ses bras … Elle avait perdu l'équilibre, mais elle tentait de se rattraper avec diffciulté.

– Non ! Seph-

    Elle ne put terminer sa phrase, coupée par un puissant coup de pied du jeune argenté qui la précipita alors inéluctablement dans le vide. La belle bascula en avant et ses pieds décollèrent du rebord. Son corps chutait à présent à grande vitesse vers les rochets en contrebas. Tout sembla alors s'arrêter pour elle. Elle tombait toujours, elle ne se réveillait, c'était bien réelle. Elle ne pensait alors qu'à son fils, qu'elle voulait tant retrouver. Elle se demanda si son corps allait mourir, et ce ne serait finalement que justice. Son châtiment fut de vivre en Hermite alors qu'elle ne souhaitait que la mort, aujourd'hui qu'elle souhaitait la vie, il était normal qu'elle que la grande faucheuse la rattrape. Elle pensait donc à ce fils qu'elle ne put jamais prendre dans ses bras, qu'elle avait vu tant de fois dans ses rêves. Et dans cette foule de regret, elle pensa enfin à Vincent. Vincent, ô, Vincent … Le seul homme qu'elle ait jamais aimé, et qu'elle aimait tellement. Le seule homme qui l'ait jamais aimé, aussi … Et qui l'aimait tellement. Qu'allait-il penser, qu'allait-il faire en découvrant le cristal vide lors de sa prochaine visite ? Pourvu qu'il vive. Pourvu qu'il soit heureux … Que lui, au moins lui, trouve le bonheur … il le méritait.

    Elle ferma les yeux.

    * Je suis désolée … *


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika


I'm so sorry:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t82-lucrecia-s-diary http://ff-judgement-day.forumactif.org/t32-rapports-des-relations-de-lucrecia-crescent
Invité
Invité


MessageSujet: Re: L'éveil de la mère damnée    Ven 14 Mar - 0:34:00

Une fois l'escale à Costa del Sol, afin de refaire le plein de kérosène, nous voila reparti en direction du Sud-Ouest, vers la caverne de cristal où se trouvait notre cible. Alors que le paysage recommençait à défiler de chaque côté de l'appareil, je me perdais dans mes pensées. Costa del Sol... Si seulement j'avais pas pris tous mes jours de congés il y a peu... J'appréciais particulièrement cette ville en fait. Pas la ville en elle-même, mais sa chaleur, ses plages de sable blanc, ses femmes en petit maillot, son eau clair... D'ailleurs je me demande si 'Lena aime ce genre d'endroit. Je suis sûr que ça l'emmerderait plus qu'autre chose... Raison de plus pour l'y embarquer un jour tiens! Si seulement... Mes matérias pour un putain de cocktail... Sur une chaise longue, sous une ombrelle et un soleil de plomb...

-Hey oh! Boss! Navré de vous déranger mais... Je ne sais pas piloter hein... D'ailleurs, c'est vrai ce que vous avez dit? Que vous payerez votre tournée une fois la mission terminée? demanda le mercenaire aux commandes, pétrifié par sa tâche.

Oui, des mercenaires... Plus particulièrement, deux mercenaires. Avec la recrudescence de nos activités, j'avais du embaucher des hommes pour me filer un coup de main pour cette mission. Ce n'est pas l'argent qui manquait au Patron... Et puis cette mission valait clairement quelques milliers de gils, quand on sait ce que l'on peut en récupérer par la suite. Enfin... Je les avais dégoté dans un bar d'Edge, ils avaient l'air assez propre sur eux, du moins plus que les autres. Tant qu'ils sont armés et savent utiliser leurs jouets, je me foutais totalement du reste. Ce n'était que des porte-flingues de seconde zone...

-Putain Bob, t'aurais pu me le dire quand même... Ça va me gâcher mon voyage ça, merci yo'! Bon allez, bouge de là, je m'occupe du reste. J'espère que vous serez plus compétents au sol, je ne vous paye pas pour glander les gars, yo'. alors que je le virais du cockpit pour prendre sa place. Malgré qu'il s'apprêtait à rétorquer, il rejoignit son comparse à l'arrière.

-T'en fais pas, M'sieur Reno, on a pas de gros calibres pour faire joli! Si on voit le moindre mouvement suspect dans le coin, on le dézingue illico presto! Et cette histoire de tournée alors, c'est du vrai? reprit l'autre mercenaire en bidouillant son arme.

-Z'êtes de foutus alcooliques ma parole, yo'! Mais ouais, c'est pas du flan, Bob. Maintenant fermez la et restez concentrés. On arrive dans peu de temps alors sortez vous les doigts et préparez vous à l'extraction, yo'! en m'allumant une menthol.

Qu'est ce qui m'a pris de recruter ces deux-là, sérieusement... Bob et Bob... Enfin... Le semblant de cratère apparaissait lentement à l'horizon, nous arrivions. Alors que l'hélico fendait l'air, dans un bruit peu discret, je pensais déjà au débriefing et à la fin de journée qui ne s'annonçait pas trop mauvaise encore. L'appareil était maintenant à quelques dizaines de mètres de cette foutue cascade. Je restais là, non loin de l'entrée, toujours dans le cockpit tandis que les deux gusses, Tic et Tac... Enfin je veux dire Bob et Bob, s'apprêtaient à descendre en rappel. Alors que l'un d'entre eux venait de rejoindre le sol, il me fit remarquer un petit détail... Oui oui, le genre de détail qui arrive sans prévenir et qui te les brise alors que la mission semblait tranquille jusque là. Putain de mission... Ça commence déjà...

-Boss! Je vois deux silhouettes là-haut, on dirait deux femmes... Enfin, pour l'une je ne suis pas sûr, mais il n'était pas question que d'une seule cible? hurla Bob, depuis le sol, alors que l'autre était encore dans l'hélico. Finement observé pour un poivrot armé...

Alors que je stabilisais l'appareil à altitude fixe, je déplaçais l'hélico de façon à assister à ladite scène, observant les deux femmes décrites par l'autre idiot de mercenaire. En effet, il y avait bien deux femmes. Une brume, a la longue chevelure... C'était sûrement cette Lucrécia Crescent, la cible et objectif de la mission. Quant à l'autre, elle était... Euh, après vérification, ce n'était pas un femme! C'était cet enfoiré d'incarné, que j'avais du affronté avec Rude et la clique de Cloud... Comment il s'appelait déjà? Karad? Kijad? Enfin peu importe! Qu'est ce qu'il foutait ici? Il n'était pas censé être mort d'ailleurs?! Cela ne m'annonce rien de bon...

-J'ai dis pas de témoins ni de survivants! Flinguez moi ce mariole albinos, et plus vite que ça, yo'! Et rattrapez la femme, bande d'incapables! Je ne vous paye pas pour votre laxisme et votre incompétence, yo'! avais-je lancé depuis l'hélico, alors que l'incarné venait de balancer la scientifique par-delà la falaise, la laissant tomber dans le vide afin de la faire s'écraser.

Devant le peu de réactivité des deux crétins, je descendis rapidement l'appareil avant d'activer le lance-filet pour l'attraper au vol. Une fois la prise dans ma toile, cette dernière se referma sur la proie qu'était Lucrécia avant de se faire tracter vers l'hélicoptère. Putain... On ne peut vraiment se fier qu'à soi-même ici ou quoi? Dernière fois que j'utilise des manchots pour me seconder, quoique... Ils feraient surement de superbe appâts pour occuper l'autre taré de fils à maman. Il ne restait plus qu'à le vérifier... Qui en premier? Personne?

-Changement de programme, yo'. Maintenant que l'objectif est atteint, je veux que tu ailles rejoindre ton pote et que vous me débarrassiez du gêneur... et au plus vite... sur un ton impassible bien qu'impératif, tandis que les coups de feu pleuvaient en contre-bas, Bob vidant ses munitions sur l'agresseur argenté de la scientifique. Allait-il seulement le toucher?

Pendant ce temps, ladite scientifique arrivait enfin à portée de bras. Alors que j'enclenchais le pilotage automatique afin de rester à la même altitude, je m'approchais afin de la remonter a bord avec l'aide de l'autre incapable, toujours pas descendu. Lorsqu'elle fût hissée dans l'hélico, je la pris avec moi pour l'éloigner du bord, afin de la mettre à l'abri. Elle semblait terrifiée, ou plutôt complètement déboussolée. Enfin, on m'avait demandé de la ramener vivante, non pas enjouée, sereine ou que sais-je encore...

-Lucrecia Crescent... Navré d'avoir tardé, yo'! Quoiqu'il en soit, je suis chargé de votre protection jusqu'à votre retour en territoire civilisé, à Edge. alors que je l'invitais à s'asseoir dans le cockpit, ou plutôt l'y guidait, vu l'état dans lequel elle se trouvait. Nous étions à plusieurs dizaines de mètres de la côte, c'était sans réel danger...

-M'sieur Reno... Pourquoi ne pas utiliser l'armement de l'appareil pour descendre le type là-bas? Puis faudrait aller le rechercher avant de retourner au bercail. Il est toujours en bas alors on... commença t-il, toujours sur le bord de l'hélico. Serait-il suicidaire?

Profitant de l'état de la captive, ou de la rescapée, appelez-la comme vous le souhaitez, je m'approchais de Bob afin de lui dire quelques mots. Les coups de feu continuant toujours... Visiblement, il en avait des munitions. Une belle fortune qui partait seconde après seconde, quel gâchis... Faisant face au mercenaire resté dans l'engin, je lui tendis ma menthol après lui avoir soufflé ma fumée au visage, le regard froid et sérieux. Malheureusement pour lui, il ne savait pas lire entre les lignes... Pauvre gars... Des fleurs à sa veuve!

-On travaille pour la régénération de la planète, je ne vais pas abîmer le relief, yo'. Et puis tu oublies un détail essentiel! J'avais dis... pas de survivants, non? alors que les derniers mots étaient dans un chuchotement, pour ne pas inquiéter davantage la scientifique dans le cockpit. Enfin, entre le bruit de l'appareil, la pluie de balles et son état... Peu probable.

L'instant suivant, un coup de feu s'ajouta à ceux déjà présents... Il ne fallu pas bien longtemps avant de voir Bob sauter de l'appareil. Un saut, une chute, un plongeon... C'est souvent pareil, surtout au niveau de l’atterrissage, vu l'altitude et la balle qu'il venait de prendre. Au pire, s'il survit, il pourra rejoindre son ami Bob... Quant à l'incarné... Je n'en avais que faire. Qu'il pourrisse ici avec les deux autres tiens! De ce fait, je retournais dans le cockpit, libéré des incapables... Jetant un regard à la survivante, je lui souris en coin avant de placer un casque sur ses oreilles, puis sur les miennes. Il était l'heure de battre victorieusement en retraite! Accrochez-vous, ça risque de secouer un peu...
Revenir en haut Aller en bas
Lucrecia Crescent


Messages : 105
Date d'inscription : 03/02/2013
Age : 23
Localisation : In a police Box

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 60ans
• More:

MessageSujet: Re: L'éveil de la mère damnée    Ven 14 Mar - 11:54:21




Lucrecia Crescent

I'm so sorry


    Elle s'attendait à sentir la rocaille, qui perçait les eaux en contre bas, lui brise la nuque et lui broie les os. A tout instant, elle s'était préparer à cette douleur, à cette éventualité, alors que son esprit hurlait de toute ses forces, priait pour un miracle. Elle ne voulait pas, elle ne voulait plus …. Ellle ne pouvait pas mourir avec d'avoir vu son fils. Au moins une fois, juste une fois … Pour le prendre dans ses bras et lui dire à quel point elle était désolée. Et ce miracle arriva, contre toute attente, son corps ne vint jamais se fracasse contre les rochets de la cascade qui fut pendant tant d'année son tombeau, sa maison. Elle ne comprit pas tout suite ce qu'il s'était passé, mais quelque chose avait enlacé son corps pour se refermer sur elle. La chute se stoppa alors net, et après une hésitation, elle ouvrit enfin les yeux. Le vide en dessous d'elle, rien autour d'elle, sa fut était quadrillée de fil noir, et ce n'est qu'en avança la main devant elle qu'elle comprit que c'était un véritable filet. Quoi, on va à la pêche au Lucrecia maintenant ? C'était le nouveau sport à la mode ? C'était une belle compétition où les réflexes étaient mis à l'épreuve.

    Lorsqu'elle comprit dans quoi elle s'était fait attrapé, elle s'agrippa fermement au filet, comme s'il pouvait céder à ton moment. C'était la divine providence qui avait dû lui envoyer ça ! Ah, comme si la Déesse ou la planète, ou n'importe quel autre dieu se souciait d'une mère indigne comme elle … Elle savait qu'elle ne méritait pas la moindre faveur, mais si elle voulait vivre, c'était pour son fils. Il méritait de savoir qu'il n'était pas un monstre. Qu'il avait une véritable mère qui l'aimait … Allons-bon … Était-ce bien pour lui qu'elle voulait le retrouver ? En réalité, c'était du pure égoïsme de sa part. Et oui, ne sera-t-il pas pire pour l'argenté de savoir qu'il avait bien une vrai mère, mais que cette mère avait laissé un horrible personnage lui faire du mal ? Elle l'avait abandonné, elle ne s'était pas battu assez fort pour le protéger … Qu'importe, elle voulait le voir, elle voulait tout lui dire … Même si cela impliquait qu'il la tue de ses mains, cela ne serait que justice, après tout. Pour sûr, elle n'accepterait de mourir de la main de personne d'autre, et d'aucune autre façon que ce soit.

    Elle remonta doucement vers le ciel, elle ne voyait pas ce qu'il se passait là haut, mais elle entendait un bruit assourdissant, et un vent puissant secoua sa longue chevelure châtain avant que quelque chose ne la saisisse fermement par le bras. Elle fut alors débarrasser du filet et ses pieds nu touchèrent un sol froid. Ce n'était pas de la roche, ni de la terre … c'était un sol artificiel. Là encore, elle avait du mal à comprendre ce qu'il se passait, à comprendre où elle avait atterrit. C'est alors qu'elle aperçu un costume sombre, bien qu'il manquait la cravate et que la veste ouverte s'affolait au grès du vent, elle le reconnu tout de suite. Un Turks !

    -Lucrecia Crescent... Navré d'avoir tardé, yo'! Quoiqu'il en soit, je suis chargé de votre protection jusqu'à votre retour en territoire civilisé, à Edge.

    Elle releva alors les yeux vers le Turks, découvrant un jeune homme à la chevelure vive et hérissé de pique flamboyants. Il avait les yeux azure souligné d'une petite marque rouge. Elle ne l'avait jamais vu avant. Son esprit perdu entre passé et présent s'égara à penser qu'il s'agissait peut-être d'un collègue de Vincent. Vincent … Vincent ! Sa voix résonna tout à coup dans sa tête, et elle crut même le voir juste là, devant elle, tel qu'il l'était autrefois, lorsqu'il était son garde du corps adoré …

* ''Vincent Valentine, des Turks, assigné à votre protection, mademoiselle.'' *

    Elle cilla plusieurs fois en fixant ce Turk d'un air absent, alors qu'il la guidait vers le cockpit pour qu'elle s'installe. Elle voulu appeler Vincent, demander à le voir, où il était, comment il allait … Mais elle resta muette, abasourdit par ce bruit immonde qui lui vrillait les tympans et le crâne. Elle qui fut plongée dans un silence totale pendant trente-cinq ans, sans toucher ni être touchée de quoi que ce soit … on dirait que ses camarades d'éveil ne semblaient pas prompts à lui faire réintégrer la vie de façon très douce. On agressait tout ses sens, et elle avait littéralement l'impression que son crâne allait exploser. C'était déjà un choque de se dire qu'elle vivait vraiment, qu'elle ne rêvait plus, et avec toutes ces agressions, il n'y avait pas de doute, c'est sûr. La douceur du vide qui caressait sa peau avait laissé place à la violence des coups, l'enivrante mélodie du silence avait laissé place au vacarme assourdissant des moteurs et des hélices qui battaient l'air, la délicieuse fragrance de la pureté de la nature s'était vu terrassé par la puanteur agressive du kérosène. Bienvenu dans la vrai vie, Lucrecia Crescent. Avec sa douleur, la puanteur et sa crasse.

    Son regard vagabondait sur le tableau de bord de l'hélico, elle était bien trop assourdi par le bruit pour comprendre ce qu'il se passait derrière. Elle n'avait même pas calculé qu'il y avait quelqu'un d'autre avec le Turk lorsqu'on la repêcha. Le rouquin ne tarda d’ailleurs pas à la rejoindre, et le bruit qui l'assourdissait était déjà moindre lorsqu'il referma la porte à l'arrière, après un dernier grand fracas. Elle posa son regard perdu sur lui, alors qu'un rictus malicieux habillait ses lèvres. Il avait plutôt une bonne tête, semblait assez rieur bien que vulgaire. Elle était un peu surprise de voir un Turk aussi négligé, il faut dire que Vincent n'était pas du tout le même genre d'homme non plus. En fait, ce petit rouquin lui rappelait un peu Veld. C'était encore un jeune homme joyeux en son temps … Où était-il, aujourd'hui ? Était-il encore en vie ? Avait-il fini par se ranger et foncé une famille ? Tant de questions … Et si elle avait bien conscience du temps qui la séparait de son vieil ami Veld, elle s'attendait toujours à voir Vincent, tel quelle l'avait connu il y a de cela tant d'année.

    Le rouquin déposa un casque sur la tête, et elle le réajuste d'un geste presque automatique, sans vraiment comprendre cependant. Décidément, elle ne comprenait plus rien à la vie, elle avait l'impression d'être un nouveau né dans un corps bien trop mature, alors que finalement, pour une dame de soixante ans passés, c'était plutôt le contraire. Super bien préservé, la maman du Cauchemar !

    En jetant œil par la fenêtre, elle aperçu cette silhouette de noir et d'argent, de plus en plus lointaine. Elle sortit alors tout à coup de sa torpeur, frôlant la crise d'hystérie, elle sursauta sur son siège et se pencha vers le Turks pour lui attraper le bras, manquant de faire virer l’hélicoptère de bord.

    – Mon fils ! Je dois retrouver mon fils ! Vous devez m'aider, je vous en prie !

    Le comportement la jolie lady faisait peine à voir. Tantôt calme et même absente, elle se réveillait d'un coup en un grand bond pour paniquer comme si le feu était en train de lui brûler les pieds. Elle était totalement agitée, et pire encore, imprévisible. Elle ferait n'importe quoi pour retrouver Sephiroth, mais elle était tellement désorienté que ses actions pourraient être parfaitement contraire à ses intérêts, et une petite contrarié pourrait la pousser à sauter de l'appareil, ou pire encore, le faire s'écraser. Elle était incapable de résonner correctement, et son regard était clairement dépourvu de raison, rongé par le remord et la folie que cela engendra.




©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika
[/quote]


I'm so sorry:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t82-lucrecia-s-diary http://ff-judgement-day.forumactif.org/t32-rapports-des-relations-de-lucrecia-crescent
Invité
Invité


MessageSujet: Re: L'éveil de la mère damnée    Sam 15 Mar - 16:02:45

A peine installé et prêt à repartir en direction de la nouvelle capitale que la scientifique survivante devenait déjà bien agitée et encombrant. Elle avait beau avoir été plus que bien conservé dans la glace, visiblement ses humeurs avaient du se mettre en stase jusqu'à son réveil... Elle était insupportable, une vraie hystérique! Pourquoi c'est toujours pour ma poire, ce genre de mission avec des cibles complètement barrées hein?! Enfin... Je tachais avant tout de redresser l'appareil, qu'elle avait manqué de foutre en l'air avec sa putain de crise. Je devais la ramener eu un seul morceau, mais si on pouvait éviter de traverser l'océan à la nage, ça m'arrangeait carrément oui... Un seul morceau... Voila que ça me donne des idées tiens... Rien de bien méchant! Je veux juste revenir vivant de cette mission, bien accomplie.

-Si vous pouviez garder votre calme, ça m'arrangerait, yo'! N'vous en faites pas pour votre fils, on vous aidera, mais pour l'heure on rentre en lieu sûr... Alors si vous pouviez éviter de foutre en l'air l'hélico, ça serait chouette, yo'... redressant l'appareil pour éviter de se crasher, la dégageant gentiment du bras pour l'inviter à rester le cul bien vissé à son siège.

C'est pas vrai ça... Ces femmes... Toujours excitées lorsqu'il ne le faut pas... Si elle continue, je vais finir par croire qu'elle est devenue aussi tarée que l'autre Hojo. D'un côté, c'est un peu pour cela qu'on m'avait demandé de la retrouver j'imagine. Cela dit, si elle pouvait être plus docile le temps du trajet, ça m'arrangerait. Pour la suite, j'en avais rien à carrer... Son fils par-ci, son fils par-là... Jusqu'à preuve du contraire, il était mort... Allez savoir pour combien de temps encore par contre. J'allais quand même pas lui dire le nombre de personnes qu'il a tué, je doute que ça l'aide à se calmer... Rha, qu'est ce que ça m'énerve ce genre de mission babysitting! On peut pas les refiler à Rude non?!

Jetant un regard en contre-bas, je remarquais que le pauvre Bob n'était pas remonté à la surface... Tant pis pour lui, je lui avais pourtant laissé une chance. Quant à l'autre, il semblait ne plus avoir de munitions... Quel con! J'imagine qu'il n'avait même pas effleuré l'autre incarné de Ka... Kadaj, voila! Le mercenaire restant n'allait pas tarder à y passer de toute façon, grand bien lui fasse, il sera peut-être plus utile dans une autre vie tiens! Ne me délectant pas plus du spectacle, surtout avec l'autre hystérique à côté, j'entrepris de nous éloigner définitivement de la baie et du cratère... Mais à ce moment, un appel résonna dans mon casque... La voix de Tseng... Super, un rapport au moment le plus inadapté possible! Pouvait pas mieux tomber, à croire qu'il le faisait exprès à chaque fois...

-Malgré un léger incident, la cible est en sécurité et nous sommes sur le chemin du retour, yo'... Des survivants? Attends un instant, ça s'agite par ici... Je te reprends, deux secondes. lâchant un soupir de lassitude, peuvent pas tous me foutre la paix non?

Attrapant mon bâton électrique, je vins électrocuter modérément la scientifique désespérée et désespérante pour qu'elle dorme un peu... Après des années de repos dans un cristal, elle allait pas râler pour une heure ou deux de plus quand même! Et puis ça me ferait des vacances. Une fois la survivante anciennement congelée dans les vapes, je repris l'appel en cours sans gêne. Il avait sûrement tout entendu mais qu'est ce que ça pouvait me faire? Elle allait être livrée comme prévue, dans les délais et vivante... Au vu des résultats, ils n'allaient certainement pas regarder sur les méthodes utilisées. Allez, retour au rapport...

-Je disais, yo'... Ah oui, j'ai recroisé un de nos pote incarné... Il était pas censé être mort lui d'ailleurs? Si tu veux mon avis, ça pue sévère, yo'... Enfin, on est sur le retour... Préviens donc le Patron, on arrive bientôt, yo'. Rapport terminé. a ces mots, je mis fin à ce rapport longuet. Il avait eu ce qu'il voulait de toute façon, et j'étais pas très chaud pour débattre.

Tant pis pour la régénération de la planète et la survie du relief alors non? Libéré de l'autre folle et du rapport, nous étions déjà à plusieurs centaines de mètres de l'endroit lorsque je fis retourner l'appareil. Appuyant sur la commande de tir avec nonchalance, plusieurs missiles balistiques prirent la direction de la baie. Adieu Bob... Quant à toi Kadaj, j'espère que tu vas apprécier le petit cadeau de la ShinRa! C'est de bonne guerre...

-Bonne nuit par ici, yo'. Une bonne chose de fait... Oh et ce silence, j'adore! Bon, maintenant retour à la maison avant que la folle ne se réveille et me les brise, yo'... lançais-je pour moi même en prenant la direction d'Edge pour la dernière fois de la mission.

D'abord ce fut les montagnes, puis les plaines de l'Est et enfin la mer... Fendant l'air, créant des ondulations sur la surface de l'eau, je comptais bien rentrer le plus vite possible pour me reposer un peu... J'avais mérité une sacrée bonne sieste avec cette histoire! Un bon lit, une bonne bouteille et mon fidèle paquet de menthol... C'était là la seule récompense que j'allais pouvoir recevoir à mon retour. C'est pas comme si les remerciements étaient le genre de la maison, mais à quoi bon? Nous sommes des Turks, on a pas besoin de ça... Je mentirais si je disais que la paye ne m'intéressait pas et que j'étais contre une augmentation... Mais je faisais surtout ça pour le Patron, surtout que ça me distrait plutôt bien au passage.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'éveil de la mère damnée    Aujourd'hui à 3:25:21

Revenir en haut Aller en bas
 

L'éveil de la mère damnée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un réveil difficile - Terminé
» Chasse entre mère et fille
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)
» Le réveil du chat
» Remèdes de grans mère (santé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Judgement Day :: Continent Ouest :: La caverne de Lucrecia-