RemonterDescendre



 

Partagez | .
 

 Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Jeu 24 Avr - 19:33:38




Reanbell Valdès

Les démons du passé



    Les nuits de ce genre, elle s'en passerait bien volontiers, mais c'était toujours comme ça, lorsqu'elle tentait d'adopter une ''hygiène de vie correcte''. Comme elle s'était dégotée une mission d'escorte pour un convoie de la WRO, elle s'était dit, tiens, pour changer et bien faire, qu'elle allait dormir ''normalement'' cette nuit. Elle tenta donc de ne pas se coucher trop tard, ce qui pour elle, signifie environ une heure du matin. Techniquement, c'était très tôt … Enfin. Après un petit verre de lait chaud au miel et à la Vodka – qu'elle avait dû partager avec son compagnon, Condchat – elle se plongea dans le noir et se glissa au fond de son lit pour fermer ses jolies yeux verrons. Très vite, quelque chose la perturba : il faisait trop chaud. Alors elle retira sa couverture jusqu'à sa taille, mais elle eut bien vite trop froid. Elle la remonta et ne sorti qu'un bras, mais elle avait trop chaud dedans et trop froid au bras. De plus, elle ne cessait de gigoter, elle n'arrivait soudainement pas à trouver de position confortable. Elle avait l'impression que son matelas n'était pas comme d'habitude. Pourquoi notre lit nous semble-t-il toujours plus confortable le matin, hein ? Malheur, quelque chose la turlupinait et elle ne savait même pas quoi. Elle pensa un instant à Chibie, elle ne savait pas pourquoi elle y pensait … Elle se demandait si elle allait bien. Pff, non, elle ne s'inquiétait pas, elle était juste curieuse de savoir ce que cette dragonne pouvait bien devenir. Puis elle pensa à Reno, et se souvint qu'il lui devait de l'argent depuis leur dernière partie de poker, et en parlant d'argent, ce rapace de Rufus Shinra lui en devait, lui aussi. Elle songea à aller lui rendre une petite visite ''de courtoisie'' en revenant de sa mission, c'était pas une mauvaise idée. Elle en profiterait pour récupérer les documents sur le projet Phénix qu'il s'était approprié, plus elle y pensait, plus elle se disait que c'était une mauvaise idée de lui laisser ! Ce n'était pas neuf, Rufus Shinra s'entourait de gens très douteux, et elle ne tenait vraiment pas à ce qu'un scientifique fou comme Hojo four son nez là-dedans. Il valait mieux qu'elle efface toutes traces de ces expériences, afin qu'il ne puisse pas les utiliser contre elle. Non, elle ne faisait pas confiance à Rufus Shinra. Elle ne faisait confiance à personne.

    Son petit cœur se serra soudain, alors qu'un silence pesant régnait chez elle. Ce silence, toujours ce silence … Elle l'appréciait plus que le vacarme de l'extérieur, mais parfois, c'était tout de même dure à vivre … la solitude. Bien sûr, elle ne l'avouerait jamais à qui que ce soit, pas même à elle-même, mais ce n'était pas facile. Elle se recroquevilla doucement sur elle-même, alors que son cœur s'alourdissait d'un poids douloureux. Elle se crispa, comme sous l'effet d'une torture, tremblant même légèrement. Elle se résigna à ouvrir les yeux, car sous ses paupières closent, elle revoyait cette créature … ''Yang''. Ce n'était qu'un monstre glauque parmi tant d'autres, et pourtant, il la hantait. Si elle se mettait à regretter de tuer des montres, elle n'allait plus s'en sortir. Mais elle était convaincue qu'il n'était pas un simple monstre. Certes, il n'avait rien d'humain ou presque, mais quelque chose lui disais que ça n'avait pas toujours était ainsi. Cela la hantait … Cette chose … qui errait sans but dans les sous-sol du manoir Shinra … ça aurait pu être elle.

    Elle se redressa doucement, seule, dans le noir et le silence. Elle regarda autour d'elle, observant sa chambre plongée dans la pénombre, éclairée ici et là par de minces faisceaux lumineux artificiels qui se glissaient entres les rideaux. Seule, toujours seule. Elle s'efforça de se convaincre que c'était mieux ainsi. Si elle commençait à s'encombrer de personnes trop proches, elle n'allait pas s'en sortir, car elle estimait que toutes relations affectives débouchaient forcément sur une déception, et c'était d'autant plus vrai pour elle, pas seulement parce qu'elle était invivable … Mais surtout parce qu'elle était condamnée à voir toute chose mourir avant elle.

    Comme sentant sa détresse, le chaton ne tarda pas à apparaître. Ses petites pattes trop courtes typiques de sa race munchkin s'agitaient furieusement de sa démarche étrange, il grimpa sur le lit, non sans difficulté, et vint finalement se frotter contre sa maîtresse à grand renfort de petits ''miiiii'' aigus et de ronronnements chaleureux. La blonde resta stoïque, mais lui céda quelques caresses.

    – Toi aussi, tu vas disparaître … Souffla-t-elle.
    – Miiiiiiii !

    Elle avait beau être asociale et même à tendance sociopathe, la compagnie n'en était peut-être pas moins indispensable pour elle. Lorsqu'elle était entourée de personnes, elle avait une raison de réprimer ses sentiments, ses pensées et ses émotions les plus sombres. Finalement, cette foule qu'elle détestait et redoutait tant faisait sa force, lorsqu'elle était seule, tout ça n'avait plus lieu d'être, sa carapace se brisait alors pour la laisser en proie à ses propres émotions qu'elle réprimait toujours farouchement. Cela formait un poids immonde en elle.

    Mais peu importe, ce n'était que son lot quotidien. Qui pourrait bien s'en soucier, hein ? Pas âme qui vive. Le matin fut donc plutôt difficile et elle resta ronchon jusqu'à ce qu'elle ait englouti son café à la Vodka. Oui, après sa mission, elle rendrait visite à Rufus Shinra, c'était pas qu'il lui manquait, mais elle devait réclamer son argent et surtout : récupérer les dossiers du projet Phénix. Après ça, elle retournerait sans doute à Nibelheim, au manoir Shinra … Quelque chose l’appelait là-bas. Ce quelque chose, elle savait bien ce que c'était. Elle voulait tirer toute cette histoire au clair !

    Une douche et quelques aléas plus tard – parce qu'elle était décidément très maladroite le matin – la voilà prête, habillée et armée jusqu'aux dent pour sa mission. Elle s'était équipée de son classique 9mm porte bonheur made in Shinra, ainsi que du pistolet qu'elle destinée à Hojo, qu'elle gardait toujours dans un coin bien caché, on ne sait jamais. En supplément, elle avait une petite mitraillette, légère et compacte, très efficace et pratique, ainsi que quelques couteaux de chasse et de lancé, et bien sûr, beaucoup de munitions. Finalement, son équipement devait peser bien plus lourd qu'elle-même, il faut dire qu'elle était un vrai poids  plume … A croire qu'elle s'envolerait au moindre coup de vent sans cet attirail !

    Elle dit au revoir à son chaton, qui la salua de quelques ''miiii'' chaleureux, un peu suppliant, cela dit. On avait du mal à savoir si il la suppliait de rester ou s'il lui souhaitait bon courage … Enfin, ce n'était qu'un chat, alors il miaulait simplement pour miauler, normalement. Mais Condchat était aussi ''normale'' que sa maîtresse, à tel point qu'elle ne serait pas étonnée qu'il se mettre à parler un jour.

    Pour la mission, elle avait gardé ses cheveux blonds, mais recouvert son œil droit, le plus sombre, d'une lentille à la couleur de son œil gauche, le plus clair. Ainsi, son regard était harmonisé, ni vu ni connu. Ça faisait assez naturelle, mais un œil aiguisé qui l'observerait de suffisamment prêt pourrait déceler le déguisement, heureusement, la demoiselle n'était pas du genre à se laisser approcher ou même à se laisser reluquer sans réagir. Comme d'habitude, le convoie partit avec plus d'une demie-heure de retard, parce que les organisateurs n'étaient pas fichus de prévoir tout en temps voulu. C'était pourtant un convoie plutôt modeste, simplement quelques armes et machines que l'on envoyait en réparation. Techniquement, ce genre de petites marchandises avaient peu de chance de se faire attaquer, mais la blondinette avait un mauvais pressentiment.

    Ils prirent enfin la route, et rencontrèrent pas mal de monstres, mais pas bien coriaces. La traversé des marais fut un peu plus laborieuse, mais ce fut sans casse. La jeune mercenaire était toujours comme tenue en haleine par un drôle de suspens indescriptible. Elle avait l'impression d'attendre quelque chose, ou que quelque l'attendait. Elle allait et venait le long du convoie, remontant finalement jusqu'à la tête, comme si elle cherchait quelque chose. Ils étaient arrivés aux plaines qui bordaient Junon, un passage assez délicat. C'est généralement la dernière ligne droite que tout le monde redoutait, car l'on passait non loin de l'ancien QG de la WRO, qui était à présent entre les mains de Deepground …
 


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Dim 27 Avr - 19:04:42




Depuis qu’il avait repris pleine possession de son corps, mais aussi de son libre-arbitre, Weiss avait été un leader très occupé. Au commande du Deepground, il n’avait pas le temps de chômer,  surtout puisqu’il avait à cœur sa réussite dans sa quête vers l’obtention du pouvoir. L’argenté en voulait plus que ce qu’il avait déjà en sa disposition et son désir semblait insatiable plus les jours avançaient. En bon chef qu’il était, ses horaires des derniers temps étaient essentiellement bourrés de rattrapages ennuyants – mais nécessaires – à propos des situations politiques et géographiques dont il était devenu complètement ignare lors de son absence. Heureusement pour lui, ses officiers connaissant son tempérament impatient pour ce genre de sujet savaient comment condenser judicieusement ces précieuses informations (au risque d’en perdre quelques abattis).

Aujourd’hui, était une journée beaucoup plus tranquille pour l’Immaculé. En dehors de la gestion de ses troupes, il n’avait effectivement rien de particulier à accomplir. Bref, tout ça manquait gravement de destruction pour Weiss et cela l’ennuyait au plus haut point. Regardant avec indifférence au-delà de la baie vitré qui le séparait de ses troupes en entrainement, l’argenté lâcha un bref soupir. Si seulement une poignée des hommes se tenant devant lui pouvait lui tenir tête lors d’un échange de coups, il aurait eu la possibilité de se divertir ne serait-ce qu’un peu. Mais malheureusement, Weiss était une classe à part. À un tel point qu’il se demandait parfois si cracher au visage de ses hommes aurait comme effet de les neutraliser sur-le-champ tellement l’impact serait fatal. Il se consolait en se rappelant que les Tsviets, eux, étaient là pour le tenir un minimum en forme. Sauf qu’en ce moment, il avait envie de se dégourdir à l’extérieur, là où ses proies pleureraient sans doute le désespoir.

Laissant du regard ses soldats en plein effort physique, Weiss tourna sur ses talons et s’avança d’un pas déterminé vers le couloir menant à la sortie. Un peu d’air frais ne lui ferait pas de mal, et ce, même s’il ne trouvait pas de pauvres petites victimes à mettre sous ses lames. Équipé de ses armes de prédilections, le leader du Deepground traversa plusieurs corridors fourmillants d’activités avant d’attendre la porte qui allait le faire sortir de sa monotonie. Il entendit alors qu’on l’interpellait dans son dos, ce qui le fit ralentir légèrement. Weiss ne prit même pas la peine de se retourner, il attendait patiemment que son soldat s’adapte à la vitesse de son chef, ce qu’il fit sans perdre de temps. Une fois à la hauteur de l’argenté, l’officier se prononça rapidement :

« Empereur! Vos éclaireurs ont repéré un convoi traversant les plaines non loin d’ici. Il ne semble pas très bien gardé, donc il y a peu de chance que ce qu’il transporte soit important. Quels sont vos ordres? »

« Ohh… Je m’en occupe personnellement! »

C’est avec un petit rictus accompagné d’un ton moqueur qu’il avait répondu à son officier. À peine son informateur eut le temps d’expliquer brièvement la dernière location enregistrée du convoi que Weiss reprenait déjà sa vitesse de marche initiale. Le soldat, en bon employé qu’il était, s’arrêta net comprenant les intentions de son chef, fit la salutation traditionnelle du Deepground en lâchant un « Hail Weiss » bien fort et retourna ensuite à ses activités.

Personne n’avait retardé l’Immaculé en le questionnant sur ses soudains déplacements, ou même pour lui suggérer d’autres alternatives. Qui serait assez suicidaire pour ça après tout? Conseiller Weiss sur ses activités personnelles? Jamais! En effet, Weiss avait la chance d’être adoré aveuglément par ses combattants, c’est pourquoi ils se contentaient habituellement de le saluer rapidement avant de reprendre immédiatement leur travail. Pas de palabre inutile, tous y allaient de façon succincte et claire, parfait pour l’argenté.

Son premier pied en dehors de l’ancien QG de la WRO, il prit une grande bouffée d’air pur, arborant un léger sourire en coin. Loin d’être l’homme le plus aimant de la nature, Weiss était simplement impatient à l’idée de se dégourdir. Son impatience était telle qu’il ne s’était même pas informé sur la quantité exacte de personnes protégeant le convoi. Pourtant, il ne s’inquiétait pas de ses chances de réussites. Bien sûr que non. Son intérêt était plutôt en la durée d’amusement qu’il allait pouvoir soutirer de ses proies.

Cela lui prit peu de temps pour se rendre à destination et dénicher le convoi par la suite fut une tâche aisée. Weiss les observait de loin et en vint à la même conclusion que les informations qu’on lui avait données. La marchandise n’était pas très bien gardée, ce qui mettait en doute son importance. De surcroît, les soldats de la résistance avaient l’air aussi faible qu’il y avait de cela quelques années. À croire qu’ils avaient depuis longtemps abandonné l’idée de devenir meilleur. L’argenté repéra pourtant une seule personne qui semblait plus aguerrie que les autres alors qu’elle faisait régulièrement une ronde de la tête à la queue du convoi. Confiant de ses capacités, il haussa les épaules. Si cet individu était si fort que ça, Weiss lui ferait l’honneur de périr en dernier. Tout en dégainant Heaven & Earth, il s’élança à une vitesse effrénée vers sa cible.

Ce qui s’ensuivit était loin d’être un tableau des plus réjouissants pour le commun des mortels, bien au contraire. Mais pour Weiss, c’était pour lui son passe-temps favori. Le leader du Deepground, possédant une vitesse hors du commun, entra dans le périmètre du convoi avant même qu’il n’y ait une réaction de la part des soldats présents. Cela lui laissa amplement le temps de trancher comme du beurre la gorge juteuse des deux hommes armés à la tête de la ligne. Avec les pistolets rattachés aux manches de ses armes, il tira direct au cœur deux  autres se tenant à la fin de la queue. Après avoir éliminé quatre têtes en moins de deux secondes, il prit la peine de s’arrêter et lâcha un petit ricanement. Oh, comme ça faisait du bien! L’argenté avait un large sourire aux lèvres, le sang coulait à flot, il n’y avait rien de plus satisfaisant! Un des soldats encore debout tenta une attaque par derrière – rien de bien surprenant quand on ne sait pas se battre –, mais Weiss, se tournant à une vitesse surhumaine, lui planta une jolie balle entre les deux yeux. Un nouveau rire narquois s’échappa de la gorge du tueur.

Son attention se porta alors vers le seul membre du convoi encore debout, une petite blondinette. Étrangement, même si elle semblait plus que chétive, c’était bien elle qui paraissait avoir le plus de jugeote dans toute cette bande d’imbéciles heureux. La toisant de ses prunelles bleues, il en déduit rapidement qu’elle ne faisait sans doute pas parti du WRO. Ce n’était pas simplement du fait de son accoutrement qui ne correspondait pas à celui de la résistance, mais la présence qu’elle émanait était trop particulière en soit pour que ce groupe d’incapable ait pu l’avoir dans ses rangs.

Soudainement amusé, il pencha légèrement la tête de côté alors que son visage s’illuminait d’un sourire peu rassurant.

« Beau paysage, hein? »

Du coin de l’œil, il regarda le convoi distraitement et ajouta tout bonnement :

« J’espère que c’était pas trop utile, parce que ça ne se rendra certainement pas à bon port… »

Sa voix était imprégnée de moquerie non dissimulée. Weiss se plaisait beaucoup trop dans cette situation pour cacher sa joie à sa petite victime.


Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Lun 28 Avr - 16:28:24




Reanbell Valdès

Les démons du passé



    L'éclat immaculé fendit l'air en une explosion de pourpre, tels des pétales emportées par le vent. Tout ce passa si vite que même elle, malgré son mauvais pressentiment, n'eut le temps de rien voir venir. Les deux soldats qui se tenaient non loin d'elle n'étaient déjà plus que de simples tas de chair avant qu'elle n’aperçoive son ennemi, pour sa plus grande stupeur. Le temps sembla d'arrêter, en sentant quelque chose approché, elle avait dégainé ses armes, son 9mm dans une main, et sa petite mitraillette dans l'autre, mais elle n'avait pas eut le temps de s'en servir. Juste se mettre à couvert, pour voir cette silhouette qu'elle redoutait tant. Cette silhouette qu'elle ne s'attendait pas le moins du monde à voir débarqué ici, comme s'il n'était qu'un mauvais rêve, comme s'il n'avait jamais vraiment existé. Mais il était là, il était bel et bien là … tel un fléaux des dieux, l’apercevoir signifie que vous êtes déjà mort.

    Le temps ne semblait pas vouloir reprendre son cours, pas tant qu'elle avait les yeux posés sur lui. Tout était figé : lui, elle, le soldat qui ne s'était pas mis à couvert, le sang de leurs camarades qui formaient des petites perles vermeilles en lévitation autour d'elle … Seul son esprit ne semblait pas figé, et il en semblait même d'autant plus vif. La peur, l'angoisse, non, au delà de cela, elle était terrorisée. Qu'est-ce que la terreur ? Elle ne connaissait pas cela. Elle n'avait plus connu cela depuis son enfance, car si Hojo engendrait en elle une rage folle, il y avait bien une personne capable de la pétrifier … C'était lui. Weiss L'immaculé.

    Le temps reprit son cours plus vite qu'elle n'aurait pu l'imaginer. Elle n'eut même pas le temps de songer de dire à cet idiot de se mettre à couvert qu'il était déjà mort ! Mais à quoi pensait-il, franchement ? Attaquer Weiss de front ou en traître, de près ou de loin, c'était tout simplement du suicide, pour n'importe qui … Ne l'avait-il donc pas reconnu ou était-il tout simplement suicidaire ? Ces gens, tellement stupides ! L'instinct de survit, c'était bidon, à tous les coups. C'était évident lorsqu'elle voyait ce genre de réaction. Il aurait dû courir, se cacher, et en comptant les cadavres, Reanbell put constater que certain avait eut cette présence d'esprit. Elle ne savait pas où ils étaient partis se fourrer, mais elle n'allait pas les chercher plus loin.

    Fuir, ce n'était pas son genre, à elle ; tout simplement parce qu'elle ne connaissait pas la peur. La plus part des phobies nous rapportent à la peur de la mort ou de la douleur, directement ou indirectement. Reanbell ignorait cette première et était plus accoutumer à la seconde que quiconque … Alors de quoi pouvait bien avoir peur une immortelle insensible ? Elle l'ignorait. Mais Weiss était son cauchemar à elle, bien qu'elle ne l'ait jamais connu personnellement, depuis sa plus tendre enfance, c'était lui son 'grand méchant loup', son 'monstre sous le lit'. Un grand diable immaculé. Pourquoi ? Et bien, parce que lorsqu'on lui parlait de Weiss à l'époque, elle entendait cela comme des légendes inquiétantes. Sans compter le fait que, les seuls fois où elle le vit en personne, c'était pour qu'il teste ses camarades du projet Phénix, il en tua plusieurs sous ses yeux de cette façon. **Hojo tenait à ce que tous les sujets assistes à cela, comme si cela allait nous encouragé à être des réussites, comme si cela dépendant de notre volonté …*

    Devant lui, elle redevenait la petite fille fragile et craintive d'autrefois. Celle qui avait peur du ciel et des papillons, des fleurs et de la pluie. **En parlant de pluie, je savais que j'aurais dû rester couchée. Le ciel était bien trop chargé, ce n'était pas on signe … Et maintenant, il pleut, comme à chaque que le destin m'envoie une nouvelle baffe. Je déteste la pluie.** Effectivement, quelques goûtes de pluies vinrent accompagner les festivités, faisant ruisseler le sang qui se mêla progressivement à la terre. Mais la pluie était le cadet de ses soucis pour le moment, car Weiss lui faisait face, ses yeux clairs plantés dans les siens, elle se demanda alors pourquoi elle n'avait pas subit le même sort que les autres. Elle ignorait si elle devait s'en réjouir … Elle était pratiquement sûre qu'elle n'avait pas à s'en réjouir, même si cela protégeait son secret pour le moment … En théorie.

    **Est-ce qu'il m'a reconnu ? * Se demanda-t-elle alors qu'il engageait la conversation. * Est-ce qu'il a vu la peur sur mon visage ?**

    L'éclat de la peur animait son regard, mais son visage n'en fut transit que l'espace d'un instant. Elle s'était aussitôt reprise, tant bien que mal, pour habiller de nouveau ce masque de glace qu'elle portait constamment. Ne rien montrer, surtout, ne jamais rien montrer. Ni peur, ni compassion, ni doute. Rien, jamais. Mais l'avait-il reconnu ? Peu de chance, tout le monde la croyait morte, et puis, ils ne s'étaient que rarement aperçu, de plus, Weiss ne semblait pas du genre à se soucier des visages inutiles comme elle l'était pour lui à l'époque, il ne devait la voir que comme un insecte … Et pour couronner le tout, elle devait avoir un peu changé, tout de même. Elle était toujours petite, blonde et maigrichonne, mais la seule chose que les gens retenaient d'elle à l'époque, c'étaient ses yeux verrons si vifs et particuliers, ainsi que le papillon qui ornait son omoplate. Elle craint alors un instant que sa lentille ne soit tombée. Ce n'était pas le cas, mais elle était si légère qu'elle ne la sentait plus, alors elle du très furtivement s'en assurer via le reflet que lui renvoyait une des machines justes à côté de Weiss. C'est bon. Pas de casse. Tout de même, si elle avait su, elle aurait couvert ses deux yeux et aurait porté un perruque. Elle ne s'était jamais senti aussi nue qu'à cette instant, ou en tout cas, c'était la première fois que ça la gênait … C'était donc ça, la pudeur ?

    **Reprends-toi, idiote. Ne te laisse pas impressionnée**

    Elle avait deux options, paniquée et foncé dans le tas et se faire tuer. Attendre et se faire tuer. Combattre vaillamment et de façon méthodique … pour qu'il prenne le temps de jouer avec elle avant de la tuer. Dans tous les cas, le dénouement semblait inévitablement, et il risquait alors d'assister au processus de régénération, sauf s'il quitté les lieux avant … Mais Reanbell ne pouvait jamais être certaine du temps que prenait le processus. Parfois, elle ne perdait même pas connaissance, d'autres fois, il lui fallait une heure avant de se réveiller. Elle ne pouvait pas miser la dessus. L'idée lui traversa l'esprit de simuler une crise cardiaque, mais elle doutait que cela paraisse très naturel. Elle avait un bon jeu d'acteur, mais là, elle n'était pas vraiment en condition.

    Elle resserra les poings sur ses armes, qu'elle n'avait même pas pris la peine de pointer sur lui. Elle se tenait simplement droite, lui faisant face, l'affrontant tant bien que mal du regard. Le visage fermé, elle tentait de chasser la peur de ses yeux qui se voulaient dures et sévères. Elle avait vite repris son calme et tentait de rester le plus impassible possible. Gagner du temps, c'est tout ce qu'elle pouvait faire. Il était temps qu'elle affronte ses peurs, c'était sa seule occasion de le faire. Elle avait trop honte de faire la chiffe molle comme ça devant lui, elle avait sa fierté et c'est à ça qu'elle se raccrocha pour affronter son cauchemar. Elle reprit donc ses bonnes vieilles habitudes qui consistait à provoquer quiconque la menaçait.

    – C'est toi le porc.

    Bon, d'accord, peu mieux faire. Mais comprenez, pas évident de sortir une bonne vanne avec ça, surtout quand vous êtes en train de vous faire dessus. Enfin, ce n'était qu'un expression, heureusement pour elle …Tout ça pour dire que la peur la saisissait au ventre, rendant ses jambes aussi molles que des spaghetti trop cuite. Et puis le ''c'est toi le …'' c'était son ultime défense lorsqu'elle perdait ses moyens et qu'elle était à bout d'arguments … Ou bien lorsqu'elle avait trop but. En tout cas, lorsqu'elle se retrouvait dans l'incapacité de raisonner. Ce fut une réponse très spontanée en plus, elle avait l'impression d'avoir réfléchit cent ans pour sortir ça, et pourtant, elle lui avait rétorqué sa vacherie foireuse au moment même où il achevait sa phrase, lui coupant presque la parole.

    Robot-Reanbell passa alors en pilote automatique, son corps agissait et son esprit suivait. Du même élan, elle fronça les sourcils et contracta légèrement les muscles de son corps pour activer une matéria de vitesse. Une lueur émana légèrement de son corps avant qu'elle ne prenne appui sur ses jambes pour bondir haut dans les air, passant au dessus de l'immaculée pour lui tirer une rafale de balles avec ses deux armes. Le maître de Deepground sembla n'éprouver qu'une grande facilité à jouer avec, déviant chacune des balles en quelques coups de sabre. La demoiselle rebondit pour repartir aussitôt dans les air pour lui offrir un nouvelle rafale accompagnée cette fois de quelques boules de feu.

    **Qu'est-ce que je suis en train de faire ? Tout ce que je peux espérer, c'est qu'il ne reste pas trop longtemps auprès de moi après m'avoir tué …**


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Jeu 1 Mai - 14:55:19




Son attaque surprise fut une réussite – le contraire aurait été surprenant – et maintenant, la pluie entraînait doucement avec elle le sang des morts. Le chef du Deepground se tenait fièrement au milieu de son œuvre d’art, satisfait par sa composition. Sa dernière touche se tenait devant lui, complètement muette. Évidemment, ce n’est pas tous les jours que Weiss laissait la chance à une proie de poser ses yeux sur lui plus que le temps qu’il en fallait pour la tuer. Cette dernière respirait ce dont il adorait le plus : la terreur. Bien qu’elle ne le laissa transparaître que brièvement, Weiss adorait tellement voir ses victimes exprimer la peur qu’il pouvait la sentir d’une bonne distance. La blonde n’avait même pas prit la peine de le menacer immédiatement avec ses armes à feu qu’elle tenait bel et bien dans ses mains. À croire que son cerveau venait de flancher à la simple vue de son futur bourreau. Peut-être était-elle sous le choc d’une si rapide exécution, mais cela, il en doutait, puisque si elle protégeait un convoi de la résistance, elle ne devait certainement pas être une petite nouvelle qui n’a jamais vu de sang gicler. Non, la source de sa paralysie temporaire semblait être tout autre. Weiss n’arrivait pas à mettre le doigt dessus. Il était possible qu’elle le reconnaisse du temps où Hojo contrôlait son corps, l’époque où plusieurs morts s’étaient accomplies en son nom. Il y avait peu de chances que ce soit autre chose, puisque le reste de son existence s’était déroulée dans un laboratoire secret. Peut-être qu’elle était simplement au courant du sort qui l’attendait, prenant conscience qu’elle allait sans doute rejoindre ses cinq petits camarades gisant sur le sol froid.

Même l'air complètement figé, la blondinette réussie à articuler une courte phrase immédiatement à la suite de l'argenté. Étrangement, ce qui sortit de sa bouche avait sonné faux. Comme si c'était un semblant de courage qui voulait faire surface, mais qu'à la place, il avait décidé de prendre des vacances en sortant son tout dernier coup. Weiss ne put se retenir de rire devant la tentative d'attaque verbale de la jeune fille. Son amusement était tel qu'il faillit ne pas la voir activer l'une de ses matérias tout juste avant qu'elle ne s'élance dans les airs, tentant l'offensive physique cette fois-ci. C'est sans grand effort que l'Immaculé bloqua chaque coup de feu en sa direction. Coups de feu tirés pourtant de manière précise, mais Weiss ne s'en laissa guère impressionné. Il eut bien raison de ne pas éliminer cette cible dans les premières victimes du convoi, même si sa force n'était visiblement pas à la hauteur de l'argenté, son talent de combattante étant tout de même non négligeable. Et pourtant, même si les chances de la blonde étaient plus que minime, elle s'était lancée à l'offensive au lieu de prendre la poudre d'escampette comme plusieurs l'avaient déjà fait. L'Immaculé appréciait cette douce attention. Étant donné qu'il était là pour se dégourdir un peu, il aurait trouvé plus que décevant qu'elle prenne la fuite telle une lâche. Même si tout cela était flatteur, elle périrait comme les autres.

Cependant, combien de temps allait-il lui laisser la vie sauve? Bloquer les rafales de balles avait pour l’instant réveillé de vieux réflexes et la satisfaction qu’en éprouvait Weiss était grandiose. Oh que cela lui donnait l’envie de jouer longuement avec sa petite proie! L’essouffler à ce que ses poumons en brûle de douleur, la mener jusqu’au bout de ses forces, briser son corps chétif… c’était là les desseins peu noble de notre cher Weiss. Si en plus, tout cela était agrémenté de cris de douleur, c’était encore mieux! Le sourire affiché fièrement sur ses lèvres ne pouvait s’estomper maintenant qu’il avait cette idée bien précise en tête.

Aussitôt la première charge de la blonde terminée, elle s’élança une nouvelle fois dans les airs, recommençant à tirer à répétition sur sa cible agrémentant son action de magie de feu. L’argenté repoussa aussitôt les boules incandescentes en direction de la marchandise du convoi, ce qui fit aussitôt exploser son contenu. Ne voulant pas être pris dans l’explosion qui poussait des débris plus ou moins dangereux dans les airs, Weiss sauta rapidement de côté pour se distancier des décharges hasardeuses. Son attention resta sur son adversaire qui avait tout de même poursuivit ses tirs acharnés lors de son déplacement sans le gêner davantage qu’auparavant.

Profitant de son gain de vitesse, l'argenté bondit à son tour dans les airs en direction de la fillette. Voulant faire gouter les premières souffrances à son attaquante, il ne lui laissa guère le temps de réagir. Ce qui était plutôt aisé pour lui, puisqu'à l'inverse de sa proie, il n'avait guère besoin d'outils extérieurs tels que les matérias pour exécuter des mouvements non accessible au commun des mortels. Bondir ainsi en hauteur était pour lui une seconde nature, un automatisme tel que celui de respirer. Certes, il fallait remercier ces longues années à subir des expériences en tout genre, mais c'était un détail. Déviant habilement les armes à feu qui le menaçaient sans cesse du plat de ses lames, c'est non pas avec le tranchant de ses épées qu'il attaqua en premier la frêle créature, mais avec sa main droite après avoir rattrapé son épée de sa gauche. D'une poigne de fer, ainsi que d'un immense sourire spécialement destiné à la jeune fille, il l'empoigna par le col et la tira violemment en direction du sol trempé. Cet impact aurait suffi pour en neutraliser plus d'un, écrasant tous leurs membres sous une pression incroyablement trop élevé pour leur corps d'insecte. Toutefois, l'Immaculé avait de grands espoirs que cela ne suffirait pas à éliminer la blondinette.

Atterrissant au côté du corps délicat gisant dans une flaque de boue, il ne suffit d’un regard pour confirmer à l’argenté que la blonde avait survécu à son attaque. Weiss sourit, loin d’être insatisfait. Du plat d’une de ses lames qu’il posa sèchement sur son menton, il bougea légèrement la tête de son nouveau jouet de droite à gauche, de haut en bas. Il toisa attentivement son visage fin orné de cette expression étrangement familière. Même s’il ne savait pas encore quoi, cette petite avait quelque chose de bien spécial et cela titilla son intérêt.

« Ohh… Comme ça on est assez forte pour survivre un coup de la part de Weiss? Qu’est-ce qu’une petite poupée comme toi peut bien cacher? »

Alors qu’il prononçait ses derniers mots, il transperça d’un rapide mouvement le bout de sa lame dans l’une des cuisses de la blonde pour la retirer immédiatement par la suite. Une toute petite blessure, rien de plus! Il ricana d’un air mauvais pendant quelques secondes, se demandant bien de quelle manière il pouvait s’amuser avec elle. Les possibilités s’étaient élargies maintenant qu’il avait pris conscience de l’endurance de la blondinette. Tout en lui donnant quelques petits coups du revers de sa lame sur une joue, Weiss lâcha froidement :

« Allez debout, j’ai encore le goût de m’amuser avec toi! »

Impatient, l’homme aux cheveux d’argent lui lacéra la joue d’un juste mouvement de poignet avant de relever son arme à la hauteur de sa ceinture. Il hésita un moment à la remettre sur pied lui-même, mais son désir de la voir agoniser sous toutes ses blessures par le simple fait de se relever était plus grand que son impatience.


Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Jeu 1 Mai - 18:02:52




Reanbell Valdès

Les démons du passé



    Un puissant souffle dévastateur et brûlant dévia la trajectoire de notre petite poupée volante, qui fut heurtée de quelques projectiles sans s'en formaliser. En effet, elle tentait de rester concentrer sur sa cible, l'explosion était un bon moyen d'attirer son attention, alors plutôt que de baisser sa garde elle aussi, elle devait en profiter. Hélas pour elle, un Weiss qui baissé sa garde était toujours plus efficace qu'elle avec toute sa concentration. Il était toujours simplement trop rapide, ses réflexes était trop aiguisé pour qu'il ne se laisser toucher par une des balles de la mercenaire. Cette dernière ne réfléchissait pas plus. Elle devait attaquer sans discontinuer, encore et encore, enchaîner les assauts pour faire durer le combat le plus longtemps possible, bien qu'elle sache pertinemment qu'il était bien capable d'y mettre un terme quand bon lui semblerait. Et puis, pourquoi se battait-elle avait tant d'acharnement ? A quoi bon faire durer ce combat ? Pour sa survit ? La bonne blague ! Pour protéger son secret ? Il était sans doute déjà trop tard pour ça … Non, finalement, peut-être que c'était tout simplement … pour prendre sa revanche. Pour elle et ses camarades d'antan qui avait échoué.

    L'immaculé ne tarda effectivement pas à reprendre les choses en mains, venant la rejoindre dans son ballet aérien pour mettre un peu de piment à la danse. Elle n'eut le temps que de percevoir ce vif éclat filer droit sur elle avant qu'un premier coup ne dévie ses armes de sa cible, et tout disparut autour d'elle. Il n'existait alors plus rien d'autre que lui, son adversaire, son croc-mitaine, son cauchemar … Weiss, Weiss et son sourire carnassier, Weiss et son regard d'acier. Le temps sembla alors s'arrêter de nouveau, comme si on voulait lui laisser le temps de contempler l'objet de ses plus grandes, l'objet de sa seule mais terrible peur … Il la saisit alors par le col, plus vite qu'elle ne put le concevoir et la projeta violemment vers le bas. La chute fut très rapide elle ne dura peut-être qu'une fraction de second, c'est comme ça qu'elle l'avait vécu en tout cas. Elle s'écrasa à terre, et se craquement de ses os raisonna en un grand fracas à ses tympans. Un peu sonné, elle n'en resta pas moins consciente. Elle se fit violence pour ne pas perdre connaissance, et bien qu'elle n'ai pas vraiment de contrôle sur son processus de régénération, elle mit toute sa volonté à ce qu'il opère vite et sans les effets spéciaux qui accompagnait habituellement ses résurrection. Son corps tenait bon, ses os était en miette, mais elle allait bien, enfin, en théorie. Finalement, la pluie lui avait peut-être sauvé la mise cette fois, car la boue avait amorti sa chute, faute d'avoir totalement fichu ses vêtements en l'air.

    Son bourreau atterrit agilement à ses côtés, la jugeant toujours de ce même regard supérieur, accompagner d'un terrible sourire amusé. Il la jugeait comme une petite chose curieuse, comme un ver de terre que l'on venait de couper en deux mais qui continuait de s'agiter. Le métal glacé rencontra la peau délicate de son visage, qu'il s'amusa à manipuler à sa guise sans qu'elle n'ait la force de broncher pour le moment. Elle était encore un peu sonné par sa chute et tentait d'accéléré le processus de régénération de son corps qui semblait déjà avoir réparer le plus gros de la casse.

    Elle se crispa et serra vivement les dents en sentant la lame de l'immaculé transpercer sa cuisse, ne lui faisant cependant pas l'honneur de gémir ou même de broncher. Non, elle serra les dents et releva son regard acéré sur lui, l'affrontant toujours du regard. Bon, cette fois, que ce soit ses bas, sa jupe ou son impaire, c'était fichu. Même ses bottes serait sans doute irrécupérable après ça. Ça lui donnait une motivation de plus pour se venger ! Une raison d'autant plus efficace qu'elle était assez puissante pour la mettre en rogne, mais qui ne l'impliquait pas assez sentimentalement pour lui faire perdre ses moyens. C'était un moyen comme un autre de garde son sang froid … penser à ses jolis vêtement. Malgré la douleur et son sang qui venait à présent se mêler à la boue, mademoiselle la teigne teint à tout prix à répondre. Reanbell répondait toujours.

    – Tu te surestimes peut-être, mon gros. Le grand Weiss, pas capable de régler son compte à une gamine ! Ah, la honte.

    Sa voix était plus crispée que réellement juvénile ou moqueuse, mais elle crachait ses mots avec détermination et mépris. Il lui taquina alors la joue en l'intimant de se relever, avant de lui laissé une entaille sanguinolente qui lui fit à peine grincer des dents. Sans le lâcher des yeux, se voulant toujours provocante malgré la lueur de peur qui persistait dans ses yeux, elle réuni toutes ses forces pour se lever, malgré une douleur persistante au niveau des côtes. Elle raffermi sa prise sur ses armes et se redressa doucement, le souffle calme. Allez savoir si c'était la pluie, le froid ou la peur, sans doute un peu de tout ça mélangé, mais elle tremblait légèrement. Elle s'efforça de se ressaisir, ce n'était pas son genre de trembler, que ce soit à cause du froid ou de la peur, Reanbell Valdès ne trembler jamais. Elle crispa alors tous ses muscles en se mordant la langue afin de réprimer ses convulsions. Elle lui lança un petit signe de tête en fronçant les sourcils.

    – Et bien alors ? T'attends quoi pour qu'on commence à se marrer ?

    Le cœur y était, mais sa voix n'était pas comme d'habitude. Elle était trop crispée, elle ne pouvait pas, elle n'arrivait décidément pas à être aussi naturelle et indifférente que d'habitude. Elle s'efforçait de réfléchir pour ne pas perdre totalement ses moyens, réfléchir à une stratégie, aussi futile puisse-t-elle être contre quelqu'un comme Weiss. Bon, allez, Reanbell, reprends-toi un peu, juste un peu. Il dévie tes balles parce qu'il est trop rapide et que tu es trop loin, aussi improbable que cela puisse paraître pour un humain, lui, il est capable de les voir venir et de s'en débarrasser. Peut-être qu'il faudrait tenter un assaut plus rapproché ? Il ne s'agit bien sûr pas d'un bras de fer, encore heureux … Mais, ça ne coûte rien d'essayer.

    Elle poussa sa matéria de vitesse au maximum et lança de nouveau un assaut. Il ne semblait pas le moins du mon impressionné par la performance, mais elle tenta malgré tout de lui donner le tournis en courant un peu partout autour de lui, tirant sur lui avec précision, bien que le but n'était pas de le toucher tout de suite. Elle imposa un certains rythme à sa cadence, jusqu'à la briser d'un coup dans le but de le déstabiliser. Elle le frôla alors de près pour se retrouver juste derrière lui, lui tirant à la tête à bout portant. Pas de chance, il semblait avoir suivit son manège à la seconde près et s'était retourné pour dévié le tire, elle tenta un nouveau tirer avec sa deuxième arme, la petite mitraillette, mais il la scinda tout simplement en deux, comme du beurre. Elle évita de justesse la lame de l'immaculé qui, faute de lui transpercer le ventre, lui entailla le flanc droit. Elle voulu alors sur bloquer le bras par réflexe, mais le colosse était comme une montagne sous ses petites mains et il la souleva a bout de bras sans le moindre effort, emprisonnant ainsi ses deux mains avec une seule des siennes. Ne s'avouant pas vaincue, elle se hissa vers le haut en forçant sur ses petits muscles jusqu'à atteindre le bras de l'immaculé dans lequel elle planta farouchement ses dents. Et oui. Une Reanbell, ça mord.


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Rosso PNJ


Messages : 4
Date d'inscription : 20/07/2014

MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Dim 20 Juil - 17:24:12




La petite chose hargneuse, qui servait d’avantage d’amuse-gueule ici, était finalement assez vorace. Elle n’était nullement menaçante toutefois, plutôt amusante à vrai dire. Mais on  pouvait au moins lui reconnaitre son courage. Ou plutôt, sa témérité. Elle savait aussi se battre. Elle était agile, et rapide. Mais pas encore assez pour le chef des Tsviet, qui s’amusait à suivre ses déplacements en un ricanement grave, et moqueur. Son rire n’en fut que plus sincère même, lorsque Reanbell tenta de se défaire de la prise de son agresseur, en plantant ses petits crocs dans la chair ferme du soldat. Qu’essayait-elle donc de faire ? Weiss la regardait calmement gigoter ainsi dans tous les sens, tel un asticot. Il bougeait même le bras sur le côté, pour l’observer de tous les profils. Elle était tout bonnement ridicule, c’était misérable.

« Mais qu’essayes-tu donc de faire là ? »

Lui demanda-t-il, réellement de manière interrogée et franche. L’immaculé resserra ensuite sa prise plus fermement, jusqu’à broyer les petits poignets fragiles de la petite blonde. Le craquement des os inspirait énormément le soldat. Tout n’était plus que miette et bouillit. Il contemplait son œuvre d’un calme toujours révoltant. Il portait toujours ce sourire satisfait, adressé à cette pauvre enfant, comme un message du supplice qu’il lui réservait.

« Tu ne pourras plus utiliser d’armes désormais… Mais cela ne te sera plus d’une très grande utilité de toute façon, une fois morte... »

Seulement, Reanbell ne pouvait pas mourir, mais ça, Weiss ne le savait pas. Il n’avait pas encore reconnu la petite demoiselle. Il n’allait pas tarder à le découvrir toutefois.

Sans pitié, le soldat se mit à cogner brutalement de son poing libre, sur le visage délicat de la petite Reanbell. Il s’acharna, durement, sans interruption, assommant toujours plus la blonde. Le sang commençait à couler, et à gicler en éclat sur le visage de Weiss. Alors que les forces commençaient à quitter ce petit corps inerte que maltraitait le Tsviet, celui-ci se décida enfin à arrêter sa démonstration de violence. Sa force était telle, que la pauvre enfant s’en retrouvait complètement sonnée. Si bien que, lorsque Weiss relâcha sa prise, la petite blonde chuta lamentablement sur le sol, face à terre. Ses membres crispés, tremblaient sous la douleur et la violence du traitement infligé. Weiss se tenait toujours là, debout devant elle, de son sourire toujours aussi calme, et satisfait. Il resta l’observer un instant. Aucun sentiment n’animait son cœur, encore moins la pitié.

« Je me suis bien amusé. »

Dit-il finalement, perçant le silence de sa grosse voix sadique et conquise. Il glissa ensuite le bout de sa lame jusque-là nuque de la demoiselle. Le jeu venait de se terminer, à présent, il fallait rentrer. Weiss était un homme de commandement. Il avait d’autres chats à fouette. Cette cargaison allait pouvoir approvisionner ses hommes un certain temps. Ils c’étaient bien battus, Weiss leur avait promis une récompense. Toutefois, pas de survivant dans le camp ennemi. C’était sa règle d’or. C’était ce sur quoi il voulait bâtir son Empire. Il ferait de cette devise, sa marque de fabrique. Mais alors qu’il s’apprêtait à loger son épée dans la chair de la pauvre petite victime, une douce lumière commença à éclairer ce petit corps meurtrit. Weiss put identifier une certaine marque gravée sur la peau de la jeune femme, un papillon. Le soldat plissa les yeux, comme intrigué par la chose. Reanbell tourna en même temps le visage jusqu'à son agresseur. Elle n’était pas encore morte, mais elle était en train de mourir, voilà pourquoi le mécanisme c’était surement activé. Lorsque la petite blonde défigurée leva les yeux, Weiss fut frappé d’un détail troublant. La couleur de ses yeux. Pendant qu’il la frappait, le soldat avait certainement éjecté la lentille qui dissimulait l’identité de la jeune femme. Mais à présent, Weiss l’avait reconnu, ou du moins, il savait ce qu’elle était. Il reconnaissait ce regard, cette expression, ce visage, dans laquelle il pouvait lire toute l’horreur de son passé désormais. Il venait de tout mettre à découvert. Il avait compris. Elle était comme lui, une expérience. Une expérience manipulé par les mêmes bourreaux, les mêmes monstres, les mêmes responsables.

Weiss eut comme une hésitation, non pas dans son regard, mais dans son geste, car il n’avait toujours pas tranché la gorge de sa victime en effet. Il restait là, à l’observer d’un tout nouveau regard. Un regard remplit de curiosité, mais également rempli de malice et d’amusement. Quel drôle de rencontre n’est-ce pas ? Le destin pouvait parfois se montrer ironique.

« Voyez-vous cela… Ton destin t’a finalement rattrapé à ce que je voie... Tu es décidément voué au même sort que tous tes précédents petits camarades en fin de compte. Vous êtes tous destinés à mourir de mes mains. »

Voilà qui était fortement intéressant. C’était même une blague, plutôt de mauvais gout. Même après sa libération, voilà que Weiss se retrouvait encore à devoir faire le même salle boulot que lui imposaient ses bourreaux du temps où il était captif de la Shinra. Mais qu’il se rassure, le destin lui réservait bien d’autres surprises. L’ironie n’avait pas fini de jouer avec lui.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Mer 23 Juil - 14:21:47


Genesis Rhapsodos
Le monde a besoin d'un nouveau héros.


       Voilà peut-être bien des semaines que je parcourais le ciel, que je bravais les océans et ses tempêtes, les terres arides et chaudes, un voyage bien loin d’être simple vous me l’accorderez. Mais à vrai dire, pour rien au monde je ne retournerais à cette ville, comment s’appelait-elle déjà, Edge ! Voir tout ce tas de ruines, construit derrière un tas de ruines… Voir Midgar ainsi en poussière m’avait fait un choc. Cette ville que j’avais quittée au sommet de sa puissance. Je préférais donc de loin ma vie de nomade, à cette ville désormais sinistre. C’était étrange de ce dire qu’aujourd’hui, plus rien n’était plus comme avant. Mais il allait vite falloir que je m’y fasse, et que je m’adapte à ce nouveau monde. J’avais donc naturellement commencé par risquer ma vie au-dessus du désert de Midgar. La route n’était pas longue pour aller jusqu’à Junon. C’était sur le même continent, ce n’était pas le plus loin, je n’avais pas de raison de m’inquiéter. Pourtant, le voyage fut plus pénible que je n’aurais crue. La chaleur était étouffante, épuisante. Rongeant toutes mes forces d’une rapidité déconcertante. Je trouvais à justifier de m’arrêter au tombé de la nuit, afin de prendre quelques heures de repos. Bon sang, c’est tellement plus facile d’être mort. Moins de contraintes et de misères. Cela dit, je n’étais pas vraiment mort non plus, durant toutes ces dernières années. Nous dirons que j’étais, entre les deux. Minerva avait toutefois trouvé juste à me réveiller à ce moment précis de l’histoire. Cela devait être important, et en effet, elle ne s'était pas trompée. C’était important. Je me devais de rester fort, pour elle, pour la tâche qu’elle m’avait attribuée. Mais être téméraire n’irait pas sauver mon salut. Heureusement, j’étais un homme intelligeant, et réfléchi. Je savais m’arrêter quand il le fallait.

       J’eus la chance de trouver une petite grotte, dans les alentours des montagnes qui encerclaient la ville de Junon. Cela ne me réjouissait pourtant pas franchement, de passer ma nuit-là. Je savais que le danger n’était pas loin. Dans ces montagnes, il y avait Deepground. Je le savais. Ce jeune Cloud, il m’avait clairement expliqué ce qui était arrivé aux forces de l’ORM. D’ailleurs, personnes n’avaient de nouvelles de ce cher Reeve Tuesti. J’aurais pourtant été curieux de le revoir. Il devait avoir sacrément changé depuis mon époque. Bref, là n’était pas la question. J’avais peut-être un abri pour la nuit, mais un abri sûr, ça, c’était déjà moins certain. Mais je n’avais guère le choix. Il me fallait un peu de repos, et de nouvelles provisions. La nature était plus clémente dans cette partie du globe. Je put même trouver une rivière, dans laquelle refaire ma réserve d’eau, puis ensuite m’abonner à une toilette bien mérite.

       Le repas du soir fut très court, pour cause de manque de provisions. Ce n’est pas comme ça que j’allais récupérer des forces. Toutefois, je ne pouvais pas me permettre de rester éveiller plus longtemps. Mon feu de camp allait attirer l’attention, et je risquais de me faire repérer. C’est donc l’estomac presque vide que je m’endormis. Une nuit très inconfortable. Un noble de mon rang, méritait mieux qu’un vulgaire caillou sur lequel dormir. Ah pourtant, il y avait bien longtemps maintenant que j’avais abandonné mon luxe. Depuis la guerre contre le Wutaï à vrai dire. Là-bas aussi les conditions de vie s’avéraient loin d’être simples. Mais quand on est un Soldat, on s’adapte absolument à tout. Le principal fut que je pus dormir au moins un peu, et en sécurité. Pas de mésaventure durant la nuit en effet. Je pris quelques fruits comme simple déjeuné, pour leurs vitamines et leur fraicheur, avant de me remettre en route.

       Je n’étais plus très loin de Junon désormais, mais je préférais éviter de passer par le centre des montagnes, ce que tout homme sensé ferait. Je n’étais pas encore de taille à vaincre l’armée de Weiss. Il était préférable d’éviter les coins chauds pour le moment. Je suivais donc les sentiers, le long du flanc de la montagne, lorsque au loin, quelque chose interpella ma curiosité. L’horizon s'était tachée de noir. Un nuage de fumée, épaisse et opaque, montait jusqu’au ciel. Je plissai les yeux pour tenter d’apercevoir quelques détails, avant que quelques bourdonnements d’explosions ne viennent me confirmer une bien triste réalité. Il se passait quelque chose là-bas. Quelque chose de mauvais. Devais-je y aller ? Devais-je m’y rendre ? J’avais un bien mauvais pressentiment. Mais mon devoir m’y obligeait. J’étais le grand Genesis Rhapsodos, envoyé pour sauver cette terre, par la Déesse Mère, Minerva. Je n’avais pas le droit au doute, je devais y aller.

       Je pris un élan suffisant pour accélérer mon vol. La fumé était de plus en plus proche, de plus en plus noir, bien plus détaillée, au fur et à mesure que je me rapprochais de la scène. Un grand arbre me servit de perchoir, dans lequel je pus me dissimuler à mon arrivée. La vision qui s’étala devant moi, fut alors bien sombre. Des corps jonchaient le sol par dizaines. Leurs corps démembrés étaient éparpillés, ici et là. L’odeur du sang empestait même jusqu’à ma distance. Le massacre était frais, d’ailleurs, j’entendis plus loin des voix, encore présentes sur ce lieu de mort. Des rescapés ? Je n’avais pas tout à fait tort, mais j’étais bien loin d’imaginer qui.

       Furtivement, je m’approchais d’eux, toujours dissimulé dans l’épaisse forêt qui faisait une couverture parfaite. C’est alors que je le reconnus. Weiss. Il était là, au milieu de tous ces cadavres, dont il était certainement le meurtrier. Il se battait avec une dernière survivante, une petite blonde fortement agile et bien courageuse. Je me stoppai alors net. Pris de surprise et d’un désagréable frisson froid dans l’échine. Je n’avais vu Weiss que deux fois au cours de ma vie. À chaque fois, nos négociations n’avaient jamais réussi à trouver une voie d’entente. Pourtant, lui et moi n’étions pas si différents. Mais Weiss avait trop peu de connaissances sur le monde extérieur pour penser de manière sensé. Il était fou. Il ne connaissait que la violence, le sang, et la haine. Lors de notre dernière rencontrée, j’avais senti un fort sentiment de vengeance s’animer en lui. Son cœur, s’il en avait un, semblait brûler de colère pour ses bourreaux d’autrefois. J’avais bien peur qu’aujourd’hui, il ne mette toute l’humanité dans le même panier, que ces chiens de la Shinra. Mes craintes semblaient justifier. À en juger les cadavres, et l’objet de leur voyage, cela semblaient être des militaires de Junon en expédition de ravitaillement. En bref, probablement tous des innocents. Weiss était un ennemi redoutable, d’une puissance probablement égale à la mienne. C’était un homme plutôt impressionnant, en plus d’être dérangé mentalement. N’allez pas croire que j’avais peur de lui, loin de là ! Genesis n’a peur de personne. Mais je préférais me méfier de cet homme, qui d’une manière ou d’une autre, m’était étroitement lié.

       Je ne l’aimais pas beaucoup, mais de toute évidence, j’allais devoir intervenir. Il y avait encore une vie à sauver. Peut-être que cette fois-ci, je parviendrais à le raisonner… J’en doutais tout de même fortement, mais si je pouvais au moins épargner la vie de cette jeune fille, j’aurais au moins réussi une bonne action. Le temps m’était conté, voilà qu’il avait réussi à s’emparer d’elle pour l’assommer d’une rafale de coup, avec toute la douceur dont il pouvait faire preuve. Le spectacle n’était pas beau à voir. Il la jeta ensuite à terre, avant de se préparer à l’achever, très certainement. Je n’eus pas le temps d’y réfléchir à deux fois, et de trouver un plan. Je bondis hors de la forêt pour voler jusqu’à eux, rapidement.

_Weiss !

       Criais-je alors pour l’interpeller. Cela fonctionna. Il leva les yeux jusqu’à moi, avec surprise. Je déployais à présent mon aile pour planer avec plus de précision, afin d’atterrir sur le toit du camion, transportant la cargaison. Je mettais moi aussi tous mes atouts de mon côté, il fallait me montrer impressionnant pour rivaliser avec une montagne comme lui. La hauteur était déjà un bon point. Mon aile resta au-dessus de moi, suffisamment élargie pour cacher la lumière du soleil. Cela me donnait un effet de grandeur, et un petit côté impressionnant à moi aussi. Enfin, pour le prévenir de mes intentions, et le mettre en garde, je pris soin d’invoquer mon épée, fermement empoignée. Toutefois, rien de menaçant pour l’instant, la pointe était dirigée vers le bas. C’était juste en gage d’avertissement. Si je pouvais éviter d’en arriver à l’affrontement par la force, je le ferais.

_Weiss, arrête. Laisse-là partir.

       La petite avait l’air mal en point. Toutefois, ce n’est pas ce qui m’interpella le plus. Quelque chose de bizarre se passait là, avec cette gamine. Elle était entourée d’une étrange lueur bleutée, qui semblait l’envelopper et la maintenir en vie. Elle bougeait d’ailleurs. Je pouvais la voir plus en détail, du haut de mon perchoir. Elle était tout de même sacrément amochée. Rien n’assurait qu’elle survivrait à de telles blessures, mais je devais tout de même tenter ma chance, et la sauver d’une mort certaine.



Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Mer 23 Juil - 16:29:02




Reanbell Valdès

Les démons du passé



    Encore une modification biologique que le professeur Hojo n'avait pas crus bon de lui faire bénéficier : de grandes dents acérés. Ça, ça lui aurait été bien utile ! Si sa façon de mordre les gens lui avait sauvé la mise à plusieurs reprises, pour ce grand steak il lui aurait au moins fallu une mâchoire de requin ou de dragon pour la lui arracher. Ça lui aurait fait mes pieds ça ! Mais bon, elle eut beau s'acharner sur ce grand bout de viande un peu trop ferme à son goût, elle ne parvint qu'à sentir un peu de sang envahir sa bouche, rien de plus. Comme pour se débarrasser d'une mouche, le grand immaculé secoua légèrement sa proie en raffermissant sévèrement sa prise. Les os de ses poignets si délicats craquèrent comme du bois sec, et la douleur que cela engendra lui arracha un léger gémissement aigu, qu'elle s'efforçait d'étouffer au fond de sa gorge en se mordant la lèvre à sang. C'était un des grands principes de Reanbell : je jamais donner la satisfaction de ses cris à ses bourreaux. Au cours de sa vie, elle avait connu bien des tortures … Il faut dire qu'elle avait l'art de se mettre à dos les mauvaises personnes. Elle avait en quelque sorte apprit à supporter la douleur, et comme qui dirait ''ce qui ne tue pas rend plus fort'' … ? Si c'était vrai, Reanbell devrait être une déesse avec toute la force cumulée. Faute de la rendre considérablement plus ''forte'', cela avait au moins le mérite de lui octroyer une certaine résistance à la douleur. Après être morte autant de fois qu'elle par toutes les façons possible et imaginable … C'est que ça vous forge une femme !

    Mais Reanbell n'était hélas pas dépourvu de nerf, et la douleur de ses poignets brisés était insupportable. Heureusement, elle était tombée entre les mains d'un bourreau particulièrement généreux, alors pour l'aider à oublier la douleur de ses petites mimines, il roua sa jolie frimousse puissant coups de poings. Pas un, mesdames et messieurs, ni deux, ni trois, non, c'est toute une rafale qu'il lui offrait gratuitement ! Quel chance, pas vrai ? Se faire tabasser par Weiss en personne, ce n'était pas donner à tout le monde. Et contrairement à tous les autres qui ont eut cette chance, elle, elle allait être là pour en parler après ça. Enfin sauf s'il décidait de l'enfermer dans une petite boite et de l'emmener à Deepground en voyant que son corps se régénère. La petite blonde encaissait les coups mieux qu'un boxer professionnel – de toute façon c'est pas comme si elle avait le choix – et sans broncher en plus. Chaque coup faisait craquer un nouvel os, l'un lui ouvrit la lèvre, l'autre lui éclata une pommette, son arcade sourcilière ne tarda pas à être fendue lui aussi. Reanbell avait la particularité de ne pas marquer. Vous aurez beau la cogner, elle s'en sortirait sans le moindre le bleu ni la moindre boursouflure. Pas contre, sa peau n'était pas faite de mythril non plus, elle n'était pas beaucoup plus résistance que d'autres – cela dit, si vous avez envie de toucher, sachez qu'elle a la peau particulièrement douce, plus douce que la peau d'un bébé ou que de la soie, mais je m'égare – ainsi, elle n'était pas à l'abri des plaies ouvertes. Lorsque les coups cessèrent enfin, son joli visage de poupée était tout ensanglanté et elle n'était plus qu'une marionnette désarticulée, totalement sonnée. Elle ne se rendit même pas compte de sa chute lorsqu'elle tomba à terre, ne le réalisant que quelques secondes plus tard. Elle retrouva progressivement la vue – jusque là masqué d'un voile noir – regardant la terre humide de pluie et de sang. Ne distinguant d'abord pas très bien les couleurs, elle eut bien du mal à réaliser qu'il s'agissait de son sang qui avait ainsi fait tant de tâches. Partout. Sa seule pensée sur le coup ne fut rien d'autre que ''mince … qui va nettoyer tout ça ?''.

    Le souffle court et saccadé, elle ne sentait plus son visage ni ses mains. Pourtant, c'est presque machinalement qu'elle se redressa, tout doucement. Elle se mourait et le processeur de régénération semblait ne pas vouloir se faire attendre cette fois. Le vent et quelques gouttes de pluie fouettaient son visage pour faire ruisseler une fontaine vermeille sur son visage délicat. Le zéphyr glacé glissait également dans son dos, lui indiquant que ses vêtements devaient être bien amochés,  laissant apparaître le papillon au milles nuances indigo qui ornait son omoplate et qui s'agitait chaque fois que son étrange pouvoir s'activait. Elle releva alors doucement les yeux sur son bourreau, elle ne savait pas exactement quand ça s'était passé, mais elle savait qu'elle avait perdu sa lentille dans tout ce chahut. C'est alors que sa plus grande crainte se réalisa : Il la reconnu … Elle tenta de serrer les dents, mais cela lui infligea une terrible douleur à la mâchoire. Ce ne fut pas plus concluant lorsqu'elle tenta d'attraper son arme, incapable de la tenir à cause de ses poignets totalement broyer. Elle pesta intérieurement, alors que la rage venait se mêler à la terreur qu'elle gardait enfouit.

    Weiss lui annonça qu'il allait l'achever, ne manqua pas de souligner l’ironie du sort. D'un sens, elle aurait payé chère pour voir sa tête lorsqu'elle se relèverait après qu'il lui ait tranchée la sienne. Elle rêvait d'ajouter à tout cela un petit ''Raté mon gros ! Essaie encore !''. Oui, elle aurait rêvé de voir ça si cela n'avait pas impliqué de terrible risque pour elle et le reste du monde. Ce n'était pas par prétention qu'elle pensait cela … Mais allez savoir ce que de mauvaises mains pourraient faire avec un pouvoir comme le sien !

    – Va … te faire une … mise en plis …. articula-t-elle difficilement, teigne jusqu'au bout, espèce de …
    – Weiss ! Non, c'était pas à ce mot qu'elle pensait.

    Une voix la coupa dans son insulte, alors qu'elle était justement très inspirée. Certes, le moindre mot qu'elle s'efforçait de prononcer lui faisait un mal de chien mais c'était tout elle ça … Insulter et se moquer de ses bourreaux jusqu'au bout. C'était son hobby, son petit péché mignon … Et voilà qu'on venait la couper en plein élan ! Elle tourna difficilement la tête vers le nouveau venu, non sans un énième craquement. Ah, cet espèce de porc-épique avait du lui briser une vertèbre ou deux, il abusait sur ce coup là, c'était super chiant à remettre en place ! Ça pouvait prendre des jours à se balader avec la nuque à moitié fendue de l'intérieur. Bref, elle aperçu tant bien que mal son ''brave sauveur'', et malgré le contre jour et ses yeux qui piquaient, elle parvint à le reconnaître facilement. Il faut dire que ce Casanova n'avait presque pas changé de look depuis dix ans. Sérieusement, il y avait tellement de jolis vêtement différent en ce monde, pourquoi ne remplir son armoire que de la même tenue en dix exemplaire ? D'accord, elle avait elle même certains vêtement en quintuple, et alors ? Elle se changeait tout les jours tout de même … Elle en acheté juste plusieurs par précaution … Vous savez, au cas où elle croiserait un gros lard immaculée par exemple ! Et que ce dernier ne décide de lui déchirer et de lui tacher sa jolie tenue … par exemple.

    Genesis Rhapsodos. Bien sûr qu'elle l'avait reconnu, même si lui ne devait sans doute pas la connaître. Elle venait de Deepground et avait fouiné dans les toutes les affaires de la Shinra pendant des années, alors elle ne pouvait que le connaître. Enfin, elle l'imaginait plus grand. Elle était un peu déçue – que voulez-vous ? C'était une éternelle rabat-joie. Le bellâtre fit son numéro de super-héros-ange-gardien, comme si elle n'eut été qu'une pauvre jouvencelle en détresse. Enfin, c'était mignon, il demandait gentiment au méchant monsieur de laisser partir la demoiselle en détresse. En fait, elle en aurait éclaté de rire si tout son corps n'avait pas été aussi meurtri. Elle profita de l’inattention de l'immaculé pour rouler sur le côté afin de se remettre à une bonne distance de sécurité de lui.  Certes elle était mal en point, mais elle n'en grimaça pas moins un léger rictus en tournant de nouveau la tête vers Weiss.

    – Oh, t'as entendu le monsieur … ? Dit-elle d'une petite voix faible, se voulant tout de même arrogante.

    La blondinette était consciente que sa régénération faisait déjà des siennes, s'ils l'avaient sans doute déjà remarqué, ça restait encore assez discret puisque personne ne l'avait encore vu mourir. Elle pouvait très bien porter une petite matéria de régénération – ce qui n'était pas totalement faux, même si la matéria en question était tout sauf petit et anodine. Elle se concentrait pour retenir le processus, ce qui était en soit presque aussi difficile que de contrôler les battements de son cœur, mais elle y parvenait plus ou moins, non sans douleur. En effet, retenir le processus de régénération à l'intérieur lui donnait l'impression de brûler de l'intérieur et que son sang se transformait en acide pour ronger ses veines.

    C'est donc ainsi, trempée, tremblante, au bord de la mort, tâchée de sang et la plupart des os brisés qu'elle se releva doucement. Elle était sur pied, vacillante. Elle faisait une petite poupée sacrément robuste. Elle fixa l'objet de toutes ses peurs droit dans les yeux, et la peur n'engendrait que plus de colère et de révolte ainsi que plus encore de mépris et d'insolence dans son regard. Elle avait l'impression qu'il était encore plus grand que tout à l'heure, mais c'était sans doute dû au fait qu'elle était courbée. Son arme était à ses pieds, mais elle n'osait pas encore la ramasser, elle devait encore se concentrer un peu sur ses poignets pour les rendre suffisamment indolore pour pouvoir de nouveau tenir quelque chose.


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Rosso PNJ


Messages : 4
Date d'inscription : 20/07/2014

MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Jeu 14 Aoû - 19:46:18




L'insolence de cette petite peste n'avait d'égale que sa robustesse, ce qui, pour une caractéristique comme pour l'autre, était aussi remarquable qu'agaçant. Cela lui changeait de ses habitudes, car ses jouets avaient la fâcheuse tendance à être trop fragiles. Cette petite blonde ne payait pas de mine et le bruit de ses os qui craquent étaient délicieux, mais elle était bien plus robuste que n'importe quel soldat de la WRO qui était déjà passé entre ses mains. Le fait qu'elle se montre aussi provocante ravivait en lui l'envie de l'écraser comme l'insecte qu'elle était. Cependant, un intrus vint lui gâcher son plaisir. Un invité bien particulier qui promettait, après mûr réflexion, de rendre le jeu plus intéressant encore.

Un léger rictus provoquant habilla ses lèvres alors qu'il observait le cuir rouge descendre du ciel en héro. Il n'avait pas changé depuis la dernière fois qu'ils s'étaient vus, toujours aussi déterminé à jouer les bons samaritains. C'était pathétique de voir un être de trempe se mettre ainsi au service des humains et si l'immaculé avait laissé ce félon courir librement jusqu'à ce jour, il allait peut-être commencer à envisager d'user de moyens plus radicaux afin que le cuir rouge rejoigne enfin les rangs de Deepground, là où était vraiment sa place. Il laissa le petit vermisseau filer un peu plus loin, se tournant vers celui qu'il avait admiré autrefois. Il ouvrit les bras en grand, se penchant légèrement pour le saluer avec ironie.

« Regardez ce que les mauvais vent nous amène. »

Envers et contre tout, la petite blonde était déjà en train de se relever, toujours aussi cinglante. Il lui lança un regard terrible, et son sourire carnassier n'aida en rien à l'adoucir. Il avait tout du prédateur féroce, et son expression suggérait que le pire était encore à venir pour la petite ainsi que pour son grand héros. L'immaculé n'aimait pas qu'on lui donne des ordres, encore moins quand cela venait d'un traite de son espèce. Il tourna son regard sévère sur le fameux rouquin, sa physionomie devenant soudainement plus sombre. Il souriait toujours légèrement pourtant, mais à vrai dire, il avait plus l'air de montrer les dents qu'autre chose. Il pointa alors l'un de ses sabres vers lui d'un air accusateur.

« Je n'ai pas d'ordre à recevoir d'un marginal dégénéré. Mais si c'est jouer les héros don tu as envie, soit. Jouons. »

A ces mots, il pointa son arme sur la petite blonde et tira aussitôt. Sa gunblade rugit et cracha une balle qui vint se ficher dans le genou du sujet vingt-trois, la faisant aussitôt retomber à terre en un cris étouffé aigu qui sonnait comme la plus belle des mélodies à ses oreilles. Il semblait très amusé et très satisfait de sa manœuvre. À présent, il guettait la réaction de l'héroïque soldat ailé.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Ven 15 Aoû - 14:07:24


Genesis Rhapsodos
Le monde a besoin d'un nouveau héros.


       Ce spectacle me désolait, vraiment. Weiss ne semblait pas décidé à changer sa manière de voir les choses et le monde. Il était envahi d’un sentiment de vengeance, comme moi autrefois. Il était aveuglé par la haine, et probablement par le pouvoir également. Car ne nous voilons pas la face, le pouvoir, il l’avait… Et plus qu’il n’en faut pour réduire le monde à néant s’il le voulait. Deepground était une grande, et puissante armée. Je l’avais connue dans ses débuts, ce temps lointains où les Tsviets, et Weiss lui-même, m’avaient alors demandé de me joindre à leur cause, et de renverser le pouvoir qui les maltraitait depuis de nombreuses années. Il est fort probable que si les temps avaient été autres à cette période, j’aurais très certainement accepté. Je n’avais rien de personnel contre Weiss, bien au contraire, j’étais parfaitement en mesure d’imaginer ce qu’il avait enduré durant tout ce temps. Mais aujourd’hui, il se trompait d’adversaire. Il ne pouvait pas accuser l’humanité tout entière du mal que lui avait fait la shinra. Weiss voyait les choses de manière totalement démesurée. J’avais pensé que sa défaite contre Avalanche lui aurait permis de voir ce qu’était vraiment la vie. J’avais pensé qu’il avait lui aussi rencontré Minerva, et qu’elle aurait éclairci son cœur malade… Mais il n’en était rien. À présent qu’il était totalement libre, il était plus que jamais déterminé à prendre sa revanche. Il était prêt à détruire quiconque se dresserait en travers de sa route.

       Malheureusement pour lui, je ferais partie de ceux-là. Était-ce là vraiment notre destin ? Combattre l’un contre l’autre, alors que je cherchais simplement à le raisonner, à lui montrer la voie. Je ne voulais pas me battre contre lui, vraiment pas. D’abord parce que d’un certain sens, je le respectais, tout autant qu’il me faisait pitié. Puis, aussi parce qu’il était un valeureux guerrier, et qu’un combat contre lui m’affaiblirait très certainement. Or, je devais conserver mes forces au maximum. Mais la situation ici s’annonçait tendue, et une fois encore, il ne semblait pas laisser place à la discussion.

       Il joua la carte de la provocation, manipulant la vie de la jeune fille sans la moindre trace de pitié, ni même d’intérêt. Weiss était dépourvue d’humanité de toute façon. Mais j’osais croire encore à un mince espoir le concernant. Je me sentais capable de le remettre dans le droit chemin. Après tout, la voie de Minerva animait mon parcours. Je ne pouvais que réussir. Je décidais alors de ne pas aller dans son sens. Bien que stressé, je fis de mon mieux pour rester plus ou moins calme, bien que ma prise se refermât plus durement autour du manche de mon épée.

_Laisse là en dehors de ça Weiss… Et écoute-moi. Nous ne nous battrons pas aujourd’hui, ni même demain… Je suis là pour te faire entendre raison. Tes massacres ont assez duré ! Tu n’as aucune raison de t’en prendre à tous ces innocents. Nous partageons plus que des cellules G, j’ai fait les mêmes erreurs avant toi. Tu es en train de te perdre dans une vengeance démesurée. Reviens à la réalité, et n’oublie pas qui sont tes véritables ennemis ! Ce ne sont certainement pas tous ses gens que tu massacres gratuitement !

       Mon discours était beau, et carrément héroïque, mais je doutai fortement que cela puisse le raisonner. Il allait une fois de plus me rire au nez, me ridiculiser. Ridiculiser mes propos et mes convictions de Soldat. Mais, d’un autre côté, je sais que ma figure avait de l’importance pour lui. Mes paroles et ma façon de penser l’intéressaient tout de même surement un peu. Je comptais sur une certaine influence que je pouvais avoir sur lui. Lui, qui m’appelait avant tout cela comme son "frère".

_Nous ne devrions pas nous battre l’un contre l’autre, Weiss…

       Ajoutais-je alors, en gage de bonne foi. Avais-je l’air ridicule ? Non je ne pense pas, c’est que j’avais fière allure du haut de mon perchoir. J’en imposais pas mal non ? J’étais Genesis Rhapsodos après tout. Enfin, il est vrai que depuis, j’avais bien changé. Je n’étais plus le même homme, celui qu’il avait connu autrefois. À présent, j’étais sur la bonne voie pour ma part, sur le chemin de la Rédemption. Cela devait être un peu troublant pour lui c’est vrai. Mais j’étais déterminé à suivre ma nouvelle quête, et débarrasser le monde de parasites tel que lui. Alors, on pouvait faire ça de façon tout à fait pacifique… Mais s’il fallait en arriver à la manière forte, je n’hésiterais pas un seul instant. Un de mes anciens camarades méritait déjà ce sort plus que quiconque. S’il fallait en arriver là avec Weiss aussi, alors qu’il en soit ainsi… Pour l’heure, nous en étions encore aux négociations. Il avait encore une chance, une dernière chance…




Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Ven 15 Aoû - 15:24:42




Reanbell Valdès

Les démons du passé



    Visiblement, elle n'était pas la seule à avoir des comptes à régler avec Weiss, mais vu la tournure des événements, elle ne saurait trop si elle pouvait considérer Genesis comme un véritable allié de poids. Elle savait que le cuir rouge était un pilier de Deepground, et ce, bien malgré lui et même s'il n'avait jamais voulu avoir quelque à voir avec leurs histoires. Elle ne connaissait pas non plus les détails, elle était partis avant que tout cela ne dégénère. A l'époque, le Restrictor faisait encore sa loi là-bas, et s'il n'avait jamais été apprécié de ses subordonnés, tous étaient encore trop jeunes pour soulever une mutinerie. Enfin, en tant que sujet d'expérience non armé – bien qu'elle ait reçu une formation militaire – elle n'était pas la plus concernée. Tout ce qu'elle pouvait espérer à présent, c'est que la présence de Genesis soit suffisamment préoccupante pour que l'immaculé se désintéresse d'elle.

    Trop faible pour réagir à temps, elle ne put qu'essuyer la douleur de la balle qui vint se ficher dans son genou. Elle s'effondra aussitôt alors qu'un grand coup jus parcourait son corps, étouffant un cris aigu de douleur qu'elle ne put retenir totalement. Les mains à terre devant elle, le souffle cours, elle serrait les dents pour tenter de faire passer la douleur. Cela faisait un mal de chien, elle en tremblait des pieds à la tête. La balle n'était pas ressortie, elle s'était sans doute planter dans l'os, pile dans l'articulation à en jugé par la douleur intenable. Vu son état, n'importe d'autre qui se serait évanoui à sa place, mais elle tenait bon. Elle savait que si elle tournait de l’œil, le processus de régénération allait se remettre en marche, et il en serait fini du faible doute qui la protégeait encore plus ou moins.

    – Saloperie de fils de chèvre … Ronchonna-t-elle d'une voix crispée.

    Alors qu'elle agonisait, le héros faisait un petit discours très touchant, auquel même Reanbell eut envie de rire. Ce qu'elle ne put s'empêcher de faire d'ailleurs, malgré la douleur. C'était un peu nerveux, mais tout même … sacrément drôle. Est-ce que ça avait fonctionné un jour ça, de raisonner le vilain pas beau ? Même dans la fiction, c'était peine perdu ! Ils avaient pourtant l'air de bien se connaître ces deux-là, alors comment le cuir rouge pouvait-il espérer que ses remontrances allaient être utiles ? Enfin, au moins, ça avait l'air de bien occuper ce grand boudin blanc de Weiss.

    Elle dut se faire violence pour s'arrêter de rire, alors que le pauvre Genesis jouait la carte du ''c'est entre toi et moi''. Si seulement il savait que c'était lui l’intrus dans l'histoire … Enfin, autant qu'il ne sache pas. Le rôle de la victime infortunée s'étant retrouvée au mauvais endroit au mauvais moment lui convenait parfaitement. Elle ignorait totalement si Genesis était au courant pour le projet Phénix, et elle n'avait aucune envie de lui demander. Elle parvint finalement à se redresser, après avoir surmonté la tétanie de la couleur criarde qui l'accablait. Dans son dos, le papillon aux milles nuances indigos s'agitait toujours plus que de coutume, et comme ses vêtements déchirés le laissaient apparaître, elle faisait de son mieux pour ne pas le montrer, même si c'était déjà trop tard pour Weiss. Maintenant, elle n'avait plus qu'à compter sur la discrétion de l'immaculé, pour qu'il ne croit pas bon d'expliquer en quoi il en avait après elle, exactement. Bien qu'au fond, il ne devait pas avoir grand chose de personnelle contre elle, il voulait sans doute juste la tester. Et s'il voyait que le teste était un succès … Alors ….

    ** Allez, gros lard, occupe toi de ton copain. Arrêtez de discuter et tapez-vous dessus ou allez boire un verre tous les deux, je ne sais pas moi … mais … bon sang ! **

    Elle trouvait le discours du rouquin plutôt dérangeant, et si elle ne put s'empêcher d'en rire, elle ne comprenait pas pourquoi il ne voulait pas le traiter comme l'ennemi qu'il était. Si elle en avait eut le pouvoir, Reanbell l'aurait déjà tué, mais elle savait qu'elle n'était pas à la hauteur, surtout tout de suite. Le plus sage était sans doute de filer en douce, avec une jambe en moins, les poignets brisés et la nuque en miette … ce n'était pas gagné, mais elle pouvait toujours essayer.

    – Ne vous occupez surtout pas de moi. Dit-elle en rampent difficilement à terre. Je vais juste …. aller mourir un peu plus loin, je ne voudrais surtout pas vous déranger dans votre tête à tête.

    Reanbell n'était pas une pleutre. Elle ne fuyait jamais. Mais là, c'était Weiss, les règles étaient totalement différente avec lui. Elle voulait se cacher, mais dans une plaine pareil, où pourrait-elle bien aller ? Dans son état ? Elle était déjà à bout de force. Elle avait beau pester contre son propre corps et contre cette vieille chèvre albinos de Weiss, rien n'y faisait. La douleur tétanisait tous ses muscles, elle avait l'impression que son corps était continuellement en train de se dissoudre de l'intérieur. Ses yeux quant à eux, commencer à émettre une lueur bleuté particulièrement vive.

    Dans tout ça, sa seule pensée fut pour Condchat, son chaton. C'était stupide, elle en avait conscience, mais elle était en train de se dire qu'elle ne pouvait pas laisser Weiss voir ce qu'elle était. Elle ne pouvait pas le laisser l'emmener à Deepground … parce que sinon, qui s'occuperait de ce débile de chat ? Elle devait absolument rentrer pour lui servir ses croquettes et verser un peu de lait dessus pour qu'elles ne soient pas trop dure. Et lui donner aussi un peu de lait pour chaton de avec de la Vodka, comme ils l'aiment tant tous les deux. Ah, c'était pitoyable. Au porte de la mort, tout le monde pense à ce qu'ils auraient aimé accomplir et à leurs proches … Mais elle qui était seule, elle n'avait que ce petit chaton aux pattes trop courtes et aux oreilles tombantes ….




©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Rosso PNJ


Messages : 4
Date d'inscription : 20/07/2014

MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Sam 16 Aoû - 13:32:19




Genesis venait de gâcher cette agréable petite partie de chasse. Pour Weiss, c’était une frustration quelque peu dérangeante. Oui, voilà, il était frustré à présent. Toutefois, le fait de voir Rhapsodos était une sacrée aubaine pour lui. Il ne l’avait pas revue depuis leur premier accrochage, à son réveil dans les grottes de Midgar. Visiblement, Genesis non plus n’avait pas changé de position. Le voilà qui revenait, en force et bonne posture, pour venir jouer les héros. C’était vraiment triste et pathétique comme vision. Genesis méritait mieux que cette vie de servitude auprès des hommes. Il était de ceux qui, comme Weiss, étaient destinés à gouverner ce monde. Alors, pourquoi le cuir rouge donnait-il tant d’acharnement à une quête si fragile. Aujourd’hui, tout se dressait contre les hommes, jusqu’à même la nature elle-même. C’était le début de l’extinction, Weiss en était persuadé. Il considérait ce bouleversement comme une opportunité, une chance, offerte à lui, et tous ses hommes. Genesis devrait faire partie de ces hommes. Mais au lieu de ça, il était là, à raconter un poème de bonne conduite. Weiss resta le regarder longuement d’un air dubitatif. Levant même un sourcille pour souligner le ridicule du cuir rouge. Puis, il finit par éclater de rire à son tour. Un rire sincère, vraiment.

_Tu n’as pas changé à ce que je voie. Toujours aussi pathétique, avec tes idéaux de faible ! Tu veux sauver les hommes, alors qu’ils sont une race faible et inférieure, et qu’ils nous ont dominés injustement durant tout ce temps…

Weiss leva son sabre en direction du cuir rouge, le pointant avec précision pour le désigner.

_Tu as raison, mon frère. Nous ne devrions pas nous affronter, mais plutôt combattre ensemble ! C’est toi, qui n’es pas du bon côté de la balance ! C’est toi, qui n’es pas à ta place ! Tu n’es qu’un traitre…

Après cette révélation quelque peu prévisible, Weiss reposa son épée pointée vers le sol. Tranquillement, il se tourna dos à son ennemi, pour rejoindre tranquillement la petite Reanbell qui tentait le tout pour s’enfuir d’ici visiblement. L’immaculé lança alors son épée directement droit sur elle, venant se planter dans le bassin de cette dernière. Ainsi elle ne pourrait plus bouger, ni s’enfuir. Il arriva alors à sa hauteur, retirant la lame, tout en saisissant la nuque de la jeune fille, avant de la soulever d’un seul bras.

_Ou comptais-tu aller comme ça. J’en ai pas fini avec toi.

S’adressa-t-il à Reanbell. Il ne comptait pas laisser s’enfuir son dîner si facilement. Alors, il observa de nouveau la réaction de Genesis, qui semblait prête à se battre. L’immaculé éclata un nouveau rire, devant l’insistance ridicule de son ennemi à jouer les vertueux.

_J’ai entendu dire, que fut un temps, tu aimais beaucoup la compagnie des femmes, mon frère. Celle-ci est-elle à ton gout ? Risquerais-tu ta vie pour sauver la sienne ? Aussi misérable soit-elle. Elle est plutôt farouche tu sais, très incommodante. Je ne sais pas si c’est un bon investissement pour toi ! Elle ne se laisse pas faire.

Reanbell pouvait presque être touché devant tout ce tas de compliment, directement distribué par l’immaculé en personne. Bien que cela sonne davantage comme de la provocation et de l’ironie. Cette manœuvre cherchait bien entendu à pousser Genesis à l’affrontement. S’il jouait les héros, comme il voulait le faire, il finirait par attaquer Weiss, afin de sauver la demoiselle en détresse. C’était un vrai fanfaron. Weiss savait qu’il pouvait user de cette méthode pour provoquer le cuir rouge. Mais ce dernier se faisait violence pour rester calme, et tout à fait pacifique.

_ça ne te ressemble pas de jouer les mauviettes, mon frère. Aurais-tu peur de m’affronter ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Ven 22 Aoû - 22:17:08


Genesis Rhapsodos
Le monde a besoin d'un nouveau héros.


       Mon frère, voilà qu’il recommençait. Je n’aimais pas qu’il me nomme de cette façon. Je n’étais pas son frère, je ne le serais jamais. Est-ce que le simple fait de partager quelques cellules, fait de deux êtres, des membres d’une même famille ? J’en doute. Je n’avais jamais eu de frère, et pour être franc, pour rien au monde je n’en aurais voulu. C’était bien trop chouette d’être fils unique. Qui plus est, le bon petit fiston à papa, pourrit gâté élevé dans la richesse. Ma vie de fils unique m’avait parfaitement satisfait, alors ce n’était certainement pas maintenant que j’allais me trouver des frangins et des frangines. D’ailleurs, je ne croyais plus en la notion de la famille. J’avais eu pour preuve, que même votre famille, peut parfois vous élever dans le mensonge et la traitrise. Une valeur pourtant si sûre que la famille, puisse n’être qu’une vulgaire illusion. Il était bien plus sûr que de compter sur ses propres moyens, et rien d’autre. Mais visiblement, le monde ne semblait pas vouloir me laisser faire ma route tranquillement, en bon cavalier seul. Deepground était après moi. Il me voulait auprès d’eux. Ils me traquaient depuis des mois maintenant. Je le sais. Mais c’est enfin aujourd’hui que je voyais finalement leur chef, Weiss en personne, qui me servait le même discours qu’il y a de ça, des années. Il semblait néanmoins un peu plus hargneux. Il ne tolérait guère que je joue les héros pour une noble cause, qu’il jugeait stupide et illogique. Il pouvait bien me balancer autant d’arguments qu’il le souhaitait, cela ne changerait rien. Je n’étais fidèle qu’à Minerva à présent.

_Je ne suis pas un traître… Pour être un traître, il aurait déjà fallu que je combatte à tes côtés, et en ton honneur. Ce qui n’a jamais été le cas, Weiss...

       Weiss se trompait littéralement d’ennemis. Il en voulait au monde entier, un peu comme un autre gus un peu dérangé à vrai dire. Mais ces gens-là étaient justes stupides. Ils ne comprenaient pas que par leur vengeance, ils s’en prenaient aux mauvaises personnes. C’est la planète elle-même qui souffrait de leurs actions, alors que celle-ci n’avait jamais rien fait contre eux. Bien au contraire, elle leur avait donné sa bénédiction, et leur avait offert un cadeau bien précieux : la vie. C’était les hommes qui étaient à condamner, non la planète. Malheureusement, le champ d’action de psychopathe tel que Weiss, ne prenait pas vraiment en compte les répercussions de leurs actions sur l’environnement. Aujourd’hui, les dieux eux-mêmes se rebellaient tous contre cette humanité tyrannique. Les hommes payaient pour ce qu’ils avaient fait. N’était-ce déjà pas suffisant ? Avait-on besoin de nous faire la guerre entre nous par-dessus le marché ?

_Tu pestes contre les hommes, tu veux te venger d’eux, mais en les attaquants, tu t’attaques à ta propre mère, celle qui t'a donné la vie. C’est la planète elle-même qui souffre de tes attaques. Je l’ai vue lorsque j’ai rejoint la planète. Nous sommes tous esclaves des Dieux, notre rôle n’est pas de changer le monde, mais de le servir, et de quitter cette terre, en faisant de notre mieux pour la laisser telle qu’elle est. Toi aussi, tu restes un enfant de Gaïa, un serviteur descendant de Minerva, la déesse mère, qui veille sur nous et protège nos vies contre les calamités venues d’ailleurs. Ton rôle n’est pas de combattre pour la suprématie de cette terre, mais de la servir, la protéger, avec honneur, pour être digne, du don de la déesse.

       Mon ton était monté d’un cran tout au long de ma tirade. Tout ça, c’était plus que des mots. C’était une croyance. Une croyance fondée, véridique. Je l’avais vue, j’avais été témoins, de mes propres yeux. J’avais vu Minerva, et alors, j’avais tout compris. Je m’étais jusque-là perdu dans les méandres de la mélancolie humaine. Mais la vie, c’est bien plus que ça. Angeal l’avait compris bien avant moi. L’équilibre est une chose fragile, et si l’on veut garder sa place, et ne pas perdre de vue son chemin, il faut savoir faire preuve d’honneur. S’imposer des limites qu’il faut être capable de respecter. Le respect de la vie, et la servir avec honneur, voilà, voilà ce que je voulais être, ce que je voulais faire. Je voulais transmettre cette bienveillance, que j’avais vue dans les yeux de Minerva, lorsqu’elle avait jugé mes péché, ô combien nombreux… Prenez- moi pour un fou, qu’importe, j’avais à présent le foie, et une croyance certaine, qui me pousserait dans le droit chemin. Je tentais bien de communiquer cela à Weiss, ou à toute autre personne qui en aurait le besoin, mais ma tâche ne serait pas simple. Mais, qui a dit qu’elle le serait ?

_Tu n’es pas obligé de faire ça. Tu n’es pas obligé d’être cet homme-là. Il faut dominer et surpasser tout ça. Il y a mieux à faire, que de consacrer sa vie à la vengeance. Crois-moi, c’est trop douloureux, et bien trop épuisant… Tu as tout à perdre. Ne fais pas les mêmes erreurs que moi. Tu peux encore changer, tu as encore le choix. On a toujours le choix.

       Sauf qu’il était peut-être déjà trop tard pour Weiss. Peut-on vraiment guérir un fou de sa folie ? Peut-on réellement réanimer un cœur déjà mort… Quand je le regardais, je m’évertuais à chercher quelque chose au fond de son regard. Une trace d’humanité, une âme, un signe quelconque, qu’il y avait encore de l’espoir là-dedans. Mais mes mots semblaient plus l’amuser qu’autre chose, ce qui ne manquait pas de me blesser quelque peu, je dois l’avouer. Je trouvais vraiment cela dommage, et même triste. Pour avoir connu les deux, je pouvais aisément témoigner, qu’il était plus épanouissant, de consacrer sa vie à aider celle des autres, que de vivre dans l’égoïsme d’une vengeance froide et meurtrière. Weiss allait se détruire. Il l’était déjà peut-être, mais, maintenant qu’il était libre, il avait enfin la chance de prendre sa vie en main, et de, vivre tout simplement. Au lieu de ça, il prenait de nombreuses vies innocentes, se plaisait à faire le mal autour de lui. Tout semblait alors perdu pour cette jeune fille, et pourtant, un espoir un peu fou, me figeait sur place, me poussant à croire que tout pouvait encore changer. Après tout, les gentils gagnent toujours, non ?


Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Sam 23 Aoû - 11:43:18




Reanbell Valdès

Les démons du passé



    Rien ne semblait pouvoir perturber la conversation des deux frangins, non rien. Qu'elle se serait mise à danser des claquettes sur un air de polka n'aurait sans doute perturbé personne. En soit, ça ne la dérangeait pas le moins du monde, après tout, Reanbell détestait être le centre de l'attention, cependant, elle aurait préféré l'être loin de là. Non mais vraiment ! Si ce gros ours mal léché voulait papoter avec sa vieille tante cinglée, qu'il le fasse, mais alors qu'il la lâche ! Était-ce trop demandé que de simplement vouloir mourir à l'ombre, au calme ? Bon d'accord, à l'ombre, elle y était techniquement, puisqu'il pleuvait, mais tout de même. Un peu de pudeur, Reanbell préférait mourir à l’abri des regards indiscrets, tout comme n'importe qui aime prendre sa douche seul. Enfin, certains aiment la prendre accompagné mais pas avec n'importe qui non plus.

    Pendant la petite réunion de famille et les grandes leçons de morale du prêcheur du dimanche, la blondinette tentait de passer en revu tous ses dommages, étant donné que Weiss venait de lui en infliger un nouveau. Il y avait donc à présent ce trou béant et sanguinolent dans son bassin, en plus de son genou perforé par une balle, de sa mâchoire en miette et de ses poignets brisés. Tout cela lui en ferait presque oublier l'entaille béante qui parcourait son dos ainsi que ses quelques côtes cassées. Enfin, tout ça ne formait qu'une bouillie douloureuse, Reanbell avait simplement l'impression d'être un amas de chair et de nerf à vif, son corps était à la fois engourdi et terriblement douloureux. Elle pensait avoir dépassé le seuil de toute douleur la dernière fois qu'elle était passée entre les mains d'une mafias adepte des tortures les plus cruelles, mais elle préférait encore lorsqu'ils lui avaient arraché les ongles. Quoique … Son état actuelle avait quelque chose de presque reposant. Elle avait toujours aimé cette sensation, être au seuil de la mort qui arrivait lentement … à sa place, n'importe qui serait déjà mort ou au moins évanouie tant elle souffrait et tant elle avait perdu de sang. C'est peut-être pour ça que son brave héros ne se souciait plus de sa présence, peut-être la croyait-il déjà morte. On ne pouvait pas lui en tenir rigueur, pourtant, elle avait toujours les yeux ouverts, et loin d'être perdus dans le vide, elle regardait tout autour d'elle, un moyen de venir à bout de ce pot de colle immaculé.

    Un voile noir passait de temps à autre devant ses yeux. Tout devenait progressivement sombre, et les voix de ses compagnons – si nous pouvons les qualifier ainsi – n'avaient alors plus rien pour les distinguer de la mélodie de la pluie. Elle salua intérieurement les quelques éloges que l'immaculé fit d'elle en la qualifiant de farouche. C'est vrai qu'elle l'était ! Même ses employeurs n'étaient pas à l'abri de son instant sauvage. Hein Rufus ? Elle serra les dents, ce qui n'était pourtant pas sans douleur, et la vue lui devint progressivement. Elle n'entendait plus ce que se disait le cuir rouge et l'immaculé, elle avait beaucoup de mal à discerner la signification des sons qu'ils émettaient.

    Sans savoir vraiment pourquoi, la blondinette pensa au chant des oiseaux. Ces petites choses qui virevoltaient dans les air en sifflants. Elle se souvint de la première fois qu'elle en avait vu un. Comme pour tout autre chose, elle en avait eut peur. Juris lui avait alors expliqué ce que c'était et avait attiré un petit rossignol en traçant un chemin de graine  pour qu'ils puissent l'observer de plus près. Reanbell avait eut beaucoup de mal à s’habituer aux différentes formes de vie non humanoïde, car elle n'en avait jamais vu durant les dix premières années de sa vie.

    Un sourire nerveux apparut sur son visage. Si seulement ces deux-là n'avaient pu être que des oiseaux …L'ouïe de Reanbell lui revint, alors que sa vue lui jouait encore quelques tours. Elle écouta la fin du discours du rouquin, concernant la vengeance. Elle se demanda un instant combien de temps elle avait pu rester dans le brouillard, et se dit que cette fois, on devait vraiment la croire mort. Elle sentait toujours son sang s'écouler de la plaie de son bassin, tâchant sa jupe, ses bas et ses bottes hautes. Quelle plaie. Pourquoi ne pouvait-on pas la tuer proprement pour une fois ?

    A écouter le discours du héros, la blonde aurait presque eut envie de retourner sa veste et de rejoindre Deepground. Ce type croyait savoir de quoi il parlait parce qu'il avait voulu détruire le monde sur un coup de tête. Enfin, peut-être n'en avait-il jamais voulu au monde entier celui-là, mais bref. D'après Reanbell, il se trompait. La vengeance était la seule chose qu'elle avait, donc c'était justement en abandonnant cette idée, qu'elle avait tout à perdre. Elle avait longtemps vécu sans but, et ça, c'était pire que tout. Se lever chaque jour, sans savoir pourquoi. Se nourrir chaque jour par habitude, sans savoir pourquoi. Se laver, s'habiller, sans savoir pourquoi. Ne pas savoir où est sa place, n'en avoir aucune en ce monde. N'être qu'un fantôme de chair et de sang, qui jamais ne pourra disparaître. Voilà ce qui était pire que tout. La vengeance fut pour elle la petite lueur d'espoir dans le gouffre sombre et sans fond de sa vie. Vouloir détruire le monde ? Elle le concédait, c'était de la connerie. Pourquoi faire souffrir des innocents juste parce qu'on pique un caprice ? Soit, mais ça, ce n'était pas de la vengeance. Ce que faisait Weiss, ce n'était pas de la vengeance, c'était de l'avidité de pouvoir, de la cruauté et de la connerie. Il ne fallait pas tout mélanger. On ne pouvait raisonner un débile profond comme lui. Mais Reanbell commençait à se demander qui était le plus stupide des deux … Celui qui poursuivait sa quête absurde de détruire le monde, ou celui qui tentait de l'en dissuader par de belles paroles ? Le plus beau, c'est que la réciproque fonctionnait à merveille. Qui était le plus idiot : celui qui part en quête de sauver le monde en répandant la bonne parole, ou celui qui tente de l'en dissuader par la corruption ? Ces deux là … un drôle de numéro décidément.

    Mais Reanbell en avait assez de ces beaux discours. Quand allaient-ils enfin se taire et la laissé partir ? Elle ne demandait pas grand chose, juste qu'ils se bougent un peu les miches et se crêpes le chignon une bonne fois pour toute, mais surtout, surtout … Qu'ils la laissent en dehors de ça ! C'est alors que, faiblement et sans grande conviction, elle glissa sa main le long de sa cuisse. Elle sentit alors un petit objet circulaire et dure dans son bas. Elle mit un instant avant de se souvenir de ce qu'elle avait bien pu mettre là puis … la mémoire lui revint.

    ** Chibie … Je te revaudrais ça.**

    Elle referma son poing sur l'écaille de dragon tranchante, et bien que cela lui entaillait la paume, elle n'en avait cure … Pour une plaie de plus ou de moins ! Elle laissa tout de même le rouquin terminer sa phrase et fronça les sourcils. Elle décida d'intervenir avant qu'un d'eux ne se transforme à nouveau en moulin à parole.

    – Oh la ferme ! Grogna-t-elle à l'intention des deux gusses.

    Aussitôt, elle puisa dans les quelques forces qui lui restait pour relever la main et planter l'écaille tranchante dans le bras de l'immaculé, de celui qui la maintenant toujours par la nuque. Elle l'avait planté le plus loin possible, et ramena l'écaille vers elle d'un geste sec, jusqu'au poignet de l'immaculé pour ouvrir sa chair sur toute cette longueur. Elle balança son pied en arrière, son talon heurta précisément son entrejambe et elle fut finalement relâché. Faute d'une réception agile qui aurait pu lui permettre de fuir, elle s'étala par terre et se contenta donc de rouler pour mettre un peu de distance entre eux. Elle aurait voulu mettre un genou à terre, mais celui de droite était bien trop douloureux pour être plié à sa guise. Elle resta donc assise, repliant sa jambe valide. Elle s'était rapproché du cuir rouge, juste un peu devant lui, elle lui tournait le dos. Le papillon bleuté décidément bien agité qui ornait son omoplate était donc parfaitement  visible pour le rouquin. Reanbell avait ramassé son pistolet au passage, devant le tenir à deux mains pour supporter son poids, ceci n'en soulagea cependant pas la douleur de devoir forcer sur ses poignets brisés. L'écaille de dragon était toujours à plat contre sa paume droite et la crosse de son pistolet. La blonde voulait protéger son secret, hélas, elle n'avait pas toujours conscience des véritables capacités d'un corps humain normal. Elle devrait déjà être morte. Elle craignait également que se risquer à jouer les morts en s'allongeant et en fermant les yeux ne lui soit effectivement ''fatale''. Elle ne pouvait pas prendre le risque de s'assoupir et de laisser le processus de régénération se déclencher sous leurs yeux.

    Elle visait la tête de Weiss, mais elle tremblait. Reanbell ne tremblait jamais lorsqu'elle mettait quelqu'un en joue. Cependant, elle ne pouvait pas faire autrement cette fois. Ce n'était pas seulement la douleur, bien qu'elle y soit en grande partie responsable, non, il y avait aussi ce mélange angoissant de haine et de crainte que lui inspirait l'immaculé depuis sa plus tendre enfance. Sa vision lui jouait de nouveau des tours, et ce voile noir passa de nouveau devant ses yeux, bien qu'elle resta bien droite sur son séant. Elle tentait d'appuyer sur la détendre, mais cela lui provoquait d’insupportables coups de jus lancinant dans les poignets et elle avait beau forcer avec deux doigts, impossible d'enclencher les mécanismes.

    – Merde … Va te faire foutre, Weiss ! Cracha-t-elle par dépit.

    Elle jeta son pistolet à terre avec rage et sortit une grenade d'une de ses petites sacoches.

    – ça c'est pour les Phénix ! Rugit-elle, en mémoire de ses défunts camarades.

    Elle parvint à retirer rapidement la goupille avec ses dents – une fois encore, ce ne fut dans sans douleur – et la lança sur Weiss en usant de toute les petites forces qui lui restait.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Rosso PNJ


Messages : 4
Date d'inscription : 20/07/2014

MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Sam 23 Aoû - 21:58:50




Ce que disait le cuir rouge n’avait aucun sens. En vérité, il ressemblait vraiment à un illuminé, qui avait reçu un gros caillou sur le haut de son crâne. Voilà qu’il se mettait à jouer les religieux maintenant ! Décidément, ce grand Soldat avait fini bien bas… Parfois, Weiss le regardait avec perplexité, affichant même quelques petites grimaces d’incompréhension. Il ne cherchait pas vraiment à comprendre cela dit, c’était complètement tordu, et absurde pour que l’immaculé s’en intéresse. Les dieux pouvaient bien exister oui, et les hommes, pouvaient bien être leurs esclaves, Weiss lui s’en contrefichait. Il n’était pas un homme. Peut-être même qu’il était un Dieu, allé savoir… Un Dieu créé des hommes certes, mais un dieu quand même. Après tout, ce ne serait pas le premier à croire ce genre de sornette. Mais Weiss était tout de même plus lucide que ça. Lui avait d’autres objectifs. Avant de vouloir être un dieu, il voulait surtout être un Roi. Un roi tout-puissant, à la tête d'une race supérieure. Sa race, bien sûr. C’était ainsi, et cela ne changerait pas pour Weiss. Genesis perdait son temps. Ou peut-être essayait-il de gagner du temps, pour épargner la vie de cette fille, qu’il qualifiait d’innocente. Il ne la connaissait pas, comment pouvait-il la juger ainsi. Comment pouvait-il affirmer qu’elle était Innocente ? Il ne savait pas, il ne savait décidément rien. Weiss se mit de nouveau à rire, une nouvelle fois, devant la légèreté dont faisait preuve le cuir rouge.

_Tu es vraiment un illuminé, mon frère ! Peu importe ce que tu dis, cette fille mourra quand même. Tu perds ton temps, et tu me fais perdre également le mien !

Weiss entreprit alors d’achever la jeune Reanbell, d’abord pour faire le sale boulot qu’il avait toujours aimé faire du temps de la Shinra : tuer les cobayes du projet phénix. C’était ancré en lui comme un réflexe à présent. À présent, dès qu’il en voyait un, cela lui venait instinctivement, il lui fallait le tuer. C’est pourquoi il allait tuer Reanbell, sans même chercher à comprendre pourquoi. Il devait la tuer, c’était ainsi. Puis, il voulait également le faire pour atteindre personnellement le cuir rouge. Pour le briser dans ses espérances. Pour lui faire comprendre que toutes ses croyances n’étaient que sottises. Les dieux n’avaient pas ce genre de pouvoirs, et ils ne seraient d’aucune aide à Genesis ici, pour sauver cette pauvre demoiselle en détresse. La justice n’existe pas, il faut se la faire soi-même. Les Dieux sont injustes, et indifférents au sort des hommes. Weiss le savait. Sinon, il y a bien longtemps qu’on serait venue le sauver de la shinra. Oui, l’immaculé ne croyait pas aux pouvoirs des Dieux, et il allait tout faire, pour ôter cette croyance stupide, de la tête de son camarade juste en face.

_ Tes Dieux ne te sont d’aucune aide ici ! Laisse-les donc où ils sont ! Et vient te battre ! Il n’y a que ça de vrais !

Et alors que Weiss refermait sa prise plus fermement sur la nuque de la demoiselle, dans le but d’atteindre le cuir rouge, cette dernière se mit à riposter de manière bien inattendue. Elle planta subitement un objet non identifié dans le bras de Weiss. Celui-ci sentit la douleur lui picoter comme une épine plantée dans la chair. Une épine certes, mais néanmoins, la douleur était là. Toutefois, cela ne l’alarma pas plus que ça, et il rua simplement son regard sur l’objet de tous ces désagréments. Mais Reanbell ne s’arrêta pas là, elle avait plutôt intérêt, car jusque-là, l’opération n’avait pas l’air d’avoir fait bouger son agresseur. Elle effectua donc ensuite, quelques prises habiles qui lui permirent de se défaire de la main acéré de son agresseur. Ce dernier en fut tout surpris, et recula même de quelques pas, devant l’élan soudain de la demoiselle.

_Qu’est-ce que tu m’as planté dans le bras…

Gronda-t-il mécontent, voyant son propre sang couler le long de son bras. L’objet de ce crime avait une étrange couleur noire, et une forme tout aussi louche. Weiss demeurait perplexe devant cette attaque soudaine. L’avait-elle empoisonné ? Weiss avait fait du poison une obsession, depuis ce jour où ce mal étrange l’avait ravagé, après sa rébellion. Le poison était quelque chose de puissant. Suffisamment puissant pour avoir pu stopper l’incroyable, l’invisible immaculé de Deepground. Il fut ainsi déconcentré un instant, et Reanbell en profita pour mettre de la distance entre elle et lui, avant de pester contre lui et riposter par un tir de grenades.

Weiss avait peut-être eu un petit moment d’inattention, mais il n’en restait pas moins redoutable. Il releva aussitôt le regard d’un air noir, avant d’armer son sabre, qui vint trancher le projectile en deux. L’explosion retentit, mais un bouclier corporel semblait protéger l’immaculé, si bien que les flammes l’évitèrent presque. C’était un spectacle plutôt impressionnant d’ailleurs, non pas moins terrifiant. Weiss avait l’air très en colère, et il était maintenant bien décidé à passer à l’attaque. La plaisanterie avait assez duré. Sans prévenir, il surgit alors des flammes, d’un bond puissant, pour se ruer sur la petite victime décidément bien amochée.

_Tu vas payer…



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Aujourd'hui à 3:22:58

Revenir en haut Aller en bas
 

Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Cimetière] Les démons du passé refont toujours surface |Nathan & Lacie
» Les démons du passé | Xin Lin Yao
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Une fenêtre vers le passé [RP solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Judgement Day :: Continent Est :: Région des Prairies-