RemonterDescendre



 

Partagez | .
 

 Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Lun 1 Sep - 15:03:41


Genesis Rhapsodos
Le monde a besoin d'un nouveau héros.


       Bien que cela ne me ressemble pas, je décidais finalement d’abandonner toute conversation raisonnable avec Weiss. Je voyais bien que cela ne menait nulle part. Je sais bien qu’essayer de raisonner quelqu’un de fou n’est pas chose facile, mais si j’arrivais à ne serais-ce que mettre un peu d’espoir dans ce cœur sombre, alors il serait plus facile de lui faire voir le vrai sens de la vie. Mais ce n’était visiblement pas aujourd’hui que j’arriverais à grand-chose. Il était décidé à toi, à briser des vies innocentes. Cet homme n’avait plus aucune trace d’humanité. Cette fille qu’il tenait de sa poigne, elle souffrait déjà beaucoup, elle était quasiment morte. D’ailleurs, je ne sais par quel mystère elle respirait encore… Toujours est-il, qu’il ne semblait pas encore avoir fini avec elle. Qu’on en finisse. Ne pouvait-il pas simplement l’achever et la faire mourir rapidement ? Au lieu de jouer avec sa vie et la douleur d’une telle manière… Mais j’avais parlé bien vite à vrai dire. Alors que j’observais la scène de manière tout à fait impuissante, quelque chose d’incroyable se produisit.

       Cette fille, que je pensais quasiment morte, elle trouva encore le courage de mobiliser ses dernières forces, pour riposter et se dégager de son agresseur. Je ne vais pas le cacher, j’en étais bluffé. C’était même plus un instinct de survie à ce stade, c’était carrément de l’acharnement. La petite sortit un objet tranchant de sa poche, avant de le planter dans le bras de Weiss. Celui-ci ne réagit guère, mais elle avait plus d’un tour dans son sac. En quelques galipettes remarquables, elle réussit finalement à se dégager de son oppresseur. Elle chuta sur le solo, et son premier réflexe, le bon, fut de rouler pour s’éloigner de l’immaculé. Elle était désormais libre, mais pour combien de temps… Dos à moi, je pouvais aisément remarquer ce phénomène étrange qui s’agitait dans son dos. Cette fille n’était peut-être pas si innocente que ça malgré tout. Mais on a tous nos secrets, pas vrai ?

       Pas le temps de rester baver, la petite défaite de Weiss le rendit ivre de rage. Il allait vouloir se venger, naturellement. Finis de jouer, voilà où nous en étions rendus. Rapidement, l’immaculé mobilisa sa puissance pour contre-attaquer. Il bondit d’un saut vertigineux, prêt à embrocher la pauvre fille, qui tenait à peine debout. Comme elle n’était plus très loin de moi désormais, c’était l’occasion pour moi d’intervenir. Aussi rapide que Weiss, je bondis moi aussi, pour me ruer droit sur la jeune fille. Une fois à sa hauteur, je ne réfléchis pas, et je l’attrapai par le col de sa veste. Mon visage se leva vers le ciel, pour scruter notre ennemi qui se jetait alors sur nous. Tout aussi rapidement, je bondis à nouveau pour éviter son assaut, échangeant tout de même un coup d’épée pour contrer son attaque. Tandis que lui se retrouva cloué au sol, moi, je m’envolais rapidement vers le ciel, accompagné de la petite jeune fille fraichement secourue. Au sol, Weiss était immobile, il nous regardait nous éloigner. Il avait compris que s’en était fini pour aujourd’hui, il ne pourrait pas nous suivre là où nous étions. Mais dans son regard noir, on pouvait voir que ce n’était que partit remise… Il faisait froid dans le dos. J’espérais que notre prochaine rencontre soit moins sanglante tout de même…

       Après plusieurs kilomètres vers le Sud, je jugeai qu’il était temps de regagner le sol. Je trouvai un endroit tranquille, au milieu d’une petite clairière paisible. La ville n’était plus très loin, mais je ne pouvais pas m’y rendre comme ça, par les airs, et encore moins avec une fille à moitié broyée. Nous posâmes donc pied-à-terre, je la déposai tout en douceur, de peur d’éveiller de graves douleurs chez elle. Puis, je me mis devant elle, m’accroupissant pour la regarder plus en détail. Dans un premier temps, je ne dis rien, je restai là, à l’observer. Aussi fou que cela puisse paraître, elle allait déjà nettement mieux. Il ne fallait pas être devenu pour deviner que cette fille avait quelque chose de spéciale. C’était peut-être pour ça que Weiss avait un vif intérêt à son égard.

_Est-ce que ça va ?

       Commençais-je par demander tout naturellement. Bien sûr, c’était une question stupide, bien sûr que non ça n’allait pas. Mais disons que je demandais plus ça dans le sens, est ce qu’elle va tenir le coup… Elle avait reçu de sacrées blessures. N’importe qui serait mort depuis longtemps à sa place. Mais pas elle. Elle, elle allait s’en sortir. Ça se voyait, ça se sentait.

_Weiss… Vous avez l’air de le connaitre. Et il a l’air de bien vous connaitre également… Est-ce que vous étiez à Deepground avant, par hasard ?

       Je ne voyais que ça comme option. Les faits se rassemblaient tous vers cette conclusion. C’est vrai, cette fille avait des pouvoirs spéciaux, elle était spéciale. Elle avait des yeux étranges, pas des yeux de Mako non, mais on pouvait voir sa différence dans ce regard. De plus, l’intérêt de Weiss à son égard, oui, cela ne pouvait être que ça. Weiss ne s’intéresse pas aux gens sans raison…

       Comme elle avait l’air encore un peu faible, je pris ma gourde pour lui proposer un peu d’eau. Ça partait d’un bon sentiment, mais ça visait aussi à la mettre un peu en confiance avec moi. Elle devait savoir que je ne lui voulais aucun mal. Après un tel choc, il devait être parfois difficile d’avoir les idées claires.

_Je m’appelle Genesis… Vous ne risquez rien avec moi.

       Je pris soin de faire disparaitre mon aile noire, aussitôt que possible. Il fallait que je n’aie pas l’air menaçant, or, c’était un détail qui pouvait peut-être me porter préjudice. Bien qu’elle puisse ainsi juger d’elle-même mes origines quelque peu douteuses à moi aussi. Me savoir anormale pouvait peut-être la rassurer, pourquoi pas. C’est vrai, quand soit même on est différent, c’est plutôt rassurant de se trouver avec quelqu’un qui lui aussi est différent.




Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Lun 1 Sep - 17:12:05




Reanbell Valdès

Les démons du passé



    Ce n'est pas comme si elle avait vraiment cru pourvoir le toucher avec sa grenade, mais elle aura au moins caressé l'espoir de le faire un peu reculer, de le surprendre ou … Qui sait ? De le décoiffer ? Bon d'accord, il n'était déjà pas coiffé, mais allons bon ! Elle n'aimait pas ça du tout, ces gars indestructibles qui ne se laissaient jamais désappointer. Ouais, elle savait à quel point elle pouvait être elle-même un adversaire insupportable ! Mais ce que nous détestons le plus chez les autres sont souvent nos propres défauts. C'était parfaitement le cas pour Reanbell. Son assaut ne semblait pas avoir ébranlé monsieur l'immaculé, et s'il semblait contrarié qu'elle ait pu oser lui faire bobo, il découpa son projectile explosif comme s'il n'avait s'agit que d'un peu de beurre déjà à moitié fondu. Le bouclier qui le protégea de la décharge ne lui rappela que de mauvais souvenirs.

– Fais chier Weiss ! Pesta-t-elle farouchement. Vous êtes qu'une bande de tricheur avec vaux fichus boucliers à la c-

Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase, car Weiss chargeait déjà sur elle, mais cette fois, le héros s'était décidé à jouer son rôle. En effet, le cuir rouge l'atteignit le premier, l'attrapant par le col. Elle ne comprit pas trop ce qu'il se passa ensuite, car sa vu lui jouait encore des tours. Elle se senti simplement faire quelques pirouettes, et s'entendit penser ''eh, je ne suis pas un joué, on se calme !'' avant que tout ne devienne effectivement calme … Puis, en baissant les yeux, elle vit que le sol s'éloignait d'elle à toute vitesse, avant de prendre une vitesse de croisière plus régulièrement. La silhouette de Weiss s'éloignait doucement et elle ne put s'empêcher de lui tirer la langue. C'était puérile, mais c'était justement ce qui la caractérisait. Elle réagissait toujours de façon décalé lorsqu'elle frôlait ainsi une catastrophe. Bien souvent, lorsqu'elle mourrait et renaissait sous les yeux de ses ennemis, elle ne pouvait s'empêcher de lancer un ''bouh'', comme dans les films de fantôme. Elle menaça même de bouffer le cerveau d'un type une fois, parce qu'elle avait vu que c'est ce que faisait les zombis apparemment, dans les films … Mais bon, la réaction n'avait pas été très concluante.

L'air de rien, elle était terriblement soulagé. Weiss n'avait pu la voir mourir, et si cela pouvait justement paraître suspect, il allait peut-être s'imaginer que ce n'était qu'une question de temps, qu'elle mourrait dans quelques heures ou, même si elle survivait, elle ne représentait pas pour autant un enjeu assez précieux pour mérité d'être recherché ? Ben voyons, à quoi pensait-elle … Peut-être que Weiss n'avait pas tout vu, mais maintenant qu'il la savait vivante, il allait mettre ses satané sbires à sa poursuite ! Non, Reanbell savait qu'elle n'avait plus le choix. Elle allait devoir disparaître … et vite.

La douleur la tiraillait encore, mais elle se sentait tout de même étrangement sereine. Elle savait qu'à présent, elle n'aurait plus un seul instant de répits. Elle allait devoir fuir, se cacher … mais elle avait plus d'un tour dans son sac pour cela. Elle ferma un instant les yeux, profitants sur vent frais qui caressait son visage. Son esprit vagabonda curieusement vers quelques uns de ses souvenirs proches. Elle eut une pensée pour Chibie, cette dragonne étrange qui lui avait donné cette écaille … qui lui avait épargné le pire. Mais le plus surprenant, pour elle en tout cas, fut cette petite pensée pour Rufus Shinra. Ce ne fut pas très élogieux, car elle était justement en train de se dire qu'il était de la même trempe que Weiss. Aussi casse pied et tenace. Dire qu'elle devait lui rendre visite pour récupérer le pécule qu'il lui devait … Elle allait devoir remettre ça à plus tard, tant pis ! Mais elle n'allait pas l'oublier. Peut-être que ça ne se serait que dans dix ou vingt ans, mais un beau jour, elle allait débarquer chez lui en fracassant sa porte d'entré pour réclamer son salaire qu'il avait refuser de lui verser. Une Reanbell paie toujours ses dettes … Et elle faisait toujours payer celle que l'on avait pour elle, surtout !

Un instant, elle crut bien s'endormir, elle se sentait plus son corps et son cœur avait cessé de battre l'espace d'un instant. Tout se remit en marche lorsqu'elle sentit le sol revenir délicatement supporter son petit poids plume. Elle ouvrit les yeux en un petit sursaut qui fit redémarrer son palpitant au quart de tout et leva ses grands yeux verrons vers l'homme en rouge. Tout le temps qu'il passa à l'observer silencieusement, elle ne le lâcha dans des yeux. Son regard planté fermement dans le sien, sans vraiment d'animosité, elle l'observait, elle aussi. C'était une règle qu'elle respectait envers et contre tout, car elle valait autant chez les bêtes que chez les humains : ne jamais baisser les yeux la premières. Si la blonde pouvait avoir le regard fuyant, c'était tout ou rien. Soit elle choisissait d'éviter votre regard, afin ne vous donner aucun moyen de contacte avec elle, soit elle ne vous lâchait plus jusqu'à ce que vous vous résigniez à baisser le regard. Pourtant, ses yeux la brûlaient et piquaient, elle savait que c'était le signe qu'ils devaient être en train de briller plus qu'il ne le faudrait. Mais son sauveur avait un regard doux et bienveillant, il ne cherchait en aucun cas à la dominer ou à la provoquer … Peut-être était-il un peu curieux, mais c'était bien là sa seule inconvenance.

Comme il ne cherchait pas à bloquer son regard, elle se permit enfin de ciller, hochant la tête de haut en bas pour répondre à sa première question. Ben, ce n'était pas dans ses habitudes de se morfondre, elle aurait bien répondu quelque chose de cinglant pour l'envoyer paître, comme son habituelle ''qu'est-ce que ça peut te faire ?'' ou ''ça te regarde pas'' ou encore ''ça ira mieux quand tu seras parti'', mais elle était bien trop faible pour songer à de telles paroles, et surtout, sa mâchoire était bien trop endolorie pour les prononcer.

Reany la teigne fit cependant son grand retour lorsque le cuir rouge évoqua Deepground. Lorsqu'il la soupçonna d'en être originaire, la demoiselle fronça aussitôt les sourcils d'un air farouche. Elle semblait aussi offusqué que si l'on venait de la traiter de gros boudin, et pourtant, c'était bien vrai … Non pas qu'elle était un gros boudin - après tout dépend des goûts, mais quand même – mais qu'elle venait de Deepground. C'était son secret le plus précieux, avec le fait qu'elle soit immortelle et indestructible … ou plutôt … re-constructible à la l'infini. Elle voulu répondre quelque chose de bête et méchant comme elle en avait l'habitude, mais mes nerfs à vifs de sa mâchoire l'en empêchèrent. La frustration et la surprise avaient précipité la contraction de ses muscles, elle devait rester calme et posée.

– Je m’appelle Genesis… Vous ne risquez rien avec moi.
– Je sais qui tu es … Genesis Rhapsodos. Répondit-elle doucement, pour ménager sa douleur.

Elle observa l'immense aile noir disparaître dans son dos, et songea que sans cela, elle aurait été à la merci de Weiss … Et qu'il aurait pu la ramener tranquillement ''à la maison''. Des ailes … elle aurait aimé en avoir, ça lui aurait été bien pratique pour se cacher, voyager … ou s’emparer des meilleurs articles pendant les soldes ! Et si elle avait eut des ailes, ça lui aurait évité d'avoir à conduire un hélicoptère pour le casser à l'arriver. Elle aurait simplement mit Rufus dans un panier et hop ! Une petit croisière en Reany-mobile. Ou Flying-Reany … ? Elle envisageait de trouver un nom pour ça, le jour où elle aurait des ailes. Elle pourrait même se faire payer pour transporter les gens … Oh oui bonne idée. Est-ce que Genesis y avait déjà pensé ? Bon, elle n'allait pas se faire piquer son idée non plus. Enfin... Pour le moment, pas d'ailes, juste un papillon qui lui chatouillait l'omoplate, car elle le sentait maintenant bien bouger dans son dos, alors que la lueur de ses jolies yeux bleus s'intensifiaient encore un peu.

– Je ne vois pas de quoi tu parles. Dit-elle au sujet de Deepground, ne prenant pas la peine de se présenter, comme à son habitude. J'ai croisé ce gars une fois dans un bar … On a fait un poker et il a jamais supporté de se faire battre par une rousse. Devant le regard de Genesis et se souvenant qu'elle n'avait pas de perruque aujourd'hui, elle ajouta : J'étais rousse, à l'époque. Assura-t-elle. Je crois que ce type est un peu raciste, si tu veux m- …

Elle ne put terminer son raisonnement sans faille, car elle fut prise d'une quinte de toux terriblement douloureuse en vu de l'état de ses côtes, qu'elle tenta de maintenant avec sa main … Mais cela ne réduisit en rien sa souffrance. Cependant, elle sentit la plaie béante qui ornait son bassin. Jupe fichue, haut fichu, imperméable fichu … Quelle poisse. Elle ne put d'ailleurs s'empêcher de pester.

– Rha … mes vêtements son fichus … la poisse.

Elle ne saignait plus au moins … mais ça pouvait toujours être étonnant de voir quelqu'un s'inquiéter plus pour ses vêtements que pour sa vie. Elle releva les yeux vers son héros et fit une petit grimace embarrassé.

– Je suppose que je te suis redevable maintenant. T'as eu de la chance qu'on pense à te mettre une aile dans le dos, toi …

Elle n'était pas très douée pour les remerciements, et il faut dire qu'elle n'avait jamais vraiment voulu l'être non plus. Un merci ne suffisait pas à régler une dette, tout comme un ''désolé'' ne sauré réparer une faute commise. C'est bien pour cela que Reanbell n'user jamais de ces propos. Elle examina ensuite son genou blessé, constatant avec agacement que la balle n'était pas ressortie. Elle fouilla alors dans une de ses sacoches et sorti une petit pince très fine, de celle que l'on utilise pour construire des toutes petites pièces mécaniques. Elle l'approcha prudemment de son genou, tout en parlant, comme si rien n'était.

– Je ne te retiens pas, je suppose que d'autres gens ont besoin d'un … héros.

Elle poussa un petit gémissement alors que la pince lui échappait maladroitement des mains. Ses poignets étaient encore trop fragiles et endoloris pour qu'elle puisse user de ses mains à sa guise, surtout pour un telle travail de précision.


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Dim 7 Sep - 22:16:22


Genesis Rhapsodos
Le monde a besoin d'un nouveau héros.


       La petite blonde, un peu farouche, me coupa pratiquement la parole pour assurer le fait qu’elle avait déjà entendu parler de moi. Mieux encore, elle savait carrément, qui j’étais. Indépendamment de sa volonté, cette précision ne jouait pas en sa faveur. La discrétion sur son identité n’en était que plus menacée encore. L’étau se resserrait autour de cette petite demoiselle décidément bien mystérieuse. Elle connaissait Weiss, elle me connaissait également… Elle rentrait dans un cercle très privé de gens issus d’un milieu tout ce qu’il y a de plus louche et, originaire de la Shinra, c’était évident. En plus de ça, je n’étais pas bête. Elle essayait tant bien que mal de se défiler, mais à croire qu’elle me prenait vraiment pour un abruti. Elle pensait vraiment que j’allais gober de pareils mensonges ? Si elle me connaissait, elle devait savoir que moi-même je connaissais Weiss un minimum… Suffisamment assez bien pour savoir que ce type n’avait jamais mis les pieds dans un bar de toute sa misérable vie.

       Je me contentais alors de l’observer d’un œil critique, l’air légèrement perplexe, pour souligner son ridicule. Elle était très mauvaise menteuse… Mais cela ne semblait pas plus que ça la déranger. La suite de son discours me fit sourire. Elle parlait de chance. La chance que j’ai cette aile noire dans le dos. Ben tiens, et puis quoi encore. C’était de plus en plus gros ça, comme conversation. C’était l’hôpital qui se foutait de la charité qui plus est. Elle pensait pouvoir me berner, mais j’avais déjà plus ou moins cerné son identité. Pour le lui faire comprendre, je me permis de répondre avec ironie. L’observant d’un regard intense, insistant, doublé d’un sourire presque mauvais.

_Comment pouvez-vous parler de chance… Alors que la vraie chance pour des êtres de notre espèce, aurait été de ne jamais exister…

       Elle était faite comme un rat. J’ignorais encore les véritables détails de ses origines, ou encore, ce qui la rendait si précieuse aux yeux de Deepground, mais de toute évidence, elle trempait dans des affaires bien moches à raconter. Elle aussi devait être une victime de la shinra, comme tant d’autres. Il n’y avait que ça de possible après tout, pour justifier de telles capacités. Toutes les personnes de nature louche, avaient trempé un jour ou l’autre de près ou de loin dans la shinra.

       La petite demoiselle prit le soin de me congédier avec… grande classe. Alors qu’elle tentait de retirer les balles logées dans son petit corps, elle semblait déjà vouloir passer à autre chose. Je supposais que c’était pour se donner un genre. Le genre de fille un peu costaud, et solitaire. Mais les faits parlaient d’eux-mêmes, et pour ma simple et bonne conscience, les choses ne pouvaient bien évidemment pas se passer comme ça.

_Je suis désolé de devoir vous le rappeler, mais Weiss n’est qu’à quelques kilomètres d’ici. Il ne tarderait pas à vous rattraper. Vous devriez au moins me laisser vous raccompagner jusqu’à la ville. Néanmoins, je doute que Junon tienne encore très longtemps contre une telle force armée, logée non loin d’ici.

       Qui plus est, cette fille était beaucoup trop intrigante pour que je la laisse filer. Si elle avait bel et bien un quelconque lien avec Weiss, je me devais de la surveiller. Elle cachait probablement un secret qu’elle voulait emporter avec elle. Si elle pouvait être une menace contre la sauvegarde de la planète, alors je me devais de la surveiller. Ce n’était pas le genre de fille qui inspirait confiance. Elle était louche, et cela se lisait dans son regard, qu’elle avait des choses à cacher. Je sais reconnaitre ce regard lorsque j’en voie un. Je sais le reconnaitre, pour avoir eu le même il y a de ça quelques années auparavant.

       Toutefois, elle ne pouvait pas être véritablement menaçante à l’heure qu’il est. Elle était encore faible et maladroite. De plus, elle ne parvenait pas à se guérir convenablement. Elle faisait les choses de travers. Volontairement, je ramassais sa petite pince à l’instant tombé de ses mains.

_Vous vous y prenez mal, ce n’est pas comme ça qu’il faut faire. Il faut d’abord désinfecter le bout de la pince avant d’aller vous charcuter l’intérieur de la chair. Sinon, vous risquez d’attraper des infections plutôt dégoûtantes…

       Je retirais à présent mon gant gauche, avant d’y faire naitre une petite boule de feu, dans le creux de ma main. Je vins alors brûler moi-même le bout de la pince, pendant de longues secondes. Je l’observais néanmoins toujours du coin de l’œil, d’un air calme et parfaitement serin. Si elle jouait les gros durs, elle n’allait pas apprécier que je veuille l’aider, mais elle devait admettre, qu’elle n’était radicalement pas en mesure de le faire toute seule.

_Je peux ?

       Lui demandais-je tout de même. On ne sait jamais, cette petite avait un petit air sauvage. Le genre de fille qu’il faut prendre avec des gants. Elle avait un regard noir, et un air méprisant. On sentait sa frustration à plein nez, celle d’être dépendante et de devoir nécessiter l’aide des autres. Je pouvais parfaitement le comprendre. Moi aussi j’avais dû demander de l’aide fut un temps, et je sais ô combien cela peut-être rabaissant…



Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Lun 8 Sep - 11:05:30




Reanbell Valdès

Les démons du passé



    Ne jamais exister … Elle ne pouvait que lui donner raison la dessus. Mais bon. Quitte à exister, c'était quand même cool d'avoir des ailes, elle ne voyait pas de quoi il pouvait se plaindre, lui ! Mais beaucoup de personnes auraient le même discours à son juger, et ces personnes ne savaient pas de quoi elles parlaient. Elles ne pouvaient pas comprendre ce qu'était que d'être une véritable erreur de la nature, car à côté, Sephiroth, Genesis et même Weiss était des enfants chéries de Gaïa, des êtres qui avait leur digne place en ce monde, car ils faisaient parti du cycle de la vie et du lifestream. Elle ne pouvait pas en dire autant. Elle n'avait aucune place en ce monde, car jamais elle ne pourrait faire parti du sang de cette planète. Elle était un grain de sable oublié dans les rouages du temps et rien ne saurait l'anéantir. Parfois elle se disait que, si elle décidait de faire comme monsieur Sephiroth, elle pourrait en botter des arrières trains ! Hehe, avis au amateur pour venir la vaincre ! Mais bon, elle n'était si balaise que ça, son seule avantage était ne pas pouvoir mourir, mais enfermé là dans une cage et vous n'aurez plus de problème. Il faudrait qu'elle prenne un peu de testostérone si elle voulait avoir autant de masse que l'argenté, parce que sans ça, elle ne faisait pas assez peur pour être une méchante … ce serait comme si un chaton cours sur patte voulait dominer le monde, vous imaginez le tableau ?

Ne noble fermier – oui parce qu'après tout, derrière ses grands airs, ben c'était quand même d'un fermier le ptit gégé ! - déclina poliment son offre de s'en aller jouer les héros ailleurs, sentant sans doute que sa petite protégée n'était pas encore sorti d'affaire. Lorsqu'il rappela que Weiss n'était pas si loin, la demoiselle lança un regard méfiant et inquiet au loin, comme si elle pouvait le voir d'ici, à travers les bois. Ce n'est pas grave que Weiss soit dans le coin, il lui suffirait de se creuser un petit trou le temps que sa jambe se remette et après elle pourra courir vite vite jusqu'à Junon pour déposer son rapport. Ensuite, pour rejoindre Edge, ça allait être une autre paire de manche. Elle allait sans doute s'incruster dans un hélico – qu'elle ne conduirait pas elle-même, hein, on sait tous, surtout Rufus, ce que sa donne lorsqu'elle prend les commandes de ces engins ! Elle haussa les épaules d'un air désinvolte.

– Je cours plus vite que lui. Il est trop gros pour me rattraper.

Elle n'en démordrait pas, Weiss était gros. Cela dit, même avec sa matéria de vitesse, elle ne pouvait pas vraiment dire qu'elle courrait plus vite que Weiss … Ce diable immaculé était une vrai fusée, elle ne savait pas ce qu'il prenait pour être aussi rapide, mais elle en voulait aussi. Décidément, Hojo avait sapé son travail sur elle … Enfin, il faut dire que les êtres de l'espèce de la petite Reanbell n'était que des prototypes et elle avait beau être le seul succès du projet, elle n'était elle-même qu'une maquette, un outil. Le but final de ce projet aurait été de copier ses particularités pour les donner à des soldats tel que Genesis, Weiss et Sephiroth. Vous imaginez si ils avaient eut le temps de faire ça ? Déjà que Sephiroth est bien difficile à terrasser et qu'en plus il a l'art de revenir après une sieste de quelques années … Mais alors imaginez notre mouise s'il ne faisait même pas de pause ?

L'excuse de Reanbell n'était pas très valable, mais ce n'est pas comme si elle essayait d'être crédible depuis qu'elle avait prétendu avoir rencontrer Weiss dans un bar. A quoi bon chercher une bonne excuse quand la personne en face s'est déjà forgé un avis sur vous ? Non, parfois, donner des réponses absurdes suffisaient à remettre les individus à leur place et à leur faire comprendre que les choses ne les regardaient simplement pas.

Comme elle venait de se rater lamentablement en tentant de s'extraire la balle du genou, le rouquin si bienveillant intervint pour lui proposer son aide. Oh bas les pattes brave saint Bernard, laissez donc cette demoiselle avec sa balle dans le genou ! Elle leva les yeux vers lui pour l'observer comme une bête curieuse, comme une créature qu'elle n'avait jamais vu auparavant. Elle détailla alors son visage et lui trouva un petit quelque chose de Rufus. C'était le même air noble sur le visage, il avait également ces yeux bleus et fin. Ses lèvres étaient cependant plus pulpeuse et son nez plus creux, un peu comme l'avais son tuteur, Juris. C'était peut-être à cause de ça ou d'autre chose, mais elle lui trouvait quelque chose d'assez … paternel, même si elle avait un peu de mal à saisir ce concept.

– Des infections ? Répéta-t-elle avec scepticisme, comme s'il venait d'inventer le mot.

Quelles infections ? De quoi, désinfecter ? Elle n'avait jamais désinfecté ses plaies et elle n'avait jamais eut de soucis avec ça … Enfin, elle savait que le commun des mortels pouvaient avoir quelque soucis avec ça, contrairement à elle don l'organisme semblait aseptisé. Elle l'observa brûler l'extrémité de la pince d'un regard vide, quoi qu'un peu curieux, comme un chaton qui regarderait ses maîtres faire des choses d'humains qu'il ne comprenait pas.

_Je peux ?
– Hmpf …

Ça n'était peut-être pas évident à deviner, mais c'était là un consentement. Et c'était toujours avec cet air de chat curieux qu'elle le regarda procédé. Elle grimaça à peine sous l'effet de la douleur du procédé, car ce picotement n'était rien à côté du reste. Elle avait vraiment l'air d'une petite bête sauvage, qui n'appréciait pas d'être touchée ni même approchée, mais qui l'accordait tout de même avec une grande méfiance. Lorsqu'il retira enfin la balle, elle la suivit du regard jusqu'à ce qu'il ne la jette sur le côté, telle ces matous qui viennent de voir une mouche. Elle reposa ensuite son regard sur le rouquin.

– Moi aussi j'aurais pu le faire …

On peut considérer que ça voulait dire merci, dans le langage des Reany. Puis elle remit ses bas correctement avec soin, elle avait beau être totalement débraillée, elle ne manquait jamais de coquetterie. D'un réflexe un peu dépité, elle tenta même d’essuyer le sang qui maculait son jolie imperméable blanc et bleu, avant de prendre du bout des doigts les bords déchiquetés du trou qui le décorait à présent au niveau du bassin. L'état de son manteau la préoccupait bien plus que l'état de son ventre, car elle savait que seul ce premier ne s'en remettrait hélas jamais. Sa plaie saignait encore un peu et elle soupira en laissa sa tête basculer en arrière pour la poser contre l'arbre contre lequel elle était adossé. Son regard se posa de nouveau sur Genesis, sans hostilité ni rien, elle semblait juste … lasse.

– Alors … qu'est-ce que le grand Genesis fabriquait dans le coin ? Tu faisais la cueillette des champignons ? Des pommes, peut-être ?

Son air détaché fut coupé par une quinte de toux dévastatrice, qui mis ses côtes et sa mâchoire à vif, ses entrailles aussi. Elle plaqua sa main contre sa bouche, alors qu'un peu de sang venait en échapper. Lorsque tout fut calmer, elle regarda sa main gantée et le sang qui y figurait, ce qui lui arracha un nouveau soupir las et un petit nom d'oiseau à l'intention de celui qui lui avait fait ça.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Lun 15 Sep - 14:38:25


Genesis Rhapsodos
Le monde a besoin d'un nouveau héros.


       J’aurais été prêt à parier que cette petite ne se serait jamais laissé faire entre mes mains. Pourtant, elle me laissa manipuler la pince à ma guise. Elle devait être plus affaibli que je ne le pensais, elle avait de toute évidence besoin de soins supplémentaires. Elle faisait vraiment peine à voir, elle était tout désarticulée et ensanglantée. Chaque parole lui semblait être un véritable supplice. Elle était semblable à une petite poupée que l’on pouvait tordre dans tous les sens. Le plus incroyable dans tout ça, est qu’elle était toujours en vie, même après un affrontement de cette envergure. À ma grande surprise, elle resta très calme et plutôt docile. Elle ne voulait pas trop parler, ni même me remercier. Cette fille n’avait pas l’air très commode, cela se lisait dans son regard. Mais qu’importe, ce n’était pas une raison pour la laisser pourrir là, surtout avec Weiss qui trainait dans les parages. Je ne sais pas trop si l’on pouvait dire que je venais de lui sauver la vie ou non, même moi, je ne savais pas trop comment interpréter cela, mais toujours est-il, que le danger était éloigné, pour l’instant…

       Elle me posa ensuite une petite série de questions, afin de connaitre la nature de mes agissements. Cela lui semblait important, puisqu’elle mit sa santé en péril pour me le demander. Mais, j’hésitai un instant. C’était plutôt étrange qu’elle insiste pour me demander ça. Pouvais-je lui faire confiance ? Si elle était mêlée de près ou de loin à Weiss, il valait peut-être mieux que je reste discret. Je suis sûr qu’elle le comprendrait. Aussi, lui expliquais-je, avec le sourire, la raison de mon refus de coopérer.

_Pardonnez-moi mais… Si je vous posais cette question en retour, me feriez-vous suffisamment confiance vous, pour vous confier à moi ?

       Je devais prendre toutes mes précautions, le cas d’Angeal, et même de Zack était peut-être en jeu. Qui sait ce qui pourrait leur arrivée par ma faute. N’importe quel adversaire pouvait se servir d’eux pour m’atteindre. Je devais les laisser en dehors de tout ça, et ne les mêler en aucun cas à mes rencontres suspectes. Toutefois, je me résous finalement à lui donner, ne serait-ce qu’une petite indication, au moins pour la… rassurer ?

_Tout ce que je peux vous dire, c’est que je suis du bon côté. Vous n’avez rien à craindre de moi. Après, libre à vous de me croire, ou non.


       Oui, après tout elle pouvait bien me faire passer pour menteur, ce n’est pas ça qui changerait franchement la donne vue la situation actuellement. Je crois qu’elle n’était plus à ça près de toute façon. Cette petite m’intriguait en retour toutefois. Elle me connaissait visiblement, mais moi, je ne savais rien d’elle. Pas même son prénom. Je ne supportais pas de me retrouver dans une situation si désavantageuse. C’était désagréable, embarrassant.

_Vous avez un nom ? Cela serait plus constructif que de vous appeler… la chose. Par exemple.

       Parce que là, elle ne ressemblait plus à rien dans son état. En attendant sa réponse, je pris le soin de me relever pour observer les alentours, et vérifier qu’aucun danger ne rôdait autour de nous. L’odeur du sang pouvait très bien attirer de nouveau prédateur, dont on pouvait bien se passer pour le moment. Il ne fallait pas trop rester trainer ici, je ne faisais que le dire. Mais était-elle en mesure de bouger ? De supporter un trajet supplémentaire jusqu’à l’hôpital… ça c’était moins sûr. Je lui demandai donc directement son avis.

_Il faudrait partir d’ici. Vous pouvez bouger ? Vous avez besoin de soins supplémentaires. Je peux vous emmener à l’hôpital le plus proche si vous le désirez.





Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Lun 15 Sep - 16:31:26




Reanbell Valdès

Les démons du passé



    Monsieur jouait les mystérieux et voilà encore une chose que la petite teigne s'estimait en droit de se garder pour elle seule. C'est vrai, lui il était déjà grand et avait une aile, il n'avait pas besoin de jouer le mystère pour se donner plus de charisme. Elle en revanche, du haut de son petit maître soixante et avec sa tête de chaton perdu, il fallait bien qu'elle s'affuble de quelques petits trucs pour se donner un peu plus de prestance. Et quoi de plus frustrant que de tomber face à un adorable et magnifique chaton sauvage que vous ne pouvez pas approcher car il est trop farouche ? Il est là, tout mignon, avec sa petite queue duveteuse et sa bouille terriblement adorable. Son poile à l'air d'une douceur hors du commun, mais non, vous avez beau l'approcher le plus prudemment possible, il ne vous laissera jamais le loisir de le toucher. Ça vous est déjà arrivé ? C'est frustrant hein ! Ben Reanbell c'est pareil. C'est un chaton mystérieux.

Enfin, elle avait tendance par être agacée par ce qu'elle retrouvait d'elle chez les autres. Comme ça, les réponses énigmatiques, qu'on lui réponde par une question. C'était son truc à elle, ça ! Elle opta alors pour ce qui lui allait le mieux, le détachement, se risquant même à hausser les épaules d'un air indifférent pour répondre de but en blanc à la question que Genesis Rhapsodos pensait tabou.

— Je suis mercenaire, j'étais juste là pour escorter le convoi.

C'était vrai et il ne pourrait rien faire de ces informations … Si ce n'est peut-être se renseigner sur une mercenaire blonde et teigneuse. Sans connaître son nom, rien qu'avec ça, les gens la reconnaissaient très vite, on en faisait pas deux comme elle ! Voilà une exclusivité qu'on pourrait difficilement lui prendre car pour trouver une teigne de son niveau, c'était déjà difficile, mais alors pour trouver pire … Non, ce n'était pas possible. Au moins, cette déclaration simple pourrait l'inciter à lui renvoyer l'ascenseur en lui disant ce qu'il faisait en ce moment de sa petite vie de super héros.

Le rouquin, don les cheveux commençait vraiment à la fasciner d'ailleurs, se hasarda à une explication des plus évasive sur les raisons de sa présence dans le coin. Bah, s'il n'avait pas envie de répondre, il pouvait aussi le dire directement. On pourrait croire qu'il a quelque chose à se reprocher comme ça, à assurer qu'il était ''du bon côté''. La petite blondinette ne se laissa pas démontée, haussant à nouveau les épaules malgré la douleur qui la surprenait à chaque fois qu'elle exécutait ce geste réflexe.

— Bah, tout le monde se croit du bon côté. C'est une question de point de vue. Nota-t-elle, sans chercher à le contredire.

Elle voulait bien croire qu'il s'estimait être du bon côté, étant donné cette façon de voir les choses, Weiss était aussi de son bon côté à lui. Peut-être qu'il voulait simplement dire par là qu'il était de son côté, sans vraiment pouvoir l'assurer étant donné qu'il ne devait toujours pas être certain du camps de la petite demoiselle. Mais comme elle venait de le déclarer, elle était mercenaire et les mercenaires se ranges dans le camps de la monnaie. Ça, c'était le vrai bon côté. Argent, vodka, chaton et tout ce qui va avec.

Elle ne bougeait pas d'un pouce depuis tout à l'heure, comme si la petite poupée cassée qu'elle était ne pouvait plus qu'exécuter que deux mouvements automatiques, l'un pour parler, l'autre pour hausser les épaules. Hélas, ça ne pourrait pas l'emmener bien loin, ça. Mais elle était bien là, après tout, non ? Elle n'avait plus qu'à attendre que son corps se répare, avant qu'une Zolom ne vienne la manger, si possible. Ils ne traînaient pas trop dans le coin normalement, mais avec ce climat détraqué, elle en avait croisé un dans les taudis il n'y a pas si longtemps. Un Zolom de cinq mètres, dans les taudis de Midgar ! Il y a de quoi se faire dessus en se rendant à la cabane à pipi-room.

_Vous avez un nom ? Cela serait plus constructif que de vous appeler… la chose. Par exemple. 
— 'La chose' … pas mal, peux mieux faire. Nota-t-elle, comme si c'était sa coutume de noter  les noms que lui donnaient les gens pour meubler son mutisme la dessus. Mais attendez … c'était vraiment sa coutume en plus.

Mais ''la Chose'', ce n'était peut-être pas très jolie, mais c'était plutôt approprié pour elle qui ne s'était jamais considérée comme humaine ni vraiment comme un véritable être vivant. Elle était morte trop souvent en restant trop en vie pour être vraiment considérer en tant que telle, ironiquement … Elle était une petit chose. Une sale petite chose tenace et foutrement teigneuse qui troll tout le monde. Fichu spécimen.

Dans tout ça, elle ne donna pas son nom. Non, car Reanbell n'était pas une fille facile, pas de nom avant le troisième rancard. A croire qu'elle aimait frustrer les gens avec ça … ou alors elle aimait bien les surnoms, sauf quand cela incluait ''petite'', dans ces cas là, ça lui faisait une raison de cogner sur quelqu'un.

Elle fronça légèrement les sourcils lorsque le rouquin, qu'elle regardait droit dans les cheveux depuis tout à l'heure – vous avez bien lui, elle le regarde droit dans les cheveux, ça serait sa nouvelle fixette – parla hôpital. Elle secoua doucement la tête en faisant l'effort de s'appuyer contre l'arbre derrière elle. Elle força sur sa jambe valide en plaquant ses coudes contre le tronc pour se hisser jusqu'à enfin se mettre debout.

— Pas d'hôpital. Dit-elle pendant ce dure procédé qui lui arracha une légère grimace. Elle détestait les hôpitaux, tous remplis de scientifiques qui seraient certainement avides d'en apprendre plus sur ses capacités de régénération, ça lui rappelait bien trop Deepground... Je dois juste déposer mon rapport au QG de Junon, c'est la première fois que Weiss mène lui-même une attaque, ou en tout cas, qu'il y a des survivants pour en témoigner. Il ne va pas en rester là, c'est certains, la WRO doit en être informée pour s'organiser.

Sa voix était légèrement crispée par la douleur et elle était presque essoufflée quand elle cessa de parler. Elle serait bien resté là pour faire une petite sieste, mais il est vrai qu'elle devait vite informé les militaires de la situation. Comme elle tenait toujours l'écaille de dragon dans la main, elle la rangea avec précaution dans une poche intérieure qui n'avait pas subit de sévisse.  Remarquez également avec quelle dextérité elle évita de lui demander ou même d'accepter son aide tout en faisant en sorte que cela se passe ainsi de façon tout à fait naturelle.

Comme elle fixait toujours les cheveux du rouquin avec un certain intérêt, tel un chaton devant un pelote de l'aine ou une appétissante sardine fris, elle fini par poser la question qui lui brûlait les lèvres.

— C'est naturelle ? Demanda-t-elle en désignant sa propre tête. C'est quoi ton shampooing ?

S'il venait à mourir par accident, soyez sûre qu'elle serait dans le coin avec un bon couteau à scalpe. Oh mais c'est que l'écaille de dragon serait sans doute parfaite pour ça ! En attendant l'heure de sa mort, Genesis ferait bien de ne dormir que d'un œil, car Reanbell était aussi redoutable avec une tondeuse … Et quand Reanbell voulait quelque chose de joli … c'était généralement difficile de lui sortir de la tête. C'est comme ça qu'on se retrouve au poste de police pour avoir tenté d'emporter un mémorial.

©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Lun 12 Jan - 22:38:31


Genesis Rhapsodos
Le monde a besoin d'un nouveau héros.


       Cette petite « chose », puisqu’on en parle, avait véritablement un esprit très contrariant. À croire qu’elle se plaisait à contredire chacune de mes phrases, se montrant tantôt très coopérative pour me révéler des informations clés, tel que son appartenance à un groupe de mercenaire, puis tantôt elle se renfermait pour des choses très simples telles que son prénom. Un véritable petit numéro cette demoiselle. Mais cela ne me touchait guère, après tout, tout ce qui est petit a beau être mignon, c’est aussi ce qu’il y a de plus hargneux et teigneux. Cette fille ne dérogeait probablement pas à la règle. C’était compréhensible, car quand on est aussi petite qu’elle, il faut savoir le compenser dans le caractère. Moi par chance, j’avais les deux, le physique, et le caractère. J’étais un homme qui avait tout pour lui cela va de soi. Mais ne nous égarons pas dans des autos-compliment, cela pourrait paraître inapproprié compte tenu de la situation. Alors comme ça elle ne voulait vraiment pas donner son prénom ? Très bien, je n’allais pas m’arrêter là-dessus. Elle s’appellerait la chose. Même si je pouvais faire mieux, je n’avais pas la patience ni l’envie de jouer à ce petit jeu. J’avais mieux à faire que marcher dans sa combine et tenter d’obtenir le dernier mot. Jouer dans son jeu serait également lui donner raison, alors elle s’appellerait la chose, point…

Les difficultés semblaient néanmoins s’enchainer avec ce drôle de petit spécimen. Voilà qu’elle refusait à présent de se présenter à un hôpital. Elle était pourtant en piteux état. Mais elle ne semblait pas s’inquiéter pour sa survie. Bizarrement, je lui faisais confiance pour ça. Quelque chose me disait qu’elle allait s’en sortir comme ça. Il y avait quelque chose d’étrange chez elle en effet, je pouvais le sentir, sans pouvoir mettre de nom dessus. C’était quelque chose qui m’était familier. Peut-être avais-je tout simplement un sens me permettant de reconnaitre mes semblables monstres, lorsque je me trouvais à côté d’eux… Quoi qu’il en soit, je refusais de rester ici plus longtemps, c’était bien trop dangereux. Mais je ne pouvais pas non plus la laisser là, l’abandonner à son triste sort. Par chance, il se trouve qu’elle allait à Junon elle aussi. Elle pourrait profiter du voyage en ma noble compagnie pour s’y rendre. Cela me semblait une proposition juste, il ne restait plus qu’à lui demander son avis. Rapidement, je vins de nouveau m’accroupir devant elle afin de mobiliser toute son attention. Mais avant que je ne puisse lui adresser le moindre mot, elle me coupa dans mon élan.

_C'est naturel ? C'est quoi ton shampooing ?
_...

Non mais attendez un instant, c’est quoi cette question ? Franchement trouvait-elle que c’était le bon moment pour ça ? Je sais que ma beauté naturelle en retournait plus d’une mais quand même, il y avait des circonstances pour ce genre de remarques. Bon cela dit, je ne pouvais pas lui en vouloir, je faisais toujours cet effet aux femmes. Mais là, pour le coup, j’étais dans l’incapacité la plus totale de lui répondre… Ma marque de shampoing… Ma dernière douche remontait à deux jours, dans une petite auberge perdue dans les bois… Comme si je pouvais me souvenir du shampoing que j’avais utilisé là-bas… Le plus insolite dans tout ça, c’est que je venais réellement de me poser quelques longues secondes, pour prendre le temps de réfléchir à ça… C’était le moment tient ! Finalement reprit de raison, je secouai légèrement la tête pour me tirer de mes pensées.

_Je ne m’en souviens plus, désoler. Voilà, au moins avait-elle une réponse… Plus sérieusement, je m’en vais justement vers Junon actuellement. Je peux peut-être vous y conduire ? Un gentleman tel que moi ne laisserait pas une demoiselle seule ici dans les bois. Blessés et pourchassé par un… fou.

Je venais de traiter Weiss de fou. Cela me fit drôle à moi aussi. Avec tout le respect que je lui accordais. Il faut pourtant bien avouer que ce pauvre homme était fou. Je l’avais été moi aussi avant ça. Mais c’était du passé désormais, aujourd’hui j’avais les idées claires. Grâce à Minerva. Et vous qui riez en lisant cela, taisez-vous. Je vous entends d’ici à prétendre que je suis toujours fou, peut-être bien que je le suis, mais au moins l’honneur est sauf et mes convictions sont sincères…

_Si vous le voulez bien mademoiselle la chose, je n’ai pas de temps à perdre. J’ai affaire à Junon également. Serez-vous du voyage ?

À ces mots, je lui tendis gracieusement la main, qu’elle pourrait alors me prendre en signe d’accord. Si c’était le cas, j’allais devoir la porter. Blesser comme elle était, elle allait continuer de saigner pendant encore un petit moment, et mes affaires à moi aussi allaient être fichues… C’était loin de me réjouir, mais que pouvais-je faire de plus ? Je n’allais pas la pendre au bout d’un fil durant le voyage. Je me fis donc à cette idée, attendant patiemment sa décision désormais.



Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Mer 14 Jan - 12:45:51




Reanbell Valdès

Les démons du passé



    Comment pouvait-il ne pas se souvenir de ce genre de chose ? C'est quelque chose qui lui échappait totalement, elle qui prenait tant soin d'elle depuis qu'elle avait découvert le merveilleux monde des cosmétiques. Et de façon général, il faut dire que Reanbell n'oubliait rien, même ce qu'elle voudrait pourtant occulter à jamais … Surtout ça, à vrai dire. Mais pour le coup, ce devait être le problème de la plupart des gens. Que ne donnerait-elle pas pour oublier une seule petite chose, un seul visage, un seul instant de cette vie qui paraissait déjà tellement longue en raison de cette mémoire d'éléphant. Ah, elle l'enviait d'avoir assez vieillit pour oublier. Oui, car maintenant c'était un fait, pour Reanbell, Genesis était un vieux souffrant de démence précoce ou d’Alzheimer. La démence précoce … Voilà qui expliquerait sa façon si étrange de s'exprimer et de gesticuler ! A tout les coups, c'était pas naturelle ses cheveux, il doit se les teindre … C'est pour ça qu'il n'a pas voulu répondre à la question ! Tout ça pour couvrir ses cheveux blancs. Il devait aussi avoir une super crème de jour à la Mako aussi, quoique, elle parvenait à distinguer de ses petits yeux habiles et fourbes l'ombre d'une petite ride d'expression au coin de son œil gauche et de sa fossette droite. Et oui ! On ne la fait pas à Reanbell Valdès et son œil de Lynx !

Haussant le menton de ce petit air renfrogné qui lui allait si bien – sans pour autant la rendre plus crédible avec sa tronche de chaton – elle haussa les épaules avec un petit ''pfin'' de dédain.

— Si tu voulais garder ça pour toi, tu n'avais qu'à le dire. Ronchonna-t-elle avec un petit air vexé.

Allez quoi, entre coquets on pouvait bien s'échanger quelques secrets de beauté, non ? Bon apparemment c'était non. Sieur Genesis le vieux changea bien vite de sujet afin de garder ses secrets pour lui. Tant pis pour lui, elle ne lui dirait pas les siens en échange, et toc ! Et pourtant, ça aurait valut le détour, elle connaissait un fournisseurs de produit breveté Shinra qui continuait son activité. Il paraît que c'est lui qui confectionnait les shampoings de Sephiroth autrefois. Si c'était le cas, Genesis devait connaître … mais pas forcément savoir qu'il produisait toujours ! Ha ha ! Dommage.

Heureusement pour lui, sa tentative de diversion fonctionna plutôt bien. Ce qu'il disait était loin d'être inintéressant puisqu'il se rendait justement à Junon, tout comme elle. La petite blondinette arqua un sourcil lorsqu'il assura qu'il ''ne pouvait pas'' laisser une ''demoiselle'' seule dans les bois comme ça. Ah oui, il ne pouvait pas ? Et pourquoi pas ? Il y a certains principes de convenance qui lui échappait décidément. Si elle avait été de sexe masculin, il l'aurait laissé alors ? Étrange.  Finalement, elle avait le choix entre rester ici à être traquée par un ''fou'' – selon les termes de lord Rhapsodos – ou se laisser balader par une vieille tante en démence précoce. Que choisir ? Allons, un peu de sérieux, bien sûr qu'elle choisissait la vieille tante ! Elle avait pas trop envie de se faire réduire à l'état de papillon dont on pique les ailes et à qui l'on arrache les pattes une à une.

_Si vous le voulez bien mademoiselle la chose, je n’ai pas de temps à perdre. J’ai affaire à Junon également. Serez-vous du voyage ?

Elle aimait bien ce petit nom, ''mademoiselle la chose'', ça lui allait bien. Peu de gens aimeraient se voir attribuer un tel sobriquet, mais cela convenait parfaitement à notre toute petite blondinette qui ne se considérait pas mieux que ça. Elle eut même un  léger rictus qui n'était pas vraiment un sourire. Il était difficile de dire si c'était pour exprimer de la satisfaction ou de la provocation, sans doute un peu des deux.

La petite poupée n'était pas encore réparée, pourtant, sa fierté de ''chose'' lui ferait presque pousser des ailes. Doucement, elle appuya son dos contre l'arbre, reprenant une petite mine renfrognée alors qu'elle poussait de toute ses petites forces sur ses petites jambes. Ainsi, elle se releva doucement en détournant la tête afin de snober clairement la main qui lui été tendue.

— Très bien, je te fais l'honneur de te chevaucher.

Et oui, il n'était pas question de le laisser croire qu'il allait avoir l'honneur de la ''porter'', même si c'était le cas. Reanbell tournait toujours les choses comme ça l'arrangeait, s'imposant dans la domination, même si là en l’occurrence, si elle s'était rendue compte de l’ambiguïté de ses propos, cela aurait été totalement différent. Mais si elle ne connaissait pas l’ironie, elle ne connaissait pas non plus ce concept abstrait de subtilité ou de sous-entendu douteux. Ainsi, parlant de le chevaucher plutôt que de ''le laisser la porter'', elle imposait clairement la distance qu'elle tenait à préserver – même si ce message qu'elle estimait ''clair'' échapperait sans doute à son interlocuteur réduit à une vieille mule volante. Pas de chance pour elle, on ne la prenait jamais au sérieux quand elle jouait les dures. La petite blondinette passerait donc le voyage sous le bras de cette vieille mule, faute de pouvoir lui grimper dessus …  

©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Ven 16 Jan - 19:40:12


Genesis Rhapsodos
Le monde a besoin d'un nouveau héros.


       Si je voulais garder ça pour moi . Garder quoi . Oh… Elle parlait encore de mes cheveux, elle était restée là-dessus. Décidément, cette histoire de shampoing avait l’air de sacrément l’intriguer. Que voulait-elle que je lui dise après tout ? La réalité risquait de bien la décevoir. Je ne me souvenais même plus du nom de cette auberge dans laquelle j’avais résidé, le temps d’une nuit. Quel dommage, j’aurais pourtant dû, si leur shampoing était aussi efficace que cela… Aller, trêve de plaisanteries. Il y avait mieux à faire que débattre sur ce sujet pendant encore des heures. Mademoiselle la chose sembla enfin le comprendre. Je pouvais lire un certain intérêt dans son regard, alors que je venais de lui annoncer ma destination. Il fallait être fou pour refuser de sauter sur une occasion pareille. Mademoiselle la chose se releva donc avec toute la fierté dont elle pouvait disposer, snobant magistralement mon geste amicale. Bien… Tant pis. Je rangeais à présent ma main, reprenant une posture plus droite et à l’écoute.

_Très bien, je te fais l'honneur de te chevaucher.

De quoi ? Et puis quoi encore ? Ses mots me laissèrent des plus perplexes, alors que je haussais légèrement les sourcilles avec détachement. Cette petite chose était pire que moi ! Et pourtant, je n’étais franchement pas mal dans le genre pète-cul moi aussi. Mais cette fille battait tous les records. Difficile de savoir si j’allais bien m’entendre avec elle, ou la mépriser de tout mon être. Les prochaines heures nous le diraient, vu que nous allions les passer ensemble. Le voyage promettait d’être gai… Pour l’instant, j’arrivais encore à peu près à garder mon calme. Mais qui sait, cela ne durerait peut-être pas. Et probablement qu’à la télé, on parlerait d’une pauvre petite enfant, retrouvée écrasée sur le sol après une chute en plein air… Allons allons, que disais-je là ? Cela n’arriverait pas bien sûr. Non, je la jetterais au-dessus de la mer plutôt, pour lui laisser une chance de survie. Oui, voilà qui serait plus gentleman !

Après un soupire déjà agacé vraisemblablement, je décidais enfin de sonner l’heure du départ, m’approchant de la petite chose d’un pas nonchalant. Et hop, sous le bras, comme le petit sac qu’elle était. En prenant gaffe toutefois de ne pas trop la malmener. Elle était blessée ne l’oublions pas. Avant de décoller, je fis quelques dernières mises au point avec elle.

_Je tâcherais de faire au plus vite. Je ne voudrais pas vous encombrer de ma présence trop longtemps !

C’était dit de manière purement ironique, mais, je n’étais pas franchement certains qu’elle comprenne ce concept. Alors, au lieu de lui laisser le temps de répondre, je soulevai plutôt cette grande aile noire au-dessus de moi avec rapidité, avant de puiser dans toute mon énergie et mon élan, afin de décoller. Nous étions enfin parti, parés pour quelques petites heures de vol, je ne sais pas combien de temps exactement. J’espérais qu’elle s’évanouisse, ou qu’elle dorme, pour rendre le voyage plus facile. Junon n’était plus très loin devant désormais. Mais bien des choses pouvaient encore se passer d’ici là… Je priais Minerva pour qu’elle veille sur nous en attendant.



[FIN]


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}   Aujourd'hui à 3:25:01

Revenir en haut Aller en bas
 

Les démons du passé {PV Weiss & Genesis}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [Cimetière] Les démons du passé refont toujours surface |Nathan & Lacie
» Les démons du passé | Xin Lin Yao
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Une fenêtre vers le passé [RP solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Judgement Day :: Continent Est :: Région des Prairies-