RemonterDescendre



 

Partagez | .
 

 Un rêve étrange. {PV}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Un rêve étrange. {PV}   Dim 8 Juin - 1:23:39




Vincent Valentine




Un rêve étrange.

Voilà si longtemps que la planète souffre. Elle, qui pourtant, donne la vie, à ceux qui la détruise, progressivement. Nul pourtant, ne connaît plus aimante, et tolérante, que la planète qui nous a vus naitre. Elle accepte tout, et subit toutes les horreurs faites par ses enfants, toutes les erreurs de l’humanité, qu’elle a vue se construire, qu’elle a porté à sa gloire, au dépit de sa propre santé. Elle pardonne tout, et vous accorde le repos en son sein, une fois votre vie d’achevée. Mais la planète, est-elle vraiment vivante ? Certains vous diront que oui. D’autres, vous diront même qu’ils entendent ses murmures, ses plaintes discrètes. Ces dernières années, ces plaintes ont plus que jamais cessé d’augmenter. Tout commença avec l’apparition de la Shinra. Car si Jénova, fut à un moment donné de l’histoire, un ennemi redoutable, elle fut il y a bien longtemps, mis hors d’état de nuire, grâce aux Cétras. Les seuls êtres purs, capable de comprendre les dires de la planète, et de la protéger justement. Jénova n’aurait jamais dû revenir. Alors oui, tout commença avec la Shinra. Avec les erreurs de certains hommes, et l’ignorance des autres. Mais comme qui dirait, lorsque le mal est fait, inutile d’y revenir. On ne peut pas changer le passé. En revanche, il y a ces instants dans la vie d’un homme, qui sont faites pour être saisies, afin de faire les bons choix, et d’accomplir une rédemption. Il n’est jamais trop tard pour changer. Jamais trop tard pour renverser la balance de l’histoire, et racheter ces fautes. L’espoir est encore permis, tant qu’il y a de la bonté en certains hommes, et en certaines femmes. La planète crie, elle souffre, et aujourd’hui, il n’y a plus besoin de l’entendre parler pour le constater. C’est le chaos sur terre. Comment l’humanité en est-elle arrivée là ? C’est bien la faute des hommes, si le ciel est aujourd’hui si noir. Est-ce la fin ? Personne ne veut le croire. Mais il faut se faire à l’évidence, il est temps pour l’homme, d’assumer ses responsabilités. Si l’homme veut vivre, s’il veut survivre à ce Chaos, il doit changer. Il doit écouter la planète, vivre en harmonie avec elle. Apprendre à déceler les indices, et comprendre les événements qui l’entourent. Ce temps où seuls une minorité des hommes, se battaient pour faire valoir ces principes, est révolue. Aujourd’hui, c’est toute l’humanité qui est en danger, et il est du devoir de tous les hommes de s’en rendre compte, afin de changer, et de réparer les erreurs du passé.

Loin de la civilisation et de tous ses problèmes, nous nous retrouvons dans les hautes montagnes de Nibelheim. Là-bas, ou plus précisément, là-haut, un homme solitaire ose braver la roche escarpée et dangereuse. Il semble déterminé et concentré, dans son ascension. Cet homme est un peu étrange. Il a une allure très particulière, dominé par le rouge et le noir. Il avance lentement mais surement. Sa cape se déchaîne au bon vouloir du vent hostile et froid, mais rien ne semble l’arrêter. Il marche depuis des jours, mais pas un grain de fatigue ne vient tirer son visage pâle.

En vérité, Vincent avait une longueur d’avance sur les autres. Il avait compris bien avant tout le monde, que pour savoir repérer le danger, il faut d’abord savoir écouter, et observer. Voilà deux ans qu’il parcourait le monde, constatant la colère toujours plus vive de la nature. Il ne fut pas le seul à l’avoir remarqué. Nanaki également, ainsi que les sages de Cosmo Canyon, avaient vu eux aussi, le monde sombrer progressivement dans un chaos très noir. Mais pourquoi tout cela ? Pourquoi est-ce si soudain ? Avec son acolyte, ils décidèrent de se partager le monde, à la recherche d’indices. Ce n’était pas sans danger. Car tous les éléments se déchaînaient à présent sur les hommes et leurs villages, brouillant leurs moyens de communication, détruisant leur vie, et les plongeants dans une terreur méconnue. Vincent avait beau chercher, il ne trouvait pas, l’origine de toute cette colère. Il fut forcé d’aller interpeller Reeve et son organisation sur ce problème. Peut-être que l’ORM disposait de moyens utiles à sa recherche. Mais hélas, personne n’en savait plus que ce que Vincent ne savait déjà. Reeve invita toutefois notre ténébreux à le contacter, si jamais d’autres infos venaient s’ajouter à l’enquête en cours.

Après plusieurs semaines, c’est finalement lui, qui recontacta Vincent. Un appel bien étrange... Le chef de l’ORM indiqua dans une voix paniquée, que quelque chose d’anormale était en train de se produire dans les grandes villes de chaque continent. Les morts revenaient à la vie… En vérité, ce phénomène touchait le globe tout entier, mais seules les grandes villes pourvues de moyens de communication, étaient encore capables de dénoncer ces étrangetés. Cette révélation laissa Vincent des plus perplexes. Il ne savait pas vraiment quoi penser de tout ça. Était-ce seulement vrai ? Notre homme avait bien du mal à concevoir une telle chose. Mais très vite une simple pensée vint tourmenter sa raison et son jugement. La confusion le gagna. Puis le trouble. Mille questions se bousculèrent dans sa tête. Ce pourrait-il… Qu’elle… Non, était-ce seulement possible ? Ou au moins imaginable ? Le cœur de Vincent prit une allure qu’il avait oubliée depuis longtemps. Était-ce, de l’espoir ? Un espoir fou oui ! Mais également de l’inquiétude. Vincent ne put résister à la tentation d’aller voir, d’aller vérifier quelque chose. Dans les jours qui suivirent cette étrange découverte, le ténébreux fit route jusqu’aux montagnes de Nibelheim. Il était hanté par cette idée, et ne pouvait s’en débarrasser. Toutefois, lorsqu’il atteignit enfin la grotte de sa belle et tendre Lucrecia, il fut forcé de constater que rien n’avait changé. Elle était toujours là, au centre de son cristal, en repos. Oui, rien n’avait changé, sauf peut-être un détail auprès duquel il n’avait pas porté une sérieuse attention. Voilà un moment que Lucrecia demeurait silencieuse. Elle ne parlait plus, elle ne lui murmurait plus rien.

Vincent se retrouva obligé d’admettre qu’il était un peu déçu. Un peu ? Et bien, beaucoup au contraire. Mais il se trouvait trop égoïste de penser de cette façon. Et puis, il était aussi rassuré, dans un sens. Elle n’avait pas bougé, il ne lui était rien arrivé. C’était plutôt une bonne chose ça, non ? Il resta un long moment à la contempler, comme il le faisait à chaque fois. Tout en admirant sa beauté, il était également hanté de plusieurs questions, qu’il se risqua de lui expliquer.

« Lucrecia… Le monde tremble à nouveau dehors… Et je n’arrive pas à en trouver la raison. »

Qu’espérait-il alors ? Qu’elle lui réponde ? Qu’elle lui dise ce qu’elle savait, qu’elle le mette sur une piste. Il aurait bien aimé oui. Mais la belle demeura silencieuse… Vincent fut une fois de plus déçu. Mais il n’en dit rien. Il repartit finalement, après plus d’une heure de visite, tout de même content de l’avoir vue aujourd’hui. Mais un étrange sentiment de solitude enveloppait son cœur. Depuis qu’elle ne lui parlait plus, Vincent se sentait un peu plus seul. Il aimait tellement, entendre sa voix. Cela lui laissait penser qu’elle était en quelque sorte, toujours avec lui.

Sur le chemin du retour, Vincent prit l’initiative de passer un coup de fil à Reeve, avec dans l’idée de mettre ses nouvelles à l’ordre du jour. Le chef de l’ORM lui avoua que deux navires militaires venaient de quitter le port de Junon, il y a de ça trois jours. Ils allaient en direction du continent Nord, où les évènements se faisaient de plus en plus étranges. Une semaine plus tôt, Reeve avait envoyé quelques simples troupes là-bas, qui n’ont jamais donné la moindre nouvelle une fois sur place. Que se tramait-il donc là-bas… Vincent proposa de lui aussi partir pour une expédition jusqu’au continent Nord, mais Reeve refusa, prétextant qu’on avait besoin de lui ailleurs, et que la situation était sous contrôle. En effet, l’ORM avait raison. Il y avait plus urgent ailleurs. À Midgar, plusieurs contacts avaient interpellé l’armée à cause d’une activité étrange, qui semblait remuer les entrailles de l’ancienne shinra. On racontait, que beaucoup de gens avaient commencé à fuir la ville d'Edge. Pourquoi tant d’agitations ? Vincent lui, comprit aussitôt. Si les morts revenaient à la vie, alors… Deepground faisait partie de ce processus. Le ténébreux fut aussitôt envahi d’une profonde mélancolie. Un poids immense lui tombait sur les épaules. Le sentiment de s’être battu toutes ces dernières années, pour rien… Il n’y avait rien de plus démotivant. Mais dans de telles circonstances, il n’était pas question d’abandonner. Vincent entreprit aussitôt de rejoindre Midgar, pour voir réellement ce qu’il en était là-bas. Mais hélas, sur la route, une nouvelle bien terrible arriva jusqu’aux oreilles de notre ex-Turks. Un inconnu tenta de le joindre, sans succès d’abord. Puis, il laissa finalement un message. Un message terrible…

« Monsieur Valentine ! … I-ici le commandant Hamilton, du 5ième bataillon de l’ORM… Monsieur c’est… C’est terrible… Moi et mes hommes, nous sommes en train de fuir jusqu’à Junon… Deep-Deeground est revenu… Il y a beaucoup de blessés… Beau-beaucoup de morts… Personne ne sait, ou se trouve Monsieur Tuesti… Je vous en prie, monsieur Valentine ! Vous… Vous devez le retrouver… C’est, c’est la panique ici… »

L’homme était essoufflé, faible, mourant… Derrière sa voix, on pouvait entendre quelques derniers coups de feu, des cris d’agonie. Alors c’était ainsi… Le quartier de l’ORM, venait de sombrer. Deepground était finalement bel et bien de retour, et l’armée de Weiss avait de loin devancé l’avancée de Vincent. Ils avaient aussi visiblement, de loin devancé, l’armée de Reeve. Reeve… Il avait disparu. Était-il mort dans le combat ? Personne ne savait ou le trouver. Vincent se hâta alors de rejoindre Junon, plutôt que Midgar. Une chance, car la ville se trouvait bien avant celle de Midgar. Toutefois, le voyage ne fut pas si court. Car les mauvaises conditions climatiques, fit du voyage maritime un véritable enfer. Le navire qu’avait emprunté Vincent pour changer de continent, avait bien failli plusieurs fois chaviré. Heureusement, tout le monde arriva sain et sauf dans le port de Junon. La ville était affreusement calme, trop calme. Une ambiance lourde pesait constamment sur la ville. Deepground était proche. Une autre attaque n’était pas inconcevable. Vincent fut reçu par des soldats de l’ORM une fois sur place. Ils lui révélèrent que les survivants avaient à présent établi un nouveau camp dans l’ancienne base sous-marine de la shinra. C’était là que la Résistance tentait de se reconstruire, devant la menace qui s’apprêtait à resurgir. Mais sans Reeve, la situation était déjà beaucoup plus délicate. Il serait difficile d’opérer rapidement et convenablement. L’armée avait besoin de son leader… Vincent se risqua, pendant plus d’une semaine, à explorer tous les coins de la ville et ses alentours, à la recherche du petit barbu. Pendant ce temps-là, les nouvelles terribles continuaient d’affluer. Plus personne n’avait la moindre nouvelle des navires envoyer sur le continent Nord. Tout le monde redoutait le pire. Un avenir très noir pointait chaque jour un peu plus, le bout de son nez. Et toujours aucun signe de Reeve… Ce pourrait-il que Deepground l’est fait prisonnier ? C’était une option tout à fait crédible. Vincent ne pouvait hélas pas se permettre d’aller approfondir ses investigations jusque-là. Ses recherches devenaient inutiles pour l’instant. Il prit bientôt la décision de partir rejoindre Midgar, comme ce qui était prévue à la base. Car là-bas, il y avait aussi probablement des informations à récolter sur Deepground.

Toutefois, la nuit qui précéda son départ, Vincent fit un rêve des plus étranges. Cette nuit-là, il rêva de Lucrecia. Enfin ! Enfin elle lui parlait de nouveau. Cela faisait si longtemps qu’il n’avait pas entendu sa voix. Hélas, ce rêve fut loin d’être particulièrement rassurant. La belle criait le nom de son ancien Turks. Elle appelait à l’aide et semblait souffrir. Vincent la voyait hors de son cristal, les mains et les genoux ensanglantés. Elle avait chuté semblerait-il, et elle était désormais vulnérable. Dans un dernier cri d’agonie, la belle pleura le nom de Vincent. Ce dernier se réveilla en sursaut. Le souffle lui manquait et son cœur manquait de sortir de sa poitrine, tant il battait fort et rapidement. Une désagréable sueur froide envahit alors le ténébreux. Tout cela lui avait semblé si réel. Lucrecia… Est-ce qu’elle allait bien ? Cette pensée bouscula notre homme, au point que plus rien ne compte à ses yeux, que la sécurité de sa douce et belle Lucrecia. Si sa bien-aimée venait de crier à l’aide, il y avait forcément une raison. Vincent oublia alors un instant Midgar et ses problèmes. Il y avait plus urgent ? Vraiment, aux yeux du démon oui, il y avait plus urgent. Le ténébreux rebroussa alors immédiatement chemin, reprenant un bateau pour le continent Ouest, dès le lendemain. Il se faisait un sang d’encre, et se torturait l’esprit à imaginer le pire des scénarios possible. Pourvue qu’elle aille bien. Si jamais il lui était arrivé quelque chose… Vincent ne se le pardonnerait jamais.

Voilà donc toute l’histoire. Vous savez tout désormais. Nous en étions là. Vincent n’avait jamais rejoint les Monts de Nibelheim aussi rapidement. Ce n’était toutefois pas encore assez rapide pour lui. Chaque pas qu’il faisait, le chargeait un peu plus d’angoisse. Son regard, porté sur l’horizon, se perdait dans ses songes. Il avait l’air absent, mais savait pourtant parfaitement ce qu’il faisait, et où il allait, et surtout, pourquoi. Là-bas, ou plus précisément, là-haut, cet homme solitaire, osait braver la roche escarpée et dangereuse. Il semblait déterminé et concentré, dans son ascension. Sa cape se déchainait au bon vouloir du vent, hostile et froid, mais rien, ne semblait pouvoir l’arrêter. Il marchait depuis des jours, mais pas un grain de fatigue ne venait tirer son visage pâle. Mais bientôt, la fin de son périple serait sonnée. Il la voyait, la grotte, elle n’était plus très loin, ça y est. Son cœur commençait à tambouriner sauvagement dans sa poitrine, lui provocant quelque premiers frissons de stress.

« Lucrecia… »

Murmurait-il un peu essoufflé, alors qu’il pénétrait maintenant dans l’immense crevasse de roche. S’il c’était pressé jusque-là, tout d’un coup, il était comme immobilisé par la peur et l’appréhension. Il avançait donc désormais d’un pas lent, et silencieux. Il était sur ses gardes, aux aguets, l’œil vif et rapide, sa main juste au-dessus de Cerbère. Vincent craignait ici une mauvaise rencontre, après tout, peut-être était-ce pour cela que Lucrecia l’avait appelé à l’aide. Elle se sentait menacée de quelque chose, probablement. Mais alors que le ténébreux se tenait enfin devant l’immense cristal, voilà qu’il se stoppa net, prit d’un effroi terrible. Une désagréable sueur froide lui saisit tout le corps, tandis que ses grands yeux vermeils s’écarquillaient devant le cristal, vide… Le cristal, oui, il était vide. Comment était-ce possible ? Vincent n’arrivait pas à le croire.

Pendant de longues secondes, le bel homme resta tétanisé devant le décor qui s’offrait à lui. Ou était passée son aimée ?! Comment était-elle sortie. Vincent se mit à paniquer et se précipita sur l’imposante structure. Il en fit le tour, plusieurs fois, cherchant une brèche, ou quelque chose, rien qu’un indice ! Mais rien… Le cristal lui n’avait pas changé, pas du tout, excepté le creux désormais en son sein. Comment était-ce possible ?! Non, c’était impossible. Ce n’était pas, possible.

« Non… »

Répétait Vincent à plusieurs reprises. Il aurait pu se réjouir de la libération de son aimée, mais après ce rêve, plutôt stressant, impossible alors pour lui d’avoir la conscience tranquille. Lucrecia était probablement quelque part dans la nature, toute seule et totalement perdu, peut-être même blessée ou entre de mauvaises mains. Dans tous les cas, elle était en danger, s’en était certain.

« Lucrecia… Lucrecia ?! »

Appelait-il tout de même, au cas où la belle avait pu se réfugier dans un petit coin discret de la grotte. Mais Vincent ne reçut que pour seule réponse, son écho. Sa voix raisonnait fortement contre la paroi rocheuse qui se détachait par de petits éboulements. Le calme qui régnait autrefois dans cet endroit était à présent rompu. Brisé par l’appel désespéré d’un homme amoureux et inquiet.

Après avoir fait plusieurs fois le tour de la grotte, Vincent dut se rendre à l’évidence. Une évidence bien douloureuse à admettre. Lucrecia n’était plus là. Elle avait disparu. Révolté, abattu et assommé, le bel homme posa genoux à terre, avant de venir s’appuyer de ses mains, sur le sol humide. Toute la fatigue et l'angoisse accumulée jusqu’ici, s’abattaient soudainement et durement sur lui, d’une sorte de gifle violente et assourdissante. Il devenait soudainement très dur alors, de ne pas paniquer. L’homme était pourtant perdu. Il venait de perdre, le seul repère de son existence. Toutefois, après un instant passé à se reprendre, Vincent se releva finalement, plus fort encore. La suite des évènements, et de son histoire, s’imposait à lui tout naturellement. Il devait la retrouver, coute que coûte, et quoi qu’il arrive. Il ne refoulait pas sa peur et ses craintes, elles étaient bien là, présentes en lui. Mais il lui fallait les dépasser, pour le bien de Lucrecia. Seule sa sécurité comptait à présent. Mais où était-elle… Que s'était-il réellement passé ici ? Vincent manquait cruellement d’informations. Il demeura un long moment figé à réfléchir, à se torturer l’esprit, avant de décider d’aller récolter des informations dans les alentours. Ça, Vincent savait le faire, et bien. Il tourna pendant deux bonnes heures sur les flancs de la montagne, également au contre-bas de la colline où trônait l’entrée de la grotte. Sa patience et son acharnement ne tardèrent pas à être récompensés. D’abord, il trouva des douilles, assez récentes. Un bon paquet de douilles… Voilà qui avait de quoi être inquiétant. Il y avait eu un combat par ici. En marchant un peu plus loin, Vincent trouva pire encore. Des corps humains. Des cadavres.

Je vous laisse imaginer un instant, l’angoisse de Vincent, se retrouvant alors devant cette scène de crime, juste à côté de la grotte, ou l’amour de sa vie venait de s’être volatilisé. Le ténébreux serra fort les poings pour contenir l’affut d’émotion qui bouillonnait en lui. Pas de temps à perdre, il partit aussitôt explorer les corps. De simples mercenaires vraisemblablement. Des humains, ça c’est sûr. Ils n’avaient aucuns insignes particuliers. Pas celui de l’ORM en tout cas. Il était habillé de manière assez banale. Mais ce fut surtout leur armement, qui alerta Vincent. Un armement de pointe, bourrée de technologie, ce qu’on faisait de plus moderne et efficace. Un peu trop d’ailleurs, pour de simples mecs aussi banals…

Débuta alors une enquête. Vincent réfléchit un long moment. Il réfléchit d’abord sur les origines d’un tel armement, et passaient donc en revue toutes les sources armées pouvant disposer d’un tel équipement. En premier lieu, on trouvait l’ORM. Mais ces types-là n’étaient à coup sûr pas des gars de l’ORM. Ils n’avaient ni l’équipement, ni le badge d’identification. De plus, l’armée était des plus suivi et aucun mercenaire de ce genre n’était admis dans les rangs de Reeve. Cette option-là était donc à éliminer. Ensuite, il y avait Deepground. Là pareil, il aurait été logique de voir les troupes de Weiss trainer dans le coin, mais également, ce groupe armé avait une signature bien spécifique, avec leur combinaison et leur soldat personnels. Pas de mercenaires non plus au sein de Deepground donc. Que restait-il ? Des trafiquants d’armes ? Venu chercher qui sait des matériaux peut-être ? Il y en avait beaucoup dans le coin, et surtout aux alentours de la grotte de Lucrecia. Ceux-ci avaient peut-être fait une mauvaise rencontre, et chuté du haut de la falaise. Cette option restait la plus crédible et fort probable. Mais Vincent refusait de rester sur une hypothèse aussi simple et inutile. Il restait encore un point à explorer. Tout le clan ex-Shinra. Rufus et ses Turks, eux aussi disposaient d’armement moderne, et comme ces derniers temps ils ne manquaient pas mal de bras, ils étaient eux, plutôt du genre à recruter des mercenaires, pas trop gênant, comme ceux-là en l’occurrence. Tout était bon à exploiter, et ce chemin plaisait déjà bien plus à Vincent. Il avait du support et de la crédibilité. Le combat déroulé ici restait quant à lui un mystère. Oh bien sûr il pouvait se tromper… Mais, ne valait-il pas mieux vérifier non ? Vincent décida de s’accrocher à toutes les pistes qui lui étaient présentés, et d’aller les vérifier une par une. Il fallait tout exploiter. Notre bel homme s’accrochait à présent d’espoir. L’espoir de retrouver au plus vite sa bien-aimée, avec le peu d’information dont il disposait. Mais c’était mieux que rien, et Vincent voulait croire en ses chances de réussites.

C’est le cœur débordant de détermination, que le ténébreux se releva alors pour faire face à l’horizon. Il fit une promesse. Une promesse silencieuse. Celle de reprendre du service. Body-garde était de retour. Cette fois-ci, il jura de ne jamais refaire les mêmes erreurs. Lucrecia était quelque part en ce monde, en vie, il en était certain. Il devait la retrouver, et la protéger. Mais devant l’étendue de cette tâche, il savait qu’il ne pourrait y parvenir seul. Il ne pourrait pas la trouver que par ses propres moyens. Il allait avoir besoin d’aide, et d’informations. Heureusement pour lui, il savait déjà ou se rendre pour en récolter. Il était temps de retourner rendre visite à de vieilles connaissances. Finalement, il allait finir par y arriver, à Midgar…


......










Revenir en haut Aller en bas
 

Un rêve étrange. {PV}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un bien étrange rêve...
» Une étrange découverte
» Visite étrange en début de nuit
» Par un étrange hasard... [RP Darren - Kelsey]
» Un étrange colis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Judgement Day :: Continent Ouest :: La caverne de Lucrecia-