RemonterDescendre



 

Partagez | .
 

 Do you want to play with a broken doll ? [PV. Rufus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Do you want to play with a broken doll ? [PV. Rufus]   Lun 15 Sep - 19:24:59




Reanbell Valdès

Do you want to play with a broken doll ?



    Monter les escaliers des cinq étages qui la séparaient de son appartement fut le dernier effort le plus difficile de sa journée, enfin, en théorie, il faut dire qu'elle avait un genou hors service. Elle était à bout de force, elle avait beau faire la fière, elle n'en était pas moins au bord de l'évanouissement. Une fois devant sa porte, elle y plaqua son front tout en cherchant ses clefs et comme une mauvaise journée devait toujours se finir par une cumulation de mauvaise petites choses, elle les fit maladroitement tomber en raison de ses poignets affaiblis, encore en miette. Elle grimaça douloureusement, devant puiser profondément en elle pour trouver la force de se baisser et de les ramasser. Elle ouvrit enfin et referma aussitôt derrière elle, comme si cela suffirait à la protéger de toutes les menaces qui pesait sur elle. Elle se plaqua alors dos contre la porte, alors que Condchat, comme à son habitude, arrivait à toute vitesse, galopant sur ses petites pattes trop courtes à grand renfort de ''miiih'' suraigu. Reanbell ferma les yeux en poussant un profond soupir d'épuisement. Elle était complètement usée, brisée de toute part. Le moindre mouvement, la moindre inspiration était terriblement douloureux … Vivre faisait si mal … et pas qu'aujourd'hui, même si cette fois, la douleur avait le ''mérite'' d'être physique.

Elle ouvrit doucement les yeux, regardant droit devant elle. Son regard était dans le vague et pourtant, elle distingua sa propre silhouette dans le reflet du miroir qui était accroché au mur. Elle se fixa un long moment, car quelque chose venait de piquer sa curiosité. Quelque chose qui ornait sa joue gauche d'un bleu fade, légèrement violacé. Elle leva doucement une main tremblante vers son visage pour effleurer la plaie qui avait bleuit. Si la peau de Reanbell pouvait être tranchée comme toutes les autres, jamais, ô grand jamais, elle ne marquait. Elle avait reçu bien des coups pourtant, subit bien des fractures … Mais jamais elle n'avait de bleus. C'était le seul endroit qui avait bleuit, car elle avait pourtant d'autres écorchures au visage et sa lèvre inférieur était notamment bien fendue. Elle trembla un peu plus alors que le souvenirs des nombreux coups de Weiss lui revenait en mémoire. Elle pouvait presque encore sentir son poing s'abattre sur son visage, avec puissance, encore et encore. Sa mâchoire qui craquait sous tant de violence, l'odeur du sang qui avait envahit son nez et sa bouche. N'importe qui serait défiguré après un tel traitement, boursouflé, en bouillis, tout ce que vous voulez … Mais pas elle. Non. Le visage de la blonde immortelle était simplement décoré de quelques écorchures et d'un seul et unique bleu sur la joue gauche … Et cela … c'était déjà beaucoup pour elle. C'était la première fois.

Mais elle n'était pas au bout de ses surprises. En baissant légèrement les yeux, elle put constater que son poignet était cerclé d'un rouge inquiétant, violacé par endroit, lui aussi. Elle sursauta devant cette vision, ses grands yeux verrons se voilant de lourdes larmes d'incompréhension et d'épuisement. Elle trembla de plus belle et ses jambes cédèrent soudainement sous son poids, la laissant glisser contre la porte jusqu'à ce que son derrière ne touche le sol. Là, les larmes brûlantes dévalèrent sur ses joues glacées et meurtrie. Pleurer était plus douloureux encore que respirer, alors elle s'efforça de contenir ses sanglots pour ne pas tressauter, ce qui fit naître un poids terrible au fond de sa gorge, de son cœur et de son estomac. Les larmes s’écoulaient silencieusement, contractant douloureusement ses muscles.

La mâchoire et les poignets brisés, les côtes en miette, le genou gauche hors d'usage, une large plaie dans le bassin qui avait cessé de saigné pour le moment … telle était l'état de cette petite poupée usée, brisée par le temps et la vie qui ne voulait pas la lâcher. Elle enfouit son visage dans ses mains, priant comme tant d'autre fois pour qu'elle puisse enfin expirer définitivement. Pourquoi … Pourquoi l'avait-on créer ainsi ? Ni forte ni utile, elle n'était qu'une vulgaire pierre stagnant au fond de la rivière du temps. Inerte, sans but ni dessein.

Un petit miaulement aigu la sorti de ses songes, et elle sentit les petites pattes griffus de Condchat s’agripper à elle pour grimper sur elle. Elle dégageant son visage, elle découvrit sa petite tête juste en face d'elle, et après un autre ''miiiih'', il lui donna un petit coup de langue sur le bout du nez. Elle lui caressa alors doucement la tête et se grattouilla sous le menton  pour le rassurer. Le petit chaton aux pattes trop courtes et aux oreilles tombantes se mit alors à ronronné en se frottant doucement contre le visage de sa maîtresse.

— Tu as raison … Puisque je ne peux pas mourir, je dois tout faire pour disparaître. Je ne laisserais personne créer d'autres sujets comme moi. Dit-elle doucement, comme si elle avait comprit les miaulements de cette petite créature un peu stupide.

Elle se leva et se précipita dans sa chambre, clopinant le plus vite qu'elle le pouvait. Elle ne prit qu'un sac à dos où elle mettrait le stricte minimum. Reanbell s'était forgée une réputation de peste matérialiste, mais le but d'un masque était bien de cacher notre vrai visage le plus efficacement possible … Elle n'avait pas de regret à laisser tout cela derrière elle, tous les papiers visant d'ailleurs à faire don de tous ses biens était déjà prêt et ne demandait plus qu'à être signé. Ce fut un peu laborieux vu l'état de ses poignets, mais elle y parvint malgré tout. Elle emporta quelques changes, des plus utiles pour un voyage comme ça, des matérias et surtout beaucoup d'armes. Le plus important rester encore à ramasser … Elle alla chercher une boite à chat dans un placard et commença à appeler le chaton. Ce dernier ne semblait pas d'accord pour partir tout de suite, alors monsieur se fit désirer. Il se cachait et dès qu'elle le débusquait, il s'enfuyait en courant à toute vitesse pour aller se trouver une autre cachette.

— Bon sang Condchat c'est pas l'heure de jouer ! Ramène-toi gros débile !

Mais non, monsieur ne voulait pas et il faisait tourner sa maîtresse en bourrique, alors qu'elle était déjà à bout de force. Elle n'avait même pas eut le temps de se changer ou de panser ses plaies dans tout ça, et elle aurait bien aimé prendre une douche avant de partir. Elle décida d'ailleurs d'y aller, se disant qu'elle l'attraperait après, quand elle entendit frapper à sa porte. Elle fronça doucement les sourcils, hésitant un instant à sortir vite par la fenêtre … Tant pis pour atterrissage un peu salissant. Mais bon, si elle ne pouvait pas fuir après son saut de l'ange, ça ne serait pas très utile.

Elle attrapa un pistolet, ignorant la douleur que cela lui procurait de le tenir et s'approcha doucement et prudemment de l'entrée. Elle posa un épaule contre la porte pour se maintenir le temps d'écouter ce qu'il se passait de l'autre côté … mais rien. Après avoir mit le cran de sûreté de la porte, elle l'entrouvrit doucement en pointant l’intrus de son pistolet. Ses grands yeux de petites fauve farouche le plantèrent alors directement sur …

— Rufus Shinra ? Constat-elle avec surprise. C'était bien la dernière personne qu'elle s'attendait à voir ici et maintenant. Je suis occupée, repassez plus tard. Vous pouvez garder votre argent, je n'ai pas le temps.

Au point où elle en était, elle n'était plus à un paie près. Elle voulu alors refermer la porte mais il la bloqua avec son pied … Ce qui lui attira un regard foudroyant de la part de la petite blonde.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 


Dernière édition par Reanbell Valdès le Ven 19 Sep - 23:06:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Do you want to play with a broken doll ? [PV. Rufus]   Lun 15 Sep - 22:16:36




❝Rufus x Reanbell

 ♤ I do

Rufus n’eut pas vraiment de réaction quand Tseng lui parla du rapport qu’il avait récupéré, révélant l’attaque de Weiss sur un convoi en direction de Junon. Un convoi dont Reanbell devait faire partie, comme Rufus en avait été informé. Ce n’est pas qu’il s’en moquait, loin de là, c’est juste qu’il ne savait pas s’il aurait dû être choqué, inquiet ou, comme son Turk, surpris qu’une telle chose ait pu arriver. Le fait que le chef de Deepground ait mis la main à la pâte était un fait plutôt insolite, mais ce qui l’était encore plus, c’est qu’il ait pu laisser un survivant derrière… car il fallait bien que quelqu’un ait survécu pour faire un rapport aussi rapidement, non ? Rien ne semblait le confirmer, et selon les Turks, c’était même plutôt invraisemblable, mais Rufus en était intimement persuadé. Il ne savait pas pourquoi d’ailleurs. L’instinct ? La clairvoyance ? Autre chose ? En tout cas, Tseng s’était vu lancé dans une mission des plus étranges : retrouver ce pseudo-survivant. Et le Turk, ne discutant jamais les ordres de son supérieur –aussi étrange fussent-ils- dut donc se lancer à la recherche d’un fantôme à Junon, pendant que de son côté, Rufus irait le chercher à Edge…

De l’hélicoptère, le président observait le paysage défiler d’un air neutre, loin de paraître alarmé par la situation, même si le coup d’éclat de Weiss était en réalité plutôt préoccupant pour lui. Si le leader de Deepground commençait à sortir de son terrier, la ville d’Edge, déjà sur la sellette, risquait de tomber la première.  Ça ne le rassurait pas plus que cela de s’y rendre d’ailleurs, mais il le devait. Il devait vérifier, il devait savoir si … P23 était toujours en vie. Car oui, c’était bien cela l’idée qui lui trottait en tête depuis le début. Le seul survivant à une telle attaque ne pouvait être que ce projet Phoenix. C’était logique, surtout si le projet en question était le succès qu’il s’était imaginé. Ce n’était pas un espoir, non ! Seulement une conviction intérieure. Car pourquoi le sort de Reanbell Valdès lui importerait ? Ce n’était qu'une mercenaire trop bavarde et trop casse-pied pour son bien. Il ne réfléchissait pas trop sur la suite, sur la façon dont il réagirait s’il ne la découvrait pas chez elle, sur la façon dont il réagirait si on lui apprenait qu’elle était morte. Il s'en moquerait, non ?

Rufus ne se projetait pas dans l’avenir pour ce cas-ci. Il observait seulement les faits présents avec tout le détachement dont son esprit tactique était capable. Une fois que l’hélico fut posé à la bordure de la ville, du côté le plus proche du lieu de résidence de Reanbell, le blond sauta de l’engin avec la nonchalance d’un homme allant à une petite mission de routine. Son fusil à l’intérieur de sa lourde veste blanche tapotait ses côtes au rythme de ses pas tandis qu’il entra dans Edge, la ville qu’il avait fait construire mais qu’il ne connaissait pas tant que ça. L’immeuble de Reanbell n’était pas loin de toute façon, même s’il se perdit dans deux rues avant de finalement tomber sur la sienne.

Arrivé devant la bâtisse, le blond eut le réflexe de lever le regard vers la fenêtre de son étage. Les rideaux étaient tirés. Sans plus attendre, il entra et gravit les marches quatre à quatre jusqu’à son palier. Sa démarche ralentit alors qu’il s’approchait de sa porte… serait-ce de l’appréhension, cette furtive accélération des battements de son cœur ? Elle ne s’éternisa pas en tout cas, car il entendit du bruit derrière la porte. Et la voix bien connue de la râleuse se fit entendre en arrière-plan. Rufus tenta d’ouvrir la porte mais elle était verrouillée. La défoncer ? Il opta pour la méthode polie qui lui allait si bien, et frappa docilement. C’est le silence soudain qui lui répondit. Il attendit patiemment, et fut un instant tenté de mettre en exécution sa première idée, mais il entendit finalement la porte se déverrouiller. La première chose qu’il vit fut le canon d’un pistolet et, loin d’être effrayé, il se rapprocha même de la porte. Rufus eut d’ailleurs l’automatisme de caler son pied dans l’ouverture, au cas où Valdès aurait l'idée de refermer tout de suite en le voyant. À sa place, c’est ce qu’il aurait été porté à faire.

« Bonjour Reanbell », dit-il courtoisement, bien que son petit air sournois laissait bien comprendre qu’il s’agissait de tout sauf d’une visite de courtoisie, justement.

Son épaule se posa nonchalamment sur la porte sans qu’il ne prenne vraiment appui, une position qui lui permettait de mieux observer la fente par laquelle il entrevoyait le regard bleu de sa sœur.

«  Rufus Shinra ? Je suis occupée, repassez plus tard. Vous pouvez garder votre argent, je n'ai pas le temps. »

Comme elle était drôle ! Parce que le président se déplacerait en personne pour payer ses employés ? Elle tenta de refermer la porte, qui se heurta au pied du président. La jolie blonde baissa le regard, avant de le relever, noir de colère.

Rufus se contenta d’abord de lui répondre par un sourire en coin. On se serait presque attendu à ce qu’il parle … avant que son son coude ne heurte violemment la porte pour l’ouvrir pleinement, éjectant un peu la blonde du passage tandis qu’il rentrait pour faire comme chez lui. Marchant un peu, il ralentit l’allure en passant à côté de Reanbell, l’analysant d’un regard neutre. Son corps portait la preuve du passage de Weiss, son simple visage n’était pas déformé, mais presque, elle avait même un bleu. Elle, le projet phoenix ! Une ombre passa dans le regard du président en l’observant, ressentant une sorte d’irritation dont il ne comprenait pas vraiment l’origine. Bien sûr, il l’ignora, et ce fut avec un détachement froid, presque cinglant, qu’il lança :

« Tu fais peur à voir. »

Pourquoi était-elle si faible, elle qui avait été faite pour surpasser les hommes ? Pourquoi était-elle sans défense ? Pourquoi son corps affaibli, semblant plus petit que jamais, ressemblait presque à celui de son frère quand le toit de la tour Shinra s’était abattu sur lui ? Il détourna la tête et jeta un coup d’œil à la porte ouverte de la chambre où il pouvait voir le sac à dos ouvert de la demoiselle, qui semblait être en train de se préparer pour un départ improvisé on ne sait où, mais dont on en devinait la raison.

« Je ne sais pas où tu comptais te rendre, mais tu peux abandonner tes plans. »

Il ramena de nouveau son attention sur elle.

« Tu viens avec moi », annonça t-il catégoriquement.


❝ The things you own end up owning you ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Do you want to play with a broken doll ? [PV. Rufus]   Mar 16 Sep - 10:08:48




Reanbell Valdès

Do you want to play with a broken doll ?



    — Mais à quoi est-ce vous …

    Elle voulu le sermonner et le menacer de lui écraser le pied avec son talon ou de lui tirer dedans, mais elle n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'il forçait déjà le passage. Reanbell n'était pas une grande force de la nature de base, mais là, elle était plus faible encore qu'un chaton. Oui, Condchat la battait sans doute au bras de fer en ce moment même. Elle fut donc propulsée en arrière, lâchant misérablement son arme dans l'élan. Première règles d'une tireuse d'élite : ne jamais se laisser désarmer. Elle braqua un regard furibond sur le pistolet, comme si c'était de sa faute et qu'il pouvait le comprendre. Puis ce même regard passa sur Rufus Shinra, qui était entré dans son appartement comme dans un hall de gare, le plus naturellement du monde. Il la fixait avec insistance, de ce regard inquisiteur qui lui collait tant à la peau. La petite blonde le surveillait sans un mot, posant simplement la main contre la plaie de son bassin par réflexe. Aussi diminuée qu'elle l'était, son air de chaton farouche mais inoffensif n'en était que plus grand.

« Tu fais peur à voir. »
— Allez donc vous faire voir chez les Turks si je vous fais peur. Rétorqua-t-elle aussitôt.

Il n'était pas très logique ce garçon … Il entrait chez les gens dont il avait peur, lui ? Oui car Reanbell prenait toujours cette expression au pied de la lettre, comme beaucoup d'autre. Ce n'était pas qu'elle était mécontente de le voir – enfin elle n'était pas enchantée non plus – mais c'était surtout que ce n'était pas le moment. Voir sa joli petite tête dans son salon lui permettait de confirmer que Rufus Shinra était une assez jolie chose pour qu'elle s'en serve de décoration en tout cas. Il prenait un peu trop de place, mais en lui levant les bras ça pourrait faire un arbre à chat pour Condchat. Il se serait sans doute ravi !

Allez savoir si c'est parce qu'elle trouvait qu'il allait bien dans son salon ou autre chose, mais voir ce sale petit arnaqueur chez elle lui procurer quelque chose de pas commun. Une petit chaleur au fond d'elle … Était-ce, du réconfort ? Un sentiment de sécurité ? Elle s'était renseigné, il parait que c'est généralement ce genre de sentiment que suscite une famille chez les gens … mais elle ne le considérait pas comme une famille. Ils partageaient une moitié de même sang, mais cela n'avait jamais rien signifié pour elle. Alors elle ne comprenait vraiment pas ce sentiment, aussi léger et sourd soit-il. Il n'avait rien à faire là.

Le blondinet examina alors le sac que l'on pouvait voir d'ici, posé sur son lit et Reanbell eut le réflexe de se déplacer - toujours en clopinant à cause de son genou - pour se mettre entre lui et la chambre, afin de lui cacher la vu avec son petit air farouche. Pour qui il se prenait franchement, le président de la la Shinra ? Ah ben … oui, en fait, c'est ce qu'il était … mais ça, c'était avant ! Et puis c'était pas une raison ! Pour qui il se prenait, son grand frère ? Encor raté, c'est ce qu'il était … mais qu'à moitié, et seulement biologiquement ! Un président déchu et un demi-grand-frère avec qui elle n'avait pas grandit n'avait donc pas à se comporter ainsi. La blonde prit un air contrarié et croisa les bras – en prenant garde à ne pas se faire mal.

— J'ai déjà été appelée pour une autre mission. Je sais à quel point vous appréciez mes services et que vous ne pouvez plus vous passer de moi, mais il va falloir faire avec.

A ce moment, et comme si ses pensées avait voyagé jusque dans l'esprit de Condchat, se dernier déboula dans la pièce, dans le dos de Rufus et commença à grimper sur lui, comme il le faisait si bien. Il grimpa, grimpa, ne se laissant pas perturbé jusqu'à venir se poser sur la tête du gentleman. Reanbell n'en parut pas du tout surprise, c'était tout à fait normal de la part de ce chat. Il adorait monter sur la tête des gens.

— Je vous présente Condchat … Annonça-t-elle avec un naturelle déconcertant. Faite gaffe à pas trop le contrarier, j'ai refusé de lui donner sa souris synthétique ce matin et regardez ce qu'il m'a fait … Ajouta-t-elle en ouvrant les bras pour le laisser admirer son état, même s'il l'avait déjà fait.

A ces mots, le chaton poussa son petit miaulement suraigu comme pour confirmer sa maîtresse, bien qu'il soit excessivement mignon pour être vraiment dangereux, surtout qu'il se mit à ronronner juste après. Mais il ne fallait pas se fier au apparence, Reanbell aussi était adorable, mais redoutable … et même Condchat pouvait l'être, ce n'était pas un si gros mensonge que ça. Il a lacéré le visage d'un gars une fois et il fallait le voir chahuter avec Chibie. Chibie … Reanbell ne pouvait pas se sentir ça de la tête. Ce dragon que l'on avait retrouvé mort, ce n'était pas elle … Mais c'était forcément son ami. Et si tel était le cas, où était-elle passée elle ? Ça ne devrait pas être son problème et pourtant … elle était inquiète, bien qu'elle ne l'assume pas et que ça la dégoûte. Mais ce n'était pas le moment de penser à ça.


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Do you want to play with a broken doll ? [PV. Rufus]   Mar 16 Sep - 13:06:58




❝Rufus x Reanbell

 ♤ I do

La jolie blonde boitilla jusque devant la chambre avant de croiser précautionneusement les bras, la mine farouche, râlant contre son frère. Peu importe l’état où il la trouverait, elle ne perdait pas le nord ! Si la situation n’était pas aussi critique, Rufus trouverait probablement le temps de s’amuser de ce fait.

« J'ai déjà été appelée pour une autre mission. Je sais à quel point vous appréciez mes services et que vous ne pouvez plus vous passer de moi, mais il va falloir faire avec. »

« Tss ! »

Qu’elle était mignonne… Une mission ? Dans cet état ? Elle était en train de le prendre pour un idiot. La mâchoire serrée, Rufus s’apprêtait à lui répondre mais pinça les lèvres en sentant quelque chose lui griffer un peu l’arrière de la jambe et remonter dans son dos. Il voulut tourner la tête pour regarder derrière, mais eut le réflexe de l’incliner brusquement sur le côté en sentant une petite chose douce sur sa nuque, ce qui la fit chuter un peu devant lui. Il baissa alors le regard sur la petite bestiole adorable désespérément raccrochée par les griffes sur le devant de son costume. Reanbell avait un chaton ? Rufus attrapa la boule de poil sur son torse par la peau du cou et l’éloigna tout en le maintenant à cette hauteur, baissant un regard blasé dessus: il allait ruiner ses vêtements si ça continuait !

« Je vous présente Condchat … Faite gaffe à pas trop le contrarier, j'ai refusé de lui donner sa souris synthétique ce matin et regardez ce qu'il m'a fait … »

Rufus jeta un coup d’œil à la blessure qu’elle lui montrait avant de regarder de nouveau le chat mal apprivoisé qui miaulait fièrement comme pour approuver sa maîtresse. Un stage chez Dark Nation ne lui ferait pas de mal.

« On dit que les animaux de compagnie ressemblent à leur maitre. » Il ramena un regard narquois vers la mine renfrognée de sa sœur avant de conclure : « Je commence à y croire. »

Rufus se pencha et reposa simplement la petite bête au sol. Si l’animal avait une certaine fidélité envers sa maîtresse, et que le blond trainait celle-ci hors de chez elle, il y avait des chances qu’il ressorte avec les vêtements en lambeaux … ou avec la mort d’un petit chat sur la conscience. Le président était bien du genre à perdre vite patience et une balle pourrait vite se loger sur un enquiquineur de service. Quoique non… ce genre de sort cruel méritait plutôt d’être destiné aux humains et non pas aux animaux loyaux. Rufus avait presque comme une inclination pour eux grâce à sa panthère. D’ailleurs, il avait certainement besoin de son aide vu que la petite boule de poil semblait vouloir absolument lui jouer dans les pattes. C’est là qu’il percuta avec du retard l’appellation de sa sœur, et qui lui allait à ravir : con de chat.

« Dark Nation, vire-moi ce parasite » murmura t-il entre ses dents tandis que sa panthère apparaissait dans un nuage de fumée noir en grognant de mécontentement.

Elle était bien malheureuse de devoir jouer les dresseuses à la place de son maître, mais le président avait bien un autre petit chaton à domestiquer… Il s’avança alors vers Reanbell, son regard blasé redevenant froid. Blessée, réduite, souffrante ou non, la blondinette n’avait pas son mot à dire face à lui. Il poursuivit sa marche et, le coude replié, posa l’avant bras sur le buste de Reanbell pour l’obliger à reculer vers la chambre, reprenant le fil de leur conversation.

« Tu imagines bien que je n’ai pas besoin de tes services pour le moment, surtout dans cet état », remarqua t-il narquoisement, le regard baissé vers elle.

Arrivé à destination, il déplia le bras pour la repousser fermement sur le côté et mieux regarder son petit bagage. Plutôt lourd pour une soi-disante misison ! Comptait-elle … partir, disparaître ? Alors qu’elle venait de survivre à Weiss, preuve d’une invincibilité hors pair et du succès de P23 ?! C’était l’unique interprétation qu’il trouvait en voyant cela. Cela lui parut dénué de sens au début, jusqu’à ce qu’une explication lui apparaisse comme évidente : Weiss était peut-être persuadé d’avoir tué tout le monde, et le moment où il découvrirait comme Rufus que ce n’était pas le cas, la blondinette allait faire l’objet d’une poursuite éprouvante. C’est que le président n’était pas au courant de ce qu’il s’était vraiment passé, même si ses conclusions finales se rapprochaient tout de même de la vérité en ce qui concernait les raisons de son départ. Le regard neutre, le blond tourna de nouveau la tête vers sa petite sœur, le menton dédaigneusement levé :

« Tu comptais fuir » nota t-il froidement, « Je ne sais pas d’où tu tiens cette lâcheté, mais certainement pas de moi en tout cas. »

D’accord, c’était plutôt exagéré au vu de ce que cette pauvre petite chose venait de subir, mais il ne pouvait s’empêcher de faire preuve du même mépris à son égard que celui qu'il réservait au reste du monde. Et puis, contrairement à sa sœur, jamais Rufus n’avait plié bagage pour sauver sa vie. Il restait toujours jusqu’à réussir à dégager les autres de son territoire, et le jour où il avait échoué, il l’avait bien payé. Au moins, personne ne pouvait nier son cran, lui qui était loin d’être invincible ! Accordons tout de même en faveur de Reanbell le fait que Deepground ne lui avait jamais collé aux basques, à lui. Mais elle, elle était le projet Phoenix. Rufus se tourna alors complètement vers sa soeur, affichant le visage intransigeant de l’homme avec qui il n’est même pas la peine de tenter de traiter. Et il était bien vrai que le blond n’allait certainement pas justifier ses actes.

« Tu vas venir avec moi sans discuter Reanbell », répéta t-il alors, et voyant déjà la protestation venir, il ajouta avec un sourire en coin : « Loin de moi l’envie de mettre en doute ton sens de l’observation, mais tu n’es pas en position de négocier. »

Il jugeait que si Valdès n’était en sécurité nul part, elle le serait en tout cas un peu plus avec lui… même si ce n’était pas la raison pour laquelle il l’emmenait bien sûr. Il était hors de question que Deepground mette la main sur P23. Et la demoiselle avait besoin de soin, qui plus est.


❝ The things you own end up owning you ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Do you want to play with a broken doll ? [PV. Rufus]   Mar 16 Sep - 14:31:36




Reanbell Valdès

Do you want to play with a broken doll ?




    C'est vrai qu'elle ressemblait à Condchat : petite, sauvage, adorable et un peu maladroite parfois. Enfin, modérons nos propos, même si elle montrait quelques lacunes concernant les convenances sociales et l'interprétation de certaines expressions de la vie courante, elle n'était quand même pas aussi stupide que cet animal. Et ses pattes n'étaient pas aussi courte que les siennes non plus, non mais ! Et il faut également dire que Condchat était plus gentil qu'elle … Il compensait en étant particulièrement chiant à partir de deux heures du matin, mais ce n'était pas par méchanceté … C'est juste qu'il lui quand une case.

Voir Rufus Shinra se débattre avec un petit chaton aussi mignon était une image plutôt comique. Le pire avec cette petite chose, c'est que vous avez beau le gronder en ayant l'air le plus impitoyable possible, c'est qu'il continuera de vous regarder avec l'air le plus innocent du monde, de ses grands yeux adorables et vous miaulera dessus toujours de la même façon. Jusque là, Reanbell ne l'avait jamais entendu feuler d'ailleurs, peut-être qu'il ne savait pas faire … Elle lui apprendrait, un jour, juste pour qu'il puisse feuler sur Rufus et ses Turks.

Le gentleman relâcha la petite bête pour l'éloigner, mais l'animal n'avait pas fini de faire connaissance avec ce nouveau venu … Et il pouvait être un peu collant parfois. Il tourna donc un moment entre les jambes de l'ex président – ce qui pouvait valoir une belle gamelle si on entreprenait de marcher en même temps – avant de finalement venir s’allonger sur ses pieds, ni plus ni moins. Il n'était pas plus grand qu'une seule des chaussure de Rufus Shinra, beaucoup plus petit même et plus léger aussi sans doute. Il n'était donc pas vraiment gênant et même Reanbell pouvait passer une journée avec ce chat coller aux basques sans s'en rendre compte.

Le blond appela tout de même tout de même sa panthère et Reanbell ne put s'empêcher de penser que c'était le moment de vérité … Car depuis qu'elle avait fait la connaissance de ce gros matou au pelage sombre – qui tranchait d'ailleurs nettement avec le blanc de son maître – elle n'avait cessé de se demander qui d'elle ou de Condchat gagnerait en combat singulier. Comme Reanbell s'en doutait, ce chat était trop bête pour prendre peur devant une créateur capable de l'avaler sans mâcher et déguerpis des pattes de Rufus que lorsque le fauve approcha un peu trop son museau de lui. Il parti alors en courant, pas très loin, car il attendait la grosse bête pour jouer en toute innocence. Il poussa quelques miaulement, comme pour appeler son nouveau partenaire de jeu et attendit d'être un peu plus loin pour lui galoper dans les pattes en zigzaguant. La pauvre grosse bête ne savait déjà plus où donner de la tête.

La petit blondinette lâcha rapidement ce spectacle des yeux – aussi adorable et pitoyable soit-il – pour porter son regard sur son interlocuteur, méfiante et farouche. L'éclat de ses yeux qui laisser sous entendre qu'elle était prête à mordre à tout moment se raviva alors qu'il l'approchait, la faisant reculer jusque de dans la chambre avant de la repousser sur le côté. Fragile et boiteuse, elle faillit bien se ramasser misérablement par terre, mais elle parvint à reprendre son équilibre de juste, ceci n'en valant pas moi une flambé d'éclair ravageuse au fond de ses yeux à l'égard du grand frère bien peu scrupuleux qu'elle devait se farcir.

« Tu comptais fuir … Je ne sais pas d’où tu tiens cette lâcheté, mais certainement pas de moi en tout cas. »

Toujours très mature, Reanbell lui aurait bien répondu par un superbe ''nya nya nya'', mais elle se contenta de faire passer le message dans son regard. Elle ne fuyait pas, elle procédait à un déplacement stratégique. Rufus Shinra devait bien connaître cela. Partir pour éviter que Deepground ne mette la main sur elle pour reprendre les expériences du projet Phénix n'était pas plus lâche qu'il n'était intelligent de rester là à les attendre gentiment. Dans l'autre pièce, Condchat était parvenu à grimper sur la panthère, squattant à présent tranquillement sa tête en ronronnant gentiment. Ce n'était pas vraiment victoire que Reanbell aurait escompter, mais pour être honnête, elle se doutait bien que ce chat était trop débile pour se battre, même s'il était vraiment en danger. Tout ce qu'il faisait, il le faisait pour jouer … Ce qui n'en était pas moins dangereux, cela dit.

« Tu vas venir avec moi sans discuter Reanbell … Loin de moi l’envie de mettre en doute ton sens de l’observation, mais tu n’es pas en position de négocier. »  
— Pfin ! Fit-elle en haussant les épaules d'un air dédaigneux. Ben voyons ! Je n'ai aucun ordre à recevoir de toi, Shinra.

Elle avait à présent choisit le tutoiement afin de lui faire comprendre qu'aucune barrière ne les séparait. Ni le statu sociale, ni le moindre petit contrat. Il n'était plus son patron, il était un humain comme un autre et il n'avait par conséquent aucun droit de propriété sur elle.

— Loin de moi l’envie de mettre en doute ton sens de l’observation, répétât-elle pour le narguer, mais tu es chez moi ici et tu n'as aucune idée de ce que cela implique.

Reanbell avait l'art de cacher des armes et des pièges un peu partout chez elle. C'est qu'en plus d'avoir pas mal d'ennemis, elle était plutôt parano … et Condchat était loin de suffire pour montrer la garde. Sans bouger ni mot dire, elle le dardait d'un regard sévère et mystérieux, laissant son esprit travailler un peu pour lui donner le loisir d'imaginer ce qu'elle pouvait bien dire par là. Elle recula alors légèrement un pied, plantant son talon dans un mécanisme camouflé dans le parquet près de la commode, cela eut pour effet de faire jaillir un pique de sous le tapis, juste devant la chaussure de Rufus. Il avait eut chaud à ses oreilles et le regard assuré de la blonde laissait sous entendre que ce n'était qu'un avertissement.

— Alors, tu sors ou je te sors, Shinra ? Dit-elle d'une voix sévère et provocante.


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Do you want to play with a broken doll ? [PV. Rufus]   Mar 16 Sep - 16:29:05




❝Rufus x Reanbell

 ♤ I do

Le petit chaton donnait du sacré fil à retordre à cette pauvre Dark Nation. Rufus avait pas mal vu juste en faisant une analogie entre les animaux et leur maître : sa panthère avait beau être fière et tenace comme lui, elle n’irait jamais assassiner de sang froid une petite boule de poil qui voulait juste faire joujou. Rufus, de son côté, avait affaire à un autre chat plus coriace. Blessée, certes, mais bien plus prise de tête.

« Pfin ! Ben voyons ! Je n'ai aucun ordre à recevoir de toi, Shinra. »

Subtil changement de manière à son égard que de le tutoyer, preuve sans doute d’un mépris réciproque, mais ce n’était pas ce qui allait le préoccuper.

« Dommage, tu n’as pas fini d’en entendre. »

« Loin de moi l’envie de mettre en doute ton sens de l’observation, mais tu es chez moi ici et tu n'as aucune idée de ce que cela implique. »

La blondinette fit un mouvement et Rufus baissa brusquement la tête en voyant une pique sortir devant son pied, ce qui aurait pu l’empaler s’il s’était trouvé dessus. Dark Nation aussi avait tourné la tête, du salon. Honteuse d’avoir laissé son maître sans surveillance, ce ne fut ni la distance, ni un petit chat grimpant sur elle qui l’empêcha de créer une barrière pour lui, même si ce dernier était intimement persuadé de ne pas en avoir besoin.

« Alors, tu sors ou je te sors, Shinra ? »

Assuré, il releva la tête en laissant échapper un rire bref, narquois, et dépourvu de joie. Il contempla la mine défiante de la blondinette, répondant par un fin sourire insolent.

« D’accord, parlons ce langage, puisque tu sembles mieux le comprendre », dit-il en sortant son fusil de sa veste pour le pointer directement sur elle.

Il l’avait déjà fait par le passé, et il était clair qu’elle n’en serait pas impressionnée, mais tout de même… La jolie blondinette ne retenait donc jamais la leçon ? N’avait-elle pas deviné depuis le temps qu’il obtenait toujours ce qu’il voulait quoiqu’il advienne ? De plus, Reanbell ne ferait rien pour le tuer, pour la même raison que lui ne presserait pas la détente… même s’il ignorait quelle raison, d’ailleurs. Et puis, sans doute le blond avait besoin de se rassurer en songeant que ce petit défaut qui se retrouvait avec lui, se trouvait également avec elle. Mais ne pas se méprendre, l’état réduit de la blondinette n’allait certainement pas susciter de scrupule chez son frère, qui n’hésiterait pas à la ramener en pièces détachées si elle l'y contraignait. Il ne fallait jamais sous-estimer la cruauté, et encore moins l’obstination de Rufus Shinra quand il agissait pour ses intérêts.

Et qu’espérait cette petite idiote ? Elle ne pouvait même pas marcher correctement ! Est-ce que le masochisme était de famille ? C’était bien sûr une arme plus efficace que le sadisme, car cela démontrait une autre invincibilité qu’ils avaient le mérite d’avoir en commun : celle du mental. Rufus ne put s’empêcher de conserver son sourire en coin en voyant qu’elle tenait au moins ça de lui. L’instant court de satisfaction passa et il lança légèrement son fusil pour le faire effectuer une petite voltige dans les airs avant de le rattraper par le canon. Et c’est avec la crosse qu’il envoya un violent coup dans le joli minois de sa petite sœur pour la mettre au tapis. Pas sympa le frangin. Vu l’état de Valdès, une pichenette aurait suffi, mais Rufus détestait faire les choses à moitié. Et puis, elle avait bien survécu à Weiss non ? Ce n’était rien, ça !

« Debout », ordonna t-il sèchement.

Comme elle était dans un sale état, et que ce n’était sans doute pas facile pour elle, le président eut la grande bonté de l’aider un peu. C’est par la gorge qu’il l’attrapa pour la relever. Il ne fit pas la bêtise de la garder sagement en face de lui et écrasa son genou directement sur son bas-ventre pour la coller à la commode dont elle était proche. Sa main lâcha son cou et fut aussitôt remplacée par le fusil, désormais tenu à l’horizontale d’une main, avant qu’il ne fasse pression avec pour abattre le haut du corps de Valdès sur le meuble, comme si Rufus cherchait à la casser en deux. Ce n’était pas la première fois qu’il mettait son pauvre dos à rude épreuve, mais on ne change pas une équipe qui gagne. Sa main libre attendait patiemment un quelconque assaut de Valdès, même s’il doutait sincèrement de le voir arriver. La belle était comme une poupée de chiffon qu’il déchirerait à sa guise jusqu’à retirer la moindre trace de rébellion. Il la materait sans vergogne, c’était certain. Son fusil et son genou exerçant toujours deux terribles pressions sur son petit corps, Rufus observait son air farouche avec grand intérêt, trouvant une petite jouissance intérieure à s’imaginer le jour où l’étincelle de colère s’éteindrait de ses yeux bleus pour laisser place à celle de l’abandon.

« Tu connais l’adage : marche ou crève », lança t-il de sa voix trainante avant d’approcher un peu son visage de celui immobilisé et souffrant de sa pauvre sœur, « Je n’hésiterai pas un seul instant à te briser Reanbell, si tu m’y obliges. Comptes-tu aggraver ton cas ou vas-tu obéir ? »


❝ The things you own end up owning you ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Do you want to play with a broken doll ? [PV. Rufus]   Mar 16 Sep - 18:29:04




Reanbell Valdès

Do you want to play with a broken doll ?




    Les menaces de mort étaient toujours à double tranchant pour Reanbell, car si elle n'avait aucune raison de craindre sa dernière heure, il fallait qu'elle soit sûre que les témoins de son incroyable don meurt dans la minute qui suit … et ce n'était pas envisageable avec Rufus Shinra. Pourquoi ? Car elle ne voulait pas avoir les Turks aux trousses en plus de Deepground. Elle pourrait bien se débrouiller pour tous les tuer à la suite de cela, mais Reanbell n'était pas une meurtrière en série, elle ne tuait que lorsque c'était nécessaire ou qu'on lui donnait de l'argent pour cela. Et puis même, elle n'avait pas envie.

Elle dardait donc Rufus d'un regard farouche, fronçant légèrement les sourcils lorsqu'il la menaça de son fusil. Elle plongea son regard dans le sien, fouillant au plus profond de lui. Il avait besoin d'elle, sinon il n'insisterait pas autant pour la ramener, c'est ainsi qu'elle comprit qu'il ne comptait pas tirer. Il avait dû se renseigner sur le projet Phénix et avait finalement décidé que sa place était dans une cage de laboratoire avec une petite roue et un distributeur d'eau. Mais Reanbell n'était pas une souris – même si on pouvait parfois se poser la question – et il était hors de question qu'elle laisse qui que ce soit la réduire à cela, que ce soit Deepground ou Rufus Shinra.

Pas le temps d'agir, après avoir jonglé habillement avec son arme, Rufus lui asséna un puissant coup de cross en plein visage. La puissance du coup rejeta la tête de la petite blonde sur le côté et ses jambes ses dérobèrent faiblement sous son poids. En plein dans la mâchoire, tout juste ce que Weiss s'était appliqué à brisé un peu plus tôt. Prostrée à terre, elle plaqua ses paumes contre le sol pour se redresser légèrement, ses longs cheveux blonds cachait la grimace de douleur qui décorait son joli visage de poupée. Lorsque Rufus lui ordonna de se relever, elle comptait précisément rester par terre et envisagea même de l'inciter à l'y rejoindre, mais ce fut sans compter sur l'inégalité des forces qui demeurait entre eux.

Il la saisit fermement par la gorge pour la relever, la bloquant contre la commode avec son genou – sans quoi elle serait sans doute tombée à nouveau. Il l'obligea alors à se pencher en arrière avec son fusil, jusqu'à ce que son dos touche le meuble. Le genou du blond lui faisait affreusement mal, car il s’appuyait sur la plaie de son bassin qui ne tarda pas à saigner de nouveau, venant tâcher le pantalon immaculé de Rufus Shinra. Bien fait pour lui, pensa-t-elle malgré la douleur qui était bien plus préoccupante.

Les côtes douloureuses et le souffle coupé, elle chercha longuement un moyen d'agir, de bouger, de faire quelque chose, mais tous les pièges qu'elle possédait visait à tuer et non à repousser. Or, non seulement elle ne voulait pas le tuer, mais en plus, la barrière qui le protégeait repousserait tous projectiles qui pourraient l'atteindre. Leur petite gymnastique avait au moins eut le mérite d'attirer l'attention des deux fauves de l'autre pièce et après une petite acrobatie qui incita la pauvre Dark Nation à se donner un coup de patte à elle même, Condchat se mit à galoper à toute vitesse vers eux en miaulant. Il attrapa alors un bout de pantalon de Rufus et commença à tirer furieusement dessus en poussant des petits bruits aigus. Reanbell baissa les yeux vers lui, inquiète, avant de comprendre que pour se débarrasser du petit monstre, Rufus allait devoir poser ses deux pieds à terre, lui dégageant ainsi un petit champs d'action. A peine eut-il baissé son genou qu'elle lui écrasa le pied avec le talon, afin de l'empêcher de donner un mauvais coup au chaton.

— Je marche. Répondit-elle.

Comme la panthère approchait pour intervenir, le chaton se mit alors à grimper sur Rufus, là où Dark Nation ne pourrais se risquer à entreprendre quoi que ce soit. Bien malin pour un crétin, le chaton se glissa sous la chemise du blond, grimpant toujours à l'aide de ses petites griffes, ce qui devait être bien désagréable – il le faisait d'ailleurs souvent à Reanbell. L'ex-président esquissa un geste de recule en un sursaut de réflexe, mais une fois encore, Reanbell intervint avant qu'il ne puisse toucher au petit chat si cher à son cœur. Ce dernier jaillit finalement de la chemise de Rufus pour venir sauter au visage de la panthère et lui mordiller les oreilles en les tirants, juste ce qu'il fallait pour baisser l'efficacité de la barrière de Rufus. Elle envoya donc son genou entre les jambes de son frère, prenant appui avec ses coudes contre la commode, enchaîna aussitôt en lui donnant un coup de pied dans le torse pour le faire reculer vers le lit et fonça finalement carrément sur lui pour le faire basculer dessus, plantant son épaule dans son plexus pour lui couper le souffle, telle un furieux petit bélier. Très vite et en un geste habile qui lui valut une terrible douleur au poignet, elle referma des menottes sur celui de Rufus, qui se retrouva menotté qu'une main à la tête de lit.

Elle se recula aussitôt mettant l'arme de Rufus hors de portée alors que Condchat allait se cacher sous le lit. Reanbell l'observa avec méfiance, un petit éclat victorieux au fond des yeux.

— Mais pas avec toi. Compléta-t-elle, l'observant encore un instant. Je te trouvais plutôt saillant dans mon salon, mais tu fais un beau couvre lit aussi.

Elle lança alors son sac sur son épaule et Condchat surgit, grimpant à toute vitesse sur elle pour se fourrer dedans. La blonde allait passer le seuil de la porte de sa chambre mais … Dark Nation était là, bloquant le passage avec un grondement de gorge grave. La blonde soupira avec lassitude … elle ne comptait pas plus tuer cet animal que Rufus.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Do you want to play with a broken doll ? [PV. Rufus]   Mar 16 Sep - 21:15:51




❝Rufus x Reanbell

 ♤ I do

Rufus n’aurait certainement pas prévu que ce serait une toute petite chose qui ferait tout basculer. En tout cas, elle était venue lui saisir le bas de son pantalon et le blond usa de son genou levé pour la virer, malgré le talon de Reanbell qui s’était écrasé contre l’autre pied. Elle n’avait pas envisagé que l’épaisseur des godasses du président n’avait rien à envier à celle de sa veste.

« Je marche. »

Par contre, ce que Rufus n’avait pas prévu, c’était que la bestiole reviendrait à la charge pour carrément se glisser sous sa chemise et lui grimper dessus. La pression sur Reanbell s’amenuisa tandis que le président contractait le dos de douleur sous les griffes le lacérant. Et la suite, clairement, il ne l’aurait jamais vu venir, notamment puisqu’il ne remarqua pas que l’attention de Dark Nation venait de se voir détournée…

Reanbell lui envoya un coup dans l’entrejambe qui, sans une barrière un minimum opérationnel, l’aurait très certainement castré –non pas que ça ait si grande importance, lui qui n’avait jamais voulu d’enfant-, il n’empêche qu’un éclair douloureux et déchirant partit de l’endroit, remonta en lui écrasant les entrailles au passage et alla atteindre le cerveau. Et pendant ce bref instant de supplice, où Rufus eut l’impression de cracher ses tripes, il ne sentit rien, réellement rien de ce qu’il se passa ensuite. Il fallait être une femme pour oser frapper un tel endroit, les pires ennemis entre eux, s’ils étaient hommes, n’auraient jamais idée de faire une telle chose, sauf s’ils étaient eux-mêmes eunuques. Rufus cligna des yeux en toussant son mal, qui ne venait même pas du plexus qu’elle avait cogné, et il se rendit alors compte avec du retard que non seulement son poignet était attaché, mais qu’en plus son fusil avait été balancé au sol, hors de portée. La pièce lui réapparut plus clairement, comme s’il revenait à lui, même si des choses restaient un mystère sur le moment, notamment les paroles de Reanbell qui résonnèrent dans sa tête comme une symphonie mal orchestrée.

« Mais pas avec toi. Je te trouvais plutôt saillant dans mon salon, mais tu fais un beau couvre lit aussi. »

Autant le dire tout de suite, il n’avait rien compris. Rufus secoua brièvement la tête pour la voir s’éloigner mais la brave Dark Nation n’avait sans doute pas dit son dernier mot. Elle bloquait le passage à la blonde. Rufus, dont les parties n’étaient pas remises contrairement à son cerveau qui était revenu à lui, reprit rapidement une respiration normale. Calmé, et satisfait de l’hésitation de Reanbell, un fin sourire revenait déjà sur les lèvres du président tandis qu’il pouvait exploiter le talent caché de son animal, qui ne créait pas que des barrières…

« Balance-lui un coup de jus », dit-il alors d’un ton clair, aussi calme que s’il venait seulement de se prendre une baffe.

Comme s’il tirait son énergie de là, l’éclair jaillit du plafond pour fondre sur Reanbell, un vrai cette fois. Terrible, mais pas mortel, jamais mortel, toujours dosé. La panthère en profita pour aller donner un coup de patte au fusil de son maitre, l’envoyant dans sa direction. Le blond le rattrapa par le canon. Nouvelle petite voltige pour le reprendre par la crosse avant que trois coups ne retentissent, rapides, presque à l’affilé. Le premier sur la chaine qui le retenait prisonnier, le second sur le genou de Reanbell, et le troisième sur son chat qui bondit en évitant le tir, comme s’il l’avait pressenti. Mais ce fut la gueule de la panthère qui accueillit le petit corps de Condchat, la brave bête n’allait certainement pas laisser l’affront contre son maître impuni ! Semblant répondre à la volonté de Rufus sans que celui-ci n’ait besoin de l’exprimer, Dark Nation serra un peu la mâchoire et quelques os craquèrent sous ses dents.  

Le président se releva alors, sentant encore l’entrejambe qui le lançait même si sa démarche nonchalante ne le dévoilait en rien. Le tir avait d’une certaine façon "couché" Reanbell, et il envoya un coup de canon vers le bas, droit dans sa nuque, pour être certain que ce fut bien le cas. Ensuite, il se pencha pour la saisir par les vêtements et l’envoyer tituber vers le matelas. C’est un grand coup de pied dans le postérieur qui l’aida à grimper dessus. Au cas où elle aurait idée de le frapper à nouveau à un moment ou un autre, il visa de nouveau et tira sur son épaule pour la rendre invalide. Il se rappela après que le bouclier de nouveau actif aurait empêché Reanbell de faire quoique ce soit de toute façon. Oups. Cela étant fait, Rufus se rapprocha et saisit la blonde par son bras blessé pour la rallonger un peu plus correctement sur le lit, la mettant bien sur le dos, comme s’il préparait une petite mise en scène. Il s’éloigna ensuite la tenant simplement en joue de son arme. Au moins savait-elle qu’il n’hésiterait pas à tirer encore pour la démembrer !

« Quelle atmosphère étouffante », nota t-il d’un ton morne avant d’aller ouvrir la fenêtre d’une main, inspirant légèrement l’air frais comme pour tenter d’évacuer la douleur qui lui vrillait encore l’entrejambe.

Il se tourna ensuite vers le petit corps meurtri de sa pauvre sœur, le regard impitoyable, avant qu’un fin sourire narquois revienne prendre place sur ses lèvres. Il s’approcha d’un pas nonchalant avant de carrément s’installer près d’elle, s’allongeant sur le côté, appuyé sur son coude pour la regarder de haut. Le visage un peu penché sur le sien, son sourire s’agrandit furtivement tandis que son avant-bras le soutenant se déplaça un peu. Sa main passa ainsi sous la nuque de la belle pour la tenir fermement, l’obligeant à le regarder tout en l'empêchant de bouger.

« Je trouve qu’à nous deux, on fait meilleur couvre-lit, pas toi ? », grinça t-il alors, lui qui avait percuté les paroles de la belle avec dix trains de retard.

Son autre main alla appuyer le canon du fusil sur le genou de Reanbell, celui qui était du côté opposé à lui, un geste laissant presque croire qu’il avait été sur le point de l’enlacer. S’il avait été pressé de la sortir de l’appartement, cette fois-ci, elle avait bien mérité qu’ils s’y attardent un peu tous les deux, histoire qu’elle rachète ses torts auprès de lui. Elle avait de la chance, son grand frère savait parfois faire preuve d’indulgence. D’ailleurs, connaissant l’attachement que l’on pouvait avoir pour un animal de compagnie –plus qu’un humain- Rufus décida de soumettre celui de Reanbell pour le sien à un petit test. Elle avait dit qu’elle marchait ? Le président allait la faire courir.

« Moment décisif pour toi Reanbell. Si tu me présentes tes excuses pour ta petite rébellion, je te laisse l’usage de ton autre genou, ainsi que la vie sauve à ton animal de compagnie. Et si tu refuses, tu te doutes bien que je te réserve d'autres pertes... »

Dark Nation s’était tranquillement assise, tenant toujours la pauvre petite bête dans sa gueule et attendant tranquillement ses prochaines instructions. Si Rufus se fiait au mental de la blondinette, qu’il jugeait similaire au sien, il était bien placé pour savoir que s’il y avait une chose bien pire que de se faire détruire physiquement, c’était de s’aplatir. D’un autre côté, il doutait clairement qu’elle ferait une telle chose pour ce si petit animal, qui ne vaudrait pas un tel effort, contrairement à Dark Nation. Quoique… Condchat avait bien défendu sa maîtresse aussi ! Rufus ne savait donc pas à quoi s’attendre, mais quelle importance ? Il s’agissait juste de jouer, désormais. Que le meilleur gagne.


❝ The things you own end up owning you ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Do you want to play with a broken doll ? [PV. Rufus]   Mer 17 Sep - 12:09:01




Reanbell Valdès

Do you want to play with a broken doll ?




    Reanbell eut juste le temps de lâcher son sac pour épargner Condchat de l'attaque magique avant d'être foudroyée de plein fouet. L’électricité parcourut tout son corps, comme si un million d'aiguilles étaient en train de l'écorcher vive, faisant contracter douloureusement chacun de ses muscles. Cependant, cela provoqua une certaine chaleur qui l’engourdissait, apaisant tous ses autres maux l'espace d'un instant. Son cœur s'emballa et elle le senti même s'arrêter un instant avant de repartir de lui même et lorsque tout cessa, un voile noir passa sur ses yeux, perdant l'usage momentané de tous ses sens. C'est ainsi qu'elle senti à peine la douleur de la balle qui pénétra son genou, retombant doucement car elle ne sentait plus son corps.

Un coup la terrassa pour l'écraser au sol, réveillant enfin toutes ses douleurs passées et nouvelles. Son cœur qui était en arythmie, son genou qui était redevenu plus douloureux que jamais,  chacun de ses muscles tétanisés par la foudre qui, bien qu'ayant disparut, la paralysait encore. Elle ne parvint pas vraiment à voir ni comprendre ce qui lui arriva ensuite, tout tournait, la seule chose qu'elle entendit parmi cette soupe de bruits de fond et d'images nébuleuses … Ce fut les miaulements déchirants de Condchat qui lui brisait le cœur. Elle souffla un léger ''non'' inaudible alors que la pièce continuait de valser sans qu'elle ne comprenne plus où elle était. Elle leva légèrement les mains, comme un aveugle cherchant à retrouver son chemin, et senti le matelas sous elle sans vraiment parvenir à déterminer dans quel sens elle se trouvait. Les râles plaintifs du chaton continuait de résonner tout autour d'elle et c'était toujours la seule chose qu'elle était capable de percevoir.

Une balle traversa son épaule, lui arrachant un léger gémissement de douleur alors qu'elle s’effondrait sur le lit. Elle voyait toujours flou et sombre, mais n'entendait toujours que les appelles de détresse de son petit compagnon à quatre pattes. La douleur était infâme, enivrante et son esprit était totalement brouillé. Elle commença à confondre le présent avec ses souvenirs, croyant un instant qu'elle était encore face à Weiss, le revoyant parfaitement la rouer de coups. Puis elle parti plus loin dans ses souvenirs, ce jour où elle avait encore énervé les mauvaises personnes et qu'elle s'était retrouvée en morceau dans une poubelle … et là, ce n'est pas une expression. Qui pourrait comprendre ce que cela fait, d'ouvrir les yeux pour découvrir ses bras, ses jambes et même son buste gisant un peu plus loin, pendant que les rats commençaient déjà à les grignoter ? Étrangement, ce n'était pas son pire souvenir. Elle remonta encore un peu plus loin, revoyant la silhouette macabre du professeur Hojo, tirant sur Juris, la seule personne qu'elle ait jamais considéré comme sa famille. Puis l'explosion, la première fois qu'elle ressenti une telle douleur … la déflagration qui rongeait sa peau, elle se sentait disparaître peu à peu, et pourtant, elle avait toujours mal, elle était toujours consciente … Le noir totale n'était arrivé que bien plus tard.

— Miiiiiiih !!!!

L'appelle la fit revenir au présent. Elle était allongée sur son lit, les yeux vers le plafond. Elle ne perçut pas les paroles de Rufus qui se baladait dans la pièce et elle redressa doucement la tête avec difficulté pour apercevoir sa silhouette. Pourquoi … ? S'il y avait vraiment une déesse en ce monde, pourquoi laissait-elle une telle aberration se produire ? Il fallait être cruelle pour lui faire subir tout cela inutilement.

Rufus Shinra revint près d'elle et la blonde était toujours incapable de bouger. A quoi cela pouvait bien servir de ne pas mourir si l'on ne peut pas bouger !!! Mais qu'avait-elle bien pu faire au monde pour mériter cela ? Elle n'était pas Jenova ! C'est ce genre de pensée qui l'avait amené à la conclusion qu'elle devait être une terrible personne. D'accord, elle n'était pas une sainte pour avoir déjà tué de sang froid, mais Reanbell n'était pas cruelle pour un sous … Elle ne le serait qu'envers une seule et unique personne et celle-là n'avait pas encore croisé son chemin. De toute façon, cette personne ne méritait que de la cruauté.

« Je trouve qu’à nous deux, on fait meilleur couvre-lit, pas toi ? »

Elle jeta alors un coup d’œil sur le blond, incapable de parler, elle baissa les yeux vers son épaule sanglante, la plaie de son bassin qui n'était pas mieux et son genou qui lui aussi était en train de tacher ses drap. Elle serra les dents, se souvenant alors subitement que sa mâchoire était en miette, elle poussa un léger soupir de douleur, l'étouffant de son mieux en laissant sa tête retomber lourdement contre le matelas. Ses jolies yeux verrons se mirent alors à briller, pas seulement de larmes, non, une lueur presque artificielle qui les faisait luire comme deux petites veilleuses. Elle retenait toujours en elle le processus de régénération et elle savait maintenant qu'elle allait devoir le faire encore longtemps … Car elle ne devait pas se régénérer trop vite sous les yeux de Rufus Shinra. Elle ne se faisait pas l'illusion, il avait déjà gagné et il ne tarderait pas à la ramener avec lui. Elle allait devoir patienter un peu, guérir le moins vite possible afin qu'il perde tout intérêt pour elle. C'était une terrible perte de temps, mais elle pouvait supposer qu'elle ne risquait pas d'être débusquée par Deepground pendant ce temps … Et Rufus avait beau se montrer cruel, elle ne le craignait pas, contrairement à Weiss.

« Moment décisif pour toi Reanbell. Si tu me présentes tes excuses pour ta petite rébellion, je te laisse l’usage de ton autre genou, ainsi que la vie sauve à ton animal de compagnie. Et si tu refuses, tu te doutes bien que je te réserve d'autres pertes... »

Son genou ? Ben voyons, qu'est-ce qu'elle en avait à faire au point où elle en était, franchement . Par contre, on ne pouvait as en dire autant de l'autre contrepartie, car les miaulements déchirants de Condchat résonnaient toujours. Il appelait à l'aide, comme le jour où elle l'avait trouvé dans les rues de Edge, dans un simple carton. Il pleuvait, il faisait très froid et le pauvre petit chat était tout grelottant et trempé jusqu'au os. Ce jour-là, il appelait une âme charitable, aujourd'hui, c'est bien elle en personne qu'il appelait, elle le savait, elle le sentait … et cela lui déchirait le cœur.

Dans un monde où tout est sombre et sale, où elle avait vu des enfants mourir dans d'atroces souffrances à cause de la géostigma, des gens s’entre-tuer pour une bouché de pain, se trahir pour de l'argent, il ne semblait y avoir de place que pour la cruauté et la souffrance. Reanbell était là lors de l’effondrement de la plaque du secteur sept, juste en dessous. Elle avait vu des gens mourir sous ses yeux, d'autres gisaient avec des membres en moins. Elle avait vu une petite fille tenir sa propre main sectionnée avec celle qu'elle avait d'encore valide et un jeune homme étouffer sa mère de ses propres mains pour abréger ses souffrances. Elle avait vu les affres de la guerre et de la folie, l'indifférence des passants devant le corps d'un sans abri qui gisait sur le trottoir, sans vie. L'hypocrisie des bons citoyens venant en aide à une jeune femme venant simplement de trébucher un peu plus loin. Elle avait vu chacun de ses vingt-deux camarades mourir sous ses yeux pour une simple expérience. Certains étaient morts rapidement, sur un coup brutale, d'autres avaient eut tout leur temps de succomber d'anémie, les yeux grands ouverts, l'étincelle de la vie quittant peu à peu leur regard. Elle avait vu les scientifiques se débarrasser d'eux dans un crématorium, balançant leurs corps comme de vulgaires déchés. Et elle se souvenait de chaque détails et de bien plus encore, car la science l'a voulu ainsi. Elle se souvenait de sa naissance, si l'on peu appeler ça comme ça. Une naissance qui aurait pu si bien commencer … car elle en est morte. Mais on la ramena à la vie, pour ne plus l'en lâcher. Elle se souvenait du premier visage qu'elle vit alors … Celui de Juris. Chaque moment passé avec lui, la personne la plus douce et la plus bienveillante qu'elle ait jamais connu. Elle se souvenait de chaque instant de sa vie, de chaque sonde, de chaque piqûre, de chaque expérience, de chaque seconde qui lui donnait l'impression de vivre depuis déjà cent ans … Elle se souvenait des visages de chacun de ses vingt-deux camarades Phénix, bien que les premiers soient morts avant sa première année.

Dans un monde où tout est sombre et sale, une seule lui semblait d'autant plus pure et bienveillante. Autrefois, c'était Juris, aujourd'hui, c'était ce petit chaton qui l'appelait de ses miaulements déchirants. Une petite chose aussi innocente qui ne réclamait qu'à s'amuser et recevoir quelques câlins méritait une maîtresse bien mieux qu'elle et aujourd'hui, le seul être qui méritait vraiment de vivre heureux en ce monde souffrait par sa faute. Reanbell comprit qu'elle avait été créée pour détruire, à l'instar de tous les monstres qui avaient foulé cette terre … à ceci près qu'elle était éternelle, telle un parasite, elle ne causait pas de grands cataclysmes violents, non, elle était plus retord, plus discrète, comme un virus contre lequel on ne trouvera jamais de vaccin … Reanbell n'avait jamais demandé à être mauvaise, ni à être immortelle, mais c'était lié.

Soyons un peu sérieux, pensait-il vraiment que la fierté de Reanbell avait autant de valeur que le petit Condchat ? Ce n'était qu'un masque dont elle s'affublait pour attirer le mépris des gens et pour exprimer la haine qu'il y avait au fond de son petit cœur fragile. Elle aimait en user pour pousser les gens à bout, mais seulement lorsque cela ne pouvait rien faire de pire que du mal à elle et elle seule. Son silence ne dura que le temps qu'elle rassemble ses forces pour parler. Cela lui sembla durer une éternité, car la détresse du chaton lui était insupportable. Elle braqua alors son regard scintillant sur le blond, reflétant colère et détresse. Sa main vint saisir celle de Rufus qui tenait le fusil, pas pour l'empêcher de tirer, mais comme pour le supplier.

— A-arrête !! Articula-t-elle difficilement en un souffle d'agonie. J-je suis désolée ! Arrête, laisse-le ! Elle n'était pas du tout désolée, elle voulait juste sauver Condchat, mais peu importe. Ces mots ne lui étaient rien.

Alors elle tenta de se redresser avec difficulté, aussi douloureux cela soit-il, elle rampa sur le lit pour s'approcher doucement de Dark Nation, tendant la main dans l'espoir de récupérer Condchat qui poussait toujours des miaulements déchirants de plus en plus faibles …



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



HS : Et je tenais à rappeler que tu es en train de torture CETTE petite chose.



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Do you want to play with a broken doll ? [PV. Rufus]   Mer 17 Sep - 16:58:46




❝Rufus x Reanbell

 ♤ I do

Rufus observait le visage de Reanbell, les sourcils légèrement haussés d’orgueil. Il avait au moins eu la satisfaction de lui rabattre le caquet, peut-être même un peu trop car elle n’arrivait pas à articuler la moindre phrase, mais son regard bleu, plus étincelant que jamais, semblait parler pour elle. Rufus avait voulu y voir l’abandon mais tout ce qu’il trouva n’était que peine et souffrance. Il s’agissait plus que de simple douleur physique, c’était de la détresse, au point que le blond s’imagina lâcher son fusil pour réellement l’enlacer et la bercer de mensonges rassurants. Dans les faits, il ne bougea pas d’un pouce, l’air aussi impitoyable que s’il s’apprêtait à lancer une sentence de mort. Une part de lui, furieuse et féroce, affirmait qu’elle l’avait cherché, qu’elle avait eu le mauvais comportement et que c’était son droit de lui attribuer un châtiment, aussi terrible fut-il. C’était son droit de lui faire du mal, d’en faire ce qu’il voulait. Il avait dit qu’il la briserait, il l’avait prévenu ! Rufus songeait avec de plus en plus de force que s’il y avait bien une vie sur laquelle il sentait réellement qu’il avait tous les droits, c’était bien la sienne. C’était pour cela que voir les dégâts infligés par Weiss l’agaçait autant. Cette ombre cruelle en lui, quoiqu’infime, aurait bien détruit chaque parcelle du petit corps de sa petite soeur pour être certain d’en effacer le passage, de le laver de toute trace que le démon avait laissé. Un jour, Weiss paierait.

Et puis, il y avait cette autre part de lui, encore plus infime, qui lui donnait l’impression qu’il avait échoué quelque part, et qu’il n'aurait pas dû faire tant de mal à cette blondinette. Ni à son corps, ni à son cœur déchiré que son regard laissait entrevoir. Ce n’est pas pour autant qu’il se sentait coupable. Rufus Shinra ne connaissait pas la culpabilité, ni le remord. Le fait est que depuis qu'il avait échappé à la mort, il n’était aussi cruel non plus. Mais même s'il conservait son flegme naturel, la révolte de sa sœur l’avait mis hors de lui. Et puis, si elle lui avait épargné ses parties, peut-être aurait-il eu un peu plus de scrupules pour le chaton dont il n’entendait même plus les plaintes, lui qui était tant captivé par l’éclat du regard de sa sœur. Elle avait perdu, et la victoire de Rufus était autant plaisante que blessante. Il était comme pris entre deux sentiments duels, comme si une main voulait caresser et l’autre, frapper. Celle de Reanbell vint d'ailleurs se poser sur la sienne qui trembla très légèrement au contact, la seule preuve de son hésitation à mettre ses menaces à exécution.

« A-arrête ! Je suis désolée ! Arrête, laisse-le ! »

Elle tenta de se redresser et il relâcha sa nuque, la regardant pitoyablement ramper vers son chat.

« Je pourrais faire en sorte que tu le sois vraiment, désolée », murmura t-il sombrement.

Dark Nation observa un instant la blondinette. Elle aurait volontiers croquer Condchat pour l’avoir empêché de bien protéger son maître, mais elle fut sensible à l’appel de Reanbell et prit la décision que son maître aurait été incapable de prendre. Elle reposa doucement la boule de poil dans la main de sa maîtresse, sans que Rufus ne dise rien et sans qu’il ne s’y oppose non plus. D’un côté, il était plutôt satisfait qu’elle ait choisi à sa place. Rangeant son fusil dans l’intérieur de sa veste, il se leva du lit et fit un peu le tour afin de se rapprocher de Reanbell. À sa hauteur, il se pencha pour enrouler un bras dans son dos, saisissant fermement sa taille de sa main. Il se redressa alors en la basculant vers l’arrière assez rapidement, faisant ainsi voltiger ses fines jambes, ce qui lui permit de passer l’autre bras sous ses genoux. Il la tint contre lui, tandis qu’elle pouvait avoir son chat contre elle.

« Leçon à retenir, Reanbell » dit-il en baissant un regard méprisant sur sa soeur, « il est inutile de t’opposer à moi. Je l’emporterai toujours. »

Il quitta alors la pièce, Dark Nation sur ses talons. Le fouet de cette dernière s’enroula dans la languette du sac de Reanbell, avant qu’elle ne le traine derrière elle, comme par égard pour la blondinette. Il quitta l’appartement avec la jolie blondinette dans ses bras.

« Tout aurait été plus simple si tu m’avais obéi dès le début », lui fit-il remarquer froidement.


❝ The things you own end up owning you ❞
made by MISS AMAZING.

Et alors ? Ce n'est pas lui qui a attendri le président Razz
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Do you want to play with a broken doll ? [PV. Rufus]   Mer 17 Sep - 18:32:19




Reanbell Valdès

Do you want to play with a broken doll ?




    Ramper avec seulement vingt-cinq pour-cent de son corps opérationnelle, ce n'était pas chose aisée … mais elle s'en moquait. Comme nous l'avons évoqué tout à l'heure, elle a connu pire, pas vrai ? A plat ventre au bout du lit, elle tendait la main vers le chaton terrorisé et cette position était terriblement inconfortable, car cela forçait sur ses côtes brisées, lui coupant le souffle, mais aussi indirectement sur son bras invalide ; enfin, le bras le plus invalide, j’entends. Pour son plus grand soulagement, la panthère sembla bien plus sensible à son regard suppliant que Rufus lui-même, dont elle avait totalement ignoré la remarque, même s'il l'avait tout de même finalement relâché ; mais c'est bien Dark Nation qui lui rendit finalement le chaton, le déposant doucement dans sa main. Il ne pesait rien, alors cela ne lui demanda pas d'effort de le tenir à bout de bras, même dans son état. Elle se redressa pour s'asseoir, apportant son petit compagnon contre elle. Il était tout tremblant et poussa un léger gargouillis de gorge aigu en se blottissant contre elle. Si Reanbell était vraiment désolée pour quelqu'un, c'était pour lui et certainement pas pour les bijoux de famille de son frère … Si les filles ne pouvait imaginer ce que cela pouvait bien faire, Reanbell était certainement la plus indifférente à cela. La douleur, c'est tellement surfait.

Caressant doucement la petite boule de poil pour la rassurer, la blondinette ne prêta pas vraiment attention à Rufus qui s'approchait d'elle. Si seulement cette satanée Dark Nation n'avait pas été là, elle aurait put partir sans encombre … et pourtant, elle était incapable de lui en vouloir, elle était simplement fidèle à son maître. Reanbell se demandera toujours si Condchat avait cherché à la défendre ou juste à jouer, mais finalement, c'était sans doute un peu des deux. Telle la petite poupée brisée qu'elle était, elle se laissa docilement attraper par son prédateur et si la manœuvre ne fut pas sans douleur pour elle, elle ne broncha pas, restant parfaitement silencieuse, ne relevant même pas la tête vers lui. Condchat profita de la position presque horizontal de sa maîtresse pour marche jusqu'à sa poitrine et la blonde ouvrit son manteau pour le laisser aller se nicher à l'intérieur. C'était la première fois qu'elle le voyait aussi calme.

« Leçon à retenir, Reanbell, il est inutile de t’opposer à moi. Je l’emporterai toujours. »
— Attend que mon genou soit rétablit et je te met la patté à la course.

Toujours farouche mais prudente, sa provocation n'avait rien de vraiment mauvais, c'était comme un gentil réflexe … Et c'est vrai qu'elle courait vite. Elle avait un petit air renfrogné mais calme, ne bougeant pas d'un pouce, elle se contentait d'observer le chaton tremblant contre elle, son poil doux encore mouillé de la bave de l'animal qui avait bien faillit le croquer. Il avait posé sa toute petite tête contre son sternum, l'observant de ses grands yeux tristes, accentués par cette façon don ses oreilles molles avaient de tomber. Elle passa son doigt sur ses moustaches puis sur sa tête, mais il ne réagissait pas. Il avait dû avoir tellement peur …

« Tout aurait été plus simple si tu m’avais obéi dès le début »

On aurait vraiment dit un grand frère qui sermonnait sa petite sœur après qu'elle se soit entêtée à courir sur la glace malgré ses avertissements et qu'une chute inévitable lui avait écorché le genou. Mais le genou, c'est lui qui l'avait démoli, enfin, RE-démoli et il n'avait pas fait que l'écorcher. Mais en bonne petite sœur teigneuse qui recevait des remontrances, elle haussa simplement les épaules – enfin sa seule épaule valide –  avec un petit air boudeur et renfrogné. Il ne pouvait pas lui en vouloir de s'être rebellé, ils étaient de la même trempe tous les deux.  

— Je veux une matéria de soin pour Condchat, je crois qu'il a une côte cassée. Réclama-t-elle avec un petit air de gamine capricieuse, sans lâcher son compagnon à quatre pattes des yeux.

Pensez-vous qu'elle en demande une pour elle ? Nan, ça, elle s'en fichait ! Condchat en avait bien plus besoin qu'elle, c'est qu'il était fragile. De plus, elle se doutait que Rufus allait vouloir attendre de voir si elle se régénérait toute seule, chose qu'elle ne permettrait pas, aussi douloureux cela soit-il … Et je ne parle pas de ses blessures, mais bel et bien de la douleur que provoque ce procédé en lui même lorsqu'il est retenu.

— Et il faudrait emmener ses croquettes et son lait pour chaton, parce que je suppose qu'il n'y en a pas là où tu nous emmène.

Il l'avait voulu ? Et ben qu'il la prenne ! Mais il allait devoir faire avec tout ce qui allait avec. En passant près d'un meuble, elle attrapa une lettre. C'était le contra qui faisait don de tous ses biens à différentes œuvres de charité.

— Et je dois poster ça.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika




:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Do you want to play with a broken doll ? [PV. Rufus]   Mer 17 Sep - 23:10:46




❝Rufus x Reanbell

 ♤ I do

Si Rufus ne cessait d’être insolent quand il était en position de faiblesse, Reanbell, elle, ne cessait d’être une emmerdeuse. Le blond ne pourrait rien faire contre ça, il était bien placé pour savoir qu’il n’y avait pas de bouton Off. La solution serait de la bâillonner, mais cela lui ferait perdre encore plus de temps, et ils s’étaient suffisamment attardés ainsi. Le visage de Valdès avait retrouvé de sa superbe, et notamment son petit air farouche, mécontente d’avoir perdu la bataille. Mais pas mauvaise joueuse, au moins. Sa petite remarque enfantine arracha même un fin sourire en coin à son frère, qui s’évanouit progressivement au fur et à mesure qu’elle balançait ses réclamations de petite princesse.

« Je veux une matéria de soin pour Condchat, je crois qu'il a une côte cassée. »

Dark Nation feula à ses mots, et il s’agissait bien d’une réponse qui suivait de près la pensée de Rufus : on s’en fiche ! C’est que la panthère rancunière avait l’impression que le châtiment infligé au chaton était encore bien léger. Rufus nota néanmoins que Reanbell n’en demanda pas pour elle, et d’un côté, il comprenait pourquoi. Il savait qu’elle était capable de se régénérer d’elle-même, au moins un minimum. À Nibelheim, elle avait pu guérir en quelques minutes d’une belle coupure au poignet quand lui saignait encore le lendemain. Mais peut-être que son état était bien trop grave pour cela ? D’un autre côté, si elle avait survécu à Weiss, il voyait mal ce qui pouvait être impossible pour elle… Ou est-ce que l’argenté avait découvert les talents de régénération de Reanbell et avait réussi à les contrer ? Rufus gardait ces questions dans un coin de sa tête, attendant d'être dans un endroit plus calme et où les murs n’auraient plus d’oreilles. Chez lui.

« Et il faudrait emmener ses croquettes et son lait pour chaton, parce que je suppose qu'il n'y en a pas là où tu nous emmène. »

Rufus décida d'ignorer sa demande. Des croquettes, quelle idée… ! Il se contenterait des restes ! Et ce serait bien royal, comparé aux chats malchanceux sans foyer qui faisaient les poubelles. Comment pouvait-elle attacher autant d’importance à un casse-pied pareille ? Il était teigneux, même avec elle – à moins qu’elle n'ait menti sur sa soi-disant blessure, mais il n’y avait pas grand intérêt à cela. Au moins, sa petite mésaventure avait bien calmé Condchat, qu'on n'entendait plus.

« Tu me prends pour le Secours Des Animaux ? » grinça t-il, bien qu'il ne sut pas si cette association existait encore.

En passant près du meuble de l’entrée, Reanbell tendit le bras pour attraper une enveloppe.

« Et je dois poster ça. »

Rufus leva les yeux au ciel et passa la porte d'entrée sans la fermer. Comme il avait les deux mains prise pour sa soeur, il ne pouvait pas lui prendre l'enveloppe, ce qui était plutôt dérangeant pour l'heure. En tout cas, il ne lui posa pas de question dessus tout de suite, vu qu’elle l’enverrait promener. Il commençait à bien la connaître, cette teigne !

« Tu attendras. »

Reanbell était légère comme une plume, le président ne ressentait pas son poids en la portant. Il était loin de la galère de Dark Nation, qui fit un boucan pas possible en trainant le sac de la blondinette pour descendre les escaliers. Rufus ne lui en avait même pas donné l’ordre et il avait l’impression que la bête essayait d’utiliser son temps de liberté pour rattraper le mal qu’elle avait fait à Reanbell sous l’ordre de Rufus.

L’image aurait presque été attendrissante, entre le blondinet qui tenait sa petite sœur, et elle-même son animal de compagnie… si tout ce beau-monde n’était pas en sale état. Celui qui s’en sortait le mieux semblait être Rufus, dont le seul défaut apparent était une tache de rouge au niveau du genou. Du sang qui n’était pas le sien d’ailleurs. La petite idiote se chargeait toujours de bousiller ses fringues ! Ils quittèrent la ville sans passer par le bureau de poste. Arrivé à l’hélicoptère, il déposa Reanbell sur le siège de l’arrière et boucla lui-même sa ceinture d’un geste rapide de la main, moins pour l’aider que pour imager le fait qu’elle était désormais une sorte de captive.

« Je te la prends », prévint-il.

À peine eut-il fini sa phrase qu'il lui arracha la lettre des mains. Puis il s’installa à côté d’elle tandis que Dark Nation balançait le sac dans l'engin avant de bondir dedans à son tour et refermer la porte en usant de son fouet. On était loin de l'incapable emmerdeur reposant contre Reanbell ! Le pilote démarra.

« Tu es assise à la même place que la dernière fois, ça ne te rappelle pas de bons souvenirs ? », ironisa t-il alors à l’intention de la blondinette avec un sourire narquois.  

Il avait su qu’il la reverrait, même s’il ne s’imaginait pas que ce serait si tôt. L’attaque de Weiss avait précipité les choses et Rufus se voyait donc à charge de faire ce qu’il aurait dû entreprendre depuis le début : ne jamais laisser qui que ce soit mettre la main sur Reanbell. Si d’autres tentaient des expériences sur elle, des expériences qui réussiraient encore mieux, on risquait de se retrouver avec un autre Cauchemar sur les bras, et on en avait déjà suffisamment comme ça ! Rufus ouvrit l’enveloppe pour examiner le contrat en fronçant légèrement les sourcils. Des … dons ? C’était des dons ? Le blond était autant déçu que surpris du contenu.

« Toi, philanthrope ? C'est la meilleure », remarqua t-il dédaigneusement avant de remettre le tout dans l’enveloppe.

Elle était presque aussi peu crédible que lui dans ce rôle ! Et alors qu’il la dardait d'un regard méprisant, il se rappela de l’éclat désespéré de son regard, alors qu’il avait menacé d’exécuter son animal de compagnie. Cela ne trompait pas, Reanbell était sensible... sans doute aussi fragile de l’intérieur que l’extérieur - même si elle se réparait bien. Et c’était sans doute cela, qui la différenciait réellement de son frère.


❝ The things you own end up owning you ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Do you want to play with a broken doll ? [PV. Rufus]   Jeu 18 Sep - 10:18:35




Reanbell Valdès

Do you want to play with a broken doll ?




    Le pauvre Rufus devait maintenant subir toutes les exigences de sa petite sœur qui se sentait d'humeur bien capricieuse. Il n'avait cependant pas l'air d'y prêter grande attention et la blonde n'en fut pas affectée, décidant de faire comme si il l'avait écouté. De toute façon, elle avait un sachet de croquette et une conserve de lait dans son sac elle n'avait plus qu'à espérer que l'endroit où on l'entreposerait serait assez frai. Oui parce qu'au point où elle en était, Reanbell n'était pas moins un objet qu'une personne et elle imaginait déjà une petite cellule sordide au fond d'une cave humide, avec toilettes en plein milieu, ou pas de toilettes et une vulgaire couchette en bois ou en chaîne, avec un futon trop fin ou pas de futon du tout. L'image d'un tel lieu de détention jurait avec celle que nous offrait le petit duo de tête blonde en ce moment même, une scène presque attendrissante, si l'on ignorait ce qu'il c'était passé un peu plus tôt.

La petite blondinette se fit balader un instant, presque comme si on prenait soin d'elle dit donc ! Voilà longtemps, très longtemps que ça n'était pas arrivé … Et pour quelqu'un qui à horreur d'être touchée, c'était plutôt exceptionnelle qu'elle se laisser porter comme ça. Il y avait plusieurs raison à cette soudaine résignation, son état lamentable d'abord, elle ne pouvait plus effectuer grand déplacement toute seule ; il y avait également l'état de Condchat pour qui elle était extrêmement inquiète et c'était surtout ça qui jouait en la faveur qu'un soudain manque d'intérêt pour tout autre chose. Et puis finalement, elle n'en était pas forcément consciente mais … Comme c'était Rufus, ça pouvait aller. Pourquoi Rufus ? Allez savoir, c'est une question qui fâche ça ! Cet impudent personnage l'avait cassé plus qu'elle ne l'était déjà et avait même osé s'en prendre à Condchat ! Pourquoi, peut-être que finalement … Les liens du sangs et leur ressemblance formait un lien bien plus emportant qu'elle même ne le pensait. Ça n'avait réellement rien de conscient, elle ne répugnait pas à ce que Rufus la touche, car ce sentiment était viscéral chez elle. Elle préférait se faire battre, ça ça ne la dérangeait même pas du tout, plutôt qu'on la touche tout simplement … Mais avec lui, les deux ne la dérangeait pas.

Ils arrivèrent bientôt à l'hélico, c'est bien, il y avait un pilote cette fois. Rufus l'installa tranquillement à l'arrière, lui bouclant même sa ceinture et on aurait juré que cela avait même été fait avec soin. La petit blonde, elle, se laissa faire docilement, sans rien dire, presque comme si c'était normale et qu'ils avaient toujours procédé ainsi. Comme elle s'occupait toujours de Condchat qu'autre chose, et le chaton était encore blotti contre elle, bien au chaud sous son imperméable débraillé, elle ne put rien faire contre le petit vol à l'arracher de son grand frère diabolique. Elle le sermona simplement du regard, avant qu'un tout petit miaulement, à peine audible, ne résonne doucement. Elle caressa alors les moustaches du chaton du dos de son indexe et reposa sa main au niveau de son petit derrière pour le maintenir.

« Tu es assise à la même place que la dernière fois, ça ne te rappelle pas de bons souvenirs ? »

Elle haussa son épaule valide pour toute réponse, prenant tout juste la peine de quitter son chaton des yeux pour examiner sommairement l'endroit. Des souvenirs, qu'ils soient bons ou mauvais, ce n'est pas vraiment dans cette hélico, à cette place qu'elle en avait. Les sous-sol du manoir Shinra ou même l'auberge de Nibelheim serait beaucoup plus évocateur.

Du coin de l’œil, elle le vit gigoté en tripotant l'enveloppe. Elle braqua alors un regard réprobateur sur lui, alors qu'il l'ouvrait sans se gêné. Elle le héla d'une voix mécontente, mais monsieur fit quand même son curieux en regardant le contenue. Non mais, maintenant il regardait ses courriers ? Mais c'était privé ça ! Ça ne se fait pas ! Même envers sa sœur !

« Toi, philanthrope ? C'est la meilleure »

Elle fronça les sourcils, à la fois honteuse et en colère qu'il ait découvert sa face cachée comme ça. Puis elle détourna la tête avec un petit air suffisant et indifférent, relevant le menton avec dignité.

— Ne soit pas stupide, j'avais juste besoin de mettre quelques vieilleries à la poubelle et je ne supporte pas le gâchis.

Ce n'était pas un mensonge en soit, c'était simplement un euphémisme. Elle porta son regard par la fenêtre alors que l'engin prenait son envole, se décidant enfin à poser une question qui aurait eut sa place bien plus tôt.

— Alors, où est-ce que tu nous emmènes ?

Ben oui, Condchat aussi était de la partie dans tout ça et il se retrouvait aussi concerné que sa maîtresse, il ne fallait pas l'oublier.


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika




:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Do you want to play with a broken doll ? [PV. Rufus]   Ven 19 Sep - 14:11:59




❝Rufus x Reanbell

 ♤ I do

« Ne soit pas stupide, j'avais juste besoin de mettre quelques vieilleries à la poubelle et je ne supporte pas le gâchis. »

Le fait est que justement, Rufus n’était pas stupide. Rien qu’en laissant la porte ouverte, il venait quasiment de mettre en l’air les chances que les biens de Reanbell soient laissés pour donation puisqu’ils seraient volés par des nécessiteux. Elle vivait à Edge, pas à Costa del Sol. Même le dernier étage de l’immeuble de la belle n’était pas à l’abri.

« Il suffisait de laisser la porte ouverte, pour que le voisinage et les miséreux te dévalisent. Ça... », il leva un peu l’enveloppe, « c’est de l’attention. »

Il fallait être quelqu’un qui n’en ait aucune pour le remarquer. Et comme Rufus se donnait tant de mal à cacher ses mauvaises actions, il avait du mal à assimiler que quelqu’un se donne du mal pour cacher ses bonnes. Toutefois, il devait se fier à sa première impression. Valdès était réellement sensible. Elle ne voulait pas qu’il le sache, mais c’était trop tard : il avait déjà utiliser ça contre elle, dans son appartement. C’était sans doute en ça que les deux différaient le plus. Le peu de sensibilité de son frère avait du mal à s’étendre à un terrain au-delà de lui-même.

« Alors, où est-ce que tu nous emmènes ? »

Rufus fronça un peu les sourcils un instant en se demandant où est-ce qu’elle voulait qu’il les emmène. Il se dit alors qu’une telle question était sans doute justifiée et qu’elle s’attendait peut-être au pire, car objectivement, il l’avait kidnappé. Bien sûr, le mot n’était absolument pas approprié aux oreilles du blond. Le sang qu’ils avaient en commun lui laissait le droit de faire d’elle ce qu’il voulait, c’était le pouvoir de l’ainé. Effectivement, dès qu’il s’agissait de servir ses intérêts, Rufus s’invoquait mentalement leur lien pour justifier ses actes, autant qu’il pourrait les nier si cela était nécessaire. C’était comme cela l’arrangeait.

« À Healen », répondit-il simplement en reprenant un visage neutre.

Le reste du voyage se fit sans autres paroles, la simple présence du pilote gênait Rufus pour ui adresser ses questions. Dommage que ce ne fut pas Reno d’ailleurs. Ils se posèrent au pied de la falaise, que Reanbell n’allait sans doute pas monter à cœur joie, c’est pourquoi le blond fit signe au pilote de s’occuper d’elle pour la porter. Ce dernier détacha sa propre ceinture pour aller s’y coller tandis que le président saisit le simple sac de sa sœur, et ouvrit lui-même la porte de l’hélico pour sortir. Toutefois, il se figea sur place en entendant Valdès opposer résistance à l’homme, bien trop gentil et prévenant pour oser amocher davantage la petite peste blonde. Rufus resta à l’ouverture de l’hélico, en levant les yeux au ciel d’exaspération.

« Reanbell », la rabroua t-il sèchement, « Tu ne peux même pas marcher. »

Ou si elle le pouvait, ils mettraient trois plombes avant de pouvoir monter, et Rufus n’avait vraiment pas que ça à faire. Ayant moins d’indulgence que le pilote, Rufus écrasa sèchement le sac contre le ventre de l’homme pour qu’il se charge lui-même de ça. Il détacha alors la ceinture de sa sœur et la tira par le bras pour la relever sans vergogne et la tirer hors de l’hélicoptère.

« Ne m’oblige pas à te fusiller l’autre jambe pour te prouver que j’ai raison », souffla t-il en descendant à reculons de l’hélico, avant de la tirer sans ménagement, ne souciant pas le moins du monde du petit chaton qu’elle tenait encore.

Il la rattrapa en enlaçant seulement un bras autour d’elle, puis plaça alors son autre avant-bras au niveau de son postérieur, l’asseyant contre lui pour mieux la soutenir, comme s'il s'agissait d'un simple bambin. Il referma la portière de l’hélico de son bras libre et commença l’ascension sans grande difficulté. Il se demandait sincèrement d’ailleurs, qui de Reanbell ou de son fusil, reposant dans la poche intérieur opposé de sa veste, était vraiment le plus lourd. Arrivé à destination, il déverrouilla la porte et hésita un bref instant où mettre sa soeur. Dans une des chambres du sous-sol, anciennement pour les patients mais désormais pour les détenus tels que Lucrecia ? La blondinette était quand même une invitée spéciale, il décida donc de la mettre au rez-de-chaussée, dans la pièce qu’on avait donné à la scientifique lors de son arrivée. La chambre d’ami. Tellement accueillante qu’elle disposait du même système de sécurité que les cellules, d’ailleurs.

Rufus lâcha Reanbell sur le lit tandis que le pilote déposait le sac dans un coin de la chambre avant de disparaître, sa mission étant considéré comme achevé. Le président jaugea en silence sa sœur du regard, avant de se poster à la fenêtre d’où il pouvait voir son employé quitter la demeure. Rufus n’engageait que des hommes fiables, il n’empêche qu’il ne donnait véritablement sa confiance qu’à ses Turks. Lui n’en était pas un, mais le blond lui accorda le bénéfice du doute en laissant sa sœur juger de son sort.

« Il est le seul homme au courant de ta venue ici. Veux-tu que je l’assassine ? », proposa t-il alors avec nonchalance, son épaule négligemment appuyée sur le mur à côté de la fenêtre tandis qu’il observait ce qu’il se passait dehors.

Dans son dos, Dark Nation s’était postée dans l’autre coin de la pièce, surveillant les moindres faits et gestes de Reanbell pendant que son maître avait l'attention détournée. Rufus évitait en général de se salir les mains, ou d’ordonner les meurtres gratuits, mais parfois, il fallait bien mettre la main à la pâte. Et puis, peut-être disait-il cela pour tester Reanbell aussi…


❝ The things you own end up owning you ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Do you want to play with a broken doll ? [PV. Rufus]   Ven 19 Sep - 23:08:55




:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Do you want to play with a broken doll ? [PV. Rufus]   Aujourd'hui à 3:21:29

Revenir en haut Aller en bas
 

Do you want to play with a broken doll ? [PV. Rufus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Camille ♣ A Little broken doll
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» 05. The games we play
» Guide pour étoffer votre rôle-play
» * Nano. Role Play !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Judgement Day :: Midgar :: Edge-