RemonterDescendre



 

Partagez | .
 

 Un marché pour.. la Planète [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Cloud Strife


Messages : 215
Date d'inscription : 23/05/2014
Age : 23
Localisation : Sur la Planète

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 26 ans
• More:

MessageSujet: Un marché pour.. la Planète [Fini]   Ven 19 Sep - 22:11:48



❝Un marché pour.. Tif..

la Planète.

      Healen,  Samedi,  8h

Alors que le soleil se levait à l'horizon, une nouvelle page importante de l'histoire de la Planète semblait sur le point de s'écrire. Les rayons orangés de l'aurore commençaient déjà à chasser les dernières ombres du paysage comme une promesse que le monde ne resterait pas éternellement au crépuscule de son existence. Cloud enfila ses lunettes de soleil pour contempler ce spectacle silencieux. Les rayons commençaient déjà à se réfléchir de tout leur éclat dans les surfaces de verre épousant les falaises qui se dressaient devant le blond et son compagnon. Une cascade s'écoulant paisiblement finissait de rendre le formidable spectacle du lever du jour. Healen. Une centre de recherches, fondé par le Président Shinra en personne, et qui avait participé à la lutte contre les géostigmates. La ville dans la falaise incarnait-elle pour autant toujours un symbole d'espoir pour l'avenir de la Planète ou cachait-elle en réalité un serpent derrière une main tendue par le spectre de la ShinRa Inc. ? N'ayant d'autre choix que l'espoir, l'ancien Soldat poursuivit sa route aux côtés de l'ancien Turk.

C'est le cœur lourd d'une terrible nouvelle que le jeune homme se présenta à l'entrée du repaire de celui qui avait voulu, par le passé, imposer le diktat de sa société par la crainte. Rufus Shinra lui avait en effet accordé un entretien pour décider posément d'un moyen quelconque pour venir en aide à la population civile et tenter de trouver une solution pour faire face le plus efficacement possible au dérèglement climatique. Tout pouvait s'arranger en se serrant les coudes, si tant est qu'on puisse faire confiance à ce genre d'individu... Au fond de lui, Cloud n'avait plus le cœur à subir ce genre de confrontation, ni même de s'offrir le luxe de l'espérance.

Une nouvelle avait, en effet, eu raison de tout son optimisme. Alors qu'il parcourait les plaines avec Vincent pour se rendre au lieu de rendez-vous avec le chef des Turks, la sonnerie de son PHS était venue rompre le silence quasi-religieux qui s'était installé entre les deux compagnons si avares en propos réconfortants. Cela faisait quelques jours déjà que Tifa, Aerith et les enfants étaient partis et qu'il était sans lui laisser la moindre signe de vie depui. Il s'était mis alors à rêver à de bonnes nouvelles sur leur voyage, espérant entendre la voix calme et rassurante de son amie d'enfance parlant au-dessus des rires bon-enfant de la petite marchande de fleurs, de Denzel et de Marlene. Au lieu de ça, ce fut une voix qu'il ne connaissait pas. Un homme se disant appartenir à la WRO venait de lui apprendre, comme si on annonçait les dernières dépêches, que la propriétaire du 7th Heaven avait disparu en mer, emportée par Léviathan et qu'elle avait fort peu de chance d'en avoir pu en réchapper. Leur bateau avait été attaqué par le monstre mythique. Tifa, alors qu'elle tentait de tous les protéger en détournant son attention, avait disparu dans les entrailles de la créature, pour ne pas dire... péri.

Le monde fragile du blond venait de s'effondrer en l'espace de quelques secondes. Serrant la mâchoire pour ne pas laisser éclater la colère qui l'avait saisi, il s'était contenté d'un simple et lapidaire « Ok... », signe de son ressentiment et de la douleur qui lui déchirait le ventre. Tifa... Sans le vouloir véritablement, le jeune homme en voulait à ce pauvre soldat qui lui annonçait sans ménagement que son amie venait de se faire bouffer. Il en voulait tout autant à Aerith de le lui avoir caché et de n'avoir pas su la sauver. Il en voulait même à la terre entière ! à lui-même, aussi, pour ne pas être parti à sa place dans ce dangereux périple. Il avait raccroché sans dire un mot de plus, sans laisser paraître des démonstrations plus explicites de sa douleur. Tifa avait disparu mais vu la taille du monstre qui avait eu raison d'elle, elle devait être morte à l'heure actuelle et elle ne reviendrait peut-être plus... Et ses amis n'avaient même pas été fichus de lui dire la vérité. De ne pas lui mentir. Tout le monde mentait ! Il avait presque envie de s'enfermer à nouveau dans le mensonge et penser qu'elle pouvait toujours revenir, qu'elle ne l'avait jamais quitté et qu'il vivait toujours tous les deux... et que leurs sentiments avaient évolué. Mais c'était trop tard pour tout ça maintenant. La gorge nouée, l'ancien soldat laissa une simple larme, vulgaire larme, transpercer la carapace d'acier de ses yeux clairs, aussi bleus que la mako. Il n'avait même pas osé, ni même pensé, se confier à Vincent dont le stoïcisme déconcertant l'aurait plus irrité que consolé. Il s'était donc abstenu, luttant contre cette rage du survivant abandonné par l'être cher, de laisser paraître la moindre peine alors qu'à mesure que le soleil se levait, l'écrasante vérité finissait de l'émietter entièrement.

« Bonjour, Rufus..., souffla-t-il entre ses dents. »

Il se trouvait à présent dans une salle dont la propreté clinique pouvait presque mettre mal à l'aise. Le jeune homme était bien loin de ce genre d'observations toutefois et ne l'aurait reconnu que s'il n'avait pas eu son cœur entièrement rivé vers d'autres préoccupations. Devant lui se trouvait à présent un de ses anciens ennemis. L'homme vêtu de blanc et à la chevelure vénitienne l'observait non sans un certain délice. Et quel plaisir ! Celui de voir que même la Résistance ne pouvait se passer de lui. Rufus Shinra était maître chez lui et il faudrait très certainement négocier son aide. Cloud n'avait pas la tête à ce genre de commerce, mais le devoir l'imposait. Il plierait donc échine, ravalant sa fierté, non pas pour la Planète ni pour sa propre survie, mais avant tout pour honorer le combat de Tifa qui avait, elle, donné sa vie pour sauver les autres. Lui, voulait la sauver plus que tout autre chose dans ce vaste monde, même si s'accrocher à cette chimère vaine n'était peut-être déjà plus qu'un mensonge. Tzzz. Un nouveau mensonge.


❝ Bonjour, Rufus... ❞
made by MISS AMAZING.


Dernière édition par Cloud Strife le Sam 13 Déc - 21:58:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un marché pour.. la Planète [Fini]   Lun 22 Sep - 13:36:51


Vincent Valentine










            La petite équipe était partie très tôt ce matin, en direction de Healen. Les doux rayons du soleil levant illuminaient progressivement leur route, alors que la verdure paradisiaque des lieux commençait progressivement à les accueillir dans ces contrées encore épargnées du chaos. D’ailleurs, Vincent et Cloud étaient loin d’être les seuls sur la route de Healen. Beaucoup d’habitants de Midgar avaient profité du voyage des deux hommes pour se joindre à eux, et quitter la ville. Ainsi, il bénéficiait de leur protection. Vincent et Cloud étaient d’ailleurs en tête de cortège, bien conscients de leurs responsabilités. Et pourtant, les deux hommes semblaient chacun plongé dans leurs songes…

            Si Cloud se lamentait sur le sort de sa bien-aimée, dont Vincent ignorait les récentes péripéties, le ténébreux lui s’inquiétait au contraire sur le retour mystérieux de sa bien-aimée parmi les vivants. L’un pleurait une disparition, l’autre un grand retour pas tout à fait prévu. C’était assez ironique comme situation. Surtout que les deux hommes songeaient dans le secret. La discussion n’était jamais très riche avec ces deux-là, et ce n’était pas pour les déranger. Pourtant, Vincent sentait bel et bien que quelque chose tourmentait son jeune ami. Mais si celui-là ne daignait pas en parler, ce n’est pas Vincent qui irait lui sortir les vers du nez hélas. Cela dit, Cloud lui renvoyait bien l’ascenseur également.

            Vincent ne savait pas depuis combien de temps Lucrecia était sortie de son cristal. Cette question lui était très perturbante. Elle incluait beaucoup d’éléments pouvant jouer sur la sécurité de la belle scientifique. Lucrecia serait totalement perdu et vulnérable une fois dehors, dans un monde qu’elle ne reconnaîtrait plus, et surtout, dans un monde aussi dangereux. Car c’est un fait, le monde n’avait jamais été aussi dangereux qu’aujourd’hui. Tout ce que les Hommes c’étaient acharner à vaincre, contrôler, apaiser, durant tout ce temps, se rebellait à présent de nouveau aujourd’hui. Et tout ça, dans une synchro déconcertante. Vincent médita un instant là-dessus. Son voyage n’avait rien donné pour en apprendre plus sur ces évènements qui retournaient la planète entière. Toutefois, un doute subsistait. Un élément qui l’inquiétait d’ailleurs plus ou moins. Un lieu demeurait toujours mystérieux : le continent Nord, que Vincent n’avait pas encore été visité, et qui plus est, dont les disparitions de la WRO là-bas laissaient de mauvais présages. Oui, il y avait là tant d’éléments pour se faire du souci aujourd’hui, et comme une intuition qui ne trompe pas, Vincent semblait persuadé que tout ça n’était que le début, de jours plus sombres à venir encore…

            Healen était enfin là, et les premiers civils s’en allaient déjà de leur côté afin de trouver un nouveau refuge, et de l’aide, venant des petits groupes organisés à l’occasion, directement sur place. Si les temps étaient durs ces temps-ci, Healen en revanche était plutôt bien organisé. C’était un centre plutôt fort de la Résistance. Beaucoup de petites équipes volontaires c’étaient formés sur place, afin d’accueillir les réfugiés, les malades, ou encore les blessés. Healen était un endroit plutôt riche qui plus est, alors ce n’était ni l’équipement, ni les moyens qui manquaient. Vincent se demanda même un instant si la présence de Rufus Shinra en ces lieux, n’avait une quelconque influence sur la richesse de cet endroit.

            Les deux hommes arrivèrent à destination justement, à leur tour. Cloud ouvrit la marche et s’avança vers la demeure de l’ex-Président. Toujours aucun mot ne c’était échangé entre les deux compagnons. Il ne fallait pas voir ça d’un mauvais œil, c’était plutôt une habitude entre ces deux-là. Lorsqu’ils entrèrent dans la belle maisonnette, Rufus Shinra était bel et bien là, au rendez-vous. Voilà bien des années que Vincent ne l’avait pas vue. Le ténébreux resta méfiant, et son regard c’était un peu assombri devant la vision de l’homme en blanc. Cloud eut la politesse de le saluer. Ce ne fut pas le cas de Vincent, qui resta silencieux, derrière son camarade, qui semblait prendre les devants pour gérer la situation. Rufus Shinra avait plutôt l’air en forme. Il avait bonne mine. Vincent l’aurait pensé un peu plus amoché, suite à son accident contre l’Arme. Après tout, tout le monde l’aurait cru mort ce jour-là. Mais un Shinra a neuf vies vraisemblablement. Ce sont des parasites. Difficile de s’en débarrasser…

            Tandis que Cloud prenait la situation en main, Vincent commença alors son observation, discrètement. Il observa les lieux, la décoration, très sobre d’ailleurs. Il cherchait des indices, des petits signes. Pourquoi pas des portes cachés, des mécanismes secrets, des armes cachées dans les murs. Oui, pourquoi pas ? Avec lui il valait mieux s’attendre à tout. Il ne fallait rien laisser au hasard. Vincent était aussi très attentif aux différents bruits de la maison. Il n’avait pas oublié la raison de sa venue ici. Comment pourrait-il l’oublier ! Il glissa d’ailleurs discrètement sa main dans l’une de ses poches, pour s’assurer que les douilles trouvées étaient bien toujours là. C’était bien le cas.

            L’ambiance était décidément un peu tendue entre tout ce beau monde. Ce genre de rencontre était toujours très délicate. Avalanche et la shinra ne s’aimaient pas trop après tout. Pourtant, il semblerait que les circonstances actuelles ne laissent pas d’autre choix qu’à la coopération. C’était une idée qui déplaisait à Cloud, tout autant qu’à Vincent, qui ne pouvait pas faire confiance aux hommes de la Shinra. Vincent restait persuadé qu’ils étaient le genre d’hommes à toujours s’arranger pour servir leur propre intérêt. C’était de fins calculateurs, avec toujours un coup d’avance. Mais l’ex-Turks faisait confiance à son jeune camarade, qu’il espérait voir reprendre le dessus sur ses émotions. Car Cloud semblait très distrait, et ce n’était pas à leur avantage. Le blond devait se reprendre, et ne pas oublier les enjeux de cette rencontre. C’était primordial, pour l’avenir de la planète. Si cela s’avérait nécessaire, Vincent n’hésiterait pas à intervenir, si Cloud ne lui laissait pas le choix…








......






[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un marché pour.. la Planète [Fini]   Lun 22 Sep - 20:03:20




❝ Shinra x Sheeps

 ♤ Une arnaque en faveur de Rufus Shinra

« Cloud est en route. Je vous préviens parce que… »

Parce que vous devez être encore en train de dormir, voilà la fin sous-jacente que le message de Tseng ne contenait pas. Rufus le lisait effectivement depuis son lit en se maudissant intérieurement d’avoir donné un rendez-vous matinal. Le temps où il était trop peu sain d’esprit pour accepter de se réveiller après 7h était révolu, contrairement à d’autres. Et oui, sa petite entreprise ne connaissait pas la crise, à Rufus Shinra ! S’il ne sortait jamais d’Healen et qu’il se foutait de ce monde, il en oublierait presque le chaos dans lequel ce dernier était plongé. Sa ville était bien encadrée et régulée, si bien qu’ils n’étaient pas si nombreux à s’installer à son paillasson, autrement dit au pied de la falaise.

Le blondinet était toujours féru de travail bien sûr, mais il n’avait pas encore rattrapé tout le sommeil que sa convalescence –qui commençait pourtant à dater- avait laminé. Son premier réflexe fut de se prendre une douche rapide et glaciale, dans l’optique d’un réveil immédiat, vu qu’il n’aurait pas le temps d’avoir son café. Pas le temps pour la chemise non plus, il enfila son bon vieux col roulé noir, ainsi qu’un costume blanc, léger mais classe. L’apparence était d’une importance cruciale pour l’ex-président, car il considérait qu’elle révélait toujours ce que nous étions. C’était d’ailleurs pourquoi il s’était évertué à la masquer les derniers moments de sa maladie. Il avait voulu cacher le mensonge, la grande supercherie. Le fin stratège se souvenait du jour où c’était lui-même qui avait convoqué le soi-disant ex-soldat, lui-même qui avait tenté de le persuader de se joindre à sa cause, lui-même qui avait eu besoin de lui. Si Rufus était effectivement animé par le désir de se racheter, il avait tout de même tellement fait semblant de compatir au sort de Cloud et des orphelins dont il s’occupe qu’il s’en était donné une migraine carabiné, d’autant plus que tous ses efforts avaient été vains. Sale souvenir dont il pouvait désormais prendre sa revanche ! Ce n’était plus un homme réduit, mais l’ex-président dans toute sa splendeur qui ferait face à Strife.

En finissant de s’habiller, Rufus jeta un coup d’œil à la fenêtre pour voir non pas une, mais deux personnes gravir les marches au devant de sa demeure. Tiens tiens, Cloud ne l’avait pas prévenu. Tseng non plus. Cela avait pourtant son importance ! Le blond changea aussitôt de veste, choisissant une beaucoup plus lourde qu’il réservait aux sorties risquées, il put ainsi y glisser son fusil en toute discrétion, puisqu’on ne savait jamais. Aucun faux pli sur le costume blanc immaculé, tout était bon !

Comme la dernière fois, Cloud passa l’entrée en faisant comme chez lui tandis que Rufus entrait dans la salle de séjour par la porte opposée, presque en même temps, se donnant l’air de quelqu’un venant de sortir d’un travail laborieux, même si l’heure excessivement matinale et ses cheveux encore un peu humides pouvaient aisément contrer cette théorie. Ce n’est pas pour autant qu’il allait perdre de sa superbe. Le blond resta en retrait et ses yeux bleus dardèrent les nouveaux arrivants l’un après l’autre d’un regard dont la présomption était habilement dissimulée, mais bien présente.

« Bonjour, Rufus. »

Le mercenaire avait lâché ces mots avec la mort dans l’âme. Venir ici semblait lui couter énormément et son regard, faisant habituellement penser qu’il portait le poids du monde sur ses épaules, était plus las que jamais, laissant croire qu’il venait également de prendre le poids de l’univers entier à sa charge. Rufus sentait comme un relent de désespoir dans l’air.

« Bonjour, Cloud. Mal réveillé ? », répondit l’ex-président avec un sarcasme qu’il ne se serait pas permis du temps où il avait besoin de lui.

Il abordait un vague sourire qui s’accentua furtivement au moment où il posait les yeux sur celui dont il avait tant entendu parler ces derniers jours.

« Valentine », ajouta t-il à son attention, en guise de salut.

L’homme vêtu de rouge était un peu en retrait, affichant une passivité laissant croire que même son ombre aurait pu dégainer plus vite, mais le président ne se laissa pas prendre par cette impression. Non seulement parce qu’il était informé sur cet ex-turk, mais également parce que le regard alerte de celui-ci ne trompait pas.

Ne s’approchant pas trop du duo, Rufus préféra se diriger vers la gauche pour attraper son fauteuil en cuir soigneusement rangé au bureau contre le mur. Il le fit simplement pivoter vers eux d’un geste nonchalant du bras avant de s’y installer confortablement. L'endroit était stratégique, pas trop près pour avoir une vue d’ensemble, ni trop loin pour que les détails ne lui échappent pas. Puisqu’ils étaient entrés sans qu’il n’ait besoin de les y inviter, il n’allait sans doute pas les inviter à s’assoir non plus. Dommage, les sofas allaient se sentir seuls en attendant Reno ! De toute façon, il semblait que Cloud avait souvent la bougeotte et préférait rester debout durant les échanges. Rufus aussi, en temps normal, mais sa position assise avait surtout pour but d’afficher une claire décontraction que les circonstances lui permettaient à lui, et non à eux. Car oui, avec son influence grignotant peu à peu le continent –et bientôt davantage-, Rufus n’avait pas vraiment besoin de ces deux campagnards, même s’ils pouvaient avoir leur utilité, il fallait l’admettre.

« Alors, que me vaut le plaisir ? », demanda t-il en reposant un bras sur l’accoudoir.

Un marché, c’était bien cela ? Rufus anticipait déjà mentalement le déroulement de leur entretien, et le coin de ses lèvres se retroussa en un sourire plus mutin. Il n’allait pas craindre que Valentine ne lui chipe Lucrecia étant donné qu’il l’avait envoyée en séjour ailleurs, avec ses Turks. Une simple mesure de prévention qui ne semblait pas nécessaire, car la jolie scientifique œuvrerait dorénavant pour lui et ce, malgré sa santé mentale plutôt instable. Le monde manquait de personnes comme elle, alors il fallait bien faire avec les moyens du bord ! Lucrecia Crescent s’était résignée à son sort et avait fini par comprendre que s’il y avait bien une personne qui disposait des moyens pour l’aider à racheter ses fautes, c’était Rufus Shinra. Ce dernier était donc plutôt un bon samaritain ! Qui irait lui reprocher son geste ? Certainement pas ces deux-là, qui venaient aussi quémander à sa porte ! Ils avaient enfin digéré le fait que la situation les obligeaient à laisser leurs différents de côté. Car après tout… À côté de ses propres ambitions, Rufus visait le même but que ses anciens ennemis. C’est juste qu’ils n’avaient pas les mêmes méthodes… ni le même porte-monnaie !


❝ You see, in this world there's two kinds of people, my friend: Those with loaded guns and those who dig. You dig. ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un marché pour.. la Planète [Fini]   Mar 23 Sep - 10:06:28




SURPRISE BITCH



Eléanor manqua d’écraser son réveil, elle haïssait les réveils, d’un autre coté c’était pratique pour…se réveiller… Enfin à la base on s’en servait pour avoir l’heure mais passons. Elle se deplaça avec sa couette tel une chenille jusqu’à sa table de petit déjeuner, ce qui impliquait descendre des escaliers mais en tant que chenille elle arrivait à le faire assez habilement… Elle maudissait intérieurement Cloud et Rufus, ils n’auraient pas pu genre faire un rendez-vous vers 16h pour le gouter ? Ils auraient pris le thé ensemble en se goinfrant de cupcake à la fraise sérieusement quoi…Pendant qu’elle mangeait une domestique lui coiffait les cheveux, en fait c’était la seule personne qu’elle laissait s’approcher de ses cheveux… Angeal dormait il encore ? Surement si elle ne le voyait pas trainer par ci par là… Léa avait envisagé de l’emmener histoire de se la péter style « j’ai un ami qui a une aile et qui te défonce ta gueule à coup de boule » mais bon…emmener un ancien soldat de première classe voir Shinra fallait être assez bête et Eléanor avait un gros QI fallait pas croire… Une fois son petit déjeuné engloutis elle repartit en larve bien coiffée jusqu’à sa chambre pour enfin quitter son corps de chenille et devenir papillon enfin un truc plus jolie qu’un papillon non parce que le monde entier trouve les papillons beaux, de près ils sont super moche quoi mince !

Une fois prête elle descendit, son chauffeur l’attendais, Léa avait pensé à venir en parachute c’était rigolo ou en deltaplane mais vu le vertige qu’elle se payait c’était pas forcément le truc à faire… Donc elle avait décidé de venir en limousine, non pas qu’elle est une prédilection pour les grosses voitures mais les limousines c’était grand et du coup elle pouvait s’étaler comme un camembert dedans. En plus Healen c’est pas non plus à coté, bon heureusement que l’autre il avait pas décidé de poser ses grosses fesses à un endroit pourris genre Mideel ou toute autre îles à l’autre bout du monde… Mais qu’est-ce qu’il foutait vers la ferme des chocobos ce con ? Il avait toujours eu un sens des priorité bidon de toute façon… Léa connaissait bien Rufus, enfin bien, ils avaient été amis de cailloux pendants quelques années et puis ils s’étaient plus ou moins revus dans quelques bals à la con organisés par la Shinra mais ça faisait bien une dizaine d’année qu’ils n’avaient pas eu de vrais contact, faut dire qu’entre temps le père de Léa travaillait avec lui donc bon difficile pour Heidegger d’être crédible si sa fille et le président étaient copains comme cochon. En pensant à cela Eléanor eut soudain l’image d’un cochon portant les cheveux et les vêtements de Rufus, elle éclata de rire toute seule songeant vraiment à adopté un cochon pour tenter l’expérience.


La limousine s’arrêta enfin, Eléanor sortie et observa la « modeste » maison qui abritait le président, c’était pas non plus dégueulasse mais il aurait put faire un truc plus grand quoi… Et rose, Eléanor aimait le rose. En plus il y avait des escaliers et Eléanor détestait les escaliers, oui oui elle avait envie d’être chiante ce jour-là. Elle arriva face à la porte et décida de l’enfoncer avec un petit coup de pied histoire de faire une jolie entrée.

-SALUT LES JEUNES !

Ils étaient trois, Eléanor en attendais que deux, il y avait le chocobo, le cochon et… c’est quoi ce truc ? Elle s’arrêta un peu pour dévisager l’énergumène en rouge, c’était quoi ce sens de l’esthétisme à deux balles ? Et OH MON DIEU CES CHAUSSURES MAIS NON MAIS C’EST PUNI PAR LA LOI CAAAAAA ! Elle s’avança, affligea Cloud de petite tape sur la tête, le genre de truc qu’on ferai un petit chiot ou petit chaton. Puis se tourna vers Rufus et l’affligea de son sourire le plus tordu, d’autres auraient surement dit « surprise bitch » à la place de Léa, mais elle avait son propre vocabulaire.

-ET BAH ALORS RUF-RUF ? Tu croyais quand même pas que j’allais pas m’inviter à votre surprise partie ? Au passage je sais pas qui est l’abrutis qui à décider qu’on devait se levé comme les poules, bien que je ne vois qu’un seul oiseau ici, mais on aurait pu faire ça pour le gouter sérieux ! En plus je vois que tu nous as même pas préparer le café ou les croissants… Putain sérieux Ruf-Ruf quoi ! T’as teint tes cheveux ? T’es plus roux ? Enfin si t’es roux, mais plus claire, c’est bizarre, m’enfin bon hein t’as toujours pas d’âme.

Elle se tourna vers Cloud et continua de regarder Vincent d’un air suspicieux.

-Dis moi Cloudychon c’est un ami à toi, non parce que vu le look c’est pas un ami de Ruf-Ruf… Vous faites un casting pour entrer dans avalanche ou quoi ? Celui qui a le look le plus ingrat on l’engage ? NON MAIS CES CHAUSSURES QUOI ? Elle finit par enfin s’adresser directement à l’homme aux chaussures, Et c’est quoi ça une main bionique ? Tu peux le changer en flingue comme l’autre black qui fait peur là ? Oh et je m’appelle Eléanor by the way elle se tourna vers Cloud et lui murmura il sait parler hein ?

Léa finit par sauter sur un sofa et s’y étaler de tout son long, elle allait pas rester debout comme ces deux abrutis, peut-être qu’ils essayaient d’imiter des plantes, ça pourrait expliquer l’accoutrement de main bionique, peut être voulait-il devenir une plante tropicale aux couleurs chatoyante.

- Au fait pourquoi on est là ? Non parce que j’ai complètement oublié, je sais qu’on en a papoté Cloudychon mais… j’ai oublié, faut dire que ma vie a été assez rock’n roll depuis la dernière fois, ya des gens morts qui repointent le bout de leur nez sans que personne ne les ai invité, j’ai appris que effectivement la planète était vivante, truc de fou, enfin bref, je sais plus pourquoi je suis là, mais je sais que c’est important et qu’on a besoin de moi, et de mon fric, enfin des deux quoi.

Elle continua d’observer la plante tropicale, le gros poulet et le petit cochon, non mais il avait fait un truc à ses cheveux ? Pis il avait pas peur de porter du blanc comme ça, certes il ne faisait pas sa lessive mais si Léa portait un truc entièrement blanc elle passerait sa journée a vérifier ses fesses pour être sûr de ne pas s’être assises dans un truc dégueulasse.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un marché pour.. la Planète [Fini]   Mer 24 Sep - 20:27:37

Ô douce joie que de se lever aux aurores pour voir les premiers rayons de soleil du jour qui commencent à poindre... Non mais y a vraiment des gens que ça amuse ce genre de conneries! Cela faisait bien trop longtemps que j'étais levé, à dire vrai je n'avais pas dormi cette nuit, seulement la moitié de la journée de la veille mais ça ne compte pas, pour cause de mission nocturne. Vous savez le genre discrète comme une infiltration suivie d'une négociation musclée tout ça... Bah ce n'est pas ça du tout! Il s'agissait d'un simple transport de marchandises, humaines et matérielles, à l'autre bout de la planète... Je sais que j'avais été très impatient de commencer à reconstruire un semblant de nouvel empire comme au temps de la ShinRa, mais si au final on me sucrait mes nuits pour me faire travailler davantage, ça n'allait pas le faire ça! Enfin ladite mission avait été mené à bien, ce qui ne relevait en rien du miracle puisque c'était d'une simplicité sans nom, et nous revenions lentement mais sûrement vers Healen. Pourquoi lentement? Parce que je l'avais demandé au pilote bien sûr, de façon à pouvoir faire une bonne petite sieste à l'arrière de l'appareil, tranquillement allongé sur une sorte de banquette improvisée, jusqu'au petit matin...

-Monsieur, votre supérieur vient de nous appeler... Le rendez-vous approche à grand pas et nous n'y serons jamais à l'heure convenue. Nous entamons donc une phase d'accélération pour rejoindre le continent au plus vite. Nous arriverons donc chez le Président sous peu, ne vous en faites pas.

Même s'il venait de se donner la peine de sortir du cockpit pour annoncer cela dans le reste de l'appareil, ce fût clairement en vain! Bien trop fatigué de n'avoir pas fait grand chose de constructif de la journée, j'avais le sommeil bien trop lourd pour entendre quoique ce soit, pas même mon PHS qui sonnait sûrement pour m'annoncer la même chose. Le problème demeura le même, nous fendions les airs pour rattraper le temps perdu... En gros, j'allais perdre du temps de sieste! Confortablement installé, profitant de cet amant secret qu'était le sommeil, je rêvassais tranquillement, de façon totalement innocente en ne sachant rien de ce qui se passait autour de moi dans l'hélicoptère. Je crois bien que plusieurs heures passèrent jusqu'à ce que j'émerge lentement et vu ce qui se profilait dans un avenir proche, ça allait clairement m'ennuyer au plus haut point! Sortant de mon agréable torpeur, j'ouvris la porte coulissante de l'hélicoptère tout en m'allumant une menthol, m'attendant à y voir l'océan à perte de vue... Mais non, nous survolions déjà les grandes plaines à proximité de Kalm... C'était pas ce qui était prévu ça, quelle bande d'incapables!

-Non mais qu'est ce que vous avez fait, yo'! Putain j'y crois pas, vous venez de ruiner ma sieste pour arriver un peu moins en retard... Je savais que j'aurais du venir seul et dormir pendant le pilotage automatique, yo'... Vous êtes lourds les gars, sérieusement! Et dire qu'on vous paie pour faire ce genre de trucs...

Eh oui, forcément la journée ne commençait pas véritablement comme prévue, ce qui était bien souvent le cas d'ailleurs. Quoiqu'il en soit, l'heure prévue était déjà passée depuis un petit quart d'heure lorsque nous arrivâmes à Healen, l'appareil engageant sa descente sur l'espace qui lui était réservé. Je ne saurais dire si la ville avait été plus animée qu'à son habitude et franchement je dirais que j'en ai rien à faire mais au plus haut point! Descendant donc de l'hélicoptère en leur balançant quelques dernières remarques cinglantes, pas non plus légitimes mais je n'en avais cure également, jusqu'à ce que j'arrive à hauteur de la porte, en haut des marches, en traînant les pieds. Qu'est-ce que j'allais trouver de si important derrière, hmmm?

Ouvrant la porte d'un coup sec, nullement de la main mais avec le pied, pour ne pas donner davantage dans l'impression de lassitude et de fatigue, j'entrais tranquillement sans gêne même si plusieurs personnes étaient déjà là. Cela faisait bien une demie heure que le rendez-vous aurait du commencé et j'arrivais toujours comme si tout était normal et pour le moins calculé... Pas du tout, normalement j'aurais du venir avec une heure de retard au minimum, j'aurais feins une panne de kérosène sur la côte ou autre... Mais non, j'étais là, presque à l'heure à détailler les invités du Patron tout en ayant le pressentiment que ça allait clairement m'ennuyer, avec un peu de chance ils m'offriront un peu de sommeil s'ils sont trop barbants! Et puis quels invités! On se croirait presque à un ancien sommet dans la salle de réunion de la ShinRa... Bon, peut-être pas mais la plupart des présents avaient ou avaient eu un lien avec l'ancienne grosse corporation... Sauf peut-être cette femme bizarre qui m'avait pris ma place.

Cloud... Vincent... Et m'dame truc que je ne connais pas... Que d'honnêtes gens bien matinaux, yo'! C'est un enterrement ou quoi, vous avez tous des têtes de déterrés, yo'! J'espère que je n'ai rien raté...

M'allongeant tranquillement dans un autre sofa libre, posant les pieds sur la table basse sans vergogne, je les regardais tous un à un. Surtout concentré sur le Patron, je me demandais bien ce qu'il attendait de moi au sein de cette réunion. Uniquement une présence pour le protéger en cas de pépin? C'est possible, mais vu que j'avais fait tout ce chemin pour ce satané rendez-vous, forcément que j'allais en faire des tonnes pour me faire payer quelques suppléments pour le déplacement! D'ailleurs, qu'est-ce que tous les autres fichaient par ici également?! Une négociation avec des manchots de la WRO c'est ça? Super...
Revenir en haut Aller en bas
Cloud Strife


Messages : 215
Date d'inscription : 23/05/2014
Age : 23
Localisation : Sur la Planète

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 26 ans
• More:

MessageSujet: Re: Un marché pour.. la Planète [Fini]   Ven 26 Sep - 21:31:50



❝Un marché pour.. Tif..

la Planète.

      Healen,  Samedi,  8.12

Le temps semblait s'être arrêté au point d'en devenir pesant. Les rayons du soleil avait enfin déchiré le voile vierge de la nuit et laissaient entrevoir la naissance du jour à travers les fenêtres de la pièce qui les accueillait. Le monde paraissait comme une peinture où toutes les couleurs n'allaient pas tarder à se révéler aux yeux de tous. Pour le moment, le blanc du costume de l'ancien président trônait au centre de la pièce comme pour capter toute la lumière du ciel et imposer son importance à la scène. Cloud et le fils de son ancien employeur s'étaient salués avec sobriété, bien que l'homme aux cheveux vénitiens tendait plutôt à se montrer plus aimable qu'il ne le pouvait être véritablement. Shinra venait effectivement de relever la mine fatiguée de son homologue ce qui ne manqua pas de contrarier un tant soit peu le mercenaire. Ses yeux bleus mako, usés par l'effort et le chagrin se plantèrent dans ceux de son interlocuteur afin de le jauger à son tour. Mais que dire de Rufus ? Le rouquin avait l'air bien en forme ou semblait tout du moins en bonne voie de rémission. Il avait le ventre bien rempli, les joues bien roses, le brushing impeccable et la veste immaculée. Que demander de mieux ? Strife releva néanmoins quelques fines cernes sous le regard du prédateur respirant la santé qui se tenait devant lui.

« Nous n'avons pas dormi, se contenta-t-il de répondre sèchement, ne désirant pas plus que de mesure s'épancher sur ses propres états d'âme. »

Vincent n'avait même pas bougé d'un cil face à l'ancien président. Le froid semblait s'être presque installé dans ce rendez-vous supposé si important, si décisif pour l'avenir de la Planète. Mais est-ce que tout cela avait une importance maintenant que Tifa ne pourrait plus regarder l'océan, les plaines verdoyantes et les cimes enneigées du mont Nibel ? Le mercenaire garda son air renfrogné, tentant, tant bien que mal, de chasser ces douloureux souvenirs de son esprit. Elle vivait. Il la retrouverait. Tout ceci n'était qu'une vulgaire plaisanterie. Un mensonge... Un mensonge, parmi tant d'autres.

« Alors que me vaut le plaisir ? minauda le rouquin tranquillement assis dans son fauteuil, feignant visiblement de ne pas savoir que tout allait au plus mal dehors. »

La porte s'ouvrit alors brusquement laissant paraître une silhouette malheureusement familière. Le franc parler légendaire d'une certaine Éléanore vinrent aussitôt rompre la quiétude glaciale des lieux. Cloud en sursauta lorsqu'elle l'apostropha directement. Le blond se sentait bien stupide et ne savait même pas quoi répondre à l'énergumène. Il se contenta d'hocher la tête pour la saluer. Les mots butaient dans son palais sans qu'il ne parvint ni n'esquisse la moindre volonté de sortir de son silence monacale. Et même si cela avait été le cas, le véritable moulin à paroles ne laissait de toute façon plus aucun mot planer dans la pièce en dehors des siens. Il soupira en joignant se massant les tempes comme pour se rappeler à la réalité et abandonner ses vagabondages fantasmés aux côtés de la défunte propriétaire du 7th Heaven. Il aimerait tant laisser le monde s'agiter autour de lui sans avoir à en être témoin ou à interagir avec tout ça...

La demoiselle fortunée s'installa à son tour pour faire face à l'homme en blanc qu'elle semblait très bien connaître aux vues des familiarités qu'elle se risquait à faire. Le calme semblait revenu afin de pouvoir enfin de permettre à Strife et Valentine de formuler leur requête. La résistance avait besoin d'un réel soutien matériel pour permettre l'acheminement de civils dans un lieu sûr, lieu qu'il restait encore à trouver. Pris dans une impasse dans toutes les façons, l'aide, tant financière qu'informationnel de l'ex président de la ShinRa Inc. devenait, au fur et à mesure que la situation à Edge devenait tendue, inévitable. Tout était maintenant propice à une réunion en comité restreint pour mener une action de grande envergure. Tout, sauf la foi de Cloud en un avenir radieux qui se le voyait à présent refusé à tout jamais.

La porte s'ouvrit à nouveau avec fracas. Une tignasse flamboyante se fit entrevoir tandis qu'une odeur âcre de tabac humide émana aussitôt dans la pièce. Pour le peu de temps qu'il avait passé, pour finir, à côtoyer les Turks de la ShinRa Inc. L'ancien Soldat connaissait par-dessus tout cette odeur si caractéristique et si lourde de souvenirs plus ou moins agréables. Reno, le bouffon de Rufus entrait en piste à son tour. Il salua avec entrain toute l'assemblée avant de prendre place à son tour, ne manquant pas, par la même occasion, à souligner la triste mine de ses homologues. Strife serra les dents, se gardant bien de répondre mais commençant déjà à en avoir assez que tout le monde le lui fasse remarquer, et réserva le même accueil que celui qu'il avait fait à Léa. Il se racla la gorge avant de prendre la parole, bien droit sur ses deux jambes à fixer les nouveaux venus et leur hôte inattendu.

« Inutile d'y aller par quatre chemins, trancha-t-il, le regard perdu dans le vague mais flamboyant de détermination.  La situation commence a empirer sévèrement du côté d'Edge avec les agissements de Deepground, les attroupements de monstres aux alentours de la ville et ce foutu dérèglement climatique. On aurait besoin de matériel pour dans un premier temps rapatrier les civils dans une zone moins tendue... Comme ici par exemple. »

Il semblait remonter la pente. Il se devait d'agir pour le bien des autres, mais en réalité, il voulait surtout respecter les idéaux de son amie d'enfance en évitant de mettre des personnes innocentes en danger alors qu'il s'apprêtait à mener une expédition punitive dans le secteur des ruines de la tour ShinRa pour annihiler un maximum de leurs ennemis avant de plier sous le nombre de l'ennemi. Ce serait.. sa contribution pour la Planète.


❝ inutile d'y aller par quatre chemins... ❞
made by MISS AMAZING.



Merci Tifa <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un marché pour.. la Planète [Fini]   Lun 29 Sep - 21:37:16


Vincent Valentine










            L’arrogance de Rufus Shinra n’avait pas diminué avec les années. Décidément pas. Son petit sourire hautain laissait à parier que l’ex-Président semblait déjà tout savoir des enjeux de cette rencontre. Est-ce que le blond avait déjà toute prévue ? Ce fut la politique de la Shinra pendant longtemps il faut dire : toujours avoir une longueur d’avance sur ses adversaires. Il n’y a que ça qui marche il faut dire. Mais les deux membres d’Avalanche n’étaient toutefois pas venus jusqu’ici afin de se faire humilier par le semblant de pouvoir dont Rufus jouissait encore. Cloud et Vincent de leur côté, n’avaient rien à cacher. Ils étaient ici pour une noble cause, parce qu’il le fallait. En effet, il était temps que quelqu’un décide de prendre la situation en main, et visiblement, ce n’était pas Rufus Shinra, depuis son confortable fauteuil de cuir, qui se souciait le plus du petit peuple. Sa petite comédie dura bien assez pour irriter Cloud, qui répondit au tac au tac devant l’ironie du président. Vincent tourna un regard vif sur son camarade, qu’il sentait sur les nerfs. Ressaisit toi Cloud, ce n’est pas le moment de se laisser aller par ses émotions. Le ténébreux surveillait la scène d’un œil attentif, car il était facile d’en arriver à un quelconque débordement aujourd’hui. Tout le monde était fatigué, d’autres encore n’avaient pas forcément le moral. Tant d’éléments venant perturber le bon déroulement des négociations. Mais ce ne fut pas tout…

Sans prévenir, une jeune femme fit irruption dans la pièce. Une demoiselle complètement inconnue des bataillons. Pourtant, la belle semblait particulièrement familière avec Rufus. Vincent s’en remit une fois de plus à Cloud, devant cette nouvelle complication. La jeune femme semblait d’ailleurs reconnaitre le petit blond. Ils avaient même vraisemblablement discuté de cette réunion auparavant. Vincent fut un peu surpris de la tournure des évènements. Son camarade aurait tout de même pu le prévenir qu’une invitée surprise se joignait à la partie. D’autant plus qu’elle semblait véritablement importante. Elle fit en effet référence à tout l’argent qu’elle possédait. Était-elle là pour faire de l’ombre à Rufus ? Lui mettre la pression ? Si le président n’était plus le seul investisseur dans l’affaire, il pourrait en effet perdre gros, en matière d’avantages et de redevances. Toutefois, il était fort déplaisant pour l'ex-Turk, d’ignorer totalement l’identité de la nouvelle venue.

Ce ne fut pas la dernière à s’inviter au meeting. Non, en effet, un autre intrus vint se joindre au reste du petit groupe. Bien moins inattendu cette fois, il s’agissait évidemment de Reno. Le rouquin ne changeait décidément pas. Toujours à tremper là où il faut, au moment où il faut. Mais cela arrangeait Vincent que ce dernier soit là. Car, concernant sa petite affaire personnelle, il était fort probable que Reno y est directement participé. Puisque ce n’est évidemment pas Rufus Shinra le premier à aller sur le terrain. Mais le ténébreux allait encore devoir attendre avant que son tour de parler ne vienne. De plus, et malheureusement pour lui, cette affaire n’était pas la priorité du moment.

Après un long silence de la part d’Avalanche, et suite aux entrés fracassantes des derniers venus, Cloud reprit finalement la parole, fonçant directement droit sur le sujet. Le petit blond semblait avoir pris le temps de se reprendre, et se concentrait à présent sur les vraies raisons qui l’avaient mené ici. Il fit mention de la première menace, pesant prioritairement sur la ville d’Edge. Il s’agissait de Deepground. Ils étaient presque une priorité, sinon une urgence. Edge et ses quelques résistants n’étaient en effet pas en mesure de riposter devant une telle force armée, aussi puissante et équipé que la leur. Bien que la situation se voulait stable pour l’instant, ce qui en était d’autant plus étrange, la menace d’une prochaine attaque n’était pas à envisager. Weiss semblait avoir mobilisé toutes ses forces pour s’emparer du pouvoir absolu, et prendre sa revanche sur le monde entier. Chaque minute de perdue à attendre le déroulement de cette histoire, allait en leurs faveurs. Leur laissant le temps de s’organiser, d’élaborer les plans les plus efficaces. La résistance était clairement à la traine à côté de ça. Il était temps également pour nos héros de profiter de cet instant, pour agir les premiers.

N’ayant rien à ajouter aux propos de Cloud, Vincent prit alors une posture un peu plus décontractée, croisant doucement les bras afin d’afficher un air sage, et calme. Seuls ses yeux rubis dépassaient de son col, ce qui lui donnait un petit air mystérieux, et pensif. L’ex-Turk ne perdait pas une miette de ce qui se passait autour de lui. Il analysait tout ce qui était bon à prendre. Le comportement de chacun, que ça aille des jeux de regards, jusqu’aux tics présentant de la nervosité, était étudiés dans le moindre détail. Si Vincent ne parlait pas beaucoup –jamais-, au moins il était très bon observateur.

La suite de l’entretien allait maintenant être bien plus musclé et animé, maintenant que la jeune femme ainsi que Reno se trouvait là à leur tour. Chacun allait probablement essayer de tirer son épingle du jeu, et de s’en sortir gagnant. Il fallait être très bon négociateur, mais aussi très réaliste. La situation actuelle, ne laissait pas place aux fantaisies. Il était urgent de trouver un terrain d’entente, et vite. Tout allait se jouer maintenant.


Spoiler:
 






......






[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un marché pour.. la Planète [Fini]   Mar 30 Sep - 18:02:50




❝ Shinra x Sheeps

 ♤ Une arnaque en faveur de Rufus Shinra

Rufus ne réagit absolument pas quand la porte s’ouvrit à la volée, attendant juste le bon moment pour faire remarquer à Reno que la moindre réparation nécessaire serait déduite de sa paye… mais ce n’était pas lui qui venait d’entrer. Une femme se pavana dans la pièce, tapotant Cloud sur la tête au passage comme s’il s’agissait d’un vulgaire chien de salon, avant de s’arrêter au beau milieu de tous et envoyer un sourire dérangé à Rufus, qui haussa simplement un sourcil. Il se demandait quel genre de guignol irait tenter une mission suicide en s’introduisant chez lui de la sorte. À bien y regarder… ce visage lui était familier non ? Et dès qu’elle ouvrit la bouche…

Oh non.

Il s’était coltiné le père pendant des années, voilà qu’il devait maintenant se coltiner la fille. Le blond avait connu Eleanor du temps où elle se baladait encore en couche-culotte et n’alignait pas encore parfaitement les mots, et c’était tant mieux, vu le moulin à paroles qu’elle était devenue. S’il y avait une chose bien pire qu’un homme idiot sur terre, c’était une femme bavarde. Alors, être confronté à une femme bavarde et idiote, c’était comme empocher le jackpot. Rufus espérait sincèrement qu’elle avait un minimum de jugeote, mais jusqu’à présent, il avait de sérieux doutes. Toujours accoudé, il releva son avant-bras pour appuyer sa joue contre son poing d’un air ennuyé, attendant patiemment qu’elle s’arrête de parler. Il apprit toutefois dans la foulée qu’elle connaissait Cloud, et alors qu’elle repartait dans son récit sur la main bionique du pauvre rouge, la voix trainante de Rufus se fit entendre en arrière-plan, profondément blasé :

« Tu lui tires une balle dans la tête Valentine, ou je m’en charge ? »

Ce n’était pas un ultimatum, ni même une véritable menace en soi, juste une façon d’exprimer l’ampleur de son ennui. Le président n’éprouvait pas de réelle hostilité envers elle, même si c’était la femme la plus horripilante au monde. Et ce qui était d’autant plus agaçant à ses yeux, à côté de ce bavardage inutile, c’était… qu’elle avait à peu près raison sur tout. Oui, l’heure était bien trop matinale, oui, Rufus avait blondi en grandissant et oui, Valentine avait un sérieux problème de style – Eleanor avait relevé les chaussures, mais ce qui sautait aux yeux était plutôt cet espèce de rideau de chambre rouge dont il était affublé. Aussi, la brunette était, à l’instar de son père, mal élevée. Un point sur lequel Rufus était tout de même plus indulgent avec elle… Sans doute parce qu’Eleanor avait été la seule à se rapprocher de ce qu’on appelait une amie durant son enfance. Entre un père détestable et un frère jaloux et distant, il n’avait eu d’autre choix que de se tourner vers cette gosse pourrie gâtée avec qui il était parfois gardé. Au moins l’avait-il connu à une époque où son caractère lourd était pardonnable. Cela avait été bien bref comme amitié, certes, mais la gamine s’était débrouillée pour qu’il ne l’oublie pas de si tôt.

«...Mais je sais que c’est important et qu’on a besoin de moi, et de mon fric, enfin des deux quoi. »

« Justement, c’est là que je t’arrête. On n’a pas besoin de toi. Tu peux retourner dans ta campagne », lança t-il avec un profond dédain, feignant de ne pas l’avoir reconnu.

Si on faisait tout de même appel à Rufus malgré une petite fortune comme Eleanor, c’est que la richesse de la belle devait avoir ses limites, contrairement au président qui disposait de ressources inépuisables. Son regard parcourut alors le petit groupe, affichant un flegme inébranlable, quoique teinté d’ironie. Cela lui rappelait à peu près la bande de clowns à qui il avait eu affaire sur le toit de la Shinra. Cloud lui-même était un numéro, si on se penchait sur son cas. Il fallait vraiment avoir une araignée au plafond pour avoir donné la matéria noire à Sephiroth, à l’époque.

«  Eh bien. Ce n’est plus une entrevue, c’est une conférence », ironisa t-il, avant que Reno ne se pointe à son tour comme pour appuyer les paroles de son patron.

Il allait faire remarquer à sa petite assemblée qu’il était à deux doigts d’avoir l’impression de perdre son temps, mais fort heureusement, Cloud reprit la parole. A la fin de ses indications, Rufus hocha la tête, plus en signe de compréhension que de réelle approbation.

Ce n’était pas de vulgaires paysans qui s’installaient à Healen, mais des gens plus aisés que la moyenne, et surtout, travailleurs ! Même si des aides extérieures leur étaient parfois apportées, ils étaient leurs propres ingénieurs et payaient même des taxes au bienfaiteur qui avait rendu tout cela possible. Rufus Shinra ci-présent. Il se trouve que les bouseux d’Edge que Cloud comptait ramener avaient très, très peu de chance de disposer des moyens suffisants pour pouvoir vivre ici. Il y avait évidemment quelques personnes de cette trempe dans le secteur, mais elles compensaient cela par leur travail acharné. Tout le monde n’était pas comme ça !

« Comme ici, oui », releva t-il avec condescendance tandis qu’un très léger sourire sournois s’installait sur ses lèvres. « Mais pas ici. Tu as pu constater que la ville est plutôt bien organisée, et le nombre limité d’habitants n’y est pas pour rien. Ce genre de migration entrainerait un dérèglement à Healen, c’est donc hors de question. »

Le blond avait déjà une petite idée de l’endroit où envoyer ces civils. Il y aurait bien sûr des conditions pour ces gens-là : celle de payer, ou de payer par le travail… et de prendre part à un long voyage –financé par le généreux président- qui les mènerait jusqu’à Corel. Risqué, oui, mais la ville était située sur le continent le plus calme -enfin, le plus épargné par Deepground en tout cas ! Rufus avait déjà entamé des constructions au sein de la ville minière, et l’aide de ces nouveaux habitants ne serait pas de refus. Les meilleurs d’entre eux auraient également le privilège de participer à la construction de leur petite base, déjà en cours grâce aux initiatives de ses chers Turks et surtout de Reno, qui avait inconsciemment fait grossir sa prime de fin d’année.

« Néanmoins…», ajouta t-il d’un ton trainant avant de marquer une petite pause, montrant que la suite était susceptible de leur plaire « le monde est vaste, et je connais peut-être un endroit où cette population aurait effectivement sa place.»

Il y avait bien une chose que les deux négociateurs en face de lui ne savaient probablement pas, c’est que Rufus n’avait pas besoin d’un marché avec eux pour accepter de prendre ces gens à sa charge, d’autant plus que si c’était Cloud qui les accompagnait, les coûts en sécurité seraient réduits ! Mais le roublard n’avait pas l’intention d’exprimer cela à voix haute, et comptait même se montrer dur en affaire pour brouiller les pistes.

« Peut-être », répéta t-il en insistant bien, « Mais à mon tour de ne pas y aller par quatre chemins. Tu avais parlé d’un marché, n’est-ce pas ? Que proposes-tu donc en échange de ma contribution ? »

Rufus n’avait plus vraiment de gêneurs pour lui coller aux basques, et le temps lui avait permis de disposer d’autres mercenaires, moins forts que l’ex-soldat certes, mais plus fiables. Le manipulateur se demandait donc vraiment ce que son vis-à-vis avait à offrir de différent ou de mieux. Et comme Cloud était responsable de la présence d’Eléanor dans la pièce, il s’en voyait encore plus désavantagé dans cette affaire. Même si son flegme ne lui donnait pas l’air, Rufus Shinra était un homme capricieux…


❝ You see, in this world there's two kinds of people, my friend: Those with loaded guns and those who dig. You dig. ❞
made by MISS AMAZING.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un marché pour.. la Planète [Fini]   Mar 30 Sep - 19:51:16




SURPRISE BITCH



Eléanor roula des yeux, cette manière abominable de jouer un rôle qu’avait Rufus était d’un ennui, elle avait du mal à comprendre comment son père avait accepter d’entendre cet idiot balancer des ordres toute la journée, elle se tourna vers « Valentine » avec un grand sourire au lèvre, elle esquissa un geste pour lui indiquer qu’elle était la bienvenue à le faire. Oui « la » puisqu’elle s’appelait apparemment Valentine non ? Eléanor était très ouverte sur le point de vue du genre ou de la sexualité si cette fille voulait avoir un corps d’homme ou même si elle n’était pas né dans le bon corps qui Léa était-elle pour la juger ? Toujours est-il que personne ne bougea pour tuer la jeune femme. Elle éclata de rire dès qu’il parla de « sa campagne »

-Chéri j’habite en ville, je ne suis pas caché dans une pseudo banlieue de bobo se croyant à l’abri du danger.

Eléanor entendi alors un gros bruit, et un OH MON DIEU UN AUTRE IL Y EN A UN AUTRE ! UN ROUX entra dans la pièce de la même manière que Léa ce qui le rendit tout de suite plus sympathique aux yeux de la jeune femme. Ah oui vu l’uniforme c’était un Turks, pas de doute m’enfin son nom… Dès qu’il ouvrit la bouche Léa sut qu’ils allaient s’entendre, ces manière je m’enfoutise était mille fois plus agréable que toutes les manières de tous les gens présent dans cette pièces, un grand sourire illumina son visage. Et puis bon fallait bien que ça recommence à être chiant, le chocobo voulait mettre les gens à Healen ? Il avait craquer ou quoi il fallait les emmener bien plus loin que ça, sur une île au sud bien loin de la menace, un endroit où l’on pourrait surveiller tout ce qui s’en approcherai c’était ça qu’il fallait. Elle les écouta, et lorsque Rufus finit sa phrase elle se leva et reprit un air sérieux, le genre de truc qui n’arrive qu’une fois de temps en temps dans la vie de Léa.

- La vie sauve mon cœur voilà ce qu’ils ont a t’offrir, tu as beau avoir tous les moyens que tu veux, tu n’as pas été foutu d’arrêter Sephiroth, de le tuer, d’empêcher ton entreprise de couler et j’en passe et des meilleurs mon chou je ne sais pas ce qu’il y a la haut mais je peux t’assurer qu’au moment où ils pointeront leurs jolies fesses roses –si tant est qu’ils en aient- ce n’est pas tes Turks, tes Soldats, ton argent ou tout ce que tu veux qui te protègera. Lorsque tout cela arrivera Ruf-Ruf on aura besoin des meilleurs dans ce domaine et si tu excel dans l’art de faire croire au monde que tu maitrise la situation je te l’accorde, les meilleurs dans les gestions de crises planétaires, c’est eux. C’est eux qui ont sauver la planète qui ont botté le cul argenté du super soldat de la mort qui tue que ta super société à crée, et je crois qu’ils l’ont fait… deux, trois fois ? Je ne sais plus, bref arrête de nous jouer ta comédie c’est nous qui avons besoin d’eux. elle se tourna vers Cloud et Valentine, et leur adressa un signe de tête polie OUI J’AI DIT POLIE avant de reprendre d’après ce que je sais, tu t’es fait botter les fesses par ce chocobo ici présent et tes turks ont subis de nombreuses défaites face à eux et ce alors que ton entreprise était au sommet de sa force, à priori ils sont aussi parvenus à détruite plusieurs de tes réacteurs, de tes technologies militaires et oh oui ils ont tués l’integralité de tes hauts cadres, bien que je ne peux pas les remercier pour ce dernier point. Alors oui mon cher Shinra tu peux faire ce que tu veux tu ne sera jamais aussi puissant qu’eux tu ne l’a jamais été et tu ne le sera jamais, je pense donc qu’il est plus que nécessaire pour nous de nous ranger dans le camp de ceux qui savent ce qu’ils font ou tout du moins qui sont les mieux qualifier pour faire face à ce qui arrive.

Elle se tut un instant histoire de respirer un peu, elle avait préparé son entretien, elle s’était taper des tas et des tas de rapports, d’archives, de vidéo, d’enregistrement, tout ce qu’elle pouvait obtenir sur Avalanche et sa lutte, il n’était pas plus humain ou plus gentil que la Shinra mais eux au moins avaient été efficace.

- Ensuite, clairement non ils ne viendront pas à Healen, ce lieu est bien trop proche du nord et bien trop exposé au danger donc autant te dire que si tu veux sauver ton gagne-pain t’as intérêt à faire bouger le petit cul talqué de tes bourgeois là où ils seront en sécurité et ce « là » c’est au Sud, la menace vient du nord, donc il faut aller le plus au sud possible, j’ai pensé a une ile artificiel, on pourrai la manœuvrer en fonction du temps et en fonction du danger, l’ile représente aussi un avantage tactique évident, on pourrait facilement surveiller toute menace éventuelle et enfin avec les technologies adaptées ont pourrait généré un champ de force suffisamment longtemps pour mettre tout le monde loin du danger. Oui j’ai potassé le sujet avant de venir.

Elle se tourna vers Cloud cherchant son approbation du regard, elle avait le plan en tête, ça prendrai du temps, mais en attendant que tout soit prêt les gens auraient le temps de migrer au sud, elle crut bon de préciser ce point là histoire qu’il n’y est pas d’interrogation inutile.

- Alors oui, ça prendra du temps et un sacré paquet de pognon, le dernier point n’étant pas un soucis, le premier le sera plus, j’ignore combien de temps prendra l’exode des habitants d’Edge et de Kalm, mais je pense que cela nous laisse suffisamment de temps pour construire l’ile et la rendre habitable dans le cas inverse, il y a deux iles qui peuvent abriter temporairement les refugier elle sortie une carte du monde de son sac à main et la déroula sur la table, elle pointa du doigt deux îles au sud - Ici, l’île où il y avait anciennement le temple des Anciens, le problème c’est qu’elle est entourée de forêts plutôt hostile, sinon il y a celle là, l’île de Mideel, des forêts aussi mais il y avait un village la bas fut un temps  je ne sais pas si des gens habitent toujours là-bas mais si on leur offre la sécurité il y a des chances qu’ils acceptent de nous aider. Bien entendu si vous avez d’autres idées, des remarques je suis preneuse, il faut que le plan soit parfait, oh et elle se tourna vers Rufus je parle de bonnesremarques si tu ouvre ta bouche simplement pour être condescendant ou essayer de nous montrer a quel point tu maîtrise la situation mon Ruf-Ruf, je te le dis, abstient toi on a pas le temps pour des querelles d’enfants, le temps n’est pas notre alliés, je le rappel.

Elle avait dit cela de manière agréable mais ferme, un peu comme une mère qui explique à son enfant que non on ne mange pas de bonbon avant le diner. Elle les observa en souriant, il ne servait a rien de faire la gueule après tout. Elle était confiante, tout se passerai bien pour eux, Eléanor était optimiste, elle n’avait pas le choix, sa vie était en jeu et la vie de beaucoup d’autres aussi, si elle perdait espoir maintenant l’intégralités des gens comptant sur elle étaient condamner.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un marché pour.. la Planète [Fini]   Jeu 2 Oct - 21:41:36

Alors que la conversation semblait au beau fixe pendant un moment, rien ne semblait troubler ce silence bien pesant... Un signe du Patron pour me dire que les réparations de la porte allaient être déduites de ma paie? Mais c'est qu'une foutue porte quoi! Enfin passons... Entre l'ancien Turk qui était aussi muet qu'une tombe sûrement à cause de son statut de mort, et Cloud qui donnait l'impression que si je lui passais une de mes cravates qui prend la poussière dans mon placard il se pendrait volontiers avec, il ne restait que le Patron et cette femme inconnue au bataillon. Il fut très vite question de faire venir les gens d'Edge ici, à Healen... Pourquoi pas dans un sens, ce n'est pas comme si nous comptions nous éterniser par ici de toute façon. Néanmoins, malgré les piaillements incessants de cette femme qui me montaient déjà à la tête, le Patron lui dit sans plus attendre que cette solution était à proscrire mais qu'un autre lieu commençait lentement à montrer le bout de son nez. Hop hop hop, on se calme tout de suite, je viens de faire l'aller-retour à l'instant, j'allais tout de même pas me retaper un nouveau trajet à visée touristique pour les beaux yeux, plutôt moches d'ailleurs, des invités ci-présent! Je ne sais pas ce qui était le pire, cette possibilité des plus chiante ou les propos de la seule femme présente... D'ordinaire, j'appréciais bien les gens qui parlaient avec tant de franchise, sans se préoccuper des interprétations et des oreilles qui écoutaient, mais là elle nous fait tous passer pour des rigolos à côté du croque-mitaine et du dépressif... Toujours allongé dans mon divan, les pieds sur la table basse, je pris un malin plaisir à remettre les pendules à l'heure.

-Il me semble que ces héros ont eu des liens avec la ShinRa, s'ils n'y ont pas vu le jour pour certains si j'ai bonne mémoire, yo'! Tu parles des meilleurs mais si on n'avait pas mis quelques coups de pied au cul à l'époque ce serait bien différent, et je ne te parle même pas d'Avalanche. Personne n'est tout blanc ou tout noir dans cette affaire de toute façon, puis les pros des crises planétaires ont pas l'air dans leur assiette, yo'... Moi je dis que t'essaies de nous refourguer une marchandise qui a dépassé la date de péremption!

M'allumant tranquillement une menthol, je dois avouer que cette dernière phrase me faisait bien rire, surtout avec la présence de Vincent à cette réunion. Cherchant la télécommande pendant un moment, je la trouvais enfin et la fixais longuement... Je me demande bien si appuyer sur le bouton "mute" pouvait arrêter le débit de la pipelette. J'sais pas, le bouton du volume ou alors d'arrêter sur image au pire.

-Surtout que sans le SisterRay, avec les Armes et le Cratère Nord... Enfin peu importe! Je dis ça, je dis rien mais les analyses de rapport de force tout ça, c'est pour ceux qui ne lèvent pas leur joli petit cul de leur chaise la plupart du temps, très peu pour moi, yo'! Puis si je comprends bien, on est là pour se concerter et signer une nouvelle "collaboration" donc, pas pour jouer à qui peut pisser le plus loin... D'ailleurs, tu ne dois pas être super bien équipée pour ça, yo'. C'est pas contre toi hein, c'est une juste observation...

Tout dans la finesse, comme toujours pas vrai?! Enfin, maintenant que le score affichait égalité et la balle était au centre, j'allais pouvoir mettre les choses au clair sur les idées proposées. En temps normal, j'aurais laissé le Patron parler de cela mais j'étais bien chaud là... Autant poursuivre sur ma lancée, il n'aurait qu'à clarifier et calmer le jeu par la suite, j'ai jamais été très bon pour ça de toute façon! Et puis cette femme avait mis en garde le Patron quant à ses prochains propos... Mais rien n'avait été dit à mon sujet, donc j'étais dans mon bon droit sans pour autant offusquer la donzelle et sa demande toute propre. Quoi je ne suis pas respectueux?! Vous m'avez jamais vu en pétard vous, je trouve que c'est plutôt cordial comme échange moi... Je n'avais rien contre elle, ni contre quiconque, je fais juste mon boulot et ce dernier n'a aucun lien avec le fait d'être apprécié de mes cibles ou de mes auditeurs. Oui, pour vous aussi!

-J'suis bien d'accord avec le fait de se défendre contre ces gusses menaçants, mais on a pas vraiment attendu cette réunion pour agir, yo'. J'espère bien que l'on va rester sur notre idée d'ailleurs, j'ai pas envie de déménager tout ce matos de l'Ouest pour le Sud... Sans compter ces chercheurs, ingénieurs et autres techniciens, yo'... Si c'était ton idée, désolé mais on s'est déjà servi, il ne va donc rester que ceux de seconde zone ou pire encore. Sans rancune hein? Ça partait d'un bon sentiment, yo'...

J'en avais pas trop dit, mais suffisamment pour permettre au Patron de faire ce qu'il voulait de la conversation. A la base, je me suis dit que cette réunion serait d'un ennui mortel, mais finalement ça allait peut-être devenir amusant. Bon... C'est vrai que j'y avais été un peu fort, je me mettrais presque à avoir des remords... Non je déconne! Mais il fallait tout de même détendre un peu l'atmosphère après cet échange un peu brut et brusque et j'avais la solution parfaite pour cela! Jetant un coup d’œil a ma montre, je vins jouer la surprise. Dupe ou pas, ça allait faire une magnifique transition!

-Il est déjà cette heure-là, yo'?! Mais c'est l'heure de boire un coup! J'sais pas vous mais je meurs de soif pour ma part, yo'... Quelqu'un me suit? Allez, faites pas vos mijaurées, yo'! On ne vit qu'une fois et si on inverse pas rapidement la tendance on va tous y passer alors... Lâchez-vous un peu, yo'!

Me levant du divan pour aller en direction de ce bon vieux bar que je connaissais si bien, tout en expirant un peu de fumée, la menthol toujours coincée entre les lèvres, ça allait les décoincer! J'ai jamais apprécié ces réunions au sommet avec tous ces costards-cravates alors raison de plus pour agir de la sorte. Il n'y a pas d'heure pour un bon petit verre, ça délie les langues et désinhibe tranquillement... Quoi, des bagarres au comptoir? Auxquelles je serai lié assez souvent? Je ne vois vraiment pas de quoi vous voulez parler...
Revenir en haut Aller en bas
Cloud Strife


Messages : 215
Date d'inscription : 23/05/2014
Age : 23
Localisation : Sur la Planète

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 26 ans
• More:

MessageSujet: Re: Un marché pour.. la Planète [Fini]   Ven 17 Oct - 20:32:57



❝Un marché pour.. Tif..

la Planète.

      Healen,  Samedi,  8.24

Cloud avait parlé, livré sans détours ses attentes et ce qui, aux yeux du plus grand nombre devait apparaître comme une demande des plus justes. Il n'était pas forcément convaincu par cette solution, mais une migration à Healen d'une partie de la population aiderait à gagner un peu de temps avant de trouver une solution plus viable et durable. En vérité, il se moquait bien de la destination des migrants. Tout ce qu'il souhaitait se résumait à bien peu de choses : supprimer un maximum de membres du Deepground pour, peut-être, espérer éradiquer la menace ou, tout du moins, la repousser. Et se nicher, repos salvateur du guerrier, dans les bras de Tifa retrouvée.

Alors qu'il venait ainsi de s'exprimer sans attendre, Rufus inclina la tête non sans une certaine mollesse, marquant plus sa concentration que sa réelle approbation. Il n'y avait aucun besoin d'écouter ses propos, le sourire narquois qu'esquissait ses lèvres fourbes et l'éclat intéressé du regard de l'ancien président. Déjà, il avançait une réserve quant à cette éventuelle migration que Cloud accueillit sans aucune surprise. Obtenir quelque chose d'un Shinra demandait toujours une prix plus important que l'aide quémandée. L'ancien mercenaire le laissa parler sans broncher, ses yeux rivés sur ceux de son interlocuteur si peu coopératif. Le roux poursuivit en montrant son véritable visage de bureaucrate intéressé et immunisé face à toute pensée philanthropique :

« Mais à mon tour de ne pas y aller par quatre chemins. Tu avais parlé d'un marché, n'est-ce pas ? Que proposes-tu donc en échange de ma contribution ? »

Le visage de l'ex Soldat se crispa légèrement alors qu'il fronçait les sourcils sans détourner son regard de celui de son interlocuteur. Il avait complètement oublié avoir proposé un marché au président déchu de la transnationale qui avait fait trembler le monde durant plusieurs décennies. Rufus restait Rufus et ne changerait guère, malgré la situation catastrophique à Edge, malgré le désastre complet qui semblait peser sur la planète entière. Cloud serra le poing face à ce terrible constat. Shinra n'était rien d'autre qu'un chien prêt à rogner le moindre morceau de chair laissé à la curée. Si la douleur d'avoir perdu ce qu'il chérissait le plus ne lui tiraillait pas les entrailles, il aurait déjà balancer son poing dans cette figure à la chevelure gominée. Au lieu de ça, il soupira et grommela : « Que v... »

« La vie sauve mon cœur..., trancha la seule femme de l'assemblée. »

Et bla-bla-bla... Comme elle pouvait être prolixe quand elle s'y mettait vraiment ! Eléanore venait de l'interrompre pour se lancer dans un long soliloque qui prenait plus les airs d'une attaque personnelle à l'encontre de son ancien camarade de jeu. Ironie du sort, cette fille de la haute société se risquait même à louer les actions passer de la Résistance lorsqu'il avait fallu éradiquer la menace que Sephiroth et le Météore laissaient planer sur la Planète et tous ses habitants. Elle n'avait pas tort, et, bien que surpris et coupé dans son élan, le blond ne put s'empêcher d’acquiescer face à ses dires pleins de bon sens. La jeune femme, tout en se tournant vers Cloud et Vincent les désigna comme ceux qui avaient réussi à nuire grandement aux Turks et même à plusieurs dirigeants de la ShinRa. Le leader-malgré lui de cette résistance, qui, à l'époque, était encore bien mal organisée et passait plutôt aux yeux de la populace pour un groupe terroriste alors qu'elle luttait pour la survie de tous, se rappelait parfaitement les nombreuses défaites qu'il avait pu infliger aux troupes de la ShinRa en compagnie de Vincent, Tifa, Barret, Aerith, Nanaki, Cid, Yuffie et Cait-Sith, d'une certaine manière. Hojo vaincu au sommet du Sister-Ray. Scarlet et Heidegegegeuh pris dans l'explosion de leur propre machine de guerre. Rufus lui-même ou encore ces lâches de Turks fuyant après une rouste bien méritée. La lutte en valait-elle toujours autant la peine ?

Eléanore poursuivit son exposé. Elle semblait au moins d'accord à le blond vénitien qu'amener des réfugiés n'était pas forcément la meilleure idée possible, estimant plutôt leur Salut au Sud, loin du continent Nord dont on avait mystérieusement perdu tout contact. Jusque là, Strife devait bien reconnaître qu'elle n'avait pas tort. Il avait omis cette énième menace, ne pouvant composer avec toutes celles qui semblaient planer sur le monde. Lorsque la brune proposa la possibilité d'une île artificielle comme refuge pour toute une partie de la population du pays, le blond fronça les sourcils, un peu plus sceptique. Elle lui avait déjà évoqué en privé cette idée, alors qu'elle était venue lui rendre visite au 7th Heaven. Cloud ne l'avait alors pas vraiment prise au sérieux, estimant les coûts d'un tel projet bien trop élevés. Comment trouver les ressources financières, matérielles et humaines pour un tel chantier ? La mer ne lui paraissait pas non plus une des meilleurs solutions pour s'abriter, compte-tenu des récentes tempêtes de mer et l'apparition de monstruosités mythiques et marines dans les profondeurs abyssales. Tifa avait fait les frais de son inconscience... Il ne voulait nullement commettre la même erreur et laisser d'autres personnes s'approcher du péril. Troublé et profondément ému au souvenir douloureux du sourire de son amie d'enfance, il baissa la tête pour savourer intimement le poids de la blessure que sa disparition laissait, béante, au plus profond de son être. Tzzz ! Et Cloud, impuissant, laissa parler l'oratrice et montrer du doigt sur une carte des emplacements qui lui rappelaient de bien douloureux souvenirs.

Reno prenait la parole à son tour, visiblement piqué par les propos d'Eléanore. Bien qu'il était plus ou moins amusant de savoir que la tirade ait pu l'irrité, Cloud n'écouta que d'une oreille distraite l'intervention vindicative et comique du rouquin. Tout juste vit-il, ou plutôt sentit-il, que le Turk était en train de s'en griller une petite comme on pouvait le dire dans la salle de repos des employés. La situation semblait vraiment tourner au vinaigre alors que chacun – sauf Vincent – cherchait à se démarquer par rapport aux autres et imposer ses idées et points de vue. Ces longues conversations, ces importantes décisions seyaient mal au natif de Nibelheim qui ne restait qu'un homme de terrain, un soldat après tout. Il s'approcha du petit salon à cancans prêt à imposer, à son tour, son point de vue, qu'il plaise ou non. C'est alors que Reno, en bon ivrogne qu'il devait être, proposa de prendre un petit digestif alors qu'il n'avait ni manger et que la matinée était encore bien peu avancée.

« Picole tout seul si ça te dit, pesta ironiquement Cloud en reprenant un semblant de contrôle sur ses émotions. Qu'importe l'endroit où la population pourra se réfugier. Elle ne sera jamais complètement à l'abri si on ne se débarrasse pas de Deepground. »

Ses bavardages incessants avaient étrangement attaqué sa patience. Il inspira profondément avant de poursuivre en fixant tour à tour Rufus puis Eléanore et à nouveau Rufus : « Tout ce que je demande c'est que vous vous occupiez de protéger ces réfugiés. Edge va devenir un champ de bataille une fois qu'on lancera l'assaut sur la Tour ShinRa. »

Il s'était bien gardé de précisé que par ce on il voulait surtout parler de lui-même partant à la rencontre du plus grand danger qu'un homme puisse connaître : une lutte vaine pour survivre et finalement s'étendre sur le sol couronné de gloire. Il croisa les bras en fixant avec davantage d'insistance l'ancien président pour lui parler des intérêts qu'il pouvait tirer à se montrer plus coopératif.

« Fais ça pour moi et je m'occuperai des opérations à Edge pour nous débarrasser de Deepground. Tu pourras continuer à te cacher ici sans craindre que ces dégénérés ne viennent prendre ta petite ville. Préserver ta tranquillité, voilà ma contribution. »

Il était incapable de pouvoir acheminer un trop grand nombre de civils à travers le monde, mais il comptait bien se rendre utile en prenant les armes. Il en éliminerait un bon nombre de ces fumiers avant de tomber lui-même. Le souvenir de Tifa l'aiderait à accomplir cet exploit avant de la rejoindre, comme avait pu le faire, des années auparavant la douleur d'avoir perdu Aerith. Tzzz ! Il avait pris sa décision.


❝ ..voilà ma contribution ! ❞
made by MISS AMAZING.



Merci Tifa <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un marché pour.. la Planète [Fini]   Mar 21 Oct - 14:36:29


Vincent Valentine










            Le débat était monté d’un ton depuis l’arrivée de Reno et de cette mystérieuse jeune femme. Vincent jeta même un regard discret sur son camarade, qui semblait perdre un peu de son assurance devant de tels interlocuteurs. Le ténébreux se tenait prêt à intervenir, au cas où Cloud déciderait de lui passer la relève. Jusque-là, il ne s’en était pas trop mal tiré. Dans tout ce qui avait été, il  y avait de bons arguments, dans les deux camps. Mais il fallait se rendre à l’évidence d’une chose. Alors certes, déplacer les habitants de Edge jusqu’à Healen n’était peut-être que simplement retarder le massacre. Mais cela leur permettrait tout de même de gagner du temps, à trouver un refuge plus sûr. Restait à trouver lequel… C’est alors que Vincent entra dans une profonde réflexion. Pendant que les autres se renvoyaient tous la balle, le ténébreux se mit à réfléchir silencieusement, refermant délicatement ses yeux avant de cacher le bas de son visage dans son large col. Il attendit ensuite une petite accalmie, pour décroiser les bras et s’avancer à son tour sur le devant de la scène. Silencieusement, il se rapprocha de la carte dépliée par Eleanor, avant d’y déposer le bout de sa griffe, sur une île en effet. Mais une île dont personne n’avait parlé jusque-là…

« Le Wutaï… »

Marmonna alors le ténébreux calmement. Il jeta alors un regard sur chacune des personnes ici présentes, avant d’enfin prendre une parole certaine, et expliquer son idée.

« Le Wutaï est une île stratégique. Ils ont une armée puissante, qui a su tenir tête de nombreuses années aux soldats de la Shinra, je pense qu’il est donc correct de reconnaitre leur valeur. Une alliance est peut-être bonne à envisager. De plus, le terrain là-bas est hostile, il jouera en notre faveur si nous formons une entente. Les civils pourront facilement se cacher dans les forêts denses ou les montagnes. L’île est protégée par la mer, certes très perturbé par Léviathan, mais ce qui nous pose problème, posera aussi problème à nos ennemis. Les ressources là-bas sont encore abondantes. Il serait judicieux de s’intéresser au Wutaï, avant que l’ennemi ne le fasse en premier. »

Le problème restait toujours le même, comment organiser l’exode de toute une population, quand les moyens de transport manquaient, surtout lorsqu’il s’agissait de prendre la mer. Là était bien la question, c’était toujours le temps qui manquait. Mais Vincent semblait aussi avoir sa petite idée sur la question. Le ténébreux suivit son schéma depuis la carte, glissant sa griffe d'Edge, jusqu’à Healen, et pour finir, pointa sur la ferme aux Chocobo.

« Le temps nous manque, tout autant que les moyens de transport. Voilà nos plus gros problèmes. Alors, amenons les réfugiés jusqu’à Healen, puis jusqu’à la ferme au Chocobo. Limitons les dépenses inutiles et la perte de temps en tentant de construire ou reconstruire une île, mais construisons plutôt un moyen de transport efficace et solide, capable de traverser les mers déchainées de Léviathan. L’océan qui borde la ferme aux Chocobo est plus sûr pour aller au Wutai, que d’emprunter la route de Junon jusqu’à Costa Del Sol. De plus on ne peut pas emmener les habitants jusqu’à Junon pour prendre le bateau, Deepground surveille les convois depuis l’ancien QG de la WRO qu’ils ont capturés. Il faut donc prendre la mer depuis la berge de la ferme aux Chocobo, et arriver sur le Wutaï depuis l’ouest. C’est là le chemin le plus sûr. Ce qu’il nous faut, c’est investir dans une embarcation capable de traverser toute épreuve, et il nous faut aussi un très bon négociateur, pour se rendre au Wutaï et négocier une alliance. »

Jamais Vincent n’avait parlé autant. Mais il faut dire qu’il avait aussi longuement réfléchi aux différents problèmes qui c’étaient alors présentés au cours de cet entretien. Le coût, le temps, les transports, il avait finement tout étudié, tout réfléchis. La solution se trouvait peut-être au Wutaï en effet. Cette île solide et tranquille, un dernier petit paradis dans ce monde chaotique. Le seul véritable obstacle, allait être de traverser la mer jusque-là bas. Mais s'ils y arrivaient, cette même mer déchainée, pouvait devenir une barrière tout aussi efficace contre l’ennemi. Elle deviendrait même une protection sûre.

Après avoir fini son long speech, Vincent se redressa, calme et serein. Il jeta de nouveau un regard sur Cloud, cherchant son avis. Mais ne voulant pas plus longtemps faire parler de lui, le ténébreux se remit rapidement en retrait, retournant se caler contre la porte derrière le petit groupe, derrière Cloud. Il avait dit ce qu’il avait à dire. Il avait exposé son idée, rien de plus. Ce n’était pas à lui de prendre les décisions désormais…






......






[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un marché pour.. la Planète [Fini]   Mer 22 Oct - 18:58:26




❝ Shinra x Sheeps

 ♤ Une arnaque en faveur de Rufus Shinra

Plutôt irritant, pour Rufus Shinra, que d'écouter quelqu'un parler sans savoir. Et le discours d'Eleanor était fort lacunaire. Comme Reno le pointa, presque tous les rigolos au sommet de la WRO avaient été liés à la Shinra. Elle oubliait également le combat mené contre les armes par la compagnie, sans compter qu’à l’époque, Avalanche n’aurait jamais pu affronter Sephiroth si la Shinra ne leur avaient pas ouvert la voie avec le Sister Ray. Voilà qu’une Heidegger se rabaissait à chanter les louanges des ex-terroristes, et quel moulin à paroles ! Le blond s’affaissa un peu dans son siège, la joue toujours appuyée sur son poing, montrant clairement qu’il s’ennuyait ferme. Vrai, c’était bien beau de sauver le monde, mais il fallait également le reconstruire, et ce n'était pas ces campagnards qui aboutiraient à quoi que ce soit. Eleanor osait encore dire de ceux-là, qui ne savaient que taper, qu’ils étaient les "mieux placés" ? C’était le genre d’énormité qui aurait fait éclater de rire Rufus s’il n’avait pas autant de maîtrise de lui-même. Il y avait des hommes faits pour diriger, et d’autres pour suivre les ordres. Chacun sa place.

Reno remit les choses en perspective, faisant remarquer en passant que la petite avait quelques trains de retard. C’était toujours ainsi avec l’ex-président: il n’avait pas seulement un pas d’avance, mais au moins une centaine. Eh oui, les meilleurs ouvriers, ingénieurs, architectes, spécialistes… qui les avait engagé ? Qui s’était approprié les ressources ? Qui avait mis toutes les chances de son côté pour reconstruire pendant que Reeve Tuesti faisait des claquettes sur le devant de la scène à la WRO ? Quand bien même il resterait un peu de beau monde, ce ne serait pas la petite fortune d’Eleanor qui pourrait l’alimenter. Déjà que Reeve n’avait pas été fichu de prendre en charge un quinzième des dépenses de la WRO, alors qu’il avait été l’un des plus haut cadres de la Shinra… ! Le "pognon" ne faisait pas tout, il fallait savoir s’en servir.

Ainsi donc, pendant qu’Eleanor balançait ses petites idées, les usines tournaient déjà depuis un bout de temps avec Rufus Shinra. Une fois que le turk eut fini de la recadrer, Rufus ne se fatigua même pas à ajouter des précisions supplémentaires. Et quand celle-ci conclue en remarquant qu’elle se passerait de la vanité du blond, il le prit comme une invitation cordiale...

« Pour quelqu’un qui souligne l’importance du temps, je trouve que tu en perds beaucoup à lécher les bottes de ceux qui ont tué ton père », fit-il alors remarquer, un fin sourire moqueur revenant sur ses lèvres.

Vincent intervint à son tour sous le regard presque surpris de Rufus, qui se redressa sur son siège, reprenant un peu de vie. Donc... Valentine était effectivement doté d'une parole. Une parole plutôt sage, d'ailleurs. Il avait le comportement appréciable et efficace d'un homme qui allait droit au but. Le président l'écouta avec attention, trouvant tout de même que son idée ne pouvait aboutir.

« Le développement des transports ne serait pas un problème», dit-il, insistant bien sur le conditionnel pour montrer qu’il n’avait pas encore accepté, d’autant plus que mettre ses employés là-dessus retarderait un peu ses projets de l’autre côté du globe ! Le blond connaissait des spécialistes pour les forces maritimes, dommage que les deux plus grands de l’aéronautique soient dans le gang d'Avalanche. « Cependant, ta proposition me semble bien utopique. Wutai est une île qui se complait dans son indépendance et son retrait par rapport au reste du monde. Par ces temps de crise, je doute que les wutaiens accepteraient de recevoir la racaille d’un autre continent. Ils disposent de nombreuses ressources, certes, mais ce n’est pas pour que des étrangers viennent les épuiser. Ce que tu nommes "alliance" me semble plutôt être de la mendicité. Ou de l'escroquerie. »

C'était bien cela, en fait, et Rufus se garda de rappeler que la dernière fois qu’on avait essayé de prendre leur chef pour un pigeon, on avait récolté une guerre. Contrairement à ce que son entourage ci-présent pouvait être porté à croire, Rufus ne raisonnait pas comme l’homme égoïste qu’il était présentement, mais comme le chef d’Etat qu’il fut autrefois. Et diplomatiquement parlant, il était impossible de faire accepter une occupation d’étrangers risquant de perturber le semblant de prospérité du continent d'Wutai –et de disposer de la protection de son armée par dessus le marché !-, surtout pas avec le peu d’arguments qu'avait la WRO. On n’avait rien à leur offrir d’intéressant, aux wutaiens ! Et sachant que Midgar avait tenté de les envahir il n’y a pas si longtemps… même si les temps qui couraient était propices à ce que l’on se sert les coudes, il y avait quand même des limites.

«Quand bien même leur chef serait assez altruiste et sénile pour accepter de nous entendre, je signale que pour parler d’alliance, il faudrait déjà deux États, et donc deux dirigeants. Or il me semble que le vôtre s’est fait la malle

Ou était-il mort, mystère. En tout cas, mettons que l’arnaque en question était envisageable, le chef de Wutai ne se sentirait pas nécessairement flatté de rencontrer un simple négociateur, sans compter que le meilleur d’entre eux… c’était Reeve, justement. S’ils voulaient une ‘alliance’, elle ne serait pas possible de si tôt. À la rigueur, une alliance militaire, plus tard... Et puis, il fallait envoyer la petite populace dans un endroit où elle serait la bienvenue, n’est-ce pas ? Au final, c’était Rufus qui déciderait de l’endroit où seraient conduit les habitants d’Edge. Et il était clair que même si par miracle on trouvait de la place pour eux à Wutai, le blond s’en garderait quelques-uns en poche.

Le fin stratège attendit enfin patiemment qu’un vrai marché ait lieu parce que "nous avons besoin d’eux", cela aurait quand même été plus crédible si c'était Rufus qui les avait fait venir. Alors que Reno allait joyeusement se servir en boisson, Strife eut l’extrême amabilité d'aller à  son tour droit au but.

« Tout ce que je demande c'est que vous vous occupiez de protéger ces réfugiés. Edge va devenir un champ de bataille une fois qu'on lancera l'assaut sur la Tour ShinRa. »

Le président inclina légèrement la tête sur le côté, ne cherchant même plus à masquer son intérêt, malgré un certain scepticisme. Si c’était réellement ce que comptait faire Cloud, déblayer le terrain, Rufus ne pouvait qu’applaudir. Il fallait pas mal de cran pour se lancer dans cette guerre, reconnaissons-le. Mais Rufus était un peu trop tactique pour s’emballer. En fait, il cherchait plutôt l’arnaque. Cloud allant attaquer de front Deepground avec sa petite armée, c’était peut-être un peu trop beau. Rufus ne répondit donc rien d’abord et l'écouta développer son point de vue, se contenant de plisser légèrement les yeux, le regard clair et calculateur. Le stratège ne pouvait s’empêcher de rechercher le hic quelque part. Et sans avoir besoin de penser bien longtemps, il en trouva plusieurs.

Rufus n’était pas un homme prévisible, certes, mais quand il s’adressait à quelqu’un, il n’y avait que deux solutions possibles : soit il disait une vérité aussi tranchante et nette que la lame d’un couteau, soit il menait en bateau. Le problème avec quelqu’un comme Cloud, c’est que ce n’était pas aussi simple. Tout d’abord parce qu’à une époque, ils étaient à plusieurs dans sa tête, et que rien ne prouvait que ce ne fût plus le cas.

Ensuite, Cloud était sensible, et comme tous les gens de cette trempe, ses actions semblaient guidées par son cœur, plus que par son cerveau. Cette sensibilité transpirait de sa personne de manière effarante. Lui comme Rufus avaient des yeux portant une couleur froide, ce qui créait naturellement un voile que la moindre émotion pouvait difficilement transpercer, et pourtant, le regard de Cloud parvenait à être outrageusement expressif. Ce n’était peut-être pas évident pour d’autres, mais pour quelqu’un d’aussi impassible que Rufus, cela sautait aux yeux. Et la sensibilité n’était pas seulement une faiblesse, c’était surtout ce qui poussait le bas monde à la connerie.

Même en considérant que Cloud était fiable, il y avait bien un autre petit problème là-dedans aux yeux de Rufus, à savoir comment, et avec qui il comptait accomplir sa mission. Mais bon... au moins avait-il réussi susciter son intérêt.

Malin petit mercenaire… je vois que tu apprends vite.

Comme les affaires devenaient sérieuses, le président se leva de sa position et s’approcha de Cloud pour le jauger d’un regard hautain. Quelque chose ne tournait pas rond, et Rufus l’avait déjà constaté depuis le début de l’échange. La mine nostalgique et tourmentée, on aurait dit que le mercenaire était à moitié présent, à moitié absent. Reno avait raison… la marchandise semblait avoir dépassé la date de péremption. Rufus pinça légèrement les lèvres, irrité de cette constatation.

«  Tu n’es pas sans savoir que la vie d’un soldat dépend en grande partie de son chef, Cloud. Et toi, tu me sembles tout bon pour envoyer des hommes à une mort aussi certaine que vaine. Il fut peut-être un temps où tu aurais été bon leader, mais j’ai l’impression que tu n’en as plus les épaules. Alors dis-moi, combien de soldats comptes-tu rallier à toi pour cette opération ? »

Question essentielle pour Rufus. Ce dernier ne pouvait s’empêcher de penser que si Cloud vidait les locaux de la WRO, il ne lui resterait pas grands endroits où aller piocher plus de soldats pour lui-même. Même si pas mal de mercenaires étaient déjà à son service, ce n’était pas suffisant. Oui, c’était bien beau d’éradiquer Deepground, mais la chanson restait la même : une menace de perdue, dix de retrouvées. Et il fallait bien des hommes pour affronter les prochaines. C’est que le blond ne savait pas encore ce que l’autre, mentalement instable, avait en tête. Il avait raison de se méfier…




❝ You see, in this world there's two kinds of people, my friend: Those with loaded guns and those who dig. You dig. ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un marché pour.. la Planète [Fini]   Lun 27 Oct - 13:39:38




SURPRISE BITCH



Eléanor se concentra, croisant les bras et baissant la tête vers sa poitrine, elle réfléchissait. Mettre les civils à l’abri était indispensable, mais et alors ? Ils gagneraient quoi ? Quelques semaines ? Quelques mois ? Léa n’aimait pas faire des efforts et encore moins quand elle savait que ça ne servirait finalement à rien. Et puis de toute façon, accepteraient-ils tous de fuir ? Même si elle n’avait pas été aussi impliquée, Eléanor aurait sans doute refusé de fuir… Elle l’aurait fait, à l’époque, quand elle se reposait sur les autres, quand elle comptait sur « papa » pour tout arrangé, mais maintenant elle était seule, personne n’irai réparer ses jouets si elle les cassait. Il fallait qu’elle aille elle-même cherché la colle et qu’elle apprenne  les joies du collage. Non, même si on le lui avait ordonné elle aurait refusé de mettre sa vie entre les mains d’inconnus. C’est vrai quoi une bande de guignols allaient arriver et ordonné à tout le monde de se réfugier sur une ile à l’autre bout du monde ? La bonne blague. Tu as beau savoir qu’il y a du danger, ça ne t’empêche pas de rester, la preuve combien son partie quand le météore est arrivé ? Quand les armes ont attaqués ? Très peu, trop peu. Certains partiraient peut être, oui, mais demandé à une population entière de quitter la zone parce qu’un danger éventuelle rode dans le nord ? Parce que Midgar est remplis de connard de Deepground ? Non, les gens ne voient que ce qu’ils veulent… Alors oui, les gens partaient en ce moment d'eux même, mais ils n'avaient pas de but et personne ne leur en avait donné l'ordre, pourquoi les écouteraient ils? Plutôt mourir que d'écouter, plutôt errer sans but que de rester sur place... En revanche, si on donnait à ces personnes une occasion de se rendre utile, de donner un sens à leurs vies…

Un sens… C’est bien pour ça que Léa detestait vivre, la vie se résume banalement à être projeté sur terre sans avoir rien demandé, tout ça parce que vos parents se sont dit que oh ! avoir un enfant ça serait merveilleux, jamais ils ne pensent à la merde dans laquelle cet enfant pourrait se retrouver, non le don de la vie c’est « fantastique » hein ? Bien sur, une fois plus grand on à le choix, on peut partir la bonne idée de se suicider tiens ! Sauf que lorsque l’on est assez grand pour y songer, on est aussi assez grand pour s’être attaché à une bonne dizaine de gens, sa famille déjà, ses amis… Alors voilà, on est piégé, on n’a pas demandé à être là mais on ne peut pas partir non plus parce que ça détruirait les gens que l’on aime. Une fois Léa avait lu « si vous pensez à vous suicider, pensez à la personne qui vous retrouvera » ouais, c’est claire que c’était pas cool hum ? Enfin vous ne demandé rien, vous avez passé une bonne journée et en rentrant chez vous PAF vous voyez le cadavre d’un ami, d’un membre de votre famille, qui à décidé de partir parce que c’était trop dur. C’était injuste, pour vous d’abord, pourquoi cette personne vous à t’elle fait ça et surtout pourquoi à t’elle pu le faire et pas vous. Ensuite on se demande si on aurait pas pu faire un truc pour l’aider et pourquoi on a rien vu, et enfin, on se demande ce qu’on va faire de se cadavre et comment on va l’annoncer aux autres. Va-t-on infliger la même peine aux autres ? Oui, on le fait, mais parce que c’est honnête non, tout simplement parce qu’on ne veut pas souffrir seul.

Alors voila, pourquoi Léa détestait la vie, oh bien sur, elle était loin d’être un stéréotype émo qui souhaitait éviter se lier à quiconque pour pouvoir mourir en paix, Léa ne pouvait pas faire ça, parce qu’elle dépendait cruellement du regard des autres et elle détestait se l’avouer, mais ce qu’elle savait au moins, c’est qu’énormément de gens étaient comme elle. Eléanor crevait de donner un sens à sa vie, comme la plupart des gens, mais elle voulait un vrai sens,  elle ne voulait pas faire partit de ces gens débiles qui font des gosses pour donner un sens à leur vie. La belle affaire, dédouaner ses angoisses sur quelqu’un d’autre… Non. Eléanor était ici avec ces hommes et cette femme étrange pour donner un sens à sa vie, elle se moquait bien d’être tuée par cette force étrange venue du nord si cela lui permettait de donner un sens à son existence. Alors il fallait permettre aux gens de faire pareil, leurs donner le choix. Fuir, ou combattre. C’était tout.

Elle releva la tête et se rendit compte qu’elle n’avait rien suivit à la conversation, mais à vrai dire elle s’en fichait pas mal, elle savait ce qu’elle voulait faire et elle n’avait besoin de personne pour ça.

- C’est débile… Elle vit les têtes se tourner vers elle et repris   ce qu’on fait, c’est débile, on est là à se demander où envoyer les gens sans même se demander s’ils en on envie, et pourquoi ? Pour qu’ils gagnent tout au mieux quelques mois ? Sérieusement vous croyez que les gens vont suivre une bande d’inconnus comme ça ? Ou pire une bande d’inconnus qui s’associe à Shinra ? elle tourna la tête vers Rufus c’est pas contre toi chéri mais ton nom est très très impopulaire en ville, et c’est un euphémisme elle reprit sérieusement ils vont nous regarder comme des malades mentaux, ils savent qu’il y a un danger, mais je vous rappelle que personne n’a fui Midgar quand le météore à pointé le bout de son nez, quand bien même tous les calculs montraient que c’est à cet endroit-là qu’il allait frappé en premier, personne n’a fui non plus junon quand l’arme à attaquer. Jamais. Les gens ne fuient pas, ils restent où ils sont avec l’espoir que quelqu’un va tout arranger pour eux. Il y en à qui partent oui, mais ça revient au même, pourquoi nous suivraient-ils? Nous écouteraient ils? Si on veut qu’ils bougent il faut leur donner de quoi espérer encore plus, là où ils iront. Désolée de vous dire ça mais quoi qu’il nous menace là haut, on ferait mieux de se préparer, on ne pourra pas protéger les gens si la menace arrive sur eux. Je ne suis déjà pas sure de pouvoir me protéger moi-même… On a pas besoin de réfugiés qui pleurent parce qu’ils ont peur, on a besoin d’une armée. Il faut emmener ses gens plus loin et les former, leurs apprendre à se défendre, en tout cas à ceux qui souhaite se défendre. Il faut leur donner le choix et arrêter de jouer aux dieux, nous ne sommes personnes pour décider pour eux.

Elle se tut et dévisagea chacune des personnes dans la pièce, elle était rarement si déterminée et pour être honnête elle se faisait peur à elle-même mais elle en avait assez de parler pour rien, de faire des plans sur la comète sans être sure que ça fonctionne.

- Il y a déjà pas mal de gens qui sont disposé à me suivre parce qu’ils vivent sous ma protection depuis un moment, bien sûr ça ne représente pas la majorité des personnes d’Edge, mais j’ai quelqu’un pour les former, et les former bien mieux que je ne pourrais le faire… Vous, vous faites ce que vous voulez, continuez à vous tirer dans les pattes pour savoir qui à la plus grosse bite si vous pensez que ça va nous avancer. Ce qui est sur c’est que les gens me suivront parce que mon nom n’est pas inconnus parce que mon nom est bien synonyme d’un refuge qui aide les gens en détresse plutôt qu’un ancien haut cadre de la Shinra. Ca me prendra du temps mais je sais qu’on me suivra. Vous, vous faites ce que vous voulez. Mon père était un militaire, donc je vais faire ce qu’on m’a appris de mieux, entraîner des civils à la guerre et faire des stratégies. J’ai tout ce qu’il faut pour ça chez moi. Que vous soyez avec moi ou non finalement ça ne change rien à mon plan, je sauverai ces gens avec ou sans vous. J’en ai ras le cul de vos conneries et de vous voir jouer à la guéguerre.

Eléanor se tut enfin et se tourna vers la fenêtre, elle se demandait si son père avait entendu tous les trucs qu’elle venait de débiter et s’il était fière d’elle. Alors elle entendit peut être dans sa tête, peut-être pas le rire de Papa Heidegger comme pour la rassurer et lui dire qu’elle avait pris la bonne décision.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un marché pour.. la Planète [Fini]   Lun 27 Oct - 21:10:42

Tout en continuant à chercher cette fameuse petite bouteille, mon amour secret, les protagonistes poursuivaient leur débat, l'exposition de leur point de vue que je n'étais que d'une oreille certes, mais que j'écoutais quand même. Attrapant la belle, je pris un simple verre avant de revenir m'asseoir confortablement sur le sofa, m'en servant un petit. C'est alors que le blondinet renchérit dans le domaine de l'étrange... il a toujours été aussi évasif, mais cette fois c'était différent, on aurait dit une frêle petite chose qui parlait à demi-mot parce qu'il avait fait une bêtise ou s'apprêtait à en faire une. Enfin, pas le temps de m'y intéresser davantage que nous voila reparti sur le sujet général et Wutai plus précisément. Je n'y ai pas mis les pieds beaucoup de fois, la dernière remonte à plusieurs années, c'était pour prendre une pause dans notre traque avec 'Lena et Rude... jusqu'à tomber sur l'autre idiot de Don Cornéo. Tiens d'ailleurs, si les morts reviennent à la vie, est-ce qu'il va revenir lui aussi? Il pourrait bien m'avoir dans le nez, qu'il a très gros qui plus est! Bon je ferai bien de m'y remettre sinon je vais perdre le fil de la discussion, comme l'autre femme en fait. Je ne sais pas quelle mouche l'a piqué, mais elle venait de péter son câble pour rien là... Son bustier était trop serré? Je ne sais pas mais faudrait péter un coup de temps en temps hein, la planète ne va pas en mourir pour autant et ça évite ce genre de trucs.

-Comme tu l'as dit, le problème c'est le temps qui nous fait défaut, yo'... S'ils ne veulent pas nous suivre et fuir, c'est leur droit. On leur tend la main mais ce n'est pas pour autant qu'on va la leur prendre et les tirer derrière nous tels des boulets, yo'! Un type qui n'est pas assez censé pour fuir afin de sauvegarder sa propre vie, je ne vois pas ce qu'il ferait de mieux avec une arme dans les mains à part des conneries. En ces temps, il faut bien plus de fermeté que de liberté, sinon on risque vraiment de tous y passer pour une petite poignée, yo'... Le temps des chevaliers c'est terminé, chacun doit se démerder!

Oh mon... Vous croyez que j'aurais pu faire carrure dans la haute de la ShinRa? Non mais attendez, avec un discours pareil, je suis sûr que j'aurais pu décrocher un poste sur le nez d'un glandu comme il y en avait eu des tas! Bah de toute façon ça ne m'intéressait pas, mais je pensais chaque mot, chaque lettre de mes propos... Prenant une petite gorgée entre temps, bien évidemment, s'il est vrai que la situation était si critique, il allait falloir les secouer un peu... De toute façon, je ne m'en fais pas plus que cela. Le Patron sait ce qu'il fait, comme toujours, et en deux coups les gros ça sera comme prévu et finira dans sa poche. Quoiqu'il en soit, je ne savais toujours pas ce qu'elle avait pris mais c'était pas un truc de fleuriste! Je ferais mieux de faire profil bas et de ne pas trop la brusquer davantage si je veux espérer savoir où est-ce qu'elle avait trouvé un tel truc. Elle dit être altruiste alors bon... Sans rire, ça doit être fun!

-C'est vrai que le Wutai ne nous ouvrira pas ses portes comme ça, yo'... Faut pas oublier qu'ils l'ont mauvaise avec la guerre d'antan. Après s'ils peuvent récupérer les civils ça ne peut pas être une mauvaise chose, c'est une idée qui se tient, yo'. Cela dit je ne pense pas que ce soit une grande idée que de se séparer, frapper aveuglément dans la fourmilière et voir ce qui se passe ensuite. Ce n'est pas que je vous aime bien ou que je vous déteste tous, mais ça semble tout de même plus logique que de se tirer les doigts tous ensemble et non aller rendre visite aux dingos la fleur au fusil, yo'.

Finissant tranquillement mon verre, avant de m'en resservir un le plus discrètement possible, je vins raviver le feu consumant ma menthol avant qu'il ne soit trop tard. A croire que tout ce blabla traînait en longueur et que ça n'avançait pas beaucoup... Déjà j'étais claqué, alors en plus si ça prend la journée moi aussi je vais péter une durite comme madame truc ici présente! Bon... il fallait que je tente quelque chose pour attirer toute l'attention sur moi mais surtout sur le Patron. Je le connaissais assez pour dire qu'il se foutait clairement de leurs avis, il voulait juste piquer leur curiosité, leur intérêt et que tous se rallient à ce que nous avions déjà entrepris... Tous ou peu s'en faut, sauf les empêcheurs de tourner en rond.

-Non puis on a déjà commencé de notre côté, ça serait con de partir chacun dans son coin avec ses propres ressources, yo'... Cela voudrait dire que j'ai été sauvé l'autre tordue prisonnière de sa grotte pour des pâquerettes. Tout ça parce que l'autre fils à maman n'a pas eu sa dose la dernière fois, yo'! Alors franchement, si on pouvait EVITER DE PETER DES CÂBLES POUR RIEN, ça serait plutôt cool vous ne trouvez pas? J'ai pas envie de crever mais si ça pouvait m'éviter de subir ce débat toute la journée ça serait agréable, y en a qui bossent jour et nuit ici, yo'... Non mais faut pas le prendre mal non plus hein.

Vidant mon verre grâce à mon magnifique lever de coude, non sans rire je me suis entraîné durant des années pour en avoir un si efficace, je vins garder le silence tout en les regardant tous l'un après l'autre. J'espère ne pas en avoir fait des tas, je pensais attirer l'attention mais quand même... C'est pas moi qu'il faut regarder ou écouter plus que de raison, c'est le Patron! Moi tout ce que je veux, c'est vite finir et retourner me coucher! Si seulement mon lit pouvait débarquer ici, passer par la porte et... C'est beau de rêver! Il faut que j'arrête d'y penser sinon je vais vraiment m'endormir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un marché pour.. la Planète [Fini]   Aujourd'hui à 5:05:40

Revenir en haut Aller en bas
 

Un marché pour.. la Planète [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Soeur pour toujours (Petite Lune) ::FINI:: suite dans la mer originelle
» Etude de marché pour une boutique à thème médiéval
» Sommes nous trop nombreux pour notre planète ?
» Enigme de la marchande d’oeufs
» Usuka Kamada , Criminel sans but , Né pour son frère [FINI ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Judgement Day :: Continent Est :: Healen-