RemonterDescendre



 

Partagez | .
 

 Home sweet home ! [PV.Rufus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Home sweet home ! [PV.Rufus]   Ven 19 Sep - 23:08:34




Reanbell Valdès

Do you want to play with a broken doll ?






    Il est vrai que laisser simplement son appartement grand ouvert avant de partir aurait suffit à liquider le stock incroyable de produits en tout genre que représentait son appartement, mais le truc, c'est qu'en ordonnant ses dons à des organisations précises, elle était certaine que cela ne profiterait pas à quelques dealers de grand chemin … c'est qu'il y en avait de plus en plus à Edge avec cette exode de masse ! Mais ça, elle se garda bien de l'expliquer à son frère, arborant une mine parfaitement indifférente et lasse en haussant l'épaule d'un air désinvolte. Le contredire ne ferait que confirmer ses accusassions, car elles étaient justifiées, mais il n'y avait bien qu'elle pour prendre ça de cette façon. Oh oui, Reanbell était sensible, très sensible même et c'est bien pour cela qu'elle se cachait derrière une armure d'antipathie aussi solide. C'était sa seule défense contre tout ce qui pouvait atteindre son petit cœur fragile, tous ces sentiments de tristesse, de compassion, de jalousie, d'injustice, d'abandon, d'empathie ou même de joie … Car elle se devait aussi de cacher ses émotions positives afin de préserver les négatives. Cela n'était pas sans conséquence, car elle vivait avec un terrible poids sur le cœur et c'était constant. On pouvait parfois s'en rendre compte par des jours de pluie, mais cela, Rufus avait déjà eut le loisir de l’apercevoir à Nibelheim.

Le blond consenti à répondre à sa question et apparemment, il l'emmenait tout simplement chez lui. Healen était un sanctuaire de paix pour les géostigmates autrefois et le domaine appartenait à Rufus Shinra. Il pouvait bien parler, mais lui aussi avait offert des soins aux nécessiteux lorsqu'ils en avaient eut le plus besoin ! Elle n'avait pas eut les loisir de visiter les locaux depuis et elle ne s'y était jamais vraiment intéressée tant qu'elle n'était encore qu'une simple mercenaire employée par le riche héritier de cette entreprise déchue … Mais finalement, qu'avait-il fait de toutes ces maisonnette ? Étant donné la situation, Reanbell s'imaginait que c'était devenu des laboratoires et qu'elle allait y être étudiée. Malgré cela, elle était étrangement sereine, comme si elle ne croyait pas en cette théorie qui était pourtant sienne et la plus logique qui soit. Au fond d'elle, la petite fille perdue et terrorisée espérait que son seul lien avec ce monde se monterait bienveillant à son égard et ce n'était qu'une petite partie d'elle seulement, cette part qui la faisait tant souffrir, qui la rendait si irascible tant il était douloureux de toujours, toujours la faire taire au plus profond d'elle-même. Celle-là même qu'elle rêvait de pouvoir matérialiser juste devant elle afin de pouvoir l'étouffer de ses mains, enrouler  fermement ses doigts autour de sa gorge et serrer, serrer en regardant son visage rougir peu à peu, ses yeux s'écarquiller, demander pitié, demander pourquoi. Pourquoi ? Mais parce que le monde est ainsi pauvre idiote. Et c'est pour son incapacité à le comprendre qu'elle continuerait alors de serrer et de serrer encore, jusqu'à sentir ses os craquer sous ses doigts, jusqu'à regarder la vie quitter peu à peu son regard. C'est cette part d'elle-même que Reanbell méprisait tellement, car elle était responsable de tous ses maux, rendant tout si compliqué, si difficile à gérer. Sans elle, elle n'aurait pas à  jouer un rôle sans arrêt, sans elle, son indifférence et son cœur de glace pourrait être sincère. Sans elle, la vie éternelle ne serait même pas un fardeau, qui sait. Elle avait un tel désir de ne pas être ce genre de personne qu'elle s'en était fait une ennemie interne et même une victime.

Sur cette image d'elle-même étouffant sa part de gentillesse qu'elle porta son regard vers l'extérieur pour admirer le paysage chaotique qui s'offrait à eux. D'aucun voyageur ne vous dira avoir vu pire paysage que cela, Midgar et les terres arides qui la bordaient sur des kilomètres à ronde étaient un spectacle bien fade. Telle était leur héritage … et si le monde ne reflétait pas encore cette image sinistre, au fond, la planète n'était plus que cela, une pierre froide et infertile.  Elle ne savait trop pourquoi cela lui arrivait à cet instant, mais elle sentait son cœur s’appesantir à mesure qu'ils se rapprochaient de Healen Lodge. L'enfant méprisable attendait le verdict avec espoir, pendant que le masque de glace la méprisait pour cela, le tout engendra une chimie bien explosive au fond de ce petit être si calme d'apparence.

L'atterrissage se fit avec bien plus de douceur que les siens et c'était d'un ennuie mortel. Le grondement des moteurs s'évanouir bientôt dans le silence de la nature et les pals ralentirent de ce même élan, redevenant peu à peu bien visibles. Son frère se leva en prenant le sac qu'il avait tout de même prit soin d'emporter pour sa sœur, ce qui pouvait indiquer un futur traitement pas si terrible que ça. Reanbell ne se laissait tout de même pas convaincre par l'enfant qui continuait d'espérer, se disant simplement que, même s'il l'avait emmené ici juste pour la cacher, ce n'était certainement pas dans le but de protéger sa petite personne, mais plutôt de garder son secret jalousement caché.

Le pilote s'approcha ensuite d'elle, alors qu'elle n'avait pas bougé d'une pouce jusque là, comme une petit princesse qui attend d'être porté. Elle en avait l'air en tout cas, mais attention, mademoiselle gardait ses goûts de luxe, hors de question qu'elle laisse tripoter sa royale personne par n'importe qui. Elle braqua aussitôt son petit regard farouche de chaton prêt à mordre sur l'inconnu.

— N'y pensez même pas ! Protesta-t-elle, catégorique.

Rufus ne tarda pas à l'entendre râler et intervint, comme le grand frère responsable qu'il était, il réprimanda la petite sœur capricieuse et désobéissante.

« Reanbell, tu ne peux même pas marcher ... » Gronda-t-il d'un ton las.
— Je peux toujours rouler. Assura-t-elle, et elle en était parfaitement capable !

La petite princesse eut finalement ce qu'elle voulait et c'est quelqu'un de bien plus digne qui se chargea de la transporter. Elle ne broncha par lorsque ce fut Rufus qui s'approcha pour défaire sa ceinture mais émis un peu de résistance en sentant l'agacement dont il faisait preuve. Elle craignait qu'il ne l'oblige à se faire porter par cet homme mais après lui avoir négligemment le bras - ce qui lui valu de belles douleurs – il la prit finalement dans ses bras pour la porte comme il l'avait si bien fait à Edge. Lors de ce petit échange encore un peu brutal, elle avait prit la précaution de garder une mains contre Condchat pour qu'il ne soit pas trop beloté. Elle sentait encore la petite boule de poile blotti contre sa peau, remontant progressivement dans son cou, mais il était calme et silencieux malgré le chahut.

Elle fut baladée jusqu'au sommet de la falaise pour arriver dans la demeure personnelle de Rufus. Bon d'accord, elle ne rejoindrait pas un locale spéciale pour les hypothétiques expériences qu'elle s'était figurée … pas pour le moment. De toute façon, rien de garantirait l'était de l'endroit dans lequel elle allait atterrir … et ce fut … Une chambre ! Plutôt confortable d'ailleurs, mais sans télévision ni console de jeu, ni ordinateur. Oubliez ce que j'ai dit, ce n'était pas confortable finalement. Enfin, le lit était moelleux, elle put le constatée lorsqu'il l'installa dessus. Elle observa un instant l'endroit d'un regard critique, alors que le pilote s'en allait en silence. Elle baissa le menton pour regarder dans son impaire où Condchat reposait toujours, il ne grelottait plus. Elle lui caressa doucement les moustaches et il eut enfin une réaction, frottant doucement sa tête contre elle.

« Il est le seul homme au courant de ta venue ici. Veux-tu que je l'assassine ? »

La demande résonna étrangement dans sa tête. Sur coup, elle pensa ''il serait prêt à tuer pour moi ?'' mais à nouveau, elle se fit d'une grande violence avec cette pensée qu'elle estimait venir une fois de plus de cette part d'elle-même quelle méprisait. Pour simple réponse, elle haussa simplement l'épaule. Reanbell ne tuait pas par plaisir, seulement par nécessité … Et elle ne jugeait pas cela indispensable concernant ce pilote qui ignorait tout d'elle. Elle choisit donc de ne rien répondre de plus et sorti délicatement le chaton de sa cachette pour le poser sur le lit. Sa petite queue fine et duveteuse en l'air, il marcha du bout de ses petites pattes trop courtes sur le matelas, comme dérangé par la texture, au début. Il n'alla pas bien loin, car, en voyant Dark Nation, il retourna vite vers sa maîtresse, se frayant un passage de force pour retourner se cacher sous son impaire. La blondinette ne broncha pas mais retira son manteau trop sale et abîmé, se retrouvant en débardeur blanc. Le chaton se retrouvant alors à découvert, il grimpa encore un peu en s'aidant de ses griffes – qui ne dérangeaient plus sa maîtresse résignée – pour venir se cacher contre sa nuque, bien au chaud sous ses cheveux blonds.

— Je voudrais prendre ne douche. Dit-elle alors, comme si elle était dans un hôtel.

Dans tout ça, elle en avait oublié qu'elle avait toujours une balle dans le genou et un gros trou dans l'épaule et … tout le reste. Inévitablement, son regard était voilé d'une certaine tristesse, comme celle que le président avait pu apercevoir lorsqu'elle observait la pluie. Son visage restait neutre, mais son état et ses grands yeux bleus verrons lui donnait un réel air de chaton abandonné, le même air que Condchat avec ses petites oreilles moles.  


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Home sweet home ! [PV.Rufus]   Sam 20 Sep - 19:37:44




❝Rufus x Reanbell

 ♤ I do

Après sa demande, il tourna la tête vers sa soeur comme pour vérifier sa réaction. Reanbell haussa simplement son épaule en état de marche, et Rufus sut que ce geste avait plus valeur de confiance que de réel désintérêt. Confiance en le choix de son frère sur ses employés, peut-être, ou confiance sur la sécurité de sa propre identité, cette dernière chose étant moins certaine. Que le président se coltine une blonde casse-pied pouvait nécessairement amener à ce que l’on s’interroge, peut-être même à ce qu'on en parle autour de soi, et Rufus avait beau choisir son entourage avec soin, il n’était jamais à l’abri d’une éventuelle trahison. C’était en étant toujours préparé au pire qu’on ne risquait ni la surprise, ni la déception. En tout cas, il semblait qu’aux yeux de Reanbell, cela constituait trop peu de raisons pour entrainer la mort. Pour une mercenaire d’apparence impitoyable qui avait plié bagage afin de fuir, une telle indulgence était presque curieuse. Mais cela faisait un moment que Rufus semblait assimiler qu’elle n’était pas tout à fait ce qu’elle prétendait. Et la savoir fragile en était autant satisfaisant que dérangeant. Satisfaisant en raison de l’emprise absolue qu’il pouvait avoir sur elle, mais dérangeant à cause de cet élan protecteur qu’il ressentait à son égard mais qu’il terrait au fin fond de lui, caché derrière un mur d’indifférence, et même de cruauté, lors même que Rufus avait cessé d’être réellement cruel depuis longtemps. C’était comme si elle réveillait sa perfidie, qui s’était pourtant atténuée par le poids des épreuves qu’il avait traversé.

Elle ôta son imper et son chaton lui grimpa alors dessus comme s’il s’agissait d’un arbre. Quelle saleté ! Reanbell ne réagit pas, ce qui n'était pas étonnant vu le nombre d'autres endroits douloureux vers lesquelles sa concentration devait être portée.

« Je voudrais prendre une douche », exigea t-elle.

Le président plissa un peu les yeux à sa demande, même s’il n’apporta pas de clair refus pour le moment. Il n’empêche qu’elle n’aurait pas d’autre choix que d’attendre, pour l’heure. Le blond ne lui donnerait pas ce qu’elle voulait tant qu’elle n’aurait pas fait de même. Il se doutait qu’elle ne répondrait pas si facilement, mais ce n'était pas comme s'il lui laissait le choix.

« Pourquoi ne pas te régénérer avant ? » riposta t-il d’ailleurs en haussant un sourcil.

C’était une question qui lui brûlait les lèvres depuis qu’ils étaient dans l’hélicoptère, et il songeait toujours que Weiss était le responsable de ce phénomène, même si cela n’avait pas parfaitement fonctionné car Reanbell était toujours en vie. C’était l’avis du blond. Car il fallait bien quelque chose de spécial pour avoir survécu à une telle attaque. Si ce n’était pas sa force, si ce n’était pas sa résistance, cela ne pouvait être que cette sorte de pouvoir dont il avait déjà eu une petite démonstration à Nibelheim. Mais la blonde ne semblait pas disposée à parler de ses dons. En fait, depuis le début elle avait cherché à s’en cacher. Il se souvenait qu’elle avait même voulu faire croire à son frère à un échec du projet 23. Mais on ne la faisait pas à Rufus Shinra !

« Je t’ai déjà vu faire », insista t-il alors, sans préciser à quel moment, histoire de s’épargner une justification vaseuse qu’il ne croirait pas de toute façon.

Elle était capable de lui balancer l’explication d’une illusion d’optique, comme il la connaissait ! Mais il n’était ni aveugle, ni idiot. Rufus croyait avant tout ce qu’il voyait, plus que ce qu’il n'entendait, comme tout bon manipulateur qui se respecte. Il se décolla du mur et retourna se poster devant elle, l’observant de haut d’un regard froid. Les yeux d’un bleu différent de sa sœur brillaient d’une même lueur lasse, désabusée, et Rufus en ressentit comme une impression étrange. Il avait au fond de lui comme le besoin de la rassurer, lui donnant l’envie de poser un genou à terre en cette posture inférieure et réconfortante qui autoriserait Reanbell à le regarder de haut à son tour. Le fait qu’il restait pourtant bien sur ses deux jambes, debout, lui donnait donc le sentiment que cette position n’était presque pas… naturelle. Rien chez lui n’aurait laissé deviner une telle chose, évidemment, si ce n’est son regard bleu qui se fit soudainement plus neutre et dépourvu d’hostilité.

« Et où comptais-tu aller ? », s’enquit-il alors.


❝ The things you own end up owning you ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Home sweet home ! [PV.Rufus]   Dim 21 Sep - 15:14:17




Reanbell Valdès

Do you want to play with a broken doll ?




    Le secret de la jolie petite blondinette n'avait jamais était autant en danger et pourtant, elle n'avait pas peur … Comme si elle pouvait faire confiance à Rufus Shinra pour qu'il garde ce secret et n'en abuse pas. Ce n'était pas de la confiance pourtant, mais quelque chose de plus particulier qu'elle n'aurait su décrire et que, de toute façon, elle n'avait pas envie de se donner la peine d'y prêter la moindre attention. Rufus n'avait aucune réelle preuve concrète de toute façon, si ce n'est son instinct et des spéculations basées autour de fantasmes qu'il aimerait être vrais. Mais Reanbell n'était pas une créature de légende et sa vie fut loin d'être un conte de fée.

C'est ainsi que, lorsqu'il insistât sur le fait qu'elle pouvait se régénérer et qu'il l'avait vu faire, il ne reçu qu'un regard las, non sans une pointe d'hostilité. Rufus était quelqu'un de perspicace et c'était plutôt agaçant dans cette situation. La blonde ne se laissa pourtant pas démonter, ni par ses propos, ni par cette façon qu'il avait de la surplomber. Elle remonta de menton d'un air digne et suffisant, alors qu'elle venait caresser le doux pelage de Condchat logé contre sa nuque.

— Pff, tu prends tes rêves pour une réalités, Shinra, c'est navrant. Ce scientifique dingue était un raté, dit elle avec mépris pour ne pas prononcer le nom tabou, tu crois toujours qu'il a pu réussir ce projet ? La cicatrisation précoce n'est pas rare, même les soldats ont cette caractéristique, ma seule particularité est que mes petits bobo se referment juste un peu plus vite qu'eux et que j'ai une certaine tolérance à la douleur, mais c'est tout. Tu crois qu'il suffit que je claque des doigts pour fermer mes plaies et réparer mes os cassés ? Franchement, tu crois pas que je l'aurais déjà fait pour me tirer d'ici, si je le pouvais ?

Le naturel avec lequel elle prononçait ces paroles était si spontané que personne n'aurait pu soupçonner à quel point son mensonge puisse être énorme. Quelqu'un sachant réellement pour elle aurait sans doute éclaté de rire d'ailleurs et le fait qu'elle dévoile justement son plan dans cette évidence ne manquait même pas de subtilité. Elle ne voulait pas que Rufus se rende compte de l'étendu de ses pouvoirs, ni lui, ni personne ne devait l'apprendre.

Elle laissa sa main retomber doucement sur ses jambes et son regard se posa sur ses poignets si mal en point. C'est la première fois qu'elle les voyaient ainsi, rougis, bleuis par endroit. Elle se demandait encore si il y avait un lien avec ces marques qu'elle n'avait jamais dû subir avant et Weiss, ou si cela avait seulement été le résultat de la violence des coups … ou peut-être était-ce dû au fait qu'elle retienne le processus ? C'était la première fois qu'elle le faisait aussi fortement et aussi longtemps et c'était d'ailleurs épuisant et particulièrement douloureux. Elle n'en menait pas large, mais c'était bien difficile d'avoir l'air de rien. Enfin, il était clair qu'elle n'avait pas l'air en forme ce qui allait parfaitement avec son état. Elle était particulièrement pâle et ses yeux luisaient d'une lueur toujours aussi vive, à même titre que le papillon dissimulé dans son dos. Elle convulsait légèrement, comme un chaton fragile, mouillé et gelé jusqu'au os. Elle semblait si fragile, comme si elle pouvait s'effondrer à tout moment. Son regard était d'ailleurs parfois voilé par les ténèbres et elle sentait ses lèvres se geler d'un coup, s'accrochant dans bien que mal.

« Et où comptais-tu aller ? »

Elle voulu répondre mais le souffle lui manqua. Elle prit alors le temps de remettre un peu d'ordre dans ses idées, alors que les images de Weiss lui revenait en tête … Ses coups de poing s'écrasant contre son visage, l'écho de cet instant résonnait toujours dans son esprit. Elle tenta de rester le plus indifférente possible à ses propres maux mais semblait de plus en plus souffrante.

— Une mission … à Kalm. Articula-t-elle de son mieux.

Elle baissa la tête pour cacher une légère grimace de douleur en posant sa main contre la plaie de son bassin et fut prise d'une légère toux mal ravalée qui lui déchira côtes et entrailles. Elle plaqua sa main contre sa bouche et en la retirant doucement, encore tremblante, elle y remarqua un peu de sang. Elle s'essuya négligemment contre l'imper' déjà fichu et reprit son souffle avant de s'expliquer.

— L'hôpital, je comptais m'y faire soigner avant d'aider à l'organisation de l'exode.

Les gens ne savaient plus où allaient mais tous fuyaient et la plupart passait donc par Kalm. Elle avait effectivement accepté une telle mission comme couverture pendant qu'elle quitterait le continent, Rufus pourrait donc facilement vérifier la véracité de ces propos. Elle releva à nouveau les yeux vers lui, d'un air fiévreux et sévère.

— Et pourquoi tu m'as amené là ?

©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Home sweet home ! [PV.Rufus]   Dim 21 Sep - 17:09:36




❝Rufus x Reanbell

 ♤ I do

Reanbell ressemblait à son frère sur un énième point. Ils avaient tous les deux conscience de leurs qualités, et s’il y avait quelqu’un qui fanfaronnait plus que l’autre, c’était bien sa petite sœur, qui feignait toujours de ne pas voir quand elle avait profondément merdé quelque chose. Et pour une fille aussi présomptueuse, elle plaçait beaucoup d’effort à essayer de démontrer à Rufus qu’elle n’était pas exceptionnelle. Et bon sang qu’elle était convaincante, si naturelle et si nonchalante, ce n’était pas sa sœur pour rien ! Le problème étant que Rufus avait autant d’expertise dans le domaine, si ce n’est plus, vu qu’il était l’ainé ! Reanbell n’avait rien inventé. Et trop de justifications, trop d’explications données si facilement était déjà suspect. Si elle le savait vraiment dans l’erreur, se donnerait-elle tant de mal ? Car elle n’aurait pas grand chose à craindre, au final. Ce qui était le plus risqué, c’était que justement, il puisse croire qu’elle avait une capacité spéciale. Et c’est pour cela que la jolie blonde devait s’en cacher. Qui sait ce que le président ferait s’il obtenait la confirmation d’un tel pouvoir ? Que pensait-elle qu’il ferait d’ailleurs ? Reanbell semblait avoir une sainte horreur des scientifiques, et en particulier de Hojo, mais Rufus ne savait pas lui-même s’il était bon de l’envoyer en laboratoire. Une fille qui ne meurt jamais, n’aurait-elle pas plus sa place en combat ? Le problème étant que c’était aussi risquer de la laisser tomber entre les mains de Deepground. Alors… qu’en faire ? La retenir prisonnière ?

Il l’écoutait se justifier avec le petit sourire en coin de quelqu’un qui sait qu’on lui ment et qui s’en amuse. Je suis passé par là aussi, ma jolie. Il hocha même de temps en temps la tête en faisant mine de comprendre ce qu’on lui disait, l’invitant à continuer ses boniments en feignant de ne pas voir la peine qu’elle mettait à parler. Malgré son regard étincelant, on aurait presque dit que Reanbell allait tourner de l’œil. Le sang s’écoulait de sa plaie au bassin que son frère avait ravivé, et elle toussa même un peu de sang, ce qui ne l’empêcha pas de poursuivre tout de même. Ce qui enfonça le clou fut certainement ce qu’elle raconta au sujet de cette pseudo-mission à Kalm. Weiss ne fermerait peut-être pas l’œil de la nuit sans avoir pu achever ce qu’il avait commencé, si bien que même le soldat le plus stupide et téméraire n’irait certainement pas se remettre du service à peine cicatrisé de son attaque... à moins que le soldat en question ne se sache invincible…

« Et pourquoi tu m'as amené là ? »

Alors comme ça, on exigeait des réponses sans en donner soi-même ? Le sourire en coin de Rufus s’accentua furtivement.

« Certainement pas pour écouter ton baratin, tu imagines bien. »

La main de Rufus emprisonna la mâchoire de Reanbell, ses doigts se refermant sur sa joue comme les serres d’un rapace, l’obligeant à garder son attention sur lui et non sur cette terrible souffrance à laquelle elle était en proie.

« Tu admets donc disposer d'une cicatrisation plus rapide, comme les soldats… Mais tu n’es pas soldat. Tu n’as pas leur force physique, ni leur résistance aux balles et aux injures extérieures », lui fit-il remarquer avant de pencher narquoisement la tête sur le côté « Et pourtant te voilà, rescapée d’une attaque de Deepground, déjà prête à repartir en mission à Kalm comme s’il n’avait s’agi que d’un entrainement quotidien... »

Rufus n’avait pas la preuve des dires de sa soeur, mais il était sûr d’une chose : il y avait des mensonges à plusieurs endroits. Où ? Elle disait que si elle avait pu se régénérer, elle l’aurait déjà fait, mais si elle voulait s’en cacher, il était évident que c’était faux. Il n’y avait rien pour prouver qu’elle disait vrai, mais il y avait bien les faits qui jouaient contre elle. Des faits bien trop énormes pour être ignorés.

« Et la petite chose que tu es, incapable de se défendre de son propre frère, a réussi à survivre à Weiss avec ce maigre pouvoir dont tu parles ? C’est bien ce que tu essaies de me faire croire ? »

Il observa son corps meurtri tout en conservant sa mâchoire dans sa main, puis se pencha davantage vers elle pour ramener l’autre près de son bassin. Ses doigts restèrent posés dessus comme s’il s’apprêtait à les enfoncer dans sa plaie, mais il n’en fit rien pour le moment.

« J’ai au moins l’impression que tu ne peux pas mourir vidée de ton sang », dit-il alors.

Car si elle avait réussi à se régénerer un peu depuis l’attaque de Weiss, il était clair que celui-ci en avait fait couler bien plus que cela. Le regard de Rufus redevint alors glacial tandis qu’il donnait l’impression que c’était une expérience qu’il était prêt à tenter sur elle, bien que ce fut en réalité plutôt incertain. Même si l’élan que Rufus avait ressenti à vouloir la protéger était étouffé par la profonde irritation de la voir refuser de coopérer, il n'était pas dit qu'il serait capable de prendre un tel risque.


❝ The things you own end up owning you ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Home sweet home ! [PV.Rufus]   Dim 21 Sep - 18:22:14




Reanbell Valdès

Do you want to play with a broken doll ?



    Le petit chaton caché sous ses cheveux frémit lorsque Rufus saisit la mâchoire fragile de sa maîtresse qui, elle, ne réagit pas le moins du monde. Elle porta simplement son regard fatigué vers le sien, déjà bien trop endommagée pour se fatiguer à exprimer une réaction plus explosive. Elle sentit simplement les petites griffes de Condchat se raffermir contre sa peau ainsi qu'un léger miaulement aigu qui laissait le doute quant à sa provenance, si il était de Reanbell ou de lui. La blondinette était imperturbable, le doute ne traversa pas un instant son regard, bien trop chargé de douleur pour laisser transparaître autre chose. Elle ne semblait rien à voir à cacher … Elle s'était simplement projetée dans une situation moins dramatique, s'efforçant de se convaincre que tout cela n'était qu'une simple partie de poker. Rien d'important n'était en jeu. Ce sentiment était motivé d'une certaine résignation. Rufus était têtu, il faisait comme s'il savait déjà tout. Peut-être devrait-elle simplement le laisser croire, car s'il le croyait, jamais si ne saurait … jamais avec certitude.

Elle l'observa avec lassitude, comme s'il faisait peine à voir tant il faisait fausse route, comme si elle en avait assez de ses vaines spéculations. Elle devait bien l'avouer, à cet instant, tout ce qu'elle voulait, c'était dormir … Dormir et se laisser aller, se réveiller sans douleur ni rien … Mais c'était impossible. Son repos allait sans cesse devoir être modéré, elle n'allait pouvoir dormir que d'un œil afin de ne jamais laisser le processus de régénération s'enclencher. Elle fut bien tentée d'abandonner cette idée, elle en avait déjà marre … Mais son instinct de préservation était bien plus fort.

— Tu ne sais même pas de quoi tu parles. Soupira-t-elle. J'ai pas mal dérouillé dans l'attaque du convois, mais tu crois que j'aurais pu rentrer comme ça de Junon avec cette balafre ? Et toute seule ?

S'en était effrayant tellement sa remarque était convaincante, comme si elle le prenait pour un demeuré de penser de tels frivolités. Elle avait bien quelques idées en tête pour excuser cette petit blessure de trop, mais elle n'avait plus vraiment la force de discourir pendant des heures afin de prouver par A + B qu'elle n'était pas ce qu'il pensait qu'elle était et qu'elle était effectivement. La blondinette préféra donc laisser clairement comprendre à Rufus que cette plaies ne lui avait pas été infligé à Junon, mais en rentrant à Edge, sans aller s'aventurer dans des explications. Elle ne broncha même pas en sentant sa main se poser contre sa plaie, comme parfaitement résigné à n'être qu'une petite poupée inanimée … Mais ne vous y trompez pas, n'importe qui d'autre que Rufus se serait mangé une baffe.

— Tu as lu le rapport de Junon, pas vrai ? Donc tu sauras que quelqu'un m'a sorti de l'embrouille là-bas … Elle posa sa petite main tremblante sur celle que Rufus maintenait contre sa plaie. Et si tu veux en savoir plus sur les résultats des expériences me concernant, t'as tous les documents qu'il te faut, non ?

A cette époque, Hojo avait déjà pu conclure une cicatrisation précoce du sujet, ainsi que de grande facultés mnésiques et une certaine tolérance à la douleur que Reanbell avait pu travailler depuis. Le sujet 23 était également le plus résistant à l'anémie, que ce soit par privation de nourriture, d'eau ou de sommeil. Il était également encore clair à l'époque que ce projet formait des prototypes pour une formule à répliquer sur des soldats faits pour le combat, ils ne pouvaient tout simplement pas faire des tests aussi hasardeux sur des guerriers, au risque de perdre une précieuse élite. On pensa pendant un temps à se servir des phénix chétifs restants pour des missions de reconnaissance ou de sabotage. Créer des enfants-bombes réutilisable à l'infini avait ses avantages. Bref, pas mal de choses qui rendaient son état actuellement possible sans la rendre indestructible. Elle ne précisa donc rien de plus sur sa dernière remarque, le laissant venir seul à la conclusion que, comme elle n'avait cette blessure que depuis Edge et qu'elle avait effectivement une certaine résistance à l'anémie, il était normal qu'elle soit encore debout. Elle n'était cependant pas contre quelques soins, sachant qu'elle allait devoir retenir sa régénération cette fois.

Laissant sa main sur celle de Rufus, elle glissa l'autre sur son propre genou meurtri, où une balle était toujours logé. Elle massa légèrement la zone douloureuse. Si elle n'était pas aussi solide malgré ce petit corps frêle, elle aurait pu perdre sa jambe avec tous ces mauvais traitement.

— Cette matéria de soin … tu vas me la donner ?



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Home sweet home ! [PV.Rufus]   Dim 21 Sep - 21:14:13




❝Rufus x Reanbell

 ♤ I do

Rufus ne répondit pas à sa question, qui était rhétorique de toute façon et heureusement car non, il n’avait pas lu le rapport de Junon. Dès qu’il avait appris l’attaque du convoi de sa sœur, il s’était … lamentablement précipité à sa porte. Le pire étant qu’il ne voyait pas pourquoi elle parlait de son impossibilité de retourner à la ville ainsi blessée. Reanbell voulait lui faire croire qu’elle était sortie intacte de l’attaque de Weiss ? C’était à la fois une insulte à la barbarie de l’argenté, et à l’intelligence de Rufus. Il baissa le regard su sa blessure tandis qu’elle parlait d’une personne étant venue à son secours. Son secours à elle qui, comme par hasard, était la seule survivante au moment de l’arrivée de ce mystérieux sauveur. Quand bien même ce récit se verrait confirmé par le rapport, l’énigme concernant sa survie en attendant le héros n’était toujours pas résolu. Alors P23, te plais-tu donc tant à prétendre n’être qu’un échec ?

La main de Rufus tressaillit légèrement lorsqu’il sentit la sienne se poser dessus, comme s’il prenait conscience de la cruauté de son propre geste. C’est pourtant un regard clair et calculateur qu’il relevait vers elle, faisant absolument abstraction de son air blasé. Elle avait effectivement de quoi l'être après tout ce qui lui était arrivé.

« Et si tu veux en savoir plus sur les résultats des expériences me concernant, t'as tous les documents qu'il te faut, non ? »

Rufus répondit en plissant légèrement les yeux. Il n’aurait pas eu besoin de les lire vu qu’elle venait de répéter à haute voix ce que les rapports inachevés avaient mentionné. Rapports inachevés. Et toutes ses expérience, tout ce projet grandiose pour aboutir à quoi, à quelle avancée ? À ce peu de chose qu’elle prétendait être ? Un peu de chose qui avait réchappé à Weiss ? Trop invraisemblable aux oreilles de Rufus. Si ce n’était pas le pouvoir de se régénérer, il  y avait bien autre chose. Soit elle lui mentait, soit elle ne lui disait pas tout. Et il était clair qu’elle ne parlerait pas. Elle avait beau être réduite et au bord du précipice, elle était comme lui. Reanbell ne lâcherait pas.

« Cette matéria de soin … tu vas me la donner ? »

En la regardant, le visage de Rufus avait beau être indéchiffrable, il crut l’espace d’un instant qu’il allait céder, qu’il lui laisserait cette victoire, qu’il prendrait en pitié sa soeur presque agonisante. Sa main contre sa plaie s’était d’ailleurs tournée pour attraper celle de Reanbell, l’étreignant un très bref instant avant de la relâcher. Le rapide élan protecteur se vit de nouveau masqué par un brouillard de colère. Un fracas d’émotion interne qui ne se laissa aucunement deviné par le flegme inébranlable du blond, qui se redressa avec nonchalance. Alors, puisque rien ne pourrait faire cracher le morceau à Reanbell, la seule chose que Rufus voyait, c’était de chercher les réponses soi-même… et de se venger de cette obstination. Il ne pouvait pas y avoir deux têtus dans la famille.

Le long silence du blond avait valeur de mauvais présage pour la pauvre petite blessée. Sans jamais répondre à cela, Rufus s’éloigna d’ailleurs d’elle pour aller récupérer son sac, et enfin se diriger vers la sortie avec. Il s’arrêta à l’encadrement de la porte, pour enfin se tourner vers elle. Reanbell refusait de lui donner raison, et de trouver une explication un minimum valable. Bien. Alors autant lui donner en retour ce qu’elle avait craint depuis le début. Ce qu’il savait qu’elle craignait depuis qu’elle avait pointé une arme sur lui, preuve qu’elle avait peur qu’on la prenne pour un succès, pour ce que Rufus voulait croire qu’elle était. Tout en regardant la pauvre fille, tremblante du trop plein de sang perdu et le regard profondément las, Rufus se mit à afficher un fin sourire sournois et impitoyable, le lavant de tout sentiment positif qu’il avait eu à son égard jusqu'ici.

« Les documents dont tu parles sont désormais entre les mains de la plus proche collaboratrice d’Hojo. Elle se fera une joie de t’étudier de près et de vérifier tes dires », révéla t-il, prouvant par là-même qu’il lui avait menti en disant qu’il les garderait secrets.

Il l’avait trahi, et n’en éprouvait pas le moindre remord. Car non seulement, il ne lui devait rien, mais en plus, le châtiment était justifié. Rufus n’envisageait pas ce que cela impliquait … s’il s’était trompé, qu’elle disait la vérité, et que tout ceci ne serait donc injustement gratuit. Mais il fallait bien le vérifier pour pouvoir l’affirmer, n’est-ce pas ?

« Car on ne peut pas se fier à ta parole non plus, n’est-ce pas, soeurette ? », ironisa t-il.

Il jeta un bref coup d’œil à Dark Nation, remarquant qu’elle était toujours solidement campée sur ses positions, et qu’elle n’avait pas l’intention d’en bouger. Au vu de la sécurité dont disposait la pièce, ce n’était certainement pas pour garder Reanbell à l’œil vu qu’il n’y en avait pas besoin. Rufus détourna le visage, échappant au regard désapprobateur de sa panthère et referma la porte, les enfermant tous les trois.


❝ The things you own end up owning you ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Home sweet home ! [PV.Rufus]   Lun 22 Sep - 12:41:14




Reanbell Valdès

Do you want to play with a broken doll ?



    La grande main de Rufus Shinra se referma sur celle, minuscule, de sa petite sœur et une très infime partie de cette dernière eut envie de s'y accrocher. Ce murmure presque indéchiffrable qui résidait au fond de son cœur, cette présence sensible et naïve qu'elle désirait étouffer. Heureusement, ce contacte bien inconvenant pour ces deux chamailleurs perpétuelles ne dura pas longtemps et la petite blondinette, à l'instar de son frère, en resta visiblement de glace … Visiblement, seulement. Son regard ne le lâcha pas lorsqu'il se redressa, mais elle ne releva pas la tête, ce qui accentuait son air enfantin de petit chaton triste et farouche. Il est vrai qu'elle ressemblait terriblement à Condchat comme ça. Il se regardèrent un long moment ainsi, en silence, tels les deux lions qu'ils étaient. La petite demoiselle avait beau l'affonter du regard, elle semblait encore plus petite et chétive que d'habitude alors qu'elle convulsait discrètement. Un chaton sous la pluie … Voilà à quoi elle en était réduite, même si Reanbell Valdès en avait toujours eut plus ou moins l'air.

Sans un mot, Rufus Shinra tourna les talons pour aller prendre le sac de la blondinette qui l'observa sans un mot, sans un geste. Dans ce sac, il y avait ses armes, quelques vêtements, des croquettes et du lait pour chaton mais aussi une perruque brune et des lentilles noisettes qui aurait dû lui offrir une nouvelle identité pour son voyage. Mais en le voyant partir avec, la blonde n'eut pas de réaction … à quoi bon ? Elle savait que c'était perdu d'avance ! Elle n'était effectivement pas en position d'exiger quoi que ce soit. Elle se demandait quand même si elle allait l'avoir, cette matéria; peut-être que ça ne pouvait pas ressouder des os, mais elle voulait au moins en passer un petit coup sur Condchat, au cas où il aurait des lésions internes. Et puis elle-même serait plus à l'aise sans toutes ces plaies.

C'est alors que son cœur se serra d'un coup, devant les propos de Rufus. Une collaboratrice d'Hojo ? A ce seul nom, les pupilles de la belle se rétractèrent et un voile de panique passa dans son regard, mais seulement dans son regard. Elle se crispa alors que son cœur était assaillit d'un pincement terrible et lancinant … C'était le sentiment de trahison. Ce même sentiment qu'elle s'appliquait tant à éviter en repoussant sans cesse les gens. D'un côté, elle était contente d'entendre ça, aussitôt, elle revit sa propre image, étouffant de ses mains cette petite Reanbell qui avait tant espéré de ce traite, de cet homme vil et affable. ''Regarde, pesant-t-elle, regarde où mène l'espoir et a vaine confiance. Pauvre idiote, crève, tu devrais crever pour avoir espérer, je te hais''. Elle ses petits doigts si délicats se resserrèrent comme autour du cou de cette partie d'elle méprisait. Elle souffrait et elle était contente de souffrir, car ça lui apprendra.

Mais Reanbell avait peur aussi … Les laboratoires, la captivité … Son enfance. Quel mal lui sera-t-il fait ? Mais surtout, quel mal son don pourra-t-il faire ? Pour quelqu'un qui s'applique tant à se montrer matérialiste et égoïste, le peu qu'elle faisait était pour protéger le monde de sa malédiction. Elle était un monstre, une erreur de la nature, un abomination … Si jamais ce poison venait à se propager, qui sait ce qu'il se passera. Certes, elle n'avait pas non lus envie de se retrouver dans un labo à subir tout ce qu'elle avait subi pendant son enfance, mais au point où elle en était de toute façon, ce n'était pas ça le plus grave.

C'est donc la peur au ventre qu'elle regarda son frère disparaître derrière la porte et sans bouger. Elle était parfaitement statufiée et le resta un long moment. Puis, comme si on venait de lui piquer le derrière pour la sortir d'un rêve, elle se leva presque d'un bon, clopinant vers la porte. Elle tenta d'ouvrir sous le regard calme de Dark Nation, puis, voyant que c'était bien scellé, elle se dirigea vers la fenêtre. Non seulement elle était scellée elle aussi, mais en plus, elle était blindée. Elle eut beau cogner, cogner et même avec une chaise, rien n'y fit. Même si elle avait eut toutes ses forces, elle n'aurait pas pu la casser, ce genre de vitre était faite pour résister aux balles. Pendant toute son agitation, Condchat était resté logé sous ses cheveux, comme s'il faisait parti d'elle. Dark Nation n'avait pas bougé, elle l'observait attentivement, sachant très bien qu'elle ne pourrait pas s'enfuir comme ça, encore moins dans cet état.

A bout de force, la blonde se laissa finalement retomber sur le lit. Condchat sorti enfin de sa cachette et elle se mit sur le dos pour observer le plafond un moment, les bras étendus sur le côté. Elle était au bout du rouleau, comme qui dirait … Et ses dernières forces furent consacrées à se déshabiller. Elle retira ses bottes puis ses bas et sa jupe également, afin de se retrouver dans sa tenue favorite : petite culotte et débardeur. Faute de pouvoir déchirer ses haillons, elle prit quelques linges dans l'armoire pour comprimer ses plaies. Elle mit également un certain temps à retirer la batte de son genou toute seule. Pendant qu'elle officiait, Condchat s'était aventuré à faire le tour du lit, venant parfois piétiner sa maîtresse avant de repartir dans son exploration. Il n'osa pas sauter du lit mais observa Conchat un instant, l'interpellant d'un petit miaulement.

Une fois que la blonde fut à peu près réparée, elle se glissa dans ses couvertures et s'allongea. Condchat s'étendit sur le coussin d'à côté, la moitié du corps sous les couvertures, comme l'aurait fait un humain. Comme il était allongé sur le côté, sa maîtresse le gratifia de quelques douces caresses, effleurant ses côtes avec un fort sentiment de culpabilité. Un peu plus loin, elle pouvait toujours voir Dark Nation qui n'avait pas bougé. Elle lui lança un petit regard rancunier.

— Tu es fière de toi j'espère, tu lui as fait mal. Je ne te le pardonnerais pas. Prévint-elle sévèrement, comme si l'animal pouvait comprendre et surtout s'en soucier … Mais c'était peut-être le cas.

Reanbell observa son chaton s'endormir en le caressant, rassurée qu'il soit assez bien pour ronronner malgré sa petite côte cassée. A blonde ne tarda pas à fermer les yeux à son tour, mais fut loin de trouver le sommeil. Pas de jolie rêve pour elle, juste de la méditation. Elle devait laisser ses plaies ouvertes le plus intacte possible et réparer seulement assez ses os pour qu'elle souffre moins. Elle devait surtout soigner ses côtes, car c'était le plus gênant et le moins voyant. C'était la première fois qu'elle tentait de contrôler son pouvoir de cette façon, pour le rendre local … Et c'était très douloureux. Elle avait plus l'impression de se faire dévorer de l'intérieur par des million de fourmis plutôt qu'autre chose.

Sa concentration fut perturbée part une divergence du cours de ses pensées qui dérivèrent vers Rufus Shinra. L'image de sa main dans la sienne lui resta un moment, car de tous les émois, c'est ce qu'elle avait retenu comme étant le plus fort. Elle ne savait pas trop pourquoi, pourtant, il venait de la trahir, il allait la faire souffrir, se servir d'elle et de son don … Et tentait toujours d'étouffer cette petite idiote naïve au fond d'elle, mais le mal qu'elle propageait en elle était déjà fait … Elle se demandait si c'était ça, la fraternité. Une main dans une autre …



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Home sweet home ! [PV.Rufus]   Jeu 25 Sep - 12:40:48




❝Rufus x Reanbell

 ♤ I do

Reanbell avait beau être hors de sa vision, son visage demeurait dans l’esprit de son grand frère, le maintenant figé devant la porte comme s’il pouvait encore le voir. Comme Rufus, l’expression de la blondinette était restée neutre, mais son regard avait trahi un flot d’émotions que l’homme interpréta comme du ressentiment, de la peur, et même de la tristesse. Des émotions qu’il n’avait pas ressenti depuis la petite enfance et dont il avait oublié la sensation. Rufus éprouvait toujours un malin plaisir à provoquer chez les autres ces troubles que lui ne rencontrait jamais, à voir les réactions qu’il pouvait susciter, l’impact qu’il pouvait avoir et qui lui prouvait sans cesse que lui-même était invulnérable. Et alors qu’il avait réussi à arracher une telle effervescence dans le regard habituellement froid de l’inébranlable Reanbell, il ne ressentait rien. Ni plaisir, ni satisfaction, ni même regret. Un rien, un vide, un trou noir presque inquiétant. Il baissa les yeux vers la poignée en l'entendant bouger, indiquant la présence de sa sœur juste derrière la porte. Il lui tourna le dos et s’éloigna, gardant à l’esprit ce regard vairon que son esprit affublait progressivement d’autres nuances au fur et à mesure qu’il marchait, faisant apparaître davantage d’émotions qui pouvaient autant être le fruit du souvenir que de la simple imagination de Rufus. Il ne saurait dire avec certitude. Il voyait derrière la crainte, l’accusation, derrière la douleur, la désillusion, et derrière ce ressentiment, la … déception. Presque comme si elle avait espéré quelque chose de lui, et cette pensée le remuait de l’intérieur. Les gens côtoyant Rufus le connaissaient suffisamment bien pour savoir qu’ils ne pouvaient rien attendre de lui. Il était bien trop égoïste, bien trop égocentrique pour se soucier d’autre chose que sa propre personne… c’était du moins ce que l’on pensait, et il y avait effectivement une part de vrai là-dedans, même si c’était un peu plus compliqué que cela depuis que le blond avait vu la mort de près.

Et alors que le visage de sa sœur occupait son esprit, Rufus se rendit compte que c’était la seconde fois, après la chute de son empire, qu’il avait l’impression d’avoir failli. Ses pas le guidèrent machinalement vers sa propre chambre, allant directement vers le tiroir de sa table de nuit pour récupérer la matéria soin en sa possession. Vu ce qu’il avait traversé, il était normal d’en avoir. Celle-ci avait été utilisée par ses Turks pour le soigner dès l’effondrement de la tour, avant qu’ils ne la lui donnent. Elle refermait bien de terribles souvenirs, cette petite boule de magie ! Et pourtant, ce n’est pas vraiment ce à quoi pensait le blond qui l’observait d’un regard absent. Au départ, il n’avait pas pensé se soucier de l’exigence de Reanbell, c’était son instinct qui l’avait mené là. Mais pourquoi ? Était-ce la ressemblance troublante entre eux, leur lien, leur sang qui obligeait une part de lui-même à souffrir le même mal qu’elle ? Peut-être était-ce d’ailleurs trop narcissique pour être appelé compassion…

Reanbell avait parlé d’une matéria soin pour réparer la côte cassée de son chat, mais cela ne replaçait pas les os. C’était le genre de savoir que n’importe quel mercenaire ou soldat était censé avoir.  Reanbell était avare, et avait en sa possession plusieurs autres matérias, mais le désintérêt pour celle-ci en particulier –elle l’avait demandé pour son chat !- apparaissait presque comme un autre appui sur la théorie de Rufus la concernant. Mais encore cette fois, il ne s’agissait que de spéculations appuyées par les circonstances. Cela aurait dû suffire à la laisser se débrouiller ! Mais il restait la possibilité qu’elle ait dit vrai, ou encore, la possibilité que sa capacité à se régénérer ait été bloquée par un élément extérieur… ou par elle-même, maintenant qu’elle se sentait surveillée. La seule chose que le président savait, c’est qu’elle risquait de rester dans cet état encore longtemps si ce n’était pas lui-même qui agissait. Contrairement à la croyance populaire, Rufus avait quand même un minimum de cœur. Et s’il avait atteint un stade assez élevé de cruauté avec Reanbell, il n’allait pas le dépasser en la laissant agoniser dans sa chambre. Il avait ses limites. Le blond revint donc sur ses pas.

Il ouvrit la porte de la chambre sécurisée et tomba sur la forme allongée de sa sœur. Il s’en approcha et s’assit sur le bord du lit. Il avait pris place au niveau de sa taille pour pouvoir plus facilement tourner la tête et observer son expression mais au final, il la regarda à peine. Gardant les yeux fixés sur la matéria étincelante comme s’il s’agissait d’une vision plus acceptable, il la posa précautionneusement sur le sternum de Reanbell et l’y maintint un bref instant avant de la lâcher pour la lui laisser. Il replia ensuite le coude pour le poser sur sa propre cuisse, ramenant son regard vers le mur en face de lui.

« Elle n’agit pas sur les os », prévint-il simplement.

Il resta assis, accoudé sur ses propres cuisses, et patienta, sans savoir précisément ce qu’il attendait. Voulait-il vérifier que Reanbell utiliserait bien la matéria pour elle-même ? Ou voulait-il ajouter quelque chose ? C’était presque comme s’il était prêt à revenir sur sa parole, à lui dire qu’il ne laisserait personne la toucher ou l’examiner, mais les mots ne franchirent jamais la barrière de ses lèvres. Rufus avait déjà détruit un instinct fraternel par le passé, qu’est-ce qui le retenait d’en faire de même avec Reanbell ? Était-ce parce qu’il était l’ainé, cette fois ? Parce qu’il s’agissait d’une sœur ? … ou était-ce parce qu’elle était épurée des gènes vils et abjects de son père ?


❝ The things you own end up owning you ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Home sweet home ! [PV.Rufus]   Jeu 25 Sep - 13:53:14




Reanbell Valdès

Do you want to play with a broken doll ?



    Peu de temps après qu'elle ait fermé les yeux, elle entendit les verrous cliqueter puis la porte s'ouvrit. Sans bouger d'un pouce, feignant un sommeil profond, elle ouvrit juste un œil pour voir ce qu'il se passait, refermant aussitôt la paupière en reconnaissant la silhouette de Rufus. Une étrange alchimie envahi aussitôt son cœur et elle se fit violence pour la taire au plus profond d'elle-même. Elle l'écouta attentivement, ses pas se rapprochèrent puis le matelas s'affaissa légèrement, lui indiquant que le blondinet venait de poser son royal fessier sur le bord du lit. Elle ne bougeait toujours pas, comme une petite lionne s’apprêtant à bondir sur sa proie après s'être assurée d'être bien fondue dans le décore … Lui sauter dessus ? Nan, elle ne le ferait pas, ce serait inutile et Condchat risquerait encore d'en pâtir.

Elle l'entendit et le senti se rapprocher d'elle et elle se crispa légèrement avant de sentir un contacte froid contre son sternum. Ouvrant finalement les yeux, elle rattrapa la matéria de justesse avant qu'elle ne roule plus loin, elle l'observa un instant, silencieusement, alors que Rufus faisait entendre sa voix. Elle posa son regard sur lui, mais lui ne la regardait pas. Il avait presque l'air de l'éviter er si elle ne le connaissait pas si bien, elle aurait pu s'imaginer qu'il était gêné. La petite demoiselle se redressa alors doucement pour s'asseoir et se tourna vers le chaton endormit. Elle le caressa doucement en s'équipant de la matéria puis chargea un petit sort de soin sur lui. Ça ne soignait peut-être pas les os, mais elle voulait tout de même essayer et cela préviendrait quelques contusions internes potentiellement risquées. Seulement après cela, elle se concentra un peu plus longtemps pour se soigner elle-même et toutes ses plaies se refermèrent d'un coup. Voilà qui était bien mieux … Elle ne risquait plus de tacher le linge ainsi. La douleur de ses multiples fractures ne la dérangeait pas tant que ça, elle ferait avec, même si les côtes étaient tout de même douloureuses.

Sans un regard ni un mot pour le blond, elle posa calmement et même délicatement la matéria sur la table de nuit avant de remontrer son oreiller contre la tête de lit pour s'y adosser. Les couvertures passaient sur sa taille, cachant la légèreté de sa tenue et couvrant le chaton endormit juste ce qu'il fallait. Sans un bruit, la blonde se mit à observer Rufus Shinra, le fixant avec insistance, sans même ciller, comme ces chats qui regarde une mouche voler par la fenêtre. Elle ne faisait peut-être pas peur, elle n'était peut-être pas impressionnante quoi qu'elle fasse, mais c'était le genre de regard plutôt oppressant. De là elle voyait à peine son profil, il était presque de dos, mais elle semblait tout de même être en train de lire en lui. Pourquoi lui avait-il apporter cette matéria ? Avait-il finalement eut pitié ? Était-ce de la compassion ? Ou pire … de l'affection ? Non, on en était pas encore à soupçonner cela, pourtant …

— Et les croquettes ?

Drôle de merci, pas vraiment ? Mais bon, il ne fallait pas trop espérer non plus ! Il lui avait arracher des excuses sous la pire des menaces, il n'aurait rien de plus cordiale. En plus, c'était tout de même la moindre des choses de prendre soin de son invitée forcée qu'il avait contribué à amoché ! Comme ça question semblait un peu dénuée de sens hors contexte, elle précisa.

— Ainsi que le lait pour chaton … pour Condchat. Pas de s'il te plaît, pas de chichi. Elle lançait cela comme une autre exigence, comme si c'était tout à fait naturelle.

Elle aimait autant continuer de faire sa petite princesse capricieuse plutôt que de se plier au fait qu'elle était là en tant que vulgaire cobaye. A force de faire comme si elle était à l'hôtel, peut-être qu'elle s'y retrouverait vraiment, qui sait.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Home sweet home ! [PV.Rufus]   Ven 26 Sep - 17:33:15




❝Rufus x Reanbell

 ♤ I do

Rufus vérifia les faits et gestes de Reanbell qui soigna d’abord son animal avant de s’occuper d’elle-même. Voilà qui la fit regagner d’entrain et elle redressa l’oreiller contre la tête de lit pour s’y adosser, balançant de nouvelles exigences à son frère dont le regard s’assombrit instantanément. C’était toujours comme ça, lorsqu’on agissait bien gratuitement. Vous donniez le petit doigt et on essayait de vous attraper le bras entier, mais Rufus n’allait certainement pas s’y laisser prendre. Il n’aurait jamais dû lui manifester la moindre sympathie, qui risquait d’être mal interprété ou même pire… d’être correctement interprété. Il ne voulait pas qu’elle ait le moindre soupçon sur son déchirement intérieur. Néanmoins, maintenant qu’il se retrouvait de nouveau confronté à elle, son semblant de sympathie s’était un peu évaporé. L’esprit de Rufus avait cette coutume de se défendre devant la moindre présence humaine et réguler ses émotions, un automatisme ancré si profondément en lui que l’indifférence qu’il ressentait lui avait toujours paru naturelle. Ce n’était que maintenant qu’il prenait conscience que ce n’était pas toujours le cas. Les caprices de Reanbell eurent au moins l’effet de l’aider à remettre les pieds sur terre. Croyait-elle qu’il l’avait enfermée ici pour une thalasso, ou bien ?

Le blond prit enfin la peine de se tourner vers elle pour rencontrer ce regard pesant qu’il avait senti sur lui. Son impassibilité était empreinte d’une ombre narquoise.

« Comme tu m’as l’air lente d’esprit, je vais tirer les choses au clair : tu n’es pas en séjour ici, mais en captivité », un fin sourire moqueur prit place sur ses lèvres tandis qu’il ajoutait : « Et le plus amusant dans tout cela, c’est que tu t’y es mise toute seule. »

Rufus avait longtemps hésité, sans vraiment savoir quoi faire de Reanbell. L’attaque de Weiss avait finalement précipité les choses. À l’aube de son nouvel empire, il aurait pourtant été idéal que quelqu’un de sa lignée occupe un poste important, le fait est que sa sœur ne le méritait pas et que, de toute façon, elle n’avait pas les épaules pour. La blonde était bien trop casse-pied, immature et naïve. Alors il fallait bien la caser à un endroit où elle avait bien plus sa place n’est-ce pas ? Voilà une pensée ayant de quoi conforter Rufus dans son choix, tandis qu’il ignorait l’élan instinctif qui le désapprouvait, et qui se reflétait dans le regard réprobateur que Dark Nation portait sur son maître.

Le président plissa légèrement les yeux, son regard toujours plongé dans celui de sa sœur se faisant plus froid.

« Tu l’ignorais peut-être, mais ton droit d’entrée ici, tu l’as gagné depuis que tu as pointé une arme sur moi. J’aurais pu te prendre à mon service à temps plein, et préserver ton secret si tu étais digne de confiance. Mais tu ne l’es pas. »

Même s’il n’avait pas tiqué un seul instant, ni laissé entrevoir quelconque hésitation, Rufus aurait en réalité plus naturellement dit notre secret mais avait choisi de ne pas l’énoncer. Aussi, même si Reanbell eut été digne de confiance, ce n’était pas pour autant que Rufus lui aurait accordé la sienne. Toutefois, au moins lui aurait-il laissé le bénéfice du doute. Le blond n’avait foi qu’en ses Turks et sa panthère, une foi aveugle, mais pas stupide pour autant, car jamais aucun d’eux ne le trahirait, quel qu’en soit le prix. Et comment pouvait-on avancer si l’on devait se méfier de tout ?

Le blond récupéra la matéria soin sur la table de nuit et la leva légèrement, pour la désigner à sa sœur tandis qu’il précisait :

« Notre scientifique aura besoin de toi en bon état, vu le temps que tu risques de passer sous observation. Cela s’avèrera d’ailleurs assez…  éprouvant. Enfin, tu en sais mieux que moi là-dessus. »

Le blond rangea la matéria dans la poche de sa veste. Voilà qui avait eu de quoi remettre les pendules à l’heure. Mais n’avait-il rien oublié ? Le regard de Rufus bifurqua vers Condchat avant de revenir sur sa sœur.

« Et la prochaine fois que tu me parles de ton chat, Reanbell, assure-toi de lui avoir fait tes adieux d’abord », prévint-il alors avec un fin sourire mesquin.

Le chaton n’aurait qu’à se satisfaire des restes de sa pauvre maîtresse, qui devrait attendre demain avant de pouvoir avaler quelque chose. Elle avait déjà suffisamment abusé de son indulgence comme ça !


❝ The things you own end up owning you ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Home sweet home ! [PV.Rufus]   Ven 26 Sep - 20:26:36




Reanbell Valdès

Do you want to play with a broken doll ?



    Le contraste qui régnait entre la frigidité de son frère et sa simple présence ici, à ses côtés, était un point plutôt intéressant qu'elle se plaisait à étudier silencieusement, dans sa tête. D'un sens, elle était contente qu'il reste avec elle un peu plus longtemps que prévu, car il était toujours plus agréable à regarder que n'importe quoi d'autre dans cette pièce – à part Condchat … Et Reanbell aimait les jolies choses. Elle ne regardait d'ailleurs plus Rufus comme une personne qu'elle devait défier, comme ce bourreau qui la séquestrait pour l'utiliser à des fins bien lugubre. Non, elle le regardait comme un joli objet raffiné, examinant chacun de ses détails au peigne fin ; son nez fin et droit, ses lèvres délicates, ses yeux azurs qui semblaient de glace, son menton et sa mâchoire qui lui donnait un air si noble. Plus elle regardait Rufus Shinra, plus elle trouvait cela agréable, si bien qu'elle ne semblait même plus faire attention à ce qu'il disait.

Mais si elle ne portait que peu d'importance à ses mots, elle s'était également appliquer à écouter la mélodie de sa voix. S'il employait toujours un ton très froid, Rufus avait un timbre plutôt doux en réalité. Reanbell se dit alors qu'il devait avoir le même problème qu'elle, de ce côté là … Car si elle ne forçait pas sans arrêt sur ses cordes vocales pour se donner un air un peu plus froid et autoritaire, sa petite voix délicate aurait vite fait de la faire passer pour une gamine inoffensive de quinze ans … Déjà qu'elle avait une tête d'adolescente, il ne fallait pas non plus en rajouter ! Enfin, ça avait son utilité parfois d'être sous-estimée.

C'est de cette voix grave au timbre doux et au ton autoritaire que Rufus Shinra insista sur le fait qu'elle était sa captive. Cela ne lui fit ni chaud ni froid, car ça, elle l'avait bien comprit, quoi qu'en pense sa petite voix intérieur si stupide et naïve. Elle haussa d'ailleurs les épaules d'un air las et indifférent. Elle avait choisit de ne pas céder à la panique et de ne jamais, ô grand jamais, le laisser voir à quel point la simple idée de redevenir un rat de laboratoire pouvait être terrifiant pour elle. Il l'avait mise à genou une fois, une seule fois, pour sauver le petit chaton en détresse … Qu'il n'espère pas pouvoir la faire craquer si facilement.

— Ultima. Pour les croquettes. Précisa-t-elle, ne se démontant pas devant la première tentative de Rufus.

Le blondinet poursuivit son petit discours, sans doute dans le but d'une petite torture psychologique … C'était bien tenté, mais Reanbell n'était pas beaucoup plus sensible à cela que la torture physique. Du moment qu'elle avait quelqu'un à railler en face d'elle, elle était indestructible, ou presque … Mais elle était en tout cas très douée pour tourner tout cela à la dérision. C'est donc sans surprise qu'elle ne fut pas le moins du monde touchée par la révélation de l'ex-président. Elle n'était pas digne de confiance ? Sans blague ! Il l'était lui, peut-être ? Reanbell n'avait jamais demandé à ce qu'on lui fasse confiance, pour elle c'était de toute façon un concept bien trop abstrait pour qu'elle commence à en jouer. C'était une invention d'elle ne savait trop quel poète original, à même titre que l'amour ou la fraternité … Tout cela n'était qu'invention pour quelques personnes nunuches et trop sensibles … ça n'existait pas.

Il se senti ensuite obligé d'expliquer son geste, le pourquoi de son généreux cadeau. Il avait fait cela par intérêt ? D'accord, elle voulait bien le croire, si ça pouvait lui faire plaisir ! Qu'importe les raisons au fond, ce qui comptait, c'était le résultat. Elle eut alors la réponse la plus éloquente au mode : elle haussa simplement les épaules. Reanbell se souvenait de chaque instant, de chaque minute, de chaque seconde de son enfance, oui, elle savait ce que cela impliquait, mais elle n'allait certainement pas lui faire le plaisir de se mettre à paniquer. L'écran de tristesse qui voilait son regard luisant ne s'était pas levé, malgré l'indifférence flagrante que pouvait arborer son visage. Mais Rufus n'était pas vraiment mieux, elle avait l'impression de discerner quelque chose d'autre que du sadisme et de la froideur au fond de son regard … Elle ne saurait traduire la nature de ce petit quelque chose, mais ce n'était rien de très hostile.

Elle baissa docilement les yeux vers le chaton lorsque Rufus proféra ses menaces. Le petit félin n'en fut pas le moins du monde dérangé, il dormait toujours à point fermé, ses oreilles frémissaient de temps à autre. Elle se caressa d'un geste presque automatique et remonta légèrement la couverture sur lui, comme une mère l'aurait fait pour son enfant, puis elle releva enfin les yeux sur Rufus. Elle le fixa à nouveau longuement, détaillant méticuleusement chaque détaille de ses traits. Elle ne saurait l'expliquer, mais elle avait une préfère pour son nez et son menton. Oui, c'était les parties qu'elle préféré chez Rufy-le-biblo.

— Je peux te poser une question ? C'était rhétorique, elle poserait sa question quoi qu'il dise, d'ailleurs, elle n'attendit même pas son accord. Est-ce que les gens te trouve bien fait ?

Elle se pencha alors doucement en avant en plissant légèrement les yeux pour le regarder de plus près. Elle pencha légèrement la tête sur le côté, comme si elle l'examinait sous toutes les coutures pour trouver un défaut.

— Si tu étais un meuble, je pense que tu serais un joli piano en ivoire. Tu n'y as jamais pensé ?

Reanbell, ou l'art de déballer quelque chose de totalement HS en plein milieu d'une conversation sérieuse. C'était une technique de défense parmi tant d'autre, la flatterie … hélas, elle n'était pas très douée pour ça.

— C'est vraiment dommage.

Oui, dommage qu'il ne soit pas qu'une jolie chose. Reanbell était bien consciente que sa remarque était incongru dans la conversation, elle voulait simplement changer de sujet pour ne pas avoir à penser à son sort. Cependant, elle était très sincère et cela ne faisait aucun doute.




©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Home sweet home ! [PV.Rufus]   Sam 27 Sep - 21:02:26




❝Rufus x Reanbell

 ♤ I do

Reanbell ne semblait pas vraiment affectée par ses paroles, pas plus qu’elle ne semblait lui en vouloir. Elle n’avait l’air ni abattue, ni même résignée, et Rufus était partagé entre en être irrité ou … soulagé. Au moins cessa t-elle de lui casser les pieds avec son idiot de chat. Il savait que cette indifférence était feinte, il en avait eu la preuve, il n’empêche que l’attention de sa sœur semblait être fixé sur un autre point. Elle l’observait désormais avec insistance, non pas de manière hostile, mais plutôt comme pour l’analyser. Essayait-elle de lire en lui comme il croyait parfois lire en elle ?

« Je peux te poser une question ? »

Il y avait une certaine amabilité dans ce genre de demande rhétorique, ce qui aurait pu être assez déstabilisant pour quelqu’un d’autre que Rufus, surtout dans une situation telle que celle-ci. La dernière captive du président était mieux traitée, et pourtant elle lui avait craché au visage ! Bon, elle était mentalement instable, donc ça ne comptait pas vraiment. Le ton avait changé cela dit, et c’en était presque surprenant. Conservant son impassibilité, le blond se contenta d’hausser un sourcil interrogateur pour lui laisser un feu vert qu’elle n’aurait de toute façon même pas pris la peine d’attendre.

« Est-ce que les gens te trouvent bien fait ? »

C’était sans doute parce que le président était quelqu’un de très perspicace qu’il… ne comprit pas tout de suite. La question en elle-même était plutôt évasive! Il crut d’abord à un reproche dissimulé qui concernait plutôt la personne-même de Rufus, comme si Reanbell avait cherché à pointer le fait qu’il était mauvais, et qu’elle voulait s’assurer que tout le monde en avait bien conscience. Il aurait été logique qu’elle en fasse mention, bien plus logique que la réelle signification de tout ceci. Rufus remarqua ensuite qu’elle le regardait comme on contemple une œuvre d’art, le regard mi-critique, mi-appréciateur. Il comprit alors qu’il s’agissait d’une référence à son physique et le sourcil du blond en resta figé en l’air. Il n’eut même pas la présence d’esprit de l’envoyer paitre, ou d’exiger une explication à ce genre de flatterie. C’est seulement la vérité qui sortit, simple et courte.

« Oui. »

Il ne l’avait même pas dit d’un ton vantard, il ne faisait qu’énoncer un fait. Son physique avantageux avait joué sur sa popularité au sein de la compagnie Shinra, à l’époque, et sa gueule d’ange avait d’emblée plu au public, avant que tout ne s’embrase. Lui avait beau aimer contempler ce qui en valait la peine, ce n’est pas pour autant qu’il était sensible à la beauté, ou même qu’il la respectait. Elle n’était qu’un moyen comme un autre pour parvenir à une fin. Sa sœur était belle, mais ce n’était pas cela qui la sauverait par exemple. Pas plus que ses flatteries. Toutefois, elle devait être assez maligne pour le savoir, alors le blond tenta de chercher une autre raison à ce revirement, car il devait bien en avoir une. Ne pas perdre la face, sans doute ? Elle s’en sortait à merveille. Le blond usait plutôt du sarcasme dans ces conditions, mais chacun ses méthodes.

« Si tu étais un meuble, je pense que tu serais un joli piano en ivoire. Tu n'y as jamais pensé ? »

Un piano avait bien plus de caractère qu'un couvre-lit, c'était certain. Une minute… il était vraiment en train de prendre en considération une telle bêtise ?

« Pas… tout à fait », dit-il avec une lenteur incertaine, que l’on réserve en général aux personnes demeurées.

« C'est vraiment dommage. »

Rufus gigota un peu de sa position assise pour se mettre un peu plus face à elle. Lui aussi se mit à observer Reanbell avec insistance, plus pour percer le mystère de ses paroles que de redécouvrir son charme dont il avait déjà conscience depuis un bout de temps, quoiqu'il était rehaussé par son regard vairon auquel il n'était pas habitué. Rufus appréciait l'unique, le particulier, mais si lui considérait la beauté comme un moyen, il semblait que sa sœur considérait cela comme … pratique, et pas nécessairement humain. Vu ce qu’on lui avait fait subir, il n’aurait pas été étonnant qu’elle éprouve du désintérêt, voire du dégout pour l’homme en général. Mais étrangement, malgré tout ce qu’il lui avait fait, et tout ce qu’il comptait lui faire, elle ne semblait pas en éprouver pour Rufus. Pourquoi en était-il satisfait, en son for intérieur ? Nous dirons qu’un homme aussi narcissique que lui aimait bien que l’on reconnaisse ses atouts.

« Tu as une façon bien singulière de dire que je suis beau », fit-il alors remarquer avec un fin sourire en coin, ne se laissant pas déstabiliser par la tournure étrange que prenait la conversation.

Lui aussi était un habitué des situations incongrues, celle-ci étaient plutôt amusante d’ailleurs. La petite victime admirant son bourreau, voilà qui était insolite. Il y avait toutefois une part d’étrangeté dans cette fierté qu’il ressentait, les compliments ne lui faisaient jamais vraiment cet effet en temps normal. Était-ce car il s’agissait plutôt de la petite sœur admirant son grand frère, en fait ? Le regard du blond s’égara un très bref instant sur le côté au souvenir de sa propre admiration pour Lazard, alors qu’il était enfant. Le souvenir était gênant, car c’était comme comparer Reanbell à une môme, or Rufus ne s’en prenait pas à eux. Il avait un minimum de principes. Allons donc, ce n'était qu'un projet...

« Tu n’es pas mal non plus, pour un sujet d’expérience », répondit-il alors avec un sourire en coin, faisant mine de balayer son corps du regard lors même que les couvertures la dissimulait à moitié. « C’est parce que tu me ressembles, je suppose », ajouta t-il en relevant les yeux vers les siens.



❝ The things you own end up owning you ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Home sweet home ! [PV.Rufus]   Dim 28 Sep - 0:56:02




Reanbell Valdès

Do you want to play with a broken doll ?



    Qui pourrait croire que Rufus ait pu se montrer si cruel avec elle il y a seulement quelques instants et qu'il la détienne ici pour la réduire à un simple rat de laboratoire ? Pour se venger, Reanbell aurait pu se montrer exécrable, insupportable au point de râler à lui en briser les tympans, à l'en mordre à sang dès qu'elle le pouvait. Elle aurait pu, mais elle se serait fatiguée pour rien et cela aurait fini par retomber sur ce pauvre petit Condchat. Et puis, au fond … Il est vrai que Reanbell ne ressentait pas forcément de haine pour Rufus. Cela aurait pourtant été naturelle, mais ce n'était pas le cas et elle ne saurait trop dire pourquoi. Peut-être parce qu'elle ne prenait pas ses menaces au sérieux, qu'elle ne le croyait pas vraiment lorsqu'il prétendait l'avoir capturé pour mener des expériences sur elle. Une partie d'elle, cette part qu'elle détestait, ne voulait pas y croire en tout cas et quand au reste d'elle-même … Et bien … Elle s'en moquait. Elle tentait de se convaincre que Rufus était un individu parmi tant d'autres, elle tentait de le mettre au même niveau que tous ces individus lambda qu'elle connaissait à peine et dont elle se moquait totalement. Mais elle n'était pas si indifférente que cela à Rufus Shinra.

En tout cas, son frère semblait rester plutôt sceptique devant ce revirement de situation, se laissant prendre au jeu sans hostilité. C'était une techniquement plutôt réussie pour retirer tout crédit à la situation qui aurait dû l'accabler. Reanbell se montrait souvent des plus indifférente, comme si elle se moquait de tout, que rien ne l'intéressait … Pourtant, elle était de nature plutôt curieuse et cela se voyait en ce moment. Lorsqu'elle commençait à s'intéresser à quelque chose, il était bien difficile de l'en décrocher. Or, pour le moment, elle avait décidé de combler ses lacunes concernant le concept de beauté humaine. Elle ne s'y était jamais intéressée avant, pour elle, tous les visages ses ressemblaient. Rufus fut le premier visage qu'elle s'était attardée à détailler, dès Nibelheim déjà, et elle le redécouvrait aujourd'hui.

«  Tu as une façon bien singulière de dire que je suis beau. »

Il semblait presque amusé par cette façon qu'elle avait de traiter le sujet, en effet. Beau ? Oui, il devait l'être. Elle ne l'avait pas encore pensé en ces termes, c'était nouveau pour elle … Après tout, la beauté, ça ne servait pas à grand chose, son sens en tout cas. Elle n'avait jamais évalué ce concept bien utile.

— Tu es une jolie chose. Précisa-t-elle en haussant simplement les épaules. Mais comme tu n'es pas capable de rester assez tranquille pour servir de décoration, je ne suis pas sûre que ça soit très utile.

Pour elle, ce n'était pas un compliment, car le concept de compliment en lui-même était plutôt abstrait pour elle aussi. Elle savait dire ce qu'il fallait pour obtenir ce qu'elle désirait en mission, mais en générale, elle se contentait simplement de dire ce qu'elle pensait … En l’occurrence, là, ça n'avait rien d'un compliment, c'était juste … une remarque objective. Il souriait mais elle n'avait d'yeux que pour son menton et son joli nez droit. C'était décidément les deux éléments du physique de Rufus qu'elle préférait. Ce n'était pas tout le monde qui retiendrait cela de lui … Car son sourire carnassier et son regard froid captait bien plus facilement les regards normalement. Mais Reanbell n'était pas normale, ce n'était plus à prouver.

Elle s'attarda tout de même sur son sourire l'espace d'un instant. Voilà encore quelque chose qu'elle avait eut beaucoup de mal à comprendre ! Ayant grandit aux côtés de Hojo, elle avait longtemps crus que le sourire était un signe d'hostilité, que cela revenait à montrer les dents dans le but d'effrayer. Mais grâce à Juris, elle apprit vite à discerner la subtilité des sourires. Celui de Rufus n'avait rien de celui d'Hojo, mais pas plus de celui de Juris. C'était un sourire unique, rien qu'à lui, qu'elle avait pas mal de difficulté à définir. C'était un accessoire très saillant en tout cas … Elle aurait presque eut envie de l'imiter pour voir ce que cela faisait, mais elle n'en fit rien. Le peu de personnes qui l'abordaient assez longtemps pour discuter lui répétaient tous qu'elle devrait sourire plus souvent, mais ce n'était pas son genre, elle n'aimait pas ça. Ça lui arrivait le plus souvent lorsqu'elle était en mission et qu'elle devait jouer un rôle – elle aimait bien ça, les jeux de rôle, même lorsque cela impliquait de sourire – mais une vrai mimique sincère et tout … Non, ce n'était pas arrivé depuis très longtemps. Le seul rictus qu'elle était encore capable d'arborer plutôt naturellement était moqueur. Pourtant, avec son adorable bouille de poupée, un sourire d'elle était un véritable rayon de soleil capable de faire fondre n'importe quel cœur de glace …

« Tu n'es pas mal non plus, pour un sujet d'expérience. C'est parce que tu me ressembles, je suppose. »

La demoiselle fronça légèrement les sourcils en se redressant d'un air digne, devant cette remarque qu'elle n'était décidément pas prête de toléré. Elle trouvait que Rufus en faisait beaucoup trop avec cette histoire de fraternité, tout ça pour une pauvre ovule congelé … Franchement ! Elle n'aimait pas cela car cela représentait un lien contre lequel elle ne pouvait rien … Et Reanbell ne voulait être lié à rien ni personne. C'était sa plus grande philosophie, son principe le plus important. Et pourtant … Elle s'était attachée à un chaton, pas plus risqué comme mise ! Et avec Rufus aussi, il y avait quelque chose … Une saloperie de chose qui l'avait empêché de le descendre pour protéger son secret.

— Pff, tu divagues encore, c'est n'importe quoi. Je n'ai rien à voir avec toi, on ne se ressemble pas du tout, tu te fais des idées.

Mais … il avait bien dit qu'elle était jolie, non ? Si Reanbell ne s'était jamais intéressé au physique d'autrui, elle ne s'était pas plus posé la question du sien. Mise à par le handicape certain que représentait sa petite taille et sa corpulence trop frêle, elle ne s'était pas plus attardée que cela sur sa prétendue beauté. Cela pouvait surprendre de la part de quelqu'un de si coquet qu'elle, mais ce n'est pas parce qu'elle aimait les jolis vêtements – enfin, joli, c'est bien relatif, nous dirons pour sa défense que tout lui va – les jolis accessoires, les jolies cheveux et tous le tralala, qu'elle se croyait belle. Non. Reanbell aimait s'entourer et se parer de jolies choses, c'est tout.

La jolie petite blonde s'affaissa légèrement en arrière avec un petit air farouche, sans le lâcher de son regard persan. Elle continuait d'apprécier ce visage avenant et au sourire si énigmatique. Comme la question lui brûlait les lèvres, elle ne se fit pas prier plus longtemps.

— Pourquoi est-ce que tu souris ? Tu as une crampe, ou bien … ?




©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Home sweet home ! [PV.Rufus]   Dim 28 Sep - 13:02:19




❝Rufus x Reanbell

 ♤ I do

« Tu es une jolie chose.  Mais comme tu n'es pas capable de rester assez tranquille pour servir de décoration, je ne suis pas sûre que ça soit très utile. »

Si Reanbell avait été maltraitée et trainée à droite et à gauche comme un vulgaire objet, voilà que c’était son frère qu’elle qualifiait de la sorte. Elle n’avait pas le ton méprisant de quelqu’un qui lançait un insulte, mais plutôt la nonchalance d’une enfant énonçant une énormité sans en avoir conscience. Et peut-être l’était-elle au fond, une simple enfant. Reanbell avait été un sujet d’expérience pendant tant d’années… combien, il l’ignorait, mais apparemment beaucoup. Elle était ingénue, n’avait aucune maîtrise de l’ironie, ne comprenait ni les nuances, ni les subtilités de la parole, n’aimait pas le contact humain, et n'avait donc jamais été en proie à l’attirance physique non plus, ce dernier point étant pourtant la base de toute chose dans ce monde. Elle ne distinguait pas le vice de la vertu. En fait, elle ne connaissait rien de la vie. Plus que de l’innocence, c’était une vaste ignorance. Et Rufus se demandait d’ailleurs si cela n’aurait pas dû être son rôle de lui apprendre si les circonstances avaient été différentes, s’ils avaient grandi ensemble, si la vie n’avait pas fait d’elle un projet, et de lui, un homme égoïste.

Le président avait aussi ses propres lacunes, bien qu’il ne s’en plaignait pas. Il y avait bien des domaines qui n’avaient pas faits l’objet de son expérience, et que certains considéraient pourtant comme élémentaires. L’amour, l’amitié, l’affection, l’attachement, ces mots étaient liés entre eux, paraissait-il. Rufus connaissait leur définition, mais pas leur sens. Et encore heureux d’ailleurs ! Il n’y avait que les autres pour se tirer une balle dans le pied avec ce genre de sentiments vains. Rufus était à part. Il était au-dessus de tout cela, et il éprouvait une certaine satisfaction de constater qu’apparemment, c’était aussi le cas de sa sœur, même si cela ne faisait qu’empirer l’étendu de l’ignorance de celle-ci.

« Pff, tu divagues encore, c'est n'importe quoi. Je n'ai rien à voir avec toi, on ne se ressemble pas du tout, tu te fais des idées. »

Elle avait accueilli le pseudo-compliment avec un air indigné. Cela aurait pu irriter Rufus si ce qu’il avait dit avait eu une visée autre que de s’envoyer des fleurs à lui-même. Car oui, le but n’était pas tant de relever qu’elle était belle, mais plutôt de pointer le fait qu’elle ne l’aurait pas été si elle ne lui ressemblait pas.

« C’est toi qui te fait des idées », rétorqua t-il, terre à terre.

Il ne s’ennuyait pas à leur inventer des ressemblances, il ne faisait que les relever, et Reanbell ne semblait pas le comprendre. Vouloir à tout prix leur trouver des points communs auraient été aussi stupide que de nier l’évidence comme elle le faisait présentement. Elle le darda d’un œil critique avant de reprendre :

« Pourquoi est-ce que tu souris ? Tu as une crampe, ou bien … ? »

Tiens donc. Reanbell avait beau nier leur ressemblance, précédemment, on aurait dit que cette fois, elle effectuait un véritable rapprochement entre eux, puisqu’elle elle semblait considérer qu’il n’était pas naturel pour Rufus de sourire, tout comme cela ne l’était pas pour elle. C'était comme cela qu'il interpréta ses paroles. D’un côté elle aurait raison. Le blond ne se souvenait pas vraiment avoir déjà eu un sourire sincère pour qui que ce soit. Ce qui relevait en général le coin de ses lèvres, et qui se rapprochait de la signification de "sourire", était plutôt des moues narquoises comme celle qu’il abordait en cet instant même. Mais il semblait que c’était déjà trop pour la blondinette. Rufus se demandait à quoi celle-ci ressemblerait si un jour elle venait à réellement sourire. Il avait déjà vu l'ombre de leur mère emprunt sur son visage alors qu'elle abordait un léger et bref rictus. Serait-elle encore plus belle ? Le sourire serait-il différent ? Le blond ne le saurait jamais.

« Tu m’amuses, c’est tout », répondit-il avec nonchalance.

Rufus était un être suffisamment méprisant pour considérer ses prisonniers comme des bêtes de foire. Certaines étaient très, très fatigantes comme Lucrecia, et d’autres, au contraire, étaient divertissantes. Si le président avait un penchant affirmé pour celles qu’il était facile de tourmenter, le décalage de Reanbell le changeait toutefois de tout ce qu’il avait connu auparavant. Là encore, elle tenait de lui. Le blond se souvint du petit instant où il avait lui-même été l’otage de Kadaj, sur le toit d’un bâtiment délabré. Il avait papoté avec lui aussi simplement qu’avec Reanbell, même si l’issue de leur présente conversation était tout de même plus légère, du moins en apparence. Rufus voyait évidemment au-delà de ça, même s’il feignait que ce ne fut pas le cas.

« Tu m’as l’air de bien encaisser ta condition, d’ailleurs. Tant mieux pour toi », lança t-il narquoisement.


❝ The things you own end up owning you ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: Home sweet home ! [PV.Rufus]   Dim 28 Sep - 15:15:25




Reanbell Valdès

Do you want to play with a broken doll ?



    Voilà que Rufus Shinra se mettait lui aussi à user des ''c'est toi qui'', un truc don Reanbell avait l'art d'abuser lorsqu'elle ne voulait pas discuter avec un indésirable. C'était dépourvu d'argument, bête et méchant, assez indifférent pour vous faire comprendre que vous ne valez même pas la peine de se fatiguer à trouver des arguments. Enfin là, c'était encore léger, cela reflétait simplement l'orgueil de Rufus Shinra et sa détermination à toujours avoir raison. Cela dit, la remarque la fit réfléchir et elle l'observa de plus belle, toujours plus en détail. Non vraiment, elle ne voyait pas. Ils avaient peut-être la même peau clair, mais comme beaucoup d'autres personnes, ils avaient peut-être tous les deux les cheveux blonds, mais ils n'étaient pas les seuls. En dehors de cela, Rufus avait un long nez droit alors que celui de la petite demoiselle était petit et creux. Les yeux de Rufus Shinra, bien qu'en amende, était fin et malicieux, ceux de Reanbell semblaient légèrement bridé et à la fois immense, avec un fond d’innocence derrière ce petit air farouche. Elle avait un visage très rond et lui très long. Bien sûr, elle n'avait pas vu leur génitrice commune, si ça avait été le cas, elle aurait pu voir bien plus de points communs. Ils avaient tous les deux pris de ses traits, car leur mère était un subtile intermédiaire de leurs deux visages. Mais bon, ça ne l'intéressait vraiment pas de voir cette femme. Peut-être que d'un sens, elle avait un peur que cela n'éveille en elle ce sentiment de fraternité qu'elle répugnait tant, c'était un mépris qu'elle tentait de faire passer pour de l'indifférence.

La petite blonde sauvage eut un air méfiant lorsqu'il affirma qu'elle l'amusait. Quoi, elle ressemblait à un clown, elle avait le nez rouge ? C'est avec cette pensée en tête qu'elle porta machinalement ses doigts contre son nez pour l'effleurer brièvement, avec ce petit air renfrogné qui lui allait si bien. Reanbell n'amusait pas les gens d'habitude, elle était bien trop insupportable pour que quiconque puisse en rire … Enfin, ce n'était pas tous les jours qu'elle reconnaissait la beauté de quelqu'un … C'était la première fois et il n'y en aurait sans doute pas beaucoup derrière.

Son odieux kidnappeur insista de nouveau sur sa condition, ce qui lui aurait presque arraché un soupir. Ça va, elle avait comprit qu'elle était sa captive et tout ! C'était bien triste, elle lui promettrait bien d'en être très affecté pour lui faire plaisir mais … Elle n'avait pas envie de lui faire ce plaisir. Elle leva les yeux au ciel et eut un petit geste de la main excédé.

— Quelle condition ? J'ai une chambre chauffée, un lit confortable et un joli verrou sur ma porte. C'est le grand luxe.

Elle ne disait pas cela par ironie ou pour être sarcastique – puis que ce concept lui était étranger – mais bien pour souligner le fait qu'elle avait connu pire, bien pire du temps de Deepground et même à la suite de cela. Certes, c'était moins confortable que son appartement à Edge, mais ça l'était bien plus que la plus part des trous dans lesquels elle avait survécu avant cela.

Sans jamais le lâcher des yeux, elle se redressa et hissant ses jolies jambes nue hors des couvertures pour les replier sous elle. Ainsi assise sur le lit, elle s'était légèrement rapproché de Rufus, comme si elle cherchait encore à le percer à jour. Elle l'examina un instant avant de reprendre son petit air digne.

— Tu voudrais que je pleur ? Si tu aimes voir les gens pleurer, tu n'as cas aller faire un tour en ville et piquer le doudou d'un gamin … ou … je ne sais pas moi, me laisser Reno pour une nuit avec un jeu de carte, je te promet de te le rendre en larme.

Elle se demandait bien où il pouvait se cacher celui là … Elle risquait de s'ennuyer ici si elle devait être captive, une petite partie de poker avec son pigeons préféré ne serait pas de refus. En plus, comme Rufus avait prit son sac avec ses affaires dedans, le dépouiller de ses vêtements à lui serait bien plus utile que d'habitude. D'ailleurs, cela lui donna l'idée d'exprimer un nouveau caprice ou deux. Enfin, c'était dit sous le ton d'un caprice, mais c'était tout de même la moindre des choses, au fond …

— Oh, j'aimerais récupérer mon sac. Rester dans cette tenue ne me dérange pas, mais ça risque de devenir un peu friquet. Et où est la douche ? Je voudrais me laver.

En effet, si ses plaies n'étaient plus qu'un mauvais souvenir, elle était encore pas mal tâchée de sang. Son joli débardeur blanc en était d'ailleurs maculé ici et là.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Home sweet home ! [PV.Rufus]   Aujourd'hui à 5:09:26

Revenir en haut Aller en bas
 

Home sweet home ! [PV.Rufus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Home Sweet Home [pv Bonnie]
» Home, sweet home. . . [PV: Deino, Sai, Naomie, Milla]
» [Kawa - Ishigaki] Home, sweet home...
» 07. Home Sweet Home

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Judgement Day :: Continent Est :: Healen-