RemonterDescendre



 

Partagez | .
 

 La fin d'un monde.. (Sephiroth) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cloud Strife


Messages : 215
Date d'inscription : 23/05/2014
Age : 23
Localisation : Sur la Planète

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 26 ans
• More:

MessageSujet: La fin d'un monde.. (Sephiroth) [Terminé]   Sam 3 Jan - 22:08:02


La fin d'un monde.

Comment retrouver l'espoir ?

“If this is all a dream, don't wake me up. If this is all a dream, don't wake me up. If this is all a dream, don't wake me up. If this is all a dr..”
Cloud & Sephiroth

Échec. Depuis que Tifa était partie.. non, depuis que j'avais laissé Tifa partir, plus rien n'allait comme il fallait. Les choses n'avaient fait qu'aller de mal en pis. On avait fait de notre mieux pourtant. Elle avait pris les enfants pour les mettre à l'abri. Aerith l'avait accompagnée. Et moi, j'étais resté seul, comme aujourd'hui, à Edge. Protéger les civils. Faire des rondes pour éliminer les monstres qui se multipliaient autour de la ville. Ce genre de choses. J'avais alors reçu la visite d'une fille bizarre qui connaissait bien Rufus Shinra. C'était l'occasion rêvée pour me rendre utile à mon tour. Avec Vincent, nous nous sommes rendus à Healen pour le rencontrer dans son QG. Et c'est en chemin que mon monde commença à se briser. Un coup de fil. Un agent de la WRO m'annonça alors la disparition de mon amie, dévorée par le Léviathan déchaînée. Les remords. La douleur. J'étais sans nouvelle d'Aerith. Je ne sais même pas si elle et les enfants ont réussi le voyage, s'ils vont bien. J'ai accepté de travailler pour Rufus. Je n'ai rien de mieux à faire maintenant que de servir comme soldat et essayer d'aider jusqu'à ce que la Planète me rappelle à elle et à.. Tifa, aux enfants, aux sourires et aux rires. Ma mission était simple : escorter les habitants d'Edge et de Kalm avant que Deepground ne passe à l'attaque. On devait ensuite repousser leur troupe hors de la région de Junon. Je pouvais le faire ! Pour Tifa ! Pour la Planète ! Et j'ai tout échoué. Les échecs s'accumulent. Avant même qu'on ait pu organiser un quelconque convoi, les soldats dégénérés ont lancé un assaut soudain sur le port de Junon. La ville est tombée en seulement quelques heures. J'ai pu tout suivre, impuissant, en écoutant le poste de radio. Les cris de panique des captifs de la cité... Mais ce n'est pas tout. Quelques heures plus tard, Kalm tombait à son tour, envahie par une mystérieuse armée venue du Nord. Je crains le pire... Et pourtant je ne veux pas fuir. Je reste ici à Edge pour protéger la population, réfléchir à un moyen de les faire fuir le champ de bataille à venir. J'ai peur. Je ne sais pas. Je doute. Les échecs. Les vies humaines menacées. C'est trop pour moi seul.

Cloud Strife ruminait ses échecs, assis sur le toit du Septième Ciel comme il pouvait le faire autrefois avec son amie d'enfance pour regarder les étoiles. Ce n'était pas le firmament qu'il contemplait cette nuit-là. Il surveillait les agitations dans la rue. Les gens se pressant pour rentrer chez eux avant le couvre-feu qu'on avait instauré sur place afin d'éviter tout désagrément nocturne aux civils. Foutaise... Qu'il attaque de jour ou de nuit, l'ennemi marchera toujours sur la ville si l'on ne faisait rien. Même l'ancien Président ShinRa semblait dépassé par les événements. Il n'avait pas donné de directives à son nouveau soldat, comme s'il consentait à abandonner définitivement Edge, sa population et l'espoir d'une nouvelle vie qu'elle avait incarnée lors de sa création. Le mercenaire ne pouvait quant à lui pas se résoudre à abandonner ces gens. Il voyait au loin de la fumée s'élever de la ville de Kalm, sinistres signaux de l'envahisseur du Nord qui approchait. Et si... Tzzz! Jénovah ? Le jeune homme serra les poings bien décidé à aller enquêter par lui-même après avoir emmené la population vers le Sud, où il n'y avait rien, si ce n'est l'espoir de fuir, un temps, les menaces.

Il resta là quelques temps à voir, en serrant les poings, le désastre qui se préparait déjà. Des échecs, encore et toujours. Il voulait tant avoir la force de protéger les gens qu'il aimait ! Quand le soleil disparut totalement de l'horizon, il descendit pour regagner la fenêtre puis la chambre de l'ancienne propriétaire de ce lieu jadis plein de vie. La pièce était comme le jour où elle lui avait fait de grands signes, son plus grand sourire avant de prendre la route. Cloud soupira en balayant ce sanctuaire du regard. Il s'approcha alors de sa table de nuit où il trouva une photo de leur petite famille improvisé. Denzel et Marlène faisait les pitres devant Tifa et lui. Il faisait la tête sur ce portrait. Le blond se laissa tomber sur le lit. S'il avait su que c'était la dernière fois que la famille était réunie, il aurait fait un effort. Il aurait souri, comme les autres. Ne se sentant pas capable de quitter cette chambre où il avait l'impression de sentir encore la présence, le parfum de son amie, il s'allongea sur le lit en frissonnant. Trop d'émotion d'un coup... Il avait fait ses adieux à la jolie brune en jetant à la mer une bouteille où il lui révélait ce qu'il avait sur le cœur et maintenant... Tzzz! il se sentait tellement.. vide. Les échecs s'accumulaient et la fin du monde ne faisaient que commencer.

© Grey WIND.



Merci Tifa <3


Dernière édition par Cloud Strife le Mer 28 Jan - 23:00:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth
Fondatrice

Messages : 727
Date d'inscription : 17/01/2013
Age : 22
Localisation : Dans le monde du pays de la terre de l'univers du cosmos.

::PASSEPORT::
• Age du personnage: Inconnu.
• More:

MessageSujet: Re: La fin d'un monde.. (Sephiroth) [Terminé]   Mer 7 Jan - 21:26:31


Sephiroth






La fin d'un monde...

La nuit venait doucement de tomber sur les vastes contrés de Midgar. Inquiétante et froide, elle avait plongé les habitants d'Edge dans une angoisse quotidienne. La nuit était le royaume du mal, bien plus qu’en journée. Les rues étaient aussitôt désertes après le couvre-feu, mais les quelques malheureux qui avaient la malchance de conter parmi les retardataires, se risquaient à des dangers bien réels. Pendant la nuit, les monstres affamés du désert voisin, remontaient en effet jusqu’au bidonville, arpentant les rues à la recherche de nourriture. Les milices volontaires qui s’assuraient de la protection de la ville, étaient bien peu nombreuses pour couvrir l’ensemble du périmètre d'Edge, qui était si vaste et si mal protégé contre les intrusions. Certains racontaient même avoir vu les sombres silhouettes des membres de Deepground, venir rôder dans leur quartier… Vérités ou sombres hallucinations, la nuit apportait avec elle son lot d’illuminés, dont l’imagination pouvait s’avérer débordante. Il faut dire que les hommes vivaient dans la crainte ces temps-ci, et la peur, était bien connue justement, pour se jouer du cœur de ces âmes fragiles. Toutefois, cette nuit-là, mille hallucinations, et milles des monstres de Midgar, ne pourraient égaler le danger qui venait alors de se faufiler silencieusement jusqu'à l’intérieur de la ville.

Tout était étrangement silencieux ce soir-là. Étonnamment, les monstres se faisaient rares, probablement conscients du danger, et inquiétés d’un plus sombre présage que la propre menace qu’ils représentaient. Quelque chose de noir, de très noir, en provenance du désert, c’était glissé parmi les hommes cette nuit-là. Cette présence, aussi fourbe que diabolique, avançait sous l’état d’une brume lente, aussi foncée et opaque que l’encre. Une ombre qui se mouvait parfaitement à travers les ruelles étroites et sombres d'Edge. Et comme si l’ambiance n’était pas encore suffisamment inquiétante, le froid c’était il y a peu, installé sur l’ensemble du nord du continent. La neige avait même finit par percer le ciel de ses flocons immaculés. Le soleil avait disparu depuis quelques jours déjà, derrière l’épaisse couche de nuages gris, plongeant ainsi les terres de Midgar dans un spectacle plus sinistre encore, que ce qu’ils avaient connus jusqu’à présent. Des conditions décidément idéales pour répandre le mal. C’était bien dans cet objectif, que notre ombre inquiétante, avait fait tant de chemin pour venir jusqu’ici.

Le cauchemar, se faufilait ainsi entre les maisons, ne se préoccupant guères des pauvres innocents, qui n’avaient que si peu d’intérêt pour lui. Il n’était pas venu pour un massacre, non, pas aujourd’hui, pas cette nuit. L’argenté avait un tout autre objectif, plus mesquin celui-là, et bien plus subtil. Voilà longtemps qu’il attendait de retrouver quelqu’un. Une personne, qu’il mourrait d’envi de revoir. Son objectif était tout tracé, sa destination, très claire. Il ne la connaissait pas officiellement, mais il était guidé par cette espèce d’instinct, qui le rapprochait toujours plus près de sa proie. Il n’avait qu’à suivre cet appel si familier, celui d’un hôte, qui portait aussi en lui, la marque de Jenova. Ce soir-là, Sephiroth était venu jusqu’à Edge, avec l’obsession d’y retrouver une très vieille connaissance. Cette nuit-là, Sephiroth était venu rendre visite à Cloud Strife…

Sa petite partie de chasse le conduisit directement jusqu’au septième ciel, le fameux bar où Cloud et sa petite famille avaient pris résidence. Malheureusement pour le cauchemar, et heureusement pour la famille de Cloud, il n’y avait personne à part lui ce soir-là au bar. Le jeune blondinet allait devoir affronter ses démons seuls. Au même moment, de sombres nuages recouvrèrent la lune dans le ciel, tandis que l’argenté approchait de son but. La maison se fondait progressivement dans la masse brumeuse, tandis qu’un silence de mort berçait doucement l’occupant dans un sommeil tranquille. Le mal se répandit lentement au rez de chausser, se glissant sous les portes et entre les ouvertures. Mais il n’y avait rien d’intéressant ici. Alors, ce nuage remplit de ténèbres, entreprit de se répandre au premier étage, enveloppant le petit escalier complètement, lui donnant même un air de trou noir. Une antre, où tous les cauchemars les plus redoutés, reposaient dans l’attente d’une victime à contaminer. Plus massive et dangereuse, les ténèbres arrivèrent aux premiers étages. Se faufilant partout, se glissant dans les moindres coins, elles finirent par trouver ce qu’elles étaient venu chercher. Répandues sur le sol tel un tapis brumeux, elles entourèrent progressivement un lit occupé. Un petit être fragile, tranquillement endormi, dont l’esprit restait tout de même tourmenté. Une victime idéale, LA victime que Sephiroth était venu chercher. Cloud… Il était si faible, si fragile, l’argenté pouvait le sentir à des kilomètres. Son esprit était empli de troubles, il était vulnérable, à la merci du mal qui n’aurait aucune difficulté à se répandre en lui. Quelle retrouvaille agréable, saisissante et vivifiante. Sephiroth avait décidément choisi le bon moment pour venir rendre visite à Cloud. Les deux esprits semblaient s’attirer comme deux aimants, ne désirant qu’une seule fusion, dans une ébullition et une symbiose parfaite. Une brèche était ouverte dans l’esprit perturbé de Cloud, une porte d’entrée, grande ouverte, prête à accueillir son nouvel hôte. Très optimiste concernant cette rencontre, Sephiroth jugea qu’il pouvait apparaitre, en toute sécurité. C’est ainsi que la brume se retira, lentement, des rebords du lit, pour se retrancher dans le coin le plus sombre de la pièce. Elle disparaissait, progressivement, comme évaporée, pour former au contraire une apparence plus solide. C’est ainsi, que caché dans l’ombre, deux billes vertes percèrent l’obscurité, d’une couleur émeraude saisissante et envoutante. Un très léger ricanement raisonna également dans la pièce, encore un peu étouffé, tel un écho. L’apparence du héros déchu prenait alors progressivement forme, révélant toute sa splendeur et sa puissance, mais également tout son diabolisme et sa dangerosité.

« Cloud… »

Appela d’abord cette petite voix, si douce, si calme… Avant que ne raisonne à nouveau ce rire maléfique, aux mélodies sadiques. Puis, c’est alors qu’il apparut, sortant de l’ombre, s’avançant jusque devant la fenêtre, où les faibles reflets de la lune vinrent illuminer cette chevelure argentée si familière. Il y avait aussi ce regard inquiétant, qui se rapprochait du lit, dévoilant progressivement les traits fins d’un visage angélique, pourtant possédés par le mal. Sephiroth se tenait là, droit devant son rival de toujours. Révélé au grand jour, il était si calme, et aussi immobile que la pierre. Il fixait le jeune Cloud Strife, paisiblement endormi d’apparence. Pourtant, l’esprit du jeune homme était dès à présent déjà connecté à celui du cauchemar. Sephiroth répandait doucement son venin, dans le plus sage des silences. Pénétrant l’esprit de Cloud jusqu’aux confins de son être, les ténèbres se répandaient en lui telle une maladie frappante, qui bientôt envelopperait toute sa personne. Un sourire satisfait étirait alors les lèvres sadiques de l’ange noir, tandis qu’il continuait de contempler les fruits de son œuvre.

« Je suis avec toi désormais, Cloud… »

Murmura de nouveau cette petite voix obsédante. Le jeune homme quant à lui semblait quelque peu troublé dans son sommeil, sans pour autant parvenir à se réveiller. Il avait l’air de faire un mauvais rêve. Sa mine froissée laissait remarquer des traits sévères. Il fronçait les sourcilles, tout en serrant des poings. Bientôt, c’est tout son corps qui fut crispé d’un mal invisible. Quelques tremblements survinrent, Cloud semblait profondément touché, son bourreau quant à lui, se réjouissait de la situation. Il se délectait de chaque détail, gardant ce sourire inquiétant. Il sentait son but au plus proche. Il était désormais trop tard pour Cloud. Un virus sournois venait de se répandre en lui. Un virus qui ne lui était pourtant pas inconnu…

Forcé de constater que l’échange s'était déroulé avec grand succès, Sephiroth nourrit subitement une idée plus sombre encore. Tout c’était passé bien mieux qu’il ne l’aurait espéré. Ce qui laissait à penser qu’il pouvait aller plus loin encore dans cette expérience. D’un air à la fois pensif et hautain, l’argenté leva légèrement le menton, pour juger cette petite marionnette qui lui faisait face. Lentement, il s’avança plus près du lit, levant sa main gauche à hauteur de son visage. Plongeant dès lors son regard émeraude vers le centre de sa main, une attraction bien étrange fit apparaitre quelques étincelles bleutées. Doucement, une forme ovale commençait à se dessiner, prenant de belles couleurs violines aux mélanges subtils et très étranges des ténèbres brumeux. Une matéria, comme on n’en avait jamais vu… Elle inspirait le mal, dégageant en effet quelque chose de très néfaste. Pourtant, Sephiroth semblait la contempler avec adoration. Puis, son regard se reporta jalousement sur Cloud. C’est alors qu’il ordonna à ce dernier de se réveiller. Relâchant quelques bribes qu’il maintenait à l’heure actuelle sur son esprit. Le jeune homme n’en était pas moins hypnotisé, il était comme possédé, ou plongé en un cauchemar qu’il vivait en temps réel. Était-ce la réalité ? Ou bien le fruit de son imagination… Cloud n’était pas apte à se poser cette question de toute évidence. Il dormait, éveillé, et ce qu’il voyait, semblait dépasser tout concept de la réalité…

« Cela fait si longtemps… Cloud. »








......






Revenir en haut Aller en bas
http://ff-judgement-day.forumactif.org
Cloud Strife


Messages : 215
Date d'inscription : 23/05/2014
Age : 23
Localisation : Sur la Planète

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 26 ans
• More:

MessageSujet: Re: La fin d'un monde.. (Sephiroth) [Terminé]   Sam 10 Jan - 22:54:11


La fin d'un monde.

Comment retrouver l'espoir ?

“If this is all a dream, don't wake me up. If this is all a dream, don't wake me up. If this is all a dream, don't wake me up. If this is all a dr..”
Cloud & Sephiroth

Je m'allonge sur le lit de Tifa comme pour oublier son absence en me rappelant la douceur de ses draps, l'odeur de la couverture encore propre. Mais tout ça c'est froid, car Tifa ne dort plus là. Elle reposera toujours loin de moi. J'ai essayé de lui faire mes adieux en lui disant ce que je ressentais sur du papier. J'ai enfermé ces rêves brisés dans une bouteille, j'ai vissé le couvercle et j'ai laissé mes mots dériver sur l'océan. Je les laissés mourir dans la mer, retrouver le centre de la terre. Je ferme les yeux et cette pensée m'occupe toujours. Ceux qui dise qu'écrire aide à exorciser la douleur se trompent ou ne connaissent pas la déchirure qui m'anime. Ils ne savent pas vraiment ce que c'est. Moi, pour avancer, je ne peux que prendre les armes pour offrir une vie meilleure aux autres autour de moi alors que la mienne ne sera plus jamais aussi belle qu'elle ne l'était dans ses bras. Quand je cherche le sommeil, je vois ses yeux et ça me réconforte. Puis, je me souviens de son départ. Je revois la lettre que je lui ai écrite. Pleine de ratures. Pleine de lâchetés. Pleine de mon amour. Je me la figure comme si elle était là, juste devant moi et que je la relisais une dernière fois. Je souffre la douleur de celui qui n'est pas tombé.

Souviens-toi, la lettre. J'en connais chaque mots, chaque ratures.


Autour de moi la nuit tombe. Je dors déjà. Pour une heure ou deux. Le deuil est épuisant. Mais je me réveillerai comme toujours en sursaut, honteux de ne pas avoir veillé et donné un coup de main dehors. Je sortirai alors à la hâte pour effectuer de nouvelles rondes et repousser les hordes de monstres loin des zones résidentielles. J'offrirai aux monstres le soulagement d'une mort immédiate. Avait-elle souffert ? J'espère de tout cœur que non, que ce fut rapide et presque indolore. Je prie qu'elle n'ait pas eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait, ou alors, qu'elle avait cette sorte de quiétude qui l'a préservée, comme Zack avant elle, de la peur de partir. Je ne cesse de souffrir la douleur de celui pour qui tant de personnes sont tombées.

« Cloud... »

J'entends cette voix. Je ne sais d'où elle vient. C'est la nuit tout autour de moi. J'ai l'impression que la voix est née de mon chagrin et qu'elle raisonne au fond de moi. Mes lèvres frémissent. Ses inflexions sont celles du cauchemar. En fait, c'est tout mon corps qui tremble. Je n'ai pas peur. Je vis l'effroi primaire, la panique presque animal. Mon ventre se tord. La douleur ; toujours cette douleur. Je suis seul avec cette voix, en moi. Je lui demande de se taire, de partir, mais la nuit à tous les droits sur mon corps endormi et mon esprit torturé. Mes songes m'échappent. Le corps brûlant de Tifa s'éloigne du mien. J'ai froid. Dehors l'orage gronde. Je suis seul, face à moi-même. Je ne veux pas qu'on m'abandonne ! Je crie sans cri. J'appelle sans appeler. Tifa ? Tzz ! Où est ma mère ? Je ne veux pas. L'amour. L'instinct. J'ai mal. Quelque chose brûle au fond de moi. Tzz ! Qui suis-je ? Tifa ! Ne m'abandonne pas ! Tzz ! Maman ! Tzz ! Je veux seulement ne plus être seul...

« Je suis avec toi désormais, Cloud... »

C'est mon nom qu'on prononce, hein ? Tu es avec moi maintenant... Ça me rassure... C'est comme si je me sentais moins vide, plus complet. Je crois que je fronce les sourcils, du moins mon visage se plisse pour essayer de le faire. Je connais cette voix, la tienne. Je suis heureux. J'ai peur de toi. Je te déteste rien que par le son de ta voix, mais je suis heureux parce que tu es là. Qui es-tu ? Moi ? Je suis.. Cloud. J'ai toujours été Cloud. C'est toi-même qui l'a dit. Je ne veux plus dormir, mais c'est plus simple de ne jamais se réveiller. Je veux oublier que je dors. Hein ? Tu veux que je me réveille ? Pourquoi ? Je dormais si bien ? Je dois. D'accord.

Je me redresse alors, les yeux encore fermé. La nuit m'éblouit. Je les plisse. Je les entrouvre et je te retrouve. Tu es une ombre. Un cauchemar. Tu es moi. Je suis toi. Mais je ne veux pas de toi. Pas maintenant. Pas déjà. Tu me parles. Ça faisait longtemps. Pas si longtemps. Tu as toujours existé en moi. Je te voyais souvent. Ces yeux.. Tu me fais penser à Sephiroth.. à moi.. Tu es mort. Ce n'est que ton souvenir qui me hante. Ma chair me brûle, je grimace. Je tends la main vers l'ombre. Que me veux-tu ? Est-ce que j'arrive seulement à parler ? J'essaye. Je vois toujours tes pupilles vertes. Je tremble de ne pas avoir assez peur. J'ai la tête lourde. Je réessaye de parler. Je crois que ça marche. La silhouette hoche la tête. Je ne suis plus seul.

« Cela fait si longtemps. »

Mes lèvres et ma langue forment seules les mots. Elles répètent ce que l'ombre a prononcé. Elles reprennent ce qu'on leur a dicté de dire. Je baisse les yeux. Je vois cette boule sombre. Une obscurité qui brille au milieu de la nuit. C'est beau. C'est... néfaste, je le sens bien. C'est beau. Et je ne peux m'empêcher de me laisser absorber par tes yeux verts qui me fixent. Où es-tu ? J'ai l'impression que tu parles tout autour de moi. J'ai peur que tu parles en moi-même.

« Q..Que veux-tu ? »

Je bute sur les mots. Je ne sais pas si c'est moi qui parle. Je crois que oui. Je ne veux pas parler en fait. Va-t-en ! Mais ne me laisse pas seul !

Je ne suis plus seul.

© Grey WIND.



Merci Tifa <3
Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth
Fondatrice

Messages : 727
Date d'inscription : 17/01/2013
Age : 22
Localisation : Dans le monde du pays de la terre de l'univers du cosmos.

::PASSEPORT::
• Age du personnage: Inconnu.
• More:

MessageSujet: Re: La fin d'un monde.. (Sephiroth) [Terminé]   Dim 11 Jan - 0:52:24


Sephiroth






La fin d'un monde...

Lentement mais surement, la marionnette se dresse, progressivement. Son regard est tout ce qu’il y a de plus livide. Plus rien ne semble animer ce corps perdu, si ce n’est que les ficelles de son manipulateur, qui exerce sur lui, une attraction maléfique. Cloud Strife n’est plus lui-même. Toutefois, une once de sa personne persiste encore au fond de lui, à faire résistance. Ce n’est pas grave, cela ne durera pas, c’est du moins ce que se dit le cauchemar. Cloud est dans un bien trop piteux état pour ne pas céder rapidement aux attentes de l’argenté. Les jeux sont faits de toute manière, Sephiroth a réussi, il est entré en lui, dans sa tête et son esprit. Ce n’est plus qu’une question de temps désormais, avant que Cloud ne soit complètement ravagé de démence. Pour l’instant, le jeune homme est encore un peu perdu, partagé entre ce qu’il croit être un rêve, et ses souvenirs douloureux qui ne cessent de faire saigner son cœur fragile. Il est si facile de le manipuler dans le fond, il faut simplement savoir appuyer sur les zones sensibles, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’avec les années, Sephiroth les connaît par cœur.

Grâce à son nouveau lien qui l’unissait désormais à Cloud, le cauchemar pouvait maintenant avoir accès aux méandres de son esprit, et identifier la cause de tous les maux actuels du jeune homme... Il venait de perdre un être cher… Comme à chaque fois que cela arrivait, Cloud replongeait irrémédiablement dans une profonde déprime, une solitude qui l’amenait à douter de sa personne et de ses capacités. Il était alors si facile pour Sephiroth d’en jouer, et d’influencer ainsi le petit blond à sa guise. Il savait alors parfaitement quoi lui dire.

« Pourquoi persistes-tu à vouloir sauver la vie de tes proches… Tu n’es pas fait ainsi. Tu n’apportes que la mort autour de toi… Tu es incapable de protéger qui que ce soit… Toutefois, il y a bien une chose que tu puisses encore faire… »

Instaurer de l’espoir au beau milieu de ce cœur malade, voilà les débuts d’une manipulation réussite. Cloud pourtant persiste encore à chasser cet intrus de son esprit, mais aussitôt qu’une opportunité de se racheter se présente à lui, il se retrouve déjà beaucoup plus attentif et intéressé, ce qui laisse alors le temps à Sephiroth de contaminer sa victime toujours plus profondément. Sans espoir il n’y a pas de vie, c’est là la plus véridique des lois humaines. Cet espoir, Sephiroth l’exerce en figurant qu’il est lui-même la figure de l’espoir aux yeux de Cloud. L’espoir par le désespoir. Accepter son sort et accepter de se rendre où se trouve véritablement sa place…

« Tu peux encore épargner ceux qui sont toujours en vie... Protège-les de ta personne, Cloud. Protège-les de ton infortune. Car rester auprès d’eux, là n’est pas ta place… Tu n’apportes que malheur et désolation autour de toi. Il est grand temps aujourd’hui  d’accepter ton destin. D’accepter ce que tu es vraiment… »

Ces mots résonnent avec une profonde noirceur, et d’une froideur à faire pâlir les fantômes. Ils sont prononcés telle une prophétie, sur le point de se réaliser. L’issue semble inévitable, pourtant, le suspens plane encore. L’argenté patiente, il ne dévoile pas ses mots trop tôt. Il faut encore attendre. Attendre que Cloud s’accroche à ces mots divins et absolus, qu’ils les croient comme seule vérité et unique solution. Il faut attendre que le jeune homme s’abandonne complètement, dans l’espoir de purger sa peine justement, pour ce qu’il a fait. L’espoir par le désespoir… Le porter en accusation, pour mieux lui imposer une solution. Cloud Strife doit impérativement croire, qu’il n’y a pas d’autres issus.

« Tu ne seras plus jamais seul. Tu sais où est réellement ta place désormais. Elle n’est pas ici. Pas avec eux… Tu es bien trop différent. »

Se montrant plus rassurante désormais, cette voix est maintenant plus douce et plus réconfortante. Ce n’est qu’une illusion, en vérité, elle est simplement envoutante. De même, cette présence obscure se fait plus proche, l’argenté s’avance lentement vers sa marionnette, d’un pas tranquille et silencieux. Il ne faut pas le brusquer, pas le braquer. Cela doit sembler naturel, aussi naturel qu’une mère enveloppant son enfant dans ses bras. Cloud doit accepter cette présence comme étant familière. Afin de brouiller les pistes, une offrande est alors présentée à la jeune victime. Un cadeau empoisonné, qui allait remédier à tous les maux du jeune petit blond. Sephiroth tendit doucement cette matéria à son pantin. Ce petit objet obscur, qui allait lentement lui grignoter son âme et son humanité. Toutefois, elle présentait ici comme un remède à tous ses problèmes.

« Prends là, et tu n’auras plus jamais mal… Elle fera disparaitre toutes tes faiblesses, toutes tes douleurs et tes remords… Tu seras alors qui tu dois être réellement... Accepte-le, Cloud. Ta vraie place est ici, avec moi. Nous sommes voués à de grandes choses ensemble… Rejoins-moi. Ouvre les portes de ton esprit… Laisse-toi aller... »

On touche au but, l’évidence est droit devant. Cloud n’a pas sa place parmi les hommes. Il n’est pas fait de lumière, mais d’ombre. Il ne peut sauver le monde, ni même la moindre vie humaine. Pas mêmes celles qui lui tiennent pourtant à cœur. Il n’est que destruction et malchance. Qu’il accepte ce qu’il est, et qu’il accepte de se dévoiler enfin tel qu’il est.

N’est pas peur, Cloud… Cela n’est pas si effrayant que cela… Tu ne seras plus jamais seul. Les ténèbres te comprennent, elles t’accueillent en leur sein, et elles te protégeront de tous tes maux… N’est pas peur, Cloud… Laisses-toi aller.







......






Revenir en haut Aller en bas
http://ff-judgement-day.forumactif.org
Cloud Strife


Messages : 215
Date d'inscription : 23/05/2014
Age : 23
Localisation : Sur la Planète

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 26 ans
• More:

MessageSujet: Re: La fin d'un monde.. (Sephiroth) [Terminé]   Dim 18 Jan - 20:53:52


La fin d'un monde.

Comment retrouver l'espoir ?

“If this is all a dream, don't wake me up. If this is all a dream, don't wake me up. If this is all a dream, don't wake me up. If this is all a dr..”
Cloud & Sephiroth

La voix. Elle parle dans ma tête. Non. Elle résonne. Je ne sais pas si elle a raison. Elle vibre simplement. Je ne veux pas écouter. Je ne suis pas d'accord. J'entends. Je n'arrête pas d'écouter. La voix dit les choses sans que je les dise. Pourquoi ? Pourquoi est-ce que je persiste à vouloir sauver la vie de mes proches ?... Pourquoi je me pose cette question d'abord ! Je le fais, parce que... Je doute. La voix se tait. Cruelle, elle me laisse avec ce doute. Je.. Mes pensées s'entrechoquent. Je ne sais si je parle. Parler ? Pour quoi faire ? À qui ? Où es-tu ? Pourquoi es-tu partie ? Pourquoi sauver mes proches, hein ? Parce que...

« Parce que... Je les aime. »

Oui. C'est ça ! Je les aime. On a vécu plein de choses ensembles. Mais ça veut dire quoi les aimer... ? Tifa, je l'aime et pourtant j'ai mal de l'aimer... Je les aime mais je n'en suis pas moins seul. Et si c'est mon choix de souffrir d'aimer ? Ma voix, te revoilà. Je ne suis pas fait comme ça. Je n'apporte que la mort autour de moi. C'est pour ça que j'ai mal alors. Mais je veux les protéger ! Je me bats sans arrêt pour eux ! Je me bats..., moi aussi... Et Aerith ? Je... C'est différent... Ce n'est pas moi... Ce n'était pas ma faute ! C'est elle qui a choisi... Et Zack alors ? Il est mort lui aussi... Ce n'était pas moi... Ce n'était pas ma faute... Je... Il m'a protégé... Tzz ! Je ne vois pas de quoi tu parles. Je.. Je ne me souviens pas de ça.. Et Tifa ? Tzz ! Je... Tifa. Tu me manques, tu sais. Tu me manques, tu me manques, tu me manques. Je ne sais penser que ça. Tu me manques et c'est ma faute. Si j'avais... Tu serais encore là. Tu me manques ! Je t'aime. Je t'ai laissée y aller. Incapable de te protéger, hein ? Mais ça n'a pas de sens tout ça ! C'est.. pas logique. Illogique ! J'aime ton souvenir. J'ai mal...

« C'est.. F..Faux.. »

Il y a bien une chose que je peux encore faire. Forcément ! Il y a toujours quelque chose à faire. Je veux vous sauver parce que je vous aime ! J'aime Tifa. J'aime Aer.... J'aime Z.. Tzzzz ! J'ai mal à la tête. Je suis fatigué. J'ai mal d'aimer...

« Ma... »

Je ne sais pas ce qu'il faut faire. Je veux.. Les sauver. Ma main tremble. J'ai mal à la tête. Je la prends dans mes mains. Je me cache les yeux. Je secoue la tête. Ça va passer, ce bruit sourd. J'ai mal.. Mon front, je le sens, est brûlant. Je.. Je vais bien.. Ne t'inquiète pas Tifa. Tu t'inquiètes trop pour moi. Arrête. Ça va. Rendors-toi. Laisse-moi. J'ai.. J'ai besoin d'être seul. Chut... Ça va...

« Tout ira bien. »

Elle se rendort. Elle dort, paisiblement. J'aime la regarder dormir. Elle est belle. Elle dort. Elle ne se réveillera plus. Qu'est-ce que je dis ? Elle est déjà morte ! Je voulais la protéger. Je veux aider les autres. Quoi ? Je peux encore épargner ceux qui sont toujours en vie. Oui ! C'est ça qu'il faut faire ! Je ne sais pas qui est en vie... Il fait si noir... Peut-être qu'ils sont tous morts... Ou alors c'est moi... Je veux dormir avec Tifa. Je veux toucher son corps. Je veux qu'elle brûle comme je brûle. Je veux Tifa. Je veux dormir. C'est faux. Sinon je la verrai. Alors je dois encore vivre, un peu. Je veux aider oui. C'est... ma faute. Protégez-vous de ma personne ! Protégez-vous de Cloud et de son infortune ! Je ne peux pas rester auprès de vous. Ce n'est pas ma place. Je n'apporte que malheur et désolation autour de moi. C'est parce que je vous aime que je dis ça. Je veux souffrir loin de vous. Il y a la fille qui vend des fleurs. Il y a un homme qui fume des cigarettes. Il y a des autres encore. Je ne sais plsu très bien... Je les laisse-là. C'est pour leur bien. Mon bien, lui, on s'en fiche... Qui veut s'en soucier ? J'ai mal moi... Je ne veux pas être seul...

Tzz ! Mon destin. Accepter mon destin. Ça n'a plus de sens tout ça. Je ne sais pas qui je suis. J'ai mal... Tifa, j'ai mal... Non, rendors-toi ! Tout va bien, c'est promis ! Mal... Cette sensation... Je me souviens. Cette douleur.. Je lutte contre elle depuis toujours.. Je ne l'ai jamais dit aux autres... Même après tout ce qu'on a fait, elle... elle ne m'a jamais quitté tout à fait. Sans Tifa, c'est insoutenable. Je suis Cloud sans l'être. Je ne suis Cloud que quand elle me regarde et qu'elle m'appelle comme ça. Je ne suis Cloud que quand je t'aime. Mais si tu es morte, je ne peux que souffrir de t'aimer. Alors j'aime souffrir pour toi. J'aime souffrir de t'aimer. Nous avons menti longtemps, Tifa. Je dois accepter qui je suis vraiment. Je ne sais pas ce que ça veut dire. Dors, le soleil ne s'est pas encore levé. Il ne se lèvera plus jamais pour nous.

« Chut. Elle dort. »

Je suis seul. Je ne suis rien. Rien. Je ne ressens que la déchirure. La brûlure dans mes veines. J'aimerais arracher la chair. Finir maintenant. Dormir avec toi. Coucher avec toi ! J'ai mal... J'ai peur d'être seul. Ma voix, tu es là toi. Je ne serai plus jamais seul. Je ne sais pas où aller. Ce lit... J'y étais bien pourtant. Il est si froid. Je brûle dans un lit froid. Ce n'est pas ma place. Je suis bien trop différent. J'ai mal, mais un peu moins. Je la sens, l'aura. Je laisse tomber mes bras le long de mon corps bouillant. Tzz ! Je regarde l'ombre aux yeux verts. Les yeux verts du frère. Tzz ! Tu m'as manqué...

« Pars... »

Tzz ! Tu m'as manqué... Tu me tends ta sphère pour la partager avec moi. On n'a jamais cessé de partager tous les deux. Je t'écoute. Tu es lui et la voix dans ma tête à la fois. Tu es lui et moi tout à la fois. Elle fera disparaître toutes mes faiblesses, toutes mes douleurs et tous mes remords... Mais j'aime souffrir pour Tifa... Je ne veux pas... Pas tout de suite. Laisse-moi encore un peu de temps. Juste un peu de temps. J'ai peur... J'ai mal. Je caresse la sphère et me regarde dedans. Je n'y vois que mon âme incomplète. Je n'y vois que l'avatar de la faiblesse inutile. Un liquide chaud coule sur mes joues. Rendors-toi, ne te réveille pas. C'est pour toi que je meurs.. Tzz ! Dors encore un peu. Je cache le trésor sous l'oreiller. Je fais face à mon ombre.

« M.. Merci.., mais pas déjà... Encore un peu.. »

Ma voix tremble. Je lutte d'avoir déjà cédé. J'ai perdu cette bataille il y a déjà plusieurs années. Laisse-moi juste mentir encore un peu. Juste un peu. Je ne suis bon qu'à ça après tout. J'entends toujours le bruit sourd qui ne m'a jamais quitté. Je ne peux plus être seul.

© Grey WIND.



Merci Tifa <3
Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth
Fondatrice

Messages : 727
Date d'inscription : 17/01/2013
Age : 22
Localisation : Dans le monde du pays de la terre de l'univers du cosmos.

::PASSEPORT::
• Age du personnage: Inconnu.
• More:

MessageSujet: Re: La fin d'un monde.. (Sephiroth) [Terminé]   Lun 19 Jan - 15:30:58


Sephiroth






La fin d'un monde...

La fatigue se faisait lourde, sur ce petit corps ramolli par le chagrin. La lutte semblait enfin prendre fin, et Cloud cédait plus que jamais aux forces obscures, qui envahissaient désormais son âme tout entière. Mais il en fallait bien plus pour briser quelqu’un. Ça, Sephiroth le savait mieux que quiconque. Pour ça, il fallait s’attaquer aux fondements mêmes de la vie d’un être humain. Les souvenirs… Il fallait mettre en place un mensonge plus que sordide, auquel le sujet s’attacherait pourtant dur comme fer, le considérant comme vérité absolue. Oui, les souvenirs sont la base même d’un être humain. C’était bien pour cela que Sephiroth s’en était débarrassé il y a de ça plusieurs années maintenant. Car les souvenirs sont une source de faiblesse. Ils définissent une personne, de par les choix qu’elle choisit de faire en rapport au passé. En modifiant le passé, on modifie l’avenir… C’est aussi simple que ça. Un schéma plus complexe à réaliser, qu’à comprendre. Heureusement, Sephiroth avait en sa possession un atout qui faciliterait son travail. Il ne faisait qu’un avec Cloud désormais. Il allait donc être particulièrement facile pour lui d’interférer dans ses souvenirs.

Tout d’abord, l’exercice consiste à remémorer au sujet, des séquences clés de son existence. Des évènements, qui l’ont changé à jamais. Chez Cloud, ces évènements n’étaient pas bien difficiles à isoler. Pour commencer, l’argenté remonta jusqu’à la mort du jeune père du petit Cloud. Un évènement tragique, pour un petit garçon, qui ne laisse jamais indifférent. Les flashes au creux de sa mémoire, se voulaient brefs, mélangés de voix très floues, comme brouillés tel un message crypté. Il fallait semer le trouble dans l’esprit de Cloud. Aussi, a chacun de ses souvenirs, l’argenté prenait soin d’y implanter une image de sa personne, mais aussi celle de Cloud, afin de mélanger l’ensemble, pour que le démon et la marionnette ne fassent qu’un. Cloud devait confondre ces deux images, il devait à terme conclure qu’elles étaient tous deux une seule et même personne. Sephiroth était Cloud, Cloud était Sephiroth… C’était un peu comme faire naitre une sorte de schizophrénie dans l’esprit meurtrit du sujet. Cloud devait penser que Sephiroth n’était autre que sa sombre partie, ses ténèbres les plus refoulées. Des ténèbres qu’il personnifiait avec le visage de l’argenté.

Le deuxième fragment qu’avait choisi l’argenté, fut cette chute célèbre de la petite Tifa, du haut de ce pont fragile et vieux, que tant de gens avaient déconseillé d’emprunter. Pourtant, Cloud avait insisté pour s’y rendre, oui, il était le seul responsable. Il était celui qui avait enrôlé la pauvre Tifa dans cette aventure. Il était responsable de la chute de son amie. Elle avait failli mourir, à cause de lui. De là, il c’était attisé la haine de tous les villageois. Une haine terrible, qui harcelait son esprit continuellement. Il pouvait les entendes, ces voix. Oui, elles étaient encore là, dans sa tête. Il pouvait se souvenir de toute cette colère qu’il éprouvait à l’égard de ces gens, qui étaient incapables de le comprendre. Car il était différent.

Te souviens-tu, Cloud ? De cette douleur, de ce chagrin, de cet isolement que tu as subi… Les moqueries, les insultes… Le rejet et le méprit des autres… Te souviens-tu de cette colère, de cette révolte qui bout en toi ? Ils ne t’ont pas compris, tu es différent…

Une fois encore, l’image de Sephiroth et Cloud se confondait en une seule et même personne, entouré de voix criardes, qui continuait de jurer à l’égard du petit Cloud. Ces voix… Elles étaient insupportables, intenable. Pourvue qu’elles cessent… Pourvus qu’elles s’arrêtent ! Faites les terres !

Tu cris Cloud… Je t’entends crier, brûler de l’intérieur. Ta colère te consume. Tu n’arrives plus à te contenir, tu t’interroges. Tu commences à te poser des questions. D’abord ton père, ensuite ton amie qui a manqué de peu de mourir par ta faute… Quel genre de malédiction portes-tu sur tes épaules… Tu es encore si jeune, et déjà la mort se répand autour de toi. Tu sèmes la terreur et l’incompréhension. Les gens ne t’aiment pas, ne te comprennent pas, ils te détestent, ils te haïssent… Entends-les crier après toi. Fais-les taire. Tu ne demandes que ça…

Ce qui nous emmène directement au prochain fragment. L’incendie de Nibelheim. Cloud… Cet homme que tu vois dans les flammes… Cet homme rongé par la haine… Oui, tu le connais. Tu connais cet homme. Il t’est fortement familier. Tu te souviens toi aussi de cette colère ce jour-là. De cette folie qui s’est emparé de ton cœur. Cloud… Cet homme que tu vois dans les flammes… C’est toi, tu te reconnais à présent. Oui, toute cette haine et cette rancœur, tu l’as laissé s’emparer de toi. Tes ténèbres ont pris le dessus, et ce visage si familier, ce n’est autre que toi, oui… Tu le sais désormais, ça n’a jamais été aussi clair.
Sephiroth est Cloud, Cloud est Sephiroth…
Cloud est Sephiroth, Sephiroth est Cloud…

Accepte la part d’ombre qui est en toi, fais face, à la vérité. Accepte ce qui s’est passé ce jour-là. Accepte, ce que tu as fait… Tu refuses de l’admettre, car tu crains de ne plus jamais pouvoir te regarder dans le miroir. Il est pourtant l’heure, de faire face à la vérité…
Les voix se mélangent, tu entends des cris perçants, des gens qui meurent… Sens-tu, cette satisfaction au fond de cœur ? Cette justice qui vient d’être rendue. Sens-tu toute cette liberté que peuvent te procurer les ténèbres qui sont en toi ? Laisse-toi aller. Ça fait du bien… ça soulage… Tu n’auras plus jamais mal, tu ne seras plus jamais seul…

On se comprend tous les deux, pas vrais ? Nous sommes pareils. Je suis toi, et tu es moi…

Voilà que les morts s’enchainent, et tu te retrouves bientôt dans un bain de sang, le bruit d’une fusillade raisonne. Bientôt, c’est ton meilleur ami que tu découvres au sol, criblé de balles. Il est mort pour toi, il est mort A CAUSE de toi. Il a sacrifié sa vie pour un homme qu’il pensait juste. Le même schéma se répète, la malédiction continue de frapper. Cloud, l’ange de la mort… Le blond sème la mort partout où il passe. Protège-les de ton infortune. C’est une malédiction, une tragédie… Ces voix, elles recommencent. Elles te jugent. Fais-les taire. Que tout cela s’arrête !

Elle est morte par ta faute. C’est toi qui l’as tué. Tu sèmes la mort partout ou tu vas. C’est la malédiction… Aerith.

Tu revois cette ombre au-dessus d’elle, tu es pourtant impuissant. Tu sais qu’elle va mourir, pourquoi tu es là, tu ne fais rien ? Peut-être que tu n’étais pas vraiment là, peut-être que si tu n’as rien fait, c’est probablement parce que tu étais occupé à autre chose. Peut-être était-ce toi en haut, cette ombre menaçante, pointant son épée sur elle. C’était toi. Tout ça n’a pas de sens… Elle ne t’aimait pas ! Elle ne t’a jamais aimé ! Elle t’a trahi, c’était une traitresse… Il fallait qu’elle paye pour ça. Les traitres, il faut les tuer, tous les tués… Stop acting as if you were sad…  

Te souviens-tu désormais ? Te souviens-tu de tout ça ? Ce cercle sans fin, qui n’en a jamais de recommencer, causant toujours la mort d’êtres chers autour de toi. Tu en es le seul responsable. Aujourd’hui encore, il est inutile de te morfondre de tristesse, de prétendre que tu ressens quelque chose. Tout ça n’est que pure comédie, une chimère qui tente de t’éloigner de la vérité. Tifa elle aussi est partie désormais, parce que tu n’as pas su la protéger. Elle devait mourir tôt ou tard. Elle devait déjà mourir il y a de ça bien longtemps… Aujourd’hui, la réalité t’a rattrapé. Ta malédiction n’aura jamais de fins. Tu es condamnée à vivre dans ton infortune, et à regarder tes proches sombrer, les uns après les autres… Qui sera le prochain ? Attendras-tu vraiment qu’il y est un prochain pour réagir ? Tu n’es qu’un monstre… Les monstres n’ont pas d’amis, n’ont pas d’honneur, n’ont pas de sentiment… Cesse de te mentir. Eveilles-toi pour ce que tu es vraiment. Tu n’es pas à ta place ici, tu vis dans le mensonge. Il est grand temps pour toi de te réveiller !

Les images continues de défiler, de déferler dans l’esprit corrompu du jeune Cloud. Désormais tout se mélange, il est agressé de ses propres souvenirs, qui s’acharnent avec vitesse dans son esprit. Tout défile très vite, tout se confond. Les voix n’ont plus de sens, plus de propriétaires. La fatigue pèse telle une masse qui entraine au fond de l’océan. Une énorme pression emplisse les poumons du jeune homme, il suffoque. Est-ce qu’il va mourir ? Non… Il ne va pas mourir. Lui ne meurt jamais, ce sont les autres qui meurent… Le jeune blond est simplement accablé de culpabilité. Il se perd dans toutes ces images qu’on lui impose. Un profond cri intérieur voie le jour. Un cri de terreur et de détresse, son propre cri. Il enveloppe toute sa personne et son esprit, s’intensifiant à mesure que les secondes passent. Son cœur s'acharne contre sa poitrine, il est en sueur, la pression est intense…

Et alors que la voix se déchire jusqu’à le rendre sourd, c’est tout d’un coup le silence qui revient. Un silence plat, qui lui tombe dessus lourdement… Les voix ont cessé, les souvenirs ont fini de déferler dans sa mémoire. C’est enfin terminé. Il n’y a plus personne… Les yeux verts ont disparu dans la chambre, l’ombre n’est plus qu’un vague souvenir, très flou. Y avait-il vraiment quelqu’un d’ailleurs ? Personne ne le saura jamais… Les ténèbres s’en sont allés. Cloud est seul dans sa chambre désormais. Seul ? Pas tout à fait… Quelqu’un ici lui a pourtant fait une promesse. La promesse de ne plus jamais le laisser seul… C’est ici le début d’une grande amitié.

Je suis partout. Je suis toi. Je suis dans ton cœur et dans ton esprit. Je suis tes pensées et ton jugement. Je suis dans tes gestes et dans tes décisions. Je suis partout, et je ne te quitterais pas. Je ne te quitterai plus… Plus jamais…







......






Revenir en haut Aller en bas
http://ff-judgement-day.forumactif.org
Cloud Strife


Messages : 215
Date d'inscription : 23/05/2014
Age : 23
Localisation : Sur la Planète

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 26 ans
• More:

MessageSujet: Re: La fin d'un monde.. (Sephiroth) [Terminé]   Mer 28 Jan - 22:58:08


La fin d'un monde.

Comment retrouver l'espoir ?

“If this is all a dream, don't wake me up. If this is all a dream, don't wake me up. If this is all a dream, don't wake me up. If this is all a dr..”
Cloud & Sephiroth







Le sang sur mes mains... Ferme les yeux. Autour de moi, le silence. Autour de nous, la nuit.

Va te coucher, mon cœur ! et ne bats plus de l'aile.
Dans la lanterne sourde étouffons la chandelle,
Et tout ce qui vibrait là – je ne sais plus où –
Oubliette où l'on vient de tirer le verrou.

Sur mes mains, le sang innocent. Ferme ton cœur. Au fond de moi, le néant. Au fond de moi, la nuit.







© Grey WIND.



Merci Tifa <3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La fin d'un monde.. (Sephiroth) [Terminé]   Aujourd'hui à 5:06:35

Revenir en haut Aller en bas
 

La fin d'un monde.. (Sephiroth) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» je fuis le monde. [apollo] [terminé]
» [Cours 02. Scientifique] Donnez moi un tuba et je referai le Monde [Leonidas] [Terminé]
» [Terminé] Rien dans ce monde n’arrive par hasard || Anubis
» Alice Lucy Wilson. ~Être rebelle c'est refuser l'idée que le monde est figé.~ {Terminée}
» (terminé) « Et de ses tentacules, la pieuvre l'enserra, solitude infâme qui isole du monde. » [pv Nathanaël]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Judgement Day :: Midgar :: Edge :: 7th Heaven-