RemonterDescendre



 

Partagez | .
 

 Access denied (ft. Vincent)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sélès Shinra


Messages : 172
Date d'inscription : 11/10/2014
Localisation : Base de Corel

::PASSEPORT::
• Age du personnage:
• More:

MessageSujet: Access denied (ft. Vincent)   Lun 19 Jan - 2:49:07

ft. Vincent & Sélès
Access denied
Aux instructions de son fils, Sélès ne s’était pas priée, elle avait effectivement fait sa petite vie. Pour commencer, elle s’était achetée un PHS à la boutique de la base. Ensuite, elle s’était choisie un coin d’habitation parmi les locaux des soldats. Les conditions de vie étaient correctes, comme anciennement à Midgar. Ce n’était ni trop luxueux, ni rudimentaire. Comme il n’y avait pas vraiment de fille, Sélès s’étaient permise de ne pas prendre un dortoir mais une chambre qui semblait être destinée à un haut gradé. C’était un peu ce qu’elle était de toute façon, cette petite blondinette qui se pavanait dans la base avec ses petits dossiers attestant de ses responsabilités ! En tout bien tout honneur ! Elle avait marqué son territoire dans sa chambre en occupant l’armoire de tenues qu’elle avait acheté en ville. Avec quel argent ? Celui trouvé dans les poches de son fils ! Elle s’était servie oui, mais puisqu’elle ne réclamait pas de salaire pour ses services, elle pouvait se le permettre, non ? Le marché s’était grandement diversifié à Corel, jamais la jeune femme n’aurait attendu une telle chose de cette ville. Il y avait même une boutique de vêtements chics hors de prix. On voyait bien les priorités de son coquet de fils !

Après ses petites emplettes et un passage chez le coiffeur, la jeune femme prit le job de Rufus très au sérieux et mit son petit nez dans les activités militaires récentes, ainsi que la gestion du matériel. Elle vérifia les effectifs de l’armée, la plupart étant des miliciens reconvertis, d’autres des combattants pour la WRO qui s’étaient trouvés un autre chef après la prise de Junon, et certains d’entre eux l’ayant fait avant même ce triste événement. Les ingénieurs s’activaient sur le développement des transports à l’extérieur, et Sélès avait réquisitionné deux d’entre eux, plus experts en informatiques, pour qu’ils achèvent enfin la programmation de la salle de simulation, ce qui fut fait en une journée, bien que tout n'était pas encore parfaitement mis au point et nécessitait quelques tests. On aurait pu commencer par là tout de même !

C’était le lendemain depuis le départ de Rufus, et Sélès lui avait déjà envoyé plusieurs messages pour s’informer si tout allait bien, mère poule qu’elle était ! RAS pour le moment, il n’empêche qu’elle était angoissée sur le déroulement du voyage de retour, alors elle s’occupait. Tout en marchant, elle lisait le petit inventaire du matériel en usage cette semaine. De ce qu’on avait pu sauver de Junon, c’était quelques avions Highwind, quant aux hélicoptères, on n’en avait jamais eu beaucoup… Et attendez une seconde ! Un soldat avait réquisitionné un hélicoptère pour lui tout seul, vers Costa del Sol ? Bon, d’accord, il avait dû aider plusieurs personnes avec, ça n’empêche pas que ça faisait un petit moment qu’il l’avait, cet engin, à en juger par la date de prêt, or ce soldat n’était même pas des rangs de Rufus!  Ah tiens… si ce dernier avait accepté de prêter son matériel, c’était certainement pour acheter l'homme en question, comme elle connaissait son fils opportuniste. Sélès devrait faire des recherches sur ce Zack Fair. Le numéro de PHS de celui-ci étant affiché, elle fit sa femme d’affaire et lui envoya aussitôt un message. « Vous êtes en possession d’un de nos hélicoptères depuis une semaine, où en est votre mission soldat ? »

Et bien quoi ? Rufus lui avait bien dit qu’il lui confiait la base, non ? Elle ne signa pas le message par son prénom, puisque l’homme ne la connaitrait certainement pas. Tout ce qu’il avait besoin de savoir, c’était que son prestataire avait pris contact avec lui et qu’il commençait à perdre patience, voilà. En rangeant son PHS, elle repéra un homme vêtu de rouge (cette couleur était donc à la mode ?) tenter d’appeler un ascenseur.

« L’ascenseur ne viendra pas sans badge. Je pourrais utiliser le mien, mais avez-vous une autorisation d’accès ? » demanda t-elle en se la jouant inquisitrice. Elle regarda  son interlocuteur un peu plus en détail. Il était vraiment étrangement vêtu, avec cette lourde cape, son gant acéré et ses chaussures aux pointes d’or qui pouvaient vous percer en deux s’il lui venait à l’idée de vous ficher un coup de pied. En dehors de ça, Sélès ne connaissait pas son visage, mais elle l’inspecta tout de même encore et attendit sa réponse, ne s’approchant pas plus au cas où il lui ficherait effectivement un coup de pied. Elle se rendait elle-même compte qu’elle ne l’avait pas apostrophé des plus poliment et elle culpabilisait déjà un peu ! N’importe quoi, Sélès, n’importe quoi ! « Bonjour, au fait », ajouta t-elle avec un sourire d'excuse. Voilà, c’était mieux comme ça.
made by © .bizzle


We are Legion
Here they come marching down the street, like a desperation murmur of a heart beat. Go-carts and guns are treasures they will bear in the summer heat.
endlesslove.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vincent Valentine


Messages : 81
Date d'inscription : 12/01/2015
Localisation : ...

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 62 ans
• More:

MessageSujet: Re: Access denied (ft. Vincent)   Mer 21 Jan - 17:05:56



Access denied
Un soleil rouge s’était levé ce matin là, en écho à la semaine sanglante et funeste qui s’était déroulé. Cloud et Vincent ne purent jamais venir en secours aux habitants d’Edge, et Rufus Shinra n’était pas tant à blâmer car un grand nombre de transports étaient désormais en la possession de Deepground, notamment la précieuse flotte de Junon. Les quelques aéronefs restants à la Shinra avaient fait leur travail pour certaines villes mais jamais sur une population totale, seule la partie la plus prestigieuse d’entre elle semblait avoir été sélectionnée à chaque fois. Healen s’en sortait manifestement le mieux, c’est ce que Vincent avait pu remarquer durant ces nombreux aller-retour entre Corel et la côte est. Les pensées occupées par Lucrecia, il avait acheminé tous les rescapés et personnes qu’il trouvait sur son passage vers Corel, une ville plus florissante que jamais et qui atteindrait bientôt ses heures de gloire. Il fallait bien quelqu’un pour s’occuper de ces oubliés, Vincent ne négligerait personne. Il était coupable de beaucoup de choses, il ne serait pas coupable de non-assistance. Lucrecia… est-ce que tu vas bien toi aussi ? Elle n’était pas à Healen, Vincent s’était déjà chargé de vérifier, elle était donc nécessairement à Corel.

Après de longs chemins, de nombreux secours et une prodigieuse langueur, Vincent se permit enfin d’espérer voir sa bien-aimée. C’est le cœur plein d’attente et d’inquiétude qu’il se rendit à la fameuse base de Corel, qui semblait à vue d’œil presque achevée. Des ex-soldats de la WRO gardaient les grillages soulignant le périmètre, des soldats qu’on avait cru déserteurs, mais qui avaient en réalité été rachetés par Rufus Shinra. Même si les pensées du chevalier pourpre n’avaient pas autant été accaparées par Lucrecia, il ne se serait même pas étonné de cette déloyauté. Au moins, les soldats le reconnurent et lui autorisèrent l’entrée. Seuls les employés auraient dû avoir le droit de parcourir les lieux. Vincent traversa la grande cour à moitié bétonnée et gravit les marches de l’entrée, dont les portes s’ouvrirent automatiquement à son passage. Jusque là, le parcours avaient été simple, mais le mystérieux brun entrait dans un monde inconnu. Il prit donc l’initiative de chercher un de ces plans de secours que l’on accrochait en général au mur, mais aucun n’en avait été mis à disposition pour le moment. Vincent ne savait pas vraiment où il devait chercher en priorité, sa tête lui disait de trouver Rufus Shinra, son cœur lui disait de trouver les laboratoires. Il y en avait surement quelque part, mais rien n’était dit que c’était ici, dans cette bâtisse qui semblait majoritairement militaire.

Il arpenta les couloirs et demanda renseignement à des soldats qu’il croisa. Rufus était absent… Le chevalier pourpre devrait donc suivre son cœur. Vincent s’arrêta au premier ascenseur qu’il trouva ensuite et l’appela. Il y avait fort à parier que les laboratoires se situaient au sous-sol, s’il y en avait. L’hôte de Chaos baissa le regard tandis qu’il revoyait déjà dans son esprit la belle Lucrecia dans sa blouse blanche, allant s’activer à son travail… Si elle travaillait, alors elle allait bien ? Vincent l’espérait de tout cœur…

« L’ascenseur ne viendra pas sans badge. Je pourrais utiliser le mien, mais avez-vous une autorisation d’accès ? »

Vincent fut brusquement tiré de sa torpeur et se tourna donc vers la voix féminine qui l’avait interpellé. Son visage prit un air sincèrement surpris en reconnaissant les traits de l’ancienne «Première Dame ». Tout les gens de l’époque la connaissait, elle avait été une sorte de petite vedette des années d’avant. En ce qui concernait Vincent, il avait entendu parler de sa montée en 1ère classe, maus avait vu son visage pour la première fois dans la photo du mariage de celle-ci, parue dans le journal. Elle était morte très jeune aussi. Vincent n’avait eu aucun mal à la reconnaître, même avec ses cheveux plus courts. Cette coupe lui allait bien même s’il n’en dirait mot. Malgré sa petite taille, Sélès était plutôt impressionnante en vrai. Son beau visage était paré de grands yeux océans perçants, un nez droit et de jolies lèvres rosées, et d’une expression gentille mais stricte. Même s’il n’y avait pas de ressemblance physique ou même morale, Vincent ne put s’empêcher de faire le lien avec Lucrecia. Deux femmes qui s’étaient liées à la mauvaise personne, et qui avait mis au monde des hommes machiavéliques… L’un s’était tout de même beaucoup mieux tiré que l’autre.

« Bonjour, au fait. »

Elle n’était pas sévère, mais soucieuse de bien agir, Vincent n’avait même pas remarqué l’absence de salutation à l’origine. Lui-même les épargnait souvent, c’est ce qu’il fit d’ailleurs sans le faire exprès. Intimidé d’être ainsi pris sur le fait, il baissa un instant le visage, dissimulant sa bouche derrière son col cramoisi. Il n’avait pas d’autorisation d’accès ni quoi que ce soit d’autre, sauf peut-être l’espoir que Sélès Shinra se souvienne qu’un jour, un turk du nom de Vincent Valentine avait déjà travaillé pour la Shinra. Vu l’homme effacé qu’il était et qu’il est toujours, il y avait bien peu de chance. Il n’était pas moins surpris de la voir bien vivante, et surtout ici. Dans sa perturbation, la Rivière de la vie avait encore fait un miracle.

« Sélès Shinra. En chair et en os... » murmura t-il de sa voix caverneuse en redressant finalement la tête vers elle.

Le visage de l’homme était calme et son regard vermeil portait une once de curiosité, malgré sa réserve. Apparemment, la jolie blonde ne s’était pas attendue à être reconnue et, favorablement pour elle, il n’y avait pas d’oreille indiscrète dans les environs.

« Ou je me trompe peut-être. Vous n'êtes pas un fantôme ? » demanda t-il, son intonation tellement plate qu’il était difficile de relever qu'il s'agissait d'une petite plaisanterie.

Celle-ci était d’ailleurs nulle et, si elle avait pour but de l’aider à se détendre lui-même, cela avait eu l’effet plutôt inverse. Comme Vincent connaissait déjà Sélès, il rétablit l'équilibre en se présentant à son tour, ainsi serait-elle peut-être plus disposée à l’aider.

« Vincent Valentine. Je suis venu… voir quelqu’un »

A ses mots, il détourna le visage sur le côté, s’intéressant aux portes d’ascenseur comme si elles allaient soudainement s’ouvrir par magie.
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Sélès Shinra


Messages : 172
Date d'inscription : 11/10/2014
Localisation : Base de Corel

::PASSEPORT::
• Age du personnage:
• More:

MessageSujet: Re: Access denied (ft. Vincent)   Jeu 22 Jan - 23:24:58

ft. Vincent & Sélès
Access denied

« Vous me connaissez… », s’étonna t-elle à voix basse, avant de jeter de furtifs coups d’œil autour d’elle. Ouf, personne à l’horizon ! Sélès n’avait été une petite célébrité que quelques courtes années à l’époque, elle était oubliée depuis ! Comme c’était étrange qu’elle soit restée dans certains esprits tels que celui de ce mystérieux brun. « Je suis bien réelle. Pourquoi, vous voulez un autographe ? » ironisa t-elle gentiment. La blondinette ne savait pas qu’il parlait également du fait qu’il n’imaginait pas la croiser de son vivant, puisqu’ils étaient de la même génération, mais ça ne l’empêcha pas de jouer faussement la star ! Mais assez plaisanté. L'homme n'avait pas l'air intéressé par un autographe de toute façon. « Vincent Valentine. Je suis venu... voir quelqu'un »

Sélès s’était demandé si elle avait un jour croisé Vincent Valentine quand elle avait lu son nom dans les rapports concernant les résistants. Maintenant qu’elle se tenait en face de ce grand gaillard intimidant (on dit bien intimidant, mais ça ne veut pas dire que Sélès était intimidée pour autant !), celle-ci se dit qu’elle avait dû se tromper et qu’elle ne l’avait jamais connu. C’était peut-être le fait qu’elle connaissait le nom de Grimoire Valentine qui l’avait troublée. Grimoire pour qui son amie Lucrecia avait le béguin à l’époque ! C’était à se demander si Vincent n’était pas son petit-fils… ce qui expliquerait pourquoi il connaissait Sélès. Il avait dû la voir dans de vieux journaux à papy. Lucrecia avait le béguin pour le grand-père de l’homme qui se tenait devant elle quoi ! Elle se permit de l’analyser plus en détail et jugea qu’en fait, derrière cet amas de tissus, Vincent était plutôt joli garçon. Si à l’époque, son grand-père Grimoire était dans cette tranche-là et que Sélès l’avait su, elle lui aurait accordé son tampon « Approuvé » auprès de Lucrecia pour que celle-ci fonce ! Un petit sourire amusé apparu sur les lèvres de la blondinette alors qu’elle se retenait de rire, même si une vague de tristesse vint rapidement ternir cet amusement. Cela faisait longtemps que Sélès n’avait pas vu son amie Lucie… ! Qu’était-elle devenue après ? La demoiselle n’en avait pas la moindre idée.

Après un temps, Sélès émergea de ses rêveries pour retrouver son assurance. « Vous voyez quelqu'un en ce moment-même », fit-elle remarquer en balançant un peu sa hanche sur le côté pour appuyer sa main dessus, affichant un sourire de petite maligne. On a dit assez plaisanté, Sélès !

« C’est drôle. Je vous demande une autorisation d’accès, et vous, vous me donnez une interdiction d’accès, monsieur Valentine. Vous avez travaillé pour la WRO n’est-ce-pas ? Et avant cela, vous avez fait partie d’AVALANCHE. » Oui, plein de petites choses qui faisaient de vous quelqu’un dont il fallait se méfier monsieur Valentine, mais le ton de la blondinette n’était pas vraiment sévère. C’était du passé tout ça, les choses avaient bien changé depuis. Sélès Shinra n’avait pas seulement fait ses petites courses, elle avait aussi bien appris sa leçon ! La blondinette lui jeta un regard faussement courroucé à ses derniers mots avant de délaisser sa hanche pour ouvrir les dossiers calés dans son autre bras. Elle mit l’inventaire du matériel en dernier et fit passer celui des contacts et meeting du président en premier pour le consulter. Elle feuilleta quelques pages pour revérifier quelque chose. « Bon, je sais aussi que vous avez rencontré Rufus il y a peu pour un arrangement avec Eleanor Heidegger et Cloud Strife. D’ailleurs, la personne que vous cherchez, ce ne serait pas lui par hasard ? » dit-elle en relevant son petit nez des rapports pour jeter un coup d’œil interrogateur au mystérieux Vincent « Désolée mais il n’est pas ici et vous avez bien raison de vous inquiéter. »

Apparemment, le mercenaire en question avait disparu de la circulation depuis quelques jours et ne donnait plus de nouvelles. L’arrangement avec Rufus avait peut-être mal tourné, mais pour qu’on n’en entende plus parler et que même Vincent Valentine (un ami à lui apparemment) vienne le chercher, ce devait être assez grave, surtout en temps de guerre comme aujourd’hui. Enfin, ça, c’était bien sûr la vive imagination de la blondinette qui s’était emballée en deux secondes à peine pour élaborer ce scénario avec les données qu’elle avait. La disparition de Cloud était chose certaine, mais Vincent n’était pas du tout venu le chercher lui. Sélès ne l’aurait jamais deviné, il y avait bien des choses qu’elle ne savait pas...

Perdue dans ses pensées, la jolie blondinette oublia qu’elle était censée lire la prise de note sous ses yeux. Zut ! Un bref petit mouvement de tête ayant valeur de secousse, et c’était reparti. Alors alors… Cloud, c’est ça. Ah, trouvé ! Sa situation était inquiétante mais Rufus n’avait pas vraiment eu l’air de s’en préoccuper : aucune demande de recherche ou de localisation n’avait été faite. Pas étonnant que le président se soucie d’autres choses vus les récents événements, mais Cloud était un mercenaire important non ? Ce n’était pas à négliger. « En ce qui concerne sa position, le garçon est situé sur l’autre continent, vers les villes de l’est, et on l’a perdu de vue depuis quelques jours. C’est mauvais signe, vous imaginez bien. »

Le « on », c’était les employés de Rufus. Les petits nouveaux combattants de grande envergure comme Cloud Strife faisaient toujours l’objet d’une surveillance quand ils travaillaient pour Rufus Shinra. Le président assurait ses arrières ! Vincent Valentine aussi aurait dû être bien surveillé, mais il échappait facilement à la vigilance de tout le monde à en juger les rapports. C’était comme essayer d’attraper le vent dans sa main. Quel homme intrigant ! « Au fait, d’où venez-vous, là ? » s’enquit-elle donc.
made by © .bizzle


We are Legion
Here they come marching down the street, like a desperation murmur of a heart beat. Go-carts and guns are treasures they will bear in the summer heat.
endlesslove.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vincent Valentine


Messages : 81
Date d'inscription : 12/01/2015
Localisation : ...

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 62 ans
• More:

MessageSujet: Re: Access denied (ft. Vincent)   Ven 23 Jan - 23:23:33



Access denied
Les apparences ne lui avaient pas joué de tour, Sélès était effectivement une femme gentille mais soucieuse du bon déroulement de ce qu’il se passait à la base militaire. A côté de cela, elle avait des petites manières de lady touchantes et imposantes à la fois. Cette préciosité était le vestige d’un ancien règne que la jeune femme enfouissait en revêtant les habits décontractés de soldat, mais l’accoutrement ne trompait pas. Vincent ignorait quelle était son poste ici, il se demandait surtout depuis combien de temps elle l’occupait. La surprise de sa revenue parmi les vivants étant passé, Vincent ne s’étonna d’ailleurs pas ne jamais avoir entendu parler d’elle. Les Shinra avaient beau se relayer dans les hautes fonctions de leur entreprise, ce n’était ni un point sur lequel ils se vantaient, ni un point sur lequel les autres les critiquaient. Vincent lui-même n’aurait rien à dire dessus, même s’il était question d’un certain désintérêt en l’occurrence : le chevalier pourpre avait plus grandes préoccupations que les jeux de rôles de la hiérarchie de ces purs sangs. Il n’en avait cure à l’époque, il n’en avait cure aujourd’hui aussi, plus que jamais tandis que la mort de Reeve et la disparition de Lucrecia l’affectaient encore. Si le monde était en sécurité dans les mains de Rufus Shinra, comme celui-ci le prétendait si bien, alors ce n’est pas Vincent qui irait le lui retirer. Le seul désaccord qu’il risquait contre lui dépendait de ce qu’il était advenu de Lucrecia. Là-dessus, le président risquait lourd.

« Vous voyez quelqu’un en ce moment même. »

Un pâle sourire amusé naquit sur les lèvres du démon pourpre à cette remarque, bien qu’il eut encore la tête encore détournée sur le côté. L’humour de Sélès lui semblait déjà bien mieux que le sien, plus léger, plus détendu, et plus malin, car il lui sembla percevoir ici une curiosité de sa part, une curiosité qui concernerait la personne que Vincent recherchait justement. L’atmosphère était pour le moment détendu mais les affaires reprirent bien vite quand la jolie blonde lui fit un petit résumé de ses activités précédentes. Le sourire du brun se fana progressivement et il ramena un visage terne vers elle. Recevoir l’aide de Sélès lui semblait un projet de plus en plus onéreux au fur et à mesure qu’elle parlait.

« Hmf… » bougonna Vincent de mauvaise grâce « Je vois que vous avez mis la main sur mon CV. »

La première dame n’avait ouvert aucune hostilité cela dit, et Vincent resterait donc à sa place aussi. Il sembla même que, malgré tout, Sélès tenta de l’aider, même si elle ne lui fournit pas les informations qu’il était venu chercher à l’origine. Le regard vermeil de Vincent s’assombrit à ses paroles sur son camarade d’armes. Celui-ci n’était pas au meilleur de sa forme la dernière fois qu’ils s’étaient vu, et Vincent pouvait désormais se sentir coupable de ne pas avoir creusé son désarroi. Cloud était désormais hors de tout radar, et Vincent n’avait rien fait pour empêcher cela.

« Cloud a disparu…? » répéta t-il en écho tout en baissant les yeux.

Le mutisme qui s’ensuivit prouvait sa préoccupation et sa culpabilité. Son obsession à retrouver Lucrecia l’avait conduit à négliger ses amis et la situation que l’ancienne combattante décrivait était effectivement loin d’être rassurante. Cloud était pourtant le dernier d’entre eux avec qui Vincent avait partagé quelques instants… Le démon pourpre se détourna sur le côté, sa cape rouge fouettant l’air soulignant son agacement envers lui-même. Vincent avait juste voulu voir sa bien-aimée quelques instants… il ne méritait pas cela, il n’était pas digne de la voir. Cependant, Vincent avait quand même besoin de savoir si elle allait bien et il n’osait même pas la mentionner à Sélès Shinra. En y réfléchissant bien, Lucrecia devait aller bien si Sélès était dans les parages. L’ancienne première dame était une femme respectable et avait l’air d’avoir un rôle important au sein de la base. Ce serait un fait rassurant si, à la tête de tout ceci, ne trônait pas Rufus. Cela étant, si Vincent avait besoin de renseignements, c’était auprès d’elle qu’il pouvait en avoir. D’abord, il devait répondre à sa questions.

« Je viens des côtes, j’ai ramené quelques hommes ici pour qu’ils trouvent refuge. Rufus ne nous avait pas menti sur ce point… d’après les soldats, un autre groupuscule se serait perdu derrière le mont. Je vais leur venir en aide, puis je partirai à la recherche de Cloud. Merci pour ces informations, Sélès », annonça alors le chevalier pourpre, prenant bonne note du fait que la jolie blonde l’avait volontairement orienté pour l’aider.

Contrairement à son fils qui ne répondait qu’au profit, Sélès était altruiste, bien intentionnée et avait d’ailleurs eu la sympathie de l’aiguiller malgré les antécédents de Vincent qui lui déplaisaient. Ne trouvant finalement pas le courage de demander ce qu'il aurait dû, l'hôte de Chaos se mit en tête de reprendre la route et il serait judicieux pour lui d’utiliser un des moyens de transport de Corel pour acheminer les migrants perdus jusqu’ici. Les anciens hommes de l’ORM seraient ravis de l’aider mais le problème concernait les disponibilités de chacun et surtout, du matériel. Vincent commençait à s’en aller et pourtant il s’arrêta au bout de trois pas à peine, bloqué par la même raison qui l’avait amené ici. Il ne pouvait pas partir comme ça, pas en sachant que Lucrecia était peut-être ici… Allait-elle bien ? Son prénom n’arrivait pas à franchir ses lèvres, et pourtant il était possible que Sélès la connaisse! Le mystérieux brun resta dos à la jolie blonde, se trouvant bien idiot de ne pas pouvoir prendre de décision. Se retourner, et poser la question, qu’est-ce que ça pourrait bien lui couter, de toute façon ?

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Sélès Shinra


Messages : 172
Date d'inscription : 11/10/2014
Localisation : Base de Corel

::PASSEPORT::
• Age du personnage:
• More:

MessageSujet: Re: Access denied (ft. Vincent)   Sam 24 Jan - 18:48:15

ft. Vincent & Sélès
Access denied


Il y eut plein de petits détails que l’œil malin de Sélès repéra durant ce petit échange. Le premier étant qu’elle s’était trompée de personne et qu’apparemment, ce n’était pas Cloud que Vincent était venu chercher. Le deuxième détail, plus visuel, ce fut la majestueuse arme à feu qu’il portait sur la cuisse droite et que sa cape laissa découvrir un très léger instant tel un rideau de théâtre tandis qu’il se détournait sur le côté. Le regard admiratif de Sélès resta d’ailleurs rivé sur cette partie là, même si l’habit rouge était revenu l’abriter. Elle le releva doucement vers lui quand il parla de l’aide qu’il avait apporté à des civils. Evidemment que Rufus n’avait pas menti, avait-elle bien envie de lui répondre! Pourquoi son fils irait mentir ! Le joli cœur blondinet ne disait pas tout, c’était vrai, mais ce n’était pas un menteur ! Vincent non plus ne disait pas tout d’ailleurs ! Le « quelqu’un » restait un mystère, signalons bien ! Sélès n’allait pas lui tirer les vers du nez bien sûr, il n’empêche que le départ prématuré de l’homme ne lui convenait pas. Il allait et il repartait, et après c’était elle qu’il traitait de fantôme ! Heureusement que la raison de sa fuite était valable, car Sélès l’aurait bien sermonné !

« Mais attendez Vincent ! » dit-elle alors que, de toute façon, l’homme s’était déjà arrêté de lui-même. « Vous irez plus vite si on vous laisse un camion et un chauffeur pour transporter ces gens non? » C’était ce qu’il y avait de plus raisonnable à faire, effectivement. Il ne fallait pas non plus oublier que le mystérieux brun était préoccupé pour son ami, et à cela, la Shinra pouvait aussi contribuer à l’aider s’il le voulait bien. C’est bon, les projecteurs étaient de nouveau sur Sélès ? Elle pouvait poursuivre ! « Et pour Cloud, on pourra également vous prêter un hélicoptère, nous attendons justement une personne qui en a déjà réquisitionné un. Il m’a l’air d’être un soldat important, vous pourrez y aller ensemble ? C’est risqué là-bas ! »

Sélès était comme son fils, elle trouvait des solutions rapides et efficaces… peut-être parfois un peu optimistes, mais c’était quand même possible tout ça.

« Mais je peux vous prendre un peu de votre temps avant ? Pas plus de trente minutes promis ! » Un autre point commun avec Rufus ? Pas-du-tout ! Elle n’était pas en train de faire un troc, elle avait juste besoin d’aide, voilà tout ! S’il refusait, elle n’irait pas lui retirer ce qu’elle avait proposé ! Cependant… est-ce que Sélès laissa vraiment la chance à ce pauvre Vincent de refuser ? Non ! Par de petits pas pressés, elle s’était déjà postée à côté de lui et s’était doucement accrochée à son bras pour l’inviter à poursuivre sa route avec elle. Tout en marchant, elle tourna vers lui un grand sourire colgate qui montrait bien qu’elle était sur le point de faire une requête que n’importe quelle personne ayant un cœur ne saurait refuser. Si, si, monsieur Valentine, même vous !

Elle ne réclamait qu’un petit peu de temps de toute façon, ce n’était rien et ça allait être facilement rattrapé par le transport que Sélès avait proposé de lui réserver. Une raison énigmatique semblait de toute façon retenir l’homme en ces lieux, ce qui jouait en faveur de la petite blondinette. Celle-ci tourna sur le côté, faisant un peu parcourir l’endroit à son nouveau camarade. « Je viens de m’acheter un Beretta et je me suis un peu entrainée avec. J’arrive presque à toucher mes cibles, mais je ne les atteins jamais vraiment. J’ai vu que vous aviez une très belle arme, j’en déduis que vous êtes tireur. Vous pouvez m’aidez ? J’aimerais vraiment savoir ce qui cloche ! Après ça je vous laisse tranquille. » Elle lui expliquait tout ceci, la voix aussi énergique que le pas qu’elle avait imposé au mystérieux rouge. C'était un comble de ne pas bien tirer, pour une ancienne soldat, mais Sélès n'avait jamais voulu faire l'effort d'apprendre et s'était spécialisée dans les combats au corps à corps et à l'épée, ce qui lui avait plutôt bien réussi. C'était bien en voyant que ses enfants portaient des armes à feu qu'elle s'était dit qu'il était temps de s'y mettre aussi !

C’était tout Sélès ça. Dès qu’elle n’arrivait pas à quelque chose, il fallait absolument résoudre le problème et pour ce faire, elle n’hésitait jamais à solliciter la première personne qui se présentait devant elle. Malheureusement, les autres soldats portaient des armes bien plus lourdes qui n’avaient rien à voir avec son 9mm assez léger. Il fallait également admettre que la petite blondinette s’était un peu prise d’attachement pour le petit-fils de Grimoire, l’homme qui avait fait chavirer le cœur de sa copine Lucie ! En passant un peu de temps avec lui, elle en apprendrait peut-être plus aussi. Ils dépassèrent ensemble le sas de la salle d’entrainement pour aller à celle de contrôle dans laquelle Sélès entra avec Vincent, lui laissant découvrir le matériel.

« Voilà le panneau de contrôle de la salle de simulation », expliqua t-elle fièrement comme si elle comprenait quoi que ce soit à ce genre de technologie. Après sa posture d’héroïne, menton levé, poings sur les hanches, ce fut le petit moment de bidouillage avec le matériel. D’accord, on n’avait pas encore fait les essais, mais c’était le moment d’en faire justement ! Sauf que Sélès ne savait pas comment activer la simulation, ce qui ne l’empêcha pas d’essayer. Un peu penchée vers l’avant, ses fins sourcils froncés de concentration, elle actionna quelques boutons en vain. Zut, elle n’allait tout de même pas encore s’entrainer en tirant sur des canettes, surtout pas devant Vincent Valentine… Après un petit moment à trifouiller la machine, Sélès baissa les bras et se redressa avec une petite moue de bichette irritée qu’elle tourna vers son invité. « Je suppose que vous n'y connaissez rien en technologie vous non plus ? »

made by © .bizzle


We are Legion
Here they come marching down the street, like a desperation murmur of a heart beat. Go-carts and guns are treasures they will bear in the summer heat.
endlesslove.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vincent Valentine


Messages : 81
Date d'inscription : 12/01/2015
Localisation : ...

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 62 ans
• More:

MessageSujet: Re: Access denied (ft. Vincent)   Dim 25 Jan - 20:41:12



Access denied
Vincent éprouva un certain soulagement à ce que Sélès Shinra le retienne. Il gagnait du temps et avait peut-être une chance d’en savoir plus sur Lucrecia. Si d’aventure l’occasion lui était laissée, il pourrait tenter d’approcher le sujet, mais comment ? Il n’était pas comme Rufus Shinra, il ne savait se donner les moyens. Le démon pourpre tourna la tête sur le côté en entendant l’attrayante proposition de transport de l’ancienne première dame, c’était justement ce dont il avait besoin. Et pour… pour Lucrecia… Vincent essaya de se retourner pour faire de nouveau face à Sélès mais celle-ci l’attrapa au vol pour l’embarquer avec elle. Le chevalier surpris la suivit d’un pas maladroit et claudiquant au départ, attestant de sa gêne à côté de l’ancienne Première Dame. La bouche un peu enfouie dans son col cramoisi pour garder contenance et ne pas prendre le risque de balbutier quelconque parole, son timide regard rouge s’orienta vers la jolie blonde qui avait saisi son bras bionique sans la moindre crainte, ni hésitation. Celle-ci tourna d’ailleurs vers lui un sourire lumineux et le ténébreux gardien fut surpris qu’une si petite personne puisse autant irradier. On ne lui avait pas sourit ainsi depuis une éternité, c’en était beaucoup pour les pupilles vermeilles et indolentes de Vincent Valentine.

Ses pas se firent à son tour plus assurés tandis que Sélès lui relatait son problème depuis qu’elle s’était initiée aux armes à feu. Vincent avait appris à tirer depuis tant d’années qu’il s’agissait pour lui d’un geste simple et naturel, c’est pourquoi il concevait difficilement que quelqu’un de bonne acuité visuelle puisse mal viser. Le problème venait peut-être de là. Le chevalier pourpre était en tout cas bien attentif aux paroles de la dame, c’était dans sa nature débonnaire de ne pas vraiment savoir poser de refus, ni d’éprouver réelle envie de le faire. Sélès lui avait d’ailleurs promis un moyen de transport ainsi que solution rapide à tout ce qui pourrait le préoccuper, son seul souci présent était donc le même que cette petite femme et concernait donc l’incapacité de celle-ci à bien se servir d’une arme à feu.

« Vous ratez à chaque fois ? », répéta t-il pour montrer qu’il avait pris bonne note,
« s’il s’agit de problèmes de vue, je ne serai pas d’une grande aide… »

Le pauvre Vincent n’était en aucun cas en train de plaisanter cette fois, il était au contraire très sérieux et faisait démonstration de sa légendaire absence de tact. Ce n’était effectivement pas très courtois d’accuser une dame de myopie sans connaissance de cause ! Ce n’était pas le cas ici qui plus est. La jeune femme ne le prit pas pour elle en tout cas. Sélès était de bonne compagnie selon lui, joyeuse, énergique, et bien élevée, contrairement à cette pile électrique de Yuffie. La petite blonde était également de ces femmes au sourire à qui l’on aime bien tout céder. Vincent se ferait une joie s’il pouvait l’aider, mais il était toujours arrêté au problème du comment l’aider. Il était donc curieux de la suite et ainsi de la voir à l’œuvre. Il découvrit d’autres recoins de ce fameux QG, notamment cette vaste salle vide que laissait voir des portes sas en verre. C’était une salle de simulation, mais Sélès l’emmena évidemment dans la salle de contrôle d’abord. Elle le relâcha, le laissant posté près de la porte, et il croisa patiemment les bras en attendant qu’elle termine ce qu’elle avait à faire. Vu d’ici, il croyait que l’ex-première dame savait parfaitement ce qu’elle faisait… et l’esprit de Vincent retourna auprès de Lucrecia qui aurait réglé les simulations en moins de temps qu’il n’en faut. Le bodyguard l’imaginait bien, dans sa blouse blanche, avec ses longs cheveux châtains attachés ondulant au gré de son dos alors qu’elle se penchait à droite, puis à gauche pour quelques réglages. La scientifique tourna ce régulateur-ci, enclencha cette manette-là, puis ramena son magnifique visage vers lui en souriant pour lui dire que tout était prêt.

« Je suppose que vous n'y connaissez rien en technologie vous non plus ? »

La réalité revint progressivement. Les grands yeux chocolat se diluèrent dans un océan bleu et le visage souriant de Lucrecia laissa place à la petite moue déçue de Sélès. Vincent tiqua très discrètement, reprenant les rênes de son esprit qui s'était égaré. Ensuite, le regard vermeil du démon scinda les machines, puis revint sur elle. Il n’irait pas jusqu’à dire qu’il n’y connaissait rien en technologie, mais il ne voulait pas s’aventurer à manipuler du matériel apparemment flambant neuf.

« Pas cette technologie là en tout cas… »

Lucrecia saurait… Il bougea un peu les jambes en un mouvement de retrait, comme s’il voulait simplement se les dégourdir. Est-ce que Lucrecia avait aidé à la mise en place de cette salle ? Ce ne semblait pas être le moment opportun pour la mentionner. Si Sélès ne savait pas actionner la simulation, cela signifiait qu’on ne lui avait pas expliqué comment faire… peut-être ignorait-elle tout du personnel scientifique ? Le seul moyen de savoir était évidemment de poser directement la question, ce que le démon ne fit pas. Cette manie de retarder les échéances était chez Vincent un défaut dont il se serait volontiers déchargé, en plus de sa timidité. Pour l’heure, Sélès avait l’air vraiment déçue alors Vincent se montra réconfortant sans vraiment le paraître, c’est-à-dire en annonçant simplement de sa voix caverneuse :

« Nous n’en avons pas besoin, il suffit d’aller à l’extérieur. »

Sans décroiser les bras, Vincent se retourna et quitta la pièce, attendant Sélès dehors pour qu’elle le rejoigne. Ils arpentèrent de nouveau les couloirs dans le sens inverse, et le bodyguard la laissa même guider la marche car elle était plus à même de connaître le lieu approprié et sécuritaire pour une séance de tir.

« Quelles cibles utilisez-vous habituellement ? »

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Sélès Shinra


Messages : 172
Date d'inscription : 11/10/2014
Localisation : Base de Corel

::PASSEPORT::
• Age du personnage:
• More:

MessageSujet: Re: Access denied (ft. Vincent)   Mer 28 Jan - 18:58:56

ft. Vincent & Sélès
Access denied
Hé-ho ! Ce n’était pas parce qu’elle ne savait pas se servir d’une arme à feu que l’autre expert avait le droit de se moquer d’elle dis donc ! La vision de Sélès était parfaite, surtout avec la surcharge mako qui baignait encore en elle. La demoiselle avait quand même reçu une sacrée dose avant de mourir, et ça ne risquait pas de s’évaporer. Toutes ses facultés étaient au beau fixe, merci de vous en inquiéter monsieur Valentine ! Au moins celui-ci ne rechignait pas à l’aider, il avait vraiment l’air de réfléchir à son cas bien particulier. C’était vrai que c’était particulier de s’appeler Sélès Shinra, d’être une ex-première classe, d’avoir deux enfants qui tiraient comme des pros, et malgré tout ça, de viser soi-même comme une taupe, mais allons donc ! La petite bichette désappointée suivit le mystérieux brun qui proposa la solution la plus simple, attestant d’une réelle volonté à l’aider qui lui fit intérieurement plaisir malgré les conditions d’entrainement rudimentaires dont ils allaient devoir se contenter. L’inauguration de la salle de simulation, ce serait pour un autre jour.

« Quelles cibles utilisez-vous habituellement ? ». Sélès se mordit les lèvres en lui jetant un petit coup d’œil par en-dessous telle une enfant prise en faute « euh… des cannettes » dit-elle, agrémentant la fin de ses paroles par un grand sourire qui montrait bien qu’elle avait parfaitement conscience que tirer sur les cannettes de bière vides des soldat, c’était complètement Bas-De-Gamme ! Avec des majuscules à chaque mot, oui ! Au moins, cela constituait une explication partielle à ses problèmes de visée. Les cannettes, c’était bien petit, et Sélès se donnait un trop grand niveau de difficulté pour une débutante, mais ça elle n’en avait pas vraiment conscience. Tir, cours de tir, etc, elle n’y connaissait fichtrement rien. La petite blonde ouvrant la marche leur fit donc faire un petit arrêt à la cafétéria où elle put récupérer une canette vide (oui, une seule suffirait vu qu’elle n’atteignait jamais sa cible, comme elle le disait si bien) et elle la tendit même à Vincent puisqu’elle allait avoir pas mal de trucs à porter sur elle « Tenez-moi ça ». En effet, en plus de ses dossiers, Sélès prit également une chaise pliable qu’elle se cala sous l’autre bras et sortit de l’endroit avec un air fort digne, son petit nez levé en l’air d’orgueil. Vincent s’était déjà attaqué verbalement à sa vision parfaite sans qu’elle ne dise rien, mais attention à lui s’il critiquait ses méthodes ! Le pauvre garçon tout de même, qu’est-ce qu’elle ne lui faisait pas faire ! Il était vraiment gentil ce Vincent, elle avait bien fait de ne pas mal le juger tout de suite. Peu bavard, il rendait au moins service sans grogner contre elle. Faire preuve d’aussi bonne volonté c’était rare ! Tant mieux pour elle, Sélès avait besoin de gens comme ça, elle qui était rarement fichue de se débrouiller toute seule dans la vie quotidienne. Quelque chose lui disait que son fils ne lui serait d’ailleurs pas d’une grande aide si un jour elle venait sonner à sa porte mais bon, c’était elle sa mère après tout.

La jolie blonde guida Vincent au dehors de la base. L’aile gauche étant en chantier, le côté droit était plus vide et personne ne risquait donc de mourir d’une balle perdue ! Le mystérieux brun ne rechigna pas à se faire emmener dans un coin bien reculé, mais au moins sécurisé. Le décor extérieur n’offrait pas du tout une vision idéale. Le mur en béton de la base était séparé du grillage barbelés cerclant le périmètre par un vaste lopin de terre infertile d’environ 200m. On se serait cru dans ces zones désertes et interdites au public pour cause d’essai nucléaire. C’était le paysage parfait pour une séance de tir et la jolie blonde déplia d’ailleurs la chaise pour la mettre contre le mur. Elle posa les dossiers par terre, prit la canette des mains de Vincent, et la posa sur la chaise, avant de se tourner vers son entraineur improvisé. « No comment », marmonna t-elle en observant son camarade avec un petit air bougon pour le prévenir de ne pas lâcher la remarque désobligeante qu’il devait avoir au bord des lèvres. Dégainant son Beretta de sa hanche droite d’un mouvement fluide, elle s’éloigna avec lui de la petite chaise en faisant trente pas vers le grillage, ce qui revint à une vingtaine de mètres de sa cible.

Elle se retourna ensuite, ses cheveux courts cinglant l’air tandis qu’elle pointait l’arme pour viser. Le visage fermée de concentration, Sélès resta statique une petite seconde, le temps de bien viser, puis tira une balle qui frappa le mur, puis une autre qui transperça le dossier de la chaise. Elle enchaina plusieurs tirs qui méprisèrent la cannette tronant comme une petite reine sur la chaise, cette dernière étant désormais transpercée de trous. « Teh ! » lâcha Sélès en ouvrant de grands yeux aussi frustrés qu’incrédules, avant de regarder Vincent avec un air mécontent pour qu’il trouve quelque chose à dire au plus vite parce que là, c’était une véritable catastrophe ! Pour Sélès du moins, c’était une catastrophe. Plusieurs tirs avaient tout de même frôlé la cible de près. Soit c’était une malédiction, soit tous les débutants étaient naturellement nuls (il était inconcevable que ce soit Sélès elle-même qui soit nulle, évidemment !). L’amélioration venait avec l’entrainement et les conseils d’experts, deux choses qu’elle avait désormais à disposition. Alors monsieur Valentine, solution ?!

made by © .bizzle


We are Legion
Here they come marching down the street, like a desperation murmur of a heart beat. Go-carts and guns are treasures they will bear in the summer heat.
endlesslove.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vincent Valentine


Messages : 81
Date d'inscription : 12/01/2015
Localisation : ...

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 62 ans
• More:

MessageSujet: Re: Access denied (ft. Vincent)   Ven 30 Jan - 21:25:15



Access denied
Brave et généreux, Vincent suivait avec confiance cette petite femme touchante et motivée. Il ne fit par ailleurs aucun commentaire négatif ou moqueur à sa réponse. Des canettes, pourquoi pas ? Ils étaient en pleine période de déficit sur tous les plans et Sélès avait trouvé un bon moyen de s’entrainer avec le peu qu’elle avait. Pour quelqu’un aussi simple que Vincent, cela n’était point honteux, ni risible. Il y voyait même un certain mérite dans cette sorte de recyclage de cannette mais il fit bien de ne rien dire d’élogieux là-dessus, car il se sentit un peu idiot lorsque la jolie blondinette lui en refourgua une alors qu’ils passaient par la cafétéria. Imaginez-le donc, ce démon pourpre, marchant aux côtés de l’ancienne première dame, avec une canette de bière à la main comme s’il s’apprêtait à se rendre sur les plages de Costa avec un tel attirail ! Il se sentait bête mais le dire à voix haute n’aurait fait qu’accentuer cette impression. Tout en marchant, il nicha le bas de son visage derrière son col cramoisi et quitta la base avec la femme sans piper mot. Sélès avait l’air de savoir ce qu’elle faisait, avec sa chaise sous le bras qui servirait sans aucun doute de support à la cible.

Les portes automatiques de l’entrée s’ouvrirent et Sélès choisit la direction inverse à celle où les ouvriers s’activaient pour terminer leur chantier. Les deux marchèrent un bon moment, contournant astucieusement la base pour arriver dans un coin désert sur plusieurs centaines de mètres. Le sol terreux était dans l’attente d’accueillir une surface bétonnée ou, qui sait, marbrée pour donner à ce QG l’allure d’un endroit dirigé par un Shinra. Les murs extérieurs ne disposaient pas encore de revêtements stylisés mais les baies vitrées du rez-de-chaussée et des étages supérieurs semblaient nickels à vue de nez. Sélès préféra évidemment déposer la chaise contre le mur, pour ne pas risquer de briser autre chose que les ustensiles improvisés dont elle allait disposer. Déterminée, la jeune femme lui prit enfin l’objet des mains pour le poser sur son support prévu.

« No coment », prévint-elle.

Le regard vermeil et indulgent de Vincent se releva vers elle, et même si sa bouche en avait quitté sa cachette, il obéit et ne dit rien. Il n’avait vraiment rien à dire de toute façon, son esprit était aussi désert que l’environnement autour d’eux. Pourtant, il devrait dire quelque chose… mais le moment n’était pas encore venu.

Le bodyguard la suivit pour s’éloigner de la chaise et à cet instant précis, il nota que c’était un peu loin pour une débutante tirant sur une si petite cible mais… Sélès lui avait dit ne pas faire de commentaire. Il garda donc le silence et se posta derrière elle en croisant les bras. Elle se retourna pour viser et Vincent remarqua au moins que la pose était bonne et ferme. On ne préconisait pas aux débutants de tirer d’une seule main, mais c’était en générale parce qu’ils n’avaient pas encore suffisamment de force pour supporter la puissance du tir. Une ex-première classe comme Sélès ne rencontrerait évidemment pas ce problème… elle tira plusieurs fois, et Vincent fut étonné de constater qu’aucun tir n’atteignit sa cible. Pas un seul ! La jolie blonde effarouchée se tourna alors vers lui et Vincent crut naïvement qu’elle allait l’accuser de quelque chose, sauf qu’elle ne dit rien. Peut-être qu’elle l’autorisait à faire des commentaires désormais, vite, il fallait trouver quelque chose…

« C’était… mieux que ce à quoi je m’attendais… »

Sa voix caverneuse abritait une once d’incertitude qui n’était pas très flatteuse, car on aurait cru qu’il avait dit ça juste pour lui faire plaisir alors qu’il était très sincère. Pour une femme perfectionniste comme Sélès, cela n’était évidemment pas suffisant et le démon dut faire appel à son professionnalisme pour trouver une explication plus satisfaisante à son échec. Heureusement, ses yeux vermeils et aguerris avait noté un petit détail lors de sa démonstration.

« Juste avant de tirer, vous baissez le poignet. Essayez à nouveau. »

Il lui laissa exécuter un autre tir pour vérifier son hypothèse qui s’avérait juste.

« Vous le baissez. »

Décroisant les bras, Vincent rejeta un peu sa cape pourpre sur le côté pour dégainer proprement son arme Cerbère. Se plaçant juste à côté de Sélès, il visa à son tour la cible mais ne tira pas, préférant lui expliquer ce qu’il considérait comme un défaut.

« La force du tir nous fait lever l’arme une fois la balle propulsée. Vous, vous cherchez à anticiper cela. » confia t-il en cassant lui-même un peu le poignet vers le bas pour lui montrer le mauvais geste.

Il redressa son poignet à nouveau et le bloqua, son regard rougeoyant fixé sur la cible.

« Ce qui explique pourquoi vous tirez souvent trop bas, où à côté lorsque vous levez plus le bras. »

S’il décrochait à ce moment précis une balle, aucun doute qu’elle taperait en plein dedans. Cela pourrait faire office de bonne conclusion à sa petite leçon, mais il préféra laisser l’honneur à Sélès. Il rangea simplement Cerbère à sa place et fit un nouveau pas en arrière.

« Si vous n’arrivez pas à garder votre main immobile, vous pouvez utiliser l’autre pour la maintenir », proposa t-il, en conseil additionnel.


FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Sélès Shinra


Messages : 172
Date d'inscription : 11/10/2014
Localisation : Base de Corel

::PASSEPORT::
• Age du personnage:
• More:

MessageSujet: Re: Access denied (ft. Vincent)   Dim 1 Fév - 20:28:16

ft. Vincent & Sélès
Access denied

Le petit regard noir de Sélès présageait un gros sermon sur ce commentaire de « mieux qu’il aurait cru ». Merci, c’est pas ce qu’on attendait môsieur l’expert ! Celui-ci comprit rapidement qu’il ne s’en sortirait pas aussi facilement et s’engagea donc enfin sur la voie de l’enseignement, mais ce ne fut pas forcément mieux face à la bichette irritée. « Juste avant de tirer, vous baissez le poignet », « Je ne… », « Essayez à nouveau. »

« Je ne baisse pas le poignet », grogna tout de même Sélès en relevant son Beretta vers la cible. Elle plaçait justement beaucoup d’effort à rester statique ! Cette remarque lui semblait donc injuste, mauvaise foi que la jeune femme avait sur ce compte ! Tout ceci était d’ailleurs très frustrant pour Sélès. Quand elle avait décidé d’être douée dans un domaine, elle aimait bien l’être rapidement ! La patience n’était pas son fort sur cette chose précise. Son mentor de l’armée avait d’ailleurs autant souffert de sa mauvaise foi que de son absence de débrouillardise. Pauvre Vincent qui se la coltinait désormais !

Le regard plissé de concentration, le visage fermé de détermination, la main bloquée, Sélès resta ainsi un bref instant avant de décrocher une autre balle qui rata bien évidemment la cannette. « Vous le baissez. » « Je ne baisse pas le poignet ! » répéta t-elle en relevant de nouveau l’arme vers la cannette (vu la tête qu’elle faisait, on aurait plutôt dit qu’elle s’était apprêtée à viser Vincent). Ravalant sa mauvaise foi, elle décida cette fois de se concentrer non pas sur son objectif, mais sur son propre comportement alors qu’elle tenait l’arme. Et alors qu’elle frôlait du doigt la détente pour tirer…

« Je baisse le poignet », admit-elle en bougonnant. Elle se tourna vers Vincent, cette fois-ci prête à accepter tout autre remarque blessante pour son égo. Le mystérieux brun s’était posté à côté elle entre-temps, et il dégaina son arme en un geste tellement classe que la petite blonde en resta baba d’admiration. Les yeux en grands, la bouche un peu ouverte comme un poisson, elle l’observa lui, puis son arme, puis lui encore. C’est bon, le professeur avait toute l’attention de son élève ! « La force du tir nous fait lever l’arme une fois la détente pressée. Vous, vous cherchez à l’anticiper. Vous abaissez donc un peu le poignet juste avant de tirer »

Sur ce, il montra le geste qu’elle avait exécuté quelques instants plus tôt et Sélès émit un petit hochement de tête compréhensif. C’était vrai qu’elle tirait souvent trop bas et qu’elle levait donc le bras pour tenter de rattraper le coup, et que ça servait à rien. Après sa petite explication, il lui laissa de nouveau le devant de la scène tout en lui proposant de tirer à deux mains.
« Et puis quoi encore ? » Zut, elle avait voulu le dire dans sa tête mais c’était sorti de sa bouche ! Au moins, elle l’avait plus dit sur le ton de la vanité que de l’agressivité, mais ce gentil Vincent méritait tout de même plus de considération ! Voilà qu’elle culpabilisait déjà ! Sélès se rattraperait.

Visant le mur en face d’elle, elle prit soin de se concentrer sur son poignet, et comme son geste s’était transformé en habitude, elle le baissa à plusieurs reprises chaque fois avant de tirer, pour finalement réussir à le maintenir parfaitement immobile au bout d'un moment. Elle vida plusieurs chargeurs avant de finalement considérer que tirer droit était un automatisme qu’elle avait intégré. Il lui fallut ensuite se concentrer sur la cible.

Premier tir manqué. Deuxième tir manqué. Troisième tir manqué. Quatrième tir manqué. Cinquième tir EURÊKA (ou la chance du débutant?) ! La canette alla se désintégrer contre le mur. «Yaaay !» s’exclama t-elle aussitôt en sautillant sur place les deux bras levés au ciel.

Elle fit sa cow-girl en tirant quelques balles dans les airs avant de considérer que des oiseaux passaient peut-être dans le coin ! C’était pas malin ça, surtout devant ce garçon super sérieux qu’était Vincent. Zut, dans la joie de son succès, elle l’avait complètement oublié lui. Se calmant sur le champs, elle mit sa main libre devant la bouche pour faire mine de toussoter, puis alla l’appuyer sur sa hanche en une pose décontractée. Un peu de contenance tout de même ! « Je n’y croyais plus », expliqua t-elle avec un sourire sincère et adorable destiné à son professeur improvisé. Elle tourna ensuite la tête vers la chaise trouée de balle qui tenait encore debout. « Je suppose que beaucoup d’entrainement s’imposent encore, mais au moins je sais désormais ce qui clochait. Vivement que la salle de simulation soit opérationnelle… ! Je ne vais pas vous embêter plus longtemps en tout cas, comme promis. Je vais aussi vous fournir ce dont vous avez besoin. »

Sur ce, elle délaissa sa hanche et se mit en marche pour retourner au coin "civilisé" de la base.

made by © .bizzle


We are Legion
Here they come marching down the street, like a desperation murmur of a heart beat. Go-carts and guns are treasures they will bear in the summer heat.
endlesslove.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vincent Valentine


Messages : 81
Date d'inscription : 12/01/2015
Localisation : ...

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 62 ans
• More:

MessageSujet: Re: Access denied (ft. Vincent)   Ven 6 Fév - 0:01:21



Access denied
Sélès ronchonna de la remarque de son professeur occasionnel. L’attitude grincheuse de ce petit bout de femme était des plus attendrissant, surtout quand on savait qu’elle était l’ancienne et précieuse première Dame. C’était sans doute à cause de cette notoriété et un confort professionnel antérieurs que la petite princesse avait développé un léger problème avec la critique, qui la sortait du cadre doré dans lequel elle avait trôné dans les esprits à son époque. Il lui fallut faire plusieurs essais pour se rendre compte elle-même que Vincent avait été juste, ce qui ne l’accommodait pas du tout. La motivation de la jolie Sélès en fut revigorée et son bras se tendit fermement tandis qu'elle se concentrait à nouveau sous l’œil attentif et bienveillant du démon pourpre. Son défaut se retrouva plusieurs fois, bien qu’il s’amenuisa au fil des tirs pour disparaître totalement. Le bras de Sélès était devenue une barre de fer. Bien positionnée, elle manqua de près quatre tir mais tapa dans le mille au cinquième. Satisfait de sa performance, Vincent n’eut pas encore le temps de la complimenter car celle-ci poussa un adorable cri d’enthousiasme.

La joie de Sélès était contagieuse, Vincent lui-même sourit. En plus de cela, il se sentait content d'avoir pu se montrer utile et d'avoir contribué à cette belle démonstration de fierté. Lui aussi était fier, ce bodyguard au grand coeur. Avec un tel dynamisme, Sélès avait toutes les cartes en main pour devenir une excellente tireuse elle-aussi, comme son fils… et ce serait l’un des rares points qu’ils auraient de communs. Quelle surprise de voir qu’une femme aussi gentille, enthousiaste et rayonnante ait pu donner naissance à un homme aussi froid et aussi cynique que Rufus. Ils partageaient peut-être aussi un certain orgueil tous les deux, comme la réponse de Sélès l’avait bien montré quand Vincent lui avait proposé de tirer à deux mains. La différence était que chez elle, ce défaut avait tout l’air pardonnable et charmant.

« Pas mal » complimenta Vincent, la déesse lui faisant exceptionnellement don d'un joli tact sur le moment.

Sélès redevint sérieuse bien son son joli visage garda les traces de sa réjouissance. Elle se tint à ses paroles en congédiant Vincent comme si elle pensait que celui-ci s’ennuyait de sa présence et n’avait songé qu’à partir depuis le début. En réalité, le chevalier vermeil avait trouvé le temps bien court avec elle ! Il tiqua d’ailleurs un peu alors qu’elle faisait référence à ce qu’elle lui devait, émergeant de ce qui semblait être un sommeil paisible telle une bulle qui vient d’éclater. Sélès avait promis des transports… alors oui, il fallait bien qu'il parte au plus vite et… et… et qu’il ne saurait rien sur la femme qu’il était venue voir à l’origine. Vincent la suivit d’un pas machinal, ses chaussures d’acier crissant le sol à certains moment tandis qu’il trainait les pieds. Il n’était pas venu pour rien, se disait-il dans l’espoir de se rassurer. Il avait fait la rencontre de Sélès, celle-ci lui avait donné des renseignements primordiaux et lui offrait même son aide au nom de la Shinra. C’était beaucoup mais…. mais...

Ils quittaient ce lieu désert sur des kilomètres et pourtant l'hôte de chaos était pris par l’envie de se retourner, sans vraiment savoir pourquoi, comme si dans ce désert qu’ils abandonnaient, quelque chose l’attendait. Il jeta un coup d’œil derrière lui pour s’assurer du contraire et, à part le matériel qu'ils avaient laissé, il n’y avait effectivement rien. Vincent regarda de nouveau devant lui, ses yeux pourpre rencontrant la chevelure blonde et soyeuse de Sélès Shinra qui l’avait un peu devancée. Vincent ne se pressa pas pour autant, marchant d’un pas lent comme s’il trainait un boulet à chaque cheville. Ils revinrent vers la partie de la base occupée et bien vivante, plus précisément vers l’entrée. Le bruit ressurgissant peu à peu perturbait le pourpre plus encore que les coups de feu à répétions de Sélès quelques instants plus tôt. Le rythme de leurs propres pas ressemblaient à un compte à rebours. Derrière eux, un chef de chantier arracha une feuille de son bloc-note, le démon pourpre détourna son regard, voyant la feuille blanche s’envoler en un bruit de froissement de vêtement. L’esprit de Vincent figura le pan d’une blouse blanche battant l’air et qui s’évapora dans le vent. L’ouvrier ramassa la feuille.

Vincent s’arrêta et ramena son visage grave vers l’ancienne Première Dame.

« Pour la salle de simulation, vous devriez vous adresser à … Lucrecia. Lucrecia Crescent… »

Le nom franchissant ses lèvres avait un son précieux et cristallin. Son esprit l’avait tant prononcé que le formuler à voix haute bouleversait son cœur. Le bodyguard en était tout retourné de parler de sa bien-aimée, il en aurait baissé la tête pour se cacher derrière son col, honteux, mais il devait s’exprimer clairement.

« Je crois qu'elle travaille ici… Peut-être la connaissez-vous ? »

Pour lui suite, Vincent ne put s’empêcher d’enfouir sa bouche dans son col, son regard pourpre se détournant sur le côté. L’ombre de Sélès sur le sol terreux ne lui apparaissait pas telle que la réalité lui présentait. C’était l’ombre de Lucrecia, sa tendre Lucrecia…

« Je me demandais… comment elle allait… » expliqua t-il avec courage car après tout, il avait bien fait tout ce chemin pour elle !

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Sélès Shinra


Messages : 172
Date d'inscription : 11/10/2014
Localisation : Base de Corel

::PASSEPORT::
• Age du personnage:
• More:

MessageSujet: Re: Access denied (ft. Vincent)   Sam 7 Fév - 17:44:16

ft. Vincent & Sélès
Access denied
La blondinette guidait Vincent en toute inconscience, se rendant tout de même compte qu’il avait l’air de marcher à reculons. Ne serait-il pas en train de trainer des pieds ?! Sélès se tourna vers lui : « C’est pour aujourd’hui ou pour demain ? » ronchonna t-elle avec une fausse méchanceté qui montrait bien qu’elle n’était en fait pas du tout irritée. Elle était même intriguée de savoir ce que l’homme énigmatique était venu chercher en ces lieux, et qu’il n’avait pas trouvé. Vincent ne faisait peut-être pas assez confiance à la petite blondinette pour le lui avouer, ce qui paraissait normal, même pour cette demoiselle qui avait justement tendance à trop facilement accorder sa confiance. En le regardant là, il avait toutefois l’air de franchement hésiter ! « Pour la salle de simulation, vous devriez vous adresser à … Lucrecia. Lucrecia Crescent… »

Sélès sursauta à l’entente du nom de son amie. Lucrecia ! Lucrecia Crescent, oui, il avait bien précisé ! De toute façon des Lucrecia susceptibles de travailler à la Shinra, y en avait qu’une seule ! La blondinette resta bouche bée tout en écoutant la suite. Elle travaillait ici ? Sélès aussi, elle se demandait si Lulu allait bien ! Mais cela lui faisait quel âge alors, à sa copine scientifique… la soixantaine ? Les grands yeux mako de la bichette observèrent les rubis du mystérieux brun qui, au final, connaissait bel et bien celle qui avait eu le béguin pour son grand-père des décennies plus tôt. Est-ce que Lucrecia était donc la grand-mère de Vincent ? L’esprit de la blondinette tournait rapidement, sa bouche formant des syllabes silencieuses alors qu’elle cherchait ses mots. Pour un peu, elle avait l’air tout droit sortie de ces films avec le son en différé. Le son finit d’ailleurs par arriver : « Lu… Lucrecia… mais… mais bien sûr que je la connais ! Elle travaille ici ?! Vous êtes sûr ? Je ne…. »

C’était Vincent Valentine qui venait de lui apprendre quelque chose ! Sélès se mit à tâter ses hanches puis le côté de ses cuisses en regardant autour d’elle avec un petit air perdu. La nouvelle l’avait toute bouleversée et elle se mettait à chercher un truc qu’elle était censée avoir dans les mains, pas dans ses poches ! Quelle tête en l’air elle pouvait être, parfois ! « Zut, j’ai oublié les dossiers ! »

Elle les avait laissé dans la ‘‘zone d’essai nucléaire’’ (on va l’appeler comme ça) ! La blondinette referma la bouche et secoua la tête en signe négatif, les épis de ses courts cheveux blonds fouettant gracieusement l’air. « Si j’avais vu son nom dans les listes du personnel, je m’en serai forcément souvenu. Nous étions amies. Qu’est-ce qui vous fait dire qu’elle travaille ici ? »

Sélès conclut son inquisition en pinçant les lèvres, ses yeux océan se plissant soudainement d’une méfiance qu’elle destina non pas au gentil Vincent, mais à son chenapan de fils qui ne lui avait évidemment ni tout dit, ni tout confié. Le badge de Sélès était plutôt restreint et ne permettait ni l’accès au dernier étage, ni l’accès aux sous-sol, où se trouvaient les labo. Tout ceci était tout de même étrange, Lucrecia était bien férue de travail à l’époque mais de là à ce qu’on ne la voit pas sortir des sous-sols pendant deux journées complètes… ! Justement, elle était peut-être sortie, mais Sélès ne l’avait pas vu ! La blonde était passée à côté d’elle, elle vivait toute proche d’elle sans même le savoir ! Avec Vincent, la jeune femme revint tout de même sur ses pas tout en conversant avec lui, pour aller récupérer les dossiers (l’effort était peut-être gratuit puisqu’ils n’étaient pas si confidentiels que ça apparemment !) Ils revinrent ensuite devant la base.

Sélès ne pouvait même pas aider ce pauvre garçon, qui était d’ailleurs trop mignon à venir prendre des nouvelles de la femme qui avait été proche de son grand-père. Papy Grimoire avait dû raconter de jolies histoires sur Lucrecia : Sélès savait bien combien sa copine était une femme passionnante (elle était en train de s’égarer là !). La petite blondinette avait de grosses lacunes en information et elle n’imaginait pas à quel point ! Quoiqu’il en soit, connaître les détails de cette histoire farfelue n’aiderait pas le jeune homme avec elle. « Je pense qu’il va falloir attendre le retour de Rufus pour plus d’information là-dessus parce que moi je sais nada. Permettez que je lui envoie un message, il est censé rentrer bientôt… »

Elle cala alors ses papiers sous le bras et sortit son PHS pour textoter à son fils un message de maman qui s’informe. « Moi aussi il faut que je vois Lucrecia », bougonna t-elle dans sa barbe tandis qu’elle écrivait : Tout se passe bien ? Vous en êtes où, à peu près ? Ce message tout lisse ne présageait pas le réel fond de sa pensée : Attends un peu que je t’attrape, Rufus ! Ce n’était pas normal qu’elle soit mise à l’écart d’informations aussi importantes et de son amie Lucrecia ! Elle reconnaissait bien son fils, là ! Il ne disait que ce qui l’arrangeait, ce chenapan ! Si Rufus avait tu l’information, il était alors peut-être au courant de l’amitié qui liait les deux femmes et ne voulait pas qu’elles se rencontrent pour qu’elles restent sérieuses dans leur travail ! Bientôt ils accrocheront des panneaux "Interdit de papoter" dans la base (Sélès avait une sacrée imagination et était effectivement partie un peu loin). Elle ignorait totalement qu’elle se figurait une situation plus joviale que celle correspondant à la réalité, elle ignorait les traitements qu’avait subi sa pauvre amie par la faute de Rufus…

En rangeant son PHS, Sélès revint à la réalité. « Oh attendez, j’ai peut-être une idée ! » Sur ce, elle grimpa les marches de l’entrée. Les portes vitrés de la base s’ouvrirent alors qu’elle s’arrêtait devant pour se retourner vers Vincent, celui-ci moins vif qu’elle : « Bon, vous me suivez ? » Elle rentra alors à l’accueil et se dirigea vers la réceptionniste : « Poste réquisitionné pour quelques instants m'dame » dit-elle avec une voix autoritaire de capitaine, tout en contournant le comptoir. Au cas où la fille y verrait un inconvénient, Sélès lui montra son badge d’accès pour mettre au clair la hiérarchie qu’il y avait entre elles deux. La demoiselle fit d’ailleurs bien de lever son derrière pour laisser la place à Sélès parce que si c’était la soldat qui avait eu à la faire lever… Disons que la petite blondinette savait se montrer mal aimable quand la situation l’obligeait. Elle ne savait pas, mais son fils avait hérité de ce défaut en mille fois pire.

En se plaçant derrière le comptoir, la jolie blondinette posa ses dossiers près du clavier et se mit aux commandes de l’ordinateur dont elle savait à peine se servir. Heureusement, l’accès à la base de données concernant les employés faisait partie des connaissances basiques dont elle disposait. Elle agita sa main libre à l’intention de la demoiselle qui occupait précédemment le poste et qui patientait sur le côté, pour que celle-ci s’éloigne bien et ne puisse pas se mêler de ses petites affaires. La dame quitta carrément les lieux pour prendre la direction de la cafétéria alors tant mieux ! Sélès fouina la liste des employés qui révélait sur le tas entre autre nom/âge/ poste/badge. Et après avoir bien cherché… « Même ici, je ne trouve pas Lucrecia ! Comment ça se fait ? » déplora t-elle en levant son petit nez de l’ordinateur pour observer son nouvel allié.
made by © .bizzle


We are Legion
Here they come marching down the street, like a desperation murmur of a heart beat. Go-carts and guns are treasures they will bear in the summer heat.
endlesslove.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vincent Valentine


Messages : 81
Date d'inscription : 12/01/2015
Localisation : ...

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 62 ans
• More:

MessageSujet: Re: Access denied (ft. Vincent)   Dim 8 Fév - 17:11:03



Access denied
Vincent comprit aussitôt que, mère de Rufus ou non, celle-ci n’avait pas été mise dans la confidence sur ce qui était advenu de Lucrecia. Les silences volontaires de Rufus et Reno, et celui involontaire de Sélès, étaient autant de faits accablants qui inquiétaient d’autant plus le bodyguard. Pourquoi la scientifique avait-elle été mise hors d’atteinte ? Les lèvres de Vincent se retroussèrent en un pli amer devant une telle ironie. Il n’y avait pas besoin de Rufus Shinra pour que Lucrecia soit hors d’atteinte. Le chevalier pourpre s’était déjà rendu compte qu’elle l’avait toujours été, en quelque sorte. C’était sans doute cette raison qui l’empêchait d’éprouver réelle rancune contre le président tant qu'il ne savait pas si oui ou non sa bien-aimée avait été bien traitée. Rufus n’était qu’un obstacle donné par le destin lui-même. Lucrecia… Lucrecia était devenu un songe et Vincent la rêvait éveillé.

Du côté de la Shinra, on avait prétendu que la belle scientifique avait été protégée des incarnées… pour être protégée, aucun doute qu’elle l’était. Sélès annonça n’avoir vu son nom ne figurer nul part et Vincent crut aussitôt en sa bonne foie. La jolie blonde avait été sincèrement déstabilisée qu’il fasse mention de la belle Lucrecia, au point que Vincent en oublia sa propre gêne de parler d’elle. Sa gêne concernait maintenant l’ignorance de Sélès sur le degré de perfidie que pouvait avoir son fils. Elle semblait si gentille, si hâtive à vouloir bien faire, à se rendre utile, à lui rendre service, et même à voir Lucrecia… !

« Si j’avais vu son nom dans les listes du personnel, je m’en serai forcément souvenu. Nous étions amies. Qu’est-ce qui vous fait dire qu’elle travaille ici ? »

Vincent rebroussa chemin avec elle pour aller récupérer ce qu’elle avait oublié, restant un moment silencieux tandis qu’il pensait ses paroles. Il s’imaginait effectivement bien les deux femmes avoir été amies bien qu’il n’en ait jamais rien su. Lucrecia ne lui parlait pas de tout, elle ne lui disait pas tout. Vincent revoyait son sourire lors des moments passés avec elle. Lucrecia avait toujours été sincère et spontanée il en était certain. Toutefois, le chevalier s’était rendu compte à leurs dépends qu’il ne la connaissait pas aussi bien qu’il ne l’aurait voulu.

« C’est Rufus qui l'a mentionnée. Il a sous-entendu qu’elle travaillait pour lui. Elle ne rencontre pas beaucoup de monde à ce que je remarque... la dernière fois que je lui ai parlé… »

Le porteur de Chaos s'interrompit. Il n’avait pas besoin d’en dire plus pour montrer qu’il était inquiet, même si cette émotion ne se reflétait que dans son regard miroitant de rouge. La dernière fois qu’il s’était adressé directement à Lucrecia, en chair et en os, Vincent s’en souvenait comme si c’était hier. Il était avec Cloud et les autres. Lucrecia ne l’avait pas laissé l’approcher. Elle avait été hors d'atteinte. Elle se sentait mal, elle disait ressentir la présence de son fils, elle n’allait pas bien… c’était avant qu’elle ne s’enferme dans son piège de cristal et qu’ils n’entendent plus que les échos de sa voix ne cessant de s'excuser. Rufus la retenait peut-être prisonnière par cette culpabilité, et par d’autres moyens. Vincent devait s’assurer qu’elle allait bien, qu’elle n’était pas retenue contre son gré. Il ne pouvait pas lui tourner le dos comme il l’avait fait par le passé. Il ne ferait plus cette erreur. L’ancienne Première Dame était aussi perdue que lui hélas. Elle proposa d’attendre le retour de Rufus et avec l’appui de Sélès, Vincent avait effectivement peut-être plus de chance d’en savoir un peu plus. Les antécédents de Rufus avec l’autorité parentale n’appuyaient malheureusement pas cette théorie. Le chevalier vermeil resta silencieux et la jolie blondinette envoya un message à l’intéressé tandis qu’ils étaient de nouveau revenus devant l’entrée du QG.

Le soudain élan de détermination de Sélès donna à Vincent l’envie de croire en elle. Ses yeux vermeils observèrent sa fine silhouette s’éloigner vivement tandis qu’une lueur d’espoir se rallumait au sein de lui. Lucrecia…

« Bon, vous me suivez ? »

Vincent ne répondit rien et se tint à un silence pensif tout en gravissant à son tour les marches. Les portes eurent le temps de se refermer derrière Sélès puis se rouvrirent devant lui. Le chevalier pourpre la repéra ensuite du coin de l’œil tandis qu’elle congédiait la femme d’accueil pour lui prendre son ordinateur. Ses manières impérieuses face à la pauvre employée arrachèrent un fin sourire amusé à Vincent. Il se disait de plus en plus que Sélès était une femme qu’il ne fallait pas mettre en colère. Elle ne semblait pas avoir conscience de son propre despotisme alors qu’elle envoyait la réceptionniste promener en agitant dédaigneusement la main. La préoccupation affichée sur son joli visage rendait le geste pardonnable, surtout lorsqu’on savait tout comme Vincent son intention. Sélès était pleine de surprises ! Le démon découvrait chez elles des facettes bien intéressantes.

« Même ici, je ne trouve pas Lucrecia ! Comment ça se fait ? »

Vincent posa sa main de métal doré au comptoir tout en lui faisant face, son regard vermeil redevenant sérieux tandis qu’il réfléchissait sur les propos de l’ex-première dame reconvertie en femme d’accueil.

« Elle ne travaille peut-être pas officiellement pour la Shinra. Elle était recherchée par les incarnés et il semble que Rufus ait pris toutes les dispositions pour la protéger. »

Dit ainsi, le président passait pour un saint ! Vincent ne pouvait de toute façon pas avouer à voix haute que Lucrecia était peut-être aussi protégée de lui-même, le chevalier pourpre qui pouvait à tout moment la dérober de sa prison. Rufus avait raison de s’inquiéter : un seul mot de sa dulcinée suffirait à ce que Vincent l’arrache des griffes de la Shinra.

« Je suppose que votre badge n’a pas accès aux laboratoires. Pouvez-vous trouver une personne qui possède celui adéquat ? Il faut vérifier. »

Il se doutait pourtant déjà bien que Sélès ne trouverait évidemment personne. Après avoir été sortie de son piège de cristal, sa bien-aimée était désormais dans un piège de la Shinra. Vincent commençait à avoir des doutes sur la situation. Rufus n’était tout de même pas aller jusqu’à enfermer Lucrecia dans les sous-sols ! Il y avait toujours moyen d’y accéder, mais cela impliquerait de causer quelques dégats avec le matériel et Vincent ne voulait pas apporter de problème à Sélès. La jolie femme avait déjà beaucoup donné. Vincent retira son bras métallique de son support, l’abaissant lentement en même temps que son menton qui vint légèrement se réfugier derrière son col.

« Vous aviez raison. Je pense qu’il va falloir attendre Rufus pour en savoir plus. Je devrais peut-être m’occuper de ramener les hommes égarés au mont Corel, et le rencontrer à mon retour… »

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Sélès Shinra


Messages : 172
Date d'inscription : 11/10/2014
Localisation : Base de Corel

::PASSEPORT::
• Age du personnage:
• More:

MessageSujet: Re: Access denied (ft. Vincent)   Lun 9 Fév - 19:05:13

ft. Vincent & Sélès
Access denied
Effectivement que le badge de Sélès n’avait pas accès au sous-sol, ils y seraient déjà à l’heure qu’il est, il pensait bien ! Par contre, l’idée de fouiner pour chercher une personne susceptible d’avoir un badge y permettant l’accès, c’était une bonne idée ! Sélès se mit aussitôt à la tâche. L’avantage, c’était que les soldats étaient intégrés à une liste à part, ce qui rendait les recherches bien plus rapides et efficaces, mais la blondinette se rendit vite compte que personne n’avait accès au sous-sol… La liste n’était pas exhaustive. Les turks n’y figuraient pas, c’était une évidence. Eux aussi devaient avoir accès à toute la base, quelle injustice ! Malgré ce qu'avait dit Vincent, la blondinette avait des soupçons concernant son fourbe de fils qui protégeait jalousement Lucrecia. Sa propre mère était mise à part ! Qu’avait-il donc à lui cacher, à elle ?!

Sélès referma le fichier qu’elle avait sous les yeux et vérifia qu’il n’en existait pas d’autres, affichant une petite moue agacée. Ne trouvant rien, elle releva son regard mako plein de déception vers son allié. Elle n’eut même pas besoin de dire le moindre mot pour que celui-ci comprenne que ses recherches n’avaient pas abouti. Il revint donc à la solution de départ et qui reposait sur le retour de Rufus. Cela enquiquinait Sélès, qui aurait voulu voir son amie au plus vite pour savoir ce qu’elle était devenue, à quoi elle ressemblait, ce qu’elle avait fait, si elle allait bien… tout ça, quoi ! Est-ce qu’elle avait fondée une famille ? Sélès était loin, très loin de bien de vérités.

La blondinette se releva lentement du poste, en refermant les yeux de déception. Quand elle les rouvrit, elle adressait à son nouvel ami un regard plein de douceur et un sourire bienveillant ornait ses lèvres. « C’est ce qu’il y a de mieux à faire, en effet. Je vous raccompagne dehors ». Une lueur de malice traversa son regard alors qu’elle contournait le comptoir : « Je suis sûre que j’aurais déjà eu le temps de la voir, moi, avant votre retour ! » dit-elle, sur un ton enfantin plein de taquinerie. Elle ne connaissait pas les vraies raisons qui poussaient son nouvel ami à vouloir rencontrer Lucrecia, et elle en savait encore moins sur le passé tragique de l'homme. Toutefois, elle voyait bien derrière les yeux carmin et mélancoliques de Vincent les traces d’un passé mêlé de bons et surtout de tristes moments. En fait, Vincent avait le visage jeune, mais le regard sage d’un homme qui avait beaucoup vécu, beaucoup voyagé. Elle croyait déceler de la culpabilité, de l’inquiétude, de la nostalgie dans cet air calme qu’affichait le mystérieux homme portant cette lourde cape sanglante mais vieillie, tailladée au bout. C’était un vagabond, Sélès en était certaine. En tout cas, Vincent semblait être intemporel et Sélès aurait beau le regarder, elle serait incapable de lui donner un âge précis. Il semblait hors du temps, et la jolie blondinette n’avait pas idée combien elle avait raison.

Après ses paroles taquines et encourageantes, elle raccompagna l’homme au dehors, marchant avec lui vers le parking pour lui trouver le nécessaire qu’elle avait promis. Elle aurait bien aimé poser des questions concernant ce que Grimoire avait pu dire à Vincent sur Lucrecia (c’était son idée fixe !) mais elle avait peur de passer pour une indiscrète… même si oui, elle était indiscrète ! Le mystérieux brun ne disait rien à son sujet, mais cela n’empêcha pas Sélès de parler elle-même de son amie : « Cela fait si longtemps que je ne l’ai pas revue… depuis qu’elle est partie pour son projet scientifique. On s’écrivait beaucoup et puis un jour, je n’ai plus eu de nouvelles. Ou c’était peut-être moi qui n’en donnait plus… je n’ai vraiment pas été une bonne amie. Je n’ai jamais su si ses projets ont abouti, cela lui tenait tellement à cœur… ! » se remémora la blondinette tout en marchant.

L’espace parking n’était pas aménagé, et le seul moyen de savoir que c’en était un, c’était les camionnettes et autres véhicules plutôt bien garés malgré l’absence de marquage au sol. La blondinette s’adressa au premier homme sur place qui croisa sa route et lui demanda avant tout s’il pouvait effectuer un voyage vers le mont Corel avec Vincent comme dirigeant. Elle était effectivement tombée sur un chauffeur (plutôt surprenant pour quelqu’un qui avait habituellement la poisse) et celui-ci accepta sa mission. Il devait être habitué à travailler pour la Shinra, car il accepta sans problème le fait de recevoir rémunération à son retour. Après son petit échange, l’ex-Première Dame se tourna vers Vincent avec un grand sourire adorable. « J’ai été très contente de vous rencontrer Vincent. Vous m’avez aidé si simplement… je me rends compte que je me suis comporté de manière un peu rude avec vous, c’est à peine si je vous avais demandé votre avis ! Je vous prie de pardonner mon enthousiasme ! »

Elle était tristounette qu’il s’en aille, ce gentil garçon ! Elle l’avait balloté de droite à gauche et il ne s’était plaint de rien ! Il avait l’allure intimidante mais Sélès pouvait sentir qu’il avait en réalité un grand cœur. Et puis vouloir prendre des nouvelles de Lucrecia Crescent… c’était trop mignon !
made by © .bizzle


We are Legion
Here they come marching down the street, like a desperation murmur of a heart beat. Go-carts and guns are treasures they will bear in the summer heat.
endlesslove.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vincent Valentine


Messages : 81
Date d'inscription : 12/01/2015
Localisation : ...

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 62 ans
• More:

MessageSujet: Re: Access denied (ft. Vincent)   Ven 13 Fév - 17:07:43



Access denied
Malgré leur déception commune, Sélès retrouva un sourire encourageant et quitta son poste pour le rejoindre tout en prononçant des paroles aussi taquines qu’optimistes. Vincent quitta les lieux avec elle en ressentant toujours ce besoin étrange de se retourner, de vérifier derrière lui comme si ce qu’il avait l’impression d’abandonner l’attendait tout près, mais ce n’était qu’une illusion. Même s’il se retournait et qu’il apercevait Lucrecia, ce ne serait encore que le fruit de son imagination tourmentée. La scientifique ne l’attendait pas de toute façon. Vraisemblablement, elle ne l’avait jamais attendu et le chevalier pourpre n’avait pas eu la prétention de croire le contraire. Il avait juste espéré… pouvoir continuer à veiller sur elle, sur son bonheur. C’était ce qu’il voulait plus que tout même si son cœur généreux et altruiste portait également le petit espoir d’un plus qu’il n’avait jamais reçu, et qu’il n’avait pas mérité non plus. Pour ce cœur lourd des fautes qu’ils porteraient à jamais, la présence de Sélès lui faisait du bien. Elle avait ce sourire rassurant et doux qui pouvait être un onguent à toute blessures. Celles de Vincent étaient certes trop profondes, il n’en éprouvait pas moins une certaine satisfaction à ce qu’elle soit là, qu’elle se sente impliquée. D'une certaine façon, ils étaient du même côté.

Vincent ne dit rien de tout le chemin, se contentant d’écouter avec attention ce que Sélès racontait au sujet de Lucrecia. Il ne se lasserait jamais d’entendre parler de sa bien-aimée, même quand il s’agissait de faits dont il était déjà au courant. Effectivement, la belle Lucrecia avait mis tant de cœur dans la science, et elle y avait tant laissé… par la faute de son ange gardien déchu qui n’avait pas su la protéger. A côté de l’énergique Sélès, la démarche pesante de Vincent connut elle-même un certain regain de vivacité. L’ex-Première Dame possédait un entrain qu’il n’irait pas jusqu’à qualifier de contagieux, mais au moins de revigorant. Elle était très petite de taille, mais elle rayonnait par sa façon d’être au point que Vincent avait l’impression de marcher dans son ombre et il n’était pas mécontent d’y être. Pour un être aussi mélancolique et taciturne, c’était comme observer l’aurore, à l’instant où le soleil n’agresse pas la rétine mais offre une vue agréable tout en apportant une chaleur apaisante. On était facilement saisi par ce sourire que l’on voyait dans les magazines à l’époque de Vincent, mais les feuilles de papier n’avaient jamais rendu fidèlement la réalité que le chevalier pourpre avait découverte en ce jour. Les sourires de la Première Dame ne s’adressaient pas qu’à quelques privilégiés cités dans les anciens articles, mais à tout le monde. Vincent voyait bien que c’était une femme au grand cœur qui aimait tendre la main à son prochain. Jamais il ne s’était imaginé qu’une personne ayant eu sa notoriété pouvait se montrer si accessible, surtout quand on savait qu’elle était la mère de Rufus Shinra. Peut-être l’idéalisait-il, comme il avait idéalisé et idéalisait encore sa tendre Lucrecia, mais la jeune femme le valait bien. La jolie blondinette se contentait d’en révéler sur elle-même sans poser de question qui l’aurait facilement embarrassé. Vincent appréciait beaucoup le fait qu’elle respecte son silence. Sélès tint même parole jusqu’au bout en lui trouvant un chauffeur qui accepta les termes des conditions qu’elle lui proposa, initiant donc un départ imminent. Vincent avait encore moins envie de partir désormais. Il était habitué aux ténèbres, à l’ombre, mais il n’était pas pressé d’y retourner. Il voulait encore profiter de l’agréable lumière de Sélès.

« J’ai été très contente de vous rencontrer Vincent. Vous m’avez aidé si simplement… je me rends compte que je me suis comporté de manière un peu rude avec vous, c’est à peine si je vous avais demandé votre avis ! Je vous prie de pardonner mon enthousiasme ! »

Les paupières du bodyguard s’abaissèrent très subtilement, accentuant la lueur de reconnaissance et de bienveillance qui s’était allumé dans son regard vermeil. Il releva d’ailleurs le menton, détachant ses lèvres de son col en ce qui semblait être un haussement de tête respectueux, presque affectif.

« J’apprécie votre enthousiasme, vous n’avez pas à vous en excuser. Au moins me suis-je rendu utile auprès de la grande Sélès Shinra », renchérit-il avec un très léger sourire amusé.

Gentillesse, sincérité et une petite touche humour… est-ce que notre Vincent se serait amélioré par hasard ? Point du tout, preuve en suivit.

« Je vous remercie de votre aide, je n’en aurais pas attendu tant, surtout venant de vous. »

Encore sa légendaire absence de tact qui pointait le bout de son nez sans même qu’il n’en ait conscience. Ses dernières paroles étaient révélatrices de beaucoup de choses que ce maladroit n’avait pas voulu dire en réalité. Tout ce qu’il avait voulu souligner, c’était qu’il n’aurait jamais pensé qu’une femme de son envergure puisse se montrer aussi attentionnée à un inconnu tel que lui ! Son élocution ambivalente avait souvent engendré bien de malentendus ! En l’occurence, on aurait dit que le monsieur avait eu quelques mauvais préjugés sur l’ancienne Première Dame, et pas des plus élogieux !

Il ne savait même pas comment dire intelligemment au revoir, il n’allait pas lui tendre sa main droite gantée pour une poignée sympathique, même si celle-ci avait le mérite d’être normale ! Lassé de se trouver aussi souvent incapable d’agir comme une personne normale dans ces moments pourtant bénins de la vie, il fit un pas en arrière avant de tourner son regard carmin vers le camion. Il ne devait pas se casser la tête et partir. Un remerciement pouvait faire office d’au revoir aussi, mais une autre petite chose le retenait et il n’osait pas la dire... Inspirant un peu, il prit sa décision et marcha finalement vers son moyen de transport.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Sélès Shinra


Messages : 172
Date d'inscription : 11/10/2014
Localisation : Base de Corel

::PASSEPORT::
• Age du personnage:
• More:

MessageSujet: Re: Access denied (ft. Vincent)   Sam 14 Fév - 15:24:40

ft. Vincent & Sélès
Access denied
Le brun ténébreux venait de lui faire un compliment, un vrai de vrai ! Elle qui avait pourtant cru se montrer un peu brutal avec ce garçon si doux et calme. Le petit cœur de la blondinette en fut tout chaud et tout content de ne pas l’avoir froissé. Peut-être que Vincent aimait bien être un peu bousculé au final. Il fallait admettre que la jolie Sélès ne s’était pas montré très lourde, elle avait dû lui prendre juste quinze minutes de son temps top chrono ! D’autant plus qu’ils s’étaient découvert un intérêt commun pour Lucrecia, même si la jolie blonde ignorait de loin combien ce type d’intérêt pouvait différer ! Toutefois, le sourire joyeux et avenant de Sélès à ses paroles resta figée quand celles-ci trouvèrent suite : « …surtout venant de vous ». Il était sérieux, très sérieux en plus, ce n’était pas une plaisanterie, elle en était certaine ! Vincent était bien en train de dire qu’il l’avait prise pour une pimbêche ! C’est vrai qu’elle avait été un peu dure avec lui au départ, elle l’avait elle-même reconnu, mais elle n’avait fait que son travail ! Le visage de la blondinette fit une petite moue de bichette ennuyée. C’était donc la première impression qu’elle laissait d’elle chez les autres ? Sélès n’était pas du tout comme ça ! « Méé, ça veut dire quoi ça…. » bougonna t-elle dans sa barbe, ses fins sourcils blonds légèrement froncés lui donnant un air davantage adorable.

Vincent ne trouva d’explication et prit même la fuite vers le camion. Elle aurait pourtant juré qu’il appréciait sa compagnie, et voilà qu’il la laissait plantée là ! En plus, il oubliait un détail assez important ce gros malin. Sélès se précipita à sa suite : « Hey, pas si vite ! », dit-elle en posant la main sur son épaule pour le stopper et l’inciter à se tourner vers elle. Bon sang qu’il était grand, elle en avait le bras levé ! Quand le brun se retourna, il put apercevoir l’expression pincée de bichette que Sélès lui servait. Elle le darda un bref instant de ce regard courroucé, comme pour essayer de lui faire comprendre qu’il ne s’était pas montré sympa (elle ne fut pas sûr qu’il l’ait bien compris ça !), avant de reprendre la parole.

« N’auriez-vous pas un portable ? Donnez-moi votre numéro, ça me permettra de vous tenir au jus. » Elle dégaina son PHS et remarqua que Rufus n’avait toujours pas répondu… allons, elle n’allait pas encore s’inquiéter et le harceler ! Sélès se ressaisit, préparant son pouce en le posant sur le 0, avant de lever un regard exigeant vers son nouvel allié. Après avoir obligé Vincent Valentine à se balader avec une cannette de bière dans le QG, voilà qu’elle l’obligeait à un échange de numéro digne de cours de récré. Le pire, c’est qu’elle ne lui laissait pas vraiment le choix. Rendre cette rencontre possible entre Vincent et Lulu, ça lui tenait à cœur désormais. Priorité de tout ceci étant de rassurer le plus vite possible Vincent sur leur scientifique préférée. Un message du type : « Lulu travaille d’arrache-pied, tout va bien ! » C’était ce qu’elle espérait lui envoyer au plus vite. Sélès était peut-être un peu trop rêveuse, un peu trop optimiste… tout n’allait pas bien pour sa pauvre amie malheureusement. Mais celle-ci se verrait bientôt donner deux soutiens de poids car Sélès comptait bien redevenir la vraie amie qu’elle n’avait pas été. La blondinette devait se rattraper auprès de Lucie !

« Vous auriez dû y penser le premier, ça, tête en l’air », lui reprocha t-elle en secouant légèrement la tête, une fois qu’elle eut noté et enregistré son numéro. Elle releva vers lui un visage qui se voulait exaspéré, mais dont le petit sourire bienveillant venait tout gâcher. Elle avait vraiment du mal à être crédible quand elle se lançait dans de tels sermons. Sélès devrait apprendre un peu plus de Rufus ! En tout cas la jolie blonde avait bien raison : quand on a un but commun, garder contact est le minimum à faire, même un débutant savait ça ! « Allez, à bientôt », dit-elle finalement avec un grand sourire tout en hochant la tête, laissant enfin l’homme tranquille.

Elle l’observa monter dans le véhicule et fit quelques pas en arrière pour bien laisser le camion faire sa marche arrière et quitter la place. Sélès l’observa pensivement, se disant qu’elle avait fait une rencontre aussi sympathique qu’inattendue. Finalement, elle se redirigea vers la base et en rentrant, elle vit que la réceptionniste commençait à ouvrir curieusement un des dossiers que Sélès avait laissé près de l’ordinateur. L’ex-première Dame se précipita pour la réprimander et récupéra ses biens. C’était tout de même un comble que d’avoir traité Vincent de tête en l’air alors qu’elle-même n’était pas mieux. N’importe quoi !
made by © .bizzle


We are Legion
Here they come marching down the street, like a desperation murmur of a heart beat. Go-carts and guns are treasures they will bear in the summer heat.
endlesslove.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Access denied (ft. Vincent)   Aujourd'hui à 5:05:49

Revenir en haut Aller en bas
 

Access denied (ft. Vincent)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» alors popol tu me donne access au admin ?
» Les grands contribuables de l'exercice 2008-2009
» Goliath ◄ Imagine if you could access 100%

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Judgement Day :: Continent Ouest :: Corel Nord :: QG militaire de la Shinra Research Industry-