RemonterDescendre



 

Partagez | .
 

 Sur la plage enneigée [PV : Chibi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aerith Gainsborough


Messages : 51
Date d'inscription : 20/03/2015
Localisation : Voyage en semaine

::PASSEPORT::
• Age du personnage:
• More:

MessageSujet: Sur la plage enneigée [PV : Chibi]   Mer 3 Fév - 16:00:00

La neige recouvrait chaque grain de sable, s'il n'y avait pas l'eau au large qui exécutait son perpétuel mouvement d'avancer et de reculer tout en emportant quelques flocons sur son passage, difficile de croire que l'on se trouvait bien sûr une plage. L'eau salée empêchait que la neige puisse recouvrir tout le littoral. À l'autre côté de cet horizon qu'elle avait traversé il y a de ça quelques jours sur un cargo. Les péripéties qu'il y avait connues, entre la fois où un clone de Sephiroth s'était montré et l'instant où Leviathan avait surgi. Le cœur serré, Aerith repensait à tous ces évènements, la joie d'avoir retrouvé son amie, sa rencontre avec Chibi et Ellie. Tellement de choses se passaient si rapidement alors qu'elle venait de revenir.

Une seule question, combien de temps lui restait-il pour envisager de faire quelque chose ? D'autres arrivaient par la suite, comment devrait-elle s'y prendre ? Quelle était sa place dans tout ça, pourquoi l'avait-on fait revenir, n'y avait-il qu'ici qu'elle pourrait se rendre utile ? Est-ce que Chibi savait quelque chose de tout cela ? Comme si, sa destinée avait été écrite autrefois et que l'on venait annoncer qu'elle était une sorte de clé qui pouvait sauver la Planète. Qu'attendait la Planète de cette Cetra censée s'être sacrifié et de retour dans le monde des vivants par la simple volonté de Gaïa.

La jeune femme, habillé chaudement par sa doudoune dans les tons clairs, regardait l'horizon en songeant que de l'autre côté s'y trouvait à la fois le Deep Ground, Jénova, Sephiroth, Cloud et Zack. Son cœur se pinça en songeant à lui. Si elle pouvait faire quelque chose, si elle pouvait le rejoindre, si elle n'était plus séparée de lui. Mais il avait son devoir et ses principes, comment ne pas croire qu'il reviendra sain et sauf, ce n'était pas le genre d'homme qui se laisserait consumer de la sorte, il ne faillirait pas, il ne laisserait pas Cloud tomber, jamais.

Plus important, où se trouvait Chibi ? Avant son petit somme, elle l'avait bien vu se diriger ici. Depuis le temps elle avait dû se rassasier, enfin quelle quantité exacte un dragon devait-il manger pour apaiser sa faim ? Chibi, rien à voir avec un animal de compagnie, il fallait qu'elle la retrouve, qu'elle s'occupe d'elle et lui poses toutes les questions qu'elle avait en tête. Si la dragonne en connaissait la réponse. Les voix de la Rivière de la Vie étaient si faibles d'ici, d'un autre côté tant mieux sa migraine avait disparu. Midgar était le meilleur endroit pour communiquer avec les défunts. Impossible d'y retourner malheureusement, pas dans la situation actuelle.

Dans son esprit, elle visualisait Chibi, sous son apparence humaine, en pensant fort à elle. Aerith ne montrait pas d'inquiétude, comme à son habitude elle était calme et apaisée. Juste le coeur serré dans sa poitrine lui faisait mal. Pourtant, elle n'avait rien à craindre, tout irait bien pour Zack. La jeune femme préférait se changer les idées et se préoccuper de Chibi et prendre soin d'elle. Comment se sentait-elle depuis qu'elle était partie chasser ? Est-ce qu'elle avait été blessé par les paroles de Tifa ou les siennes ? Aerith s'en voudrait énormément si sa nouvelle amie la détestait.
Revenir en haut Aller en bas
Chibie


Messages : 87
Date d'inscription : 15/05/2013

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 21 ans
• More:

MessageSujet: Re: Sur la plage enneigée [PV : Chibi]   Jeu 4 Fév - 15:31:05



Sur la plage enneigée


Chibie



 
La nourriture se faisait décidément de plus en plus rare dans ce monde. Sur ce continent comme le précédent, toutes les créatures, petites ou grandes, semblaient avoir fui le chaos, ou alors, peut-être y avaient-elles tout bonnement succombé. Il faut dire que les conditions climatiques ne ressemblaient plus à rien. Nous étions à Costa del Sol, une terre censée être bercé de chaleur et de soleil. Mais il n’en était rien. La neige recouvrait tout le paysage, à perte de vue. Le froid avait tout saccagé, et il ne restait pas âme qui vive dans les vastes plaines silencieuses. Je continuais pourtant ma quête, sans me décourager. Il fallait bien que je mange, que je récupère des forces. Toutefois, bien difficile de traquer efficacement une proie avec un œil en moins. J’avais encore bien du mal à me faire à cette vision de moitié réduite. La douleur me lançait encore par moments. J’avais l’impression de sentir de nouveau, cette lame chaude, me déchirer la figure… Au moins étais-je en vie, ce qui relevait du miracle c’est vrai. Cela résultait aussi du sacrifice de mon défunt camarade. Il était parti bien trop vite… Lui qui savait chasser, bien mieux que moi. Il était parti avec tout son enseignement, me laissant seule, avec une quête que je me pensais incapable de résoudre. Et pourtant, pourtant… J’avais fini par la trouver, la petite descendante Cétra que mon ami avait mis tant d’espoir à retrouver. Le jeu du hasard, certes, mais je l’avais finalement trouvé… Aerith

Je sentais sa présence comme si elle ne pouvait plus me quitter désormais. Comme si un lien invisible nous unissait elle et moi. Je pouvais repérer son odeur à des kilomètres aux alentours. Je pouvais sentir la puissance de sa foie, la force de son esprit… Je pouvais presque partager ses pensées… Elle était à ma recherche, s’étant soudainement aventuré à l’extérieur afin de venir à ma rencontre. Peut-être avait-elle terminé de discuter avec son amie. J’allais enfin pouvoir passer un peu de temps avec elle, à mon tour. Un sentiment étrange m’habitait, c’était comme si elle et moi, nous avions beaucoup de choses à nous dire. Pour de parfaites inconnues, cela avait le don d’être insolite, et pourtant, j’avais comme la vague impression de la connaitre depuis des millénaires. Peut-être était-ce dans nos gênes ? Cette espèce de lien qui nous unissait, plus fort que le temps, plus fort que Jénova.

Je n’eus aucun mal à la localiser. Doucement, au travers des nuages calmes, je me rapprochais d’elle. Me déplaçant telle une ombre dans la pénombre, j’étais invisible, mais j’étais prêt à parier qu’elle pouvait me sentir elle aussi, deviner ma présence et ma proximité. Dans un calme plat, je vins finalement me poser tout près d’elle, au bord de cette vaste plage, ou je m’étais échouée quelques heures plus tôt. Ramassant mes ailes imposantes, je tournai à présent le museau dans sa direction. Elle était toute petite vue d’ici, ou bien, était-ce moi qui étais trop grande. Je me demandais bien comment faisait-elle pour braver le froid qui s’intensifiait autour de nous. Moi, je pouvais toujours compter sur mes écailles impénétrables pour me protéger des intempéries, mais elle… Sa petite fourrure suffisait-elle à la maintenir bien au sec ?

Un léger silence s’installa d’abord entre elle et moi. Dans cet instant de grande méditation, nous restions là, à nous observer, toutes deux, des questions plein la tête. Par où commencer, que dire, quoi faire… J’avais comme le sentiment que le destin du monde pesait sur nos épaules, et qu’à nous deux, nous pouvions tout régler… Mais comment… Allons, pas si vite, il était d’abord essentiel de faire plus ample connaissance. Elle avait beau m’être inconnue, je l’affectionnais déjà, moi, qui pourtant avais été la première à pester sur les Cétras lors de mon réveil. Il faut croire que ce qui me liait à elle, était bien plus fort que mes propres jugements personnels. Je le sentais en moi, j’étais prête à donner ma vie pour elle désormais…

« Aerith… Nous avons enfin un moment pour faire plus ample connaissance… J’ai toujours pensé, depuis mon réveil, qu’il n’y en avait plus dans ce monde… Des comme toi… J’avais tort, fort heureusement… »

Allait-elle m’entendre ? Cette voix dans sa tête, qui lui parlait. Ma voix. C’est ainsi que les grands dragons millénaires et les Cétras avaient toujours communiqué. Une télépathie parfaite, hautement élaborée, tout ce qu’il y avait de plus fluide et secret à la fois. Des siècles étaient passés depuis, mais l’héritage était probablement toujours encodé dans son ADN. Il fallait seulement qu’elle retrouve le chemin de ses origines. Ma présence était peut-être au moins bénéfique pour ça. Peut-être qu’à nous deux, nous allions réussir à recoller certains morceaux de notre passé oublié… Peut-être allions-nous réussir à mettre la clé, sur ces portes qui demeuraient fermées jusqu’alors ? Voilà qui faisait une belle occasion, de renouer avec le passé.



Revenir en haut Aller en bas
Aerith Gainsborough


Messages : 51
Date d'inscription : 20/03/2015
Localisation : Voyage en semaine

::PASSEPORT::
• Age du personnage:
• More:

MessageSujet: Re: Sur la plage enneigée [PV : Chibi]   Dim 7 Fév - 1:07:26

Ainsi, elle attendait au bord du littoral, patiente, ne sachant si ce lien qui les unissait était à ce point si fort pour qu'elle puisse trouver sa position. Aerith pensait à toutes sortes de choses, toujours aussi calme, sachant pertinemment que s'inquiéter ne servirait à rien. Zack était débrouillard. Ce qui la dérangeait surtout fut qu'elle n'ai pas pu s'entretenir convenablement avec Tifa, sa douce amie, qui portait un lourd fardeau sur ses épaules. La fleuriste aurait souhaité que la barman se confie à elle, son amie ne cherchait qu'à l'aider après tout. Malheureusement, Tifa s'était recroquevillée sur elle-même, gardant ce mal dans son cœur. Si seulement Aeris avait pu l'aider, la faire parler afin de la soulager de ce poids. Le simple fait de dire les choses que l'on garde en soi pouvait apaiser et l'alléger. Même un petit mot, juste un seul, afin de l'empêcher de sombrer dans cette descente aux enfers qu'elle s'imposait. Même si elle faisait tout pour sourire dans ces circonstances, tant qu'il y avait cette inquiétude qui la rongeait, on sentait qu'elle faisait de son mieux pour paraître bien. Or, cela n'empêchait pas Aerith de s'inquiéter, triste à l'idée de voir la brune dans cet état. Pourtant, elle savait que la douce fleuriste serait prête à recueillir chacune de ses larmes avant que ce poids ne l'étouffe complètement.

Une légère oscillation dans l'air attira l'attention de la jeune Cetra. Il ne s'agissait pas d'un courant d'air, ni de la brise marine. C'était autre chose, quelque chose qu'elle n'avait jamais ressenti, pas avant aujourd'hui. Surprenant, ce flux qui s'approchait d'elle et trouvait le moyen de l'entourer pour la protéger. Rien à voir avec la sensation de communiquer avec la Rivière de la Vie. La jeune femme s'étonnait de ressentir une présence agréable à ses côtés, comme si elle avait retrouvé sa moitié. Une personne normal aurait certainement pris la fuite et ce n'était pas non plus recommandé de se promener seul au bord du rivage dans les temps qui court. Inspectant les alentours à la recherche de cette soudaine présence, les yeux vert-émeraude de la Cetra scrutait tous les endroits d'où venait cette étrange sensation. Elle n'eut pas longtemps à attendre la réponse puisque vint se poser près d'elle un être tout à fait majestueux. Le terme animal n'aurait pas convenu pour la décrire, sans doute parce qu'elle l'avait vu en tant qu'humaine qu'elle pensait cela. Impossible de mettre Chibie dans la catégorie des animaux, cela ne lui conviendrait pas et la connotation se trouvait trop péjorative pour son espèce. Chibie était plus qu'un simple animal. Pour Ela, elle ressemblait à leur compagnon à fourrure rouge, Nanaki. Fascinée, elle contemplait silencieusement la créature, ses yeux brillants de mille feux. La dragonne était magnifique. Si le temps avait été moins couvert, la jeune femme aurait souhaité voir si le soleil se reflétait sur ses écailles. En temps normal, la réaction de tout être normal à la vue d'un dragon, prédateur connu pour être dangereux et un mangeur d'hommes, prendrait tout simplement la fuite sans se poser de questions. Or, la fleuriste savait que ce qui se trouvait devant ses yeux ne lui ferait aucun mal. Sans se soucier de ce genre de choses, la jeune femme continuait de contempler sa nouvelle connaissance.

Une petite voix s’immisça dans son esprit, un peu comme la façon dont elle écoutait les paroles des défunts et de la Planète. À la différence, la voix de Chibie était claire et sans parasites. Aerith ne semblait pas choquée en l'entendre, au contraire, elle était habituée à ce qu'il y ait des voix dans sa tête . Se pourrait-il que sous cette forme Chibie ne puisse communiquer que de cette façon ? La question s'était posé à elle comme une évidence. Dans ce cas, cette façon de s'exprimer différait de Nanaki, d'un autre côté cela renforçait les liens qui les unissaient, dragons et Cetras. Preuve indéniable, la fleuriste n'en avait jamais douté. Cela la réconfortait dans l'idée qu'elle puisse être quelque part semblable au-delà de leur apparence physique. Si cela fonctionnait de la même manière, dans ce cas-là Cetra allait essayer de lui répondre de la même façon, par la pensée.

« Je te cherchais Chibie… Si j'avais su que tu existais, j'aurai remué ciel et terre pour te trouver et te rencontrer bien avant. Je ne savais même pas que des êtres comme toi pouvaient exister... »

Des milliers de questions se posaient dans son esprit. Sur tout et n'importe quoi, comme son régime alimentaire si elle en avait un, allez savoir si elle avait déjà mangé des êtres humains . Ou quelles sensations pouvaient les procurer le ciel lorsqu'elle volait, passait à travers les nuages, comment elle se débrouillait s'il y avait un orage … Si le temps avait été plus clément, la jeune femme lui aurait bien demandé de faire un petit tour dans les airs, car elle n'avait jamais connu cette sensation de ne plus avoir le pied-à-terre. La dragonne souhaitait peut-être en savoir plus sur les origines de son peuple ou de sa personne, la fleuriste s'attendait aussi à des questions de sa part. Aerith était intriguée par la présence de Chibie, reconnaître l'existence de ce lien qui semblait si ancienne et dont elle n'avait jamais entendu parler avant aujourd'hui. D'abord, la fleuriste n'était pas certaine que Chibie l'ai entendu, alors, dans le doute elle s'exprimât à la manière habituelle en usant de sa voix douce et chaleureuse à faire fondre la neige aux alentours si elle en avait eu le pouvoir.

- Est-ce que tu arrives à m'entendre ? N'hésites pas à me dire la meilleure façon de m'adresser à toi, Chibie. Tu sais, pour un dragon, je te trouve magnifique !

Des dragons, il en existait d'autres, mais pas dans le genre de Chibie qui pouvait s'exprimer par la pensée. En général, les créatures en question lui ressemblaient physiquement, mais elles étaient bien plus terrifiantes. C'était des monstres assoiffés de sang. Chibie avait quelque chose de différent, une sorte d'aura qui l'entourait pour la différencier de ses autres congénères. Ne parvenant pas à se retenir plus longtemps, Aerith laissa s'exprimer son envie de poser sa main sur les écailles de la créature sans montrer aucune crainte, juste une pointe d'amusement et surtout de lui faire parvenir les meilleurs sentiments qu'elle avait à son égard en lui prodiguant cette caresse. Ce n'était pas tous les jours que l'on pouvait approcher d'aussi près un dragon, encore moins de le toucher si facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sur la plage enneigée [PV : Chibi]   Aujourd'hui à 3:26:12

Revenir en haut Aller en bas
 

Sur la plage enneigée [PV : Chibi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» terrain enneigé
» Union enneigée, Union pour l'éternité
» Seul sur la plage (libre)
» Suicide et combat sur la plage.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Judgement Day :: Continent Ouest :: Costa Del Sol-