RemonterDescendre



 

Partagez | .
 

 A Cat's everyday life [PV. Minoru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: A Cat's everyday life [PV. Minoru]   Ven 28 Oct - 15:39:43

The maiden who
Ƹ̴Ӂ̴Ʒ
couldn't die
Reanbell
&
Minoru


 

 



 

 

Cat
A Cat's everyday life

Depuis qu'elle s'était installée ici, elle ne faisait que travailler pour rendre les rues de ce refuge et avant-garde plus sûres. Elle avait toujours préféré le travail de terrain, pourtant, ses activités favorites de loisir étaient bien de rester affalée dans son divan à lire des comics, regarder des films et séries de science fiction ou encore jouer à sa console de jeu tout en se gavant de croquettes pour chaton avec un peu de lait et de la vodka. Le temps où elle pouvait s'abandonner pleinement à cela lui manquait … Mais voilà, elle n'avait plus de divan, plus de dvd, plus de comics ni de console de jeu. Elle ne pouvait même pas se réconforter avec du streaming, car part ces temps de crise, les réseaux ne servaient qu'aux travaux d'urgence. Du coup, oui, elle aurait vraiment préféré faire du travail de terrain ! Mais monsieur Rufus Shinra l'avait laissé là et qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire d'autre toute seule ? Cat n'était pas une guerrière et elle devait s'en tenir à cette identité … et donc à ce bureau commun.

Nuit et jour, elle était là, se levant parfois pour aller boire un café – dans lequel elle ajoutait très discrètement de la Vodka – puis d'autres fois pour aller vider ce qu'elle avait bus. Elle n'avait pas besoin de sommeil, mais elle commençait à se sentir franchement engourdie et garder ces fichus lentilles aussi longtemps n'était franchement pas tout confort. Mais elle n'avait pas d'autre choix … Elle devait être patiente, jusqu'à ce que Rufus se décide enfin à reprendre les choses là où ils les avaient laissé et qu'ils puissent travailler ensemble de façon plus constructives. Quand même … elle ne dirait pas non à un bon bain moussant – parce que les douches froides commune ça allait bien cinq minutes – et à un bon lit douillet. Il ne fallait pas oublier qu'elle avait des goûts de luxe, même si elle avait plus longtemps vécu à la dure qu'autre chose.

Le ciel était si chargé dehors que le soleil semblait ne jamais s'être levé, pourtant on était au beau milieu de l'après midi. La neige continuait de déferler sur cette région habituellement ensoleillée, mais elle s'estimait heureuse, car au moins, ce n'était pas de la pluie. Son cerveau commençait à sérieusement surchauffer … et en cette heure de pleine activité, elle était en train de suffoquer. Elle s'étira de tout son long sur sa chaise et chercha quelque chose du regard. En très peu de temps, Condchat était devenu la mascotte du département. Personne ne savait à qui il appartenait ni comment il était arrivé là, mais la gentille Cat s'était bien sûre dévouée pour prendre soin de lui et tout le monde trouva cela normal, était donné le diminutif de son nom si évocateur. Le petit chaton munchkin était en train de se balader tranquillement de bureau en bureau, il faisait totalement partie du décor. Cat remonta ses grosses lunettes de vue à monture noire, réajusta sa franche brune qui commençait franchement à la gêner et se leva enfin pour aller s'emparer du petit vagabond. Elle signala à un de ses collègues qu'elle partait en pause et elle s'affubla de sa veste d'uniforme de la WRO pour prendre le chemin de la sortie.

En traversant la base, elle avait équipé le petit Condchat d'un harnais, ainsi, elle pourrait le promener sans craindre qu'il ne lui refasse un coup comme à Corel, où elle avait passé plus de trente minutes à le chercher. Cet idiot s'était perdu en chassant une petite souris qui avait fini par lui faire peur ! Arrivé dehors, elle le déposa doucement dans la neige et l'observa un instant. Comme il n'avait fait quelques jours plus tôt, il patinait dans la neige en secouant ses petites pattes à chaque pas, puis, très vite, il était déjà en train de s’accrocher à sa jambe pour grimper jusqu'à sa poitrine et aller se cacher dans son manteau. Là où Reanbell aurait simplement soufflé de dépit, Catelyn esquissa un léger sourire en lui caressant la tête du bout de l'indexe.

Maintenant qu'elle était munie de ses badges et de ses cartes d’identités, Cat pouvait bien plus facilement aller et venir entre les zones civils et militaire. Elle se dirigea donc vers le centre de la ville qui avait subi une sérieusement baisse de fréquentation depuis l'attaque de Nero. Les réfugiés qui venaient ici ne restaient que pour une courte période transitoire avant d'être conduit ailleurs ou de partir d'eux-mêmes. Après tout, cette ville était la plus exposées aux dangers qu'ils avaient fuis en quittant le continent Est, sans parler du climat ! Malgré tout, elle n'était toujours pas parvenue à se trouver une chambre libre à l'auberge.

Catelyn se faufilait dans la foule de militaire jusqu'à la grande place de la ville presque vide. Il y avait toujours quelques vendeurs de boissons chaudes ou de marrons grillés, mais peu de passants pour en acheter. La brune passait inaperçu, sa discrétion et la banalité de son physique la rendait presque invisible, car si elle n'était pas vraiment belle, elle n'était pas non plus spécialement repoussante. Juste banal. Le genre de fille que l'on ne remarque jamais, ces personnages sans visages qui ne servent qu'à peupler un peu les rues d'un décors un peu pauvre.

Se procurant finalement un gobelet de cacao bien chaud et un sachet de marrons grillés, elle se dirigeait vers les murets qui séparaient la place centrale de la plage en contrebas. Elle n'avait fait que quelques pas pour s'éloigner du vendeur de châtaigne quand  ce dernier l'interpella pour lui rendre la monnaie qu'elle avait oublié. En se retournant brusquement, elle percuta quelqu'un qui passait justement par là, renversant sa boisson sur lui, puis, sous l'effet de la surprise et de collision, elle glissa sur la neige et bascula en arrière, faisant voler son sachet de châtaigne qui plut sur sa tête comme des petites météorites.

— Aïe. Fit-elle en en recevant une sur la tête une fois le derrière dans la neige.

Et comme Condchat avait été secoué par tout se chahut, il poussa un petit miaulement qui sembla presque avoir était émis par la jeune femme.   



Reanbell Valdès
© Gasmask & Dark6Nika





:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Minoru Longline


Messages : 14
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 20
Localisation : Entre le Nord et l'Est, je ne puis rien vous dire d'autre !

MessageSujet: Re: A Cat's everyday life [PV. Minoru]   Mar 1 Nov - 10:57:04


A Cat's everyday life



Reanbell Valdès
Minoru Longline


 Le jeune homme aux yeux violets voguait sur les flots de l'océan séparant les continents Est et Ouest. Il avait appris juste à son arrivée que rester sur le premier de ces continents était une très mauvaise idée, et les conditions du monde actuel empiraient d'heures en heures. Lorsque les diverses armées ne se déchiraient pas, c'était au tour des éléments de se déchaîner sur les petites créatures portant le nom d'homme.

 Quelques jours plus tôt, il était parti du continent Nord après sa longue expédition qui l'avait conduit à la possession de son dernier trésor qu'il chérissait désormais de tout son coeur. Cette pierre, loin d'être banale, était sa dernière trouvaille, au large du continent Nord, dans ces îles si particulières à ses yeux désormais. C'est avec grand bonheur qu'il se souvenait de ce moment où il avait enfin pu toucher son acquisition récente, l'arrachant à la main squelettique qui la renfermait, dans une des grottes de ces îles si belles à son coeur. Il se souvenait de chaque recoin, de chaque reflet qui parcourait cette cavité. Un souvenir merveilleux lui en restait, bien que le temps était plus aggressif encore qu'il ne l'était en ce jour, alors qu'il voguait vers Costa del Sol.

 Ce nom le faisait désormais bien rire d'après les nouvelles qu'il avait entendu en quittant le port à l'ouest de Midgar. La ville autrefois baignant de soleil était désormais enneigée au possible, défiant toute prévision météorologique. Il lui tardait désormais de mettre pied sur cette terre, pour enfin de reposer un peu après cette aventure, son idée originelle étant impossible au vu de l'avancée des troupes de Jénova. Kalm n'était plus pour lui une destination possible de repos, et il doutait pouvoir un jour y retourner, se demandant combien de temps resterait-il à vivre pour ce monde proche de sa fin.

 Les jeux que les marins pratiquaient afin de patienter jusqu'à l'arrivée désormais prochaine du navire au port de la destination choisie n'intéressaient absolument pas Minoru. Des jeux de dés, de cartes... Du hasard. Il préférait de loin ce qu'il maîtrisait, ce qu'il contrôlait. Il n'était d'ailleurs pas vraiment un praticien de jeux en général. Il avait plus pour habitude de s'entraîner, de voyager, de chercher des objets de diverses natures ou encore de ne rien faire. La traque d'objets précieux était cependant devenue sa plus grande passion, et en particulier celle de ces objets de pouvoirs liés à la mako, les matérias. Il regardait donc avec un certain dédain ces messieurs commencer à se battre à propos de dés truqués, ce qu'il avait remarqué au premier coup d'oeil et qu'il aurait d'ailleurs pu deviner sans même les observer un instant. Il savait depuis longtemps que les gens étaient malhonnêtes, qu'ils enjolivaient les histoires, qu'ils trichaient pour réussir ou à la rigueur, qu'ils utilisaient les autres pour atteindre leur but. Ceux qui pratiquaient cet art sans détours étaient probablement ceux qui l'insupportaient le moins, les facéties des autres lui donnant envie de vomir.

- Terre en vue !

 Le cri retentit soudain, libérateur. Il n'y croyait plus. Réellement. Cette traversée avait été des plus longues à son impression, et lui semblait quelques secondes plus tôt infinissable.

- On y croyait plus...
- Tout se serait passé plus vite si vous aviez accepté de jouer et que vous étiez moins grincheux !

 Minoru jeta un regard sombre au membre de l'équipage qui l'avait ainsi apostrophé, mais ne répondit pas. Il n'en voyait pas l'utilité. L'homme en question ne pouvait pas comprendre à quel point ces occupations étaient des plus vernaculaires et ne l'intéressaient en aucun point, et encore moins depuis sa résurrection. Il ignora alors le marin et rassembla ses quelques affaires, ramenant son uniforme à une position plus confortable, le tenant solidement au niveau du sternum, attrapant chaque pan du manteau noir et rouge. Il le dépoussiéra ensuite d'un mouvement sec de la main, du bas vers le haut, méthodiquement, comme à son habitude à chaque fois qu'il arrivait dans un lieu peuplé.

 Le bateau venait d'accoster, l'ancien SOLDAT descendit rapidement, dans les premiers, ne tenant plus en place. Il salua légèrement de la tête le capitaine en guise de remerciment supplémentaire à la bourse qu'il lui avait donné en début de voyage, et mit pied à terre sans plus de cérémonie. L'air froid de Costa Del Sol lui rappela une fois encore son expédition précédente, il lui était des plus agréables. La neige tombait droit, mais malgré la vitesse de leur chute, les flocons gardaient un côté mousseux, doux, qui venait accompagner l'homme à l'uniforme unique dans sa marche rapide. Il se dirigeait alors vers une auberge sur la côte, sachant qu'elle était plutôt bien placée et avait un prix des plus raisonnables dans le coin. Peut être pourrait-il même négocier au vu du temps, qui sait. D'un pas plutôt léger, guidé par des tourbillons de flocons glacés, Minoru Longline longea cette côte autrefois paradisiaque qui avait désormais des airs de côte nord du continent nord en plein hiver. C'est pour dire à quel point le changement était brutal, inattendu, faisait tache face au paysage habituel bien plus chaud et ensoleillé. Il doutait cependant qu'un jour arriverait ou la douce chaleur reprendrait ce terrain battu par les pluies verglaçantes et autres précipitations, signes à son sens de la colère des divinités de ce monde.

 Après un temps de négociation, il réussi à baisser de quelques gils le coût de sa location. Il s'installa ensuite dans sa chambre qui offrait habituellement une vue sur de magnifiques arbres entourant une petite plage charmante. C'était maintenant un décor de glace et de neige, battu par des flots aggressifs. Le spectacle demeurait bien que différent, il en profita donc un moment avant de repartir chercher une pitance pour le midi. Il choisit ensuite de se balader un moment, avec un faible espoir d'entendre une rumeur ou une quelconque discussion qui pourrait le mener à un nouvel objet de pouvoir, de ceux qu'il chérissait tant. Allant donc au centre-ville, il s'installa dans une taverne au coin de la grande place, commandant une bière et regardant les badauds passer non loin, dans le froid extérieur.

 La taverne n'était pas beaucoup plus chaleureuse. La région n'ayant pas l'habitude des grands froids, elle n'était pas équipée pour aider les habitants à supporter de telles températures, mais déjà les infrastructures d'accueil avaient été modifiées et rendues un peu plus confortables. Il sirota ainsi sa boisson, pensif. Il n'avait encore rien trouvé d'alléchant, et la monnaie ne coulait plus à flot. Il lui fallait un nouveau travail. Il soupira à cette idée, sa longue pause à la recherche de la matéria lui ayant considérablement allégé le porte-monnaie. Il posa quelques pièces sur la table à l'attention du serveur pour régler sa bière, en rajoutant une par bonté spontannée, puis se leva et sortit.

 Il traversa alors la place d'un pas rapide, se dirigeant vers l'un des lieux de la ville où il savait qu'il pourrait trouver des gens cherchant de l'aide, un de ces bars plus crasseux que celui qu'il venait de quitter et qui faisaient bonne figure pour les touristes. C'est alors qu'il sentit quelqu'un lui rentrer dedans suivi d'un liquide qui format une tâche invisible mais bien humide sur son uniforme noir. Il sentit la chaleur soudain lui arriver sur la hanche en même temps que le choc, et chercha du regard qui lui avait foncé dessus armé d'un goblet rempli de liquide brulant, gromellant un peu à l'idée qu'il allait devoir repasser à sa chambre pour se changer.

- Aïe.

 La jeune femme était assise sur son postérieur, des lunettes posées sur son petit nez, les cheveux bruns, les yeux marron. Elle se recevait sur la tête des marrons qui étaient probablement dans le petit sac qui jonchait désormais le sol à côté d'elle. Un miaulement suivi, et ce n'est qu'au bout de quelques secondes qu'il remarqua le chat derrière la demoiselle. Il tendit sa main pour aider la fille à se redresser et prit une grande respiration.

- Vous devriez faire attention. Les attaques au liquide brûlant peuvent en énerver cetains.

 Minoru dépassait la jeune adulte de plus de 20 centimètres, et la regardait avec une certaine distance habituelle des militaires un peu gradés, bien que son uniforme démontrait singulièrement qu'il n'était pas l'un d'eux, ou en tout cas pas de ceux du monde connu de cette terre. En détaillant la jeunette, il la trouva trop banale, comme si ce n'était pas son apparence réelle. Il tiqua un peu mais n'en dit rien. On trouvait de tout en ce monde après tout, alors pourquoi pas des gens "normaux".

- Vous allez bien ? Vous semblez secouée. Et votre chat... Il fait froid, vous devriez faire attention à lui.

 Enchaînant par un soupir, il fouilla dans sa poche et en ressorti quelques pièces. Il les tendit à la demoiselle, le visage de marbre.

- Pour vos consommations. J'aurais dû regarder où j'allais et ne pas me presser tant pour rien. J'espère que vous ne m'en voudrez pas, mademoiselle.

 L'homme d'un mètre quatre-vingt trois marqua une pause, comme pensif, puis rouvrit la bouche.

- C'est peut être un peu étrange et mal poli, mais êtes-vous d'ici ? Je cherche un emploi dans le coin.

Fiche de RP (c) Miss Yellow


PS:
 


flute I believe I can die !  louanges
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: A Cat's everyday life [PV. Minoru]   Mer 2 Nov - 20:10:48

The maiden who
Ƹ̴Ӂ̴Ʒ
couldn't die
Reanbell
&
Minoru


 

 



 

 

Cat
A Cat's everyday life

L à où cette adorable petite teigne de Reanbell Valdès aurait sans doute pesté dans un jardon fleuri plutôt limité, Cat resta parfaitement muette. Les filles banales et discrètes comme elle ne font jamais de bruit et subissent sans broncher tout ce qui peut leur arriver, il n'était pas rare que les filles comme elle se retrouve exploitée, voir victimisée. Ce n'était pas très grave, elle ne resterait pas comme ça toute sa vie et elle avait une excellente mémoire … Enfin, la personne qu'elle avait heurté n'était pas un rustre et même si elle était plutôt en tore, Rean l'aurait envoyé paître, surtout pour la main qu'il venait de lui tendre amicalement ! Mais encore une fois, ce n'était pas Reanbell qui était sur le devant de la scène. Cat accepta donc son aide et se releva en époussetant ses vêtements, puis elle remonta ses lunettes sur son nez d'un geste machinal.

Le jeune homme qui lui faisait face la dominait de plus d'une tête – comme la plupart des gens en fait – il était brun et ne semblait pas très expressif. Ses vêtements étaient soignés mais taillés pour l'aventure, un mercenaire, sans doute. Elle l'avait observé très sommairement, interprétant à la perfection un regard timide et fuyant.

— Je suis vraiment désolée, c'est de ma faute. Fit la petite Cat, confuse. Votre veste … je … je paierais les dégâts !

Petite Cat, adorable Cat … Elle se confondait en excuse et en sollicitude alors que la Reanbell n'aurait pas mieux fait que de râler pour la perte de sa boisson et de ses châtaignes que le chaton était en train de renifler dans la neige ! Et voilà qu'il se permettait de lui donner des leçons sur comment s'occuper de son chat ! Non mais, elle savait très bien prendre soin de lui, il ne manquait jamais de croquettes, de lait ni de Vodka ! Et puis si il ne l'avait pas bousculé, la petite boule de poils serait resté bien au chaud dans sa veste.

— Oh heu, oui, je vais bien. Elle se baissa pour attraper le petit chaton aux pattes trop courtes qui était en train de mâcher une châtaigne. En fait, ce n'est pas mon chat, mais il fallait bien que quelqu'un s'occupe de lui, il n'était à personne. A ces mots, elle le remit dans sa veste, bien au chaud : seule sa petite tête dépassait et il venait de recracher la châtaigne.

C'est alors qu'il lui tendit finalement quelques gils, lors-même qu'elle s'était proposée pour rembourser ses frais – bien sûre, elle avait espéré qu'il refuse la proposition, parce que Reanbell était toujours là, au fond et elle était radine. Là, elle aurait bien gardé les piécettes en crevarde qu'elle était, mais ce n'était toujours pas le genre de Cat qui secoua la main en guise de refus.

— Non, non, ce n'est rien ! Et puis c'était de ma faute. Puis elle regarda autour d'elle et récupéra son sachet qui contenait encore quelques marrons chauds, entreprenant de ramasser rapidement les autres – parce que Cat ne voudrait pas être responsable de la dégradation de la voie publique ! Et regardez, tout n'est pas perdu !

Comme les coquilles étaient toujours intactes, le tout restait parfaitement consommable. Bon, elle avait perdu son café, mais elle en avait à volonté au bureau, ce n'était pas si grave. Cela aurait juste représenté une superbe occasion de râler pour une teigne qui n'est pas là de toute façon ! Il y eu un instant de flottement pendant lequel elle s'occupa de calmer le chaton en lui caressant doucement la tête jusqu'à ce que le jeune homme relance la conversation : il cherchait du travail. Est-ce qu'elle avait une tête de conseillère pôle-emploie ? En fait, oui, carrément, mais ce n'était pas le cas. En fait, lorsqu'il lui demanda si elle était d'ici, elle baissa les yeux vers sa propre tenue : l'uniforme de la WRO dont les soldats jonchaient la ville de part et d'autres, plus nombreux encore depuis l'incident qui avait tant coûté à Rufus Shinra … et à Reanbell Valdès.

Elle remonta ses lunettes sur son nez et jeta un petit coup d’œil autour d'eau, deux soldats patrouillaient un peu plus loin et l'on pouvait apercevoir la base militaire du côté du port. Elle reporta son regard timide et indirecte sur lui, les bras croisés pour se protéger du froid mordant. Ses longs cheveux bruns étaient maculés de perles blanches.

— Je travaille à la WRO. Ils recrutent tous les volontaires possible en ce moment, du moment que votre identité est vérifiable et votre dossier fiable … Il doit y avoir une tente de recrutement du côté du port.

Puis, elle l'observa avec curiosité, ses grosses lunettes lui donnaient l'air de ces petites souris de dessin animé qui semble toujours plus ou moins craintive et concentrée. Un petit rat de bibliothèque – au moins, elle n'était plus rat de laboratoire !

— Vous êtes mercenaire ? Elle remonta ses lunettes sur son nez. Excusez-moi. Vous avez l'air d'un mercenaire.  



Reanbell Valdès
© Gasmask & Dark6Nika





:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: A Cat's everyday life [PV. Minoru]   Aujourd'hui à 3:25:53

Revenir en haut Aller en bas
 

A Cat's everyday life [PV. Minoru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Judgement Day :: Continent Ouest :: Costa Del Sol-