RemonterDescendre



 

Partagez | .
 

 The forgotten one which would want to forget { libre }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: The forgotten one which would want to forget { libre }   Ven 16 Jan - 15:57:50




Reanbell Valdès

The forgotten one which would want to forget



    Ce n'est que peu de temps après sa mise en captivité par Rufus Shinra que la demoiselle ressentit quelque chose d'aussi intense qu'unique. Elle était allongée sur le lit à contempler le plafond quand son cœur se mit à palpiter douloureusement dans sa poitrine. Elle y plaqua aussitôt sa main pour tenter de se soulager de ce poids qui l'oppressait avant de comprendre qu'il se passait quelque chose d'inhabituel. Alors, elle se redressa, plus intriguée que réellement inquiète … Weiss l'avait-il retrouvé ? Après avoir balayé la chambre du regard pendant un long moment, elle se leva doucement. Tout était si calme … tellement calme. Comme elle ressentit un désagréable frisson, elle réajusta le col de la chemise trop grande qu'elle portait. Rufus le lui avait donné pour qu'elle ait finalement quelque chose à se mettre. Elle lui arrivait mi-cuisse et était d'une blancheur éclatante, à l'instar de la garde robe de son demi frère.

Le regard bleuté de la blonde se porta alors vers la fenêtre blindée, teintée de l'extérieur, qui était son seul semblant de contacte avec l'extérieur. Elle s'en approcha doucement, sentant une étrange angoisse l'attirer dans cette direction. Elle observa longuement le paysage jusqu'à ce qu'une silhouette écarlate ne se détache du reste … Cet homme venait de sortir du bloc résidentielle de Rufus, il portait une longue cape pourpre qui s'agitait au grès du vent comme les ailes d'un démon. Le regard du sujet 23 resta bloqué sur lui, comme lorsque l'on regarde l'objet de ses plus grandes craintes sans pouvoir s'en détacher. Elle se retrouva totalement paralysée alors que son cœur palpitait un peu plus douloureusement dans sa poitrine … Sans vraiment savoir pourquoi, Reanbell se sentait autant attirée de rejetée par cette présence. Une partie d'elle voulait s'en approcher jusqu'à le toucher et une autre ne demandait qu'à fuir, comme deux aimants positifs qui se repoussent. Reanbell avait déjà aperçu cette silhouette à de rares occasions … Chaque fois, ce sentiment l'avait envahit. C'était lui, Chaos … Le porteur de la Protomatéria.

Cependant, l'homme ne semblait pas sentir sa présence à elle et il disparut aussi vite qu'il était apparut. Qu'est-ce que l'hôte de Chaos faisait chez Rufus Shinra ? Est-ce qu'il avait trouvé quelque chose pour exploiter son pourvoir ? Ça, Reanbell ne le saura jamais, car les jours passaient et Rufus ne revenait pas la voir. De toute façon, elle n'aurait jamais osé poser la question, car cela aurait pu la trahir, quelque soit les raisons de la présence de cet homme ici à la base. Si Rufus était sur une piste, une simple allusion aurait pu confirmer ses doutes … Et s'il n'était pas du tout sur cette voie, cela aurait pu l'y mettre.

Ainsi, les jours se suivaient et se ressemblaient. Reanbell retrouva bien vite ses habitudes de captivité et elle passa les premiers jours assise devant la fenêtre, observant le temps se dégrader de jour en jours. Pluie, grêle et neige s'enchevêtraient de façon totalement anarchique. Aube, zénith et crépuscule se succédaient inlassablement sans distinction. Elle ne s'animait que pour aller se laver et jouer un peu avec le chaton lorsqu'il le demandait. Mais sinon, elle restait là, assise sur cette chaise, aussi immobile qu'une poupée de porcelaine. Condchat venait alors se coucher sur ses genoux pour piquer un petit somme, mais les yeux de la jolie marionnette inanimée restaient grands ouverts sur ce monde qu'elle désirait tant oublier … Ce monde dont elle avait tant rêvé et qu'elle voulait à présent abandonner. Puis, elle se lassa s’observer les allées et venues de ces fourmis qui semblaient mettre beaucoup d’application à vider la fourmilière. Rufus était parti avec beaucoup d'autre chose et voilà un moment qu'elle ne le voyait plus revenir … Alors finalement, il devait l'avoir oublier. Il allait la laisser pourrir ici ? Non, quelqu'un venait toujours lui déposer des repas qu'elle laissait entièrement au petit chaton affamé.

Lasse de tout cela, la poupée s'anima pour rejoindre le lit. Elle s'engouffra sous les couettes et décida d'hiberner ici. Le monde courait à sa perte de toute façon, pas vrai ? Elle n'avait plus qu'à attendre que cela se passe. Elle passa alors les jours suivants au lit, les yeux clos, ne s'animant, là encore, que pour se laver et satisfaire les humeurs du chaton qui l'accompagnait. Après ne pas avoir dormi pendant des jours, elle ne fit que cela. Chaque fois harcelée et traquée par de terribles cauchemars, ont un qui la hantait depuis toujours … Et qu'elle avait tenté d'éviter à tout prix après avoir vu le porteur de Chaos … mais qu'importe le temps qu'elle passerait à ne pas dormir, ce cauchemar la rattraperait toujours … Ce cauchemar, son avenir.

Le ciel était rouge, zébrés de nuages noirs. Le paysage n'était qu'un désert aride infini de terre orangée et brûlante. Il n'y avait plus rien, plus une plante, plus une seule trace de civilisation, plus âme qui vive … si ce n'est elle. Alors, elle commença à marcher au milieu de ce théâtre de désolation, seule. Elle pouvait sentir la chaleur mordre la plante de ses pieds nues et la chaleur du soleil immense brûler sa peau. Une lueur attira son regard au loin, l'incitant à lever les yeux vers le firmament écarlate. Elle perçu alors au loin la silhouette d'Omega s'envoler vers le Cosmos, l'aura de jade du lifestream l'entourant de toutes les âmes des défunts. Alors, elle courut. Elle courut le plus vite possible en hurlant de toutes ses forces.

— Ne m'oubliez pas ! Suppliait-elle. Je vous en prie, ne m'oubliez pas ! Ne me laissez pas ici toute seule ! Je vous en prie !!

Mais Omega disparaissait déjà, ne laissant derrière lui qu'une étoile brillante, l'étoile du salut qu'elle ne pourrait jamais atteindre ni même effleurer du bout des doigts. Elle tomba alors à genou sur cette terre sèche et brûlante, totalement infertile. Les larmes qui y coulaient s'évaporaient aussitôt en fumé. Elle tremblait, elle pleurait, elle suppliait … Elle ferma les yeux un instant, le cœur lourd et douloureux. Lorsqu'elle retrouva la vue, une montagne d'os l'entourait. Il y en avait à perte de vue. La panique envahit son cœur et elle tenta de courir à nouveau, glissant sans cesse dans cette mer d'ossement. Alors, elle remarqua un crâne un peu plus loin. Rien ne pouvait le distinguer clairement des autres, mais yeux de Reanbell, il était différent. Elle se précipita alors pour le récupérer, le prenant en toute délicatesse entre ses deux mains. Elle observa longuement ses orbites vides avant de l'étreindre, s’allongeant au milieu des ossements de ces humains dont elle ne faisait pas parti.

Lorsqu'elle ouvrit à nouveau les yeux, les ossements avait disparu, mais elle était toujours au milieu de ce monde désolé et sans vie. La première chose qu'elle vit fut cependant des pieds. Elle se redressa alors doucement, jusqu'à découvrir un démon aux yeux jaunes vifs et aux larges ailes pourpres. Chaos … Cette image sembla presque se figer jusqu'à ce que …

Elle se réveilla enfin. Un sursaut l'avait extirpé de ce cauchemar qui était loin d'être inédit. Son cœur palpitait douloureusement et elle en avait même la nausée. Tétanisée, ses muscles étaient complètement contractés, s'en était même douloureux. Elle resta ainsi de longue minutes à écouter la mélodie de la pluie avant d'enfin pouvoir esquisser un mouvement et son premier réflexe fut de passer sa main sur sa joue pour la sécher des quelques larmes qu'elle avait versé dans son sommeil. Elle tenta de reprendre un souffle normal pour réguler son rythme cardiaque, mais cela prit un bon moment. C'est alors qu'un petit miaulement ronronnant raisonna doucement et la petite tête toute douce de Condchat vint se frotter contre celle de sa maîtresse. La blonde le rassura alors de caresses généreuses et le chaton en profita pour s’allonger sur l'oreiller juste à côté, s'étendant de tout son long sur le flan gauche. Reanbell le caressait en douceur afin de ne pas appuyer sur sa petite côte qui devait être encore endommagée. La couette dans laquelle elle s'était emmitouflée ne laissait apercevoir qu'une petite touffe de cheveux blonds. Elle tentait alors d'oublier son affreux cauchemar en contemplant ce petit chaton adorable, profitant de la texture douce de son pelage pour se rassurer. Voilà des jours que cela durait … Rufus l'avait-il oublié, à l'instar d'Omega qui la laisserait errer à jamais sur la coquiller vide de la planète … ?  

©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: The forgotten one which would want to forget { libre }   Sam 17 Jan - 22:03:03

You didn't think I would forget you, did you ? × ft. RUFUS & REANBELL
A peine avait-il entamé son voyage que sa mère s’était vite dégotée un PHS pour le contacter. « Fais attention à toi. Au fait, je vais m’acheter une arme à feu, tu me conseilles quoi ? » Rufus leva les yeux ciel, mi-amusé, mi-exaspéré. Il espérait sincèrement que sa mère n’allait pas lui saturer sa boite de messages, auquel cas il tuerait celui qui avait donné son numéro d’une part, et il la bloquerait d’une autre part. Bon, le message en question avait quand même son intérêt donc Rufus répondit : « Beretta 92 ». Simple mais efficace ! Il rangea ensuite son PHS dans la poche de son pantalon, et reporta son attention sur le paysage. Alors qu’il n’avait rien à faire si ce n’est attendre, le blond vit son esprit bifurquer sur ses retrouvailles bien étranges avec sa mère, notamment les paroles de celle-ci un peu plus tôt dans la journée.

« C’est ma fille, mon sang, une part de moi-même. »

Elle l’ignorait peut-être, mais ses mots avaient pris sens pour Rufus. En fait, c’était même un domaine qu’il pouvait comprendre. Cet attachement à la famille, aux lien du sang, n’était qu’en fait un espoir de préservation de soi. On accordait de l’importance à l’autre car il portait en lui une part de nous-même. L’homme n’était constitué que d’un amas d’égocentrisme. Rufus ne connaissait pas l’amour simple, ingénu et dévoué pour quelqu’un. La compassion existait, mais elle n’était pour lui que l’inquiétude de devoir soi-même affronter les mêmes épreuves que l’autre. C’était dans sa nature, il avait vécu comme ça toute sa vie, il n’avait pas connu les mêmes émotions que sa mère. Une ressemblance avec elle était peut-être empreinte sur son visage, mais pas dans son âme. Pour Rufus, où s’arrêtait l’amour de soi et où commençait l’amour de l’autre ?

Pour avoir trop songé à ces futilités durant le voyage, Rufus prit le chemin absolument inverse à ses pensée et accorda d’abord privilège aux quelques habitants encore restants de Healen. Le moral de chacun n’était pas au mieux et une réunion se tint le soir au sein de la ville avec eux. Le président en personne put donc leur expliquer la suite des événements et les rassurer sur leur migration prochaine à bord d’un avion Highwind. Il ne restait plus beaucoup de gens, un seul transport serait suffisant. Personne n’eut l’audace de faire un commentaire sur l’identité des premiers habitants privilégiés déjà migrés vers Corel qui comprenaient entre autres : les meilleurs ingénieurs et mécaniciens, des mercenaires de bonne envergure, une couturière de renom… Bref, comme dans tout bateau en train de couler, les troisièmes classes étaient toujours les derniers sauvés. Cela indiquait bien la position de Reanbell dans tout ceci ! Ou du moins… la position que Rufus voulait qu’elle ait.

En rentrant chez lui, il ne lui rendit même pas visite et alla se prendre une douche avant d’aller piquer un somme à une heure bien trop tardive, épuisé de sa journée de voyage. Ce n’est que le lendemain, après avoir pris le temps de boire son café puis se préparer, qu’il daigna enfin aller récupérer le sac de Reanbell pour ensuite lui rendre visite en déverrouillant la porte. Son regard se fixa aussitôt sur la masse endormie sous la couette et ce petit poids à l’intérieur de lui s’allégea. Allons, il n’était pas en train d’éprouver du soulagement de la savoir là, tout de même ? Enfin, il fallait admettre que Rufus s’était imaginé quelques mauvais scénarios depuis qu’il avait récupéré sa mère en la prenant pour Reanbell.

En bon frère très gentil et très prévenant, son réflexe premier fut de tirer la couverture d’un mouvement sec pour laisser découvrir le corps de sa sœur, histoire de bien la réveiller. Avec de telles manière, il valait mieux pour elle de ne pas être frileuse.

« Debout soeurette », lança t-il, ironiquement enthousiaste, en guise de bonjour.

Ignorant totalement le chaton à côté -cet homme était un insensible-, il profita pour laisser son regard mutin glisser sur le corps fin de la jolie blondinette. La chemise de Rufus qu'elle portait remontait un peu sur les cuisses de celle-ci. L'ainé nota d'ailleurs pour lui-même qu'il avait quand même une fichue manie de se désapper pour habiller les filles de sa famille. Parlant de ça, la tenue de Reanbell était peut-être un peu trop sexy pour le regard des autres.

« Tu ne pensais tout de même pas que j’allais t’oublier ? », rajouta t-il d’un ton sarcastique sans lui laisser le temps d’émerger. «Nous partons.»

Toujours aussi prévenant, Rufus laissa tomber le sac de sa soeur sur elle, l’autorisant donc à s’habiller décemment.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: The forgotten one which would want to forget { libre }   Dim 18 Jan - 15:07:58




Reanbell Valdès

The forgotten one which would want to forget



    Les ronronnements du chaton étaient enfin parvenus à apaiser son cœur de tant de cauchemars quand elle entendit des bruits de pas approcher. Le bruit sourd que la plupart des oreilles humaines ne seraient pas parvenues à discerner lui parut très clair … Ce n'était pas la personne en charge de lui apporter ses repas, non. Elle reconnaissait parfaitement ce pas nonchalant qui n'était autres que ceux de Rufus Shinra, son cher frère. Les oreilles molles du petit Condchat semblèrent elles aussi le reconnaître, se manifestant d'un simple petit tressaillement, bien que le chaton ne réagit par outre mesure. Reanbell non plus, cela dit, elle ne bougea pas d'un cheveux, cessant même les caresses dont elle gratifiait le petit animal jusque là, gardant sa main posée avec délicatesse sur son petit ventre.

Le cœur de la petite blondinette fit un bon dans sa poitrine lorsqu'elle entendit le déclic du verrou s'activer, suite à quoi il se mit à tambouriner furieusement contre ses côtes. Pourquoi une telle réaction ? Était-ce l'émotion ? C'était trop d'honneur pour l'homme qui l'avait battu et séquestré … et surtout, pour celui don la saloperie de bestiole avait manqué de manger son adorable petit muchkin. Pourtant, c'était bien sa présence qui altérait son état et les battements de palpitant. Comme pour se protéger de ce sentiment effrayant, la petite demoiselle enfouit un peu plus sa tête dans son oreiller afin de se cacher. C'est alors que son armure principale lui fut cruellement dérobée d'un geste sec et le froid de la pièce vint mordre sa peau délicate. Son premier réflexe fut de se recroqueviller légèrement sous l'effet du frisson, puis elle poussa un profond soupir las et agacé aux salutations du président. Elle ronchonna quelque chose d'incompréhensible qui semblait bien traduire le peu de motivation qu'elle avait à l'idée de se lever avant de fourrer sa tête sous le coussin.

A côté, ayant lui aussi senti l'agitation et le petit vent froid qu'avait engendré la disparition de la couverture, le petit Condchat avait subitement relevé la tête en la secouant énergiquement, accompagnant le tout d'un petit miaulement aigu étouffé. Il tourna alors la tête vers l'homme en blanc que sa maîtresse, elle, n'avait pas encore pris la peine de regarder. Étant visiblement soit très bête, soit dépourvu de rancune – c'était les deux en fait – le chaton fut le premier à se lever, gambadant joyeusement sur le lit de ses petites pattes trop courtes et miaulant gaiement pour saluer le nouvel arrivant.

« Tu ne pensais tout de même pas que j’allais t’oublier ? »
— Si seulement tu t'en été contenté … Ronchonna la teigne, de bien mauvaise foi.

Si, elle avait bien cru qu'il l'avait oublié … et malgré ce qu'elle était précisément en train de laisser croire, cela l'avait chagriné … ou plutôt, cela l'avait terrorisé, hanté. Mais il était bien là, il était venu la chercher et il annonçait à présent qu'il leur fallait partir. Allons-bon. Voilà des jours qu'elle avait renoncé à l'idée, après avoir tout tenté pour sortir de là. C'est alors que la demoiselle reçut quelque chose sur elle, la faisant légèrement sursauter. Elle souleva légèrement l'oreiller sous lequel elle s'était réfugiée pour constater que Rufus venait de lui donner son sac. Vu le poids, il devait avoir retiré toutes ses armes, mais il semblait encore plein des vêtements qu'elle avait emporté pour sa fuite. Elle poussa un nouveau soupir las en se redressant, s’asseyant dans le lit avec une mine endormie et de petits yeux mal réveillé. La chemise qu'elle portait, légèrement ouverte et bien trop grande, laisser entrevoir son décolleté sans vulgarité ainsi que ses jolies jambes graciles. Elle passa une main dans sa chevelure en bataille, tentant d'émerger.

— Hm. Et si j'ai pas envie ?

Pour la première fois depuis l'arrivée de Rufus, Reanbell releva ses grands yeux verrons sur lui. Ses jolies prunelles bleutées luisaient intensément et il était bien impossible de dire si c'était le sommeil qui les embuaient ou bien autre chose … En réalité, son petit cœur avait sauté une nouvelle fois dans sa poitrine lorsqu'elle avait posé les yeux sur lui. Elle fut alors submergée d'un sentiment qu'elle n'avait pas ressenti depuis longtemps … Depuis si longtemps qu'elle n'était même plus très sûre de l'avoir ressenti un jour … était-ce … du réconfort ? Quelque soit ce sentiment à la base positif, cela la contrariait bien plus qu'autre chose. Ses yeux brillaient, mais sa mine semblait tout aussi renfrognée que d'habitude, le provoquant toujours du regard.

— Et mon café ?

La captive aimait se prendre pour une invité de marque, une petite princesse gâtée. Maintenant qu'elle s'était tournée vers lui, elle ne le lâchait plus des yeux, car cela serait un signe de faiblesse et de soumission ... mais aussi parce qu'elle redécouvrait le concept de beauté qu'il avait fait émergé en elle. Rufus, ce joli bibelot qu'elle rêvait de pouvoir exposer dans son salon ... Elle réapprenait chacun des traits qui lui avait plu, son nez droit, ses yeux bleus d'acier, son noble menton et cette mâchoire qu'elle avait envie de croquer. Croquer, vraiment ? Elle se souvenait également de chacune de ces fois où il l'avait touché, frappé ... Elle se souvenait de ce désir qu'il la touche encore avant qu'il ne l'abandonne pendant des jours ... Pendant ce temps, le petit Condchat n'avait pas perdu de temps pour se couler dans le sac. On entendit même un petit miaulement aigu en sortir avant qu'un bruit de grattement ne leur informe qu'il venait de trouver son paquet de croquette.

©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: The forgotten one which would want to forget { libre }   Dim 18 Jan - 17:25:28

You didn't think I would forget you, did you ? × ft. RUFUS & REANBELL
La belle réveillée prit tout son temps avant de se redresser, les cheveux blond en bataille et la frimousse ressemblant de près à celle de son frère au lever. Oui, Rufus avait une tête adorable au lever, même si on l’oubliait bien vite à cause de son humeur de chien le matin. C’était peut-être dû à la sonnerie de son PHS qu’il avait en guise de réveil, n’importe qui se lèverait du pied gauche avec un truc pareil. Reanbell était une petite chanceuse, c’était la voix du grand frère qui était venu la tirer de ses rêveries –ainsi que les sales manières de celui-ci, certes.

« Hm… et si j’ai pas envie ? »

Rufus eut un sourire vaguement amusé devant la provocation. Reanbell avait déjà oublié ce qu’il se passait quand il y avait divergence d’opinion entre eux? La captivité lui avait ramolli le cerveau… ou plutôt, cela n’avait pas affaibli sa réactivité. Bien sûr, à haute voix, Rufus fit mine d’opter pour la première solution, même s’il savait pertinemment que ce n’était pas le cas.

« Capacité mémorielle inférieure à une semaine ? » ironisa t-il donc
« Ce n’est pas écrit dans ton dossier. »


C’était de la mauvaise foi, une part de lui était presque… rassurée de la retrouver ainsi. Et pourquoi d’ailleurs ? Après tout, il n’en avait rien eu affaire de la délaisser tout ce temps, de la négliger, de ne pas la voir. Ce qui était fort étrange, c’était que maintenant qu’il la revoyait, il avait l’impression qu’en fait, au fond de lui, il avait peut-être espéré la revoir.

Sa mère n’avait aucune autorité sur lui, Rufus aurait pu l’envoyer balader et laisser Reanbell entre les mains d’un employé qui se serait chargé de lui faire prendre l’avion avec la population restante d’Healen. Et pourtant, Rufus était là. Il avait réglé quelques affaires, avait l’occasion d’emmener une autre veste de son armoire… et sa sœur. Cette dernière se ficha royalement de sa remarque pour se la jouer capricieuse Shinra-junior.

« Et mon café ? »

Rufus eut un léger ricanement sarcastique à ses paroles. Toujours aussi amusante, cela ne changeait pas ! Ces derniers temps, il avait fait énormément d’efforts pour ne pas ricaner aux nez de tous les rigolos qu’il avait rencontré, et bon sang, il y en avait eu tellement qu'à force de se concentrer à rester sérieux et non goguenard, le président en avait eu des crampes à la mâchoire. Mais ce n’était pas la peine ici. Devant Reanbell, il ne jouait aucun rôle. Il était juste lui-même et si c’était rassurant pour lui, ça ne l’était pas pour elle. Après sa petite moquerie, il ramena son regard froid sur elle tout en ordonnant d’un ton sans appel :

« Oublie le café. Je t’autorise à prendre une douche et à t’habiller. Dépêche-toi »

Son PHS vibra alors il lui laissa le temps d’obtempérer pour consulter. Le message était de Sélès : « Merci, c’est fait. Où es-tu ? » Bon sang, elle ne le lâcherait pas tant qu’il n’aurait pas ramené sa fille! Sélès était comme une turk mais en trois fois pire. C’était bizarre de se dire que quelqu’un s’inquiétait pour nous. Bon, depuis quand cela intéressait Rufus de toute façon ? Ce qui le préoccupait, c’était sans doute le fait que s’il se méfiait de Reanbell, il ne se méfiait en tout cas pas trop de sa mère lors même que celle-ci était une inconnue. C’était aller contre ses principes, ça. « Nous partons » textota t-il rapidement, répétant par là ce qu'il avait déjà dit à sa soeur.

Enfin oui, il partirait si blondinette-bis y mettait un peu du sien. Quand Rufus releva les yeux, la teigneuse n’avait pas bougé de sa place. Rangeant son portable dans sa poche, Rufus l’attrapa par le bras pour la relever sans douceur du lit, la tenant devant lui tandis qu'il la dardait toujours d'un regard supérieur.

« Tout de suite. Ou préfères-tu que je me charge de te vêtir moi-même, 'Bell ? », ajouta t-il avec un sourire provoquant, la tête légèrement incliné sur le côté.

Ce qu’il voulait faire passer pour une menace était sans doute une petite envie inavouée, mais encore une fois, ce serait bien désavantageux pour Reanbell.


code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: The forgotten one which would want to forget { libre }   Lun 19 Jan - 11:07:59




Reanbell Valdès

The forgotten one which would want to forget



    C'était tellement ironique de voir Rufus plaisanter sur le manque de mémoire de sa sœur quand on se disait qu'elle paraît chère pour en avoir une inférieure à une semaine … Tout serait tellement plus facile ! Mais Allons, ce n'est pas parce que la semaine dernière il était bête et méchant qu'il l'était encore aujourd'hui ! Il arrive que les gens change, hein. Oui, c'est beau d'y croire.

La petite teigne avait plissé les yeux et tiré la langue devant le petit rire fourbe de Rufus. Qu'est-ce qu'il y avait de si drôle, hein ? C'était ses cheveux, c'est ça ? Pourquoi les gens riaient toujours … Voilà quelque chose qui lui échappait ! Cela ne lu arrivait jamais à elle, pas depuis l'enfance. Tout juste pouffait-elle avec un sarcasme à la hauteur de celui de son frère pour provoquer les petites malins qui la menaçaient de mort. Oui, c'était une des seules choses qui la faisait ''rire'' aujourd'hui, c'était une valeur sûr ça ! Vous ne ririez pas vous si un individu menaçant arrivait soudainement pour vous menacer de vous transformer en pot de chambre ? Si, la comparaison était parfaite, à prendre au sens propre bien sûr !

Bref, là, il était encore en train de se moquer alors qu'elle n'avait demandé qu'un café. C'était bien la moindre des choses pourtant ! S'il voulait vraiment faire quelque chose d'elle, il avait plutôt intérêt à le lui donner d'ailleurs, car tout comme lui, elle avait bien du mal à se sortir la tête du brouillard après avoir dormi comme une masse. Une petite masse. Très vite, monsieur recommença à faire son petit chef. Chose qu'elle trouvait normal à l'époque où il la payait et qui du coup ne la dérangeait pas, mais aujourd'hui, cela l'agaçait. A nouveau, elle plissa les yeux avec ce petit air de chaton farouche, mais elle n'eut pas le temps de montrer les crocs qu'il se désintéressait d'elle. Eh, elle était sur le point de vous tirer la langue, monsieur le président, la moindre des choses c'était de regarder ! Non mais je vous jure, ces jeunes, toujours pendu à leur PHS ! Oh, ce que le sien lui manquait …

Tel un petit chat curieux, les grands yeux de Reanbell s'ouvrirent de nouveau, intriguée par ce que son vis à vis était en train de faire. On aurait presque pu imaginer les oreilles de chat se dresser sur sa tête, comme si elle ne comprenait pas ce que c'était que cette drôle de chose. En réalité, elle se demandait surtout qui osait déranger leurs chamailleries et surtout, QUI était donc cette personne pour que Rufus ose l'interrompre en sa faveur ! Bon d'accord elle n'était pas en train de parler, mais il avait interrompu son regard de tueuse ! Enfin, de petite tueuse.

Lorsque Rufus releva les yeux vers elle, Reanbell avait encore sa tête de chaton curieux. Ce n'est qu'une seconde plus tard qu'elle s'en rendit compte et qu'elle reprit son aussitôt son air farouche en plissant les yeux. Elle devait déjà pas être très convaincante d'ordinaire même avec sa tête de ''tueuse'' alors là, bravo la crédibilité. Mais attention, elle n'en mordait pas moins ! Son petit regard sembla bien inutile car Rufus l'ignora totalement en l'attrapant par le bras pour la relever de force. La pauvre petite chose se fit mener comme une petite poupée de chiffon, se retrouvant sur patte bien malgré elle. Il la maintenant aussi, devant lui. Reanbell se surprenait à trouver du réconfort dans cette poigne ferme qui en était pourtant presque douloureuse … Mais c'était lui qui la touchait, elle ne pouvait qu'apprécier, tout comme elle avait apprécié qu'il la frappe et qu'il la porte jusqu'ici. C'était une bien étrange pensée de sa part, elle qui détestait tellement d'être ne serait-ce qu'être frôlée par qui que ce soit … C'était comme si le blond avait cerné cette crainte et qu'il s'était d'autant plus appliqué à la briser. Oui, il l'avait brisé. Brisé sa carapace, brisé sa crédibilité, brisé son assurance … Brisé jusqu'au plus profond de son petit cœur. Ce n'est qu'après avoir brisé tout cela qu'il avait pu finalement la toucher réellement et c'était la première fois que cela arrivait … Reanbell avait toujours redouté cela et pour cause, elle sentait déjà pointer la dépendance.

« Tout de suite. Ou préfères-tu que je me charge de te vêtir moi-même, 'Bell ? »
— Quoi, t'as le feu aux fesses ? Répondit-elle, toujours aussi farouche.

Je vous avais déjà dis que Reanbell ignorait le concept de second degré, d'ironie ou d'expression imagé ? Et bien il lui arrivait parfois de s'y essayer … et de se rater complètement. En l’occurrence, elle voulait souligner la hâte soudaine et inexpliquée de Rufus. Cela lui paraissait logique, elle avait déjà vu des gens avec le derrière enflammé et on peut dire qu'ils couraient bien vite pour aller l'éteindre ! Mais l'expression voulu serait donc plutôt ''le feu au lac'' et non aux fesses … Car si Reanbell n'y comprenait rien au second degré, elle ne comprenait pas beaucoup plus le principe de désir charnelle. Cela ne saurait tarder avec un peu de temps, car Rufus l'avait déjà rendu dépendante à son touché … qu'adviendra-t-il par la suite ? Soit dit en passant, sa remarque restait plutôt pertinente telle quelle étant donné les propos du blondinet que l'on aurait pu accusé d'être tendancieux ...

La petite blondinette regardait son frère dans les yeux. C'est fou ce qu'il était grand – et elle petite – quand elle ne portait pas de chaussure. En général, Reanbell trouvait cela agaçant tous ces gens trop grands, mais avec lui, c'était différent. Tout était différent avec lui. Cela la sécurisait. Alors qu'elle se perdait dans son regard, elle se surprenait à vouloir qu'il lui brise à nouveau les jambes afin qu'il la porte comme la dernière fois. Non pas qu'elle aimait les câlins … mais c'était cool de se faire balader comme une petite princesse. En plus elle était haut perché comme ça dans ses bras !

— Pourquoi tu veux qu'on parte si vite d'un coup ? Demanda-t-elle tout de même, curieuse de savoir les détails. Et puis c'était qui sur ton téléphone ? Cela avait été rajouté avec un air un peu plus farouche. Jalouse ? Elle ? Oui, totalement. Quand on est avec Reanbell, on reste avec Reanbell. On ne lui coupe ses tentative de regard intimidant pour s'occuper d'autre chose, non mais oh !

©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: The forgotten one which would want to forget { libre }   Mar 20 Jan - 0:48:22

You didn't think I would forget you, did you ? × ft. RUFUS & REANBELL
C’était étrange de l’avoir si près de lui, après tout ce temps passé loin d’elle. Il y avait bien un petit feu qui brûlait quelque part, mais ce n’était certainement pas à son derrière, comme sa sœur se demandait. La petite drôlerie dans tout ceci étant que Rufus ne connaissait pas de second sens à cette expression, sans doute à cause du côté un peu vulgaire. Les expressions salaces, il ne les maitrisait que dans une certaine mesure. En l’occurrence, aucun des deux blondinets ne perçut une allusion autre au fait que Rufus avait l’air pressé. Et oui, il l’était un peu.

« Disons en de meilleurs termes que je n’aime pas perdre mon temps avec toi. »

« Pourquoi tu veux qu'on parte si vite d'un coup ? Et puis c'était qui sur ton téléphone ? »

A la seconde question, l'homme ne répondit pas tout de suite et garda son sérieux bien qu’il eut une sincère envie de rire. Dans son enfance, le blond avait parfois vu à la télé des émissions sur les familles types. On y voyait toujours ce genre de petite scènes que Rufus ne pensait jamais avoir à vivre un jour, à savoir ces inquisitions « Tu es où ?! », « Tu fais quoi ? » « Tu parles avec qui ? ». De sa sœur et de sa mère à la fois, d’un seul coup…C’en était surréaliste !

« Une employée », lâcha t-il, s’autorisant tout de même un vague sourire amusé.

Pour que le blond réponde aussitôt au message plutôt que de faire poireauter le destinataire, on pourrait juger qu’il s’agissait d’une turk et donc d’Elena. En tout cas, ce n’était pas Rufus qui irait balancer le nom de Sélès. Reanbell n’avait jamais eu que du mépris pour elle, le peu qu’il l’avait mentionné.

Si l’ombre de l’amusement planait toujours dans ses yeux, son sourire disparut de lui-même pour laisser à nouveau place à la neutralité. Sa teigneuse de sœur ne voulant pas faire preuve de bonne volonté, il se chargea lui-même du travail pour elle comme promis, mais pas avec sa brusquerie habituelle. Après tout, Reanbell avait une bouille bien trop adorable pour être cognée, ce matin. Si elle ne tapait pas trop sur le système de son frère, tout irait bien pour elle. Rufus leva doucement les mains et lui défit le premier bouton de sa chemise, sans se presser, mais le geste n’avait évidemment rien d’innocent et la blondinette avait plutôt intérêt à se montrer docile.

« Deepground a désormais la main mise sur Junon. Kalm est est aussi occupée par les armées du Nord… menées par Sephiroth si tu veux mon avis. Healen doit être la seule ville épargnée du continent, et ça ne saurait durer. Nous partons donc pour l’Ouest, à Corel. Une nouvelle ville a vu le jour, ainsi qu'une base militaire. »

C’était des choses bien embêtantes à dire, même pour Rufus Shinra, mais le ton était tellement détaché qu’on aurait cru qu’il venait de lui annoncer un temps nuageux sur la côte. Tout en parlant, il déboutonnait tranquillement la chemise que Reanbell portait, la sienne laissant ses doigts frôler sa peau délicieusement douce et légèrement chaude. Légèrement, mais Rufus avait l'impression que ses doigts s'y brûlaient. Il était en plein esprit de contradiction. Il savait qu’il ne devrait pas la toucher, et pourtant, il continuait de la dévêtir en pleine conscience. Le regard du président suivait les parcelles de sa peau pâle et délicate qui se découvrait petit à petit, s’attardant sur le creux de sa poitrine qu’il ne lorgna pas dans son intégralité, laissant les pans de la chemise la couvrir sans chercher à les écarter. Il se contentait juste d’admirer la naissance de ses courbes suggestives et ….désirable. Reanbell avait déjà été nue devant lui, mais jamais Rufus n'avait pris le temps de la regarder ainsi. Puis il descendit encore les yeux sur son ventre plat pour suivre les gestes de ses mains. Lui expliquer la situation n’était pas vraiment une faveur, mais plutôt un moyen d’occuper son propre esprit qui lui sommait de cesser tout mouvement. Malgré tout, ses mains finirent par détacher le dernier bouton et c’était trop tard de toute façon. Le seul sous-vêtement de sa sœur était désormais un peu visible. Rufus ne fit rien de plus et laissa l'habit à sa place. Il n’avait rien fait de mal de toute façon, il n’y avait rien de mal à vouloir la regarder. Et puis, depuis quand Rufus avait cure de ce qui était bien ou de ce qui était mal ? Il avait voulu en profiter, il l’avait fait. C’était ça, qui était bien. Mais il voulait plus, alors pourquoi ne faisait-il rien ?

« Va », ordonna t-il en désignant la salle de bain d’un signe du menton.

Son regard froid se releva alors vers le sien pour appuyer ses paroles.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: The forgotten one which would want to forget { libre }   Mar 20 Jan - 15:18:08




Reanbell Valdès

The forgotten one which would want to forget



    Une employée. Une employée ?! Sérieusement ? Qu'est-ce qu'elle avait de si intéressant cette employée de pacotille ? Franchement, il osait interrompre leur entretiens pour répondre à sous-fifre au sang impur, une espèce de guignole qui devait sentir aussi mauvais qu'elle n'avait les cheveux sales et fourchus ! Il se foutait d'elle pas vrai ? Il le faisait exprès ! Oui, Reanbell était indignée. Jalouse. Pourtant, ce n'était pas comme si Rufus lui avait montré le moindre espèce d'égard depuis qu'il la connaissait … Quoi qu'il en avait un peu plus lorsqu'ils ignoraient encore tous deux leur lien du sang. Mais peu importe le soin ou l'attention qu'il lui portait, l'important était qu'il n'en cède pas plus aux autres, surtout en sa présence. Elle aussi elle le snoberait en restant pendu au téléphone pendant qu'il lui parle, il va voir ce que c'est que le manque de respect ! Oui, bon, encore fallait-il qu'elle le récupère, son téléphone.

Les yeux plissés et la mine renfrognée, la bouille de la petite blonde semblait plus endormie encore … ce qui n'avait rien de très convainquant du coup. Cependant, elle ne bougeait pas. Se mettre en colère aurait pu paraître inconvenant, Rufus aurait pu prendre cela pour un compliment et ce n'était pas l'effet recherché. Alors, elle ne contenta de bouder en silence, sans cacher son mécontentement. Elle restait les bras ballants alors que ses grandes mains de son demi frère venaient déboutonner un premier bouton de la chemise qu'elle portait. Reanbell ne semblait même pas le remarquer, car elle le fixait toujours droit dans les yeux, l'expression parfaitement inchangée. Reanbell ne voyait pas de raison de protester, c'était sa chemise après tout … Peut-être n'aurait-elle pas été si docile s'il avait commencé à vouloir tripoter ses vêtements à elle.

De toute façon, elle fut bien trop adsorbée par le petit récit du blondinet pour s'attarder sur une chose aussi futile que de se faire déboutonner. Elle ne le lâchait pas des yeux, sentant ses mains cheminer petit à petit de plus en plus bas, caressant parfois légèrement sa peau comme par inadvertance. Cela ne la dérangeait pas, car c'était lui. C'est comme si elle lui attribuait le droit de déboutonner la chemise qu'elle portait parce qu'elle lui appartenait et qu'elle lui donnait donc aussi le droit de la toucher pour les mêmes raisons. Parce qu'une petite part d'elle était à lui, ce sang commun …

Elle le regardait avec insistance alors qu'il parlait, mais son regard à lui n'était pas posé sur son visage. Là encore, cela ne la dérangeait pas, elle n'y prêta même pas une seule petite pensée, comme on ne pense pas à reprocher à quelqu'un de regarder la feuille sur laquelle il est en train d'écrire. Rufus regardait simplement ce qu'il faisait … pas vrai ? Hm. De toute façon, ce n'est pas comme si il y avait grand chose à voir ou à tripoter – quand bien même cela aurait un sens pour elle. Reanbell méditait plus sur les mots de son demi-frère plutôt que sur ses gestes. Deepground au Sud et Sephiroth au nord ? Mais depuis quand est-ce que ce dernier était revenu ? Rufus n'avait pas l'air d'avoir de confirmation là-dessus, mais cela semblait plutôt logique. Mais Sephiroth était le cadet de ses soucis, à elle. Deepground lui paraissait être une bien plus grande menace, car Deepground était réel, ils étaient là, elle les avait vu, elle avait vu Weiss … Et ils lui en voulaient personnellement. Tout cela s'était vraiment déroulé en une semaine ? Bon sang, le monde semblait partir en vrille pour le peu qu'elle s'en retire quelques jours !

Sa peau frissonnait légèrement au passage des mains de son frère qui finissaient leur tâche alors que son cœur, lui, se resserrait dans sa poitrine à l'idée que Deepground puisse être si proche. C'était sa faute si ils avaient pris Junon … Elle avait affronté Weiss et avait fuit avec cette grande mule rouge de Genesis … Ils avaient fuis vers Junon. Reanbell se sentait responsable mais elle n'était pas du genre à se morfondre comme ça, pas en publique et pas de façon visible. Elle se rendit alors compte qu'elle mettait toutes les personnes qu'elle approchait en danger, surtout Rufus à cet instant … et cela la dérangeait. De façon générale, Reanbell n'était pas assez égoïste pour se moquer de mettre qui que soit en danger impunément, mais elle était d'autant plus inquiète pour Rufus.

— Tout ça en une semaine ? Sa voix restait neutre, camouflant à la perfection son inquiétude et son étonnement. Il suffit qu'on m'enferme pour que tout parte en vrille.

Les mains de Rufus l'avaient relâché et ne parcouraient désormais plus son corps. Elle désirait pourtant qu'il la touche encore, surtout après ce qu'elle venait d'entendre … L'enfant terrorisée qui sommeillait en elle avait besoin d'être rassurée par son grand frère. Mais il n'y avait pas que cette part d'elle qui avait besoin de ses mains sur son corps, de son corps contre le sien. Les jolies yeux bleutés de la blondinette semblaient analyser en détail chacun des traits de Rufus Shinra, s'attardant un instant sur ses lèvres avant de jeter un petit coup d’œil sur lui de haut en bas, revenant bien vite se plonger dans son regard d'acier, secouant doucement la tête de gauche à droite devant son dernier ordre.

— Tu m’emmènes à Corel et puis après quoi ? Tu vas me remettre dans une cage ?

Malgré son refus d’obtempérer, elle restait bien calme et surtout elle ne le fuyait pas. Elle n'avait pas bougée d'un pouce, restant tout près de lui, ne le lâchant pas des yeux.

— Pourquoi tu n'y mettrais pas cette employée si dérangeante à la place ? Je serais bien plus utile.

Voilà une semaine, elle n'aspirait qu'à fuir et disparaître complètement de la circulation. Son petit échange musclé avec Rufus et cette captivité lui auront fait changer d'avis … Elle pouvait très bien disparaître de la circulation tout en travaillant pour lui, c'était bien mieux que de pourrir dans un trou tel que celui-ci.

©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: The forgotten one which would want to forget { libre }   Mer 21 Jan - 18:59:13

You didn't think I would forget you, did you ? × ft. RUFUS & REANBELL
Reanbell était calme, docile à en être presque inquiétante, si Rufus savait s’inquiéter pour quelqu’un. Ce n’était pas le cas, alors disons que c’était plutôt préoccupant. La blondinette avait peut-être retenu la leçon, en fin de compte ?

« Tu m’emmènes à Corel et puis après quoi ? Tu vas me remettre dans une cage ? »

Ah non, fausse alerte. Rufus se demandait d’ailleurs pourquoi elle lui disait une telle chose. Oui, c’est ce qu’il ferait, et alors ? Sa soeur savait depuis le début qu’elle ne pouvait pas négocier contre lui, qu’il disposerait toujours d’elle comme il l’entendait et quoiqu’elle en dise. Ce n'était pas le moment propice pour négocier.

« Pourquoi tu n'y mettrais pas cette employée si dérangeante à la place ? Je serais bien plus utile. »

Dérangeante ? La blondinette parlait comme si le président avait répondu à un message durant un conseil d’entreprise décisif. Encore un point commun avec lui, ça : s’estimer assez important pour mériter l’attention sans faille de tous ceux qui avaient le privilège de s’adresser à nous. Les différences étant qu’elle était captive et lui patron, elle ruinée et lui plein au as, elle propriétaire d’appartement et lui PDG. Rufus s’estimait méritant de sa vanité. Que sa sœur soit le projet phoenix n’était à ses yeux pas une excuse pour être également dotée de ce trait de caractère. Il y avait bien des milliers d’égocentriques ici bas, mais il ne pouvait bien n’y avoir qu’un seul centre du monde.

« C’est là que tu te trompes. J’ai confiance en elle, pas en toi. Le seul endroit où tu seras bien plus utile, c’est en laboratoire. »

Ce fut son tour de rester passif. S’étant désintéressé du joli corps de sa soeur, il la regardait désormais de haut, pourvu de sa froideur habituelle.

« Alors oui, tu seras mise en cage pour examen. Peut-être quelques temps, peut-être longtemps, tout dépendra des avancées de Lucrecia Crescent qui n’est… malheureusement pas au meilleur de sa forme ces temps-ci », conclue t-il en y ajoutant un fin sourire en coin sarcastique.

Il prit un temps pour réfléchir sur ce qui allait advenir ensuite, car Reanbell n’allait tout de même pas rester éternellement rat de laboratoire, on avait bien trop de choses sur lesquelles se concentrer du côté des avancées scientifiques.

« Quant à ce qu’il adviendra de toi après, ça sera de nouveau ton problème, je suppose ».

Rufus émettait nonchalamment l’hypothèse de la lâcher dans la nature alors qu'il n'y croyait pas trop lui-même. Il semblait que Deepground n’avait pas encore mis un seul pied sur l’autre continent et que sa sœur pourrait probablement y gambader sans rencontrer trop de problèmes. Mais l’initiative de la laisser évoluer loin de lui ne l’enchantait pas plus que ça… Ne lui appartenait-elle pas un peu ? Laissait-on nos effets personnels trainer n’importe où ? Rufus n’était pas de cette trempe là. Peut-être aurait-il trouvé quelque chose à faire d’elle d’ici là. Entre temps, elle était toujours à demi-nue devant lui et il commençait déjà à sentir qu’on atteignait les limites de sa patience.

« Reanbell, dernière fois », ordonna t-il sèchement en faisant un ultime signe de tête vers la salle de bain.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: The forgotten one which would want to forget { libre }   Jeu 22 Jan - 15:19:40




Reanbell Valdès

The forgotten one which would want to forget



    Les grands yeux de chaton de la jolie petite blondinette se plissèrent devant la remarque désobligeante de son demi-frère, qui semblait vouloir la narguer. Pourquoi ce besoin de toujours la rabaisser plus bas que terre ? Reanbell ignorait qui était cette employée en qui il avait tellement confiance, mais elle la détestait déjà. Pourtant, Reanbell n'était pas du genre à haïr une personne plus qu'une autre, sauf très rare exception. Finalement, il n'y avait vraiment que Hojo et Weiss qu'elle détestait au plus au point – et encore, elle éprouvait plus de peur que de haine envers Weiss. Pour tous les autres, elle ne ressentait rien, strictement rien … Alors elle se contentait d'être méprisante. Bien sûr, il y avait quelques rares exceptions également qui lui procuraient des sentiments positifs exceptionnelles … Comme Chibie, cette dragonne qu'elle avait rencontré il y a un peu plus d'une semaine maintenant et qui, malgré qu'elle soit restée très froide, lui avait quand même soutiré de la sympathie. Elle avait même régulièrement quelques pensées pour elle, surtout depuis qu'elle avait appris la mort de ce dragon mâle … Elle aurait aimé pouvoir la retrouver … mais Rufus était arrivé avant même qu'elle ne puisse l'entreprendre.

D'habitude, Reanbell se moquait bien qu'on lui fasse confiance ou non, puisqu'elle-même n'avait confiance en personne. Et cette fois, Rufus ne dérogeait pas à la règle, elle ne lui avait jamais fait confiance et ne le lui fera sans doute jamais. Il faut dire qu'il ne faisait rien pour, à vouloir l'enfermer pour l'étudier comme un rat de laboratoire. Mais là, elle souffrait de son total manque de foi en elle … encore, s'il était comme elle, n'accordant cela à personne, elle ne s'en serait pas offusquer, mais il établissait clairement un classement dans ses relations et elle détestait être placée aussi bas, avec les rebuts.

Puis il lui expliqua son sort et le petit cœur de notre teigne frigide se déchira lentement. Il voulait vraiment l'étudier ? Jusque là, elle ne le prenait pas au sérieux, il l'avait emmené à Healen pour cette raison et elle avait passé la semaine seule dans une chambre. Mais là, il parlait de cette Lucrecia Crescent … Celle qui avait développé des études sur Chaos et Omega et qui fut un temps l'assistante du professeur Hojo. Ce dernier avait reprit l'intégralité de ses travaux ainsi que des découvertes d'un certain Grimoire Valentine pour mener le projet Phénix à bien. S'il y avait bien quelqu'un qui était capable de comprendre et de poursuivre les recherches sur elle … C'était bien cette femme. Cette femme qui était censée être morte … Alors, est-ce que Rufus était en train de bluffer ou est-ce qu'elle faisait partie de ces nombreux revenants ?

Un instant, une lueur de désarroi traversa les jolis yeux vairons du Sujet 23, bien qu'elle ne se laisse pas impressionnée outre mesure, du moins ne le montrait-elle pas. Jamais. Alors, tout doucement, elle se décrispa. Ses yeux s'ouvrirent de nouveau en grand sans qu'elle ne le lâcha un instant des yeux. Ils étaient tellement calmes, tous les deux … On jurerait que cela ne leur ressemblait pas. Mais Reanbell était en train de réfléchir à un plan pour lui échapper et ce plan lui demanderait d'avoir toutes ses forces. Elle ne pouvait pas se permettre d'avoir les os brisés si elle voulait être sûre de pouvoir s'en sortir … Rufus allait l'emmener à Corel ? Alors elle n'aurait qu'à sauter en vole dans l'océan. Il sera facile d'y disparaître, même si ça allait être un peu long de finir à la nage. Le seul problème … C'était Condchat. Elle ne pouvait pas sauter avec lui, parce qu'il lui faudra disparaître sous l'eau suffisamment longtemps pour qu'on ne la recherche pas. Peut-être ferait-elle mieux de sauter lorsqu'il parcourront une forêt, elle disparaîtra sous les feuillages et ils ne pourront pas se poser … Oui, c'était peut-être préférable.

Elle ne l'avait toujours pas quitté des yeux. Elle l'observait sans la moindre expression, ses grands yeux lui donnant plus que jamais un air de chaton curieux. C'est ainsi que, tout doucement et alors qu'il venait de proférer son ultimatum, elle leva la main vers son visage. Ses doigts gelés se déposèrent délicatement sur la joue de Rufus Shinra sans que ni lui ni elle ne comprennent vraiment les raisons de ce geste. Elle avait simplement envie de le toucher, autant qu'elle avait envie qu'il la touche. Alors qu'elle laissait ses doigts glisser lentement le long de sa mâchoire, elle se demandait s'il la méprisait à ce point. S'il lui accordait aussi peu d'importance qu'il le prétendait, il ne serait pas venu la chercher lui-même … il ne se serait pas donné cette peine. Espérait-il pouvoir se distraire autant que la dernière fois ? Dommage pour lui si c'était le cas, car elle n'était pas du tout d'humeur.

— Tant pis pour toi. Dit-elle alors simplement pour accompagner son geste, et ce, presque avec compassion. Oui, tant pis pour lui. Elle aurait pu continuer de travailler pour lui, mais à la place, elle allait disparaître.

Elle retira alors sa main avec tout autant de douceur. C'était la première fois qu'elle touchait Rufus Shinra pour autre chose que tenter de lui faire mal et aucun geste hostile ne suivit. Elle daigna alors enfin s'éloigner de lui pour rejoindre son sac d'où elle sortit Condchat, qui tenait dans sa gueule un petit paquet de croquette qu'il n'était pas parvenu à ouvrir. Elle le déposa sur le lit et ouvrir le sachet pour lui en verser un peu et rangea le reste dans une pochette. Elle attrapa quelques vêtements et se dirigea ensuite vers sa salle de bain, sans prendre la peine de la fermer, la laissant une fois de plus simplement entrouverte. Elle allait enfin pouvoir se changer … Parce que ça commençait à bien faire de laver ce qu'elle avait au gel douche pour devoir les remettre aussitôt après !

Consciente que Deepground n'était pas loin, elle ne prit pas le temps de se faire désirer cette fois. Elle avait enfilé un legging et un débardeur noirs par dessus lequel elle s'était de nouveau affublée de la chemise blanche de Rufus qu'elle ne ferma que de quelques boutons et dont elle retroussa les manches. Elle reparut dans la chambre où elle récupéra ses bottes pour les enfiler.

— J'espère pour toi que tu te rendras compte que tes recherches débiles sont vouées à l'échec avant que Deepground ne te massacre toi et tous tes chers petits employés pour tenter les mêmes débilités.

Elle se redressa pour lui faire face à nouveau.

— Tu n'imagines même pas les risques que tu prends en ce moment même.

©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: The forgotten one which would want to forget { libre }   Ven 23 Jan - 12:55:25

You didn't think I would forget you, did you ? × ft. RUFUS & REANBELL
Les mots ne glissaient pas sur Reanbell sans l’atteindre, Rufus avait appris petit à petit, à repérer les nuances sur ce regard vairon particulier, et le nom de Lucrecia Crescent avait bien suscité une émotion chez elle. Il fallait maintenant savoir laquelle. De la surprise ? De la crainte peut-être ? L’émotion disparut pour laisser place à une neutralité digne de son frère, même si lui avait un air plus imposant quand il était attentif. Il n’avait pas comme elle ces airs adorable et innocent de suricate –ou de chaton, ou choix. Contre toute attente, la belle leva alors la main pour la déposer sur la joue.

Rufus avait eut un très discret mouvement de recul au geste : il s’était attendu à un coup. La caresse presque tendre de ses doigts le laissa sceptique, mais pas forcément surpris. Lui-même pouvait parfois preuve de tendresse face à ceux qu’il brutalisait, et c’était bien l’empreinte de son esprit malsain qui le poussait à aimer avoir ce comportement paradoxal et imprévisible.  Sur ce point là, sa sœur n’était pas comme lui… normalement

« Tant pis pour toi. »

Rufus ne releva pas. Encore cette vanité, ou s’agissait-il d’une menace ? Si c’était ça, elle lui ressemblait en fait peut-être sur ce point là aussi. Se contentant de l'observer froidement, Rufus ne réagit pas et attendit patiemment qu’elle s’exécute enfin. Reanbell choisit finalement le chemin de la sagesse et se dirigea vers son sac pour s’occuper de son chat en priorité. Si Dark Nation exigeait autant d’investissement au président, c’était à se demander s'il l’aurait gardée avec lui.

Il fit quelques pas dans la pièce quand la blonde disparut dans la salle de bain, attendant patiemment. D’un petit mouvement de tête, son regard se posa machinalement sur l’entrebâillement de la porte puis se détourna ensuite sans qu’il ne cherche à voir ce qu’il se passait derrière. Tout ce qu’il voulait, c’était partir avec elle au plus vite et loin d’ici. Les minutes perdues ne faisaient qu’augmenter les risques, et Rufus savait pertinemment que le plus sage aurait été d’écouter Sélès et ne jamais venir. Les mères avaient toujours raison, mais Rufus n'en avait fait qu'à sa tête. Reanbell fut plus rapide qu’il ne l’aurait pensé et revint de nouveau affublée de sa chemise, en plus d’un legging. Le vêtement lui plaisait donc ! Elle alla enfin enfiler ses bottes.

« J'espère pour toi que tu te rendras compte que tes recherches débiles sont vouées à l'échec avant que Deepground ne te massacre toi et tous tes chers petits employés pour tenter les mêmes débilités. »

Même si l’expression neutre de Rufus ne le laissa pas paraître, il venait tout de même de tilter sur la mention de Deepground. Si le blondinet voulait que les expériences sur sa sœur apportent des réponses, il était clair que pour le camps adverse, le but serait de reproduire d’autres phoenix. Cela signifiait-il que, durant leur échanges, Weiss avait découvert ce que Rufus n’avait pu encore prouvé, qu’elle était un succès ? C’est pour ça qu’il s’intéressait autant à elle ?

«Tu n'imagines même pas les risques que tu prends en ce moment même.»

« J’en ai bien plus conscience que toi », rétorqua t-il.

Il en savait effectivement plus qu’elle sur l’insécurité du continent, il savait que venir ici était une provocation envers le destin. Rufus ne craignait pas la mort, qu’elle se pointe devant lui ou non. S’il y avait bien une chose qui l’ennuierait, ce serait plutôt que le transfert de Reanbell soit un échec. Là encore on prendrait la précaution de passer loin de Junon, mais serait-ce seulement suffisant ?

Sur ce, Rufus déposa une main sur la nuque de sa sœur en un geste qui, pour une fois, n’avait rien de dégradant. C’était juste une façon de lui faire enclencher le mouvement de départ. Vu le peu de temps qu’elle avait mis dans la salle de bain, P23 n’était pas plus enchantée à l’idée de s’attarder ici. Ils quittèrent les lieux sans que Rufus n’ajoute rien, et descendirent la falaise pour rejoindre l’hélicoptère qui les attendait. Le président ouvrit la portière coulissante arrière et attrapa sa sœur par la taille pour la soulever et l’y faire monter, comme s’il s’agissait d’une gamine, puis il alla prendre place à son tour, en face d’elle.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Reanbell Valdès


Messages : 275
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 22
Localisation : Dans une boite bleue

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 23 ans
• More:

MessageSujet: Re: The forgotten one which would want to forget { libre }   Ven 23 Jan - 16:59:43




Reanbell Valdès

The forgotten one which would want to forget



    L'air de rien, le petit président venait de se trahir en voulant faire le malin qui sait toujours tout mieux que tout le monde. Il prétendait être parfaitement conscient des risques qu'il prenait en venant ici, en restant avec elle et en l'emportant partout où il irait … Alors cela voulait dire qu'il devait plus tenir à elle qu'il ne voulait bien le laisser entendre, puisqu'il était là malgré tout, en personne. Il prenait de son temps et se mettait en danger pour venir la chercher lui-même. Finalement, c'était peut-être encore plus valorisant que s'il lui faisait simplement confiance, sans plus. Oui bon, tout était bon pour tenter de se rehausser un peu plus haut dans la liste des chouchous de Rufus Shinra. Mais tout de même, elle ne devait pas avoir totalement tore de penser ainsi.

Sans broncher, la charmante petite blondinette alla récupérer son sac ainsi que le petit chaton qui venait de finir tranquillement ses croquettes. Lui non plus ne bronchait pas, restant même un instant sans bouger dans les bras de sa maîtresse, ronronnant simplement en douceur. Reanbell aussi aurait bien ronronné lorsque Rufus posa sa main contre sa nuque, d'un geste délicat, presque bienveillant. D'habitude, lorsqu'il approchait cette zone c'était pour la saisir fermement par la peau du cou, mais là, les deux frangins étaient bien sages … Trop sages, non ? C'est que la situation l'exigeait … dès que tout se sera calmé, qu'ils ne seront plus menacés, elle allait bien se rattraper. Quoi que, elle devait avouer que ce n'était pas désagréable d'être accompagné d'un Rufus aussi doux, presque bienveillant. Bien qu'une petite partie d'elle préférerait qu'il la frappe … Non pas que cette partie soit spécialement masochiste – bon si un peu quand même – mais c'est surtout que la douceur et la bienveillance mène souvent à la sympathie et à l'attachement … Et ça, Reanbell en avait toujours peur … Même si c'était déjà trop tard concernant Rufus. Elle ne se l'avouerait pas, mais elle y était déjà attachée. Cela ne l'empêcherait pas de sauter l'hélico une fois sur l'autre continent, c'était mieux pour elle comme pour lui qu'elle disparaisse.

C'est tout aussi sagement que la blondinette parcourut la distance qui les séparait de l'hélicoptère, alors que Condchat s'était à nouveau faufiler dans le sac en chemin. Une fois arrivé devant l'engin, c'est un frère toujours aussi attentionné qui la saisit par les hanches pour la faire monter à bord. Elle qui aurait donné un coup de pied à quiconque aurait osé faire un tel geste envers elle, cela lui faisait bien plaisir venant de Rufus, qui restait après tout la seule personne au monde ayant le droit de la toucher impunément.

Une fois à bord, la demoiselle s'installa tranquillement près de la porte, jugeant que c'était là la place la plus stratégique pour sauter de l'engin quand le moment serait venu, et ce, sans que Rufus n'ait le temps de l'attraper avant. Oui, c'était un bon plan en théorie … Mais elle n'aurait pas le temps de le mettre à exécution, hélas.

Après avoir bouclé sa ceinture, Reanbell posa son sac sur ses genoux, comme il contenait Condchat, elle préférait le garder près d'elle pour s'assurer qu'il ne subisse pas trop de secousse et surtout pour ne pas partir sans. Elle restait calme et silencieuse, observant tranquillement Rufus juste en face d'elle. A nouveau, elle détailla ses traits … C'était peut-être la dernière fois qu'elle le voyait, ce visage qui lui avait inspiré la notion de beauté physique. Elle ne voulait pas l'oublier … Enfin, bien entendu, elle savait qu'elle ne l’oublierait pas, elle n'oubliait jamais rien … Mais elle voulait se souvenir de lui, de chacun de ses traits … Sans doute serait elle capable de le redessiner à la perfection les yeux bandés.

L'hélico avait décollé depuis de longues minutes déjà, approchant des côtes. Reanbell lâcha finalement son frère des yeux pour jeter un œil par la fenêtre. Il n'y avait rien de spéciale à voir en fait, à part tous ces arbres qui ressemblait à des brocolis. Non, rien de spéciale jusqu'à ce que … quelque chose ne semble décoller du sol à toute vitesse. Reanbell eut à peine le temps de s'en rendre compte que des étincelles éclatèrent de toutes part en quelques bruits de détonations étouffées par le raffut de l'hélico qui était déjà secoué. Quelque chose passa à toute vitesse devant l'engin et de nouvelles détonations se firent entendre, secouant de plus en plus l'hélico jusqu'à ce qu'il ne commence à dégringoler sérieusement. Reanbell se cramponnait bien, craignant le pire sur leur assaillant.

Le pilote faisait de son mieux pour ralentir la chute et redresser l'appareil, mais il n'eut pas le temps de finir son alerte qu'il se faisait déjà transpercer par une lame de métal raccordées à plusieurs autres. La blonde écarquilla les yeux, reconnaissant très vite cette assemblage de métal qui formait des ailes mécaniques meurtrières. L'engin étant déjà à quelques mètres seulement du sol, elle eut juste le temps de se jeter sur Rufus pour le plaquer à terre en l'enveloppant de ses bras pour le protéger. Elle avait également mis le sac en sécurité entre eux et les secousses furent bien rudes, elle prit plusieurs coups violents à la tête qui auraient pu être fatal à Rufus s'il les avait encaissé. Puis, l'engin s'arrêta enfin. Aussitôt, Reanbell se redressa en se chargeant de son demi frère – qui semblait un peu sonné – se précipitant avec lui en dehors de l'appareil qui était sans dessus-dessous – et sans oublier le sac avec le chaton dedans, bien sûr. Elle l'emmena quelques mètres plus loin, voulant le mettre à l'abri d'une éventuelle explosion de l'appareil. Mais en chemin, une ombre plana au dessus d'elle. Ni une, ni deux, elle s'empara de l'arme de Rufus pour la braquer sur l'individu menaçant … Elle eut tout juste le temps de se retourner avant de voir la silhouette menaçante de Nero qui lançait ses ténèbres sur elle. Aussitôt, elle poussa Rufus sur le côté – tant pis s'il devait se rétamer lamentablement à terre — et tira sur l'assaillant. Le coup de feu retentit … Mais l'arme tomba à terre quelques secondes plus tard. Plus de trace ni de Reanbell, ni du maître des ténèbres.  Elle ne laissa derrière elle que l'arme de Rufus … et un chaton.

©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



:Ƹ̴Ӂ̴Ʒ:
 
Les petites pattes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t107-les-aventures-de-reany-la-teigne-masquee http://ff-judgement-day.forumactif.org/t91-le-petit-carnet-d-adresse-de-reany
Invité
Invité


MessageSujet: Re: The forgotten one which would want to forget { libre }   Ven 23 Jan - 18:13:31

You didn't think I would forget you, did you ? × ft. RUFUS & REANBELL


On ne le répétera jamais assez, les choses ne se passent jamais comme on les a prévu. Alors qu'ils atteignaient la zone de Junon en la contournant méthodiquement par le sud, l'hélicoptère fut pris d'assaut. Le pilote tenta tant bien que mal de sauver la situation et leur éviter de s'écraser, mais il perdit la vie en se faisant transpercer d'une lame sur laquelle Rufus n'attarda même pas son regard.

Le réflexe du président, c’était bien de vouloir sauter de cet engin de malheur dont la carcasse risquait de les broyer durant le crash. En plus, l'hélico avait déjà perdu de l’altitude, c'était donc le moment propice même si la puissance de la chute leur vaudrait peut-être des os cassés- ce qui n’était même pas certain, vu combien Rufus avait connu pire. Cependant, il n’eut jamais l’occasion d’atteindre la portière coulissante car sa sœur se jeta sur lui pour le plaquer au sol, accompagnée d’une secousse qui joua en sa faveur. Le président en fut couché sur le ventre et ce qu’il avait prévu se produisit de moitié, et c’est bien Reanbell qui récolta le pire.

Le crash de l’hélico les mit sens dessus-dessous et la tête du président cogna violemment sur les barres en métal soutenant les sièges. Il en vit trente-six chandelles, et si la chute et l’impact au sol ne furent qu'une affaire de secondes, Rufus eut l’impression que plusieurs minutes s’étaient écoulées à être secoué, à voir trouble et à ne plus sentir certaines parties de son corps. Il se demanda dans tout ceci comment allait sa petite sœur, qui avait apparemment une forme assez olympique pour l’aider à se redresser et le tirer de là. Si seulement ils avaient sauté avant, bon sang… Une chance pour eux que l’hélico n’avait pas carrément explosé en miettes alors qu’ils étaient encore dedans ! Rufus trouvait le moyen de pester dans sa tête même si aucun son ne franchit ses lèvres pendant le trajet. Il n’eut pas la présence d’esprit de s’étonner que sa sœur lui vienne en aide, comme si c’était la chose la plus normale, comme si c’était un acquis… c’en était sans doute un, oui. Ils redressèrent la tête en même temps quand une ombre plana au-dessus d’eux.

Plus réactive que lui, Reanbell dégaina le Desert Eagle du holster de son frère avant de le repousser, le laissant tituber sur le côté. Etant Rufus Shinra, il ne se ramassa pas comme un crétin, mais comme un président - avec classe ! A peine au sol, l’homme armé jusqu’aux dents sortit d’ailleurs son fusil double-canon de sa veste pour tirer aussi à l’aveugle vers le fauteur de trouble, à moitié agenouillé sur une jambe. Il tira jusqu’à ce que ses balles ne se perdent dans le ciel grisaille et qu’il ne reste rien de l’agresseur, ni de Reanbell.

« Tu n'imagines même pas les risques que tu prends en ce moment même » avait-elle dit.

Parle pour toi ! Furieux, seul, et blessé, le blondinet déplia la jambe sur laquelle il était assis et qui le lançait atrocement. Une fois sur le derrière, il put constater que la cuisse était profondément entaillée, tâchant son pantalon de rouge. Le muscle n’avait pas été épargné, sans doute en raison d’une projection durant le crash, il ne pourrait donc pas marcher avant l'intervention d'une matéria soin.

Relevant la tête là où les ténèbres s'étaient pointés, le souffle court, Rufus laissa son bras retomber lourdement au sol comme s’il ressentait pour la première fois la charge de son fusil. Encore à moitié assommé, il se demandait si tout ceci n’était pas le fruit de son imagination. Reanbell était quelque part, dans le coin. Par terre ? Blessée ? Le regard froid du président regardait autour de lui, et tout ce qu’il rencontra, ce fut le petit chaton appelant désespérément sa maitresse. S’il avait le courage de lever à nouveau le bras, Rufus lui tirerait bien une balle pour qu’il la ferme. La disparition de sa soeur dans un nuage de noir avait laissé dans son esprit un brouillard de rouge.

On lui avait volé Reanbell.

Il n’était pas triste, ni inquiet, seulement en colère qu’on lui ait dérobé ce qui lui appartenait, qu’on s’en soit pris à son sang, son blason ! C’était pourtant le genre de situation où la seule chose qu’on aurait envie de faire, ce serait se lamenter sur son sort. Mais c’était Rufus Shinra alors, ravalant la flopée de juron que sa précieuse bouche ne laissa pas échapper, il dégaina cette fois-ci son PHS de la poche de sa veste, miraculeusement épargné –le PHS, pas la veste malheureusement. La mâchoire serrée, il prévint ses turks du problème, histoire qu’ils s’informent de ce qu’il allait advenir du projet phoenix. L’esprit tactique de Rufus devina que leur malfaiteur avait sans doute amené Reanbell au QG le plus proche d’eux, qui n’était autre que celui de Junon. La base ayant appartenu au blondinet, pirater les vidéosurveillances était déjà chose faite, il suffisait désormais de filtrer les informations sur ce qui allait advenir de sa sœur. Quant à sa mère… Rufus avait le sentiment qu’il valait mieux ne rien lui dire pour l’heure.

Son dernier message fut destiné à Reno, pour que celui-ci vienne le chercher. Il activa d’ailleurs la localisation de son PHS pour que le turk ne se donne aucun mal à le retrouver. Le problème avec un crash d’hélico, c’est que ce n’était pas la chose la plus discrète qui soit et un intrus pointa vite le bout de son nez. N’étant pas d’humeur à rester en position de faiblesse, même devant un inconnu d’apparence inoffensif, Rufus leva le fusil vers lui, abordant l'expression glaciale d'un homme prêt à tuer.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: The forgotten one which would want to forget { libre }   Dim 25 Jan - 16:42:18


 


La conscience de Sora lui dictait de retourner à Junon, bien qu’il venait de s’y enfuir quelques heures auparavant. Il avait eu peur, et n’avait pas réfléchit, courant comme un dératé pour s’éloigner de la ville attaquée. Mais maintenant qu’il avait la tête reposée, il se disait tout simplement qu’il ne pouvait pas laisser des innocents se faire tuer sans intervenir. C’est ainsi que le jeune garçon reprit le chemin inverse, direction Junon. La route était calme, pas un seul soldat de Deepground en vue, mais il restait tout de même sur ses gardes, car on ne sait malheureusement jamais sur quoi on peut tomber. En parlant de tomber, justement, un bruit de crash attira l’attention du gamin. Il était encore loin de Junon d’ici, mais il y avait une possibilité pour que ce crash soit l’œuvre de Deepground, et c’est pourquoi il se précipita vers le lieu d’où venait maintenant une fumée noire. Il courait le plus vite possible, espérant qu’il ne soit pas trop tard, mais c’était bien plus loin qu’il ne le pensait, et il mit tout de même un certain temps avant de se retrouver entouré de cette même fumée. Ce goût de brûlé lui piquait la gorge, et l’épaisse fumée l’obligeait à garder un bras devant son visage pour protéger ses yeux. Il préférait ne pas appeler les survivants – s’il y en avait – au cas où il s’agissait d’un appareil de Deepground, et se faufila en douce vers ce qui semblait être une épave d’hélicoptère. Il entendit des miaulements déchirants. Un chat? Puis, son regard fut attiré par un mouvement. Face à lui, assit par terre, un homme en blanc qui pointait un fusil sur lui. Sora se stoppa net, car le regard de l’inconnu ne lui disait rien qui vaille. Etait-il de Deepground pour le menacer ainsi?

« Je ne vous veux aucun mal… J’ai entendu l’hélicoptère s’écraser, et je suis venu aider les survivants, c’est tout… Vous êtes blessé? »

Le blond semblait mal en point, mais avec ce fusil braqué sur lui, Sora préférait ne pas s’approcher. Les miaulements étaient maintenant plus près, et un chaton fit son apparition, ce qui mena Sora à être sûr qu’il ne s’agissait pas de Deepground. Que ferait un groupe pareil avec un chaton à bord? Mais pour avoir un hélicoptère en sa possession, cet homme ne devait pas être n’importe qui. Enfin, qui qu’il soit, et vu de plus près, il n’était pas en état d’appuyer sur la gâchette, et Sora fini par ignorer cette arme pour s’approcher de lui. L’une de ses jambes était tachée de rouge, et vu le trou dans le costume, elle devait être salement amochée.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: The forgotten one which would want to forget { libre }   Lun 26 Jan - 15:05:27

You didn't think I would forget you, did you ? × ft. RUFUS & OTHERS


Le petit saucisson sur patte qui servait de chaton à Reanbell sortit du sac dans lequel il avait été protégé, et alla miauler vers le frère de celle-ci. Mais le président s’intéressait plutôt au jeune garçon venu pour prêter main forte. C’était un gosse, à bien y regarder, même si Rufus ne lui fixa aucun âge pour l’heure. Malgré sa bouille d’ado, Reanbell avait bien environ vingt-deux ans, elle. Reanbell qu’on lui avait volé… il la maltraitait peut-être, mais c’était uniquement parce qu’il estimait en avoir le droit. Autrement, Rufus ne s’en prendrait pas à ce qu’il pourrait considérer comme un enfant.  Il abaissa donc son fusil, mais l’expression glaciale de son visage ne changea pas pour autant. Assis au sol et en piteux états, le président n’en était que plus instable et dangereux, tel un animal blessé prêt à mordre la main tendue qui souhaite l’aider.

« Tu es en mesure de répondre à ta question toi-même, non ? Et si tu n’as pas de matéria, tu ne me seras pas d’une grande utilité. Reste où tu es. Ma jambe est peut-être blessée, mais ma main va très bien », répondit-il froidement.

Il faisait évidemment référence à la main qui tenait le fusil. Gosse ou pas, cela restait un inconnu qui était venu pourrir l’espace vital du président. Dans sa rage, celui-ci aurait plutôt eu besoin de quelques minutes pour se recueillir, seul, en attendant l’arrivée Reno. Ces minutes ne lui furent malheureusement jamais accordées. Il était en tout cas hors de question que l’inconnu s’approche du président pour lui refiler le moindre premier soin. C’était le boulot d’un turk ça.

Le con de chat lui mordillant le bout de pantalon pour attirer son attention, Rufus l’éloigna d’un petit coup de pied méprisant, mais pas bien méchant. L’animal alla alors chercher compagnie vers l’autre individu, et bon débarras.

« Un autre hélico va venir me chercher, je n’ai besoin d’aucune aide. Je dirais d’ailleurs que c’est toi qui a besoin de moi. On est présentement dans la zone rouge. Plus vite on en sera sorti, mieux on se portera », déclara alors le président de sa voix trainante.

Rufus se voyait légèrement obligé de proposer cela puisqu’il n’était pas un homme sans cœur, contrairement à ce que l’on pourrait croire. Mais si l’autre préférait rester ici, il est clair que le blond n’irait pas insister.

S’interrompant un bref instant, il jaugea ensuite son vis-à-vis d’un regard dédaigneux de la tête aux pieds, puis des pieds à la tête avant de diagnostiquer mentalement qu'il devait s'être évadé de Junon. Il fallait s’appeler Rufus Shinra pour pouvoir donner l’impression d’écraser les autres d’un simple regard lors même qu’il était à terre. Se désintéressant finalement du pauvre gosse qui avait juste voulu bien agir, Rufus détourna la tête et scruta l’horizon. Il ne l’admettrait jamais, ne le montrerait jamais, mais il était sincèrement préoccupé par la sécurité de son turk censé venir le chercher, vu ce qui était arrivé à son précédent pilote. Le fait rassurant était que Deepground venait de prouver qu’ils se désintéressaient complètement du président Rufus Shinra. L’importance de Reanbell pour eux ça… ce fut un autre point d’appui sur sa théorie du succès du projet phoenix.

Le bruit lointain et familier des pales d’hélicoptère se fit entendre mais Rufus ne bougea pas de sa position. Le muscle de sa jambe était totalement déchiré et il se ramasserait lamentablement s’il essayait de se lever. Il était également hors de question pour lui d’accepter l’aide de l’autre inconnu, qui n’avait même pas donné son prénom. Les règles de convenance faisaient que si on prétendait vouloir aider quelqu’un, il fallait se présenter d’abord, gamin !


code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: The forgotten one which would want to forget { libre }   Sam 31 Jan - 19:07:15

Quand tout à coup mon PHS sonna, ce qui eut pour effet de troubler mon agréable sieste et de me tirer hors de ma torpeur... Mais quelle heure était-il déjà en fait? Ayant simplement rouvert un œil, comme hésitant, ladite pièce était plongée dans la pénombre alors qu'une vive luminosité m'attaquait déjà la rétine... Il faisait nuit? Des bruits électroniques pullulaient dans la salle, mais surtout des bruits de pas résonnaient aux alentours, comme s'il s'agissait d'une grande plate-forme tournante, d'un lieu fortement animé...

Alors que je repris peu à peu mes esprits, l'odeur de tabac froid chatouilla mes narines ce qui me fit machinalement attraper mon paquet de menthol qui se trouvait à portée de mains. Je crois que je me rappelle maintenant... On était pas censé surveiller Junon depuis ces postes de contrôles? C'est ce que le Patron avait dit je crois, mais je ne sais plus où, ni quand, ni comment... Je vais faire comme si j'avais oublié alors! Posant mon regard ça et là sur les écrans, je me remémorais l'ancienne Junon qui, comparé à maintenant, était clairement un lieu paradisiaque. L'avènement du Patron en tant que Président ShinRa, la fanfare, le Sister Ray, le port qui menait jusqu'à Costa del Sol... le paradis incarné...

D'ailleurs j'irai bien y faire un tour, mais pas seul... PHS où es-tu?! L'attrapant d'un geste lent et endormi, un nouveau message venait d'y être laisser... Les grands esprits se rencontrent? Comment ça, ça provient du Patron? Alors ça, je n'y aurais jamais pensé... Allumant tranquillement une de mes fameuses menthol... L'instant d'après, j'avais déjà décampé à vive allure pour me retrouver sur le toit de notre nouvelle base, allant même jusqu'à laisser mon paquet sur place sans même faire mine de me retourner un seul instant... Visiblement, la situation était gravissime... Peut-être même plus que cela!

Le sable et la poussière ne tardèrent pas à voler tandis que l'appareil s'élevait au-dessus du désert de Corel pour filer en direction de l'Est à pleine puissance. Bientôt, ce fut le tour aux quelques vertes praires et littoraux de devenir spectateurs du passage de l'hélicoptère jusqu'à disparaître à l'horizon une fois en pleine mer. Cette fois-ci, pas de menthol ni de musique assourdissante dans l'appareil, je demeurai concentré sur la priorité du moment... l'extraction du Patron en territoire ennemi... S'il venait à disparaître, le monde s'écroulerait sans plus attendre car après tout, n'était-il pas en train d'offrir à ce monde un nouvel avenir ainsi qu'à tous ses habitants?! Tout allait à vau-l'eau depuis un moment, les éléments eux-même se déchaînaient pour nous atteindre... Mais ce n'était pas le moment d'éprouver ne serait-ce qu'une once de peur, après tout il ne s'agissait que d'un Phénomène nous Empêchant d'Utiliser la Raison... Mais trêve de réflexion, j'approchais dangereusement de la zone rouge alors que je n'avais rien dit de tout le trajet... Aurais-je été malade?

Filant droit devant et à toute allure, un œil sur le cockpit et un autre sur le radar, je devais m'attendre à être pris pour cible également désormais... Mais ne vous en faites pas, je suis bien meilleur pilote que l'autre ignorant qui a piloté l'appareil Patron! Quoi, il l'a piloté lui-même? Eh bien même, on ne peut pas être parfait dans tous les domaines que voulez-vous! Quoiqu'il en soit, le site du crash m'apparu assez rapidement, la fumée noire qui s'élevait dans les cieux n'était pas très discrète il faut dire... Mais vu d'ici, ça avait du taper fort dans la carlingue pour qu'il finisse dans cet état. Finissant les quelques lieux qui me séparaient de l'émetteur de la géo-localisation, l'appareil vint se poser non loin afin d'estimer la situation. Laissant évidemment le moteur tourner pour repartir aussi vite que possible, j'allais devoir jouer les hôtesses d'accueil vu que je n'avais pris personne avec moi... Téméraire? Bien sûr que non, c'est juste pour avoir le mérite d'avoir été le seul et l'unique sauveur du Patron, évidemment! Les portes de l'appareil s'ouvraient pour me laisser apparaître devant mon auditoire... partiellement inattendu. Un gamin? Non mais vraiment, un gamin?!

-Patron! Rude a raison en fin de compte, tu as vraiment neuf vies, yo'! Allez, extraction, extraction, j'ai pas envie de finir aussi troué que les amies de Cornéo! Mais que fais un gosse par ici, yo'? Le Cloud-junior nous accompagne, Boss? Quoiqu'il en soit, il a intérêt à se remuer le derrière s'il veut pas rester sur place, yo'!

Attendant brièvement que les présents entrent donc dans l'hélicoptère, aidant le Patron à se relever et à y entrer vu son état actuel, je vins refermer les portes sur eux aussitôt fait pour récupérer ma place dans le cockpit en y accompagnant mon supérieur sur l'autre siège. Le plus dur était peut-être à venir alors... pas de temps à perdre! L'engin ne tarda pas à reprendre de l'altitude afin de retourner au bercail dans les plus brefs délais... Je n'aurais pas oublié quelque chose d'ailleurs...? Ah oui c'est vrai, la matéria!

-Au fait, Patron, ce que tu as demandé se trouve dans la boite sous ton siège. Mais en attendant, on peut m'expliquer ce qui se passe par ici, yo'? Je viens tout juste de me réveiller... ou presque... On rentre bien à la base d'ailleurs, yo'?

Je demandais au cas où, car même si j'avais enclenché le pilotage automatique pour rentrer à Corel, il était encore possible de faire demi-tour... Tapotant le levier de commande de l'armement, ce n'était pas vraiment de la nervosité ou un besoin de répondre à l'envie de la gâchette, non... Lucide et professionnel en toutes circonstances, nous sommes les Turks après tout, non?! Après... je déroge exceptionnellement à la règle de temps en temps mais bon... qui pourrait me le reprocher? En tous cas pas ce gosse, mais le Patron peut-être...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: The forgotten one which would want to forget { libre }   Aujourd'hui à 3:26:07

Revenir en haut Aller en bas
 

The forgotten one which would want to forget { libre }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» AD&D Forgotten Realms 2nd: collection quasi-complète à vendre
» [Partenariat] Forgotten Forest [manque 1 avis]
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» ENEYA • « never forget where you came from »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Judgement Day :: Continent Est :: Healen-