RemonterDescendre



 

Partagez | .
 

 I used to be nothing but a stone in the river of time - Lucrecia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Vincent Valentine


Messages : 81
Date d'inscription : 12/01/2015
Localisation : ...

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 62 ans
• More:

MessageSujet: I used to be nothing but a stone in the river of time - Lucrecia   Dim 21 Juin - 12:42:23



I used to be nothing but a stone in the river of time
Vincent avait toujours associé sa bien-aimée à une fleur délicate. La savoir terrée au sous-sol -3, que ce soit pour le bien de son travail ou non, était inapproprié à ses yeux. Autrefois, la voir travailler d’arrache-pied au point de ne pas décoller de son laboratoire pendant des heures d’affilée l’inquiétait quelque peu, mais la jolie scientifique aimait tant ce qu’elle faisait… il n’aurait jamais osé lui conseiller de lever le pied. Vincent n’avait toujours demandé qu’à ce qu’elle soit heureuse, même si cela signifiait de devoir renoncer à elle. C’est d’ailleurs ce qu’il avait fait par le passé…

Le chevalier pourpre avait de nouveau apporté son aide à quelques personnes perdues aux abords des monts. Après avoir fait la connaissance de la tempétueuse Angelina déjà chargée de cette mission, il avait retrouvé son meilleur ami Veld, ce qui l'avait davantage rapproché de Lucrecia par la pensée. Ce n'était pas tout, Veld laissa l'opportunité à son vieux camarade de la retrouver. Le regard carmin de Vincent étincela de reconnaissance quand son ami lui fournit le nécessaire, et il sortit du fourgon avec un remerciement mais sans un au revoir. Il savait intimement qu'il le reverrait bientôt. Muni de sa carte d'accès, Vincent laissa les anciens égarés à ses bons soins et se dirigea vers les marches de l’entrée de la base de Corel. Les portes automatiques s’ouvrirent et il traversa le hall à sa guise sans que personne ne l’interpelle. Vincent était loin d’être transparent, avec sa haute taille et sa lourde cape cramoisie, et pourtant c’était tout comme. Sa démarche n’était pas silencieuse qui plus est, les extrémités dorées de ses bottes martelant le sol en un petit cliquetis constant et monotone. On le laissait tranquille comme s’il faisait partie du décor. Dans les anciens quartiers de la WRO, il arrivait à de très rares occasions qu’on le sollicite, mais ce ne fut pas le cas ici. Après avoir validé le badge pour appeler l’ascenseur, son regard carmin se tourna machinalement sur le côté. C’était ici qu’il avait rencontré la première dame Sélès Shinra, qui lui avait octroyé un camion ainsi qu’un chauffeur pour retrouver le groupuscule et l’acheminer vers Corel. Elle était absente aujourd’hui. La croiser n’aurait pas été de refus, Vincent était à la fois hâtif et mal à l’aise de revoir sa chère Lucrecia. Sa compagnie réconfortante lui aurait donné plus de témérité.

Son appréhension fut à son comble quand les portes de l’ascenseur s’ouvrirent. Est-ce que Lucrecia allait bien ? Est-ce qu’elle serait contente de le revoir ? Un dernier coup d’œil sur le côté et il entra. En se retournant, le chevalier vermeil garda la tête basse. Il revoyait les souvenirs de sa rencontre avec son amour, des moments privilégiés qu'ils avaient partagé. Tant d’années avaient passé depuis… Vincent avait du mal à réaliser, après tous ses rêves et ses divagations, que Lucrecia était bien là, qu’elle vivait, qu’elle avait émergé de son cristal et avait repris le cours de sa vie, comme lui avait émergé de son cercueil et reprit le cours de la sienne. Il était bien placé pour comprendre la douleur de démarrer une nouvelle vie sur le sentiment rongeant qu'était la culpabilité. Cependant, après sa conversation très brève avec Veld, Vincent en avait tiré une impression positive sur la santé actuelle de Lucrecia. Mais son ami avait été bien évasif… Le bodyguard avait besoin de vérifier par lui-même, de la revoir, d’entendre sa voix à nouveau.

Vincent tiqua légèrement quand les portes de l’ascenseur se rouvrirent. Il avait à nouveau été tiré de sa torpeur pour affronter la réalité. Incrédule mais calme, il s’avança lentement en découvrant ces vastes lieux lui étant encore inconnus. Ce n’était pas désert, une paire de scientifiques passa même devant lui en le dévisageant un peu, mais sans plus. Ils partaient sans doute du principe que s’il était là, c’est qu’il y était autorisé… ou le démon pourpre était peut-être tout simplement trop étrange pour eux. Il n’osa pas demander son chemin et préféra lui-même arpenter le sous-sol pour trouver sa Lucrecia. Vincent ne se pressait pas et resta prudent, presque craintif de ce qu’il allait découvrir. Et si tout n’était encore qu’illusion ? Vincent était proche du but sans le réaliser pleinement encore. L’odeur de sa dulcinée flottait dans l’air et il ne sut si son imagination lui jouait encore des tours. Il s’enfonça un peu plus dans les laboratoires et la douce odeur de celle-ci se fit de plus en plus présente. Pourquoi était-elle si loin, si mise à l’écart ? Les portes du dernier sas s’ouvrirent automatiquement quand Vincent passa devant.

« Lucrecia… ? », appela t-il, sa voix monocorde portant cette pointe de douceur qu'il réservait à ce prénom tant chéri.

Combien de fois s’était-il imaginé le prononcer non pour parler d’elle, mais pour s’adresser directement à elle ? Le cœur si longtemps indolent du bodyguard battait de frénésie tandis qu'il la cherchait du regard. Prudent et intimidé, il entra dans la pièce et s’arrêta après quelques pas à peine.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Lucrecia Crescent


Messages : 105
Date d'inscription : 03/02/2013
Age : 23
Localisation : In a police Box

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 60ans
• More:

MessageSujet: Re: I used to be nothing but a stone in the river of time - Lucrecia   Lun 22 Juin - 13:11:47





Lucrecia Crescent

~I used to be nothing but a stone in the river of time~








    Pareille aux fantômes que l'on dit hanter le célèbre manoir de Nibelheim, elle errait dans les sombres laboratoires du troisième sous-sol de la nouvelle Shinra, répétant inlassablement les gestes de sa vie passée en quête d'aboutissement pour tout ce qu'elle avait laissé inachevé. Pareille au profane qui rêve du paradis et aspire au salut sans s'estimer digne, elle ne vivait plus que pour réparer ses fautes, soulager les maux qu'elle avait causé. Et dans ce monde de Dieux et de monstres, Lucrecia Crescent était un ange vivant dans le jardin du péché et les flammes des abîmes avaient depuis bien longtemps réduis ses ailes en cendre. Chaque seconde passé en ce monde était un châtiment pour ce qu'elle avait fait. Et ce qu'elle avait fait était si terrible qu'elle perdait un peu plus la raison à chaque fois qu'elle réalisait qu'elle était un monstre. Chaque fois qu'elle ouvrait les yeux, elle devait y passer …

Le déni. Tout n'étais pas de sa faute, pas vrai ? Elle avait voulu tellement bien faire, elle n'avait pas entrepris ces recherches, elle les avait rejoins et assisté, elle n'avait pas découvert Jenova, elle n'avait été que spectatrice. Elle n'avait pas créé de monstre, elle avait simplement mis un ange au monde. Elle n'avait tué personne, elle n'avait commandité aucun crime … Elle s'était contentée d'obéir au protocole … et son enfant … Ce n'était pas de sa faute, pas vrai ?
La colère.
Elle avait tout perdu, tout ceux qu'elle aimait, tout ce à quoi elle tenait. Pourquoi le sort l'avait-il réduit à cela ? Pourquoi elle ? Pourquoi un destin si cruel … ? Ce n'était pas juste. Pourquoi avait-elle fait ce qu'elle avait fait ? Comment pouvait-elle bien le savoir ? C'était son enfant et elle l'aimait de tout son cœur, de tout son être, de toute son âme … Et elle avait laissé un monstre lui faire croire qu'il en été un. Pourquoi avait-elle fuis son sauveur ? Lui qu'elle aimait tant, lui dont la simple présence suffisait à l’apaiser mais dont le regard trop doux et les yeux trop bienveillants lui étaient insupportables. Elle avait tout perdu et ce n'était pas juste.
Le marchandage.
Et si elle parvenait à tout réparer ? Et si elle trouvait un remède assez puissant pour réparer chacune de ses fautes ? Elle offrirait une véritable enfance à son enfant, elle donnerait tout l'amour qu'il mérite à son bodyguard, elle pourrait tout réparer … Elle pouvait bien trouver un moyen ! Et si tout cela ne se produisait jamais ? Et si tout le monde oubliait la cupidité et la souffrance de ce monde ? Et si elle parvenait à tout arranger … ?
La dépression.
C'est le temps des larmes, une larme pour chacun des maux qu'elle a causé et une larme pour chacune des âmes qu'elle damné. C'est le temps des larmes et du regret et rien ne pourra jamais la soulager. Ni le mensonge, ni la vengeance, pas même le repentir. Son chagrin est infini, car sa faute est sempiternelle.
L'acceptation. Elle ne fut pas seule dans la destruction de ce monde, mais elle y joua un des rôles principaux, elle qui avait abandonné trop tôt, elle qui avait naïvement laissé son fils aux mains de monstres. Rien ne pourra le changer, elle le savait. La colère et la tristesse animaient toujours son cœur, mais elle voulait tout réparer. Elle ne pourra jamais annuler ce qui a été fait, elle ne pourra jamais sauver ceux qu'elle aime de la souffrance de leurs souvenirs … Mais elle voulait au moins les aider, les soulager. Elle ne pouvait pas changer ce qui a été fait, elle ne pouvait pas se décharger de sa responsabilité, de sa culpabilité … mais elle ferait de son mieux pour guérir le monde et ce, sans espoir de salut.

Chaque jour, ou du moins, chaque fois que fois qu'elle ouvrait les yeux après ses quelques heures de coma, elle refusait de croire à la réalité. Elle refusait de croire que se réveiller n'avait pas suffi à chasser tous ces terribles cauchemars … mais tout était vrai, elle était réveillée. Alors elle éclatait de colère contre tous ceux, absents, qui avaient créé ce projet infâme, et bien sûr, elle pestait contre elle-même. Cela la motivait à essayer de se racheter, elle travaillait d'arrache-pied dans l'espoir que si elle se donnait assez, si elle souffrait suffisamment, la planète pourrait peut-être revenir en arrière. Et bien entendu, sa tristesse ne la quittait jamais … Il était bien loin le temps où Lucrecia était cette jeune femme élégante et souriante, douce et avenante. Depuis des années déjà, son nom et son visage n'était plus associé qu'à la mélancolie. Et chaque jour, elle devait l'accepter. Accepter ce qu'elle avait fait, accepter qu'elle ne pourrait rien changer, qu'elle ne pourrait que soulager, peut-être. Chaque jour, elle s'acceptait comme le monstre qu'elle était … Et ceci était son purgatoire.

Le docteur Lucrecia Crescent travaillait sur tant de projets plus conséquents les uns que les autres qu'il était difficile de croire qu'elle ait encore le temps de penser ou de ressentir quoi que ce soit, et pourtant, son esprit ne semblait pas encore assez occupé par la création d'une machine de mesure des flux sur lifestream, d'un remède contre le venin de Jenova, d'un système de défense à grande échelle de type magique et le développement d'une ressource d'énergie puissante, durable et non néfaste. Elle arrivait encore à penser. Elle arrivait encore à ressentir la tristesse. Elle arrivait encore à être hantée par ses fantômes qui ne la quittaient jamais.

Afin d'éviter ces épreuves, et aussi parce qu'elle était bien trop absorbée par ses travaux, Lucrecia dormait donc le moins possible. La plupart du temps, elle ne dormait que parce qu'elle s'effondrait et se réveillait quelques petites heures plus tard. Cela faisait donc bien trois jours qu'elle n'avait pas fermé l’œil et elle ne se souvenait pas à quand remontait la visite de Veld. Elle se demandait parfois si elle ne l'avait pas bel et bien imaginé ou rêvé … pourtant, elle avait le PHS qu'il lui avait donné … mais son esprit était si désordonné, elle n'était jamais sûre de rien. Un peu plus tôt dans la matinée, ou peut-être était-ce cette nuit, elle avait envoyé une demande de sortie par e-mail à Rufus Shinra. Comme il ne passait plus vraiment dans le coin et qu'elle ne pouvait pas quitter son troisième sous-sol, elle était obligée de procéder ainsi pour le contacter, bien qu'il ne soit qu'à quelques étages au dessus d'elle. Son formulaire réclamait le droit de se rendre à nouveau au réacteur de Corel, à quelques kilomètre d'ici, afin d'effectuer les derniers réglages de sa machine de mesure à Lifestream. Lifestreamomètre ? Après quoi, elle devrait être opérationnelle. En attendant la réponse, elle poursuivait ses recherches sur un possible remède contre Jenova, mais cela semblait stagner de manière bien frustrante.

Elle avait fini par perdre connaissance, assise devant son plan de travail et affalée sur la table recouverte de feuilles et de cahier de notes. Elle eut l'impression de ne s'être assoupie qu'une demi seconde avant d'entendre une voix grave bien familière, une voix qui sembla la prendre aux tripes et s'emparer de son cœur. Elle sursauta sans réaliser d'abord que cette voix était réelle. Elle regarda à sa droite pour voir le cadavre qu'elle voyait toujours à cet endroit. Il ne bougeait jamais, mais il la fixait toujours. Il faisait partie du décor de son esprit délirant à présent. Mais au lieu de l'odeur putride de la mort qui hantait toujours son odorat, elle senti un parfum doux et léger. Un parfum masculin qui la rassurait. Elle se passa les mains sur le visage comme pour chasser les traces de sommeil et se leva. Une mèche de cheveux rebiquait sur sa tête, car elle penchait du mauvais côté de sa mèche. Elle se tourna alors vers l'entrée du laboratoire où elle découvrit une silhouette pourpre et sombre … Une silhouette qu'elle reconnu aussitôt. Une silhouette qu'elle avait souvent vu à travers son cristal et les yeux de la jeune fille de Deepground avec qui elle avait partagé ses souvenirs … mais jamais ici. Il lui était bien arrivé de voir son fantôme, mais c'était le jeune Turk qu'elle voyait toujours … C'était la première fois qu'elle le voyait ainsi en ces lieux … et elle se demandait s'il était bien réel … Vincent …

Elle avait l'air surprise et troublée. Ses jolies yeux de biche luisaient d'émotion ainsi que d'un certain espoir bien que son visage ne semblait refléter que souffrance et tristesse. Son cœur sembla s'arrêter un instant alors que ses jambes s'animaient sans qu'elle ne leur commande, la rapprochant doucement de lui. Elle le fixait sans ciller, émue et intriguée … est-ce qu'il était réel ?

— Vincent … ? Dit-elle doucement en arrivant à deux pas de lui.

Elle tendit alors doucement sa main tremblante vers lui, se demandant encore si elle allait pouvoir le toucher ou si elle allait le traverser …

©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika


I'm so sorry:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t82-lucrecia-s-diary http://ff-judgement-day.forumactif.org/t32-rapports-des-relations-de-lucrecia-crescent
Vincent Valentine


Messages : 81
Date d'inscription : 12/01/2015
Localisation : ...

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 62 ans
• More:

MessageSujet: Re: I used to be nothing but a stone in the river of time - Lucrecia   Sam 27 Juin - 18:59:48



I used to be nothing but a stone in the river of time


Son regard carmin et appréhensif se posa bientôt sur cette silhouette si familière qui lui tournait le dos, offrant une vue sur de longs cheveux bruns subtilement plus ternes que ceux qu’il avait connu. Cette chevelure s’anima quelque peu brusquement tandis que son amour de toujours eut un léger sursaut à l’entente de la voix pourtant douce et apaisante du bodyguard. Elle regarda dans la mauvaise direction d’abord, probablement incrédule ou incertaine d’avoir bien entendu, puis se tourna enfin vers lui pour montrer son doux visage. Peu importe l’état dans lequel elle se trouvait, Lucrecia était toujours merveilleuse au regard adorateur de Vincent. Sa petite mine l’inquiéta toutefois, elle était différente du souvenir lumineux qu’il gardait d’elle. Elle était pale, c’était de plus en plus flagrant au fur et à mesure qu’elle s’approchait de lui, et ses jolis yeux marrons en amande étaient habités par une faible lueur de nostalgie. Vincent avait parfois du mal à distinguer le mirage de la réalité, or cette fois il sut qu’il s’agissait bien de la réalité, car elle était triste. La jolie femme n'était pas en meilleur état que lui au moment où il avait émergé de son cercueil pour rejoindre Cloud et ses amis.

Dans ses fantasmes éveillés, Lucrecia avait toujours l’expression étincelante et ses yeux brun brillant de douceur et parfois de malice. Il rêvait de scènes passées, de sourire qu’il espérait revoir et lui étant adressé. C’étaient les rêves d’un idéal naïf… Le visage perdu et le regard bouleversé de sa bien-aimée lui labourait le cœur. Il ne pouvait même pas affirmer avec certitude que Lucrecia acceptait sa présence, elle portait en elle la fatigue et la tristesse d’une personne prête à tout accepter par dépit. Le chevalier pourpre fit un pas hésitant vers elle à son tour. Elle semblait si fragile qu’il craignait qu’un geste trop brusque ne l’effraie ou ne l’emporte.

« Vincent ? », demanda t-elle avec incertitude, semblant ne pas le reconnaître.

« C’est moi », confirma t-il, son regard pourpre brillant d’inquiétude.

La main délicate qu’elle tendit vers lui était si fébrile que Vincent avança la sienne pour la saisir tout doucement, avec précaution, comme si elle était de porcelaine. Son gant noir et un peu rêche empêchait le contact avec sa peau mais il pouvait sentir toute sa fragilité simplement en la tenant ainsi. Il savait avoir affaire à la réalité mais son toucher ne lui semblait pas moins illusoire tant il était léger, presque fantomatique. Alarmé de son état, le bodyguard posa tout doucement sa main bionique sur sa taille pour la soutenir un peu, la blouse blanche donnant un peu de consistance trompeuse à la silhouette amaigrie de sa bien-aimée.

« Tu ne dors pas beaucoup Lucrecia », déplora t-il de sa voix monotone en une constatation qu’il trouva très bête aussitôt après l’avoir dite.

Cela faisait des décennies qu’il avait espéré la revoir et il ne trouvait rien d’autre de plus intelligent à dire maintenant qu'il était face à elle ! Vincent s’était bien imaginé lui révéler les mille choses qu’il ressentait pour elle, mais Lucrecia n’était pas prête d’être disposée à les entendre. Il n’y songeait pas pour l’instant de toute façon, tout ce qui l’importait était la santé fragile de la belle scientifique qui se fanait au fil des jours. Si seulement Vincent pouvait l’aider…

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Lucrecia Crescent


Messages : 105
Date d'inscription : 03/02/2013
Age : 23
Localisation : In a police Box

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 60ans
• More:

MessageSujet: Re: I used to be nothing but a stone in the river of time - Lucrecia   Dim 28 Juin - 12:39:58





Lucrecia Crescent

~I used to be nothing but a stone in the river of time~








    Sa voix douce et grave résonna à nouveau, faisant chavirer son cœur dans une drôle de sensation. Puis il saisit la main qu'elle tendait vers lui avec une douceur extrême, une douceur dont il était le seul à avoir le secret. Elle sentit presque son cœur s'arrêter alors qu'elle se rendait compte qu'il était là, qu'il était bien là. Vincent … Elle l'observait de ses jolies yeux bruns dont la douceur d'autrefois semblait intacte, bien qu'accompagné de cette profonde mélancolie qui l'accablait aujourd'hui. Elle détailla chacun de ses traits et à peu de chose près, il était exactement comme le jeune Turk qu'elle avait connu, qu'elle avait aimé … et qu'elle aimait toujours. Bien sûr, il était plus pâle et ses yeux étaient marqués par une espèce de fatigue de la vie. Le visage plus mince, bien que ses vêtements semblaient lui donner plus de corpulence … Ce qu'il avait l'air maigrichons dans son costume noir, autrefois ! Mais Lucrecia avait toujours aimé les gringalets. Ses cheveux longs lui donnait un air à la fois plus mature et sombre mais elle ne pouvait s'empêcher de lui trouver quelque chose de ''chou'' avec son volume et ses mèches qui retombaient anarchiquement sur son visage. Et ses prunelles pourpres … Si belles et pourtant si douloureuses pour elle. Lucrecia redécouvrait le visage de Vincent, elle redécouvrait presque à quel point il était beau et son cœur en était tout affolé. Plus que de la beauté, Vincent avait ce petit quelque chose qui la captivait. Elle ne savait pas quoi, outre la douceur et la tendresse exacerbée qu'il manifestait toujours à son égard … il y avait ce quelque chose de quasi métaphasique qui la paralysait presque à chaque fois qu'elle posait les yeux sur lui.

Tout ça, elle ne le méritait pas.

Toutes ces émotions retrouvées lui firent presque perdre pied, mais quand elle sentit l'autre main de Vincent se déposer sur sa hanche, elle eut l'impression d'être déconnectée de la réalité. Aussitôt, son esprit la projeta dans un des souvenirs qu'elle chérissait le plus … Ce jour où elle avait exiger de ce pauvre Vincent qu'il danse avec elle. Elle le revoyait avec son petit air intimidé et elle avec son sourire d'autrefois. Elle se souvenait de ce rare moment où elle s'était complètement abandonnée à lui, n'écoutant que son cœur alors qu'elle déposait doucement sa tête contre son épaule en fermant les yeux, un sourire paisible aux lèvres. Elle était contre lui, elle se sentait en sécurité dans ses bras ; elle sentait son parfum et se souvenait avoir souhaité que ce moment ne cesse jamais … que le temps s'arrête là et que tout le reste disparaisse.

Son souvenir se dissipa comme une volute de fumée soufflée par une bourrasque d'hivers, lui imposant à nouveau la triste vérité. Elle avait doucement posé son autre main sur le haut de son bras pour se tenir et ils semblaient ainsi vraiment sur le point de danser … Comme autre-fois.

« Tu ne dors pas beaucoup Lucrecia »

— Toi non plus … Devina-t-elle en l'observant.

Ils avaient tous les deux joui d'un long sommeil de cauchemars pendant une trentaine d'années, il était bien facile d'imaginer qu'il devait être difficile de fermer les yeux après ça. Mais Vincent était toujours munie de cette incroyable bienveillance à son égard, une bienveillance qu'elle ne méritait pas … Vincent … pourquoi était-il toujours si gentil avec elle après tout ce qu'elle a fait ? Après ce qu'elle à fait à Sephiroth, après ce qu'elle lui à fait à lui … Elle le regardait ainsi, l'air troublé par l'incompréhension en se demandant pourquoi il ne la détestait pas. Elle avait causé la mort de son père, elle l'avait rejeté, elle était la femme horrible qui avait fais des expériences sur son enfant, et elle avait causé sa mort … Comment pouvait-il être si gentil avec elle ?

Comme si la gentillesse et la bienveillance de Vincent lui brûlait les doigts tant elle ne la méritait pas, la belle scientifique recula d'un pas, se dérobant au touché de celui qu'elle aimait. Son regard semblait autant souffrir de ce geste de recule que de cette tendresse dont elle s'estimait indigne. Elle reculait alors que son cœur lui hurlait de simplement le prendre dans ses bras. Pendant des années, elle avait regretté de ne pas s'être simplement repenti de son erreur envers Grimoire et de n'avoir jamais dis à Vincent à quel point elle l'aimait et à quel point elle tenait à lui … Il y a tellement de chose dont elle aurait voulu lui parler … il y a tellement de choses qu'elle lui avait dite alors qu'il sommeillait dans cette cuve et qu'elle tentait de le sauver … Elle se demandait parfois s'il s'en souvenait, s'il avait bien entendu ou non … Tant de non dis, et aujourd'hui qu'elle était revenue en ce monde et qu'il était bien là, en face d'elle … Elle ne savait plus quoi dire. Chose plutôt embêtante, car c'était toujours elle qui avait entretenu la conversation entre eux.

Puis finalement, un léger sourire apparut sur son visage alors qu'elle se tenait à un pas de lui. Un sourire qui semblait manifester un certain soulagement malgré toute la tristesse de ses yeux.

— Tu as l'air d'aller … plutôt bien … Dit-elle alors doucement, car cela avait quelque chose de plutôt réconfortant. J'ai entendu dire que tu étais devenu un héro … ? Enfin … Elle baissa la tête en fermant les yeux un instant, l'air nostalgique. Tu en as toujours été un pour moi … Murmura-t-elle alors tout bas.

©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika


I'm so sorry:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t82-lucrecia-s-diary http://ff-judgement-day.forumactif.org/t32-rapports-des-relations-de-lucrecia-crescent
Vincent Valentine


Messages : 81
Date d'inscription : 12/01/2015
Localisation : ...

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 62 ans
• More:

MessageSujet: Re: I used to be nothing but a stone in the river of time - Lucrecia   Dim 5 Juil - 21:16:11



I used to be nothing but a stone in the river of time
Des souvenirs traversèrent les yeux de sa bien-aimée, leur donnant un très léger éclat s’apparentant à une ombre en comparaison avec l’étincelle d’autrefois. Vincent pouvait encore parfaitement la visualiser...

« Toi non plus … »

« Ça n’a pas d’importance. »

Il n’y avait qu’elle qui comptait, et malgré son inquiétude, Vincent l’observait comme s’il avait le plus précieux joyaux qui soit sous les yeux. Le simple touché du démon sur elle était léger, éphémère, précautionneux et à l’image de la fragilité de sa bien-aimée. Malheureusement, en terme de sommeil et bien d’autres choses, c’était lui qui s’en sortait le mieux. Vincent aurait volontiers tout donné à Lucrecia s’il le pouvait. Quand elle se déroba, il réalisa qu’il l’avait presque tenu dans ses bras… il l'avait presque tenu dans ses bras après toutes ses années. Malgré ce fragment de bonheur dans son coeur, le chevalier pourpre se sentit gêné en conséquence. Il n’aurait pas dû se permettre de la toucher ainsi, c’était inapproprié. Il l’avait peut-être déjà fait par le passé en dansant avec elle, mais c’était différent car Lucrecia le lui avait réclamé. Toutefois, en la voyant reculer, il ne pouvait s’empêcher de rester inquiet et était comme prêt à la rattraper si jamais elle s’effondrait… Le bodyguard ignorait que cette pâleur était devenu la nouvelle couleur naturelle de Lucrecia et qu’elle tenait le coup ainsi depuis des jours, peut-être des mois.

Un sourire fade apparut sur son visage, attristant davantage son ange gardien. Elle admit qu’il avait l’air d’aller plutôt bien et son cœur se souleva lorsqu’elle prononça ces mots, tout bas, qu’il entendit parfaitement et qu’il n’aurait jamais rêvé entendre d'elle. Lui, son héros… il aurait tant aimé que ce soit vrai mais il ne se faisait pas d’illusion. Il n’avait rien d’un héros. Lucrecia divaguait …. Il ne contredit pas ses paroles directement, car la parole de la belle scientifique était d’or et lui ne s’adonnait jamais à l’argumentation. Il ne put toutefois s’empêcher de murmurer en retour.

« Je n’ai pas pu te sauver… »

Il ne demandait pas de pourquoi, ni de raison à ce que Lucrecia lui dise qu'elle le considérait comme un héros. Vincent ne courait jamais après l'éloge et n'en méritait pas de toute façon. Il n'avait pas pu la sauver or c’est ce qu’un véritable héros aurait fait. L'hôte de Chaos n’était pas certain que secourir la planète avait rattrapé une telle faute. De plus, à l’origine, le démon rouge avait suivi Cloud dans une optique de vengeance contre Hojo. Pendant de longues années, son seul souhait à la perte de son amour avait été qu’on le laisse en paix pour purger sa peine. Il n’avait pas pu sauver celle qu’il aimait… et des décennies plus tard, il avait affronté le fils de celle-ci pour sauver la planète. Avait-il reçu l’absolution par cet ultime geste, ou avait-il atteint l’apogée de son péché ? Vincent ne l’avait jamais su. Par la reconnaissance qu’il avait reçu, tout portait à croire qu’il avait bien agi. Lucrecia elle-même ne semblait pas lui en vouloir… Vincent avait tout de même eu raison d’appréhender de retrouver sa bien-aimée, il était mal à l’aise au possible et attristé de voir sa fleur tant chérie se faner progressivement.

Le bodyguard la dépassa lentement en faisant quelques pas dans la pièce, ses chaussures au pointes dorés cliquetant au sol. Son attention ne se relâcha pourtant pas un seul instant, il se tenait toujours prêt à accourir auprès de la scientifique si elle en avait besoin. Tout en restant attentif, Vincent regarda les lieux pour voir ce qui avait occupé Lucrecia avant qu’il n’arrive. Avait-elle toujours autant d’engouement pour la science ? Ce travail ne lui plaisait peut-être plus après tous les malheurs qu’il lui avait apporté. La Shinra la forçait peut-être à rester terrée ici ? Le chevalier pourpre détesterait qu’on oblige la jeune femme à travailler. Il détesterait aussi qu'elle n'obtienne pas ce qu'elle souhaite... que pouvait-elle encore souhaiter, il l'ignorait... Vincent s'était toujours senti très impuissant face à la volonté de sa bien-aimée car elle demeurait un grand mystère pour lui depuis qu'il la connaissait. Quelques secondes s'envolèrent avant qu'il ne se tourne de nouveau vers elle, le menton timidement dissimulé derrière son col cramoisi.

« Lucrecia… tu n’as pas à rester ici, si tu n’en as pas envie » , dit-il de sa voix caverneuse, le regard bas.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Lucrecia Crescent


Messages : 105
Date d'inscription : 03/02/2013
Age : 23
Localisation : In a police Box

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 60ans
• More:

MessageSujet: Re: I used to be nothing but a stone in the river of time - Lucrecia   Lun 6 Juil - 15:53:29





Lucrecia Crescent

~I used to be nothing but a stone in the river of time~








    La sauver ? Il l'avait fait. Les erreurs qu'elle avait pu commettre ne regardait qu'elle, elle l'avait rejeté, elle lui avait fait du mal, à lui et à Sephiroth, mais pendant tout ce temps, il avait veillé sur elle. Il avait toujours veillé sur elle … Elle se souvenait parfaitement de ce qu'elle lui avait dit cette fois-là, lorsqu'elle lui avait volé quelques pas de danse. ''Parfois, lorsque je me laisse absorbée par mes recherches, j'ai l'impression de me perdre. Lorsque cela arrive, tu viens toujours à mon secours … merci, Vincent.'' Ces mots, il ne les avaient sûrement pas compris à l'époque et devrait les comprendre encore moins aujourd'hui. Vincent ignorait à quel point elle lui était reconnaissante pour tout ce qu'il avait fait, à quel point elle tenait à lui … Il ne pouvait pas l'imaginer. Il fut d'un grand soutiens, il était le phare au milieu de la mer nocturne déchaînée qu'était sa vie à cette époque. C'est lui qui avait toujours fait en sorte qu'elle ne perde pas son humanité, il était sa raison … Son démon bienveillant. Tout commença à tourner mal pour elle seulement après qu'elle l'eut rejeté … Et pourquoi avait-elle fait cela ? Parce qu'elle se sentait coupable. Et elle l'avait finalement puni pour une faute qu'elle avait commise, tout ça parce qu'elle se sentait trop coupable, parce qu'elle ne voulait pas affronter le regard de Vincent après qu'il eut appris que son père était mort par sa faute. Elle avait fui loin de le la lumière du phare et s'était échouée sur les récifs. Et comme si elle n'avait pas causé assez de malheur, voilà que Vincent se sentait coupable de ce qui était arrivé, alors que la seule fautive … c'était elle.

Mais même si toutes ces horreurs n'avaient pas pu être empêchées, Vincent l'avait en quelque sorte sauvé malgré tout. Il avait affronté Hojo une dernière et ultime fois avant que le scientifique fou ne le descende de sang froid. Ce terrible accident avait à nouveau ouvert les yeux de Lucrecia qui s'était rendu compte que Hojo n'était définitivement pas seulement le jeune homme brillant, créatif et ambitieux qu'elle avait rencontré lors de son affectation, mais il était bel et bien devenu fou. Il était déjà trop tard pour Sephiroth à ce moment-là, mais elle avait pu ramener Vincent à la vie … on ne pouvait pas vraiment dire qu'elle l'avait ''sauvé'' car pour qu'il respire, elle avait dû le transformer en monstre. Mais il était en vie … Et elle voulait qu'il poursuive son existence, qu'il soit heureux … mais il n'y parvint jamais tout à fait. Vincent était pourtant l'homme qui méritait le plus d'être heureux. Il n'existait pas en ce monde de personne au cœur plus pure, plus sincère et plus loyale que celui de son bodyguard et elle ne pensait pas cela seulement parce qu'elle l'aimait … Vincent était réellement et objectivement une personne d'exception. Il était le chevalier servant tout droit sorti des contes, celui à l'amour transcendant et inconditionnel, comme celui des Dieux qui traverse les mondes et les âges sans s'effriter. Et c'était un comble, une tragédie plus terrible qu'aucun poète n'aurait pu y songer, qu'un tel homme ait offert cet amour inébranlable à une femme comme elle. Roméo et Juliette peuvent aller se rhabiller.

Le démon pourpre bienveillant s'avança de quelques pas, contournant doucement l'ange déchu pour observer son antre dépourvu de lumière. Si Lucrecia avait clairement pâli en raison de son long sommeil, la luminosité faible et fade du laboratoire ne jouait clairement pas en sa faveur. La lumière des néons avaient l'art de transformer en zombie la plus colorée et la plus pétillante des personnes au monde, surtout qu'ici, si la plupart dégageait une lumière blanche brute, c'est une lumière verte que les autres renvoyaient. Le vert, c'est pas flatteur pour le teint, ça non plus ! Son démon avait toujours l'air aussi soucieux de son bien être. Il est vrai que Lucrecia était très isolée et confinée loin de tout, alors on pouvait facilement croire qu'elle était ici contre son grès … mais cet antre lugubre, elle l'avait elle-même choisi.

« Lucrecia… tu n’as pas à rester ici, si tu n’en as pas envie »

Si elle ne avait envie ? Elle ne s'était jamais vraiment posé la question en ses termes. Elle voulait juste se racheter, réparer ce qui pouvait encore l'être. Elle voulait faire l'impossible pour le monde, et surtout, pour son fils. Elle adressa alors une sorte de sourire indulgent à son démon bien aimé, un sourire toujours aussi triste … Comme pouvait-on avoir l'air si triste en souriant ?

— ''Envie'' … Il y a bien longtemps que je ne me pose plus ce genre de question. Répondit-elle alors de sa voix douce et indulgente. Elle parlait doucement, car chaque mot semblait raisonner dans sa tête, perturbant le fil de ses pensées et de sa phrase. Et une petite voix goguenarde ne pu s'empêcher de commenter ''tu as pourtant encore envie de lui, pauvre petit animal primitif''.

Écouter ses ''envies'' lui avait toujours coûté chère par le passé, c'était peut-être finalement mieux pour tout le monde qu'elle les ignore à présent. Son sourire s'effaça doucement et elle détourna les yeux pour s'approcher d'une machine qu'elle examine un instant. Elle nota quelque chose dans un carnet qui traînait à côté, du moins, elle essaya. Sa main glacée était faible, elle avait même l'impression de ne plus la sentir, comme si son sang n'y circulait plus, comme si elle était morte. Elle fronça légèrement les sourcils pour tenter de faire disparaître cette désagréable sensation, mais elle persistait. Elle parvint à noter tout de même quelques mots d'un geste fébrile et tremblant avant de relâcher subitement le style après un soubresaut sec et incontrôlé du poignet. Elle serra les dents. ''Non, pas devant lui. Je ne veux pas …'' et comme souvent, ses pensées semblèrent résonner dans sa tête en un terrible écho, transformant son discours intérieur en une espèce de soupe de son immatériel dans sa tête. Elle se fit violence pour passer outre et tenta de parler.

— Je peux … aider. Je cherche …

Ses pensées étaient si confuses que cela lui en refila un terrible mal de crâne, avec cette impression à présent familière que quelque chose était dans sa tête en train de grignoter son esprit pendant que son cerveau était en train de pourrir et de grouiller d'asticots. Elle pensait à son fils, c'est lui qu'elle cherchait à sauver … Elle ferma les yeux un instant et tenta de remettre ses idées en place. Pitié, pensait-elle en écho, pas devant lui, pas devant Vincent … Je ne veux pas qu'il me voit comme ça. Elle avait honte, tellement honte … Et surtout, elle ne voulait pas qu'il pense que tout était de sa faute. Elle serrait et desserrait le poing, mais il lui semblait toujours aussi mort. Elle fut bientôt dans l'incapacité de refermer ses doigts. C'est après un silence trop long pour être cohérente qu'elle tenta de poursuivre sa phrase.

— Les gens parles de lui … il faut que je l'aide. Je l'ai vu, tu sais … il souffre tellement … Elle porta alors son regard sur lui, presque implorante. Dis-moi où il est, Vincent … 

Elle parlait bien sûr de son fils, mais dans sa confusion, elle ne l'avait pas vraiment précisé. Elle parlait comme si Vincent savait où il était et une fois de plus, elle semblait totalement obséder par Sephiroth au point de sembler se moquer totalement de son démon bien aimé

©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika


I'm so sorry:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t82-lucrecia-s-diary http://ff-judgement-day.forumactif.org/t32-rapports-des-relations-de-lucrecia-crescent
Vincent Valentine


Messages : 81
Date d'inscription : 12/01/2015
Localisation : ...

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 62 ans
• More:

MessageSujet: Re: I used to be nothing but a stone in the river of time - Lucrecia   Dim 19 Juil - 22:36:37



I used to be nothing but a stone in the river of time
Vincent ne sut ce qu’elle voulait dire exactement par sa première réponse. L’avait-on séquestrée de force ou était-ce la culpabilité et son sens du devoir qui l’avaient amenée à vouloir recollaborer avec la Shinra ? Les circonstances de sa libération de son refuge de cristal étaient encore un mystère. Vincent avait eu de terribles sueurs froides en découvrant qu'elle avait disparu et plus encore car il avait su qu'on l'en avait extraite de force. Il était révolté à l'idée qu'on exploite sa bien-aimée mais malgré la santé fragile de celle-ci, Lucrecia n'était pas moins acharnée à la tâche qu'autrefois. Il s'en rendit compte lorsqu'elle se déplaça ensuite pour aller consulter ses notes sur son bloc-note, suivi par le regard protecteur de son gardien. Sa main tremblante saisit un stylo dont la pointe mit un certain temps avant de se poser sur le papier, mais l'on voyait tout de même qu'elle tenait absolument à aller au bout du geste avec une détermination farouche. Le regard peiné du démon rouge suivit le tracé fragile de l'écriture avant de se lever vers le doux visage de sa belle et tendre Lucrecia.

« Je peux … aider. Je cherche … »

« Tu aides déjà beaucoup Lucrecia » la rassura t-il comme une promesse.

Il était persuadé que c'était le cas bien qu’il ne fut pas au courant de ses activités récentes. Sa tendre amie dédiait ses efforts aux solutions pour se racheter comme lui avait cherché à expier son péché dans ses années de confinement. Malgré sa santé délicate qui fendait le cœur à son protecteur, Lucrecia devait être la meilleure de la section scientifique. Les nouvelles recrues, plus contemporaines et axées sur les technologies récentes, avaient tout de même étudié ses sujets d'expérience qui constituaient le mythe de la science et son histoire. Au regard admiratif de Vincent, c'est ce que son aimée était. Et... Elle l'avait sauvé, elle...

« Les gens parles de lui … il faut que je l'aide. Je l'ai vu, tu sais … il souffre tellement … Dis-moi où il est, Vincent … »

Il savait de qui elle parlait sans qu’elle n'ait à prononcer son nom. Le bodyguard en fut bien pris au dépourvu et à court de réponse... Il n’avait pas besoin d’entendre cela de Lucrecia pour se douter de la survie et de la présence de Sephiroth, qui avait déversé son ombre du Nord jusqu’au continent Est. Le bodyguard n’osa toutefois pas lui faire part de ses doutes… il n’osait pas lui dire que chercher Sephiroth était inutile, car le cauchemar était perdu…  La seule personne qui souffrait vraiment, c’était sa bien-aimée et le démon pourpre se retrouvait à nouveau impuissant devant elle. Il ne pouvait rester là à ne rien faire comme autrefois, en la regardant se consumer par la culpabilité et le déni. Vincent avait d’autant plus de peine pour elle qu’elle s’était donnée un objectif impossible à atteindre.

« Tu l’as peut-être vu... » dit-il, lui qui n’oserait jamais contredire la parole sacrée de la belle scientifique, « Mais il est mort depuis des années. »

Combien d'années ? Seulement deux ou trois depuis son dernier affrontement avec Cloud ? Comme le temps avançait lentement quand on se donnait la peine de vivre... Dans son exil, enfermé, des décennies étaient si vite passées...

Vincent lui avait déjà dit ces mots terribles et ils n'étaient pas moins vrais qu'en ce moment. Il ne voulait pas alimenter l’espoir de sa bien-aimée en lui parlant des rumeurs. Lucrecia n’avait pas de fils, Sephiroth était désormais celui de Jenova. Vincent s’approcha lentement d’elle, ses chaussures aux pointes dorés cliquetant au sol. L'état de sa tendre Lucrecia s’était dégradé en quelques secondes et le chevalier pourpre commençait à avoir peur pour elle.

« Tu ne veux pas t'asseoir ? » proposa t-il en relevant un peu le menton de son col.

Son regard carmin et inquiet l’encourageait à répondre à l'affirmatif à sa question.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Lucrecia Crescent


Messages : 105
Date d'inscription : 03/02/2013
Age : 23
Localisation : In a police Box

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 60ans
• More:

MessageSujet: Re: I used to be nothing but a stone in the river of time - Lucrecia   Lun 20 Juil - 17:26:24





Lucrecia Crescent

~I used to be nothing but a stone in the river of time~








    Son bodyguard était toujours si prévenant, bienveillant, si rassurant … Il fit de son mieux pour l'être encore maintenant, mais cela ne l'empêcherait pas de continuer ses recherches, car c'est bien en étant là, et seulement en étant là à travailler qu'elle pouvait aider, justement. Et puis … elle était bien trop occupée à gérer le flot incohérent de son esprit pour vraiment prendre note de paroles réconfortantes, même venant de Vincent … Elle ne méritait tellement pas toute cette gentillesse …

Puis, plutôt que de le remercier de sa gentillesse ou d'engager une conversation normal avec celui qu'elle aimait et qu'elle n'avait pas vu depuis des années, Lucrecia s'était une fois de plus enquis du sort de son fils … S'il savait à quel point elle s'inquiétait aussi pour lui, pourtant … S'il savait comme elle avait envie d'entendre sa voix douce lui parler de ces années qu'il avait passé en ce monde sans elle … Elle en avait vu beaucoup à travers les yeux de la jeune Shelke, mais ce qu'elle avait vu à travers ses yeux ressemblait tellement à un rêve qu'elle avait du mal à démêler le vrai du faux … alors que tout ce qu'elle avait vécu au sein du cristal lui semblait déjà un rêve nébuleux … Elle n'avait plus que quelques souvenirs flous et incertains. Alors, qu'était-il devenu, en plus d'un héro ? Avait-il refais sa vie ? Avait-il rencontré quelqu'un digne de son amour … Il le mériterait …

Alors que toutes ces questions restaient tapis au fond de son cœur, son démon bienveillant consenti à répondre aux siennes … et cette réponse la ramena des années en arrière, car il lui avait donné la même réponse, à la même question … pourtant elle avait tant rêvé de lui à l'époque et elle rêvait encore tant de lui aujourd'hui … pourtant, les voix dans sa tête lui disaient qu'il était bien en vie … quelque part … Sephiroth … son fils bien aimé … Lucrecia le savait. Elle savait qu'il était en vie, perdu et effrayé quelque part … Pourquoi, Vincent, pourquoi est-ce qu'il mentait ? Pourquoi est-ce qu'il mentait … ?

Elle secoua doucement la tête alors que ce mensonge résonnait dans son crane en d'insupportables échos. Une voix émergea de ces échos, une voix clair et forte qui couvrait le brouhaha de ses pensées. ''Notre fils …'' disait cette voix masculine, ''il essaie de nous voler notre fils … c'est ce qu'il a toujours voulu, nous éloigner de lui … il lui a toujours voulu du mal, il voulait empêcher qu'il devienne un être hors du commun et maintenant il veut nous le voler, il veut nous empêcher de le retrouver …'' Elle porta doucement ses doigts contre sa tempe comme pour intimer silencieusement à la voix de parler moi fort, mais cette voix ne s'arrêta pas et se mêla même à une autre … à la sienne. Il ment, disait sa propre voix dans sa tête, il ment, il a tore. Il essaie de nous voler notre fils, disait l'autre …

Il approchait … il la regardait toujours avec bienveillance en s'approchant, mais pourquoi est-ce qu'il mentait ? Il veut nous voler notre fils, répétèrent encore les deux voix. Il ment, il ment ! Elle secoua doucement la tête en posant une main sur ses plan de travail, gardant l'autre contre sa tempe. Vincent dit quelque chose et si elle entendit sa voix douce, elle ne comprit pas le sens de ses mots. Elle secoua vivement la tête de plus belle et recula d'un pas.

Non … sa voix était ferme mais le souffle semblait lui manquait, alors elle reprit plus fort, non, non ! Tu mens, tu mens !! Pourquoi est-ce que tu mens, Vincent ?! S'emporta-t-elle tout à coup et elle semblait furieuse. Notre fils … Murmura-t-elle, laissant échapper de ses lèvres une partie de ses pensées qui hurlaient dans sa tête. Rends-moi mon fils ! Où est-il ? Chaque mot qu'elle hurlait résonnait dans sa tête, mais c'est comme si elle revivait une période de sa vie, c'était il y a bien longtemps … et ce n'était pas contre Vincent. Rends-moi mon fils, arrête de mentir !!

Elle recula d'un petit pas mais avança aussitôt d'un autre, chancelante. Elle abattit alors ses poings contre le torse de Vincent, qui ne dû pas avoir bien mal, car elle avait autant de force qu'une mouche. Le pauvre Vincent avait toujours dû subir des crises de colères qu'il ne méritait pas, enfin, ce n'était pas arrivé si souvent que ça par le passé et elle ne l'avait jamais rembarré méchamment avant qu'elle de le repousser pour commencer ces expériences sur son propre enfant … Mais quoi qu'il en soit, Vincent n'avait jamais mérité tant de méchanceté … Pourquoi était-il donc si gentil avec une femme comme elle ?

— Rends-moi mon fils ! Répétait-elle en abattant à nouveau ses faibles poings contre le torse de son démon gardien. Elle ne pouvait plus s'arrêter, elle ne savait même plus pourquoi elle hurlait comme ça … elle ne le détestait pas, ce n'était même pas contre lui … Lucrecia en voulait au monde entier, elle en voulait à Hojo, elle s'en voulait à elle … elle voulait revoir son fils et elle s'en prenait au plus innocent pour cela … Elle ne se rendait pas compte, pas encore.

©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika


I'm so sorry:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t82-lucrecia-s-diary http://ff-judgement-day.forumactif.org/t32-rapports-des-relations-de-lucrecia-crescent
Vincent Valentine


Messages : 81
Date d'inscription : 12/01/2015
Localisation : ...

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 62 ans
• More:

MessageSujet: Re: I used to be nothing but a stone in the river of time - Lucrecia   Dim 6 Sep - 21:54:41



I used to be nothing but a stone in the river of time
Pour la protection de Lucrecia, ce démon profondément honnête aurait pu inventer tous les mensonges et toutes les tromperies du monde. Cette fois, il n’avait pas eu d'autre choix que d'énoncer la pensée la plus commune, faute de mieux, mais elle n’y crut point et s’emporta dans une colère qui meurtrit le cœur de l’homme qui l’aimait. Les reproches l’atteignaient beaucoup moins que l’état dans lequel elle se trouvait. Sa pauvre Lucrecia était si fragile...

Autrefois, sa bien-aimée l’avait rejeté et lui avait fait comprendre qu’elle ne voulait rien de lui, aujourd’hui, elle lui demandait l’impossible. Vincent ignorait ce qu’elle attendait de lui avec précision, comment il pouvait lui « rendre » Sephiroth. Elle parlait de lui comme s’il s’agissait encore d’un nourrisson que l’on peut passer de bras en bras ou peut-être que Vincent ne comprenait pas. Oui, c’était sûrement cela et, sa belle Lucrecia était en colère contre lui. Son visage était déformé de rage et ses poings martelaient sa poitrine, rythmant ses protestations, laissant le démon pourpre dans un silence désolé. Le destin était cruel de l’obliger à subir cela de la part de sa bien-aimée. Méfiance, hargne, rejet, encore et toujours rejet. Vincent s’était crée trop de mirages, trop de belles images. Le bodyguard n’était pas le bienvenu, même quand elle lui souriait, même quand elle paraissait contente de le voir. Il n’était qu’un démon, après tout…

« Lucrecia... » tenta t-il de la raisonner en vain. « Je ne... »

Son regard carmin déconfit tentait de retrouver une lueur saine dans celui de sa tendre Lucrecia, mais elle ne l’entendit pas, couvrant sa voix hésitante de sa révolte virulente. Que pouvait-il dire ? Que devait-il dire ?

Veld ne l’avait pas mis en garde de l’état de Lucrecia, de son instabilité, de ses sautes d’humeur… tout laissait croire qu’elle ne se portait pas si mal quand elle avait vu le turk. Vincent comprit rapidement que le problème venait de lui-même. Il revenait auprès d’elle en rapportant les souvenirs insupportables d’un passé chaotique, leur passé commun. Sa bien-aimée avait déjà suffisamment de démons ainsi pour qu’il l’incombe de sa présence non désirée. Jamais Vincent ne lui ferait porter quelconque blâme, alors la faute lui revenait à lui. Comme il aurait aimé pouvoir lui dire qu’il l’aiderait ! Il ne savait tout simplement pas quoi faire. Le meilleur moyen de l’aider était certainement de la laisser tranquille, de s'éloigner.

« Je suis désolé » répondit-il en dissimulant son menton derrière son col cramoisi, confus.

C'était de sa faute, bien sûr. Vincent ne pouvait être autre que désolé face à elle désormais. Il avait su de Veld, d'une certaine façon, que Lucrecia avait repris le cours de sa vie. Elle travaillait pour la Shinra désormais. Le démon pourpre était venu pour une raison assez égoïste, il ne fallait pas se mentir. Il avait voulu la voir, aussi simplement que cela. Ses pointes dorés cliquetèrent faiblement contre au sol alors qu’il reculait doucement, commençant déjà à battre en retraite. Des soucis, il en avait déjà assez causés ! Ne sachant que répondre des accusations, il poursuivit :

« Je n’aurais pas dû venir comme ça… »

Le sort avait doté ce démon d’un grand cœur, et ce dernier était lourd d’inquiétude et de tristesse. Lucrecia avait besoin de voir des gens purs, de bonnes personnes. C'était Sélès qui aurait dû venir prendre des nouvelles de la belle scientifique et non lui mais, il avait été si irréfléchi... Il fallait revenir plus tard, quand elle serait disposée à le voir, si elle était disposée à le voir.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Lucrecia Crescent


Messages : 105
Date d'inscription : 03/02/2013
Age : 23
Localisation : In a police Box

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 60ans
• More:

MessageSujet: Re: I used to be nothing but a stone in the river of time - Lucrecia   Lun 7 Sep - 12:53:35





Lucrecia Crescent

~I used to be nothing but a stone in the river of time~








    Son esprit était bien loin d'ici. Elle ne savait plus ce qu'elle disait, elle ne savait plus ce qu'elle faisait … Mais à cet instant où elle laissait simplement sa rage se déverser sans plus la moindre barrière, elle ne se posait plus de question. C'est comme si elle vivait, juste un instant, grâce à sa colère que Vincent ne méritait pas. C'est comme si les raisons-mêmes de sa rage n'avait en réalité jamais existé … Et pourtant elle déferlait plus que jamais. Elle n'entendait pas les discrètes protestations – si on pouvait appeler ça des protestations – de son bodyguard et ce n'est que lorsqu'il s'éloigna et que son dernier coup heurta le vide qu'elle se rendit compte de ce qu'elle faisait … et cela la frappa comme si la foudre s'abattait sur elle. Toutes ses afflictions retombèrent alors sur elle d'un coup : l'écho de sa pensée coupable, la douleur lancinante et lourde de son cœur … et cette impression que son corps était en train de pourrir. Elle pouvait déjà sentir la fermentation de ses organes dans son ventre et ses mains devenir glacée, dépourvu de vie … Elles ne lui appartenaient plus. Le froid glacial de la mort mordit même ses lèvres.

Vincent …

Elle posa enfin les yeux sur lui, car jusque-là, son regard s'était perdu dans le vide pour frapper à l'aveugle. Ses jolis yeux de biche battue se posèrent dans ceux tout aussi maltraités de son aimé. Il avait l'air troublé, confus … Qu'avait-elle fait ? Vincent … Il l'avait toujours fait se sentir belle et exceptionnelle et même si elle ne le méritait plus aujourd'hui, même si elle ne l'avait peut-être jamais mérité, c'était une des choses qui l'aidait à se sentir encore à peu près humaine, ou du moins pas totalement inhumaine. C'était un des derniers fils la raccrochant à la raison … Du moins, c'est ce qu'elle pensait. Mais même le regard bienveillant de Vincent ne pouvait apparemment pas la protéger de sa propre folie … Et même son amour pour lui ne pouvait le protéger d'elle … Il semblait même que ce soit le contraire.

Confuse, elle recula d'un pas, les yeux luisants de confusion. Sa main se posa légèrement derrière elle, frôlant un des nombreux tissus qui couvraient le métal un peu trop poli d'une des machines. La pièce était pratiquement recouverte de ce genre de tissu, Lucrecia évitant à tout prix son reflet qui lui était devenu parfaitement insupportable. Cela donnait une sacrée drôle d'allure au laboratoire et il n'y avait qu'à entrer pour comprendre l'état d'esprit lamentable de la maîtresse des lieux. Et d'ailleurs, en remarquant tout ce désordre du coin de l'oeil, Lucrecia eut comme un court regain de parfaite lucidité, comme si la Lucrecia du passé venait d'investir son corps pour regarder d'un œil critique et consterné quelle épave elle était devenue … Qu'est-ce que Vincent devait penser d'elle …. ? Mais elle le méritait, pas vrai … ? C'est ce qu'elle était après tout, une vieille folle, un monstre …

Le cliqueti de la pointe métallique de la chaussure de Vincent résonna à ses oreilles comme un terrible glas qui empoigna son cœur et le transperça de toute part. Le mieux pour lui aurait été qu'elle le laisse partir, elle avait toujours pensée que le rejeter une bonne fois pour toute était la meilleure solution pour l'éloigner des dangers qu'elle représentait, pour qu'il passe enfin à autre chose … Mais il était là, il avait toujours été là, il était mort pour elle … Non, à cause d'elle. Et il était encore là … Et il était la seule chose qui lui restait. Et plus il reculait, plus elle se rendait compte qu'elle ne voulait pas qu'il parte … Plus elle avait l'impression qu'elle allait le perdre définitivement … Et l'angoisse prit le pas sur le peu de volonté de le protéger qui lui restait, laissant une énième fois place à son terrible égoïsme qui avait causé la perde de tant de gens qu'elle aimait. Et ça faisait vraiment beaucoup de 'et' en fait.

— Vincent … Souffla-t-elle d'une voix brisée par la détresse et son nom fit écho dans sa tête.

Elle avança d'un pas et les autres s’enchaînèrent plus vite qu'elle ne l'aurait escompté. Ses pieds la guidèrent donc précipitamment vers Vincent et ses jambes cédèrent sous son poids juste au moment où elle l'atteignit et qu'elle enroula ses bras autour de ses épaules pour l'étreindre. Et au moment de ce contacte inespéré qu'elle ne méritait pas, un grand coup de jus envahit son corps pour le réchauffer, lui redonner vie. Ce frisson brûlant lui redonna pleine possession de son corps, l'envahissant d'une chaleur de vie nouvelle qui lui arrache même une larme brûlante … C'était un bonheur, un soulagement qu'elle ne méritait pas … mais dont elle ne pouvait se résoudre à se séparer maintenant.

Ses forces quittèrent ses jambes mais gagnèrent ses bras et elle l'étreignit de toutes ses forces, et elle restait plutôt maigre. Elle le serrait comme si sa vie en dépendait … Comme si cela pouvait sauver le monde de ses péchés. Cela faisait plus de trente ans qu'elle n'avait serré personne ainsi dans ses bras … Cela faisait plus de trente ans qu'elle n'avait pas eut l'impression de réellement vivre … et autant d'années qu'elle n'avait pas senti Vincent …

— Après toutes ces années … Après tout ce que je t'ai fais … Tu es toujours là … tu as toujours été là …

Tu es toujours venu à mon secours, Vincent … J'ai tellement honte, si tu savais … tellement honte …

— Je suis désolée, Vincent … tellement désolée …

Mais ne me pardonne pas … Je ne mérite aucun pardon. Je t'en prie, Vincent, ne me pardonne pas … Pourquoi ne me détestes-tu pas … ?

— Je ne t'ai même pas dis … à quel point j'étais heureuse de te revoir …

Je ne t'ai même pas dis … jamais … à quel point je t'aimais …  

©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika


PS:
 


I'm so sorry:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t82-lucrecia-s-diary http://ff-judgement-day.forumactif.org/t32-rapports-des-relations-de-lucrecia-crescent
Vincent Valentine


Messages : 81
Date d'inscription : 12/01/2015
Localisation : ...

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 62 ans
• More:

MessageSujet: Re: I used to be nothing but a stone in the river of time - Lucrecia   Dim 13 Sep - 18:55:55



I used to be nothing but a stone in the river of time


Sa pauvre bien-aimée avait perdu tous ses repères et la sanité médiocre de son esprit rendait son comportement imprévisible, et même insensé. Pendant un moment, elle était calme, l’instant d’après elle vociférait, puis encore celui d’après, elle reprenait son état initial. Ces laboratoires ternes et tristes n'amélioreraient pas son état. Il lui était douloureux de la savoir ici alors qu’elle aurait dû être entourée d’amis prenant soin d’elle. Le métier de scientifique ne lui saillait plus du tout au regard admiratif de Vincent. Etait-elle toujours autant passionné de science, par ailleurs, après tout ce que cette discipline avait causé ? Le chevalier pourpre voyait plutôt sa présence ici comme un moyen d'expier ses fautes, après qu'elle a choisi le cristal comme lui avait choisi les sous-sol du manoir de Nibelheim, renfermant tant de souvenirs.

« Vincent... »

Sa voix fut comme un appel qui stoppa arrêta net le fuyard. Ce qui arriva par la suite le dérouta au point de le laisser absurdement figé. Celle qui le repoussait il y a quelques secondes de cela revint vers lui à grand pas. Vincent ne bougea qu’en la voyant trébucher. Il l’attrapa doucement par la taille en croyant simplement qu’elle allait s’écrouler et, s’immobilisa complètement lorsqu’elle s’accrocha à son cou pour une étreinte inespérée. Le démon pourpre en resta pantois de ce revirement, si brusque, si inattendu… Vincent songea qu’il s’agissait peut-être d’un autre mirage et cela ne venait peut-être pas de lui. Quelque chose dans l'esprit de Lucrecia jouait peut-être encore des tours à celle-ci et elle voyait en lui ce qu’elle avait vu par le passé, avant qu’il ne devienne un monstre, avant qu’elle ne le rejette, à cette période où elle l’avait remercié d’être simplement présent. Elle n’avait plus voulu de cette présence et aujourd’hui, il n’était plus sûr. Après avoir arrêté Omega, Vincent avait pensé renoncer aux mirages qui le tiraient vers l’arrière plutôt que le laisser avancer. Malgré lui, son esprit vagabondait encore mais, au moins, ne se perdait pas.

Lucrecia était là maintenant, ceci au moins, n’était plus une illusion et peu importe le bien ou le mal qu’elle pensait de lui, si cette étreinte était vraie, mensonge ou simple erreur, jamais il ne cesserait de veiller sur elle, directement ou indirectement, et de vouloir la protéger. Les erreurs du passé ne pouvaient être reproduites. Il lâcha un peu sa taille pour enrouler ses bras autour d'elle avec grande précaution, comme l’on tient un être très fragile et précieux contre soi. La soudaine douceur de celle qu’il aimait réchauffait son cœur qui avait eu si froid pendant des décennies.

« Lucrecia... », murmura t-il de sa voix caverneuse.

« Après toutes ces années … Après tout ce que je t'ai fais … Tu es toujours là … tu as toujours été là … »

Le chevalier pourpre serait toujours là. Il était éternel… Lui aussi était heureux de la revoir, même s'il était trop confus pour le dire et, peut-être était-il un peu incrédule aussi. Vincent se recula ensuite avec une certaine maladresse, en la lâchant, le menton enfoui dans son col pour dissimuler le plus possible son visage comme si celui-ci pouvait encore rougir. S’il avait été l’humain d’autrefois, sa peau aurait effectivement pris la couleur cramoisie de sa cape.

« Hmf » lâcha t-il, inaccoutumé et beaucoup trop timide pour lui retourner des paroles similaires.

Vincent ne savait jamais trouver les mots quand il le fallait. Que pouvait-il lui dire de toute façon, justement après toutes ces années et tout ce qui s’était passé ? Il était peut-être encore enfermé dans un mirage qui plus est… à quand le regain de réalité et la colère de Lucrecia contre lui ?  L’hôte de Chaos n'avait pas le courage de faire grand chose. Ses pupilles écarlates vacillaient de gêne tandis qu’il fixait un point perdu sur l’épaule de sa bien-aimée. Il ne voulait pas qu’elle soit désolée mais, c’était compliqué de lui dire d’arrêter de l’être ou encore de demander pourquoi. L’aveugle amoureux avait fini par comprendre pourquoi, c’est Lucrecia qui ne comprenait pas que lui ne retenait aucune faute d’elle.

« Je… je t'ai longtemps cherché... » dit-il après avec hésitation et prudence, semblant s’adresser à la Lucrecia fielleuse envers lui. « Si tu as besoin de quoi que ce soit, je pourrais me rendre utile… »

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lucrecia Crescent


Messages : 105
Date d'inscription : 03/02/2013
Age : 23
Localisation : In a police Box

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 60ans
• More:

MessageSujet: Re: I used to be nothing but a stone in the river of time - Lucrecia   Mer 16 Sep - 9:33:37





Lucrecia Crescent

~I used to be nothing but a stone in the river of time~








    Lorsque Vincent la relâcha en reculant presque avec indulgence, le froid envahit de nouveau le corps de Lucrecia. Un froid de mort qui l'engourdissait jusqu'à la moelle et venait ronger ses entrailles. Le vertige aussi, comme s'il venait de la lâcher au bord d'un précipice, comme si, pour la première fois de sa vie, Vincent n'était plus là pour la sauver … Il s'était pourtant contenter de la lâcher et n'était qu'à un pas d'elle, mais elle avait pourtant l'impression qu'il était à des lieux d'ici. Elle planta son regard dans le sien comme si c'était la dernière chose qui pouvait l'empêcher de tomber dans les profondeurs abyssales de son enfer psychique. Et son regard était si déconcertée qu'il en paraissait même suppliant … Sauve-moi, semblait-il implorer, mais elle savait qu'elle ne pouvait-être sauvée, elle savait qu'elle ne le méritait pas … Et à nouveau, son corps n'était plus qu'un cadavre, un morceau de viande avarié qui ne lui appartenait plus et qu'elle animait pourtant tant bien que mal … Plus mal que bien, d'ailleurs.

Il était loin, si loin et elle avait froid, si froid. Dans sa tête se mélangeaient les échos de ses pensées et des rares paroles de son Bodyguard. Désolée, désolée … Lucrecia. J'aurais, désolée, pas dû venir, je suis désolée, Lucrecia … Je ne, Vincent … Désolée … Je ne te mérite pas, désolée, je suis si mauvaise, Lucrecia … Regarde, regarde, ne me, ne, ne, je me regarde pas, pas … Désolée … tellement, tellement Lucrecia …

Et son cœur semblait ne plus battre alors qu'il était pourtant encore si douloureux … Tout cela, les voix, les échos, la mort dans sa chair, les hallucinations … C'était tellement fatiguant … Mais c'était sa punition. Elle voulait que tout cela cesse, elle voulait retourner dans son cristal et dormir … Mais c'était bien trop doux pour elle. Elle voulait la paix, mais elle ne la méritait pas, c'est pour cela qu'elle ne prenait pas son traitement, c'était un cadeau bien trop beau pour elle et cela inhibait ses capacités intellectuelles … Les hallucinations la perturbaient peut-être et lui faisaient peut-être piquer quelques crises, mais la plupart du temps elles s'avéraient stimulantes, au finale. Mais à cet instant, elle n'avait pas encore perdu totalement pied. Le regard de Vincent l'aidait à canaliser son attention, elle puisait en lui ce qu'il fallait pour ne pas trop planer … elle pouvait au moins essayer de faire bonne figure, même si la crise avait été inévitable et que c'était un peu tard pour la crédibilité, du coup.

La distance que Vincent avait imposé entre eux et qui lui déchira le cœur – ce qui était encore bien gentil par rapport à tout ce qu'elle lui avait fais subir – lui sembla s'effacer quelque peu lorsqu'elle remarqua cette mimique si familière. Vincent avait toujours été un grand timide, très pudique et elle regrettait de ne pas voir ses joues rougir comme autrefois. C'était son passe-temps favoris à l'époque, de lui donner des couleurs ! Mais son corps semblait aussi mort que le sien, aujourd'hui. Cela ne retirait rien à son charme avec son adorable expression d’embarras et ce parfum délicat du passé la réconforta de la distance. Cela ne la réchauffa pas, mais son cœur fut enrobé d'une étrange couverture de coton, oppressante, mais d'une douleur différente de cette qu'elle ressentait habituellement. C'était une douleur presque agréable avec un relent de nostalgie. Et ce petit bruit qu'il émit lui enfonça un poignard de tendresse dans le cœur, lui arrachant un doux sourire triste. Elle pouvait encore entendre la voix de Vincent s'enrailler lorsqu'elle lui demandait si il la trouvait l'aide ou s'il l'aimait bien … ou encore, si il avait peur d'elle. Ce qui devait être le cas, personne n'aimait voir Lucrecia en colère, même Grimoire en avait peur, c'est dire !

Son cœur saignait, ce qui finalement n'était pas si mauvais pour elle, car cela prouvait qu'il était en vie. Et il saignait et lancinait de nostalgie, de tendresse … et d'amour. Cet homme, avec ses cheveux parsemés d'épis comme des cornes, avec sa peau blafarde, ses yeux vermillons et son air timide. Cet homme, le plus gentil et le plus généreux au monde. Lui, qui était si timide … Elle l'aimait. Elle l'aimait tellement … Et cela était comme une lourde et terrible tentation. Il était là, avec sa frimousse de caneton fébrile et elle avait envie de le prendre dans ses bras et de le serrer de toutes ses forces. Mais ses jambes étaient aussi statiques que des racines, elles supportaient à nouveau son poids au moins, mais elles refusaient de la rapprocher de lui. C'était sans doute mieux ainsi, car elle avait dû l’accommoder malgré tout … Ces jeux enfantins étaient bons à l'époque où tout était encore innocent, mais aujourd'hui, il serait mal venu de jouer de façon aussi puéril avec lui.

— Tu dois me trouver bizarre … Dit-elle en paraissant presque lucide, et sa voix était douce et indulgente. Remarque, tu as toujours dû me … me trouver bizarre … Je l'ai toujours plus ou moins été. Ajouta-t-elle avec un sourire se voulant plus large et amusé, mais il paraissait toujours aussi triste. Elle avait parlé assez lentement, cherchant ses mots, car à chaque fois qu'elle en prononçait un, il résonnait à l'infini dans sa tête, lui faisant perdre le fil de sa phrase. Mais le regard de Vincent l'aidait à peu près à suivre son propre discours.

Elle était désolée de se montrer ainsi devant lui, sachant très bien comme Vincent pouvait souffrir de tout ce qui la touchait. Mais elle voulait lui montrer qu'en dehors de ses crises, elle était parfaitement capable de se comporter normalement, qu'elle était bien comme ça. Des fois. Il fallait juste qu'elle ne pense pas trop à sa bizarrerie, ce qu'elle s'appliqua à faire rapidement.

Il l'avait cherché … Oui, elle le savait, ça. Il l'avait tellement cherché … et tellement tenté de la sauvé. Cela lui enfonça un nouveau poignard de douloureuse tendresse dans le cœur et son regard ce fit plus luisant de culpabilité. Ses lèvres lui semblèrent tout à coup glacé alors qu'elle ne sentait plus ses jambes. Elle avait l'impression qu'elles n'étaient plus que des sortes de pierres qui la maintenaient debout.

— En fait … J'aurais … j'aurais besoin Bodyguard. Elle n'était pas sûre que sa phrase ait un sens, il lui semblait avoir oublié un mot, alors elle reprit. J'aurais besoin d'un Bodygard expérimenté. Je dois aller au haut … en haut … Au réacteur. Elle parlait lentement mais s'efforçait de faire traîner son élocution pour rendre cela plus fluide et ne pas faire de saccade. Elle avait toujours son sourire triste … Et elle aurait aimé lui en servir un tellement plus radieux. Tu pourrais … Elle ne finit jamais sa phrase. Elle avait envoyé sa demande à Rufus Shinra mais ignorait s'il en avait pris connaissance ou s'il avait déjà établis une escorte pour elle. Elle n'était pas non plus certaine que ce soit une bonne idée de demander à Vincent de venir … Elle aurait dû tout faire pour s'effacer de sa vie. Mais c'était trop dure pour elle … Elle, le monstre d’égoïsme.




©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika


I'm so sorry:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t82-lucrecia-s-diary http://ff-judgement-day.forumactif.org/t32-rapports-des-relations-de-lucrecia-crescent
Vincent Valentine


Messages : 81
Date d'inscription : 12/01/2015
Localisation : ...

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 62 ans
• More:

MessageSujet: Re: I used to be nothing but a stone in the river of time - Lucrecia   Dim 27 Sep - 20:07:39



I used to be nothing but a stone in the river of time


Quand la scientifique reprit la parole plus calmement, le regard incertain de Vincent se reposa timidement sur son doux visage et il se demanda si elle éprouvait un peu de gêne aussi, car les apparences semblaient pointer ce fait. Si elle était gênée, il ne faisait aucun doute que ce n’était pas pour les mêmes raisons que lui dans tous les cas.

« Non » répondit-il, sa voix caverneuse à l’intonation sincère.

Il ne lui était jamais venu à l’esprit de penser quoique ce soit de sa Lucrecia qui ne soit pas positif, si ce n’est sa santé fragile qu’il reconnaissait aisément et qui lui donnait davantage envie de veiller sur elle. Il ne la trouvait pas bizarre, juste un peu différente. Son expression si rayonnante lui manquait encore, lui qui avait passé tant d’années à l’imaginer.

Sa belle et tendre marmonna finalement quelques autres paroles et Vincent l’écouta attentivement, percevant qu’elle butait sur certains mots. Soucieux au départ des difficultés d’élocution de Lucrecia, un immense sentiment de soulagement s’empara de lui à sa demande, traversant son regard vermeil qui reprit vie. C’était sans doute la chose la plus rassurante et simple pour lui, quand Lucrecia lui demandait des services. Il pourrait parfaitement dédier sa vie à cela, à satisfaire ses exigences, au moins il était là pour elle, et surtout, il était utile. Ce qui était également rassurant, c’est que Lucrecia était apparemment autorisée à se déplacer, qu’elle pouvait sortir, et n’était pas retenue contre sa volonté, bien qu’elle prétendait ne plus vraiment en avoir. Le démon avait eu cet état d’esprit pendant des décennies où il avait croupi dans un cercueil à attendre patiemment que la peine s’allège. Il n’aurait jamais deviné que le vrai salut se trouvait plutôt à l’orée de sa libération. Malgré qu’il était un peu plus en paix avec lui-même, Vincent n’avait jamais tout à fait trouvé sa rédemption. Il se frayait toutefois un chemin lent et sûr dans cette direction. Tout irait beaucoup mieux pour lui en servant sa Lucrecia.

Cependant, si sa bien-aimée pouvait faire ce que bon lui semblait, ce n’était pas le cas de Vincent, dont la présence ici était censée être discrète et plutôt brève. Il ne s’en souvint que sur l’instant, l’état de sa tendre Lucrecia ayant totalement distrait son esprit auparavant. La dernière chose qu’il voulait était d’attirer des ennuis à Veld.

« Bien sûr Lucrecia… d’autres collègues vont t’accompagner ? Quand as-tu besoin de moi ? » demanda t-il avec un peu plus de naturel et de confort.

S’ils étaient plusieurs scientifiques à devoir s’y rendre, des soldats étaient peut-être déjà prévus et Vincent se ferait une joie de les accompagner et superviser l'expédition. La présence du chevalier pourpre ne serait pas de refus auprès de la compagnie, qui n’écarterait jamais une escorte pour ses employés importants, et il ne faisait aucun doute pour lui que Lucrecia était importante ! Faire les choses dans les règles était essentiel d'ailleurs : avec tout ce qu’il se passait à l’extérieur, il ne fallait surtout pas créer de conflit à l’intérieur maintenant que Rufus Shinra était ce qui se rapprochait de près à un allié. Même si personne, et encore moins Vincent, ne lui faisait confiance, le président avait probablement sauvé la moitié de la population actuellement encore vivante, éviter de contrarier son autorité était donc, pour l'heure, préconisé.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Lucrecia Crescent


Messages : 105
Date d'inscription : 03/02/2013
Age : 23
Localisation : In a police Box

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 60ans
• More:

MessageSujet: Re: I used to be nothing but a stone in the river of time - Lucrecia   Lun 28 Sep - 16:23:33

HS:
 






Lucrecia Crescent

~I used to be nothing but a stone in the river of time~







    Elle le savait, elle n'avait eu aucun doute là-dessus … Elle savait bien qu'il accepterait. Elle le savait et cela lui faisait plaisir, elle le savait et elle en était heureuse, elle le savait mais cela la dérangeait … C'était toujours la même et éternelle question : Pourquoi ? Pourquoi, Vincent ? Pourquoi l'aimait-il à ce point, pourquoi lui restait-il fidèle, toujours si gentil et serviable ? La même rengaine depuis plus de trente ans. Vous pouvez le dire, elle n'était jamais contente, celle-là. Elle avait un adorable chevalier servant près à tout pour elle, et elle n'était pas contente parce qu'elle ne le méritait pas. Et pour peu qu'il ose la lâcher pour simplement reculer d'un pas, et bien elle n'était pas contente non plus. Et encore, là, elle était amorphe, si elle était dans un de ses piques hystériques, le pauvre Vincent se ferait peut-être bien sermonner pour tout ce qu'il faisait et qu'il ne faisait pas. Lucrecia pouvait être très contrariante parfois, mais seulement quand elle était de mauvaise humeur et qu'elle en avait après à quelqu'un. Elle n'avait aucune raison d'en vouloir à Vincent. Pauvre garçon.

Les échos et les voix dans sa tête semblèrent s’apaiser pour ne devenir que des murmures lointains qu'elle pouvait facilement supporter et oublier le temps d'une discussion. Ce genre de désagréments allaient et venaient selon leur bon vouloir, généralement stimulés par un contacte sociale. Elle avait succombé à une petite crise mais elle reprenait à présent du poil de la bête, profitant que la vague se retire avant d'en subir une autre. Si son esprit étaient alors à peu près clair, elle avait cependant toujours cette sensation de froid dans ses doigts et ses lèvres ainsi que cette impression de mort dans les entrailles. Mais Vincent était là … Et elle eut l'impression que son cœur s'était remis à battre, et c'était loin d'être une sensation qu'elle avait l'habitude de ressentir. Pourtant il battait bel et bien toujours, mais elle ne le sentait habituellement pas ainsi.

Un sourire habilla à nouveau ses lèvres. Doux et sincère et même si son regard était toujours triste, ses lèvres semblaient avoir revêtu presque la même tendresse innocente qu'autrefois. Lui à ses côtés pour la protéger des dangers extérieurs … Comme avant, lorsqu'ils faisaient des expéditions dans les Monts pour leurs études. Les bras le long du corps, ses mains se rejoignaient au niveau du bassin alors qu'elle faisait s'entrelacer ses doigts comme une adolescente embarrassée. Lucrecia avait toujours eu beaucoup d'assurance et même si elle aimait en jouer sur Vincent autrefois, il était bien le seul à être capable de la troubler. Lui et son père avant lui. Un truc de Valentine, sans doute.

— Et bien … Elle réfléchit, elle n'avait pas encore eu la réponse de Rufus et à vrai dire, elle n'avait pas demandé d'équipe pour cette escapade, juste une autorisation de sortie. Si elle s'attendait à être encadrée par des gardes du corps, elle n'avait pas vraiment songé à emmener des collègues avec elle. Personne n'aimait vraiment travailler avec Lucrecia et ça se comprenait … Et était tellement bizarre qu'elle mettait tout le monde mal à l'aise. C'était un comble pour une femme qui était dès plus plus sociale avant que tout ne dégénèrent.

Elle ne savait donc ni quand ni avec qui elle serait autorisée à mener cette expédition, d'autant plus que les ''quand'' deviennent bien abstrais quand vous perdez toute notion du temps. Elle sembla réfléchir un instant avant de penser à quelque chose. Un ding résonna même étrangement dans sa tête, ce qui aurait pu être plutôt burlesque si son affliction mentale n'était pas si sérieuse. Elle eut un geste pour se retourner mais seul son buste suivit le mouvement, ses jambes restèrent statiques. Elle sembla alors prise d'une hésitation alors qu'elle se faisait en fait violence pour bouger ses pieds. Elle y parvint finalement au prix d'un vertige discret et elle se dirigea vers un de ses plans de travail. Elle poussa quelques feuilles de note pour dégager le PHS que Veld lui avait confié. Elle n'avait pour le moment que le numéro de ce dernier et celui de Rufus dedans, il était temps de remplir un peu sa liste de contacte. Elle retourna ensuite auprès de Vincent en montrant le téléphone portable. Ce n'était pas du dernier cris, il était même très rudimentaire, mais cela lui suffisait. Ce n'est pas comme si elle avait besoin des dernières applications à la mode pour twitter tout ce qui lui passait par la tête … cela donnerait des choses bien trop étranges.

— On m'a donné ça l'autre jour.

Elle ne semblait pas vraiment répondre à la question, mais pour une fois, ce n'était pas sa psychose qui la faisait passer du coq à l'âne. Cela suivait même un raisonnement et un discours très logique qu'elle s'empressa de compléter avec bien plus de facilité que précédemment, profitant de l’accalmie de ses démons intérieurs. Elle ne fit pas mention de Veld, non pas par négligence ou mépris, mais tout simplement parce qu'elle ignorait le lien qui les liait. Bien sûr, elle se doutait qu'ils devaient se connaître au moins un peu, ayant tous les deux appartenu aux Turks à la même époque, mais elle ignorait qu'ils étaient si proches, surtout après tant d'années.

— A l'époque nos PHS étaient trois fois plus gros, avec une antenne immense … tu te souviens ? Maintenant ça rentre dans la poche … C'est bon de voir que la science n'a pas développé que des choses néfastes.

Bon d'accord, là elle s'égarait un peu … Mais la nostalgie venait de la prendre par surprise ! Elle n'avait pas totalement oublié le but de sa manœuvre cela dit, c'était déjà bien. Elle tentât de reprendre le fil de son action pour enfin répondre à Vincent.

— Je n'ai pas encore eu de réponse à ma demande, mais je pense que l'expédition se fera dans les prochains jours, c'est assez urgent … Si tu as un PHS, je pourrais te tenir au courant … ? Si les PHS avaient été aussi répandu à son époque, Lucrecia aurait sans doute était une reine des collectionneuses de numéro de téléphone !

Pour elle qui était encore néophyte de ce temps moderne, ce n'était pas une évidence qu'aujourd'hui tout le monde avait ces trucs là … surtout Vincent. Puis, comme ce moment de calme lui offrait un peu plus de lucidité, il lui vint une question qu'elle aurait dû se poser bien plus tôt.

— Au fait … comment es-tu arriver jusqu'à moi … ?




©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika


I'm so sorry:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dark6nika.deviantart.com/ http://ff-judgement-day.forumactif.org/t82-lucrecia-s-diary http://ff-judgement-day.forumactif.org/t32-rapports-des-relations-de-lucrecia-crescent
Vincent Valentine


Messages : 81
Date d'inscription : 12/01/2015
Localisation : ...

::PASSEPORT::
• Age du personnage: 62 ans
• More:

MessageSujet: Re: I used to be nothing but a stone in the river of time - Lucrecia   Jeu 15 Oct - 0:39:52



I used to be nothing but a stone in the river of time
Sa belle et tendre s’éloigna de lui et Vincent crut un moment qu’il s’agissait peut-être d’un revirement de sa part. Avec ses sautes d’humeur, c’était effectivement à prévoir. Elle revint finalement quelques temps après avec un objet en main que le bodyguard reconnut très bien, un portable un peu archaïque comme le sien. Il comprit ce qu’elle voulait, et quel soulagement de pouvoir garder contact avec elle ! Elle pourrait lui faire part de ce dont elle avait besoin à n’importe quel moment grâce à cela.

Sa Lucrecia était redevenue douce et Vincent lui prit délicatement le téléphone des mains avec reconnaissance. Il commença déjà à ajouter son numéro avant même qu’elle ne lui suggère quoi que ce soit, trouvant également un bon prétexte pour garder les yeux baissés sans que cela n’ait pas l’air naturel. Il restait cependant attentif à chacune de ses paroles. Vincent se souvenait, oui. Une lueur nostalgique dansait dans son regard pourpre fixé sur l’écran où il écrivit son nom entier. Vincent Valentine. Il ne répondit rien à l’évocation de ces souvenirs, de peur de dire quelque chose de bête face à elle, alors que ce n’était probablement arrivé que rarement. Il n’avait tout simplement pas confiance en lui. Quelqu’un d’un peu plus malin aurait peut-être préparé des petits sujets de conversation à l’avance. Il y avait bien des choses cruciales qu’il aurait voulu qu’elle sache, ces choses que Vincent n’avait eu qu’une seule fois le courage d’aborder mais, il n’avait pas eu l’occasion de le faire…

« Je n'ai pas encore eu de réponse à ma demande, mais je pense que l'expédition se fera dans les prochains jours, c'est assez urgent … Si tu as un PHS, je pourrais te tenir au courant … ? »

Vincent releva un regard timide vers elle et lui rendit le PHS, ses lèvres étirées en un très discret sourire rassuré de la tournure des événements. Tout était plus simple quand elle demandait et qu’il exécutait, et il pouvait au moins lui faire un peu plaisir et la protéger en même temps. Cela lui suffisait, son cœur qui supportait encore le poids de ses péchés passés était un peu allégé de sa charge.

« J’ai enregistré mon numéro » indiqua t-il. « Appelle-moi si tu as besoin d’autre chose. »

Le bodyguard devrait absolument répondre à tous ses appels s’il ne voulait pas que sa bien-aimée tombe sur sa messagerie vocale stupide orchestrée par Yuffie, qu’il ne savait pas comment modifier.

« Au fait … comment es-tu arriver jusqu'à moi … ? »

Si Lucrecia savait toutes les recherches qu’il avait effectué, les enquêtes qu’il avait mené, toutes les personnes à qui il avait demandé… mais tout cela avait été tellement naturel de sa part que lui-même ne s’en souvenait pas vraiment, maintenant qu’il était en face d’elle. Vincent n’était pas de ceux qui apportaient les preuves de leur amour à voix haute, ou qui énumérait leurs bonnes actions pour impressionner leur bien-aimée. Cela ne lui viendrait même pas à l’esprit, étant lui-même presque naïf en un sens. La seule étape de ses douze travaux, que le démon bienveillant avait en tête, était la dernière.

« Un ami m’a donné l’accès. »

Vincent se souvint de justesse qu’elle connaissait cet ami, car le turk le lui avait bien dit. Cela lui paraissait juste étrange à assimiler, comme information.

« C’est Veld » précisa t-il, « j’espère qu’il n’aura pas de problème. »

Pas très bavard, Vincent enfouit de nouveau le menton dans son col. Il avait tant de choses à dire mais les mots ne lui venaient pas face à elle. En fait, il avait juste voulu la voir et c’était fait, le but n’avait jamais été de l’embêter trop longtemps ou de l’ennuyer par des discours mal construits.

« Je voulais juste te voir… je ….  Je ne vais t’ennuyer plus longtemps… à bientôt Lucrecia », promit-il, en reculant doucement.

Il avait envie de rester avec elle bien sûr mais, ce serait égoïste, il le savait parfaitement. Après un dernier regard bienveillant, le démon s’éloigna d’elle, le cœur un peu plus apaisé de l'avoir vu et à l’idée de la revoir plus tard, pour l’aider et être vraiment utile auprès d’elle. Les portes se refermèrent derrière lui et il se retourna une dernière fois comme s'il pouvait l'y voir au travers. Il l'y voyait, dans son esprit, elle souriait. Puis, il partit.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I used to be nothing but a stone in the river of time - Lucrecia   Aujourd'hui à 21:33:55

Revenir en haut Aller en bas
 

I used to be nothing but a stone in the river of time - Lucrecia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Stone, let's smoke some more weed
» Stone +16
» Cody Rhodes Vs Mark Henry Vs Stone Cold Steve Austin
» Protection energy magic stone of jinaar.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Judgement Day :: Continent Ouest :: Corel Nord :: QG militaire de la Shinra Research Industry-